Version classiqueVersion mobile

Les Chrétiens dans la ville

 | 
Françoise Thélamon
, 
Jacques-Olivier Boudon

La paroisse dans l’espace urbain

Refonder la paroisse urbaine aujourd’hui. L’exemple de la ville du Havre

Benjamin Steck

Texte intégral

1Les identités territoriales, nécessairement héritées, sont confrontées à la mobilité accrue des sociétés contemporaines. Les découpages administratifs, réglementaires, politiques sont remis en question. Toutes les formes d’agrégation des hommes, partis, syndicats, associations culturelles sont bouleversées par les nouvelles configurations réticulaires des rapports sociaux et des fonctionnements d’entreprises. L’urbanisation, voire la métropolisation accentuent ces distorsions et appellent une refondation du rapport des hommes à leur territoire. Les interrogations des responsables catholiques sur l’organisation de l’espace des croyants rejoignent finalement celles des autorités civiles sur les découpages les plus pertinents et les plus efficients de notre société contemporaine. La remise en question des découpages paroissiaux traditionnels est en cela exemplaire de ces remises en question beaucoup plus larges. Le cas du diocèse du Havre, et tout particulièrement celui de la ville du Havre, illustre cet ample mouvement de réorganisation territoriale. Il témoigne aussi de la volonté des communautés des croyants catholiques d’assumer leur présence, désormais minoritaire, dans le tissu urbain, avec une visibilité renouvelée. Le choix des noms des nouvelles entités est un marqueur fort de cette présence renouvelée.

Un jeune diocèse

2En septembre 1974, était institué le diocèse du Havre par une décision du pape Paul VI. Ce nouveau diocèse s'inscrivait, à quelques communes près, dans les limites de l'arrondissement du Havre. Cette partition de l'antique diocèse de Rouen traduisait la volonté des autorités catholiques de prendre en compte l'indéniable rivalité entre deux villes fort dissemblables, rivalité ressentie dans tous les domaines de la vie politique, économique, sociale et culturelle du département. Certains auraient d'ailleurs bien aimé qu'une telle décision s'appliquât aussi au découpage administratif, établissant Le Havre au rang de préfecture. Les impératifs pastoraux d’une présence d’Église dans un milieu peu christianisé et profondément marqué par une histoire industrielle et portuaire à forte présence ouvrière ont pesé probablement assez lourd dans la décision. Cette partition répondait également à la volonté de rapprocher l'autorité épiscopale des populations dans un diocèse à taille humaine, ce qui n'était plus le cas du diocèse de Rouen, considéré par certains comme beaucoup trop peuplé pour permettre cette nécessaire proximité. Il en fut de même ailleurs en France, avec la création de nouveaux diocèses en Ile-de-France ou encore à Belfort-Monbéliard et à Saint-Étienne. Il s'agissait aussi de ne pas laisser le diocèse d'Évreux dans un face à face inégal avec l'autre diocèse haut normand, en introduisant ainsi une sorte de partenariat à trois, beaucoup plus équilibré.

3Ce diocèse a la particularité d’être essentiellement constitué par l’agglomération du Havre qui rassemble près de 275 000 habitants sur un peu moins de 400 000 habitants au total. Ce déséquilibre est renforcé par la position excentrée de la ville du Havre par rapport au territoire intérieur du pays de Caux. Il conditionne très fortement la vie du diocèse et pèse sur la vie des communautés. Il influence la pastorale d’ensemble. Les Cauchois estiment, à tort ou à raison, peu importe, puisqu’ils le ressentent ainsi, une certaine mise à l’écart au profit des urbains, pourtant bien moins attachés aux pratiques ordinaires de l’appartenance catholique mais numériquement plus nombreux à participer à la vie de l’Église catholique locale.

Un diocèse confronté à la crise de la paroisse

4Or ce jeune diocèse est confronté à un certain nombre d’urgences qui l’ont conduit à opérer, comme beaucoup d’autres, une démarche synodale. Celle-ci s’est poursuivie par la mise en place de nouvelles paroisses, censées être mieux adaptées aux réalités d’aujourd’hui et à une meilleure proposition de la foi, selon les termes mêmes de l’épiscopat français (décrets 59, 60, 61, 62 et 63 de la loi synodale promulguée le 29 juin 1995). Cette démarche est intéressante car elle repose sur une relecture de l’histoire des communautés chrétiennes et une réappropriation des origines, fussent-elles mythifiées. Elle impose au préalable une réflexion sur la paroisse.

