Versión clásicaVersión móvil

Les Chrétiens dans la ville

 | 
Françoise Thélamon
, 
Jacques-Olivier Boudon

La paroisse dans l’espace urbain

La paroisse Saint-Laurent de Rouen d’après ses comptes : évolution financière et sociale

Marie Pouméroulie

Texto completo

1Les comptes de fabrique permettent d’aborder la vie des fidèles sous un angle particulier : celui de l’église paroissiale comme cadre structurant de la société laïque. Le système paroissial, régisseur de la vie quotidienne, est aussi une unité de population, dont l’église est le pivot central. L’étude de la paroisse de Saint-Laurent de Rouen, aux XVe-XVIe siècles, donne l’occasion d’observer l’ancrage urbain du christianisme par diverses manifestations. Le cycle liturgique, le faste des cérémonies sont un exemple de cette intégration des manifestations religieuses au sein de l’espace urbain, tant à l’intérieur de l’église qu’au travers des grandes processions. Le mode de gestion de la fabrique, associant laïcs et ecclésiastiques dans la recherche de fonds, et l’évolution de la composition sociale de Saint-Laurent contribuent eux aussi à cette appropriation de l’espace urbain par la communauté des fidèles. C’est pourquoi nous nous intéresserons, dans un premier temps, à l’église Saint-Laurent et à sa vie paroissiale, avant d’observer les revenus et l’évolution sociale de la paroisse, aux XVe-XVIe siècles.

La paroisse Saint-Laurent : le développement de la vie cultuelle

2La paroisse Saint-Laurent, actuel musée Le Secq des Tournelles, est assez bien documentée grâce aux registres de ses comptes allant de 1444 à 1546 même si seuls certains aspects de la vie paroissiale nous sont connus par ces données chiffrées. Au fil des rédactions, la vie religieuse apparaît dans le déroulement du calendrier liturgique, avec tout ce qui est indispensable à l’éclat de ses cérémonies habituelles et de ses fêtes.

  • 1 ADSM, G 6800, année 1524-1525, f° 179.
  • 2 ADSM, G 6798, année 1485-1486, f° 251 v.
  • 3 ADSM, G 6800, année 1520-1521, f° 111.
  • 4 Voir note 1.

3Le faste est une donnée récurrente dans les comptes de Saint-Laurent. L’utilisation intensive des chandelles et la profusion de lumières à l’intérieur de l’église montrent l’importance revêtue par la notion de « beau ». Chaque détail contribue au bon déroulement du culte liturgique, au plaisir de l’œil et à l’orgueil paroissial. La musique a, elle aussi, son importance, notamment avec la possession d’un orgue, objet coûteux signalé dans les comptes de la paroisse dès 1461. On peut d’ailleurs imaginer la beauté de l’instrument, lorsque, en 1524, 379 livres sont engagées par la fabrique pour les orgues encommencés à faire1 ; sa décoration, moyennant 400 livres tournois, est confiée à Maître Jehan Théroulde qui taille deux anges de pierre tenant les trompes des orgues, trompes censées se lever au rythme des accords. On se représente sans peine la magnificence des services, grâce aux achats de calices d’argent, de chandeliers de cuivre ou encore par le luxe des étoffes, comme en 1485 avec la livraison d’une chape d’or2. Avant 1485, ces somptueuses étoffes provenaient des dons des riches paroissiens à l’occasion de leurs fondations ; puis, après cette date, elles font l’objet d’achats auprès d’artisans et de marchands locaux : en 1520 par exemple, des étoffes de damas blanc à fleurs d’or sont commandées à Antoine Caradas pour 196 livres3. La décoration intérieure de l’église, confiée à Jacques Fescal, ne manque pas non plus de splendeur avec ses peintures aux couleurs vives, ses motifs appliqués de feuilles d’or et ses vignettes historiées4. Ce cadre, que l’on souhaite grandiose, est exposé fièrement à la vue des fidèles, et surtout à celle des paroisses voisines, lors des grandes fêtes solennelles.

  • 5 ADSM, G 6796, « Inventaire des lettres, titres et escriptures… », 1706-1746, f° 360.
  • 6 ADSM, G 6800, année 1543-1544, f° 627.

4Dans chaque paroisse, la vie est rythmée par les messes, les fêtes, les processions et les présentations de reliques, ces dernières étant l’objet de prières et de contacts. On souhaite, si possible, se faire inhumer dans une église où repose un saint ou à proximité, dans le cimetière, afin de bénéficier de sa protection. Les pèlerinages auprès de ces restes sacrés sont donc un des grands moments de la vie religieuse. Le chartrier de Saint-Laurent ne manque d’ailleurs pas d’inscrire que en l’année 1534, l’on a eu les deux anges de vermeil où est pour relique du genouïl de saint Laurent5. Les fidèles se pressent à l’église aux jours habituels et aux grandes fêtes liturgiques ; la foule amassée est telle qu’en 1543, les trésoriers, à l’issue du conseil de fabrique, prennent la décision de fere augmentation dicelle esglise de Sainct-Laurens pour subvenir a recueillir le peuple es jours de dimence et autres festes solempnelles (…) du costé de la chapelle Nostre-Dame vers Sainct-Godart6.

  • 7 N. Périaux, Histoire sommaire et chronologique de la ville de Rouen…, Gérard Monfort Éditeur, Brio (...)
  • 8 ADSM, G 6800, année 1539-1540, f° 547 v.
  • 9 Ibid., note 8.
  • 10 ADSM, G 6794, f° 7 : « est ce qui a este arreste et ordonne par les dits sieurs curé et tresaurier (...)
  • 11 L.-R. Delsalle, « De l’Église installée à l’Église contestée 1450-1600 », Le Diocèse de Rouen-Le H (...)

5La messe du dimanche est connue dans les comptes grâce au chapitre des bassins, le bassin de l’Œuvre et celui de Notre-Dame. Chaque jour est marqué par des cérémonies religieuses diverses. Si l’on en croit N. Périaux, en 1493 « l’Échiquier rendit, le 22 décembre, un arrêt duquel il résultait que « de grant ancienneté » l’église Saint-Laurent était la paroisse adoptée par les cordonniers et que l’on y disait chaque jour la messe en l’honneur de Saint-Crespin, de Saint-Crespinien, de Saint-Martin et de Saint-Remy, leurs patrons »7. En plus de cette célébration, sont dites chaque jour les messes de Notre-Dame et des différentes fondations créées par les fidèles, dont le nombre augmente régulièrement. Certains donateurs ont ainsi souhaité, comme Messire de Quièvremont, que soient dites quatre messes par sepmaine8 ou bien, comme Messire Gravelle, ont veillé à créer une messe dicte par chacun jour de la sepmaine9. Un horaire est donc mis en place afin de permettre le bon déroulement de ces obligations liturgiques, horaire fixé pour la première messe es estre a son heure ordinaire qui doibt estre a quatre heure et demye en esté et en yver a cinq heures et demye10, avec, comme de coutume, l’annonce faite par des envolées de cloches. Les autres messes se succèdent ensuite à une heure d’intervalle11. Mis à part ces messes quotidiennes, la paroisse vit selon le rythme des cérémonies de l’année liturgique.

  • 12 ADSM, G 6800, année 1527-1528, f° 250.

6Après la période du Mardi Gras, riche en fêtes et en festins, le mercredi des Cendres ouvre le temps du Carême. Les trésoriers ne font allusion à ce dernier que dans le chapitre des dépenses, en 1527-1528, lorsqu’ils paient 2 sous tournois pour les deux cordes des courtynes de devant le grant autel qui sert en Karesme12.

  • 13 ADSM, G 6800, année 1534-1535, f° 429.
  • 14 ADSM, G 6800, année 1539-1540, f° 546.
  • 15 ADSM, G 6800, année 1528-1529, f° 275 v.
  • 16 ADSM, G 6800, année 1518-1519, f° 50 v : du beuffet des rellicque devant le cruxcefiz de la nef on (...)
  • 17 Voir note 13.
  • 18 ADSM, G 6800, année 1540-1541, f° 570.

