Version classiqueVersion mobile

Les Chrétiens dans la ville

 | 
Françoise Thélamon
, 
Jacques-Olivier Boudon

La paroisse dans l’espace urbain

L'église et l'espace urbain dans une ville de commune du nord du royaume de France aux XIIe et XIIIe siècles. L'exemple de Laon

Alain Saint-Denis

Texte intégral

  • 1 LEGUAY, Jean-Pierre, La rue au Moyen Âge, Rennes, Ouest France, 1984.
  • 2 HEERS, Jacques, La ville au Moyen Âge, Paris, Fayard, 1990.
  • 3 Les thèses réalisées en nombre au XIXe siècle dans le cadre de l’École des Hautes Études, n’aborde (...)
  • 4 Les travaux des érudits n’ont porté sur la topographie que pour établir une continuité entre le pa (...)

1L'image que nous avons de la ville médiévale française est encore trop souvent le résultat d'une accumulation de clichés issus du romantisme. Sans bien distinguer les différentes périodes, on retient en général les caractéristiques des cités contemporaines de la Peste Noire et de la Guerre de Cent ans jugées à l’aune de l’urbanisme des Lumières1. Il en résulte une profonde incompréhension des structures du paysage qui se traduit par des jugements sévères, dénonçant incohérence et inconfort. Autant les grandes cités italiennes ou flamandes ont été l’objet d’études approfondies faisant appel à l’archéologie2, autant les villes du nord du royaume capétien, moins peuplées, apparemment moins évoluées, n’ont guère retenu l’attention. L'intérêt qui leur a été porté s'est concentré sur leurs institutions. Le mouvement communal, développé dans la province ecclésiastique de Reims, a intéressé les érudits de la seconde moitié du XIXe siècle et du début du XXe siècle3, mais personne ne s'est penché sur la constitution du paysage de ces cités au moment de leur apogée4. Les cathédrales gothiques, monuments majeurs, ont capté l’attention, mais le paysage qui les entourait à Soissons, Noyon, Senlis, Beauvais ou Amiens demeure mal connu. Les graves destructions occasionnées par les conflits du XXe siècle ont en effet découragé nombre d’historiens et les cadres de la vie matérielle sont longtemps restés au second plan des préoccupations.

Nouvelles approches

  • 5 HEERS, Jacques, La ville au Moyen Âge, op. cit. Pour la France, la thèse monumentale de Pierre DES (...)
  • 6 PICARD, Jean-Charles, Les chanoines dans la ville, Paris, De Boccard, 1994 ; ERLANDE-BRANDENBOURG, (...)
  • 7 Les restaurations du XIXe siècle ont souvent dégagé les cathédrales en détruisant les construction (...)

2L’intérêt porté au paysage s’est trouvé renouvelé par des travaux de grande ampleur établissant un lien direct entre le paysage les pouvoirs et la société5. Peu à peu, les chercheurs, attirés par les grands monuments, ont fait porter leur regard sur l'environnement immédiat de ces derniers pour tenter d’expliquer les raisons et les étapes de leur construction. Désormais, il n’est plus envisageable d’étudier une cathédrale sans s’intéresser au cloître capitulaire, à la maison de l'évêque, ou encore à l'hôtel Dieu6. Les fouilles archéologiques enrichies d'enquêtes dans les archives, permettent de pallier en partie les effets des démolitions7. Une attention particulière s’est ensuite portée à l’habitat sous toutes ses formes. Cependant, beaucoup reste à faire pour comprendre les particularités de l'urbanisme médiéval et pour établir une relation entre le cadre matériel et les hommes qui y vivent.

  • 8 Shaping urban identity in late medieval Europe, éd. par BOONE, Marc et STABEL, Peter, Louvain, Gara (...)

3Comprendre la structure intime d’une ville au XIIIe siècle revient à savoir quels sont les puissants qui, détenant le sol, en contrôlent l’utilisation selon leurs besoins et leur volonté de marquer le milieu de leur empreinte. Cette recherche met en évidence un urbanisme cohérent et non dépourvu de projets d’ensemble propre à faire naître une véritable identité urbaine8.

4Aux XIIe et XIIIe siècles de grandes campagnes de construction ont remodelé le paysage de la plupart des villes du nord de la France.

  • 9 SAINT-DENIS, Alain, « L’apparition d’une identité urbaine dans les villes de commune de France du (...)

5Quartiers capitulaires, enceintes fortifiées, grandes places regroupant la maison de ville, le beffroi, et les installations commerciales, ont nécessité des investissements considérables. Leur réalisation a orienté définitivement la topographie urbaine. Les comtes, les corps de magistrats communaux9, l'évêque, le chapitre cathédral, les abbés et leurs communautés, sont à l'origine des opérations les plus spectaculaires. Chacun affirme sa présence, l'ampleur de son pouvoir, et la richesse de ses ressources par des édifices reconnaissables rendant immédiatement lisible l'équilibre des pouvoirs en place. On peut interpréter le paysage urbain du XIIIe siècle comme une sorte de scène où chacun des principaux protagonistes montre au spectateur sa capacité à dominer l'espace en plan et en élévation. Le clergé local a apporté une contribution de premier ordre à l’élaboration d’un paysage urbain ou de multiples signes affirment l’identité chrétienne du lieu. La présence d’un clergé nombreux et diversifié dans la cité de Laon permet de mesurer les particularités de cette action de l’église locale sur le paysage.

Diversification des sources : l’exemple laonnois

  • 10 « Archéologie des villes, démarches et exemples en Picardie » Revue archéologique de Picardie, 16/ (...)

6Cette observation du paysage urbain et des éléments qui commandent à son organisation est aujourd'hui facilitée par le recours à des sources jusque-là peu utilisées comportant de très nombreuses indications topographiques. Il s'agit pour l'essentiel, d’actes de la pratique, documents reflétant les transactions ordinaires effectuées sur les patrimoines des particuliers ou des institutions, et de censiers, rassemblant les listes détaillées des menus et gros cens, assortis de diverses formes de redevances foncières. À l’extrême fin du siècle, les livres de tailles donnent des précisions sur les fortunes et l’implantation topographique des familles mais leur exploitation demeure difficile. Plus précises sont les « montrées » qui fixent en détail les limites des juridictions en donnant maintes localisations précises. Les plus détaillées livrent de certains quartiers un portrait évocateur. Cette documentation écrite, dont la moindre donnée est rendue exploitable grâce l’informatique, complète par des éclairages intéressant les découvertes des archéologues10.

  • 11 PICARD, Jean-Charles, Les chanoines dans la ville, Paris, De Boccard, 1994.

7La collaboration trop rare entre ces derniers et les historiens est particulièrement fructueuse pour l’étude de l’espace urbain. L’enquête réalisée en collaboration sur les cloîtres capitulaires en est un exemple concluant11. La présente contribution voudrait souligner tout le profit que l’on peut tirer, pour la compréhension de l’espace urbain médiéval, d’une approche pluridisciplinaire, supposant une étroite coopération entre historiens, archéologues, services d’inventaire et d’urbanisme.

  • 12 Laon, une acropole à la française, dir. PLOUVIER, Martine, coll. Cahiers du Patrimoine, no 40, 2 v (...)
  • 13 SAINT-DENIS, Alain, Apogée d’une cité, Laon et le Laonnois aux XIIe et XIIIe siècles, Nancy, Press (...)

8La ville de Laon qui possède l’un des plus grands secteurs sauvegardés en France a récemment fait l’objet d’une enquête de ce type12. Cette investigation a permis d’inventorier l’ensemble des vestiges médiévaux encore repérables dans le sous-sol et en élévation. Entreprise en collaboration avec les responsables des chantiers de restauration, les services municipaux, l’archéologue de la ville, elle s’est déroulée parallèlement à un dépouillement massif des archives des XIIe et XIIIe siècles13, période durant laquelle le paysage urbain a subi les bouleversements les plus décisifs. Ce travail commun a permis à l’historien d’identifier de nombreux points de repères topographiques et d’avoir un autre regard sur l’espace urbain.

  • 14 5 368 titres de propriété auxquels s’ajoutent cinq censiers, deux obituaires et une importante col (...)
  • 15 LABANDE, Edmond-René, éd. et trad. De vita sua, Paris, 1981, Les classiques de l’Histoire de Franc (...)
  • 16 P.L., 156, col 961-1018.

9Par un concours de circonstances relativement exceptionnel, les institutions ecclésiastiques laonnoises ont conservé d’abondantes archives, majoritairement du XIIIe siècle14, groupant une masse d’actes de la pratique. Deux œuvres littéraires datant de la première moitié du XIIe siècle, riches de descriptions précises, viennent compléter cet ensemble de sources. Il s’agit de l’Autobiographie de Guibert, abbé de Nogent-sous-Coucy15, et du De miraculis Beatæ Mariæ Laudunensis composé au milieu du XIIe siècle par le moine Laonnois Hermann16. L’étude de l’influence de l’Église sur l’espace urbain en a été largement facilitée, au point qu’il apparaît plus aisé d’observer les initiatives prises par les clercs réguliers et séculiers pour marquer l’espace urbain de leur présence, que de percevoir celles des magistrats municipaux…

Essor urbain et modifications du paysage

10Les villes du nord du royaume de France ont pleinement participé à la croissance démographique et économique qui a modifié l’ensemble des cadres de vie au XIIe siècle.

  • 17 GAUVARD, Claude, Histoire de la France au Moyen Âge du Ve au XVe siècle, Paris, P.U.F., 1995, p. 1 (...)

