Version classiqueVersion mobile

Les Chrétiens dans la ville

 | 
Françoise Thélamon
, 
Jacques-Olivier Boudon

Investissement, réinvestissement du territoire urbain

Rome, ville sainte ? Le projet de restauration de Léon XII et son échec (1823-1829)

Philippe Boutry

Texte intégral

1Rome a connu au début du XIXe siècle un projet de restauration de la cité comme « ville sainte » : c’était au dernier siècle de l’État pontifical, restauré à grand peine au traité de Vienne en 1815, durant le pontificat, aujourd’hui oublié, de Léon XII Della Genga, qui régna brièvement sur l’Église de 1823 à 1829. Que l'âge de la Restauration ait pu connaître un projet d'une ampleur comparable à celui qui a bouleversé Rome au temps de la Réforme catholique, du milieu du XVIe siècle au milieu du XVIIe siècle, voilà qui pourra étonner. Les deux Rome ne se ressemblent pas. La Rome de la Réforme catholique est une ville en pleine expansion économique et démographique ; la Rome de la Restauration connaît une stase démographique et un déclin préoccupant sur le plan de l'activité financière et économique. La ville de Sixte Quint et d'Alexandre VII multiplie églises, palais, places, rues et fontaines ; la ville de Léon XII et de Grégoire XVI apparaît immobile et presque inerte dans son décor monumental hérité des siècles antérieurs : toute son énergie semble épuisée dans la reconstruction à l'identique de la basilique de Saint-Paul-hors-les-murs après le désastre de 1823. Il y a d'un côté Ignace de Loyola, Philippe Neri et Charles Borromée ; de l'autre, Gaspare Del Bufalo, Vincenzo Pallotti et Anna Maria Taigi ; ici, Baronius et Bellarmin ; là, Marchetti, Ventura et Perrone ; enfin Michel-Ange, le Bernin, Borromini, le Caravage, le Dominiquin, le Guerchin, les Carraches, Pierre de Cortone, Carlo Maderno, Palestrina d'une part ; Canova, Thorvaldsen, Camuccini, Fabris, Tenerani, Valadier, Capalti, Minardi, Granet, les Nazaréens, Pietro et Eugenio Terziani d'autre part. Le jeu, moins disproportionné peut-être que ne le laisseraient croire les paresseux canons culturels de la fin du XXe siècle (car Canova est grand, les Nazaréens importent, et les théologiens comme les « antiquaires » romains du premier XIXe siècle sont de tout premier plan), est cependant, on l'accordera sans peine, inégal.

2Le dessein, toutefois, est identique, et la volonté n'est pas moindre. Un parti, zelante, des « ardents », ou encore des « saints », comme l'écrit ironiquement Stendhal, l'a soutenu – théologiquement, spirituellement, politiquement, financièrement et encore policièrement, s'il se peut dire. Comme à l'aube de la Réforme catholique, la ville redevient l'enjeu d'une représentation et d'un discours qui se voudrait unique, totalisant. Comme sous Sixte Quint et Urbain VIII, Rome est à nouveau « mobilisée » : nul mieux que Gérard Labrot, dans son bel ouvrage sur L’Image de Rome : une arme pour la Contre-Réforme, n’a exprimé ce qu’avait été, au XVIIe siècle, ce « langage obligatoire de Rome » :

  • 1 G. LABROT, L'image de Rome. Une arme pour la contre-réforme, Seyssel, 1987, p. 183-184.

Inventaires, itinéraires, journées placent Rome devant nous et balaient toute incertitude d'existence et de localisation. Pas d'insaisissable, pas de replis ombreux qui seraient volontairement ménagés pour conserver à l'image un mystère de mauvais aloi. Plus Rome est visible, plus elle est redoutable. Elle vivra donc dans la lumière juste du plein midi, seule capable de lui donner l'immobilité ontologique. Les techniques d'analyse veillent strictement afin d'éviter que la ville, dans son cadre officiel, ne bouge : aucune perturbation n'est possible, que ce soit par excès de mouvement (déterminé par l'apparition de nouveautés incontrôlables) ou par liberté d'existence de détails. C'est pourquoi la fixation de l'image (au sens quasi photographique du terme) impose une double démarche : traiter tout élément constitutif des séries elles-mêmes (présent, mais aussi à venir) avec la plus grande rigueur, stabiliser aussi l'ensemble fonctionnant, en plaçant des principes d'invariance en son sein, et sur ses confins des défenseurs attentifs. De cette double démarche naît le régime dictatorial de l'image.
L’énergie de cette dernière tient au fait que l’on y rechercherait vainement un élément flottant, qui existerait pour lui-même en fonction de son propre mérite. Pas de milieu : ou le silence complet (collections modestes, palais sans gloire, que les guides négligent, non sans raison) ou l’enrôlement […] Chaque église, chaque palais, chaque relique même, vont militer dans au moins un des grands ensembles opératoires1.