7La période qui s’étend de la Semaine sainte à la Pentecôte apparaît dans les comptes sous le titre de : recepte des deniers des rellicques dicelle eglise13. Dans ce chapitre sont recensées toutes les présentations de reliques et les fêtes correspondantes. La première, qui ouvre le temps de la Semaine sainte, a lieu le jour de Pasques floryes14 ou jour des Rameaux. Les trésoriers doivent pourvoir à l’achat de l’herbe qui jonche alors le sol auprès d’un fournisseur à Yonville. Et ils dépensent une somme de 10 sous tournois environ pour le bouys de Pasques Fleuryes15, béni par les prêtres au cours de la célébration. À cette occasion, on sort les reliques, qui sont offertes au regard sur un banc spécial appelé beuffet des rellicque16 ou sur des tables des rellicques17 et associées aux processions qui partent de la cathédrale. On ne lésine pas sur la décoration ; tapisseries et courtines, objets de soins durant l’année, sont sorties des coffres et un tendeur qui tendist la tapesserie en l’eglise18 est spécialement recruté pour 5 sous tournois.

  • 19 ADSM, G 6800, année 1534-1535, f° 429 v.
  • 20 ADSM, G 6800, année 1519-1520, f° 89.
  • 21 Ibid., note 20.
  • 22 ADSM, année 1539-1540, f° 546.
  • 23 ADSM, G 6800, année 1537-1538, f° 516.

8Les célébrations de la Semaine sainte se poursuivent avec celles du jour du jeudi absolu19, c’est-à-dire le Jeudi saint. Ce jour-là, la Cène du Christ est commémorée par les fidèles. Les trésoriers prévoient donc chaque année, comme en 1519 ung cent de pommes d’orenge et ung cent de pommes de renecte pour la dite cene20 accompagnés de deux livres et demye de dragee pour la sene21. Le lendemain, ou vendredi aoure22, le Vendredi saint, les chrétiens célèbrent la Passion et la crucifixion du Christ. Les comptes précisent qu’en signe de deuil le clerc prend en charge de couvrir, plus exactement de « mucher », les images des saints. Les trésoriers, eux, veillent à avoir faict reffaire la croix que on porte à la procession23.

9Le jour de l’Ascension, est l’occasion d’une cérémonie particulière, la fête de la Fierte, nouvelle occasion pour Saint-Laurent de présenter ses reliques à la foule.

  • 24 ADSM, G 6800, année 1539-1540, f° 550.
  • 25 Id., note 26.
  • 26 ADSM, G 6800, année 1528-1529, f° 269.
  • 27 L.-R. Delsalle, Rouen et les Rouennais au temps de Jeanne d’Arc 1400-1470, Rouen, Éditions du P’ti (...)
  • 28 ADSM, G 6800, année 1527-1528, f° 243 v.

10La Pentecôte permet de mettre en scène l’évangile pour une liturgie très concrète qui se déroule dans chaque église de la ville et veut reproduire la venue de l’Esprit Saint. Les comptes font souvent référence à la pomme qui sert à la penthecouste pour le Sainct-Esprit24 et à des achats d’oiseaux de races variées, dont un coulomb blanc et une douzaine de moissons25, c’est-à-dire des moineaux ; parfois il faut se contenter de quatre cailles et aultres oyseaulx pour ce que on ne peult trouver des moyssons26. Ces volatiles étaient vraisemblablement placés dans la pomme, sorte de cage suspendue à la voûte de l’église, d’où ils étaient libérés par le clerc, évoquant la manifestation de l’Esprit lors du baptême du Christ27 ; des petits gâteaux appelés omblyes ou oublies28 étaient ensuite distribués aux paroissiens, à la place du pain bénit.

  • 29 ADSM, G 6800, année 1521-1522, f° 127.

11Notons encore la fête patronale du 10 août. Le saint patron permet de bénéficier de trois jours de liesse où gaieté et défilés sont de mise. La foule amassée est telle que, chaque année, les trésoriers recourent au service d’un verrier, comme en 1534, pour retirer les panneaux afin de faire circuler l’air et obvier a la challeur. Une foire a lieu le lendemain et, en 1521, 3 sous tournois sont versés pour le benellier qui a widé les widenges a cause de la foire ensuivant le jour Saint-Laurent29.

  • 30 L.-R. Delsalle, « De l’Eglise installée… », p. 84.
  • 31 ADSM, G 6800, année 1527-1528, f° 244.
  • 32 ADSM, G 6800, année 1529-1530, f° 292 v.
  • 33 ADSM, G 6800, année 1520-1521, f° 105 v, et année 1536-1537, f° 491 v : a cellui qui apporta l’yma (...)

12George II d’Amboise a fait supprimer une dizaine de ces fêtes en 1526, mais il en reste une quarantaine outre les dimanches30. Ces restrictions n’empêchent pas la paroisse de se réunir pour benir les chasubles31, prêter les ornements qui ont servy aux procureurs du Bailliage a dire une messe en la dite eglise32, participer à la frarie de la Passion33, dont un porteur amène de Saint-Patrice l’image de Notre-Dame. La participation à ces nombreuses fêtes se manifeste donc par l’ampleur des processions et la contribution de toutes les églises de la ville. Les comptes de Saint-Laurent, entre 1444 et 1546, révèlent aussi l’importance de l’investissement communautaire de chacun.

Le rôle des femmes

13Les registres de la fabrique révèlent les multiples activités de chacun, notamment le rôle non négligeable rempli par des femmes. Celles-ci apparaissent, dans les années 1515-1546, telles des dames patronnesses, chargées de veiller à certaines tâches. Les trésoriers associent leurs épouses à leur fonction mais leur délèguent toutefois des missions de moindre prestige.

  • 34 ADSM, G 6800, année 1517-1518, f° 37 v.
  • 35 Ibid. : non comprins 28 sous retenuz (…) qu’elle a employé en façon d’aubes.

14En 1517-1518, parmi les autres recettes courantes, on peut alors lire ceci : Le XXVIIIème jour de mars a esté receu par les mains de la femme Geffin le Rat aussi tresorier de reste de la cueillette que ont fait les femmes des dits tresoriers pour la parroisse la sepmaine precedente (…) pour la dite eglise34. La femme de Guieffin le Rat, après avoir « cueilli » l’argent prend la décision d’en disposer, au moins pour 28 sous sur les 45 récoltés, pour faire confectionner des aubes35.

  • 36 ADSM, G 6800, année 1527-1528, f° 251.
  • 37 Ibid., f° 251 v.
  • 38 Id., note 39.

15En plus de la collecte d’argent, les femmes ont voix au chapitre pour tout ce qui touche aux objets de culte et, plus précisément, aux vêtements. En 1527, la femme de Robert de Rouves a present tresoriere, reçoit par les mains de la femme Monseigneur de Frontebost precedente tresorière XXX aulnes de toille36 et toutes sortes de tissus dont elle peut disposer comme elle l’entend ; ainsi il a alors été prins par la dite de Rouves au coffre du linge de dens le dit tresor de la dite eglise quatre aulnes de toille dont a esté fait deux surplix37. On s’aperçoit qu’il entre dans ses fonctions de pouvoir décider de l’attribution de ces ornements puisque l’un des deux surplis est baillé au clerc et l’autre à Messire Jehan38.

  • 39 ADSM, G 6800, année 1527-1528, f° 241.

16On se rend compte aussi que cette activité est prise avec sérieux, puisque l’on note un rituel de passation de pouvoirs : la remise du linge équivaut à la prise en charge effective de ce rôle de trésorière, en même temps qu’elle dégage de toute responsabilité l’ancienne mandataire, selon le même principe que pour les hommes : ces derniers se remettent l’argent, les femmes se remettent le linge paroissial. De même, on peut observer que les hommes font des dons d’argent tandis que les femmes font don de linge ou de vêtements39.

  • 40 Id., note 41.
  • 41 Id., note 41, elle le dépasse de 51 sous 6 deniers cette année-là lesquelles partiez montent (…) 7 (...)

17La trésorière participe aussi aux recettes de la fabrique, puisqu’en 1527-1528, il a esté receu par la dite tresauriere pour le viel linge d’eglise vendu 22 sous 6 deniers40. Cette dernière a également pour ses dépenses un budget qu’elle doit équilibrer41. Ces femmes bénéficient du prestige de la fonction de leur mari tout en se trouvant impliquées dans les différentes formes de gestion de la fabrique.

