Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Chrétiens dans la ville

 | 
Françoise Thélamon
, 
Jacques-Olivier Boudon

Identité chrétienne et pratiques cultuelles

Des martyria aux rues à portiques, une emprise chrétienne sur les espaces urbains d'Antioche à la fin du IVe siècle ?

Emmanuel Soler

Texte intégral

  • 1 Voir E. Soler, Le sacré et le salut à Antioche au IVe siècle apr. J.-C. Pratiques festives et comp (...)

1Le processus de christianisation massive d’Antioche au IVe siècle1 fut impulsé par l'Église chrétienne à laquelle appartenait Jean Chrysostome ; il s’agissait de l'Église de l'évêque Mélèce (361-381) et de son successeur Flavien (381-404). Cette Église, concurrencée par d'autres groupes chrétiens, nicéens de la première heure, apollinaristes, ariens…, mena une véritable politique pour apparaître comme l'authentique Église d'Antioche, la seule capable de contrôler les foules exubérantes et indociles de la cité et de donner d'Antioche à l'empereur Théodose l'image d'une cité chrétienne, nicéenne. Le terme de « politique » convient parfaitement au plan réfléchi et méthodique des méléciens, car ce plan méthodique s'attachait à transformer la cité en accélérant le processus de christianisation, c'est-à-dire l'établissement du christianisme comme religion exclusive, en contrôlant les comportements collectifs des Antiochiens, notamment leurs comportements festifs. Est-ce à dire qu'Antioche, où les chrétiens furent appelés pour la première fois de ce nom, n'était pas une cité chrétienne à l'époque de Jean Chrysostome, à la fin du IVe siècle ? Si l'on ne conçoit l'identité chrétienne des foules urbaines dans une grande métropole du monde romain, dans l'Antiquité tardive, que comme une identité exclusive, au sens où être chrétien pour un Antiochien « ordinaire » aurait signifié tout renoncement à des manifestations festives non-chrétiennes, au théâtre, à l'hippodrome, aux plaisanteries pornographiques, etc., la réponse est négative. Les réalités antiochiennes du IVe siècle, dont Jean Chrysostome et le clergé qui entouraient l'évêque Flavien étaient bien conscients, ces réalités sont, de fait, révélées par la prédication chrysostomienne dans toute leur complexité et leurs nuances. Certes, il y avait à Antioche des chrétiens dont le mode de vie, le comportement étaient conformes à celui attendu de la part de chrétiens : componction, recueillement, prière, refus des lieux de spectacle et de plaisir, et d'autres dont l'attitude était à l'opposé, mais qui se sentaient, se pensaient, eux aussi, chrétiens. L'objet de cette communication est de montrer la complexité de l'identité religieuse des foules antiochiennes tournées vers le christianisme, la complexité du discours de l'Église mélécienne mise dans l'obligation de jouer du temps et de l'espace, entre l’intérieur et l’extérieur de la cité afin de capter les consciences antiochiennes et enfin l'adéquation conjoncturelle entre l'attitude religieuse des foules antiochiennes et les modèles chrétiens proposés par Jean Chrysostome aux fidèles. Trois points seront abordés dans cette communication :

  • L'espace urbain d'Antioche : un espace peu marqué par la monumentalité chrétienne et perçu négativement par l'Église de Jean Chrysostome.
  • La dévotion chrétienne et les kômoi sur le chemin des martyria.
  • Vers la mise au pas de la cité dans les années 386-387.
  • 2 J. Lassus, Sanctuaires chrétiens de Syrie, 1944, p. 95 : « L'autre église, qu'on appelait l'Antiqu (...)
  • 3 Libanios, Antiochikos, 196, in Festugière, Antioche païenne et chrétienne, p. 23.
  • 4 Julien, Misopôgôn, 26, 355 b-c, CUF, p. 180.
  • 5 Jean Chrysostome, In Kalendas, PG 48, 954.

2On ne peut qu'être étonné par le petit nombre de monuments chrétiens construits dans Antioche intra-muros au cours du IVe siècle : la Grande église d'Antioche fut inaugurée, en 341, sous Constance ; elle se trouvait sur l’île de l’Oronte, tout près du palais impérial. Une église plus ancienne, la Palée, avait été construite ou plutôt reconstruite par les évêques Vital et Philogone, après la grande persécution2. Les rues à portiques et les places d'Antioche, dont le rhéteur Libanios fit l'éloge, au milieu du IVe siècle, dans son discours Sur Antioche3, étaient des espaces festifs. L'empereur Julien, en fustigeant dans son discours sur Antioche, le Misopogon, la propension des jeunes Antiochiens à former des cortèges dionysiaques, parle des rues à portiques comme d'intolérables espaces de liberté débridée4. Dans ses homélies, Jean Chrysostome mentionne constamment l'agora en la présentant comme un espace festif essentiel à Antioche et il parle, de manière plus précise, des danses nocturnes qui y sont exécutées par les chœurs, lors de la fête des Calendes de janvier5.

3Tous les témoignages s'accordent à reconnaître aux Antiochiens comme trait de caractère un goût immodéré pour les fêtes, les spectacles, pour la joyeuse vie. L'empereur Julien blâme leurs cortèges festifs, débridés, incessants à Antioche :

  • 6 Julien, 8, 342 b, CUF, p. 163. Il faut noter que C. Lacombrade, en traduisant le mot kômazein par (...)

« Rougir ne convient qu'à des lâches mais des gens de cœur comme vous doivent, dès l'aurore, faire le kômos, consacrer leurs nuits aux plaisirs…6 ».

  • 7 Libanios, Antiochikos, 267, in Festugière, op. cit., p. 37.
  • 8 À la fin du IVe siècle, l'éclairage nocturne d'Antioche vanté par Libanios dans l'Antiochikos a ét (...)
  • 9 Libanios, Antiochikos, 267, in Festugière, Antioche païenne et chrétienne, p. 37. À propos de la f (...)