  • 1 Diocèse du Havre, Pour la mission : nouvelles paroisses, document de travail, novembre 1996.

5La paroisse est bien d’abord une communauté de personnes, mais elle renvoie nécessairement à un territoire puisqu’elle ne peut exister que si les croyants se retrouvent, se réunissent et incarnent leur foi dans l’espace des relations sociales. « La paroisse est pôle d’accueil, elle est aussi pôle de proximité. Des personnes se connaissent, se repèrent, tissent des réseaux de relations, sont petit à petit introduites dans la communauté de croyants qui se rassemble en un lieu. »1 Or la mobilité est devenue un constituant majeur de nos sociétés. Les communautés de personnes qui se reconnaissent dans un projet collectif, quelle que soit la nature des relations qui les constituent, ne sont plus nécessairement concentrées en un même lieu. Le critère de résidence n’est pas nécessairement le plus pertinent pour définir les appartenances et les reconnaissances. Sont ainsi déstabilisés les vieux enracinements territoriaux associés aux réseaux de sociabilité traditionnels, et les identités qui leur étaient directement liées. Les croyants, qui en cela ne différent en rien de leurs contemporains, sont gens de la mobilité, du déplacement, du changement, mais, dans le même temps, ils expriment clairement leur attachement au territoire personnel qu’ils se sont construit, perçu comme fondateur et garant de leur identité : ce territoire est toutefois celui d’un archipel et non plus celui d’une étendue appropriée continue. L'étude des pratiques et des comportements religieux le confirme sans conteste (Benjamin Steck 1994). La relation entre les communautés de croyants catholiques et l'espace se trouve ainsi profondément modifiée par les évolutions économiques et sociales présentes.

6Désormais, dans un monde essentiellement urbain qui n’a pas encore assumé, dans la durée, les effets profonds du déracinement rural, la paroisse est déstabilisée dans sa fonction d’encadrement des hommes. Elle n’est plus le lieu principal de la sociabilité. Le poids social du catholicisme s’étant considérablement amenuisé, la paroisse disparaît de l’horizon vécu de nos contemporains, alors même que les édifices religieux, pour la plupart hérités, continuent d’être des lieux forts de l’organisation du paysage urbain. Elle est surtout reçue comme une sorte de prestataire de services, parmi d'autres. Elle continue pourtant de proposer une certaine lecture de l’homme, du monde et du temps, fondée sur une tradition bimillénaire. Elle offre aux croyants catholiques la possibilité de célébrer leur foi et à beaucoup d’autres la possibilité de marquer les temps forts de leur vie. Elle est un lieu où peut s’exprimer librement le désir de transcendance et le besoin de spiritualité. Elle propose des formations, principalement mais non exclusivement tournées vers l’éducation religieuse des enfants, qui sont largement une propédeutique de la vie en société. Elle permet le déploiement d’une sociabilité de proximité, faite de rencontres, d’actions communes, de festivités partagées ; elle continue de favoriser la rencontre et la relation de personnes que rien ne disposerait par ailleurs à se retrouver. Elle est encore un des lieux de diffusion de valeurs poussant à l’action auprès des autres et, en ce sens, elle contribue toujours à « tisser du lien social ». Elle incite ainsi les croyants à l’engagement dans la cité, en fidélité avec le centre de la foi chrétienne qu’est l’incarnation. Elle est enfin devenue un lieu de liberté puisque sa fréquentation n’est plus imposée par un pesant et rigoureux consensus social implicite, mais exprime un choix personnel librement manifesté. Mais, au bout du compte, la paroisse semble bien devenir le lieu d’une proposition, parmi d’autres, plutôt que le lieu d’un encadrement de populations de plus en plus partagées sur les valeurs de référence et les actions à entreprendre. La conséquence principale de ces évolutions est un découplage progressif de la paroisse et du territoire. Confrontée au risque du consumérisme religieux, issu de la diversité d’aspirations individuelles éclatées, la paroisse vit le passage à des formes de nomadisme religieux, fort éloigné des pratiques sédentaires, enracinées, encadrées, jusqu’alors dominantes.