  • 42 ADSM, G 6800, année 1527-1528, f° 241.
  • 43 ADSM, G 6800, année 1519-1520, f° 73 v.
  • 44 Id., note 45.
  • 45 ADSM, G 6800, année 1520-1521, f° 92.

18Plusieurs fois, dans les comptes, on remarque cette contribution : en 1527 La femme du Bailli Deshayes fait don à la paroisse d’un doublier baillé à la dite tresoriere42. En 1519-1520, la mère de Jehan Berthin deffuncte est reconnue comme avoit esté tresoriere d’eglise43, ce qui vaut d’ailleurs au trésor, lors de son inhumation, un don de deux philipus vallant 53 sous44. Le plus généralement, les femmes, et pas seulement les épouses des trésoriers, s’occupent de la recette des bassins de Notre-Dame ; en 1520-1521 il est spécifié par le trésorier qu’il a receu du bachin de l’euvre cueilly par la femme Pierre Nicolas la somme de 21 sous 2 deniers45. Malgré tout, les trésoriers gardent la haute main sur les revenus de la fabrique.

Le personnel ecclésiastique de la paroisse et les conflits d’intérêt

  • 46 ADSM, G 6798, année 1444-1445, f° 6 v.
  • 47 ADSM, G 6798, année 1445-1446, f° 12 v. « Tesmoing les seingz manuelz de Monseigneur le curé et pl (...)
  • 48 Id., note 49, f° 12.

19De 1444 à 1515, les mentions concernant les membres du clergé sont assez réduites, celles-ci n’apparaissant que lors des séances de reddition des comptes. Au cours de ces séances, la fonction originelle de la fabrique est rappelée, avant qu’elle n’ait été accaparée par les laïcs : c’est une institution de gestion des biens par et pour les ecclésiastiques. Aucune reddition de comptes n’a lieu sans la présence de vénérable et discrepte personne46 monseigneur le curé de la paroisse. Le prêtre en charge de la cure exerce un contrôle sur la gestion des comptes avec l’assemblée des paroissiens, répondant ainsi à sa mission : direction spirituelle mais aussi administration de la paroisse. Il est le seul à avoir son nom toujours en tête du texte et le premier à apposer son paraphe au bas des feuillets47. Comme on le constate en 1445-1446 où il est inscrit : en dons qui sont à recouvrir au prouffit de la dite église (…) lesquieux dons sont escripts en ung feuillet de papier signé de Monseigneur le curé baillé aux trésoriers à présent pour receuillir (en argent)48, le curé veille à ce que la générosité ne soit pas qu’une promesse.

  • 49 ADSM, G 6796, Inventaire général des lettres… 1706-1746, « chapitre des noms de messieurs les curé (...)
  • 50 ADSM, G 6798, année 1463-1464, f° 114 : ce présent compte veu et examiné (…) es présence de Monsei (...)
  • 51 ADSM, G 6798, année 1468-1469, f° 142 : ce compte fu veu et examiné le IIIIè jour d’avril mil quat (...)
  • 52 ADSM, G 6798, année 1465-1466, f° 125 v : ce compte fu veu et examiné (…) es presence des tresorie (...)

20Le premier curé connu est Maître Jehan Gieffroy, dont le chartrier de l’église précise qu’il est chanoine en l’église et cathédrale Notre-Dame de Rouen49. Il détient la cure de Saint-Laurent jusqu’en 1464, et aucune séance de reddition n’a lieu sans lui50. Son successeur, Messire Jehan Héron, n’obtient la cure qu’en 1468-1469, d’après les premières mentions des trésoriers51. Après la mort de Jehan Gieffroy, la charge a été exercée provisoirement, de 1464 à 1468, par les chapelains de l’église ; en raison de l’absence de détenteur officiel, la signature d’un compte a même été differs a signer52 jusqu’à l’autorisation de l’archidiacre.

  • 53 ADSM, G 6799, année 1496-1497, f° 22.

21D’après les registres, il semble que Maître Jehan Héron ait accordé moins d’intérêt aux auditions publiques que Maître Gieffroy, car ses apparitions sont beaucoup plus ponctuelles que celles de son prédécesseur ; sur vingt et une lectures, il est absent de onze d’entre elles, le vicaire de la paroisse faisant office de remplaçant. Maître Jehan Héron conserve son ministère jusqu’en 1488-1489. Ensuite, son départ laisse une fois de plus la paroisse sans officiant, jusqu’en 1496-1497, date où le chapitre de la cathédrale nomme enfin Richart Perchart chanoyne en l’église Notre-Dame de Rouen et curé de la dite église53, régularisant la situation.

  • 54 ADSM, G 6798, année 1489-1490, f° 288.
  • 55 ADSM, G 6800, année 1526-1527, f° 229 : veu et examiné en la présence de Maistre Jehan Tardivel pr (...)

22De 1497 à 1503, on ne peut juger de l’intérêt porté par ce curé à l’administration des biens paroissiaux, les états abrégés étant suspendus, sauf de 1500 à 1502, où l’on sait qu’il a été présent puisque sa signature est apposée au bas des feuillets. Si l’on en croit les inscriptions des années 1503 à 1506, les vicaires assurent de nouveau le remplacement à l’avantage du vicaire qui devient le tenant (…) de la cure54, mais qui perd progressivement son droit de regard sur les comptes. La responsabilité du ministère paroissial est ensuite allouée à Maître Jehan Tardivel, à partir de 152655, charge qu’il occupera encore en 1536. Il sera remplacé en 1542 par son frère Michel, curé jusqu’en 1546. De 1444 à 1546, on note que l’église a vu se succéder cinq curés.

  • 56 V. Tabbagh, « Trésors et trésoriers des paroisses de Rouen (1450-1530) », RHEF, tome LXXVII, 1991, (...)
  • 57 N. Périaux, Histoire sommaire…, p. 104.
  • 58 ADSM, G 6798, année 1476-1477, f° 188, année 1477-1478, f° 194, année 1478-1479, f° 201 v, année 1 (...)

23Que ce soit le prêtre ou son vicaire, le détenteur de la cure n’exerce pas seul ; il est accompagné par un corps de desservants, pour l’aider dans ses fonctions. Si l’on reprend la période 1444-1515, on s’aperçoit que le nombre de ces desservants est très aléatoire. Selon V. Tabbagh, « chaque paroisse (faisait) vivre convenablement environ cinq prêtres »56. Au regard des informations livrées par les registres de la fabrique, Saint-Laurent ne semble pas suivre cette moyenne. Entre 1444 et 1451, la paroisse a cinq prêtres et un clerc pour assurer le culte. Mais, en 1452-1453, on recense huit personnes au service de la communauté. En 1459, dans la clôture de la séance, il est cité dix noms de prêtres, ce qui est considérable et confirmerait que Saint-Laurent dépasse la moyenne générale de cinq prêtres. On peut penser que certains prêtres ont sans doute fait partie des enseignants de l’école de grammaire, attestée dans plusieurs documents de 1280-1293, selon N. Périaux57, et située derrière l’église. Celle-ci était dépendante du Chapitre qui l’a acquise, et son enseignement était dispensé par des maîtres, religieux de formation. En recensant les différents noms livrés par les redditions de compte jusqu’en 1515, on constate que les membres du clergé sont assez nombreux certaines années : en 1477, ce sont treize prêtres qui assistent à l’audience publique ; onze pour 1478 ; de nouveau treize personnes l’année suivante ; quatorze pour l’année 1492 et jusqu’à dix-huit prêtres mentionnés en 1508. En 1513, le record de présence est battu avec vingt et un membres du clergé inscrits au registre de comptes58 ; généralement, le nombre est compris entre neuf et treize personnes en moyenne, contrairement à la période 1515-1546 où une stabilisation à dix ou onze membres apparaît. Cet accroissement des desservants permet de répondre aux attentes religieuses des fidèles.

  • 59 F. Rapp, « La paroisse et l’encadrement religieux des fidèles du XIVe au XVIe siècle », Actes du 1 (...)
  • 60 ADSM, G 6798, année 1487-1488, f° 268 v; Quevilly: com. Grand-Couronne, par. dioc. de Rouen ; Sain (...)