11L’augmentation régulière de la population urbaine depuis le milieu du siècle précédent, aujourd’hui beaucoup mieux perçue, s’explique en partie par l’arrivée massive de familles issues des campagnes environnantes, attirées par la concentration de pouvoirs, de richesse et d’activités. Cette mobilité s’est trouvée facilitée par l’existence de groupes de paysans petits propriétaires indépendants, et par le caractère encore partiellement nomade d’une partie de la population la plus déshéritée17.

12La croissance économique incontestable en Île-de-France, Picardie, Normandie et Champagne, s’est manifestée par une extension des surfaces cultivées, la constitution de réserves et l’apparition de surplus de production dont la commercialisation a permis de dégager des bénéfices. Le développement des marchés urbains s’est accompagné au cours du XIIe siècle de la renaissance des marchés inter-régionaux. L’augmentation de la masse monétaire, la circulation des produits et des hommes ont amené dans les villes d’importantes richesses utilisables pour construire, aménager et maîtriser l’espace.

  • 18 Histoire de la France urbaine, dir. DUBY, Georges, t. II, « La ville médiévale », contribution de (...)

13Ces progrès ont favorisé l’apparition de quartiers neufs18 autour des noyaux anciens des principales cités, et de nouvelles formes de peuplement dans le pays alentour.

  • 19 SAINT-DENIS, Alain, Apogée…, p. 70-75. Une disposition semblable se retrouve à Reims : DESPORTES, (...)

14Au XIe siècle, le paysage des cités anciennes est caractérisé par la présence de vastes enclos, souvent ceints de murs. Certains d’entre eux abritent les demeures plus ou moins fortifiées des laïcs les plus puissants et sont au cœur de mansi indominicati, manses seigneuriaux plus ou moins lotis. D’autres, les plus nombreux et les plus vastes, sont aux mains d’institutions ecclésiastiques. Autour de la cathédrale sont établis la domus épiscopale et le quartier ou claustrum des chanoines desservant l’église mère. Ailleurs, ce sont les enclos des autres collèges canoniaux, des abbayes et des prieurés. Les zones intermédiaires, occupées par un habitat varié, sont contrôlées par les différents seigneurs. Ce paysage est le reflet d’une certaine distribution des pouvoirs et traduit la mainmise d’une élite sur le sol urbain19.

  • 20 DESPORTES, Pierre, « Le mouvement communal dans la province de Reims », Les chartes et le mouvemen (...)

15L’apparition et le développement, dans la province ecclésiastique de Reims, d’un mouvement d’émancipation suscitant l’octroi de communes et de franchises, a perturbé cet équilibre ancien et a fait naître des tensions vives entre les collèges de magistrats municipaux et les institutions ecclésiastiques qui se sont opposées vigoureusement à la reconnaissance du serment collectif d’entraide et à la mise en place de juridictions nouvelles contrôlant une partie plus ou moins importante de l’espace urbain20. Ces tensions ont été encore plus vives à Laon, car les communiers ont déclenché une révolte sanglante, assassinant l’évêque et détruisant en partie la cathédrale et l’abbaye de Notre-Dame-Saint-Jean.

16Dans ce contexte tendu, l’appropriation du sol urbain est devenue l’une des clés de l’équilibre entre les pouvoirs. Une véritable dynamique de conquête de l’espace s’est mise en place au XIIe siècle, conduisant les puissants à affirmer leur présence par la construction de bâtiments représentatifs de leur rayonnement. La jouissance de moyens financiers sans commune mesure avec ceux du passé, la possession du sol, et les progrès de la construction, se sont ajoutés à ces besoins particuliers pour créer les conditions favorables à de profonds remaniements du paysage urbain.

  • 21 À Laon : Barthélemy de Jur, 1112-1151 ; Gautier de Saint-Maurice, 1151-1155 ; Gautier de Mortagne, (...)

17Les institutions ecclésiastiques ont disposé d’atouts majeurs pour marquer l’espace urbain de leur présence. Bénéficiant des effets de la réforme grégorienne et du mouvement religieux qui l’accompagne, elles ont pu consolider leur organisation et agrandir leurs assises temporelles, grâce à la générosité des fidèles. Des hommes de grande qualité ont accédé aux sièges épiscopaux et pris en charge les communautés monastiques et canoniales21. Leur préoccupation, au lendemain des troubles occasionnés par l’installation de la commune a été d’organiser au mieux l’encadrement des fidèles et de leur donner un esprit de communauté. De là, la réalisation d’un programme visant à marquer de points de repères l’ensemble de l’espace urbain.

Un espace urbain profondément christianisé

18Les modalités de la prise de possession de l’espace urbain par les institutions ecclésiastiques ont pu être suivies avec précision à travers les archives laonnoises. Elles sont de trois ordres. L’aménagement des enclos et la construction de bâtiments correspond à une première phase (1140 env.-1200 env.). Parallèlement, une action plus discrète permet de christianiser l’espace urbain tout entier en recourant à une liturgie processionnelle soigneusement organisée et en rendant populaires les hommes et les manifestations divines ayant jalonné l’histoire de la communauté chrétienne locale (mil. XIIe siècle). Enfin, la volonté de maîtriser le cœur de l’espace urbain et de faire de la cité une véritable capitale diocésaine a conduit à l’appropriation progressive de quartiers entiers.

La construction au XIIe siècle

  • 22 SAINT-DENIS, Alain, Apogée…, p. 178-196.

19Les campagnes de construction qui marquent l’histoire de l’ancienne capitale des derniers rois carolingiens au XIIe siècle surprennent par leur ampleur, leur cohérence et la rapidité avec lesquelles elles ont été menées. Elles affectent tous les établissements ecclésiastiques22. Ces derniers, attachés à favoriser dans toute la mesure du possible la qualité de la vie de leurs communautés, délimitent des pourpris qui sont de vastes espaces clos de murs au sein desquels toute construction laïque devient impossible. Puis, grâce aux ressources importantes fournies par leur temporel, ils font édifier des bâtiments de prestige, de vastes dimensions, qui marquent le paysage de la ville au point de constituer des points de repères visibles de très loin.

  • 23 Id., « Les débuts du temporel de l’abbaye de Saint-Martin de Laon ». Actes du 14e colloque du Cent (...)

20L’un des exemples les mieux connus est celui de l’abbaye de Saint-Martin, confiée par l’évêque Barthélemy de Jur à saint Norbert23. Seconde abbaye de l’Ordre de Prémontré, cet établissement est né de la réforme d’un modeste chapitre de chanoines dont l’indiscipline n’était plus admise par l’évêque. Au début du XIIe siècle, le site de Saint-Martin était encore éloigné de la Cité et des zones les plus denses du Bourg en voie de formation.

Les grands chantiers de Laon entre 1150 et 1200.

  • 24 A.D. Aisne, H 288, 1136 et H 871, f° 119r°.
  • 25 1156, A. D. Aisne, H 871, f° 271, f° 113, f° 119v°.
  • 26 FRITSCH, Julia, « Quelques remarques sur l’architecture de l’église Saint-Martin de Laon », M.F.S. (...)

21La croissance très rapide de la ville a provoqué l’apparition de nouveaux îlots d’habitations, lotis sur la censive des chanoines de Saint-Jean-au-Bourg, à proximité de l’enclos des religieux (1136)24. Les chanoines de saint Norbert obtiennent l’interdiction de construire à proximité immédiate de leur établissement, et, dès 1150, entreprennent une œuvre de grande envergure. Ils constituent d’abord par échanges et achats un enclos de près de six hectares25, protégé, à l’ouest, par un terrain vague. L’ensemble des bâtiments monastiques est ensuite reconstruit autour d’une abbatiale de vastes proportions26. À la même époque, l’abbaye de Saint-Vincent fortifie son enclos et ouvre un grand chantier de construction bientôt surplombé par les quatre tours d’un nouveau sanctuaire. Les moines bénédictins profitent de cette période faste pour établir une communauté de 13 chanoines dans le Bourg, dotés d’un petit enclos comportant habitations et collégiale.

  • 27 HERMANN de LAON, P.L. vol. 156, col. 1004-1005.
  • 28 Transférée par le roi Louis VII à l’ouest de la Cité. BROCHE, Louis, « L’ancien palais des rois à (...)
  • 29 Hermann de Laon, dans le De miraculis Beatæ Mariæ Laudunensis détaille la liste des lieux de culte (...)
  • 30 1191, A.D. Aisne, archives municipales de Laon, AA1, 44v°. CRÉPIN-LEBLOND, Thierry, Recherches sur (...)
  • 31 B. M. Laon, Ms 341, f° 321, obit de Gautier de Mortagne, 1155-1174.
  • 32 Le détail de la progression de cet énorme chantier a pu être partiellement reconstitué. SAINT-DENI (...)
  • 33 Id., Institutions hospitalières et société. L’Hôtel-Dieu de Laon, 1150-1300, Nancy, Presses univer (...)
  • 34 FOVIAUX, Jacques, Le chapitre cathédral de Laon pendant la période communale (1150-1300). Thèse de (...)
  • 35 Signalons que la plupart des églises de villages ont également été reconstruites à la même époque, (...)

22Ces entreprises font écho à celles des communautés de la Cité. L’abbaye de Saint-Jean, réformée en 112927, débarrassée de la demeure royale28, réorganise l’enclos in Abbatia autour de ses sept églises29 ce qui l’oblige à composer avec les magistrats de la commune30. De son côté, l’évêque Gautier de Mortagne transforme la modeste maison épiscopale en un palais fortifié doté de deux chapelles superposées31. Aucun de ces chantiers ne peut être comparé, cependant, à la reconstruction complète, selon un plan cohérent, de l’ensemble du cloître cathédral et de l’église-mère. Cette entreprise, commencée peu après 115032, s’est achevée moins d’un demi-siècle plus tard. L’Hôtel-Dieu (1167)33, l’église Saint-Remi-à-la-Place, le cloître-galerie, le réfectoire, la salle du chapitre, la bibliothèque, l’école et de nombreuses maisons canoniales sont implantés au sud de la cathédrale devant laquelle s’ouvre désormais un vaste parvis. Vers 1200, le grand édifice conçu à l’échelle du diocèse écrase la ville de sa masse imposante, bientôt complétée de cinq tours. Cette construction reflète sans ambiguïté la puissance du chapitre fort de 84 prébendes34 et l’exceptionnel développement économique des campagnes voisines dans la seconde moitié du XIIe siècle35.