7La paroisse catholique est de toute façon confrontée à la diminution effective des pratiquants réguliers, moins de 2 % de pratiquants dominicaux réguliers dans l’agglomération havraise (5 % pour le diocèse dans son ensemble). L’attachement à une paroisse est désormais l’apanage d’une minorité. Certes cet affaissement de la dimension territoriale de l’identité catholique n’exclut pas l’essor de nouvelles formes d’appartenance. Le nombre des croyants impliqués, pour ne pas dire engagés, dans la vie de leur église, exprime un certain dynamisme des laïcs catholiques convaincus de leurs responsabilités. Les grands mouvements d’action catholique (Jeunesse Ouvrière Chrétienne, Jeunesse Étudiante Chrétienne, Action Catholique Ouvrière, Action Catholique des Milieux Indépendants, Mouvement des Cadres Chrétiens, etc.), fondés, pour la plupart, dans l’entre-deux-guerres sur l’intuition qu’il n’y a de témoignage de foi possible qu’incarné dans la diversité des réalités sociales contemporaines, en sont encore le témoignage effectif, même s’ils subissent eux aussi une certaine érosion. L’essor des mouvements dits de spiritualité et des mouvements charismatiques (L’eau vive, l’Emmanuel, le Chemin neuf, les Béatitudes, etc.) fondés davantage sur une recherche plus intime de transcendance, dégagée des contingences sociales immédiates, en constitue un autre témoignage. Mais toutes ces associations de catholiques sont construites bien plus sur des réseaux de relations personnelles, affectives, professionnelles, militantes que sur des bases territoriales paroissiales. L’articulation entre les deux pose d’ailleurs problème, soit que ces deux réalités s’ignorent, soit qu’elles se rejoignent, selon les dominantes sociales des paroisses. Le maintien des paroisses est par conséquent nécessairement remis en cause parce qu'elles ne correspondent plus à des réalités socialement pertinentes.

8La raréfaction des prêtres desservants, concomitante d’une profonde crise d’identité, accentue l’urgence de cette prise de conscience, quand elle n’en est pas effectivement le véritable moteur. Le nombre de prêtres, en rapide diminution, conditionne le nombre potentiel des nouvelles unités pastorales : dans un diocèse de 400 000 habitants comme celui du Havre, moins de trente prêtres seront encore susceptibles d’animer une paroisse en 2005 ; fin 1999, onze ont moins de cinquante ans ou tout juste cinquante ans. Et si le nombre des diacres permanents croît, il faut rappeler que leur mission n’est pas d’abord paroissiale ni territoriale mais une mission de service et de témoignage dans les milieux où se déploie leur vie quotidienne, même si la tentation de leur confier des missions paroissiales est de plus en plus forte, compte tenu des besoins. Quant aux permanents pastoraux laïcs, il n’est pas aisé d’en trouver au niveau d’exigences requis et encore moins de les rémunérer.

La mise en place d’un nouveau découpage paroissial

  • 2 Yvon Bodin, 1998, p. 24.

9Le travail qui a été engagé par les responsables du diocèse du Havre n’est pas original. Il est en parfaite concordance avec ce qui est entrepris un peu partout en France. Une soixantaine de diocèses s'est déjà attelée à cette lourde tâche2. Elle est déjà achevée pour une cinquantaine d’entre eux, tels Beauvais, Soissons, Reims, Châlons-en-Champagne, Quimper, Saint-Brieuc, Bayeux, Sées, Le Mans, Tours, Bourges, Limoges, Nevers, Sens, Dijon, Besançon, Saint Claude, Valence, Viviers, Montpellier, Perpignan, Aire-sur-Adour, Bordeaux, Angoulême, La Rochelle, Luçon… Les deux autres diocèses haut normands, Évreux avec « Paroisses 2000 » et Rouen avec « Horizon 2005 » s’inscrivent également dans ce mouvement général. Cela conduit partout à un élargissement de la maille territoriale de l’Église catholique. Quelques exemples le révèlent : Limoges avec 30 paroisses pour 466 communes, Viviers avec 32 ensembles paroissiaux pour 338 communes, Sées avec 40 paroisses pour 507 communes, Angoulême avec 58 paroisses pour 405 communes, Saint-Claude avec 65 paroisses pour 545 communes… Il y avait dans le diocèse du Havre 174 paroisses canoniques, déjà regroupées en 51 unités pastorales, résultat de toute une série de modifications progressives, opérées au fur et à mesure de la disparition des prêtres desservants. Ces entités avaient des configurations assez surprenantes, résultat de décisions prises en urgence et sans plan d’ensemble concerté. Le travail mis en œuvre depuis 1996 a conduit à la fondation de 21 paroisses nouvelles pour l’ensemble du diocèse dont 8 en ville, regroupant 19 paroisses urbaines antérieures.