Une image brouillée

3Durant le siècle et demi écoulé, la perception de la cité s’est progressivement détachée du substrat idéologique et esthétique forgé à l’âge de la Réforme catholique : investie par deux fois à la suite de l’intervention des armées de la France républicaine puis impériale, plus subtilement encore sécularisée sous la double impulsion des antiquaires et des touristes, l’image de la Ville Éternelle, à l’heure où Pie VII regagne triomphalement sa capitale, s’est définitivement troublée.

  • 2 Sur la République Romaine, on renverra aux synthèses essentielles : V.E. GIUNTELLA, La Giacobina R (...)

4Le sanctuaire a d’abord été profané. Le mot n’est pas trop fort, si l’on songe à la violence de la rupture intervenue à la faveur de l’entrée des troupes françaises à Rome en 1798 et de la proclamation d’une éphémère République romaine : une ville capitale a été envahie et investie ; un pape, déchu ; un univers sacral, culturel et mental, ébranlé. Lorsque les troupes du général Berthier procèdent au soir du 10 février 1798 à l’occupation du Château Saint-Ange, Rome n’a pas connu d’occupation étrangère depuis deux-cent-soixante-et-onze ans : c’est le 6 mai 1527 en effet que les lansquenets allemands et les fantassins espagnols de l’empereur Charles Quint, conduits par le connétable de Bourbon, ont pris d’assaut la capitale du pape Clément VII Médicis et perpétré un massacre et un sac dont les horreurs se transmettront longtemps dans la mémoire collective de la ville. Si les troupes du Directoire occupent sans résistance la capitale désarmée de Pie VI, le traumatisme imposé à la cité humiliée et impuissante n’en constitue pas moins une rupture décisive dans l’histoire moderne de Rome2.

5Proclamée sur le Capitole au matin du 15 février 1798, la République romaine n’a eu pourtant qu’une durée de vie réduite : évacuée par les Français au terme de neuf mois d’existence et aussitôt investie par les troupes napolitaines de Ferdinand IV le 27 novembre 1798, Rome est à nouveau occupée par l’armée du général Championnet, dans sa marche irrésistible sur Naples, le 14 décembre suivant ; la République connaît à nouveau dix mois d’existence difficile jusqu’à l’armistice signé le 29 septembre 1799 avec les Napolitains, qui stipule la retraite définitive de l’armée française vaincue au Nord comme au Sud de la péninsule et la fin du régime démocratique à Rome. Avec l’élection de Pie VII à Venise (1800), tous ces changements rapprochés et dramatiques semblent avoir définitivement tourné la page brève et violente de la « tourmente révolutionnaire » : passate vicende (« événements révolus »), dit l’euphémisme couramment adopté par les publicistes romains des premières années du siècle… Le gouvernement pontifical n’aura de cesse par la suite d’ensevelir l’épisode détesté sous un linceul toujours plus épais de grâces politiques, d’omissions calculées et de silence ; et l’administration impériale prendra le plus grand soin de se démarquer du fâcheux précédent républicain. À l’aube de la Restauration, la damnatio memoriae de la République romaine de 1798-1799 semble, pour plus d’un siècle, achevée.