4De son côté, Libanios laisse entendre que ces fêtes nombreuses, récurrentes sont aussi des fêtes nocturnes7. Elles se déroulent pendant toute la nuit, dans une ville qui, à l'ordinaire, est « plus éclairée par les lampes8 et les flambeaux que l'Égypte, pendant la fête des lampes9 ».

5Kômoi, fêtes nocturnes, les fêtes d'Antioche étaient bien des fêtes de liesse, c'est-à-dire de débordement collectif et de transgression.

  • 10 A.-J. Festugière, Antioche païenne et chrétienne, p. 193.
  • 11 Jean Chrysostome, In S. Matthaeum, LXVIII, 3, PG 58, 643.
  • 12 Jean Chrysostome, Aduersus oppugnatores uitae monasticae, III, 8, PG 47, 361.
  • 13 Adu. opp. uit. mon., 7, PG 47, 328.
  • 14 Jean Chrysostome, In Kalendas, 2, PG 48, 954 et 957.

6Entre 381 et 386, Jean Chrysostome écrivit les trois livres Contre les adversaires de la vie monastique. Pour le prédicateur, « les moines [étaient] les seuls à mener une vie chrétienne authentique10 ». D'ailleurs, Jean Chrysostome fit l'éloge du désert non seulement dans les traités sur la vie monastique, mais également dans les sermons qu'il fut amené à prononcer devant les Antiochiens, en tant que prêtre, à partir de 38611. À la vie idéale et idyllique de vrais chrétiens que menaient les moines sur les montagnes qui entouraient Antioche, notamment sur le Silpios, Jean Chrysostome opposait les vices de la cité dont l'image était celle d'une nouvelle Sodome12. D'une manière moins abrupte, il opposait la vie calme et réglée des moines sur la montagne au bruit, aux clameurs, à l'excitation de l'agora et des rues de la cité13. Pour Jean Chrysostome, les espaces urbains étaient des espaces festifs grecs, c'est-à-dire païens. Ainsi, l'agora, les boutiques et les tavernes étaient autant de lieux de désordre où les hommes et les femmes se mélangeaient et s'enivraient14. Pour Jean Chrysostome, la cité se réduisait aux lieux de culte chrétiens, et les espaces qui composaient la cité chrétienne formaient deux ensembles en auréoles concentriques : au centre, l'Église d'or et autour, à l'extérieur de la cité, les martyria. Entre ces deux cercles, des espaces dangereusement festifs. De manière générale, les espaces urbains étaient pour lui des espaces ambigus davantage sous l'influence des Juifs et des païens que des chrétiens. À défaut de désert, les méléciens conduisirent les chrétiens d'Antioche dans les abords immédiats de la cité, dans les martyria qu'ils firent construire, et investirent ainsi l'espace suburbain.

  • 15 Jean Chrysostome, De coemeterio et de cruce, 1, PG 49, 393.
  • 16 P. Franchi de' Cavalieri, « Il koimètèrion di Antiochia », in StT, 49, note agiografiche, fasc. 7, (...)
  • 17 Théodoret, HE, II, 24, 9, GCS 19, p. 154.

7Dans l'homélie Sur le Cimetière et la Croix, Jean Chrysostome dit que « la cité est ceinturée de chaque côté par les reliques des saints15 ». Aux portes d'Antioche, devant celle de Daphné, au sud, et celle de Romanésie, au nord, se trouvaient des martyria collectifs qui s'étaient constitués progressivement au cours du IVe siècle16. L'histoire des méléciens, en particulier celle de Diodore de Tarse et de Flavien, est particulièrement liée à l'histoire des martyria d'Antioche et on pourrait presque parler pour ce groupe chrétien qui s'organisa dans la résistance à l'arianisme de groupe des martyria, car son identité et sa pratique religieuse se sont, dans une bonne part, forgées dans les lieux de dévotion dédiés aux martyrs, en particulier le cimetière chrétien d'Antioche17. Pour les méléciens, les martyria étaient, avant tout, des lieux de réunion susceptibles d'accueillir de grandes foules et des lieux d'édification des chrétiens qui devaient rompre avec l'hérésie et le mode de vie grec. L'appel des méléciens aux Antiochiens à se rendre dans les martyria connut manifestement un grand succès, en particulier lors des vigiles préparant les grandes fêtes chrétiennes. Deux épisodes de cette politique martyriale montrent l'investissement de l'espace suburbain par les méléciens ainsi que le jeu subtil de cette politique entre l'intérieur et l'extérieur de la cité.

8Jean Chrysostome prononça la dix-neuvième homélie Aux Antiochiens au cours de l'année 387, après la sédition des Statues. En prenant la parole, il fit allusion à une fête de saints martyrs qui avait eu lieu les jours précédents :

  • 18 Jean Chrysostome, Ad populum antiochenum, XIX, 1, PG 49, 187.

« Vous vous êtes abandonnés, dans ces jours qui ont précédé, aux saints martyrs. Vous vous êtes rassasiés de cette fête spirituelle ; vous avez fait des bonds d'une belle joie chrétienne18. »

9Cette fête donna lieu à une procession. Jean Chrysostome dit ceci :

  • 19 Ad pop. antioch., XIX, 1, PG 49, 187.

« Vous avez dansé en formant un chœur magnifique, ce bon général vous conduisant tout autour de la cité19. »

  • 20 Lenain de Tillemont, Mémoires pour servir à l'histoire ecclésiastique, t. XI, p. 74.
  • 21 Jean Chrysostome, Ad pop. antioch., XIX, 1, PG 49, 187.