Les nouvelles paroisses depuis la réforme de 1998.

  • 3 Diocèse du Havre, Pour la mission : nouvelles paroisses, document de travail, novembre 1996.

10« Pour préparer l’avenir et assurer la vitalité pastorale des paroisses dans la période de mutations et de recherches que nous vivons, le diocèse du Havre a décidé d’engager l’opération pastorale “Pour la mission : nouvelles paroisses”. Cette opération doit se dérouler sur deux années scolaires. Elle a pour objectif de réfléchir sur le présent et l’avenir de nos paroisses, et de prendre des décisions en conséquence. C’est notre manière de mettre en œuvre les décrets synodaux 59 et 60 : le diocèse du Havre s’engage dans une révision progressive mais délibérée de la carte pastorale des paroisses… (décret 59) ; à terme, chaque groupement inter-paroissial est appelé à constituer une paroisse unique qui, si nécessaire, comportera plusieurs relais articulés entre eux (décret 60). »3

  • 4 Diocèse du Havre, Pour la mission : nouvelles paroisses, document de travail, novembre 1996.

11Des procédures de concertation et d’étude longues (près de trois années au Havre) et lourdes mais fines ont été engagées afin de dessiner la nouvelle carte des paroisses, engageant l’Église pour la longue durée. Donner la parole aux acteurs des communautés paroissiales existantes, mais aussi aux mouvements et aux services de l'Église diocésaine, permet d’ouvrir le débat sur la pertinence de l’échelle locale confrontée à des logiques qui la dépassent et qui la conditionnent, dans toutes les dimensions de la vie sociale, y compris la religion. C’est aussi tenter de trouver un nouveau standard au maillage toujours nécessaire de l’espace. La question décisive est celle du choix des critères qui sont les plus pertinents pour configurer ce nouvel espace catholique. « Pour procéder aux regroupements, [le diocèse du Havre] sera attentif aux éléments suivants : les réalités socioéconomiques, la vitalité des communautés chrétiennes, le passé de ces communautés4. »

12Il faut opérer un découpage qui puisse être accepté par le plus grand nombre et qui soit significatif des réalités humaines locales telles qu’on peut les mesurer, les percevoir et les représenter. En ville, la taille démographique des regroupements humains est un critère décisif mais, entre quelques milliers et quelques dizaines de milliers d’habitants, aucune règle ne s’impose effectivement, si ce n’est la volonté d’assurer une proximité qui autorise la convivialité et permette à un prêtre d’assumer correctement sa charge pastorale. L'étendue et les distances des territoires paroissiaux interviennent peu en ville, contrairement au monde rural où la multiplication des déplacements des prêtres et des permanents pastoraux pose un problème de disponibilité, d’efficacité, de temps et de coût. Il est ainsi indispensable de connaître les réseaux de communication et d’apprécier aussi exactement que possible les pratiques de déplacement des habitants : selon les quartiers urbains, les priorités de déplacement peuvent s’orienter vers des directions tout à fait différentes, selon l’attraction qu’exercent les commerces, les services, les établissements scolaires, compte tenu, entre autres, de la configuration des réseaux de circulation et des lignes de transport en commun… Pour dessiner la carte des nouvelles paroisses, il faut aussi tenir compte de la composition sociale et professionnelle dominante des unités humaines que l’on cherche à regrouper, quand bien même le discours officiel rappelle sans cesse que la paroisse doit être le reflet des diversités humaines. Si, à la campagne les découpages cantonaux, les circonscriptions électorales peuvent avoir une certaine pertinence, en ville il faut plutôt tenir compte des histoires de quartier, surtout dans une agglomération comme celle du Havre, construite par absorption progressive de villages à forte identité. Les pratiques de collaboration entre les communautés paroissiales existantes, déjà anciennes dans certains cas, peuvent éclairer enfin la prise de décision finale. C’est le cas pour les anciennes paroisses du quartier de Leure ou pour les paroisses Sainte-Marie et Saint-Léon.