  • 36 Le niveau de la colline sur laquelle se trouve la ville est à 120 m au-dessus du plat-pays environ (...)

23Les tours de la cathédrale surmontant les tourelles du palais épiscopal répondent à celles, plus modestes des abbayes de Saint-Jean et de Saint-Martin qui occupent l’extrémité occidentale de la colline et les clochers d’une quinzaine d’églises paroissiales. Elles dominent largement le donjon royal et le beffroi de la commune. La disproportion de l’édifice accentuée par le site d’acropole de la ville36 le rend visible très loin, dans la plupart des campagnes du diocèse et fait de Laon, ancienne citadelle des rois carolingiens une véritable citadelle de la Foi chrétienne.

Espace urbain christianisé et communauté chrétienne

24Parmi les modifications les plus visibles apportées au paysage urbain laonnois au XIIe siècle s’imposent sans conteste celles qui soulignent l’identité chrétienne de la ville. Au moment même où s’est mis en place ce décor monumental, réparti sur l’ensemble de l’espace urbain, le clergé cathédral a entrepris de consolider l’esprit de communauté au sein du diocèse en exaltant l’histoire de l’Église locale.

Notre-Dame-de-Laon

  • 37 HERMANN de LAON, De miraculis Beatæ Mariæ Laudunensis, Patrologie Latine, vol. CLVI, col. 961-1018
  • 38 « Le miracle de la femme qui fut arse » est repris par Gautier de Coinci et Jacques de Voragine. H (...)
  • 39 HERMANN, col. 1008 et sq.
  • 40 Un quartier des Anglais Britones, existait à Laon vers 1095. Guibert de Nogent, De laude Sancte Ma (...)
  • 41 Voie romaine de Calais à Reims. Le chemin Romeret est fréquemment cité dans les documents laonnois (...)

25Le premier effort du chapitre cathédral et de l’évêque porte sur l’exaltation de Notre-Dame-de-Laon. Le livre de miracles composé par Hermann de Laon37 présente la cathédrale et le saint reliquaire contenant les souvenirs de la Vierge et de la Passion du Christ comme une résidence bien aimée, privilégiée, où elle désire se rendre efficace et répondre à la ferveur de ceux qui s’adressent à elle. Les multiples récits et exempla contenus dans le livre d’Hermann ont nourri les sermons des prêtres du diocèse et, pour certains, se sont diffusés bien au-delà38. Le voyage de reliques entrepris en 1113 dans le sud de l’Angleterre39 où Notre-Dame-de-Laon accomplit des prodiges eut pour but de resserrer les liens avec un clergé anglais largement formé à l’école de Laon et d’attirer l’attention sur le sanctuaire marial40. Les pèlerins britanniques se rendant à Rome par le chemin Romeret41 ne pourraient manquer de faire étape à Laon dont ils longeaient la colline située un peu au sud de leur itinéraire.

  • 42 DUFOUR, Jean, Recueil des actes de Louis VI, roi de France (1108-1137), Paris, 1992, no 378, vol.  (...)
  • 43 SAINT-DENIS Alain, Institution hospitalière…, p. 115.

26À la fin du XIIe siècle la nouvelle cathédrale offrait un cadre grandiose aux fêtes diocésaines annuelles de Notre-Dame organisées aux environs du 8 septembre. La vénération des reliques miraculeuses donna lieu au développement d’un pèlerinage. Ce dernier attira tout d’abord les fidèles du diocèse et ceux des régions voisines qui bénéficièrent d’un conduit royal42, mais il retint aussi en nombre les pèlerins anglais et flamands qui gagnaient le Sud43.

Les églises de Laon au XIIe siècle.

Processions

  • 44 Ordinaires de l’église cathédrale de Laon, éd. CHEVALIER, Ulysse, Paris, 1897. SAINT-DENIS, Alain,(...)
  • 45 Doyen de 1195 à 1225.
  • 46 À Soissons, le Rituale Suessionense est largement contemporain des documents laonnois, éd. Abbé PO (...)
  • 47 A. D. Aisne, G 1850, f° 121v°, «quam domini et amici nostri canonici Laudunensis singulis annis pr (...)

27La rédaction d’un premier Ordinaire au temps du doyen Lisiard44 (1155-1168), puis d’Adam de Courlandon45 (seconde décennie du XIIIe siècle), correspond au désir d’inscrire la liturgie dans le nouveau cadre architectural et topographique46. Les circuits processionnels soigneusement décrits se déroulent au sein du grand cloître et relient toutes les églises du groupe cathédral. L’une de ces cérémonies, fondée par l’évêque Gautier de Mortagne en 1173, conduit l’ensemble du chapitre de Notre-Dame à la chapelle épiscopale lors de la fête de saint Nicolas et saint Jacques47. Parmi les 35 processions recensées, celles du cycle des Rogations sont les plus spectaculaires.

  • 48 Ordinaires de l’église cathédrale de Laon, éd. CHEVALIER, Ulysse, Paris, 1897, p. 139.

28Le lundi avant l’Ascension48, après la lecture de l’Évangile, une procession venant du chapitre de Saint-Pierre-au-Marché et de Sainte-Geneviève, collégiales situées dans le grand cloître, se rend à la cathédrale. Les chanoines de Notre-Dame se joignent à leurs confrères et le cortège, précédé des coûtres laïcs tenant les bannières, de deux clergeons munis de bénitiers et d’un clerc portant une croix, sort de l’église. Sur le parvis, le groupe se divise en deux. Une partie entre dans Saint-Martin-au-Parvis et l’autre dans l’église attenante à l’Hôtel-Dieu : Saint-Remi-à-la-Porte. Deux chanoines y chantent des prières. La procession se reforme ensuite pour traverser la ville en direction de Saint-Cyr, puis Saint-Julien où elle est rejointe par les chanoines de Saint-Jean-au-Bourg. Elle s’achemine ensuite vers Saint-Just, près de la porte de la ville et descend la colline pour gagner l’église du faubourg Saint-Marcel, puis Saint-Jean de Vaux-sous-Laon. À chaque station sont lues des prières par les chanoines et les curés, puis la messe est célébrée à Vaux et la procession, après avoir fait le tour de la colline remonte en ville. Ce circuit unit le quartier cathédral au Bourg aux faubourgs et à tous les quartiers installés sur les versants. On rentre enfin dans la cathédrale, au son des cloches pour chanter nones. Ce long trajet englobe un vaste territoire qui correspond à celui de la Paix de Laon.

  • 49 Théoriquement une centaine : le chapitre de Notre-Dame comporte 84 prébendes, ceux de Saint-Pierre (...)
  • 50 Ordinaires de l’église cathédrale de Laon, éd. CHEVALIER, Ulysse, Paris, 1897, p. 141-142.
  • 51 L’espace ainsi défini fait l’objet d’une protection particulière de la part de Notre-Dame puisque (...)

29Le lendemain, une nouvelle procession complète la précédente en reliant les lieux de cultes de la Cité qui n’avaient pas été visités. Ce sont les moines bénédictins de Saint-Jean, qui viennent célébrer la messe à la cathédrale Notre-Dame. Les chanoines de Saint-Jean-au-Bourg et de Saint-Julien arrivent ensuite pour se joindre au cortège principal qui se forme dans l’église-mère. Cette fois, derrière les bannières, l’eau bénite, les petites croix, un curé de paroisse présente la grande croix processionnelle (la plus précieuse), protégée par le dais que tient un sous-diacre. Viennent ensuite deux reliquaires, et un prêtre du chapitre tient sur sa poitrine le phylactère en forme de colombe, réputé contenir le lait de Notre-Dame. Les chanoines suivent49. Le cortège prend le chemin qui domine le mur de la ville en direction de Saint-Pierre-au-Marché puis de Notre-Dame-au-Marché et Saint-Georges pour aboutir dans l’enclos des Templiers où l’on chante le Christ ressuscité. On poursuit en direction de Sainte-Geneviève, Sainte-Benoîte, et Notre-Dame-la-Profonde dans l’enclos de l’abbaye de Saint-Jean où l’on célèbre la messe. Enfin, la procession regagne la cathédrale au son des cloches de toutes les églises. Le mercredi, le cortège canonial se rend dans le Bourg et visite le chapitre de Saint-Jean, Saint-Pierre-le-Vieux et l’abbatiale prémontrée de Saint-Martin, puis Saint-Étienne-aux-Champs, Sainte-Geneviève-aux-Champs et Saint-Vincent, lieu de sépulture du clergé cathédral où l’on entonne le Requiem. Au retour, ce sont les moines de Saint-Vincent qui célèbrent la messe dans la cathédrale. En trois jours, ces différents cortèges ont uni dans une même prière chanoines, moines et curés des paroisses. Ils ont traversé solennellement l’ensemble du territoire urbain50 affirmant la cohésion de l’Église de Laon51. La sortie dans les rues de la Cité de quelques-unes des pièces les plus précieuses du trésor de Notre-Dame souligne à quel point cette partie de la ville entourant l’église-mère et regroupant des sanctuaires parmi les plus anciens (Notre-Dame-la-Profonde), est considérée par le clergé de la cathédrale comme le prolongement naturel de la terre sacrée et immune du Claustrum.