6On ne saurait pourtant, malgré l’absence presque complète de références ou de traditions à l’âge de la Restauration, sous-estimer l’importance de l’épisode révolutionnaire dans la transformation de l’image de Rome au lendemain du retour de Pie VII. Sur le mode d’un bouleversement violent et éphémère dans ses conséquences politiques immédiates, mais durable dans ses effets à plus long terme, la République a sonné le glas d’un ancien régime ecclésiastique, social, politique et culturel auquel le rattachement de Rome à l’Empire viendra dix ans plus tard porter des coups plus décisifs encore. L’écroulement radical de l’édifice religieux et politique sur lequel reposait l’image de la Rome pontificale a d’autre part ébranlé en profondeur les esprits. Un pape a été déchu de son trône, arraché à sa capitale, condamné à l’exil, puis entraîné de force, malade et prisonnier, hors d’Italie pour aller mourir à Valence, dans le lointain Dauphiné, le 29 août 1799. Le Sacré Collège a été semblablement expulsé et annihilé, deux cardinaux en ont démissionné et le Directoire est allé jusqu’à envisager l’élection d’un anti-pape ; la prélature a été dispersée, le clergé paroissial déchiré devant l’obligation du serment. La suppression de très nombreux couvents et confréries, la confiscation des biens ecclésiastiques et leur vente sous la forme de biens nationaux, sur fond de crise financière et de hausse vertigineuse des prix, a porté dans le même temps un coup très rude à l’assise économique et patrimoniale des fondations religieuses de la ville. Enfin la mise en place d’institutions calquées sur la constitution française de l’an III, le fonctionnement – plus ou moins irrégulier – d’un régime de type démocratique, le ralliement d’une partie des élites intellectuelles et de quelques jeunes aristocrates au nouveau gouvernement, ainsi que l’avènement de formes nouvelles d’expression (journalisme, théâtre, fêtes) et de sociabilité politiques n’ont pas manqué – quels qu’aient pu être par ailleurs le poids de l’armée d’occupation française et les pressions des commissaires du Directoire – d’affaiblir le cadre pluriséculaire des relations de sujétion et de protection qui unissait le peuple romain à son Souverain et Pontife.

7La République s’est également efforcée de transformer les perceptions anciennes de l’espace urbain. Pour des raisons de bonne police comme de rationalité administrative, le nouveau régime est ainsi à l’origine de la numérotation des maisons, des boutiques, des palais et des églises, ainsi que de l’éclairage nocturne des rues. La reconnaissance de l’égalité civile et juridique à la population juive de Rome procède du même mouvement d’uniformisation des conditions devant la loi. Si les murs du Ghetto ne s’effacent pas du paysage urbain, l’émancipation de ses habitants se heurte à une opposition populaire particulièrement violente : ce sont les cocardes arborées par les Juifs dans les premiers jours de la République qui déclenchent l’insurrection du Trastévère ; et le Ghetto – préservé à grand peine par la Garde civique, puis par l’armée napolitaine – manque par deux fois, en novembre 1798 et en septembre 1799, d’être mis à sac par une foule avide de massacre et de vengeance. La confiscation de nombreuses oeuvres d’art, inscrite comme sanction financière et symbolique dans le texte du traité de Tolentino, et poursuivie sous la République sous forme de séquestres, de réquisitions ou de vols qualifiés, entraîne l’arrachement des richesses artistiques de la ville à leur contexte culturel lequel, s’il a pu accélérer par contre-coup à court et moyen terme une prise de conscience muséographique, n’en suscite pas moins chez les élites intellectuelles, et jusque parmi le peuple, un vif ressentiment contre l’occupant et un intime déchirement de conscience. Les manifestations et les fêtes civiques enfin contribuent à la fois à désacraliser la ville sainte et à inscrire de nouvelles polarités symboliques dans l’espace urbain. Révolution éphémère, bien vite renvoyée à l’opprobre et à l’oubli, la République romaine de 1798-1799 opère ainsi une rupture profanatrice et décisive dans laquelle s’insèreront tous les processus ultérieurs de laïcisation de l’espace urbain.

  • 3 Sur la Rome napoléonienne, on renverra aux travaux classiques de L. MADELIN, La Rome de Napoléon. (...)