13Dans toute cette procédure, les responsables diocésains doivent tenir compte de la complexité des réactions locales. Il s’agit bien d’apprécier les représentations spatiales qu’élaborent les croyants. L'esprit de clocher, comme l’a dit si pertinemment la langue française, est encore vivace, y compris dans certaines paroisses urbaines. La destruction de deux églises au Havre, Saint-Léon d’abord, puis Sainte-Marie, l’a démontré. Ces deux églises, situées sur la même paroisse, présentaient l’une comme l’autre des signes de dégradation tels que leur remise en état dépassait très largement les moyens financiers du diocèse pour Saint-Léon, construite après la séparation de l’Église et de l’État, et les possibilités d’engagements de la ville pour Sainte-Marie. Leur destruction et leur reconstruction ont donc été décidées et financées. Les nouveaux bâtiments sont plus petits, mais la nouvelle église Sainte-Marie, d’une certaine monumentalité, s’inscrit dans un programme d’urbanisme global, visant la réhabilitation d’un quartier central dégradé, sur le territoire duquel se trouvent par ailleurs l’Université, élément majeur de recomposition urbaine au Havre, l'école des Beaux-Arts et l'école Nationale de Musique, de Danse et d’Art Dramatique.

14Par-delà tout ce qui a pu être écrit sur les rigidités et les inerties de l’Église catholique, il y a ici un témoignage particulièrement provocateur de sa capacité d’adaptation alliée à un grand pragmatisme, davantage encore quand cette recomposition territoriale s’accompagne de la mise en place de nouvelles formes d’encadrement des communautés de croyants, certes toujours rassemblées autour du prêtre, signe de l’unité de l’Église, selon la tradition, mais gouvernées aussi, au quotidien, par des équipes de laïcs formés, dans le cadre du Cycle de Formation d’Animateurs Pastoraux, appelés par l’évêque, après un processus complexe de consultation, et confirmés dans leur responsabilité par une lettre de mission officielle. Ce n’est évidemment pas le mode de fonctionnement démocratique que revendiquent certains mais c’est une reconnaissance effective de la place et du rôle des catholiques non clercs dans le gouvernement des communautés de croyants. La recomposition des paroisses s’accompagne donc d’une confirmation des pratiques nouvelles de collaboration des laïcs qui déplace les schémas anciens d’un gouvernement hiérarchique. C’est aussi d’une certaine façon un appel à l’imagination pour tous ceux qui exercent des responsabilités publiques et qui se désolent de l’affaissement de la participation effective des citoyens à la vie publique.

  • 5 Église catholique, Code de droit canonique, canon 515.

15La décision finale est intervenue, au terme d’une consultation très large, ouverte à tous les conseils pastoraux de paroisse, appelés enfin à réagir à la proposition de nouveau découpage, présentée à l’automne 1997. La promulgation de la nouvelle carte des paroisses a été rendue publique en juin 1998, selon les termes du droit de l’Église : « Il revient au seul évêque diocésain d'ériger, de supprimer ou de modifier les paroisses ; il ne les érigera, ne les supprimera ni ne les modifiera de façon notable, sans avoir entendu le conseil presbytéral. »5

Une identité nouvelle

16Se pose enfin la question majeure de la toponymie. Puisque ce sont des nouvelles entités qui vont être créées, il faut inventer des noms qui aient une pertinence par rapport à ce que l'on cherche à construire. Aucune paroisse existante ne doit en effet être privilégiée par rapport aux autres. Le sentiment des plus petites d’entre elles de disparaître et d’être absorbées par les plus grandes serait en effet désastreux pour la convivialité des nouvelles entités. L’histoire peut être un précieux gisement de noms réappropriés par la mémoire contemporaine toujours en quête d’identité et d’enracinement. Le territoire dans ses dimensions naturelles ou dans ses activités dominantes peut être un autre référent. L’expérience de nombreux diocèses de France pourrait enrichir la réflexion. Mais abandonner son nom est une étape douloureuse, une rupture, un marqueur délicat du passage d’un état à un autre. L’identité tout entière est vécue et récapitulée par le nom. La volonté clairement exprimée des autorités diocésaines du Havre est de créer des noms nouveaux qui soient l’expression d’une volonté commune de vivre ensemble autrement pour mieux témoigner d’une foi pluriséculaire dans un monde nouveau dont la culture n’est plus du tout celle d’une chrétienté mythique dont les traces ne sont plus comprises par les contemporains.

