Version classiqueVersion mobile

Les Chrétiens dans la ville

 | 
Françoise Thélamon
, 
Jacques-Olivier Boudon

La paroisse dans l’espace urbain

Réflexions sur l’évolution d’un réseau paroissial urbain : Rouen de 1789 à nos jours

Jean-Pierre Chaline

Texte intégral

  • 1 L’Ordo divini officii recitandi, édité sous contrôle de l’évêque à l’usage de chaque diocèse, asso (...)
  • 2 N.-J. Chaline, Histoire du diocèse de Rouen-Le Havre, Éd. Beauchesne, Paris, 1976 ; Des catholique (...)

1Les bouleversements profonds du réseau paroissial, actuellement en cours, un peu partout, non seulement au sein de campagnes en partie dépeuplées et sujettes depuis longtemps déjà à des regroupements de fait, mais aussi bien dans les villes elles-mêmes justifient sans nul doute qu’on fasse une place en ce colloque à l’évolution récente de ce qui reste le cadre de base et un repère fondamental de l’identité chrétienne dans l’espace urbain : le réseau des paroisses avec les églises qui en sont l’expression visible. Rappelons ici, source traditionnelle à cet égard, la publication officielle qu’on appelait naguère l’Ordo1 puis, plus récemment, l’Annuaire diocésain, document de référence pour connaître l’organisation paroissiale et suivre ses modifications. Dans le cas précis de Rouen, retenu dans cet exposé, on citera pour l’avant 1789 la thèse de Jean-Pierre Bardet, Rouen aux XVIIe et XVIIIe siècles. Les mutations d’un espace social (Paris 1983), qui fournit commodément dans son tome II la carte des paroisses urbaines sous l’Ancien Régime, rapprochée de tout leur contexte démographique ou social. Pour les développements ultérieurs, on se référera aux travaux de Nadine-Josette Chaline2. Enfin pour les mutations en cours, on s’appuiera sur divers documents de type questionnaire ou « consultation Horizon 2005 », distribués aux fidèles des diverses paroisses de l’agglomération rouennaise, sur le résultat de ces enquêtes, et surtout sur le numéro spécial de la revue Église de Rouen et du Havre publié sur ce thème le 17 janvier 1998.

2L’ampleur de la période considérée – plus de deux siècles – et la diversité des situations successivement rencontrées imposent, à l’évidence, un plan chronologique. N’oublions pas cependant certaines constantes, à commencer par la perturbation profonde qu’entraîne inévitablement, pour les fidèles, le changement d’un cadre familier et plus encore la suppression du lieu de culte auquel ils étaient habitués.

De 1789 au Concordat

3Rien de plus enraciné, sans doute, qu’une paroisse rurale, la plupart du temps confondue avec une communauté villageoise remontant à la nuit des temps et dont le clocher est en quelque sorte le signe de ralliement au milieu des champs ou des bois. En va-t-il de même d’une paroisse urbaine, fruit du découpage administratif d’un espace progressivement bâti en un nombre variable de circonscriptions ? En ville, où les églises sont multiples, il suffit parfois de traverser la rue pour changer de paroisse, ce qui dès lors peut inciter à certaines infidélités. On sait par exemple que, dès le Moyen Âge, des curés se plaignaient qu’en ville, les formes nouvelles de la dévotion amènent une partie de leurs paroissiens vers la chapelle voisine de quelque ordre mendiant. Mais ce lien parfois distendu n’a jamais empêché la majorité d’être attachés au cadre d’une paroisse qui constituait pour eux un élément identitaire, et à un lieu de culte proche dont, à titre personnel ou par corps de métier, ils avaient souvent financé le décor, de ce vitrail des Poissonniers à la Cathédrale qui devait inspirer à Flaubert un de ses Trois contes jusqu’aux magnifiques retables et boiseries, fierté jusqu’en 1944 de Saint-Maclou ou Saint-Vincent. Modifier ce cadre de référence, fermer des églises, remanier les circonscriptions paroissiales, c’est un bouleversement qui heurte plus que de simples habitudes et qui sera toujours subi avec désagrément, quelles qu’en soient les éventuelles justifications. Le remaniement révolutionnaire de 1791 en est une démonstration.