Repères historiques

  • 52 GUIBERT de NOGENT, De Vita sua, éd. LABANDE, Edmond-René, Paris, 1981. De laude Sanctæ Mariæ, P.L.(...)

30Tout au long de ces processions, les clercs et les fidèles retrouvaient des lieux évocateurs leur rappelant un épisode de l’histoire passée, plus ou moins lointaine, de la communauté chrétienne locale. Au cours des années 1120-1150 se diffusent des textes élaborés par des moines, Gesta et livres de Miracles dont les récits imagés s’inscrivent dans le paysage local52. C’est ainsi que les versants de la colline et le plateau sont semés de « lieux de mémoire » où l’on commémore les saints fondateurs de la communauté locale, et les événements miraculeux qui se sont déroulés.

  • 53 LUSSE, Jacky, Naissance d’une cité, Laon et le Laonnois du Ve au Xe siècle, Nancy, Presses univers (...)
  • 54 Saint Génebaud eut deux enfants, Larron et Renardine. Il fut enfermé dans le vestibule d’un petit (...)
  • 55 HERMANN de LAON, ibid., col. 1015.

31À l’ouest de la Cité on visitait ainsi la grotte de l’ermite saint Béat, tandis que l’enclos de Saint-Julien conservait la mémoire de saint Génebaud, premier évêque, successeur de saint Remi53. Au milieu du XIIe siècle, on construisit une petite chapelle dans laquelle une niche permettait de voir, contre le mur méridional, une excavation en forme de tombe. Dans les années 1230-1250, le vestibule voûté contigu abrita Adèle la Recluse retirée du monde pour perpétuer le souvenir de la pénitence infligée par l’archevêque de Reims à Genebaud qui avait commis le péché de la chair54. Dans le Bourg, à proximité de Saint-Martin on montra longtemps le Tartare, gouffre où avait été dissimulée une partie du trésor de Notre-Dame, volé par le coûtre Anseau. Non loin de là se voyait l’endroit où un rayon lumineux descendu du ciel était apparu pour désigner l’endroit du recel55.

  • 56 De laude Sancte Mariæ, P.L., col. 564-568 ; De Miraculis Beatæ Mariæ Laudunensis, ibid., col. 1008

32Le célèbre miracle de la femme qui fut arse rapporté par Guibert de Nogent et Hermann de Laon56, puis repris par Gautier de Coincy et Jacques de Voragine, se déroula dans le Bourg, près de Saint-Just, au quartier des Bretons. Une femme condamnée à être brulée vive pour avoir organisé l’assassinat de son gendre fut conduite au supplice après avoir longuement prié dans la cathédrale et invoqué le pardon de la Vierge. Le vidame de Laon chargé d’exécuter la sentence fit dresser un bûcher, mais les flammes épargnèrent la malheureuse qui survécut plusieurs mois. Ce récit connut un grand succès populaire et le souvenir de l’événement se perpétua dans le quartier Saint-Just, peuplé d’artisans, de petits commerçants et de vignerons.

33Tous ces lieux, marqués par une tradition plus ou moins légendaire, ont contribué à rendre tangible le souvenir des saints évangélisateurs, des évêques et des manifestations divines. À la fin du XIIe siècle, grâce à un travail méthodique de mémoire et de diffusion, tout l’espace urbain se trouva marqué par les souvenirs de l’histoire chrétienne locale. Cette opération menée à l’initiative du chapitre cathédral, permit d’ancrer le christianisme dans le paysage, donnant à ses habitants la possibilité de percevoir leur histoire commune, grâce à des repères toujours visibles, affirmant l’originalité, la personnalité de l’Église laonnoise, membre de l’Église universelle. Cette conception, poussée dans ses dernières conséquences, est à l’origine de vives tensions. Soucieux d’affirmer une suprématie incontestable, le clergé cathédral en est venu à affronter les pouvoirs laïcs concurrents. Il a favorisé l’installation de nouvelles institutions ecclésiastiques dans les murs de la Cité, malgré une densité d’occupation très élevée, sans craindre d’éloigner les familles de laïcs qui y étaient implantées de longue date.

L’église de Laon puissance tutélaire

34Face à la commune et à une aristocratie régionale solidement implantée, les puissances ecclésiastiques sont parvenues, non sans conflits, à imposer la supériorité de leurs prérogatives. Elles ont codifié, dès la fin du XIIe siècle, des cérémonies qui reflètent la double autorité spirituelle et temporelle de l’évêque et du chapitre et affirment la supériorité et l’immunité de l’église de Laon. Ces dernières prennent la forme de processions reliant, selon leur importance, des parties plus ou moins vastes de l’espace urbain au quartier cathédral.

Processions de soumission et d’expiation

  • 57 MELLEVILLE, Maximilien, Histoire de la ville de Laon et de ses institutions, Laon, 1846.
  • 58 A.N. L733, 8.

35Dans un premier temps, se mettent en place des rituels destinés à marquer les liens tangibles qui existent entre les deux principaux seigneurs ecclésiastiques et les pouvoirs laïcs. Le rituel compliqué organisant l’entrée solennelle de l’évêque dans la ville, fixé au début du XIIIe siècle, associe à cet événement la plus grande partie du Bourg et de la Cité. Le prélat accueilli à la Porte occidentale, servi par tous ses officiers et vassaux, traversait la ville dans sa plus grande longueur, s’arrêtant dans les différents lieux de culte où il recevait les insignes de son sacerdoce et de sa charge de duc du Laonnois57. Les hommes de la commune devaient se rendre en cortège depuis la grand’place de la ville jusque dans la cour de son palais pour lui prêter un serment collectif de fidélité. Ce serment qui n’est mentionné nulle part dans la charte de Paix de 1128, n’apparaît que sous l’épiscopat de Garnier en 123858. Il vient doubler celui qui était dû au roi et concrétise la montée en puissance de l’Église locale face au corps de ville.

  • 59 Les cierges sont offerts par les grands au luminaire de Notre-Dame. VAN der GOUW, Jean-Louis, « Un (...)

36Parmi les cérémonies mêlant liturgie et rites féodaux, la procession de la Chandeleur, rassemblant tous les membres de l’aristocratie locale, mettait en vedette ceux qui tenaient les fiefs les plus importants du duché épiscopal. À cette occasion, les primores casati ecclesiæ, gardiens des grands châteaux tenus de l’évêque, officiers résidant dans le Laonnois et chefs des familles de seigneurs urbains, venaient en procession à la cathédrale, tenant d’énormes cierges dont le poids (jusqu’à 30 livres) était proportionnel à l’importance du fief dont ils jouissaient59. Ce rite concrétisait le lien de subordination de la haute aristocratie laïque à l’église de Laon.

  • 60 45 conflits recensés en 75 ans. La situation laonnoise n’a rien d’exceptionnel. Pareilles tensions (...)
  • 61 SAINT-DENIS, Alain, Apogée…, p. 602, 603, 608.

37Au cours du même siècle, la concurrence très forte entre le chapitre cathédral et la commune donna lieu à des conflits très durs60 qui se terminèrent presque tous par des processions expiatoires imposées aux magistrats urbains. Ces dernières débutaient selon les cas, à la Porte du Bourg, non loin de l’abbaye de Saint-Martin ou sur la grand’place, au pied du beffroi pour se terminer sur le parvis de la cathédrale où les dignitaires laïcs en tenue de pénitents, étaient contraints de plier le genou devant le doyen61. Le chapitre cathédral qui n’admettait pas l’existence d’une juridiction communale, aux mains d’un groupe aristocratique privilégié, parvint à affirmer son influence réelle en contraignant les jurés et le maire de la ville, issus des plus riches familles à s’humilier publiquement dans les rues de leur ville et de reconnaître devant tous la soumission du corps de ville.

  • 62 La commune de Laon a été supprimée définitivement en 1331. Ibid. p. 605-609.
  • 63 Le contrôle vétilleux de l’évêque et du chapitre s’exerce pour empêcher la commune d’accroître ses (...)

38Le clergé cathédral a joué un rôle décisif dans l’échec de la commune62 en déployant tous les moyens possibles pour limiter les prérogatives de ses représentants et porter atteinte à leur autorité. C’est cependant l’action persévérante qu’il a menée pour se rendre maître du sol de la Cité qui a sapé le plus sûrement les assises du pouvoir urbain. En premier lieu, les chanoines et l’évêque ont étouffé le marché urbain en refusant son transfert et les agrandissements demandés par les citadins63. Ils semblent avoir une autre vision de l’espace urbain compris entre le donjon royal, l’abbaye de Saint-Jean et le marché : celle d’une « Cité-cathédrale » où ils favoriseraient la présence au pied des tours de l’église-mère, autour du grand cloître, de la plupart des institutions religieuses du diocèse.

Espace urbain ou « Cité-cathédrale » ?

39Au cours du XIIIe siècle, les chanoines et moines sont parvenus à s’emparer d’une large partie du sol de la Cité au détriment des laïcs les plus puissants de la ville. Les très anciennes familles de bourgeois et de chevaliers se sont trouvées écartées d’un espace qui avait autrefois concentré la totalité des pouvoirs. Leurs grandes maisons ou les espaces lotis dont ils étaient propriétaires sont passés progressivement aux mains d’institutions religieuses qui ont agrandi leur enclos ou sont venues s’installer, encouragées par l’évêque et le chapitre.