8La première restauration, dont le très politique cardinal secrétaire d’État Ercole Consalvi dirige le cours à partir de l’été 1800, n’a nullement aboli tous les effets de la rupture intervenue à l’âge révolutionnaire ; et une intervention française menace à nouveau Rome, rétive au Blocus continental, à partir de 1805. Dix ans après que les soldats républicains du général Berthier (désormais maréchal et prince d’Empire) se sont emparés de la Ville Éternelle, les troupes impériales du général Miollis investissent Rome sans combat le 2 février 1808. Les Français sont à nouveau maîtres de la capitale des papes. C’est par un décret signé par Napoléon à Vienne le 17 mai 1809 et rendu public à Rome le 10 juin 1809 que les États romains, occupés militairement depuis seize mois, sont annexés à l’Empire. Consummatum est, se serait écrié Pie VII, reclus volontaire au Quirinal depuis qu’il n’est plus maître de sa capitale, qui rédige et fait afficher le jour même la bulle d’excommunication de l’empereur. Dans la nuit du 5 au 6 juillet 1809, les six cents soldats du général de gendarmerie Radet (qui disposent de complices dans la place) donnent, sur ordre reçu de Vienne, l’assaut au Quirinal : le pape, inébranlable dans son refus de renoncer à ses États, dispose d’une demi-heure pour se préparer à quitter sa ville. La Consulte extraordinaire instituée par le décret du 17 mai 1809 afin de procéder à l’introduction de la législation en vigueur dans le reste de l’Empire, se met immédiatement au travail. Les deux départements du Tibre (puis de Rome) et du Trasimène sont formés par arrêté du 2 août 1809 ; le préfet-comte de Tournon, à peine âgé de trente ans, prend ses fonctions en novembre 1809 ; la Consulte est dissoute le 31 décembre 1810. Rome peut entrer dans la « normalité » des villes de l’Empire napoléonien3.

9La Ville Éternelle, réduite au rang de chef-lieu de département, mais promise pour apanage au jeune « roi de Rome », subit en murmurant, mais sans résistance, le joug impérial. Le mécontentement est sensible chez le peuple, viscéralement hostile à la libéralisation du prix des denrées alimentaires et à la conscription, et dont l’attachement au Pape exilé et au clergé persécuté ne se dément pas. Si la seconde émancipation des Juifs – dont la communauté est érigée en Consistoire le 1er août 1811 – ne donne lieu à aucun incident majeur, l’ouverture de boutiques juives hors du Ghetto et la participation des autorités religieuses israélites aux diverses manifestations publiques continuent à se heurter à de vives oppositions : le Ghetto perdure dans les têtes, sinon dans les murs. La bourgeoisie des offices et des services demeure indifférente à la propagande du régime et dans l’ensemble attentiste, tandis que les curiali (avocats et hommes de loi attachés à la Curie, et à la ville) refusent massivement le serment. Seule, en définitive, l’aristocratie, à de rares exceptions près, manifeste un ralliement ostensible et intéressé au régime qui multiplie à son endroit les faveurs et les avances et lui a, pour la première fois depuis des siècles, restitué le gouvernement municipal et le premier rang dans la ville. Mais que tourne la fortune des armes, et Rome abandonne sans regret son conquérant : le coup d’état militaire du 19 janvier 1814 la met en possession des troupes napolitaines de Murat, auquel se rallient prudemment les élites urbaines ; quatre mois plus tard, la Ville Éternelle accueille triomphalement Pie VII restauré.

10L’intermède impérial s’est cependant prolongé six années. Contrainte, mais dans l’ensemble passive, et parfois consentante, Rome a connu un bouleversement sans précédent qui, s’il ne revêt pas le caractère de radicalité de l’expérience « jacobine » de 1798-1799, constitue une seconde et sans doute plus profonde rupture avec l’héritage pontifical. Les contemporains ont surtout retenu de cette période les épisodes dramatiques d’une lutte sans ménagement qui renouvelle la querelle du Sacerdoce et de l’Empire : le pape enlevé, retenu prisonnier ; les cardinaux, à leur tour expulsés et exilés ; les prélats, dispersés ; la Curie, abolie ; les archives vaticanes, transférées à Paris ; les congrégations religieuses, dissoutes ; les prêtres séculiers, soumis à serment ; les réfractaires, relégués à Parme ou Plaisance, puis, dans l’été 1812, massivement déportés en Corse. La première intervention publique du général Miollis, général en chef de l’armée d’occupation, est à cet égard sans équivoque :