4Rouen comptait en 1789 non moins de 37 paroisses, héritage d’un lointain passé et reflet d’extensions successives du territoire urbain. Quatre aux moins étaient antérieures à Rollon, une vingtaine d’autres remontant à l’époque ducale.

Les paroisses de Rouen en 1789.

5Il y en avait de minuscules, en particulier dans le centre historique, telles Saint-Cande-le-Jeune, Saint-André, Saint-Herbland, ne groupant qu’une population dérisoire ; d’autres atteignaient une superficie considérable, telles Saint-Vivien et Saint-Maclou, au nombre élevé de paroissiens. Du coup, l’encadrement ecclésiastique, surabondant ici, s’avérait là insuffisant. Quant aux édifices mêmes, rares à la périphérie, ils se côtoyaient presque au cœur de la cité et l’on sait qu’aujourd’hui encore, Saint-Godard se dresse à quelque 50 mètres de l’ancienne église Saint-Laurent devenue musée Le Secq des Tournelles…

6Dans un esprit de rationalisation qui n’est pas sans rappeler le précédent, sous l’Ancien Régime, de cette Commission des réguliers qui avait supprimé sans aucun état d’âme divers établissements monastiques jugés superflus, les autorités issues de la Révolution, en même temps qu’elles s’efforcent de mettre sur pied une Église constitutionnelle assortie aux idées nouvelles, suppriment 24 des 37 paroisses existantes. Le nom de quelques-unes persistera dans la toponymie urbaine (rues Saint-Nicolas ou Saint-Étienne-des-Tonneliers) ou à travers quelque vestige archéologique, de la Tour Saint-Cande, rue aux Ours, aux fondations de Saint-Sauveur exhumées place du Vieux-Marché. Mais qui se souvient de Saint-Michel sa voisine, ou de Saint-Martin-du-Pont sur les quais ?

  • 3 Cf. Charles Ledré, Le cardinal Cambacérès, Paris, s.d., et la contribution du même à l’Histoire du (...)

7Le redécoupage de 1791 limitait l’effectif à 13, plus quelques succursales dans les faubourgs, la cathédrale elle-même se voyant érigée en « paroisse Notre-Dame » alors qu’elle n’exerçait auparavant de telles prérogatives qu’au titre de « Saint-Étienne-la-Grande-Église », minuscule paroisse dont la chapelle se nichait au rez-de-chaussée de la Tour de Beurre. Un remaniement au total modéré, encore qu’il ait pour conséquence de multiples suppressions d’églises dont les fidèles ne virent sans doute pas sans quelque chagrin le décor mobilier vendu à l’encan ni le bâtiment affecté à des usages profanes. Mais l’enchaînement accéléré des événements allait faire oublier ce premier pas vu la politique déchristianisatrice bientôt en vigueur, qui amenait une fermeture générale des églises ou leur dévolution à des cultes civiques. C’est seulement onze ans après, en juin 1802, que dans le nouveau cadre concordataire le cardinal Cambacérès, nommé archevêque de Rouen3, pourra établir une structure paroissiale durable appelée à marquer, avec quelques correctifs en 1806 puis 1829, les deux siècles à venir.

8Il n’y a plus que huit paroisses intra muros, mais de dimensions assez équilibrées : Saint-Vincent, Notre-Dame, Saint-Maclou, en bordure du fleuve, et plus au nord Saint-Patrice, Saint-Godard, Saint-Ouen, Saint-Nicaise et Saint-Vivien. Au-delà des boulevards ou de la Seine, quatre autres paroisses (La Madeleine, Saint-Gervais, Saint-Romain, Saint-Sever), et deux succursales (Saint-Hilaire et Saint-Paul).

  • 4 En témoignent entre autres les registres des conseils de fabrique.
  • 5 L’un deux, l’abbé Polleux verra sa tombe ornée... d’un tronc, en souvenir de ses quêtes incessante (...)