10La procession, comme l'indique le verbe périagein, tourna autour de la ville, à l'extérieur des murs. Jean Chrysostome parle « d'un bon général » qui conduisait la procession. Cette expression désigne peut-être les reliques d'un martyr qu'on aurait transportées autour de la cité. C'est ce que pensait Lenain de Tillemont20. Toujours est-il qu'au cours de la fête et de la procession, les chrétiens « virent des poitrines ouvertes par le fer, des flancs déchirés, du sang qui s'écoulait de toutes parts et d'innombrables formes de torture, […], des couronnes tressées de sang…21 ». Le cortège chrétien tourna autour de la cité en allant, sans doute, de martyrion en martyrion. Devant ou dans chacun d'eux, il y eut une évocation et une célébration des martyrs qui y reposaient, c'est pourquoi les chrétiens virent d'innombrables formes de torture, c'est-à-dire tous les types de mort subis par les martyrs visités par la procession chrétienne.

  • 22 P. Chuvin, Chronique des derniers païens. La disparition du paganisme dans l'empire romain, du règ (...)
  • 23 Jean Chrysostome, In S. Iulianum, 4, PG 50, 672.

11Dans l'homélie sur S. Julien, le prédicateur fit une mise en garde véhémente contre une fête de liesse, une fête orgiastique, peut-être la grande fête triennale du Maïouma22 qui devait avoir lieu le lendemain à Daphné, le faubourg d'Antioche23. La route qui y conduisait passait à proximité du cimetière chrétien d'Antioche, situé près de la porte de Daphné. C'est dans ce cimetière que Jean Chrysostome prononça l'homélie sur S. Julien. Le prédicateur proposait aux chrétiens d'empêcher leurs frères défaillants de se rendre à Daphné, le lendemain, et de les empêcher de participer à cette fête orgiastique. Pour cela, il les engageait à bloquer les portes de la ville, en formant un cortège à la tête duquel seraient placées les reliques du martyr et à détourner la foule de ces chrétiens faibles vers le grand cimetière où se trouve le martyrion, une fois franchie la porte de Daphné. Jean Chrysostome terminait ainsi son homélie :

  • 24 In S. Iulianum, 5, PG 50, 676.

« En nous répandant, tous, devant la cité, en rassemblant nos frères, ramenons-les ici afin que, demain, également, notre théâtre divin soit rempli et qu'ainsi, la fête soit achevée, afin que pour le zèle que nous aurons montré là, le saint martyr nous reçoive dans les chapelles éternelles, avec une grande liberté de parole24. »

12L'homélie sur S. Julien montre l'ajustement de la politique martyriale des méléciens en fonction du calendrier festif grec. En règle générale, les méléciens conduisaient les chrétiens hors de la cité dans les martyria pour les sortir d'un espace grec ; en l'occurrence, pour leur éviter la tentation du Maïouma, à Daphné, il s'agissait de les bloquer dans la cité ou de les détourner vers le cimetière chrétien. En fait, lorsque les Antiochiens sortaient collectivement d'Antioche, les méléciens voulaient que ce fût pour aller dans les martyria, sous leur contrôle.

13Si le prédicateur cherchait à tempérer l'ardeur et l'exubérance festive des chrétiens ou de certains chrétiens dans les martyria, au moment de la célébration de la fête des martyrs, son inquiétude était grande en ce qui concernait le chemin du retour des martyria à Antioche, surtout lors de vigiles et la tâche du clergé était bien difficile pour contrôler les cortèges chrétiens, au retour des panégyries. C'est pourquoi, Jean Chrysostome consacra une part notable des homélies qu'il prononça dans les martyria aux dangers qui guettaient les chrétiens sur le chemin du retour. Par exemple, dans l'homélie Sur sainte Pélagie qui aurait été prononcée au mois d'octobre dans le martyrion de la sainte, Jean Chrysostome dit ceci :

  • 25 Jean Chrysostome, De S. Pelagia, I, 3-4, PG 50, 583-584.

« Long est le chemin à parcourir ; mettons à profit, dans ce long parcours, ce qui a été dit dans la réunion, emplissons la route de parfums. La route ne paraîtrait pas aussi sainte si, tout du long, quelqu'un avait installé des encensoirs et remplissait l'air de parfum qu'aujourd'hui si tous ceux qui l'empruntent se récitent à eux-mêmes les exploits de la martyre et rentrent à la maison d'un pas mesuré et digne, chacun faisant de sa langue un encensoir. Ne voyez-vous pas avec quel ordre, lorsque l'empereur entre dans une cité, les soldats armés marchent de part et d'autre de la route, en rang et au pas, se donnant doucement et avec un grand respect [pour l’empereur] l’instruction les uns aux autres d'avancer de façon à paraître très dignes à ceux qui les regardent ? Imitons-les donc […] Avançons nous aussi de cette façon, en nous exhortant les uns les autres à avancer avec un mouvement mesuré et ordonné afin de frapper de stupeur ceux qui nous observent non seulement par notre multitude mais aussi par notre ordre […]. Maintenant, songez que beaucoup d'hérétiques sont mêlés à notre cortège. S'ils nous voient former ainsi des chœurs, rire, crier, nous enivrer, ils s'éloigneront de nous, en nous accusant des choses les plus viles. Si celui qui scandalise une seule personne attend un châtiment inéluctable, quel châtiment recevrons-nous, nous qui scandalisons un si grand nombre25 ? »

14Jean Chrysostome insistait sur la nécessité pour les cortèges chrétiens de conserver un bon ordre, de ne pas former des chœurs, de ne pas s'enivrer. En fait, tous les ingrédients de la fête de liesse, de la fête orgiastique, et du kômos étaient réunis dans la foule qui allait s'élancer vers la ville. Ils étaient déjà dans la réunion même qui s'était tenue dans le martyrion, mais, dans ce lieu, le clergé avait les moyens de ramener l'ordre et d'empêcher l'exubérance festive de dénaturer la fête chrétienne et de la transformer en fête de liesse. Cependant, la capacité du clergé mélécien à contrôler la foule apparemment immense qui s'était déplacée pour célébrer la martyre s'arrêtait aux portes mêmes du martyrion. Au-delà, la foule était livrée à elle-même, et la seule parade dont disposait le clergé pour éviter les débordements festifs se trouvait dans la bonne volonté et l'engagement des chrétiens « confirmés » pour retenir, dans la mesure du possible, la foule des chrétiens « ordinaires » qui était, notons-le, remplie de ferveur et d'enthousiasme.