« Les soldats ne doivent pas plus prendre l’Ordre des prêtres que des femmes », peut-on lire dans son ordre du jour aux troupes romaines et françaises du 27 mars 1808, inséré en italien et en français dans les colonnes du Diario di Roma. « Des soldats seuls doivent commander à des soldats ; ils doivent être assurés qu’ils ne rentreront plus sous les ordres des prêtres ; l’Empereur leur donnera des chefs dignes par leur bravoure de les commander. »

11Ce langage viril ne se démentira pas dans la suite de l’occupation française de Rome. La décléricalisation de la capitale de la Catholicité s’inscrit en premier lieu dans un projet délibéré d’asservissement de l’Église aux intérêts de l’État, poursuivi avec une ténacité peu commune, jusqu’à remettre en cause les quelques succès enregistrés dans les premières années par l’administration française. Mais elle procède également d’un plus vaste dessein : insérer la ville à nulle autre pareille dans la normalité juridique et législative, économique et sociale, politique et culturelle de l’Empire et créer les conditions d’une nouvelle image de Rome, cité d’art et d’histoire, seconde capitale, par ses palais, ses places et ses jardins, d’un « Grand César » qui ne la verra jamais.

12Les projets archéologiques et urbanistiques des occupants français constituent à cet égard – même si les travaux effectivement réalisés ont été peu nombreux – un tournant considérable dans l’histoire de la ville et de son image : pour la première fois depuis l’Antiquité, sous la direction d’un groupe cohérent et entreprenant d’artistes, d’architectes et d’antiquaires (Antonio Canova, Vincenzo Camuccini, Giuseppe Valadier, Raffaele Stern, Carlo Fea, Giuseppe Antonio Guattani), l’Urbs est repensée, redessinée, réaménagée hors de toute perspective religieuse et sacrale. Une commission pour la conservation des monuments antiques et modernes de Rome est formée dès le 21 juin 1809 : la doctrine du dégagement des monuments antiques, prodrome d’un substantiel programme de fouilles archéologiques, connaît alors, aux Forums et au Colisée, ses premières applications pratiques, isolant murs et colonnes de la vie et de l’habitat urbains, invitant le regard à devenir sélectif, et l’attention, imperméable à l’enchevêtrement des constructions et des cultures ; le Panthéon d’Agrippa, le mausolée d’Auguste sont également promis à des réaménagements « archéologiques » conçus selon les canons de l’esthétique classeggiante qui prévaut parmi les hauts fonctionnaires de l’administration impériale.

13Les ambitions de la Commission des embellissements, formée en application des décrets impériaux des 27 juillet et 9 août 1811, sont plus considérables encore. La suppression des congrégations religieuses a tout à la fois multiplié les potentialités spatiales et économiques et libéré les imaginations urbanistiques. Dans l’euphorie d’une conjoncture propice à toutes les utopies, les architectes Valadier et Camporesi ne songent pas moins qu’à abattre le couvent de S. Maria del Popolo sur la place du Peuple, l’église S. Sebastiano et le couvent de S. Bonaventura sur le Palatin, le monastère de S. Francesca Romana au pied du Capitole, toutes les églises des Forums, ainsi que les monastères du S. Spirito et de S. Eufemia au pied de la colonne Trajane qui, seuls, furent effectivement rasés au sol. Si les vastes projets de construction d’une villa Napoléon entre le ponte Milvio et la place du Peuple, ou d’une première « promenade archéologique » du Colisée au Capitole jusqu’à la place de la Bocca della verità demeurèrent à l’état de plans et de propositions, la création des cimetières périurbains de Saint-Laurent-hors-les-murs (le futur Campo Verano) et de la Villa Sacchetti, était, pour le premier du moins, presque achevée au printemps 1814. De même, l’aménagement de la place du Peuple et la création de la promenade du Pincio, ou « jardin du Grand César », sont portés à leur presque complet achèvement par l’administration impériale, en attendant que Pie VII les reprenne à son compte. Stendhal ne se trompe pas sur la signification historique et symbolique de la promenade du Pincio, et, avec une emphase inhabituelle, ne manque jamais de célébrer cette « innovation française » :

  • 4 Promenades dans Rome, à la date du 17 novembre 1827.