  • 64 Les Olim ou registres des arrêts rendus par la cour du roi, 1254-1319, Paris, 1838-1848, XV, I.
  • 65 La Porte, 1236, id. A2, f° 139r° ; La porte où l'on vend de la viande, 1246, A.N. L 732, no 44 ; 1 (...)
  • 66 A.D. Aisne, arch. hosp. B 62, 3, Pico, F. Catalogue… no 153. A.D. Aisne, H 4, 2, Maître Guillaume (...)
  • 67 B. N. Coll. Picardie no 267, f° 264r°.
  • 68 SAINT-DENIS, Alain, Institution hospitalière…, p. 55-65.

40Le cloître de Notre-Dame occupe une position centrale dans le noyau le plus ancien de la ville. L’accès en est réglementé64, afin de préserver l’unité de la communauté et d’assurer des conditions de vie compatibles avec la méditation et la prière. Les deux portes qui contrôlent son artère principale (Porte du Cloître, de Saint-Pierre-au-Marché)65 permettent de fermer l'une des principales artères conduisant au marché. De plus, les grandes maisons qui sont dispersées dans ce quartier verdoyant ne suffisent plus depuis longtemps à abriter les chanoines résidents et leur familia. Plusieurs d’entre eux se sont installés dans les quartiers voisins. De nombreux clercs, notamment les chapelains de la cathédrale (au nombre de 42) envahissent les abords du grand cloître, au sud de Sainte-Geneviève, autour de Saint-Pierre et de Sainte-Benoîte66. À l’est, en direction du marché, s’est constitué un enclos beaucoup plus modeste réservé aux 13 chanoines de Saint-Pierre67. Au nord de Notre-Dame, les chanoines implantent en 1209 la salle des malades de leur hôpital, dans une grande maison de pierre, autrefois propriété d’une riche famille de cives, avec l’espoir de s’emparer des enclos voisins pour construire un hôpital de grandes dimensions68.

  • 69 A.D. Aisne, G 1850, f° 42, f° 75v°.
  • 70 A.D. Aisne, G 1850, f° 282r° et fos 10 et 11 : quod plateam quandam ante ecclesiam quibusdam macel (...)
  • 71 1222, novembre, A.D. Aisne, G 1850, G 133, 2.
  • 72 A.D. Aisne, G 1850, f° 75 r°.
  • 73 SAINT-DENIS, Alain, Institution hospitalière d. p. 107.

41La place du Parvis dégagée grâce à la destruction de nombreuses maisons bourgeoises69, et au transfert du marché des viandes, fut fermée au commerce des citadins et réservée, dans sa partie méridionale à la vente d’objets pieux70, la limite en était matérialisée par des bornes et deux anneaux fichés dans les murs des églises Saint-Martin et Saint-Remi71. Enfin, malgré le privilège ancien des moines de Saint-Vincent, les chanoines obtinrent le droit de sépulture dans l'église et dans le Cloître72. Ils firent aménager un cimetière pour l'Hôtel-Dieu, sur le flanc nord de la colline, en contre-bas de la Porte épiscopale73.

  • 74 Environ 1/5 de la superficie de la Cité.

42Le quartier capitulaire avec toutes ses annexes mobilisa près de six hectares74 au cœur de la Cité, sans compter les habitations de clercs dispersées dans les rues avoisinantes.

  • 75 PLOUVIER, Martine. L'hôtel de la Préfecture et du Département, ancienne abbaye Saint-Jean, Laon, A (...)
  • 76 1270. Olim I, p. 816. SAINT-DENIS, Alain, « Les excès des moines de l’abbaye de Saint-Jean de Laon (...)
  • 77 1257, A.D. Aisne, H 1748 ; 1257, A.N. S 4948, no 11.
  • 78 1257, A.D. Aisne, H 1748 ; 1266, H 1742, f° 6r°; 1272, f° 7v°; 1274, f° 8v°; 1280, A.N. S 4948, no(...)

43Au sud, l'enclos monastique de Saint-Jean occupait un peu plus d’un hectare et demi75. Un peu à l'étroit, les moines bénédictins firent des tentatives désespérées pour étendre leur domaine, mais ils perdirent tout espoir d’y parvenir quand les Cordeliers furent autorisés à s’installer sur la terre de l'ancien palais royal en 127076. Ils ne furent pas les seuls à essayer d’élargir leur pourpris : les Templiers eurent plus de succès et ne cessèrent pas de gagner du terrain. Situé le long de la bordure méridionale du Cloître cathédral, l'aître des chevaliers du Temple était confiné dans un espace exigu ouvrant sur la rue du Temple77. Vers 1220, les chevaliers chargèrent Grégoire le Clerc d'acquérir en leur nom des parcelles avoisinantes. Ils se rendirent maîtres d’une douzaine de maisons78. Cette opération, accompagnée de quelques aumônes, donna naissance vers 1257, à un domaine d'un tiers d'hectare occupant un îlot complet, comportant une demeure, une chapelle, un cimetière et un four. Il fallut compter aussi avec de nouveaux arrivants.

  • 79 B.N. coll. Pic., vol. 267, f° 82v°. « Ruella proxime domui hospitalis Jerusalem de Bona Curte. »
  • 80 En mai 1259, Bovon, doyen de Saint-Pierre-au-Marché permet à l'abbaye de Foigny de prendre possess (...)
  • 81 Plusieurs maisons d’abbayes ont été installées sur les terres du chapitre dans le village de Vaux- (...)

44Les communautés monastiques du plat-pays exprimèrent le besoin de disposer d’un pied-à-terre urbain, non loin de l’église-mère et du marché. Les abbés devaient en effet se rendre aux convocations de l’évêque, mais il fallait aussi favoriser l’écoulement des surplus de production de leur temporel sur le principal marché de la région. Grâce à l'aide de dignitaires du chapitre, ils firent l'acquisition de belles bâtisses de pierre groupées rue du Tronc, près de Saint-Nicolas et derrière l'enclos du Temple. Les hospitaliers de Jérusalem79, les abbayes de Foigny80, Cuissy et Vauclair construisirent de vastes hôtels bien accessibles par le rempart sud81.

  • 82 Sur les parcelles qui le composent sont installées des familles de riches propriétaires et chevali (...)
  • 83 SAINT-DENIS, Alain, Institution hospitalière…, p. 58. Un bourgeois, Gautier Poire, commence à rach (...)

45Des tensions très fortes se font jour dans la seconde moitié du XIIIe siècle à cause de l'installation de deux nouveaux couvents et de la reconstruction complète de l'Hôtel-Dieu. Ce dernier, implanté en 1209 dans l’un des quartiers les plus aristocratiques de la Cité82, propriété du châtelain, devint la cause de spéculations immobilières organisées par les bourgeois pour faire obstacle au projet du chapitre83. Alors que la construction de la cathédrale avait demandé une quarantaine d'années, il fallut soixante-huit ans pour vaincre les réticences et constituer un îlot d'un quart d'hectare permettant d’édifier un nouvel hôpital adapté aux besoins (1205-1273).

46Ces difficultés peuvent cependant paraître modestes en regard de celles rencontrées par les frères du Val-des-Écoliers et par les Cordeliers.

  • 84 B. N. coll. Picardie, vol. 271, no 21. Un acte daté de septembre 1220, de l'archidiacre de Laon do (...)
  • 85 En avril 1241, ceux-ci, contre 200Lp. et des rentes en vin à prendre à Cerny, acceptèrent de cèder (...)
  • 86 Août 1276, donation de maison « contiguæ muris domus prioris ». B.N. n.a.l. 2590, no 90. « Ruelle (...)
  • 87 Id., quadrangulus, de 34 verges de périmètre, soit 182,40m. La verge est comptée à dix-huit pieds (...)
  • 88 La parcelle 1250 du cadastre de 1830, amputée de la partie occidentale en léger décrochement, a un (...)

47En décembre 1235, l'évêque Anselme de Mauny installa les frères du Val-des-Écoliers dans l’hôpital Saint-Nicolas, modeste maison précédemment réservée aux étudiants pauvres84. Les nouveaux venus commencèrent à racheter les parcelles voisines malgré les réticences des moines de Saint-Jean qui possédaient le tréfonds dans le quartier85. Après soixante-treize ans d'efforts86, s’est formé un enclos rectangulaire entouré de rues, remplaçant un îlot de maisons bourgeoises87. On y trouve le nouveau couvent, doté d’un cloître, d’un réfectoire, de cellules et autres dépendances pour dix-huit frères88. La lenteur de cette implantation témoigne du peu d'enthousiasme des citadins pour la construction de nouveaux couvents. L’arrivée des Frères Mineurs déclencha une franche hostilité.

  • 89 Près des Champs de Saint-Martin.
  • 90 B. N. coll. Picardie, vol. 283, no 32.
  • 91 Id. vol. 267, f° 81r°.
  • 92 Il cède le tréfonds sur un groupe de bâtiments compris entre la chapelle Saint-Corneil et la ruell (...)
  • 93 Id. vol. 267, f° 3v°.

48En novembre 1234, les frères viennent s’installer à Laon sur une terre éloignée de la Cité89, prêtée par le chapitre de Notre-Dame, à la condition qu’ils respectent les périodes d’interdit90. En 1269, les Mineurs font parvenir une lettre éplorée au roi Louis IX, se plaignant de leur éloignement et du peu de cas que les bourgeois font de leurs demandes d’installation dans la Cité91. Le roi leur cède l'emplacement de son ancienne résidence, contiguë de l'abbaye Saint-Jean92 et demande à Pierre de Moncel, gardien de sa tour de Laon d'acheter en sous-main le plus possible d'immeubles dans le quartier pour les donner aux frères. L'évêque Guillaume leur donne le droit de construire un couvent, avec chapelle, cloche et cimetière93.

  • 94 Raoul Poire, « deux ribauds des mieux nez de la ville cousins germains le maieur », ibid.
  • 95 Olim I, p. 816.
  • 96 1272, B. N. coll. Picardie, vol. 267, f° 81v°. Les moines prouvent qu'ils possèdent une partie du (...)