  • 26 Jean Chrysostome qualifie assez souvent les manifestations festives juives de kômoi ou parle des J (...)
  • 27 Plutarque, Oeuvres morales, propos de table, IV, 6, 2, trad. par F. Fuhrmann, CUF, 1978 ; H. Jeanm (...)
  • 28 V. supra n. 22.

15Quel aspect les cortèges chrétiens revenant à Antioche pouvaient-ils avoir ? Certainement un aspect bien différent de ce que le prédicateur aurait voulu voir. Lorsqu'il insiste sur la nécessité de marcher avec retenue, mesure, au pas (badizein), il faut comprendre, dans la réalité festive, des courses désordonnées, des bonds, l'ivresse, des cris. En somme, il est tout à fait possible et même vraisemblable que la fête célébrée en l'honneur de sainte Pélagie se soit terminée par un kômos ou des kômoi qui firent irruption dans la cité en prolongeant ainsi à l'intérieur des murs, d'une autre manière, la fête de la sainte. En tout cas, c'est ce que craignait fortement Jean Chrysostome quand il mettait en garde les chrétiens dans le martyrion. Certes, il n'utilisa pas dans l'homélie Sur sainte Pélagie le mot kômoi pour qualifier ces manifestations orgiastiques de type dionysiaque, mais il répugnait à employer ce terme pour qualifier des manifestations festives de cette nature chez les chrétiens26. Toutefois, dans l'homélie Sur les saints martyrs prononcée à l'occasion de vigiles, le prédicateur finit par employer le mot kômos pour désigner les manifestations festives de nombreux Antiochiens au retour des vigiles, pour désigner un type de comportement qu'il craignait de voir au terme de la célébration de sainte Pélagie. Cette fête martyriale ne semble pas avoir été une fête nocturne, mais sa date, le 8 octobre, en faisait une fête à risques en raison de la concomitance, dans cette période, des fêtes juives souvent assimilées par les Grecs à des fêtes dionysiaques27 et d'une tradition festive dionysiaque automnale qui, si elle n'était plus explicite dans le calendrier festif d'Antioche, n'en était pas moins profondément enracinée dans la cité. La fête du Maïouma, peut-être automnale28, est emblématique de cette tradition festive de liesse, orgiastique, dionysiaque.

16L'une des homélies Sur les saints martyrs, prononcée à l'extérieur d'Antioche, au cours de vigiles, offre, nous l'avons dit, un exemple intéressant et rare, dans la prédication chrysostomienne, d'utilisation du mot kômoi pour désigner la dérive festive des cortèges chrétiens, qui paraît habituelle à Antioche. Jean Chrysostome dit aux Antiochiens qui avaient suivi le clergé mélécien :

  • 29 Jean Chrysostome, In martyres, PG 50, 663-666.

« Conservons cette flamme et retirons-nous à la maison avec la même crainte et non pas dans les tavernes et les lupanars, en nous abandonnant à l'ivresse et aux kômoi. Vous avez fait de la nuit le jour par ces vigiles sacrées. Ne faites pas, au contraire, du jour une nuit, par l'ivresse et l'ivrognerie et les chants des prostituées. Après avoir honoré les martyrs par ta présence, ton attention, ton zèle, honore-les par un retour bien ordonné afin qu'on ne dise pas en te voyant dans une taverne que tu te tiens de manière inconvenante, que tu es venu non pas pour les martyrs mais pour développer tes passions, pour satisfaire ton mauvais désir […]. Songe quel objet de risée est un homme ou une femme que l'on voit passer la journée dans une taverne après une réunion si importante, après les veilles, après l'audition des Saintes Écritures, après la participation aux mystères divins et après une chorégie spirituelle […]. Toujours, mes bien-aimés, l'ivresse est un péché mais surtout aux jours des martyrs […]. Eh bien donc, si tu dois t'enivrer en revenant de cet endroit, il vaut mieux rester chez toi et ne pas te tenir de manière inconvenante, ni outrager la fête des martyrs, ni scandaliser le prochain, ni tourmenter ta pensée, ni ajouter des péchés […]. De même que ceux qui descendent des théâtres sont reconnus de tous dans le fait qu'ils sont excités, bouleversés, amollis, qu'ils portent les images de tout ce qui se passe en ces lieux, de même, il faut que celui qui revient du spectacle des martyrs auquel il a assisté, soit reconnaissable de tous par son regard, par son allure, par sa démarche, par sa componction, par la concentration de sa pensée…29 »

17En pédagogue, Jean Chrysostome préférait le moindre mal et conseillait aux chrétiens, qui ne pouvaient s'en empêcher, de s'enivrer chez eux plutôt que dans les tavernes et dans la rue, au vu et au su de tous. Le fait est qu'au retour des martyria et notamment du grand martyrion du cimetière chrétien d'Antioche, la foule des chrétiens passait devant les auberges et les tavernes qui se trouvaient aux portes de la cité. De manière inévitable, des chrétiens en liesse se livraient, nombreux, à des beuveries qui achevaient de transformer leur comportement. Ils avaient peut-être une attitude empreinte de componction, au départ du martyrion, mais, sur le chemin du retour et surtout aux portes de la ville, leur attitude devenait celle de gens participant à des cortèges bachiques, des cortèges de type dionysiaque. On peut penser que ces cortèges remontaient alors les rues à portiques et agrégeaient tous les Antiochiens dont la fête religieuse et transgressive, la fête de liesse était la principale religion. C'est pourquoi, avant ces tumultueux retours de martyria, Jean Chrysostome ne cessait d'insister sur la nécessité d'avancer pas à pas, sur la mesure, le rythme de la marche, en somme sur la nécessité de revenir en cortèges processionnels, dans la componction.