Le cardinal Consalvi fut un impie aux yeux des curés de campagne qu’il s’est donné pour collègues, parce qu’il n’accorda pas exclusivement à une vingtaine de moines Augustins la vue délicieuse de la campagne de Rome et du Monte Mario, placé vis-à-vis du Pincio4.

14Une « vue délicieuse » : tel n’était pas certes le projet qu’avaient conçu pour la cité sainte les papes Sixte Quint et Alexandre VII… Sans doute le mot profanation peut-il paraître excessif pour qualifier les interventions urbaines, éphémères ou durables, que la République puis l’Empire ont par deux fois mis en œuvre dans la ville des Papes à la faveur de l’occupation militaire française, et que, bien souvent, la postérité, sinon la Papauté elle-même, reprendront à leur compte dans le cours du XIXe siècle. Mais comment signifier autrement la conviction, largement partagée parmi l’opinion catholique zelante au lendemain de la Restauration, que les impies se sont emparés de la ville sainte pour mieux en dégrader l’image, en déformer l’esprit, en dénaturer l’essence ? Le véridique visage de Rome a été à leurs yeux subverti, qu’antiquaires et touristes viennent dans le même temps altérer plus insidieusement encore…

  • 5 G. LABROT, L'image de Rome, op. cit., p. 93.

15La Papauté des XVIe et XVIIe siècles avait en effet délibérément forgé et consolidé, par-delà le spectacle grandiose des ruines antiques, une image de la ville sainte fondée sur les trésors spirituels et artistiques des églises de la capitale de la Chrétienté, la magnificence des palais pontificaux et les splendeurs dissimulées des palais aristocratiques, que le pèlerin et le voyageur étaient invités sans relâche à contempler et admirer. Un « langage obligatoire de Rome »5 était né de la ville-décor, ordonnée selon les logiques de la Réforme catholique et les nécessités de l’affirmation politique et religieuse du gouvernement pontifical et de l’aristocratie romaine qui en procède ou en participe ; et Rome, plus que toute autre cité peut-être de l’Europe moderne, avait su admirablement jouer sur les registres convergents du religieux et du politique, de l’idéologique et de l’esthétique, de la réalité et du rêve. Le moderne touriste de la Rome du premier XIXe siècle n’est certes pas devenu brutalement indifférent à la fascination de cette capitale d’ancien régime, tout entière polarisée autour de la figure d’un Souverain qui est ici Prêtre et Roi. Mais un déplacement – qui procède à la fois d’une prise de distance et d’une dissociation des contenus – s’est produit dans la perception et l’image de Rome. Si le pouvoir pontifical continue à affirmer fortement sa présence dans l’espace urbain à travers une série de constructions, de réalisations et d’aménagements qui entendent renvoyer le visiteur, par-delà l’évocation de la grandeur passée de la Rome antique, à la sacralité de la Ville sainte, à la munificence du Souverain et aux bienfaits de son Buon Governo, cette démonstration muette, inscrite dans la pierre et le sol, ce programme idéologique concerté, se heurtent désormais à des obstacles presque insurmontables.

  • 6 On suivra ici les importantes conclusions chiffrées du travail d'A. DI NOLA, « Dal pellegrinaggio (...)

16La transformation des centres d’intérêts et des contenus éditoriaux des ouvrages mis à la disposition des voyageurs constitue un élément décisif du processus. Des guides du premier XVIIe siècle aux guides nés au tournant des XVIIIe et XIXe siècles6, le paysage visuel que propose la littérature de Rome a connu une modification radicale : les descriptions de reliques ont diminué d’un quart, passant de 17 à 4 % du contenu des visites d’églises ; les récits de miracles (17 %) et les listes d’indulgences (9 %) ont totalement disparu de l’horizon informatif du visiteur ; les mentions relatives aux antiquités de Rome sont demeurées stables, de 11 à 12,5 % ; mais la part des notations artistiques a plus que quadruplé en passant de 13 à 60 % (elle atteindra 83 % dans la seconde moitié du XIXe siècle). La réduction de l’Italie à une terre de galeries et de musées, opérée depuis l’Europe du Nord-Ouest à partir de la seconde moitié du XVIIe siècle, trouve dès les dernières décennies du XVIIIe siècle son aboutissement dans le renouvellement de la perception de la Rome pontificale : pour des libraires aussi avisés que Giuseppe et Mariano Vasi, c’est un mets composé pour l’essentiel de souvenirs antiques et d’émotions artistiques, assaisonné du spectacle de la Cour pontificale et éventuellement pimenté de quelques effluves de sentiment religieux, qu’il convient désormais de préparer et d’offrir au « noble visiteur », français, anglais, allemand ou italien de passage.