9Accepté avec soulagement après des années d’épreuves et de persécutions, ce nouveau découpage, du fait de sa durée, de son identification à un édifice cultuel admiré, restauré ou parfois reconstruit, enfin de la personnalité marquante de certains curés, n’allait pas tarder à être fortement intériorisé par la population rouennaise. Chaque paroisse devait ainsi acquérir une nette personnalité, avec une image socio-économique (Saint-Gervais est au XIXe siècle la paroisse du « Coton », avec le patronat textile ; Saint-Maclou est celle des journaliers, des ouvriers du port ; Saint-Patrice garde une tonalité presque aristocratique, dans un quartier d’anciens hôtels particuliers…), un certain esprit de clocher4, ou encore une pastorale particulière : les curés de la Madeleine sont des directeurs de conscience d’une austérité quasi janséniste ; ceux de Saint-Maclou ou Saint-Vivien donnent beaucoup dans le « social » et les œuvres de charité5.

Des adaptations dynamiques à l’évolution urbaine

  • 6 Rouen passe seulement d’environ 80 000 habitants, vers 1809, à 123 000 en 1936, déclinant de ce fa (...)

10Sur ces bases, les XIXe et XXe siècles allaient voir se développer à Rouen, en réponse à l’essor urbain puis face aux ruines de la guerre, une dynamique de croissance ou une volonté de reconstruction. Toujours plus : tel semble le mot d’ordre pour l’encadrement paroissial d’une agglomération dont la population, pourtant, augmente à un rythme, relativement modeste par rapport à d’autres grandes villes françaises6.

Le réseau paroissial rouennais aux XIXe-XXe siècles.

11La seconde moitié du XIXe siècle et encore le début du XXe voient ainsi l’ouverture de nouvelles paroisses ou succursales par subdivision de celles des faubourgs. Au nord, c’est Saint-Joseph (1868), au sud Saint-Clément (1869), à l’ouest le Sacré-Cœur (1890). Et en 1926 encore, le début d’urbanisation du plateau des Sapins aura pour écho la création de Saint-Jean-Eudes. Autant de « succursales », au départ, qui n’acquerront vraiment le statut de paroisses qu’après la Seconde Guerre mondiale, mais qui sont néanmoins perçues d’emblée comme telles par leurs habitants, disposant désormais d’une église et d’un clergé à eux. On peut y ajouter, dans l’immédiate continuité de l’espace bâti rouennais, les paroisses de Bihorel, commune séparée alors de Bois-Guillaume, au nord-est, ou de Saint-André, dans la partie basse de Mont-Saint-Aignan.

  • 7 Cf. La Cathédrale de Rouen, seize siècles d’histoire, sous la dir. de J.-P. Chaline, Rouen, Sociét (...)

12Aux destructions massives dues aux bombardements de 1944, qui rasent littéralement certaines des paroisses riveraines du fleuve avec tout ou partie de leurs églises, répond une volonté de reconstruire en conservant les mêmes structures paroissiales. Tandis que la Cathédrale est rouverte au culte en 19567 au sein d’un quartier presque totalement rebâti, la paroisse Saint-Maclou recourt provisoirement à la chapelle de l’œuvre des Saints-Anges, et celle de Saint-Vincent (dont on renonce à relever la magnifique église écrasée sous les bombes) s’accommodera longtemps d’un vaste hall rue du Général Giraud. Sur la rive gauche très atteinte également, l’église Saint-Sever, plus éloignée des quais, a par bonheur été préservée.

13Autre problème des décennies de l’après-guerre, on doit aussi faire face à l’afflux de population sur les Hauts de Rouen ou sur la rive gauche. Est alors créée la paroisse Notre-Dame de la Miséricorde pour les nouveaux quartiers de Mont-Saint-Aignan, tandis que côté Sapins et Grand-Mare, celle de Saint-Jean-Eudes se dédouble avec Sainte-Claire et Saint-François. Il en va de même pour Saint-Sever, avec la création de Saint-Jean-Baptiste-de-la-Salle, près des quais reconstruits, et la remise en service de l’ex-chapelle de Grammont sous le vocable de Sainte-Catherine.