18Les cortèges chrétiens étaient-ils destinés à être transformés en cortèges dionysiaques en traversant des espaces traditionnellement voués à la liesse et à la transgression bachique ? L’évêque Flavien et les siens firent preuve d'opiniâtreté dans le but qu'ils s'étaient fixé, qui était de transformer le comportement collectif des Antiochiens en les mettant, au sens propre, au pas, en les empêchant de bondir comme des bacchants. Pour atteindre ce but, les méléciens firent appel à l'engagement du noyau dur de fidèles sur lesquels ils pouvaient compter et ils bénéficièrent de la conjonction dans les années 386-387 d'une crise politique, la sédition des Statues, et d'un séisme qui créa la panique dans la cité.

19Jean Chrysostome exhortait toujours les chrétiens, qui étaient assemblés dans l'église, à s'occuper du salut de leurs frères, à considérer que le salut ne pouvait être que collectif, dans la cité. En temps ordinaire, quand il n'y avait pas de grande fête chrétienne ou quand les festivités qui avaient lieu, à l'extérieur, étaient des festivités de liesse, païennes, les chrétiens présents dans l'église n’étaient qu'un petit nombre qui représentait le noyau des fidèles les plus sûrs, les plus liés au clergé de Flavien :

  • 30 Jean Chrysostome, Homélies sur l’Égalité du Père et du Fils, I, 1-2, SC 396, p. 109.

« Encore des courses de chevaux, et voici encore que notre réunion s'est faite moins nombreuse, ou plutôt tant que vous êtes là, elle ne saurait être moins nombreuse30. »

  • 31 Jean Chrysostome, In Kalendas, PG 48, 960-961 : Il est à noter que, dans cette énumération, Jean C (...)
  • 32 F. Van de Paverd, St. John Chrysostom, the Homilies on the Statues, Rome, Pontificium Institutum S (...)

20Ces chrétiens avaient, sans aucun doute, un comportement d'ensemble qui reflétait une forte identité chrétienne, un comportement social conforme au modèle dressé par Jean Chrysostome dans son homélie Sur les Calendes où il disait que « chaussures, chevelure, vêtements, démarche, regards, paroles, réunions, entrée, sortie, plaisanteries, éloges, blâmes, amitiés, inimitiés, peuvent avoir Dieu pour fin31 ». Le prédicateur les encourageait à déployer tous leurs efforts pour ramener à la raison leurs frères plus sensibles au « rite antiochien » de la fête. Ainsi dans la première homélie Aux Antiochiens qui fut prononcée le dimanche 21 février 38732, peu de jours avant la sédition des Statues, Jean Chrysostome s’adressa à ce noyau de fidèles ainsi :

  • 33 Jean Chrysostome, Ad pop. Antioch., I, 11, PG 49, 34.

« Ne disons pas qu'il n'y a rien de commun entre nous et eux [les chrétiens faibles] ; l’expression même est satanique, la misanthropie est diabolique. Ne disons donc pas cela, mais montrons à nos frères la sollicitude qui convient, et je vous promets de manière exacte, et je vous garantis que si vous voulez, vous qui êtes présents, vous répartir le salut de ceux qui vivent dans la cité, rapidement, celle-ci, tout entière, sera corrigée. Cependant, la moindre partie de la cité est ici, la moindre partie si l'on considère le nombre, mais la partie principale de la cité en ce qui concerne la piété33. »

21Dans la même homélie, il ajouta ceci :

  • 34 Jean Chrysostome, Ad pop. antioch., I, 11, PG 49, 32.

« Si tu entends quelqu'un dans la rue ou au milieu de l'agora blasphémer contre Dieu, avance-toi, fais-lui des reproches et même s'il faut donner des coups, ne t'esquive pas. Frappe-le au visage, brise-lui la bouche, sanctifie ta main en donnant ces coups. Même s'ils te traînent au tribunal, suis-les. Si le juge, du haut de son tribunal, te somme de rendre des comptes, dis avec franchise qu'il a blasphémé contre l'empereur des anges. S'il faut punir ceux qui, sur terre, insultent l'empereur, il faut le faire bien davantage pour ceux qui outragent Dieu. C'est un motif d'accusation commun, c'est un crime public ; il est permis à chacun de ceux qui le veulent de porter l'accusation. Que les Juifs et les Grecs apprennent que les chrétiens sont les sauveurs, les protecteurs, les défenseurs, les professeurs de la cité et que les gens licencieux apprennent cela même34… »

22Pour Jean Chrysostome, il était évident que l'identité chrétienne dans l'espace urbain ne pouvait pas rester une identité fondée sur la différence et la séparation de la majorité des Antiochiens ; l'identité chrétienne devait, selon lui, être fondée sur le prosélytisme, dans un engagement visant à faire adhérer les foules antiochiennes à un modèle incarné par ces fidèles imperturbables, y compris par la coercition et la violence.

  • 35 Id.

23La sédition des statues qui se produisit à Antioche au début de l'année 387 est bien connue grâce aux vingt-et-une homélies Aux Antiochiens prononcées, à cette occasion, par Jean Chrysostome et, aussi, grâce aux discours XIX-XXIII de Libanios. Jean Chrysostome rejeta la responsabilité de la sédition sur un petit nombre de gens, sur des « étrangers », qui avaient refusé leur propre salut35. En l'occurrence, il ne s'agissait plus de considérer Antioche comme une nouvelle Sodome, mais comme un pilier du christianisme, une cité chrétienne dans laquelle les Juifs et les Grecs étaient en quelque sorte des étrangers, spectateurs de son destin. Cependant, le prédicateur fit bien apparaître que, pour lui comme pour l'empereur, la responsabilité réelle des uns ou des autres importait peu. La responsabilité dans la cité, comme le salut, était collective.

24Quel comportement les Antiochiens eurent-ils après la sédition des Statues, au cours de la première répression et pendant la période d'incertitude sur le sort que l'empereur Théodose allait réserver à la cité ? Dans le quatrième discours aux Antiochiens, Jean Chrysostome laissa apparaître sa satisfaction dans la description qu'il fit du contraste entre la place publique qui était vide et l'église qui était remplie de chrétiens :

  • 36 Ad. pop. antioch., IV, 1, PG 49, 211.