24La pratique permettant à un prêtre de cumuler plusieurs sources de revenus59, avec toutefois une préférence très nette pour le milieu urbain, se retrouve à Saint-Laurent, une paroisse de plus en plus aisée. En 1487, mis à part Maître Jehan Héron et Maître Jehan Laurens son vicaire et chapelain, les autres clercs sont inscrits sous les titres suivants : Messires Jehan Mahiet curé de Compainville Messire Jehan Longfieu curé d’Angoville Maistre Robert Heron curé de Quevilly Maistre Jehan Oseime curé de Castillon Maistre Pierre Lecordier curé d’Aubenoy60.

  • 61 ADSM, G 6798, année 1454-1455, f° 64 v.
  • 62 B. Chevalier, Les bonnes villes de France du XIVe au XVIe siècle, Paris, Aubier, 1982, p. 245.

25Une autre forme de cumul est mentionnée en 1454, où l’on peut lire que ce present compte veu examiné et accepté en la présence de Monseigneur le curé (…) plusieurs autres et moy Jehan Riquier prestre et a present chappellain et fermier de la dite eglise61. Jehan Riquier a donc pris l’église paroissiale par bail à ferme contre rémunération afin d’améliorer sa situation financière62. Les comptes de Saint-Laurent ne permettent pas de connaître la durée de son bail. On sait que l’affermage des revenus paroissiaux est relativement fréquent.

  • 63 ADSM, G 6800, année 1533-1534, f° 416.
  • 64 ADSM, G 6800, année 1529-1530, f° 307.
  • 65 Ibid., f° 416.

26A partir de 1515, les différents officiants sont rémunérés par la fabrique : les trésoriers paient régulièrement un clergé dont il est précisé qu’ils sont tous prebres demourant en la dite parroisse63. Les prêtres sont rémunérés suivant le nombre de messes qu’ils ont célébrées. Certains, comme Maître Jehan Boissaye, multiplient les menus services auprès de la fabrique pour améliorer leurs revenus. Il n’hésita pas à s’occuper de la surveillance du chantier en cours, puisqu’en 1529-1530 il est rétribué pour ses paines et vacacions d’avoir esté continuelement sur le dit ouvrage (…) pour tout le temps qu’il y a vacquer la somme de 100 sous tournois64. Un des tenants de la cure de Saint-Laurent, diversifie ses activités professionnelles : en 1534, Maître Jehan Tardivel est inscrit à l’audition en tant que prebre docteur en medecyne curé de la dite église65.

  • 66 V. Tabbagh, « Trésors et trésoriers… », RHEF, p. 131.
  • 67 ADSM, G 6800, année 1523-1524, f° 169 v.
  • 68 ADSM, 2E 1/213, tabellionage de Rouen, année 1489, fos 128 v-129.
  • 69 ADSM, G 6846, parchemin du 9 août 1489, copie du procès.
  • 70 ADSM, 2E 1/213, tabellionnage de Rouen, 1489, fos 128-129.

27La communauté a un pouvoir de contrôle sur son clergé : elle peut procéder à son renvoi66 ou encore le contraindre en l’assignant en justice comme ce fut le cas en 152367. Les procès indiquent les tensions entre clergé et paroissiens. Le premier procès qui divise la paroisse a lieu en 1489. Messire Jehan Héron, s’oppose aux tresoriers (…) et procureurs des autres parroissiens dicelle parroisse68 au sujet des reliques. Le problème de la droiture des reliques69 est latent depuis l’année 1483 : le curé réclame qu’on lui verse 10 livres par an pour les reliques de Saint-Laurent, ce que refusent les paroissiens. L’affaire semble réglée par un accord à l’amiable : Messire Jehan Héron accepte de ne conserver que le bénéfice de sa cure ; la paroisse obtient, quant à elle, les biens meubles et hostels du tresor et fabrique70. Mais la procédure n’est pas achevée ; en 1544 elle est encore en cours.

28L’aspect éclectique des notations des comptes se révèle précieux pour la connaissance de la vie quotidienne d’une paroisse. La religion imprime son rythme de fêtes et de cérémonies, alors que les affaires judiciaires viennent souder les paroissiens face à leur curé, si souvent absent de sa prébende. L’influence de la nouvelle élite imprime sa marque en usant sans restriction des moyens judiciaires de pression pour conserver l’aisance et la richesse de Saint-Laurent.

Les sources de revenus à Saint-Laurent

  • 71 V. Tabbagh, « Trésors et trésoriers…. », RHEF, p. 125.

29La fabrique associe laïcs et ecclésiastiques à la gestion des biens paroissiaux ; elle est donc témoin de l’investissement communautaire à Saint-Laurent. Les trésoriers ont pour mission de gérer les recettes de la fabrique et de récolter le plus de revenus possibles. Le trésor « est d’abord un organisme financier »71, tenant une comptabilité de plus en plus rigoureuse, inscrivant en détail chaque somme perçue.

30Entre 1525 et 1546, on assiste à une multiplication des chapitres de recettes (comme de dépenses), cette accumulation de précisions correspondant à l’amélioration graduelle des finances de la fabrique. Cette dernière arrive peu à peu à solder ses déficits pour pouvoir inscrire régulièrement, à partir des années 1505-1510, le bénéfice réalisé par le précédent trésorier (graphique 1).

Graphique 1. – Évolution de la recette de la fabrique de Saint-Laurent de 1444 à 1546.

31Au regard de la courbe, l’enrichissement progressif du trésor au cours de la période 1444-1546 est nettement visible : malgré le caractère accidenté de cette courbe, dû aux fluctuations des recettes, la tendance est sans conteste à la hausse. Tout au long de la période 1444-1546, la fabrique augmente régulièrement ses fonds, passant de 175 livres tournois en 1444 à des résultats impressionnants : en 1511 la recette atteint 2 078 livres tournois, en 1541, 1 908 livres tournois.

  • 72 G. Bois, Crise du féodalisme, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 19 (...)
  • 73 ADSM, G 6798, année 1446-1447, f° 14 v.
  • 74 G. Bois, op. cit., note 78, chapitre 14 : « La renaissance économique et démographique vers 1450-v (...)

32Les recettes de la fabrique de Saint-Laurent sont le reflet, à l’échelle paroissiale, de la situation économique de la ville et de la région normande tout entière. Les premiers comptes dont nous disposons pour le trésor débutent en 1444-1445, c’est-à-dire pendant la période définie par G. Bois comme un « Hiroshima en Normandie »72. À ce moment, Rouen est encore sous domination anglaise ; sa reconquête par le roi de France se faisant attendre jusqu’au 29 octobre 1449. D’ailleurs la présence anglaise dans la ville se remarque aussi puisqu’en 1446 Jehan Kempe anglois verse dix sous par an de rente à la fabrique a cause de sa femme pour la maison qui fut jadiz Bertault Tanquerel73. Malgré tout, Saint-Laurent réussit, de 1444 à 1450, à maintenir un certain niveau de revenus de 300 livres tournois en moyenne pour les sept premières années de compte. Peut-on voir là une incidence bénéfique des trêves de Tours qui ont mis un terme relatif au conflit ? En tout cas, la reprise est nette à partir de 1450. Après cette date, l’atmosphère économique se modifie rapidement. Les signes de reprise se multiplient74, les campagnes de travaux lancées dans les diverses paroisses de la ville comme à Saint-Laurent, à Saint-Maclou (depuis 1432) ou encore à Saint-Vincent, pour ne citer qu’elles, en témoignent au même titre que les recettes des trésors qui sont alors en mesure d’augmenter progressivement leurs ressources.

33Cette phase d’euphorie économique persiste jusqu’en 1500, période où commencent selon G. Bois « les nouvelles impasses de la croissance » qui ne prendront fin qu’aux environs de 1550. Cette phase « d’impasse économique » ne semble pas gêner le trésor de Saint-Laurent qui atteint alors ses meilleurs niveaux de revenu. De 1500 à 1546, la progression des finances s’accélère pour la fabrique, qui passe alors de 610 livres tournois en 1500 à 1 076 livres tournois en 1544 avant d’enregistrer une baisse à 810 livres tournois en 1545, ce qui correspond environ à une moyenne de 1 100 livres tournois.