  • 7 Promenades dans Rome, à la date du 17 août 1827.

17« Pour nous », écrit Stendhal en une admirable formule à laquelle aurait souscrit la grande majorité des visiteurs de Rome en ce premier XIXe siècle, « qui avons traduit pendant des années des morceaux de Tite-Live et de Florus, leur souvenir précède toute expérience »7. Le caractère immédiat, presque connaturel à tout ancien élève des collèges classiques, de la référence antique, qui en fait alors comme le préalable obligé de toute perception de l’ancienne capitale des Césars, a été considérablement renforcé, au tournant des XVIIIe et XIXe siècles, par le renouveau de la culture antiquaire qui s’est opéré en partie depuis Rome à la faveur des découvertes d’Herculanum et de Pompei, des campagnes de fouilles ordonnées par Pie VI, de la création du musée Pio-Clementino, ou des « envois de Rome » de l’Académie de France. La nouvelle sensibilité néo-classique a déterminé une mutation décisive des canons de l’esthétique et un essor sans précédent de la recherche archéologique dans la lignée des travaux de Winckelmann, promu commissaire des Antiquités par Clément XIII en 1763, et dont l’antiquaire romain Carlo Fea publie en traduction italienne l’Histoire de l’art antique en 1783. La République Romaine de 1798-1799, puis l’Empire, ont trouvé dans la rhétorique antiquisante des ressources inépuisables de légitimation et des principes d’action. Encouragée d’un même mouvement au lendemain de la Restauration par les pontifes romains, les cardinaux cultivés, les mécènes et les savants, la culture antiquaire demeure à l’aube du XIXe siècle un ensemble obligé de références philosophiques, morales, textuelles et esthétiques qui détermine dans une large mesure l’image de la ville.

  • 8 J.W. GOETHE, Italienische Reise, traduction J. NAUJAC, Paris, 1961, à la date du 5 novembre 1786. (...)

18On ne saurait pourtant négliger ce que la culture antiquaire comporte de ferments dissolvants pour le schéma idéologique de la Rome pontificale, dès lors que l’Antiquité n’est plus assimilable et intégrable à la culture catholique par une lecture providentialiste de l’expansion et de la chute de l’Empire romain comme préparation, inscrite dans le dessein divin, de la propagation future du christianisme. La publication, à partir de 1776, de l’Histoire du déclin et de la chute de l’Empire romain de l’incrédule Edward Gibbon, qui place le christianisme sur le banc des accusés dans le procès ouvert par les défenseurs intransigeants de la culture gréco-latine, marque à cet égard, par ses conséquences intellectuelles à bref et moyen terme, un tournant décisif dans l’histoire de la perception de Rome ; elle s’accompagne d’un remuement d’idées et de projets qui n’est pas étranger à l’effervescence intellectuelle romaine des dernières décennies du siècle, ni à certaines formes d’opposition politique au régime pontifical, et connaît une formidable expansion à la faveur de l’occupation française de Rome, qui jette les premières bases de la doctrine du dégagement des restes archéologiques. Une perception puriste, intégraliste de l’Antiquité latine tend inéluctablement à détacher le legs antique de l’héritage médiéval et moderne dans l’appréhension de la Rome moderne, à isoler mentalement et bientôt physiquement les Forums et le Capitole des basiliques et des couvents qui en occupent l’espace, à écarter avec indifférence ou mépris le calvaire établi par saint Léonard de Port-Maurice au milieu du XVIIIe siècle dans l’arène jadis sanglante du Colisée. « C’est un triste et pénible travail », écrit Goethe, « que d’éplucher la ville moderne pour en extraire (herausklauben, de klauben, trier) la Rome antique, mais il faut bien le faire et espérer à la fin une satisfaction inexprimable […] Ce que les barbares ont laissé debout, les architectes de la Rome moderne l’ont dévasté »8. Un processus est engagé, qui, par-delà les réactions en retour qu’il va entraîner au milieu du siècle, concourt à moyen terme à la décomposition des anciennes cohérences culturelles de la Rome baroque.