49À la mort des deux protecteurs, les bourgeois intentent des procès pour récupérer les parcelles achetées par Pierre et font obstruction aux travaux, allant jusqu’à menacer les ouvriers. La commune achète un hôtel trois fois son prix, pour empêcher que les franciscains y fassent leur chapelle puis ils s’emparent des maisons voisines avec la complicité des héritiers et les font abattre « pour ce que li frères soient si a estroit de toutes parts quils se puissent eslargir de nulle part ». Les Mineurs, déclarés indésirables sont traqués et battus par des bourgeois de bonne famille à coup de plat d’épée94. Entre-temps, les bénédictins de Saint-Jean prennent conscience de l'impossibilité où ils seront d'agrandir leur enclos, si un nouveau couvent est construit sur le quartier qu'ils convoitent : ils font démolir ce que les frères avaient fait édifier95. Le roi, puis le pape, interviennent en faveur de ces derniers mais l’obstruction se poursuit96. Les moines font entourer leurs parcelles enclavées au milieu du couvent pour obliger les frères à passer par la rue pour se rendre à leur chapelle.

  • 97 Entre la calceya Nebulariorum, jusqu'à la vieille cour le Roi, et de la ruelle proche de la maison (...)
  • 98 Ils surent célébrer le culte dans leur chapelle malgré l'interdit et acceptèrent d'enterrer les bo (...)

50En 1283, l'évêque décide de fixer les droits des Mineurs sur le quartier mais en 1291, l'affaire est encore en suspens mais après menace d’excommunication par le souverain pontife97, intervient, peu après, le règlement définitif du conflit. Les bourgeois apprécièrent l’attitude bienveillante des Franciscains lors de la révolte de 129498.

Églises, enclos monastiques et canoniaux dans la Cité de Laon (fin XIIIe siècle).

  • 99 La Cité abrite en outre neuf églises paroissiales qui, à part Saint-Georges et Notre-Dame-au-March (...)
  • 100 Environ 4 ha 5 pour le Cloître de Notre-Dame, y compris le nouvel hôtel-Dieu, 2ha pour Saint-Jean, (...)
  • 101 En pratiquant par sondages, d'après le parcellaire de la rue Châtelaine, on obtient une densité mo (...)

51Les déboires des franciscains montrent à quel point l'emprise croissante du clergé sur le sol de la Cité était devenue insupportable. À la fin du XIIIe siècle, les églises99, enclos monastiques et capitulaires et maisons d’abbaye, à l’exception des demeures privées occupées par des clercs dont on ne peut connaître ni le nombre ni la superficie, occupent près de 8 hectares, soit plus du tiers de la surface habitable100. Dans la seconde moitié du XIIIe siècle, près de deux hectares occupés par l’habitat bourgeois ont été livrés aux démolisseurs et affectés à la construction de bâtiments religieux. Les actes d'aliénation conservés concernent 60 maisons101.

52Cette évolution, révélatrice de l’affaiblissement des groupes aristocratiques qui tenaient la commune, a figé la topographie et le développement économique. Laon, siège d’institutions ecclésiastiques et du bailliage royal de Vermandois a perdu peu à peu sa vocation de centre d’échanges d’une région riche pour devenir une petite ville de clercs, de juristes et de rentiers.

Conclusion

53L’exemple laonnois permet, grâce à une documentation abondante, de comprendre comment le clergé cathédral a réussi avec beaucoup de ténacité et jusque dans l’excès, à donner à l’ancienne forteresse carolingienne une identité chrétienne très forte et les dehors d’une « cité cathédrale », concentrant sur une surface restreinte autour de l’église-mère, l’ensemble des institutions religieuses régulières et séculières.

54La christianisation de l’espace urbain s’est opérée en profondeur par la mise en place dans le paysage de constructions spectaculaires et de « repères de mémoire » hérités de l’histoire particulière de la communauté chrétienne locale. Ces monuments, ces lieux évocateurs ont été reliés par une liturgie processionnelle qui rendait visible, par des circuits soigneusement codifiés, l’existence d’un espace chrétien unique dont l’évêque et le chapitre étaient les gardiens. La cathédrale conservant les reliques des saints locaux, de Notre-Dame et du Christ, entourée d’enclos monastiques et canoniaux, concrétisait de manière imposante l’unité de la chrétienté locale et de l’Église Universelle.

  • 102 De forts indices existent pour Soissons (voir notes 35, 38, 46). Cela ne fait aucun doute pour la (...)

55Semblable utilisation de l’espace s’est sans doute affirmée dans la plupart des cités épiscopales du nord du royaume102 dans le courant du XIIe siècle, au moment où, en union étroite avec leurs campagnes, elles connurent une phase de croissance sans équivalent dans l’histoire de l’Ancien Régime.

Notes

1 LEGUAY, Jean-Pierre, La rue au Moyen Âge, Rennes, Ouest France, 1984.

2 HEERS, Jacques, La ville au Moyen Âge, Paris, Fayard, 1990.

3 Les thèses réalisées en nombre au XIXe siècle dans le cadre de l’École des Hautes Études, n’abordent jamais la question du paysage, rarement celle de la topographie et toujours de façon superficielle. Elles se consacrent à l’étude politique et institutionnelle. LABANDE, Louis-Henri, Histoire de Beauvais et de ses institutions communales, Paris, 1892 ; BOURGIN, Georges, La commune de Soissons et le groupement communal soissonnais, Paris, 1908 ; LEFRANC, Abel, Histoire de la ville de Noyon et de ses institutions jusqu’à la fin du XIIIe siècle, Paris, 1887.

4 Les travaux des érudits n’ont porté sur la topographie que pour établir une continuité entre le paysage qu’ils connaissaient et celui des époques antérieures. SARS, Comte Maxime de, Histoire des rues et des maisons de Laon, Soissons, 1932 ; GRIGNON, Louis, Topographie historique de la ville de Châlons-sur-Marne, Châlons-sur-Marne, 1889.

5 HEERS, Jacques, La ville au Moyen Âge, op. cit. Pour la France, la thèse monumentale de Pierre DESPORTES, Reims et les Rémois aux XIIIe et XIVe siècles, Paris, Picard, 1979, a mis l’accent sur l’analyse du paysage rémois dans ces perspectives nouvelles.

6 PICARD, Jean-Charles, Les chanoines dans la ville, Paris, De Boccard, 1994 ; ERLANDE-BRANDENBOURG, Alain, La cathédrale, Paris, Fayard, 1989 ; « Archéologie des villes, démarches et exemples en Picardie », Revue archéologique de Picardie, 16/1999, Amiens. SANDRON, Dany, La cathédrale de Soissons, Paris, Picard, 1998, p. 49-63. DEMOUY, Patrick, dir. La cathédrale de Reims, Zodiaque, 2000.

7 Les restaurations du XIXe siècle ont souvent dégagé les cathédrales en détruisant les constructions mitoyennes. Voir les très importantes fouilles archéologiques menées à Rouen et à Chartres.

8 Shaping urban identity in late medieval Europe, éd. par BOONE, Marc et STABEL, Peter, Louvain, Garant, 2000.

9 SAINT-DENIS, Alain, « L’apparition d’une identité urbaine dans les villes de commune de France du Nord aux XIIe et XIIIe siècles », Shaping urban identity in late medieval Europe, éd. par BOONE, Marc et STABEL, Peter, Louvain, Garant, 2000, voir « Le pouvoir communal et l’identité urbaine, utilisation de l’espace et des images », p. 74-81.

10 « Archéologie des villes, démarches et exemples en Picardie » Revue archéologique de Picardie, 16/1999, Amiens, p. 35-40, « La topographie de l’espace urbain médiéval, sources et méthodes ».

11 PICARD, Jean-Charles, Les chanoines dans la ville, Paris, De Boccard, 1994.

12 Laon, une acropole à la française, dir. PLOUVIER, Martine, coll. Cahiers du Patrimoine, no 40, 2 vol. Amiens, A.G.I.R. PIC, 1995.

13 SAINT-DENIS, Alain, Apogée d’une cité, Laon et le Laonnois aux XIIe et XIIIe siècles, Nancy, Presses Universitaires, 1994, p. 15-25.

14 5 368 titres de propriété auxquels s’ajoutent cinq censiers, deux obituaires et une importante collection de dossiers concernant des procédures.

15 LABANDE, Edmond-René, éd. et trad. De vita sua, Paris, 1981, Les classiques de l’Histoire de France au Moyen Âge, no 34.

16 P.L., 156, col 961-1018.

17 GAUVARD, Claude, Histoire de la France au Moyen Âge du Ve au XVe siècle, Paris, P.U.F., 1995, p. 129-163. CARPENTIER, Élisabeth et LE MENÉ, Michel, La France du XIe au XVe siècle, population, société, économie, Paris, P.U.F., coll. Thémis, 1996, voir la première partie, notamment « Une société en mouvement ».

18 Histoire de la France urbaine, dir. DUBY, Georges, t. II, « La ville médiévale », contribution de CHÉDEVILLE, André, Paris, Seuil, 1980.

19 SAINT-DENIS, Alain, Apogée…, p. 70-75. Une disposition semblable se retrouve à Reims : DESPORTES, Pierre, Reims et les Rémois, chapitre 1. À Soissons : Saint-Médard, trésor d’une abbaye royale, dir. DEFENTE, Denis, Paris, Samogy, 1997, p. 127-143, « L’abbaye et l’expansion urbaine à l’époque de la commune de Soissons » et à Saint-Quentin voir le dossier très consistant établi par COLLART, Jean-Luc dans : « Archéologie des villes, démarches et exemples en Picardie » Revue archéologique de Picardie, 16/1999, Amiens, p. 67-128. Pour Noyon voir Cahiers du Patrimoine, no 10 dir. PLOUVIER Martine, Amiens, A.G.I.R. PIC, 1987.