34Cette diversification des recettes et cette croissance générale se retrouvent non seulement dans les chiffres, mais aussi dans les rédactions successives des registres. La nécessité d’une connaissance approfondie des biens dont pouvait disposer le trésor a certainement contribué à guider cette démarche. On peut répartir ces revenus en deux grandes catégories : les recettes ordinaires, elles-mêmes diverses, liées au casuel, parmi lesquelles nous étudierons seulement le revenu lié aux bassins et reliques ; celles qui touchent au patrimoine immobilier de la paroisse, c’est-à-dire les rentes, revenu fixe, dont les formes et les origines sont, elles aussi, variées.

  • 75 V. Tabbagh, « Trésors et Trésoriers… », RHEF, p. 125.
  • 76 L.-R. Delsalle, Rouen et les Rouennais…, p. 237.
  • 77 Voir note 75.

35Les quêtes constituent la première des recettes casuelles perçues d’un ou plusieurs bassins75 : celui de l’Œuvre, affecté à l’entretien de l’église76, et celui de Notre-Dame77 (graphique 2). Ce revenu est connu à peu près intégralement de 1444 à 1546. De 1515 à 1546, le montant des quêtes effectuées dans la paroisse est inscrit scrupuleusement chaque dimanche ou au moment des fêtes religieuses. Cela permet de se rendre compte que ce revenu, dépendant de la générosité des fidèles, reste appréciable du fait du nombre des jours de cérémonies et assure un profit substantiel. Pour autant, les deux bassins de l’Œuvre et de Notre-Dame ne sont pas les seules sources potentielles du revenu des quêtes. Celles-ci proviennent aussi des reliques, lors de leur présentation à la dévotion des fidèles. Ces recettes constituent malgré tout un apport extrêmement aléatoire.

Graphique 2. – Évolution de la recette des bassins et reliques de la fabrique de Saint-Laurent de Rouen de 1444 à 1546.

  • 78 « Trésors et trésoriers… », p. 127.
  • 79 Ibid., p. 127. Toutefois, selon V. Tabbagh, « c’est surtout la générosité qui paraît s’être dévelo (...)

36La courbe révèle l’aspect mouvant de cette ressource entre 1444 et 1499, celle-ci oscillant de 89 livres en 1447 (son revenu le plus bas), pour atteindre 219 livres tournois en 1499. Lorsque l’on fait la moyenne des perceptions, pour 1444-1499, on constate que celle-ci tourne autour de 150 livres, les sommes reçues étant généralement supérieures à cette moyenne. Les ressources liées aux bassins et aux reliques de la paroisse assurent à elles seules l’essentiel du revenu de la fabrique de 1444 à 1499. Aucune autre ressource en effet ne vient compléter celle des quêtes, contrairement à ce qui se passe pour les années 1508-1545. Entre 1499 et 1508, les recettes et mises globales sont notées sans aucun détail permettant une évaluation exacte des ressources casuelles. On peut avancer, par comparaison avec les autres années disponibles (grâce à leur moyenne), que la recette des bassins et reliques pour 1499-1508, doit tourner grosso modo aux alentours de 150-200 livres tournois, ce qui semble être la tendance pour ce revenu entre 1444-1546. Selon M. Tabbagh, « on peut estimer que (…) chaque paroisse reçoit ainsi 220 livres tournois »78. Grâce aux registres, on peut se rendre compte que Saint-Laurent suit ce tableau général. Les revenus de cette recette atteignent un maximum de 244 livres tournois en 1508 et 1509, puis ils oscillent et la recette amorce une chute certaine de 1541 à 1545, atteignant un taux de 33 livres tournois, le plus bas pour toute la période 1444-1545. De 1444 à 1545, grâce à ces quêtes, la fabrique perçoit un total de 15 241 livres tournois, qui tout au long de ces cent deux années, permet à l’institution d’engager des dépenses parfois fastueuses79.

  • 80 ADSM, G 6799, année 1507-1508, f° 154 v.
  • 81 ADSM, G 6799, année 1522-1523, fos 341 v-342.
  • 82 ADSM, G 6840, parchemin du 14 février 1521 et parchemin du 2 juin 1522 écrit par Claude Guyot qui (...)

37La seconde source importante de revenu est constituée par le patrimoine immobilier de la fabrique, c’est-à-dire les rentes, qui connaît de 1444 à 1545 un accroissement indéniable : de 40 rentes perçues plus ou moins difficilement en 1444, on passe à un patrimoine de 71 rentes en 1537. Ces rentes proviennent des fondations que les paroissiens ont instaurées pour le salut de leur âme à l’image de cette femme, en 1507, où fut fait le passement de troys messes basses par sepmaine et deux obiz par an par Laurence Goulle (…) parce qu’elle donne au dit tresor 23 livres tournois de rente apres son deces (…) la dite veusve donne au dit tresor sa vie durant par chacun an 40 sous80. Cette pratique offre au trésor la possibilité de s’enrichir tout en assurant un service en mémoire des défunts donateurs. Les problèmes financiers de la monarchie viennent aussi contribuer à l’enrichissement du patrimoine des trésors. Ainsi, en 1522-1523, a esté baillé (…) a Claude Guyot recepveur des tailles en l’election du dit Rouen pour et en nom du Roy notre souverain sire la somme de huit cens livres tournois pour quatre vingt livres tournois de rente par chacun an »81, à cause de « la guerre ouverte par l’Empereur pour la soulde et paiement des soldats et mercenaires estrangers82.

38Avant 1506, le plus gros poste de revenu dépendait des bassins et reliques ; mais après cette date, le renversement de tendance est total : le trésor augmente ses rentes, en obtient presque tous les paiements et les paroissiens procèdent de plus en plus à des créations de fondations (graphique no 3).

Graphique 3. – Recette des rentes perçues par la fabrique de Saint-Laurent de 1444 à 1545.

  • 83 ADSM, G 6800, année 1533-1534, f° 401.
  • 84 ADSM, G 6798, année 1485-1486, f° 246.
  • 85 ADSM, G 6799, année 1503-1504, f° 101.

39Le profit de ces rentes est assez faible au début de la période prise en compte : la progression est lente mais certaine, passant de 25 livres tournois en 1444 à 62 livres tournois en 1502. Le vrai décollage survient à partir de 1506 avec 156 livres tournois, pour atteindre 937 livres en 1517 ; en 1545, les rentes assurent encore 501 livres tournois pour l’année. Ces rentes sont dispersées dans Rouen : à Saint-Vigor, Saint-Martin-sur-Renelle, Saint-Laurent même bien sûr, rue Beauvoisine, à Saint-Godard, Saint-Vivien ; à Saint-Nicaise ou encore à la Croix-de-Pierre, à la porte Saint-Hilaire, à Saint-Maclou, Saint-Patrice, Saint-Michel, Saint-Martin-du-Pont et Saint-Étienne-des-Tonneliers. Ce patrimoine immobilier a une implantation géographique large. Il s’étend jusque dans la campagne proche : en 1533 oultre les dites parties il est deu au dit tresor vingt cinq livres de rente ypotheque cree par deux cens cinquante livres par Pierre Dujardin laboureur demourant en la parroisse de Grainville la Taincturiere83 ; en 1485, grâce à Robin Cavelier, la fabrique perçoit 20 sous sur une maison assise en la paroisse Saint-Agnen84 ; en 1503, l’église devient rentière d’une pièce de terre en massure ainsy plantee et edifiee quel est en la parroisse du Bost Guillaume en hamel des costes85, qui lui rapporte 46 sous par termes d’échéance.

40On observe tout au long de la période une permutation au sein de la répartition des recettes (Graphiques 4a-4b) : auparavant, bassins et reliques étaient la source la plus importante de rentrées ; maintenant la meilleure perception des rentes et l’augmentation de leur création font que le patrimoine immobilier de Saint-Laurent devient sa première source d’enrichissement financier, comme le démontrent les deux graphiques de répartition des années 1449 et 1545.

  • 86 ADSM, G 6800, année 1545-1546, f° 661.

41La fabrique n’hésite plus à recourir à son pouvoir de contrainte et de répression envers les civils ; les trésoriers font intervenir le sergent pour obtenir le paiement intégral des arriérés de rente. En 1545-1546, pour ce que on ne pouvoit recouvrir le paiement de la rente deue à l’esglise par la veusve de deffunct Maistre Gieffroy Dupuy fut envoyé quatre sergents affin de prendre les biens meubles les dits n’auroient trouvé riens sinon des nates86, on se contentera donc de lui confisquer ses chevaux. Cet usage est de plus en plus systématique au fur et à mesure que la paroisse connaît un profond changement social.