  • 8 L’immense abbatiale, même après cessation des offices assurés par le clergé de Saint-Maclou, reste (...)
  • 9 Y contribueront le rayonnement de la congrégation des Pères du Saint-Sacrement, chargés des parois (...)
  • 10 Cf. le numéro spécial de la revue Monuments Rouennais, 1979, et la brochure réalisée plus récemmen (...)

14Ces créations n’impliquent nullement qu’on abandonne les vieilles paroisses d’un centre-ville en net déclin démographique. Ne lâchant qu’à regret Saint-Ouen8, fusionnée avec sa voisine la paroisse Saint-Maclou (laquelle gagne encore un lieu de culte supplémentaire sur l’Île Lacroix en plein repeuplement), l’administration diocésaine n’hésite pas à conserver, dans un rayon de 500 mètres, les trois paroisses de Saint-Godard, Saint-Patrice et Saint-Romain qui, toutes trois, prouveront d’ailleurs leur utilité par un taux de fréquentation des plus honorables et une certaine attraction sur des fidèles venus d’ailleurs9. Plus frappant encore, ces années voient la construction d’une église neuve en plein centre-ville qui ressuscite en quelque sorte l’ancien Saint-Vincent, les crédits au titre des dommages de guerre en étant reportés sur l’édifice très moderne de l’architecte Arretche, place du Vieux-Marché. Objet de maints débats, mais inaugurée finalement en 1979, la nouvelle église, siège d’une paroisse Saint-Vincent-Sainte-Jeanne-d’Arc10, marque sans doute le point ultime de cette dynamique si soucieuse d’étendre en même temps que de maintenir les signes d’une identité chrétienne dans l’espace urbain.

15Vers cette époque, au début des années 1980, on compte globalement 637 paroisses dans le diocèse de Rouen (amputé désormais de celui du Havre) pour 601 communes. Avec quelque 300 prêtres en activité, cela implique un sensible « binage », dans les paroisses rurales en voie de dépeuplement, mais aussi, choix constant des responsables diocésains, une affectation prioritaire aux paroisses urbaines qui, désormais, rassemblent une part grandissante de la population.

« Horizon 2005 » : l’organisation du repli ?

16Vingt ans plus tard, quel bilan et quelles perspectives ? Gageons qu’un contemporain des « trente glorieuses » que nous venons d’évoquer dans leur dimension paroissiale, brusquement transporté de nos jours, aurait le sentiment qu’à la volonté de répondre aux défis de l’époque – fût-ce avec un « triomphalisme » parfois dénoncé – fait place désormais l’organisation du repli.

17Résignation au déclin ? Adaptation réaliste ? Laissons-là ces jugements de valeur, incriminant ou justifiant une politique, et restons-en aux faits.

18Le premier, souvent oublié dans une approche contemporaine essentiellement sociologique de l’encadrement paroissial et dans les faux-semblants d’une consultation des fidèles, est d’ordre juridique :

19Qu’est-ce qu’une paroisse ? Qui la détermine ? À ces questions répond clairement en 1983 le Code de droit canonique : « Tout diocèse… sera divisé en parties distinctes ou paroisses », (canon 374) – « La paroisse est la communauté précise de fidèles qui est constituée d’une manière stable dans l’Église particulière, et dont la charge patronale est confiée au curé comme pasteur propre sous l’autorité de l’Évêque diocésain » (canon 515, 1). « En règle générale, la paroisse sera territoriale (…) ; mais là où c’est utile seront constituées des paroisses personnelles, déterminées par le rite, la langue, la nationalité des fidèles, et encore pour tout autre motif » (canon 518). Enfin – et surtout –, « Il revient au seul Évêque diocésain d’ériger, de supprimer ou de modifier les paroisses », après « avoir entendu le conseil presbytéral » (canon 515, 2).