20 DESPORTES, Pierre, « Le mouvement communal dans la province de Reims », Les chartes et le mouvement communal, Colloque régional, Saint-Quentin, 1982, p. 105-112.

21 À Laon : Barthélemy de Jur, 1112-1151 ; Gautier de Saint-Maurice, 1151-1155 ; Gautier de Mortagne, 1155-1174. À Soissons : Josselin de Vierzy, 1123-1152.

22 SAINT-DENIS, Alain, Apogée…, p. 178-196.

23 Id., « Les débuts du temporel de l’abbaye de Saint-Martin de Laon ». Actes du 14e colloque du Centre d’études et de recherches Prémontrées, Amiens, 1989.

24 A.D. Aisne, H 288, 1136 et H 871, f° 119r°.

25 1156, A. D. Aisne, H 871, f° 271, f° 113, f° 119v°.

26 FRITSCH, Julia, « Quelques remarques sur l’architecture de l’église Saint-Martin de Laon », M.F.S.H.A.A., XXV, 1980, p. 67-81.

27 HERMANN de LAON, P.L. vol. 156, col. 1004-1005.

28 Transférée par le roi Louis VII à l’ouest de la Cité. BROCHE, Louis, « L’ancien palais des rois à Laon », Bulletin de la Société Académique de Laon, XXXI, 1900-1904.

29 Hermann de Laon, dans le De miraculis Beatæ Mariæ Laudunensis détaille la liste des lieux de culte inclus dans l'enceinte monastique : « Sept églises furent construites. La première, la mieux connue, fut édifiée en l'honneur de la Sainte-Mère de Dieu. Elle fut nommée Sainte-Marie-la-Profonde. La seconde est celle de Saint-Michel-et-tous-les-anges, la troisième, celle de Saint-Jean-Baptiste-et-tous-les-patriarches-et-prophètes, la quatrième, de Saint-Pierre-apôtre-et-des-Apôtres. Par la suite, une cinquième église en l'honneur de la Sainte-Croix fut construite à l'entrée de l'abbaye, afin d'écarter, par l'action de la Croix, toute incursion ou ruse du diable. La sixième est celle de Saint-Epvre, martyr et la septième fut établie en l'honneur de Marie-Madeleine ». Hermann de Laon, P.L., 156, col. 1004.

30 1191, A.D. Aisne, archives municipales de Laon, AA1, 44v°. CRÉPIN-LEBLOND, Thierry, Recherches sur les palais épiscopaux en France aux XIIe et XIIIe siècles, Paris, thèse de l’École Nationale des Chartes, 1987, p. 110.

31 B. M. Laon, Ms 341, f° 321, obit de Gautier de Mortagne, 1155-1174.

32 Le détail de la progression de cet énorme chantier a pu être partiellement reconstitué. SAINT-DENIS, Alain, Apogée…, p. 188-195 et Laon, la cathédrale, Paris, 2002, p. 84-102.

33 Id., Institutions hospitalières et société. L’Hôtel-Dieu de Laon, 1150-1300, Nancy, Presses universitaires, 1983, p. 50.

34 FOVIAUX, Jacques, Le chapitre cathédral de Laon pendant la période communale (1150-1300). Thèse de Droit dactylographiée. Paris, 1974. PICO, Fernando, « Changements dans la composition du chapitre cathédral de Laon (1155-1318) », Revue d’Histoire ecclésiastique, 21, janvier-avril 1976. MILLET, Hélène, Les chanoines du chapitre cathédral de Laon (1272-1412), Rome, publications de l’École Française, 1982.

35 Signalons que la plupart des églises de villages ont également été reconstruites à la même époque, utilisant des emprunts architecturaux significatifs à l’église-mère. SANDRON, Dany, Picardie gothique. Autour de Laon et Soissons, Paris, Picard, 2001.

36 Le niveau de la colline sur laquelle se trouve la ville est à 120 m au-dessus du plat-pays environnant.

37 HERMANN de LAON, De miraculis Beatæ Mariæ Laudunensis, Patrologie Latine, vol. CLVI, col. 961-1018.

38 « Le miracle de la femme qui fut arse » est repris par Gautier de Coinci et Jacques de Voragine. Hugues Farsit, contemporain d’Hermann, chanoine de Saint-Jean-des-Vignes, composa après 1144 un cycle de miracles de Notre-Dame de Soissons qui inspira également Gautier de Coincy. Saint-Médard, trésor d’une abbaye royale, Paris, Somogy, p. 158. Les miracles rapportés par Hugues Farsit ont tous pour cadre la ville de Soissons : P.L., CLXXIX, col. 1781-1799.

39 HERMANN, col. 1008 et sq.

40 Un quartier des Anglais Britones, existait à Laon vers 1095. Guibert de Nogent, De laude Sancte Mariæ, P.L., 156, col. 567.

41 Voie romaine de Calais à Reims. Le chemin Romeret est fréquemment cité dans les documents laonnois notamment dans les archives de la maison des chevaliers du Temple qui possédaient un grand domaine le long de cette route, 1256, Arch. Nat. S 4949, no 5.

42 DUFOUR, Jean, Recueil des actes de Louis VI, roi de France (1108-1137), Paris, 1992, no 378, vol. II, p. 278.

43 SAINT-DENIS Alain, Institution hospitalière…, p. 115.

44 Ordinaires de l’église cathédrale de Laon, éd. CHEVALIER, Ulysse, Paris, 1897. SAINT-DENIS, Alain, Laon. La cathédrale, p. 156-163.

45 Doyen de 1195 à 1225.

46 À Soissons, le Rituale Suessionense est largement contemporain des documents laonnois, éd. Abbé POQUET, Paris, 1856.

47 A. D. Aisne, G 1850, f° 121v°, «quam domini et amici nostri canonici Laudunensis singulis annis processio (…) veniunt in curiam nostram ad capellam in festi sancto Nicolai et sancti Jacobi prioras vesperas et missam in crastino celebrare».

48 Ordinaires de l’église cathédrale de Laon, éd. CHEVALIER, Ulysse, Paris, 1897, p. 139.

49 Théoriquement une centaine : le chapitre de Notre-Dame comporte 84 prébendes, ceux de Saint-Pierre, Sainte-Geneviève, Saint-Jean-au-Bourg et Saint-Julien 13 chacun. Les curés des paroisses forment un collège de 24 membres. La ville comporte 24 paroisses.

50 Ordinaires de l’église cathédrale de Laon, éd. CHEVALIER, Ulysse, Paris, 1897, p. 141-142.

51 L’espace ainsi défini fait l’objet d’une protection particulière de la part de Notre-Dame puisque dans le récit de miracle intitulé Du vol d’Anseau, ce dernier le voleur du trésor de Notre-Dame, ne parvint jamais à en franchir les limites. Dès qu’il approchait de ces dernières une vision terrifiante l’empêchait d’aller plus loin. HERMANN, P.L. 156, col. 1016 : sed cum de monte descendere cœpisset, mirum dictum ! vidit quasi fluvium magnum instar maris contra se redundantem, seque in montem redire cogentem.

52 GUIBERT de NOGENT, De Vita sua, éd. LABANDE, Edmond-René, Paris, 1981. De laude Sanctæ Mariæ, P.L. 156 ; HERMANN de LAON, P.L. 156, édition et traduction en cours.

53 LUSSE, Jacky, Naissance d’une cité, Laon et le Laonnois du Ve au Xe siècle, Nancy, Presses universitaires, 1992, p. 140.

54 Saint Génebaud eut deux enfants, Larron et Renardine. Il fut enfermé dans le vestibule d’un petit oratoire pendant sept ans. BUR, Michel, Histoire de Laon et du Laonnois, Toulouse, Privat, 1987, voir la contribution de Jacky LUSSE, p. 25. Sur Adèle, 1236, A.D. Aisne, cartulaire de l’abbaye de Saint-Martin, f° 76v°, 1254, Id., f° 19r°.

55 HERMANN de LAON, ibid., col. 1015.

56 De laude Sancte Mariæ, P.L., col. 564-568 ; De Miraculis Beatæ Mariæ Laudunensis, ibid., col. 1008.

57 MELLEVILLE, Maximilien, Histoire de la ville de Laon et de ses institutions, Laon, 1846.

58 A.N. L733, 8.

59 Les cierges sont offerts par les grands au luminaire de Notre-Dame. VAN der GOUW, Jean-Louis, « Un évangéliaire de Laon à Nimègue », Scriptorium, XI, 1957, p. 31-36. Ce rite existe également à Reims. DESPORTES, Pierre, Reims…, p. 78, note 128.

60 45 conflits recensés en 75 ans. La situation laonnoise n’a rien d’exceptionnel. Pareilles tensions existent dans d’autres villes du nord du royaume à la même époque : SAINT-DENIS, Alain, « Expiations publiques des grands dans les villes du Nord de la France (XIe-XIIIe siècles). Histoire et criminalité de l’Antiquité au XXe siècle, Dijon 1994, p. 383-390. HŒGLIN, Jean-Marie, « Pénitence publique et amende honorable au Moyen Âge », Revue historique, 298 (1997), p. 225-269.

61 SAINT-DENIS, Alain, Apogée…, p. 602, 603, 608.

62 La commune de Laon a été supprimée définitivement en 1331. Ibid. p. 605-609.

63 Le contrôle vétilleux de l’évêque et du chapitre s’exerce pour empêcher la commune d’accroître ses prérogatives et ses revenus sur le commerce. A.N. J 233, no 11. Cette paralysie de la principale place d’échanges est à l’origine du développement des communes satellites de Bruyères-en-Laonnois et Crépy-en-Laonnois ouvertes sur les échanges inter-régionaux.