17Il existe désormais dans la ville du Havre, en y incluant Sainte-Adresse, huit paroisses. Il y en avait dix-huit, résultat d’un regroupement déjà amorcé depuis plusieurs années. Le découpage retenu est le fruit d’une longue procédure de concertation avec les paroisses concernées. Des scénarios variés ont été proposés et débattus. Entre les propositions des autorités diocésaines et les attentes des paroisses, il y a eu des inévitables frictions. En ville, et tout particulièrement dans une agglomération comme Le Havre, dont de nombreuses paroisses sont de création récente, le sentiment d'appartenance territoriale n'est pas de même nature qu'en milieu rural. Rares sont les quartiers qui présentent encore quelques caractéristiques villageoises, comme accrochés à leur ancienne autonomie communale désormais perdue. Et pourtant la ville du Havre a la particularité d’être née d’une progressive extension sur ses marges par absorption des communes limitrophes : Sanvic, Bléville, Graville, Leure, Rouelles… Les Havrais revendiquent encore volontiers leur appartenance à un quartier qui définit leur identité première. Les paroisses se sont ainsi mises en place dans ce processus d’urbanisation de villages disparus.

18Mais en général, l'encadrement des communautés catholiques urbaines se heurte à la complexité du rapport à l'espace des populations citadines. Si le maillage territorial est plus resserré qu'à la campagne, la dimension humaine des unités pastorales y est beaucoup plus élevée. Les regroupements ruraux posent un problème de distance ; ceux de la ville un problème de nombre. Par exemple fallait-il rattacher Dollemard à Sainte-Adresse ou conserver son rattachement à l’ancienne paroisse Saint-Jean-Baptiste de Bléville incorporée dans une paroisse beaucoup plus grande ? Fallait-il réunir Sainte-Marie et Saint-Léon à Sainte-Anne au cœur de la ville, ou à la paroisse du quartier de Leure ou encore à celle du plateau Sainte-Cécile ? Fallait-il réunir Rouelles et Fontaine-la-Mallet ou trouver pour la paroisse Saint-Julien un autre type de partenariat ?

19Le choix du nom, résultat de multiples propositions et de débats, dit quelque chose de ce dont veulent témoigner les paroissiens de leur foi aujourd’hui dans le monde qui est le leur. Saint-Etienne renvoie au premier martyr. Saint-Charles est en fait Charles Louanga, martyr ougandais en signe de l’universalité de l’Église. Saint-Yves rappelle l’enracinement breton d’une partie de la population havraise qui le revendique encore et tout particulièrement dans le quartier Saint-François, mais fait aussi référence au prénom d’un des derniers curés en charge de Saint-Michel et de Sainte-Anne. Pierre et Paul évoquent les deux piliers de l’Eglise et conservent les noms des deux paroisses anciennes regroupées. Saint-Martin renvoie au premier grand propagateur de la foi chrétienne en Gaule. La Nativité est une façon d’évoquer le nécessaire renouveau d’une paroisse dont les deux églises ont été détruites puis reconstruites, tout en associant à la fois Marie et la fête de Noël, qui, par un étrange détour, concernait aussi Saint-Léon, dont le prêtre fondateur avait souligné qu’il est l’anagramme de Noël. La Pentecôte rappelle la diversité des populations composant les quartiers et la paroisse concernée et le souffle d’une foi minoritaire : dire la foi dans toutes les langues du monde comme le jour de la Pentecôte.