Graphique 4a. – Répartition de la recette de la fabrique de Saint-Laurent en 1449.

Graphique 4b. – Répartition de la recette de la fabrique de Saint-Laurent en 1545.

L’évolution de la sociologie paroissiale

42Grâce aux registres, on constate en effet d’importantes transformations dans la composition sociale de la paroisse.

  • 87 ADSM, G 6798, année 1444-1445, f° 1.
  • 88 Ibid., f° 1 v.
  • 89 Ibid., f° 2 v.
  • 90 ADSM, G 6798, année 1445-1446, f° 8 v.
  • 91 Ibid., f° 9 v.

43Les premiers comptes rédigés de 1444 à 1449, alors que Rouen est encore sous domination anglaise, sont très succincts. En 1444, on rencontre surtout des « petits » métiers : Marybrasse carreleur (…) Adam Lerat tenneur87, puis plus loin ce sont Raoulin Dumouchel carpentier88, Thierry Dubosc fourbisseur89 comme Jehan Le Frileux90, en 1445 Perrin Bonquentin bonnetier91.

  • 92 ADSM, G 6798, année 1449-1450, f° 34.
  • 93 ADSM, G 6798, année 1454-1455, f° 64 v.
  • 94 ADSM, G 6798, année 1460-1461, f° 95.

44En 1449, Guillaume Gombault, nouveau tenant d’un bien à Saint-Laurent depuis 1446, se démarque : il est inscrit comme étant a present viconte de Rouen92 et possesseur d’un hôtel particulier. Avec Robert Lecauf, Jehan Gouchart et Monseigneur Gieffroy, prêtres ainsi que Mahiet Lonfieu, clerc, il fait partie d’un petit groupe plus élevé socialement, auquel on peut aussi associer Guillaume Bigot advocat du Roy93 en 1454. En 1460, Maistre Guillaume Bigot conseillier94, auparavant avocat, appartient lui aussi à cette élite qui se dessine progressivement.

  • 95 ADSM, G 6798, année 1465-1466, f° 122.
  • 96 ADSM, G 6798, année 1467-1468, f° 133.
  • 97 ADSM, G 6798, année 1479-1480, f° 205 v.
  • 98 ADSM, G 6798, année 1480-1481, f° 211.

45En 1465, on lit encore le nom de Phillipot Gode macon95 et, en 1467-1468, celui de Robin Lefèvre armurier96 ; mais après ceux-ci, plus aucune profession n’est indiquée jusqu’en 1480, année où Monseigneur le lieutenant du Bailli de Rouen Jacques de Croismare97 verse une rente de 70 sous aux trésoriers et, en 1481, où le rédacteur mentionne un des locataires de Maître Jehan Gouel, Denis de Poix, notaire en court d’église98.

  • 99 V. Tabbagh, Le clergé séculier du diocèse de Rouen à la fin du Moyen Âge 1359-1493, tome 3, thèse (...)
  • 100 ADSM, G 6798, année 1496-1497, f° 19 : l’ostel ou pend pour ensaigne la Fleur de Liz appartenant a (...)
  • 101 ADSM, G6798, année 1480-1481, f° 131 v.
  • 102 ADSM, G 6798, année 1472-1473, f° 162.
  • 103 ADSM, G 6798, année 1485-1486, f° 251 v.

46Jusqu’alors, Saint-Laurent abritait une majorité de métiers dits manuels, représentés surtout par les maîtres de la corporation. Pourtant, de plus en plus de familles détiennent des offices municipaux ; en reprenant la liste des trésoriers successifs à la tête de la fabrique, ce phénomène est très net à partir de 1498. Avant cette date, les trésoriers ne semblaient pas accorder d’importance à l’énoncé de leur profession ou de leurs titres, pour l’essentiel composés de riches maîtres de métier ou de marchands, comme les Croismare dont l’ancêtre était « marchand de draps, mentionné en 1348 aux foires de Chalon-sur-Saône », tandis que Guillaume le fils devenait « avocat du Roi à Rouen et paroissien de Saint-Laurent »99, ou encore Georges le Prévost, riche plâtrier, et Estienne Marc inscrit dans les rentes comme cordonnier100 mais qui était certainement maître pour avoir pu tenir le poste de trésorier pendant dix-neuf ans en compagnie de Jehan Davy. Mis à part Rémond Monfault qui se fait inscrire en tant que Sire (et) escuyer101, en 1467, et Jehan de Villiers, en 1472, comme receveur du demaine du Roy102, Robert Porée ne fait pas état de sa profession de greffier dans le compte de 1485, si ce n’est lorsqu’il s’occupe d’acheter une chape d’or pour l’église103.

  • 104 M. Mollat, « Mue d’une ville médiévale (environ 1475-milieu XVIe siècle) », Histoire de Rouen, Tou (...)
  • 105 ADSM, G 6800, année 1530-1531, f° 309 et année 1533-1534, f° 394.
  • 106 ADSM, G 6799, année 1512-1513, f° 207 : Compte rendu par Jehan Auber tresorier de l’eglise Monseig (...)

47Selon M. Mollat, Saint-Laurent prend sa tonalité spécifique « au lendemain de la transformation de l’Échiquier en Cour permanente »104, en 1499. À partir de cette date, la nouvelle élite s’affiche dans la paroisse et dans la fabrique dont elle accapare la direction, comme nous le révèle la liste des trésoriers. Tenir les rênes de cette institution constitue un bon tremplin pour tous ceux qui espèrent poursuivre un cursus brillant et accéder aux postes les plus hauts ; mais c’est aussi un moyen d’afficher sa réussite. Sauf quelques rares paroissiens, certes aisés, qui se disent bourgeois et marchant(s)105 comme le riche tanneur Robert Labbé et, plus sobrement, en 1512, Robert Gilles appelé nouveau trésorier106, ce dernier étant pourtant procureur du Roi en cour laye, tous affichent à chaque fois, et dès que possible, leur grade et leur condition sociale. De 1497 à 1546, la fabrique est gérée successivement par huit conseillers en cour laye, cinq conseillers au Parlement, un greffier des Généraux, un greffier de la cour des aides et un Général à la cour des Généraux. La charge est aussi exercée par Messires Lassavoure et De la Chesnaye qui tous deux ont eu la charge de receveurs du domaine de la ville et Vicomté de Rouen, et par Messire de Quièvremont, bailli de Tancarville.

48On rencontre parmi les trésoriers deux généraux pour la justice des aides, un procureur au Bailliage et Messire Le Gentil, procureur au Parlement, puis un receveur général, trois avocats en cour laye et deux au Parlement. Se sont aussi intéressés à la fabrique, Messire Claude Guyot, receveur des aides et tailles, et un écuyer, Messire Guillaume Toustain. La fabrique n’est pas non plus dédaignée par Messires Feu et Monfault, tous deux Présidents de la cour du Parlement, ni par le substitut du procureur au Parlement, Messire Vauquelin. Enfin, on compte parmi les trésoriers, Maître Jehan Renard, docteur en médecine. De 1497 à 1546, tous se partagent la direction de la fabrique et la présence aux redditions de comptes ; ils apposent leurs paraphes à chaque fin d’audition. Un monopole s’est installé à la trésorerie, à l’image du nouveau visage social de la paroisse.

  • 107 B. Le Chandelier, Éloge en vers latins des présIdents et conseillers du Parlement de Rouen de 1499 (...)
  • 108 J. Favier, « La tourmente », Histoire de la Normandie, ss. dir. M. de Boüard, Toulouse, Privat, 19 (...)