« La place publique est vide et l'église est remplie. Là, il y a le fondement d'un événement tragique ; ici, le principe d'une joie et d'un bonheur spirituels. Lorsque tu te précipites vers la place publique et, qu'ayant vu le désert, tu gémis, réfugie-toi auprès de ta mère. Elle te réconfortera, aussitôt, par la multitude de ses enfants et elle te montrera ce lieu rendu parfait par tes frères et éloignera de toi tout le découragement. Nous voulons voir des hommes dans la ville au même titre que ceux qui habitent les solitudes. En nous réfugiant dans l'église, nous sommes à l'étroit en raison de la foule36… »

  • 37 Ibid., XV, 1, PG 49, 154-155.
  • 38 Ibid., II, 1, PG 49, 35.

25Sa satisfaction se nourrissait du fait que, dans ces circonstances, l'église était devenue la cité réelle et que s'identifiant à l'église, la cité était devenue chrétienne. Cette satisfaction était d'autant plus grande que les espaces urbains avaient été purifiés de la liesse habituelle à laquelle ils étaient assujettis, des chants efféminés, des rires déplacés, des paroles honteuses37. Cependant, on peut s'interroger sur ce peuple chrétien qui, après la sédition, se pressait dans l'église, tandis qu'une grande partie des habitants de la cité avait fui Antioche38.

  • 39 Ibid., V, 2, PG 49, 68 (v. J.-M. Leroux, « Saint Jean Chrysostome : les homélies Sur les statues » (...)
  • 40 Ibid., IX, 2, PG 49, 104-105.
  • 41 Ibid., XVIII, 1, PG 49, 179.

26Parmi les fidèles qui se rassemblèrent dans l'église, un certain nombre n'était pas venu pour chercher refuge et réconfort après la sédition des Statues, mais pour préparer le temps pascal, pour accompagner le jeûne quadragésimal de prières. En effet, Jean Chrysostome mit en évidence que, dans cette cité troublée et désertée, il y avait des chrétiens qui poursuivaient, de manière imperturbable, leur préparation de Pâques, en jeûnant pendant le Carême qui avait immédiatement suivi la sédition39. Dans la neuvième homélie Aux Antiochiens, prononcée le lundi 15 mars, quinze jours après le début du Carême, au moment de l'arrivée des juges envoyés à Antioche par l'empereur, Jean Chrysostome déplora l'absence à l'église de nombreux fidèles qui avaient assisté aux précédentes réunions et avant de poursuivre l'explication des Saintes Écritures et, en particulier, de parler du livre de la Genèse, il demanda au noyau de chrétiens particulièrement assidu de rapporter aux chrétiens absents l'enseignement donné ce jour-là dans l'église40. Deux semaines plus tard, à la mi-Carême, Jean Chrysostome montra qu'il y avait comme une atmosphère de liesse à Antioche ou tout au moins dans la communauté chrétienne du fait que la moitié du Carême était passée. A cette occasion, le prédicateur voulut éteindre cette joie qui semblait trop proche de la liesse antiochienne habituelle et souligna qu'à l'approche de la fête de Pâques, il était nécessaire de se débarrasser « de tout ce qui [relevait] d'une façon de vivre mauvaise41 ».

  • 42 Ibid., XIX, PG 49, 187.

27Ce rappel apparaissait d'autant plus nécessaire que les Antiochiens, y compris des chrétiens, ne semblaient plus dans les mêmes dispositions qu'immédiatement après la sédition et que leur goût de la fête et leur insouciance l'avaient emporté au moment où Jean Chrysostome prononça la dix-huitième homélie, à la fin du mois de mars 387. La fin de l'homélie montre que les cris de victoire de ces chrétiens qui avaient atteint la moitié du Carême avaient comme prolongement des scènes de liesse sur les bords de l'Oronte, comportant des bonds d'une joie dionysiaque, des plaisanteries et des scènes érotiques42. La glorification par Jean Chrysostome de la mission de Flavien auprès de Théodose ne pouvait dissimuler le fait que le clergé de l'évêque, à Antioche, n'avait pas réussi à stabiliser et à contrôler complètement le comportement des Antiochiens. C'est à l'occasion d'un séisme survenu à Antioche, en 387 que les espaces urbains parcourus habituellement par des cortèges débridés devinrent, pour un temps, des espaces ouverts à des processions chrétiennes.

  • 43 Jean Chrysostome, In homiliam de terrae motu, PG 50, 713.

28Dans la deuxième homélie Aux Antiochiens, Jean Chrysostome déplora la sédition et fit allusion à un tremblement de terre qui avait ébranlé la cité et les fondations des maisons peu auparavant. Les chrétiens s’étaient réunis, de nuit, dans un sanctuaire assez éloigné d'Antioche, dans une ambiance de ferveur extrême43. En fait, au moment où cette réunion avait lieu, les chrétiens d'Antioche appartenant au noyau de fidèles de l'Église de Flavien et des chrétiens plus occasionnels et, sans doute, des Antiochiens assez éloignés du christianisme, veillaient et jeûnaient, de manière ininterrompue, depuis deux jours déjà, depuis que le séisme s'était produit et ils s’étaient, très certainement, réunis successivement dans tous les martyria autour de la cité. Jean Chrysostome donna l'image d'une cité rendue chrétienne par le séisme :

  • 44 Ibid., PG 50, 715.

« Nul n'outrage son prochain, nul ne court à de sataniques banquets. Les maisons sont pures ; l'agora a été purifiée. Le soir arrive et nulle part, il n'y a des chœurs de jeunes gens chantant des chants de théâtre. Il y a des chœurs mais ce ne sont pas des chœurs de débauche ; ce sont des chœurs de vertu. Il est possible d'entendre sur l'agora des hymnes44… »

29Une procession chrétienne avait parcouru Antioche après le séisme. Jean Chrysostome en parla dans ces termes :

  • 45 Ibid., PG, 50, 714.