Nouvelles paroisses

Églises

Nombre d’habitants

Paroisse de la Pentecôte

Sacré-Cœur et Centre Emmanuel

37 165

Saint-Étienne des Hautes-Terres

Saint-Jean-Baptiste,
Saint-Denis de Sanvic,
Sainte-Jeanne-d’Arc
et la chapelle Sainte-Thérèse

34 942

Pierre et Paul apôtres

Saint-Pierre et Saint-Paul

30 810

Saint-Yves de la Mer

Saint-Michel, Sainte-Anne,
Saint-François
et la cathédrale Notre-Dame

26 544

Saint-Charles du Port

Saint-Nicolas,
Notre-Dame-des-Neiges,
Notre-Dame-de-la-Victoire
et de-la-Paix,
Notre-Dame de Bonsecours,
les chapelles du Saint-Esprit
et des Douze-Apôtres
et l’abbaye de Graville

26 533

Saint-Martin du Littoral

Saint-Denis de Sainte-Adresse,
Saint-André et la chapelle
de Notre-Dame des Flots,
Saint-Joseph, Saint-Vincent

22 138

Paroisse de la Nativité

Sainte-Marie et Saint-Léon

16 865

Saint-Christophe de la Forêt

Sainte-Cécile et Saint-Julien

9 146

Les nouvelles paroisses de la ville du Havre

20Si l’on veut bien tenter une synthèse, on constate que ces noms s’inscrivent pratiquement tous dans une logique de témoignage, de recommencement, de diversité, de mission. Les compléments géographiques marquent un enracinement dans les réalités spatiales de la ville : la mer, le littoral, le port mais aussi les hautes terres, évocation de la ville haute, située sur le plateau, par opposition à la ville basse, située dans l’estuaire, et la forêt qui renvoie à la forêt de Montgeon, le poumon vert de la ville du Havre. Ces noms ont été le fruit de vote dans les communautés paroissiales, après proposition par les conseils pastoraux. L’évêque les a confirmés et les a établis officiellement, sans pour autant que les églises changent de nom.

Conclusion

21L’expérience havraise n’est pas unique. Elle est révélatrice d’une volonté de repenser les structures spatiales d’un catholicisme minoritaire et pourtant actif dans la vie de la cité. Elle est en phase avec toutes les interrogations contemporaines sur le renouvellement des maillages territoriaux de l’espace français. Elle témoigne aussi d’un nouveau mode de fonctionnement dans l’église catholique, plus attentif aux besoins, aux attentes, aux demandes des laïcs de la base, en l’occurrence ici véritablement consultés et entendus. Cette expérience est enfin révélatrice de la nécessaire expression des identités qui peuvent s’épanouir dans des nouveaux toponymes, à la rencontre de la tradition la plus ancienne et de sa transposition dans la culture contemporaine au plus près des réalités humaines géographiques, économiques, culturelles d’aujourd’hui.

Bibliographie

Sources

Commission sociale des Êvêques de France, 1998, Église et société face à l’aménagement du territoire, Centurion/Cerf, Paris, 210 p.

Diocèse du Havre, 1995, Synode 1995, 124 p.

Diocèse du Havre, 1996, Pour la mission nouvelles paroisses, Document de travail, 39 p.

Diocèse du Havre, 1997, Pour la mission nouvelles paroisses, Projet de carte servant d’outil de travail pour la seconde consultation 1997-1998, 52 p.

Diocèse du Havre, 1998, Pour la mission nouvelles paroisses, 80 p.

Église catholique, 1966, Actes du Concile Vatican II, Éditions du Cerf, Paris, 831 p.

Quelques références bibliographiques

Bertrand Jean-René et Muller Colette (sous la coordination de), 1997 « Sociétés et religions, Norois, no 174, avril-juin 1997.

Chamussy Henri, 1995, « Religions dans le monde », in Encyclopédie de Géographie, (sous la direction de Antoine Bailly, Robert Ferras, Denise Pumain), Économica, Paris, p. 859-874 Mercator Paul, 1997, La fin des paroisses ? Recompositions des communautés, aménagement des espaces, Desclée de Brouwer, Paris, 190 p.

Pitte Jean-Robert (sous la coordination de), 1996, « Géographie et religions », Annales de Géographie, no 588, mars-avril 1996.

Steck Benjamin, 1994, « Pratique et comportements religieux dans le diocèse du Havre », in Revue d'Ici no 12, 4e trimestre 1994, Le Havre, p. 12-18.

Notes

1 Diocèse du Havre, Pour la mission : nouvelles paroisses, document de travail, novembre 1996.

2 Yvon Bodin, 1998, p. 24.

3 Diocèse du Havre, Pour la mission : nouvelles paroisses, document de travail, novembre 1996.

4 Diocèse du Havre, Pour la mission : nouvelles paroisses, document de travail, novembre 1996.

5 Église catholique, Code de droit canonique, canon 515.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search