49Certaines familles sont établies depuis longtemps dans ces offices : les Croismare, les Bigot, les Dubost, les Picart, les Boullenc et les Gouel. Jehan, l’aîné des Gouel, est avocat ; Jacques est écuyer et Seigneur de Frontebost. Charles Monfault poursuit la voie engagée par son père Rémond : celui-ci était écuyer, le fils est maintenant lieutenant du bailli. Ces générations montantes accaparent les offices susceptibles de les faire évoluer socialement ou de maintenir leurs acquis ; beaucoup vont en profiter pour accéder à la noblesse en achetant des biens à la campagne : les membres de la famille Postel deviennent Sieurs des Minières, les Dubost se disent Sieurs de Coqueréaumont. Baptiste Le Chandelier est Sieur d’Espinay et connu pour son Éloge en vers latin des Présidents et conseillers du Parlement de Rouen ; il fait partie des quatorze conseillers qui, du mois de septembre à la fin décembre 1540, vont aller à Bayeux tenir les Grands jours destinés, en principe, à réprimer les abus en Basse-Normandie107. L’administration royale est propice aux carrières fructueuses et aux promotions sociales. L’acquisition d’un bien foncier est un placement sûr et un gage de concrétisation et de reconnaissance de l’ascension sociale108. Les paroissiens de la nouvelle élite sont tous des hommes qui occupent un office au Parlement, au Bailliage, à la Vicomté ou au Grenier à sel de la ville.

  • 109 ADSM, G 6799, année 1522-1523, f° 342 v.

50À partir de la fin des années 1490, un nouveau visage social se dessine ; dans les années 1515, la transition est faite. En dressant le tableau des professions recensées dans les comptes de 1515 à 1545, on se rend compte que sur 156 professions mentionnées : 77 membres sont tenants d’un office, 20 sont dans le bâtiment et le travail du bois, 17 travaillent le cuir et la peau, 14 travaillent le métal, 13 sont dans le textile, 10 sont dans les métiers « de bouche », 4 dans la santé et 1 est imprimeur. La supériorité des officiers municipaux et hommes de lois est très nette et montre qu’ils sont les nouveaux détenteurs de l’influence au sein de la fabrique. Dès 1522, un changement dans la rédaction des comptes traduit l’évolution de la société. Auparavant, le premier personnage mentionné était le curé, puis son vicaire ; maintenant les comptes sont visés es presences de nobles personnes Maistres Thomas Postel conseiller du Roy en sa court de parlement, Maistre Guillaume Preudhomme aussi conseiller du Roy et son receveur general en Normandie, Maistre Jehan de Croismare109. Une perte d’influence radicale qui perdure jusqu’à la fin de la période.

51Ces officiers pèsent sur le trésor dans sa gestion et notamment dans sa rédaction comptable, comme en témoignent la grande précision des notations et l’accumulation des quittances. Ce phénomène croît avec l’enrichissement financier de la trésorerie : ce sont ces nouveaux trésoriers qui investissent dans les rentes et qui recourent à la justice. Les laïcs, maîtres artisans ou hommes d’offices se regroupent pour débattre de la gestion de la fabrique, occasions de rencontres qui s’ajoutent aux cérémonies religieuses.

52Sources particulières et originales, les registres du trésor de Saint-Laurent ont permis d’aborder une institution ancienne bien réglementée : la fabrique, un système qui connaîtra encore une longue existence, puisque celui-ci ne sera supprimé qu’en 1905 ! À travers elle, ce sont aussi les hommes que l’on a pu appréhender, tout d’abord les trésoriers et le clergé, mais plus largement l’ensemble des habitants de la paroisse. Les comptes révèlent en outre l’inscription de la pratique religieuse dans l’espace urbain et les divers modes d’expression de l’identité chrétienne.

53Des comptes se dégage un petit groupe de laïcs qui s’est intéressé de plus en plus à l’administration des divers secteurs dont la fabrique a la responsabilité et ce, parfois, au détriment des ecclésiastiques. Chacun veille à accomplir quelque tâche en faveur de l’église : tenir la comptabilité, récolter les quêtes, entretenir le linge, effectuer les réparations nécessaires. De 1444 à 1546, l’institution paroissiale de Saint-Laurent évolue vers une amélioration des revenus. Les conflits qui surviennent ponctuellement entre les fidèles et le curé apportent une touche de vie à cette comptabilité. L’influence de ses élites marque durablement l’institution. Certaines familles se font fort d’investir la trésorerie, une étape non négligeable pour s’élever dans l’échelle sociale, comme l’ont compris nombre de procureurs ou de conseillers au Parlement.

  • 110 ADSM, G 6798, année 1490-1491, f° 298 v : les paroissiens et trésoriers sont si fiers de l’ouvrage (...)

54De plus, cette nouvelle élite veut afficher son prestige grâce à la réédification de l’église et à la construction de la tour110. Les livres de comptes, bien qu’impersonnels dans leur énumération, laissent imaginer sans peine le faste des cérémonies et des fêtes qui rythment la vie de Saint-Laurent ainsi que la décoration de l’édifice : tout exalte la beauté et la piété, alliées pour honorer Dieu et en même temps flatter l’orgueil paroissial, dans une splendeur qui sera décriée par la Réforme et rejetée par les calvinistes. Ceux-ci ont saccagé l’église en 1562 brisant les statues et enlevant les pièces d’orfèvrerie, en particulier l’aigle de bronze.

Notas

1 ADSM, G 6800, année 1524-1525, f° 179.

2 ADSM, G 6798, année 1485-1486, f° 251 v.

3 ADSM, G 6800, année 1520-1521, f° 111.

4 Voir note 1.

5 ADSM, G 6796, « Inventaire des lettres, titres et escriptures… », 1706-1746, f° 360.

6 ADSM, G 6800, année 1543-1544, f° 627.

7 N. Périaux, Histoire sommaire et chronologique de la ville de Rouen…, Gérard Monfort Éditeur, Brionne, réimpression de 1977, p. 223.

8 ADSM, G 6800, année 1539-1540, f° 547 v.

9 Ibid., note 8.

10 ADSM, G 6794, f° 7 : « est ce qui a este arreste et ordonne par les dits sieurs curé et tresauriers ».

11 L.-R. Delsalle, « De l’Église installée à l’Église contestée 1450-1600 », Le Diocèse de Rouen-Le Havre, N.-J. Chaline (dir.), Paris, Beauchesne, 1976, Histoire des Diocèses de France, Paris, 5, p 82.

12 ADSM, G 6800, année 1527-1528, f° 250.

13 ADSM, G 6800, année 1534-1535, f° 429.

14 ADSM, G 6800, année 1539-1540, f° 546.

15 ADSM, G 6800, année 1528-1529, f° 275 v.

16 ADSM, G 6800, année 1518-1519, f° 50 v : du beuffet des rellicque devant le cruxcefiz de la nef on trouve aussi d’autres appellations : année 1515-1516, f° 1 v : des rellicques du banc des tresoriers, et année 1521-1522, f° 166 v : des rellicques de l’autel Notre-Dame et de la table des tresoriers.

17 Voir note 13.

18 ADSM, G 6800, année 1540-1541, f° 570.

19 ADSM, G 6800, année 1534-1535, f° 429 v.

20 ADSM, G 6800, année 1519-1520, f° 89.

21 Ibid., note 20.

22 ADSM, année 1539-1540, f° 546.

23 ADSM, G 6800, année 1537-1538, f° 516.

24 ADSM, G 6800, année 1539-1540, f° 550.

25 Id., note 26.

26 ADSM, G 6800, année 1528-1529, f° 269.

27 L.-R. Delsalle, Rouen et les Rouennais au temps de Jeanne d’Arc 1400-1470, Rouen, Éditions du P’tit Normand, 1982, p. 244.

28 ADSM, G 6800, année 1527-1528, f° 243 v.

29 ADSM, G 6800, année 1521-1522, f° 127.

30 L.-R. Delsalle, « De l’Eglise installée… », p. 84.

31 ADSM, G 6800, année 1527-1528, f° 244.

32 ADSM, G 6800, année 1529-1530, f° 292 v.

33 ADSM, G 6800, année 1520-1521, f° 105 v, et année 1536-1537, f° 491 v : a cellui qui apporta l’ymage Notre-Dame de Saint-Patrix aux rellicques le jour Sainct-Laurens, 10 deniers.

34 ADSM, G 6800, année 1517-1518, f° 37 v.

35 Ibid. : non comprins 28 sous retenuz (…) qu’elle a employé en façon d’aubes.

36 ADSM, G 6800, année 1527-1528, f° 251.

37 Ibid., f° 251 v.

38 Id., note 39.

39 ADSM, G 6800, année 1527-1528, f° 241.

40 Id., note 41.

41 Id., note 41, elle le dépasse de 51 sous 6 deniers cette année-là lesquelles partiez montent (…) 74 sous tournois sur quoy (…) par ce reste plus mis que receu par ladite tresaurière la somme de 51 sous 6 deniers.