  • 11 Terme employé par les auteurs de cette enquête diocésaine pour désigner les « sortes d’étoiles for (...)

20Le second fait est l’expérience des dernières décennies marquée, face à la régression du nombre de prêtres en activité, par la pratique déjà ancienne d’un regroupement rural poussé à l’extrême limite (parfois plus de dix paroisses sous la responsabilité d’un seul curé, chacune, théoriquement maintenue, n’ayant plus que de rares offices éventuellement relayés par des « Assemblées dominicales en l’absence de prêtre » ou A.D.A.P.). C’est ce qu’illustrent les cartes publiées dans le numéro cité d’Église de Rouen et du Havre, avec ces spectaculaires « oursins »11 dont la symbolique peu « conviviale » interpelle quelque peu tandis que leur réalité s’avère peu favorable au maintien local d’une pratique religieuse.

21Mais sans doute faudrait-il aussi prendre en considération des comportements urbains avec, dans un encadrement maintenu, toute une circulation d’une paroisse à l’autre, nombre de fidèles choisissant en fait les offices en fonction de l’horaire, du style liturgique voire de commodités matérielles (garderie d’enfants, facilités de parking…). Ajoutons d’autres lieux de culte possibles tels que couvents, aumôneries lycéennes, paroisse universitaire et « chapelles » en tout genre, les tenants de la messe en latin, par exemple, se voyant rouvrir une église Saint-Nicaise pour le reste désaffectée. Au total, une pratique nullement négligeable qui rend caduque la vieille opposition entre des citadins « indifférents » et des ruraux « fervents ». Ceux qui répandent le cliché selon lequel, en ville, les églises sont vides, devraient y entrer plus souvent. Ils constateraient qu’à Rouen, de Saint-Maclou ou Sainte-Jeanne d’Arc jusqu’aux églises de Mont-Saint-Aignan, il n’y a guère de places vides, même un dimanche ordinaire. Et c’est bien pourquoi les fidèles comprennent mal qu’on veuille supprimer une paroisse qui « marche ».

Les nouveaux regroupements paroissiaux dans l’agglomération rouennaise. D’après la revue Églises de Rouen et du Havre (17 janvier 1998).
Par rapport à ce projet, quelques modifications sont survenues dans la banlieue Est de Rouen.

  • 12 Une reprise est en revanche espérée pour les moins de 50 ans, qui passeraient dans le même temps d (...)

22L’argument, on le sait, statistiquement incontestable, est le vieillissement d’un clergé mal remplacé par des ordinations trop peu nombreuses. Dans son numéro spécial, la revue Église de Rouen et du Havre offre ainsi le tableau de son « évolution probable » : en 1997, sur 228 prêtres diocésains 154 seulement ont moins de 75 ans ; ils ne seront sans doute plus que 96 en 2005, et 87 dix ans après12. Sans discuter une pyramide des âges dont les effets inéluctables justifient qu’on s’inquiète de l’avenir et qu’on cherche des solutions, ne peut-on penser qu’on pourrait en imaginer d’autres ? On est surpris de lire sur le tableau cité que sur 178 prêtres actuellement en activité, 126 seulement sont au service des paroisses, décalage maintenu dans les prévisions suivantes. On sait par ailleurs qu’affrontés plus gravement encore au même problème, d’autres diocèses misent sur le diaconat ou confient des paroisses à telle communauté religieuse. Et l’on peut se demander, au vu de tel diocèse du Nord où cette politique a déjà été mise en oeuvre, si le souhait de « préparer les fidèles à une Église sans prêtres » qui n’est pas encore la réalité justifie qu’on les prive dès maintenant de pasteurs dont l’âge, à notre époque, n’est plus aussi rédhibitoire que jadis et qui seraient en mesure de poursuivre leur ministère dans une paroisse maintenue telle quelle.

  • 13 Un concept assez flou, faisant notamment référence aux « zones de chalandise », (c’est-à-dire aux (...)