64 Les Olim ou registres des arrêts rendus par la cour du roi, 1254-1319, Paris, 1838-1848, XV, I.

65 La Porte, 1236, id. A2, f° 139r° ; La porte où l'on vend de la viande, 1246, A.N. L 732, no 44 ; 1257, B.N. coll. Picardie, vol. 286, f° 15 ; 1292, B.N. n.a.l. 929, p. 218 ; A.D. Aisne, G 1850 bis, p. 18-54.

66 A.D. Aisne, arch. hosp. B 62, 3, Pico, F. Catalogue… no 153. A.D. Aisne, H 4, 2, Maître Guillaume d'Antogny, archidiacre, chanoine de Notre-Dame habite non loin de Sainte-Benoîte.

67 B. N. Coll. Picardie no 267, f° 264r°.

68 SAINT-DENIS, Alain, Institution hospitalière…, p. 55-65.

69 A.D. Aisne, G 1850, f° 42, f° 75v°.

70 A.D. Aisne, G 1850, f° 282r° et fos 10 et 11 : quod plateam quandam ante ecclesiam quibusdam macellisstalliis et immundis mansionibus occupatam ex quibus fecor et tumultusin ecclesia redundabant ad decorem ecclesie.

71 1222, novembre, A.D. Aisne, G 1850, G 133, 2.

72 A.D. Aisne, G 1850, f° 75 r°.

73 SAINT-DENIS, Alain, Institution hospitalière d. p. 107.

74 Environ 1/5 de la superficie de la Cité.

75 PLOUVIER, Martine. L'hôtel de la Préfecture et du Département, ancienne abbaye Saint-Jean, Laon, Aisne. Laon, A.G.I.R.PIC. 1989. La rareté des précisions topographiques et les transformations intervenues au XVIIIe siècle obligent à se reporter à des plans antérieurs à 1650 pour retrouver la disposition des lieux. 1253, A.D. Aisne, H 6, 6, bien visible sur une gravure de 1780.

76 1270. Olim I, p. 816. SAINT-DENIS, Alain, « Les excès des moines de l’abbaye de Saint-Jean de Laon au XIIIe siècle », Le clergé délinquant, dir. GARNOT, Benoît, Dijon, Éditions universitaires, 1995, p. 119-130.

77 1257, A.D. Aisne, H 1748 ; 1257, A.N. S 4948, no 11.

78 1257, A.D. Aisne, H 1748 ; 1266, H 1742, f° 6r°; 1272, f° 7v°; 1274, f° 8v°; 1280, A.N. S 4948, no 98 ; 1289, no 91.

79 B.N. coll. Pic., vol. 267, f° 82v°. « Ruella proxime domui hospitalis Jerusalem de Bona Curte. »

80 En mai 1259, Bovon, doyen de Saint-Pierre-au-Marché permet à l'abbaye de Foigny de prendre possession d'un hôtel, rue Saint-Nicolas. Les abbés en font leur résidence urbaine en 1274. B.M. Reims, ms 1563, f° 205r°, 1266, A.D. Aisne, H 1602, no 11. Id. fos 155v° et 205r° v° Cuissy : Maison voisine de celle d'Herbert Maurois, civis Lauduni. B. M. Nancy, ms 1753, f° 110v°. B.N. coll. Picardie, vol. 267, f° 74. Bull. Soc. Acad. Laon, XXI, p. 233-234 ; 1244, mai, A. N. L732, no 16. Vauclair : 1262, A.D. Aisne, G 50 et G 2, no 28, f° 20v°, elle n'aura pas le droit d'y construire une chapelle, ou un autel sans autorisation spéciale de l'évêque de Laon.

81 Plusieurs maisons d’abbayes ont été installées sur les terres du chapitre dans le village de Vaux-sous-Laon : Thenailles, Clairfontaine, Saint-Michel-en-Thiérache et Homblières. Ces installations se sont poursuivies au XIVe siècle dans la Cité et dans le Bourg : PLOUVIER, Martine, Laon, une acropole à la française, Amiens, 1995, p. 406.

82 Sur les parcelles qui le composent sont installées des familles de riches propriétaires et chevaliers, tels les D'Aulnois, les Poire et les De Brissay.

83 SAINT-DENIS, Alain, Institution hospitalière…, p. 58. Un bourgeois, Gautier Poire, commence à racheter en sous-main les maisons voisines de la sienne en faisant monter les prix.

84 B. N. coll. Picardie, vol. 271, no 21. Un acte daté de septembre 1220, de l'archidiacre de Laon donne aux pauvres clercs écoliers un tiers de tous les revenus des églises paroissiales perçus par l'archidiacre en attendant que les curés nommés dans ces églises soient ordonnés prêtres. B. N. coll. Picardie, vol. 267, 1v°.

85 En avril 1241, ceux-ci, contre 200Lp. et des rentes en vin à prendre à Cerny, acceptèrent de cèder leurs droits sur les maisons situées entre la rue du Tronc, la ruelle qui va de cette rue au rempart, la grande maison et le pourpris d'Arnoul Soibert et le rempart appelé Forre ou Fourei. A. D. Aisne, H 10, 1.

86 Août 1276, donation de maison « contiguæ muris domus prioris ». B.N. n.a.l. 2590, no 90. « Ruelle per quam itur de domo magna dictorum religiosorum supra muros de forre ». A.D. Aisne, H 10, no 3. B.N. n.a.l. 2590, no 93.

87 Id., quadrangulus, de 34 verges de périmètre, soit 182,40m. La verge est comptée à dix-huit pieds et demi et le pied à 11 pouces.

88 La parcelle 1250 du cadastre de 1830, amputée de la partie occidentale en léger décrochement, a un périmètre mesuré sur le plan de 179 m. A.N. JJ 40, f° 32, no 70.

89 Près des Champs de Saint-Martin.

90 B. N. coll. Picardie, vol. 283, no 32.

91 Id. vol. 267, f° 81r°.

92 Il cède le tréfonds sur un groupe de bâtiments compris entre la chapelle Saint-Corneil et la ruelle qui va à Saint-Jean. Maisons de Pierre de Moncel, Helwide du Cloître, Bauduin Piquet et Gastegrain. Mars 1269-1270, id. vol. 110, f° 80.

93 Id. vol. 267, f° 3v°.

94 Raoul Poire, « deux ribauds des mieux nez de la ville cousins germains le maieur », ibid.

95 Olim I, p. 816.

96 1272, B. N. coll. Picardie, vol. 267, f° 81v°. Les moines prouvent qu'ils possèdent une partie du tréfonds et les oblations de la paroisse Sainte-Benoîte dont dépendent les terrains. Ils font observer que les franciscains ne seront jamais assez riches pour les dédommager du manque à gagner.

97 Entre la calceya Nebulariorum, jusqu'à la vieille cour le Roi, et de la ruelle proche de la maison des Hospitaliers de Jérusalem jusqu'à la ruelle Saint-Corneil, 1273, B.N. coll. Picardie, vol. 267, fos 84r°-85r°.

98 Ils surent célébrer le culte dans leur chapelle malgré l'interdit et acceptèrent d'enterrer les bourgeois excommuniés. Le pape les rappela à l'ordre et fit exhumer les cadavres.

99 La Cité abrite en outre neuf églises paroissiales qui, à part Saint-Georges et Notre-Dame-au-Marché ne possédaient pas d’aître. Saint-Remi-à-la-Porte, Saint-Martin-au-Parvis, Sainte-Geneviève et Saint-Pierre-au-Marché sont aux limites du quartier capitulaire. Saint-Michel, voisine de la Porte Mortée, domine le rempart et le quartier des Chenizelles : il n'en subsiste qu'un arc dans un sous-sol voisin de la Porte des Chenizelles. Saint-Remi-à-la-Place, jouxte le palais royal. Sainte-Benoîte dessert les îlots de la Porte Royale et le quartier des bouchers, Saint-Georges et Notre-Dame-au-Marché se partagent les quartiers les plus orientaux. Détruites au XVIe siècle, les deux églises sont mal connues. Leur emplacement ne peut être fixé précisément. Saint-Georges et Notre-Dame-au-Marché, avaient un four et un puits 1241, A.D. Aisne, H 1, 6 ; 1274, H 135. H 11.

100 Environ 4 ha 5 pour le Cloître de Notre-Dame, y compris le nouvel hôtel-Dieu, 2ha pour Saint-Jean, 0,30ha pour le couvent des Cordeliers, 0,30 ha pour le Val-des-Écoliers et 0,27 ha pour les Templiers. soit 7 ha 37 pour les seuls enclos de communautés religieuses. On peut y ajouter 1500 m2 pour les églises paroissiales.

101 En pratiquant par sondages, d'après le parcellaire de la rue Châtelaine, on obtient une densité moyenne de 10 maisons pour 1000 m2, ce qui représente la disparition de 25 à 30 maisons pour le couvent des Cordeliers. L'Hôtel-Dieu en a fait disparaître 14 dont quatre hôtels. D'après les actes, l'enclos des Templiers a coûté au moins 12 demeures avec leurs granges et leurs jardins. Les données sur Saint-Nicolas ne sont pas suffisantes. Il faut ajouter les 4 maisons d'abbayes.

102 De forts indices existent pour Soissons (voir notes 35, 38, 46). Cela ne fait aucun doute pour la métropole rémoise : DEMOUY, Patrick, Les archevêques de Reims et leur église aux XIe et XIIe siècles (997-1210), thèse de doctorat d’État, Nancy, 2000, à paraître.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search