42 ADSM, G 6800, année 1527-1528, f° 241.

43 ADSM, G 6800, année 1519-1520, f° 73 v.

44 Id., note 45.

45 ADSM, G 6800, année 1520-1521, f° 92.

46 ADSM, G 6798, année 1444-1445, f° 6 v.

47 ADSM, G 6798, année 1445-1446, f° 12 v. « Tesmoing les seingz manuelz de Monseigneur le curé et plusieurs autres cy mis ».

48 Id., note 49, f° 12.

49 ADSM, G 6796, Inventaire général des lettres… 1706-1746, « chapitre des noms de messieurs les curés de l’église paroissiale de Sainct-Laurens de Rouen depuis l’année mil quatre cens quarante quatre », f° 24.

50 ADSM, G 6798, année 1463-1464, f° 114 : ce présent compte veu et examiné (…) es présence de Monseigneur Maistre Jehan Gieffroy chanoine de Notre-Dame et curé de la dite église.

51 ADSM, G 6798, année 1468-1469, f° 142 : ce compte fu veu et examiné le IIIIè jour d’avril mil quatre cent soixante neuf après Pasques es présences de Monseigneur Maistre Jehan Heron curé de la dite église.

52 ADSM, G 6798, année 1465-1466, f° 125 v : ce compte fu veu et examiné (…) es presence des tresoriers et parroissiens (…) et differs a signer (…) et depuis par l’ordonnance de Monseigneur l’archidiacre de Rouen fu signé.

53 ADSM, G 6799, année 1496-1497, f° 22.

54 ADSM, G 6798, année 1489-1490, f° 288.

55 ADSM, G 6800, année 1526-1527, f° 229 : veu et examiné en la présence de Maistre Jehan Tardivel prebre curé de la dite parroisse.

56 V. Tabbagh, « Trésors et trésoriers des paroisses de Rouen (1450-1530) », RHEF, tome LXXVII, 1991, p. 131.

57 N. Périaux, Histoire sommaire…, p. 104.

58 ADSM, G 6798, année 1476-1477, f° 188, année 1477-1478, f° 194, année 1478-1479, f° 201 v, année 1491-1492, f° 305, et dans ADSM, G 6799, année 1507-1508, f° 155 v, année 1512-1513, f° 219.

59 F. Rapp, « La paroisse et l’encadrement religieux des fidèles du XIVe au XVIe siècle », Actes du 109e congrès national des Sociétés Savantes, CTHS, Dijon, 1984, tome 1, p. 30-31.

60 ADSM, G 6798, année 1487-1488, f° 268 v; Quevilly: com. Grand-Couronne, par. dioc. de Rouen ; Saint-Sauveur de Hibouville, ham. com. d’Envermeu, par. dioc. de Rouen, archid. d’Eu, doy. d’Envermeu, tenu par le chambellan de Tancarville ; Saint-Morice ou Saint-Maurice, ham. com. de Gaillefontaine, ou com. de Malaunay.

61 ADSM, G 6798, année 1454-1455, f° 64 v.

62 B. Chevalier, Les bonnes villes de France du XIVe au XVIe siècle, Paris, Aubier, 1982, p. 245.

63 ADSM, G 6800, année 1533-1534, f° 416.

64 ADSM, G 6800, année 1529-1530, f° 307.

65 Ibid., f° 416.

66 V. Tabbagh, « Trésors et trésoriers… », RHEF, p. 131.

67 ADSM, G 6800, année 1523-1524, f° 169 v.

68 ADSM, 2E 1/213, tabellionage de Rouen, année 1489, fos 128 v-129.

69 ADSM, G 6846, parchemin du 9 août 1489, copie du procès.

70 ADSM, 2E 1/213, tabellionnage de Rouen, 1489, fos 128-129.

71 V. Tabbagh, « Trésors et trésoriers…. », RHEF, p. 125.

72 G. Bois, Crise du féodalisme, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1976, p. 299-307.

73 ADSM, G 6798, année 1446-1447, f° 14 v.

74 G. Bois, op. cit., note 78, chapitre 14 : « La renaissance économique et démographique vers 1450-vers 1500 », p. 309.

75 V. Tabbagh, « Trésors et Trésoriers… », RHEF, p. 125.

76 L.-R. Delsalle, Rouen et les Rouennais…, p. 237.

77 Voir note 75.

78 « Trésors et trésoriers… », p. 127.

79 Ibid., p. 127. Toutefois, selon V. Tabbagh, « c’est surtout la générosité qui paraît s’être développée, sauf chez les riches paroissiens de Saint-Laurent, qui semblent porter peu d’intérêt aux quêtes ». Les recettes des bassins et reliques paraissent, elles, plutôt démentir cette affirmation.

80 ADSM, G 6799, année 1507-1508, f° 154 v.

81 ADSM, G 6799, année 1522-1523, fos 341 v-342.

82 ADSM, G 6840, parchemin du 14 février 1521 et parchemin du 2 juin 1522 écrit par Claude Guyot qui y confesse la vente des 80 livres tournois.

83 ADSM, G 6800, année 1533-1534, f° 401.

84 ADSM, G 6798, année 1485-1486, f° 246.

85 ADSM, G 6799, année 1503-1504, f° 101.

86 ADSM, G 6800, année 1545-1546, f° 661.

87 ADSM, G 6798, année 1444-1445, f° 1.

88 Ibid., f° 1 v.

89 Ibid., f° 2 v.

90 ADSM, G 6798, année 1445-1446, f° 8 v.

91 Ibid., f° 9 v.

92 ADSM, G 6798, année 1449-1450, f° 34.

93 ADSM, G 6798, année 1454-1455, f° 64 v.

94 ADSM, G 6798, année 1460-1461, f° 95.

95 ADSM, G 6798, année 1465-1466, f° 122.

96 ADSM, G 6798, année 1467-1468, f° 133.

97 ADSM, G 6798, année 1479-1480, f° 205 v.

98 ADSM, G 6798, année 1480-1481, f° 211.

99 V. Tabbagh, Le clergé séculier du diocèse de Rouen à la fin du Moyen Âge 1359-1493, tome 3, thèse pour le doctorat d’État préparée ss. la dir. de M. le professeur J. Heers, Université de Paris IV, 1988, p. 1106-1107.

100 ADSM, G 6798, année 1496-1497, f° 19 : l’ostel ou pend pour ensaigne la Fleur de Liz appartenant a Estienne Marc cordonnier.

101 ADSM, G6798, année 1480-1481, f° 131 v.

102 ADSM, G 6798, année 1472-1473, f° 162.

103 ADSM, G 6798, année 1485-1486, f° 251 v.

104 M. Mollat, « Mue d’une ville médiévale (environ 1475-milieu XVIe siècle) », Histoire de Rouen, Toulouse, Privat, 1979, p. 160.

105 ADSM, G 6800, année 1530-1531, f° 309 et année 1533-1534, f° 394.

106 ADSM, G 6799, année 1512-1513, f° 207 : Compte rendu par Jehan Auber tresorier de l’eglise Monseigneur Sainct-Laurent de Rouen avec et en la compaignye de Georges le Prevost ancyen tresorier et Robert Gilles nouveau tresorier.

107 B. Le Chandelier, Éloge en vers latins des présIdents et conseillers du Parlement de Rouen de 1499 à 1543, avec introduction de G. A. Prévost, Société des Bibliophiles Normands, Rouen, Léon Gy, 1905, p. 9-12.

108 J. Favier, « La tourmente », Histoire de la Normandie, ss. dir. M. de Boüard, Toulouse, Privat, 1970, p. 248-249.

109 ADSM, G 6799, année 1522-1523, f° 342 v.

110 ADSM, G 6798, année 1490-1491, f° 298 v : les paroissiens et trésoriers sont si fiers de l’ouvrage, haut de douze mètres au moins, qu’ils en feront une maquette ; la custode est souvent mentionnée dans leurs comptes et est l’objet de nombreux soins, cette dernière servait à l’exposition du Saint-Sacrement sur le maître-autel.

Autor

GRHIS Université de Rouen

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2006

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search