23Quoi qu’il en soit, le plan « Horizon 2005 », présenté aux fidèles non sans quelque ambiguïté (celle d’une « consultation » perçue par eux comme un référendum alors qu’il s’agissait plutôt de leur faire approuver une décision déjà prise), opte pour la rétraction drastique d’un réseau paroissial ramené théoriquement, en considération du peuplement et des « bassins de vie »13, à une cinquantaine de circonscriptions pour l’ensemble du diocèse, dont cinq ou six pour Rouen. Le centre-ville sera ainsi réduit à deux paroisses, l’une rassemblant la Cathédrale, Sainte-Jeanne-d’Arc, Saint-Patrice et Saint-Godard, l’autre Saint-Maclou, Saint-Vivien ainsi que leurs voisines des faubourgs-est… S’y ajouteront une paroisse regroupant Saint-Sever et Saint-Clément, une pour les faubourgs de Rouen-Ouest (Saint-Gervais, Sainte-Madeleine, Sacré-Cœur), une au nord fusionnant Saint-Romain, Saint-Joseph, et la paroisse suburbaine de Bihorel, une autre enfin pour les Sapins et la Grand-Mare. Les trois paroisses de Mont-Saint-Aignan n’en formeront plus qu’une, tandis que Bois-Guillaume sera unie aux paroisses semi-rurales du nord. La banlieue de rive gauche, très peuplée sinon très pratiquante, garde en revanche presque toutes ses paroisses.

24« Ce ne sera pas un chamboulement », écrit Mgr Duval, archevêque de Rouen, dans sa lettre pastorale « Horizon 2005 ». « N’oublions pas que nous sommes en Normandie où il n’est pas d’usage de recourir à des mesures brutales et expéditives (…). Les églises actuelles ne seront pas fermées, la vie des quartiers sera au maximum maintenue »…

  • 14 Cet article fait le point de la situation en janvier 2000.
  • 15 Ces derniers projets seront finalement abandonnés.

25La volonté de rompre avec le passé s’affirme tout de même à travers le nom donné aux paroisses nouvelles : Saint-Guillaume (de Volpiano) pour celle de Fécamp, Notre-Dame de l’Oison (référence au ruisseau local) pour Caudebec et Saint-Pierre-les-Elbeuf, Saint-Jacques pour Mont-Saint-Aignan, les noms attribués aux paroisses rouennaises n’étant pas connus à ce jour14. Et déjà des églises vont fermer (par exemple Saint-Godard, en attendant Saint-Patrice), tandis qu’à Saint-André (qui avait probablement le taux de présence dominicale le plus élevé de l’agglomération), on programme la suppression de toute messe le dimanche15.

26On se gardera de juger ici ce qui, du point de vue pastoral, relève, nous l’avons dit, de la seule autorité du clergé et portera peut-être ses fruits. Devant cette restructuration profonde qui va bien au-delà de celles que l’on avait pu voir depuis 1789, force est cependant d’exprimer cette remarque finale : à travers le nouveau découpage transparaît un état d’esprit, héritier de la réflexion ou des aspirations développées. D’une part, ce souci « social » générateur d’un remords d’apparaître par trop comme l’Église des « riches », d’où la suppression par fusion de paroisses « bourgeoises » qui avaient pourtant la plus forte pratique et sans doute aussi la plus grande vitalité religieuse de toute l’agglomération. D’autre part, ce rêve d’un retour aux sources par-delà toutes les pesanteurs et tous les oripeaux de l’Histoire, vers quelque « religion des Catacombes » exempte de « triomphalisme », d’où la rupture frappante avec les références et l’enracinement historiques des paroisses ; d’où le désintérêt croissant pour les édifices religieux eux-mêmes : n’a-t-on pas détruit récemment deux églises du XIXe siècle au Havre avec l’accord du clergé ? Et à Rouen, l’église Saint-Jean-Eudes des Sapins n’a t-elle pas échappé de justesse au même sort en 1999 ? De tels exemples nous en avertissant : avec la circonscription de l’ancienne paroisse dès ces prochaines années, c’est la trace même d’une identité chrétienne qui risque de disparaître de l’espace urbain.