« Il y a des hommes qui ont couronné des cratères, d'autres qui se sont réunis dans de sataniques banquets, d'autres qui ont dressé une table abondante, mais vous, vous avez célébré des vigiles si imposantes et vous avez purifié la cité tout entière par la marche mesurée de vos pieds saints, en parcourant tout l'espace autour de l'agora, en sanctifiant l'air. En effet, l'air est sanctifié par le chant des psaumes… Vous avez sanctifié le sol, l'agora ; vous avez fait de notre cité une église45. »

30Cette procession chrétienne, contrairement, à l'habitude des Antiochiens et aussi des chrétiens d'Antioche, semble avoir gardé le pas mesuré et rythmé des pénitents remplis de componction. Le clergé de Flavien profita donc, avec succès, de l'occasion pour investir, à la tête d'une procession nocturne, des espaces habituellement dévolus aux manifestations festives des jeunes qui se livraient à des kômoi et à des choroi chantant des airs de théâtre. Il faut noter qu'au cours de la procession, il y eut un moment de circumambulation autour de l'agora.

31Le tremblement de terre comme la sédition des Statues ne transforma pas le comportement des Antiochiens dans le sens voulu par Flavien et Jean Chrysostome, c'est-à-dire en un comportement assagi dans les grandes manifestations chrétiennes, sans dérive dionysiaque. La liesse antiochienne ne fut pas éradiquée, mais, comme le prédicateur le dit lui-même :

  • 46 De terrae motu, PG 50, 714.

« Je sais bien que la crainte de Dieu a pris racine à la suite de la frayeur qu'il vous a inspirée. Même s'il y a du relâchement, le fruit reste […]. La frayeur vous a labourés et a été l'auxiliaire de mes discours46. »

32La fin du IVe siècle, à Antioche, marqua une rupture entre une identité chrétienne de différenciation, de séparation incarnée par des chrétiens zélés, minoritaires dans l'espace urbain et une identité chrétienne fondée sur la conscience de la responsabilité chrétienne à l'égard de la cité en passe de devenir une cité exclusivement chrétienne. Cette rupture s’opéra sous l'emprise et l'impulsion d'un courant théologique néo-nicéen animé par l'Église mélécienne à laquelle Jean Chrysostome appartenait. Contre une identité chrétienne protéiforme ouverte à d'autres religions que la religion chrétienne et à une exubérance festive s'exprimant sur un mode dionysiaque, les méléciens s’efforcèrent d'imposer un modèle chrétien plus austère, plus recueilli à travers une mise au pas des cortèges chrétiens dans les espaces urbains dévolus à toutes les fêtes d'Antioche. L'établissement de ce modèle chrétien par les méléciens était en grande partie lié à un processus de christianisation de masse de la cité qu’ils avaient engagé, mais il correspondait aussi à la normalisation et au contrôle de l'identité chrétienne par eux. En effet, Jean Chrysostome ne se contenta pas du sentiment que pouvaient avoir de nombreux Antiochiens d'être chrétiens ; il demanda à la masse des chrétiens une adéquation entre leurs comportements dans la cité et l'identité qu'ils affichaient par leur présence dans l'église, les martyria, les cortèges chrétiens. De même, Jean Chrysostome ne se contenta pas de la fidélité et du bon comportement du noyau dur de ces chrétiens attachés aux méléciens ; il leur demanda de s'engager dans la transformation de la cité et des chrétiens faibles et d'user, au besoin, de la force pour obtenir cette transformation. On passa ainsi d'une identité chrétienne fondée sur des convictions strictement personnelles et sur une attitude passive à une identité militante et collective. Enfin, il faut noter la rapide évolution et même l'inversion dans le jugement porté par les méléciens sur les espaces urbains et le « désert ». Jusque dans les années 386-387, ils rejetèrent les espaces urbains où l'identité chrétienne était menacée, sinon condamnée, le désert étant présenté par eux comme le cadre de vie idéal pour les chrétiens authentiques. Après ces années-charnières, « le désert » resta en théorie un espace de perfection chrétienne, mais c'est dans l'espace urbain d'Antioche que les méléciens entreprirent de faire des habitants de la cité des chrétiens exclusivement chrétiens.

Notes

1 Voir E. Soler, Le sacré et le salut à Antioche au IVe siècle apr. J.-C. Pratiques festives et comportements religieux dans le processus de christianisation de la cité, Beyrouth, Institut Français du Proche-Orient, 2006, collection « BAH », no 176, 282 p.

2 J. Lassus, Sanctuaires chrétiens de Syrie, 1944, p. 95 : « L'autre église, qu'on appelait l'Antique, la Palée, remontait d'après la tradition à l'âge apostolique ; il est bien évident qu'elle n'avait pas primitivement la forme basilicale. Au IVe siècle, elle comportait néanmoins une salle d'assez vastes dimensions pour qu'en certaines occasions, la communauté tout entière s'y réunît, par exemple pour entendre saint Jean Chrysostome ».

3 Libanios, Antiochikos, 196, in Festugière, Antioche païenne et chrétienne, p. 23.

4 Julien, Misopôgôn, 26, 355 b-c, CUF, p. 180.

5 Jean Chrysostome, In Kalendas, PG 48, 954.

6 Julien, 8, 342 b, CUF, p. 163. Il faut noter que C. Lacombrade, en traduisant le mot kômazein par commencer l'orgie, fait le choix de faire apparaître les Antiochiens comme de simples fêtards sans rendre compte du sens premier de ce mot qui signifie faire le kômos. De ce fait, il gomme l'aspect significatif des cortèges festifs à Antioche qui ressemblent à des cortèges dionysiaques ou sont de véritables cortèges dionysiaques.