Notes

1 L’Ordo divini officii recitandi, édité sous contrôle de l’évêque à l’usage de chaque diocèse, associait à une partie proprement liturgique un « Annuaire ecclésiastique » pour l’année considérée, aux informations très précieuses.

2 N.-J. Chaline, Histoire du diocèse de Rouen-Le Havre, Éd. Beauchesne, Paris, 1976 ; Des catholiques normands sous la Troisième République. Crises, Combats, Renouveaux, éd. Horvath, Roanne, 1985, résumé de sa thèse soutenue à l’Université de Paris X en 1983 ; cf. aussi, du même auteur, Ces églises du XIXe siècle, Éd. Encrage, Amiens, 1993, qui donne la carte des paroisses et églises nouvelles de Rouen au XIXe siècle.

3 Cf. Charles Ledré, Le cardinal Cambacérès, Paris, s.d., et la contribution du même à l’Histoire du diocèse de Rouen, op. cit., chapitre VI : « La réorganisation concordataire ».

4 En témoignent entre autres les registres des conseils de fabrique.

5 L’un deux, l’abbé Polleux verra sa tombe ornée... d’un tronc, en souvenir de ses quêtes incessantes en faveur des déshérités. Cf. J.-P. Chaline (dir.), Mémoire d’une ville. Le Cimetière Monumental de Rouen, Rouen, 1997.

6 Rouen passe seulement d’environ 80 000 habitants, vers 1809, à 123 000 en 1936, déclinant de ce fait du 5e au 13e rang des villes françaises. L’agglomération ne dépasse guère 200 000 habitants vers 1914. cf. J.-P. Chaline, chap. XII et XIV de l’Histoire de Rouen, sous la dir. de M. Mollat, Toulouse, 1979.

7 Cf. La Cathédrale de Rouen, seize siècles d’histoire, sous la dir. de J.-P. Chaline, Rouen, Société de l’Histoire de Normandie, 1996.

8 L’immense abbatiale, même après cessation des offices assurés par le clergé de Saint-Maclou, restera ouverte à des célébrations épisodiques.

9 Y contribueront le rayonnement de la congrégation des Pères du Saint-Sacrement, chargés des paroisses Saint-Romain et Saint-Godard, mais aussi bien des horaires appréciés, l’office du samedi à 17 h 30 à l’église Saint-Patrice rassemblant ainsi de nombreux fidèles venus de tout le nord-ouest de Rouen.

10 Cf. le numéro spécial de la revue Monuments Rouennais, 1979, et la brochure réalisée plus récemment par Olivier Chaline, La place du Vieux-Marché et le martyre de Jeanne d’Arc, éd. Corlet, 1999.

11 Terme employé par les auteurs de cette enquête diocésaine pour désigner les « sortes d’étoiles formées de traits rattachés à un point » qui figurent les dessertes multiples assumées par un même curé.

12 Une reprise est en revanche espérée pour les moins de 50 ans, qui passeraient dans le même temps de 31 à 42.

13 Un concept assez flou, faisant notamment référence aux « zones de chalandise », (c’est-à-dire aux centres commerciaux) ou aux relations courantes de voisinage, et qu’on oublie à l’occasion en refusant d’unir, par exemple, Saint-André et Saint-Romain, beaucoup plus proches entre elles, à tout point de vue, que des paroisses du plateau.

14 Cet article fait le point de la situation en janvier 2000.

15 Ces derniers projets seront finalement abandonnés.

Table des illustrations

Légende Les paroisses de Rouen en 1789.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1450/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende Le réseau paroissial rouennais aux XIXe-XXe siècles.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1450/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende Les nouveaux regroupements paroissiaux dans l’agglomération rouennaise. D’après la revue Églises de Rouen et du Havre (17 janvier 1998).Par rapport à ce projet, quelques modifications sont survenues dans la banlieue Est de Rouen.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1450/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 220k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search