7 Libanios, Antiochikos, 267, in Festugière, op. cit., p. 37.

8 À la fin du IVe siècle, l'éclairage nocturne d'Antioche vanté par Libanios dans l'Antiochikos a été amélioré par le consulaire de Syrie Tisaménos. La politique urbaine de Tisaménos coercitive à l'égard des boutiquiers a été vivement critiquée par le sophiste dans le Discours XXXIII, 35-37, F. III, 183-184 : « [Tisamène] ordonne que ces mêmes personnes, celles qui sont dans les boutiques fournissent trois feux pendant la nuit. « Mais avec quoi achèterai-je tant d'huile […] ? », s'écrient-ils […]. Cependant, que signifie tant de lumière dans une ville endormie ? Apparemment ce n'est pas pour ceux qui dorment, et les gardiens de la ville n'en ont que faire non plus… »

9 Libanios, Antiochikos, 267, in Festugière, Antioche païenne et chrétienne, p. 37. À propos de la fête des lampes en Égypte, v. F. Dunand, « Les mystères égyptiens aux époques hellénistique et romaine » in Mystères et syncrétismes, Université des sciences humaines de Strasbourg, « études d’histoire des religions », 2, 1975, p. 15 : « un texte d’Hérodote, II, 170-171, évoque les cérémonies qui ont lieu à Saïs, dans l’enceinte du sanctuaire d’Athèna-Neith, en l’honneur d’un dieu dont il n’ose pas prononcer le nom mais qui est évidemment Osiris… On voit d’ailleurs reparaître dans d’autres textes relatifs à des cérémonies ou à des mythes égyptiens le thème du secret qu’Hérodote s’impose, ainsi dans la description de la « Fête des lampes ardentes »… qui a lieu à Saïs pendant la « nuit du sacrifice » et donne lieu à des illuminations dans l’Égypte entière (Hérodote, II, 62). Il mentionne, en effet, sans en dire plus, une « histoire sacrée » (hiéros logos) qui explique ces rites et qui sans aucun doute se rattache au « mythe osirien ».

10 A.-J. Festugière, Antioche païenne et chrétienne, p. 193.

11 Jean Chrysostome, In S. Matthaeum, LXVIII, 3, PG 58, 643.

12 Jean Chrysostome, Aduersus oppugnatores uitae monasticae, III, 8, PG 47, 361.

13 Adu. opp. uit. mon., 7, PG 47, 328.

14 Jean Chrysostome, In Kalendas, 2, PG 48, 954 et 957.

15 Jean Chrysostome, De coemeterio et de cruce, 1, PG 49, 393.

16 P. Franchi de' Cavalieri, « Il koimètèrion di Antiochia », in StT, 49, note agiografiche, fasc. 7, Rome, 1928, p. 146.

17 Théodoret, HE, II, 24, 9, GCS 19, p. 154.

18 Jean Chrysostome, Ad populum antiochenum, XIX, 1, PG 49, 187.

19 Ad pop. antioch., XIX, 1, PG 49, 187.

20 Lenain de Tillemont, Mémoires pour servir à l'histoire ecclésiastique, t. XI, p. 74.

21 Jean Chrysostome, Ad pop. antioch., XIX, 1, PG 49, 187.

22 P. Chuvin, Chronique des derniers païens. La disparition du paganisme dans l'empire romain, du règne de Constantin à celui de Justinien, Paris, Les Belles Lettres / Fayard, 1991, p. 274 : « … Maïouma n'est pas une fête de mai […]. Il s'agit donc, comme l'avait vu Jacques Godefroy en commentant le Code de Théodose, d'une fête d'automne. Elle devait comporter des spectacles au théâtre, des jeux d'eau, baignades ou autres, et sans doute une partie nocturne. Aphrodite et Dionysos, l'amour et le vin, y avaient leur part. »

23 Jean Chrysostome, In S. Iulianum, 4, PG 50, 672.

24 In S. Iulianum, 5, PG 50, 676.

25 Jean Chrysostome, De S. Pelagia, I, 3-4, PG 50, 583-584.

26 Jean Chrysostome qualifie assez souvent les manifestations festives juives de kômoi ou parle des Juifs qui font des kômoi pour les dénigrer (par exemple, Adu. Iudaeos, VIII, 1, PG 48, 927-928).

27 Plutarque, Oeuvres morales, propos de table, IV, 6, 2, trad. par F. Fuhrmann, CUF, 1978 ; H. Jeanmaire, op. cit., p. 451.

28 V. supra n. 22.

29 Jean Chrysostome, In martyres, PG 50, 663-666.

30 Jean Chrysostome, Homélies sur l’Égalité du Père et du Fils, I, 1-2, SC 396, p. 109.

31 Jean Chrysostome, In Kalendas, PG 48, 960-961 : Il est à noter que, dans cette énumération, Jean Chrysostome, pour parler de la démarche censée être celle des chrétiens, emploie le terme badisis qui signifie le fait de marcher avec retenue.

32 F. Van de Paverd, St. John Chrysostom, the Homilies on the Statues, Rome, Pontificium Institutum Studiorum Orientalium « Orientalia Christiana Analecta, 239 », 1991, p. 363.

33 Jean Chrysostome, Ad pop. Antioch., I, 11, PG 49, 34.

34 Jean Chrysostome, Ad pop. antioch., I, 11, PG 49, 32.

35 Id.

36 Ad. pop. antioch., IV, 1, PG 49, 211.

37 Ibid., XV, 1, PG 49, 154-155.

38 Ibid., II, 1, PG 49, 35.

39 Ibid., V, 2, PG 49, 68 (v. J.-M. Leroux, « Saint Jean Chrysostome : les homélies Sur les statues », Studia Patristica, 1961, p. 235).

40 Ibid., IX, 2, PG 49, 104-105.

41 Ibid., XVIII, 1, PG 49, 179.

42 Ibid., XIX, PG 49, 187.

43 Jean Chrysostome, In homiliam de terrae motu, PG 50, 713.

44 Ibid., PG 50, 715.

45 Ibid., PG, 50, 714.

46 De terrae motu, PG 50, 714.

Auteur

GRHIS-Université de Rouen
CNRS GDR 2135 « THAT »

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540