  • 9 Rome, Naples et Florence, Paris, 1826, à la date du 21 septembre 1817.

« Je viens de passer cinquante jours à admirer et à m’indigner », écrit Stendhal dans un passage particulièrement véhément de Rome, Naples et Florence. « Quel séjour que la Rome antique, si pour dernier outrage, sa mauvaise étoile n’avait pas voulu qu’on bâtît sur son sol la Rome des p(apes) ! Que ne seraient pas le Colisée, le Panthéon, la basilique d’Antonin et tant de monuments démolis pour faire des églises, restant fièrement debout au milieu de ces collines désertes, le mont Aventin, le Quirinal, le Palatin ! Heureuse Palmyre ! »9

19L’heure n’a pourtant pas encore sonné, à l’aube de la Restauration, pour de semblables déchirements dans la tradition urbaine ; et les voyageurs néo-classiques ou romantiques, italiens, français, anglais, allemands, russes ou nordiques, qui se pressent à Rome plutôt qu’à Palmyre depuis que la paix a été rétablie en Europe, ne nourrissent pas une perception aussi radicale des fractures inscrites dans la nouvelle vision de l’histoire plurimillénaire de la ville des Papes. Le tourisme moderne (le mot est rare encore, et vient tout nouvellement d’être importé de la prospère Angleterre des lords et ladies désœuvrés et des artistes en proie au spleen, vers le continent rassasié d’affrontements sanglants) est en train de naître, succédant au Grand Tour aristocratique : source de revenus immenses pour la Rome des papes, et menace latente pour l’intégrité du modèle élaboré à l’âge de la Réforme catholique.

  • 10 Promenades dans Rome, à la date du 17 août 1827.

20Car, si l’antiquaire procède dans son travail de sape (volontaire ou involontaire) des cohérences idéologiques de la Rome pontificale, par découpage, dégagement et isolement, le touriste met en cause non moins gravement la logique et l’architecture de l’édifice par multiplicité des attentes, confusion des registres, indifférenciation des énoncés. La légitimité de Rome réside dans le bonheur qu’elle est susceptible de procurer, la raison de son existence, dans les plaisirs qu’elle peut offrir. L’histoire de la ville n’a pas d’autre sens : « si les papes ne fussent pas revenus d’Avignon, si la Rome des prêtres n’eût pas été bâtie aux dépens de la Rome antique », écrit le même Stendhal, reniant aussitôt toute velléité archéologique pour un instant de jouissance esthétique, « nous aurions beaucoup plus de monuments des Romains ; mais la religion chrétienne n’eût pas fait une alliance aussi intime avec le beau »10.

  • 11 Promenades dans Rome, « Avertissement ».

21Art, antiquité, religion, pittoresque : autant de sources d’émotion pour le voyageur, autant de modes successifs et indépendants d’intelligibilité pour la ville. Le renouvellement des discours et des savoirs, l’individuation des perceptions et des croyances, qui sont la marque même de la modernité du siècle, concourent ainsi à leur manière au même processus de désacralisation de la cité que l’occupation française de Rome a par deux fois violemment accéléré. La sensibilité néo-classique du second XVIIIe siècle, puis l’imagination romantique du premier XIXe siècle conduisent irrésistiblement à une déconstruction et à une recomposition progressive des lignes directrices et des cohérences culturelles issues du concile de Trente. L’image de la Rome pontificale du premier XIXe siècle se joue désormais dans l’affrontement intime de l’efficace d’une rhétorique du pouvoir vieille de bientôt deux siècles et de l’individuation croissante des perceptions et des émotions. « Je suppose », écrit Stendhal en tête de ses Promenades, « que quelquefois on prendra un de ces volumes dans sa poche en courant le matin dans Rome. C’est pourquoi j’ai laissé quelques petites répétitions plutôt que de faire des renvois qui pourraient se rapporter au volume que l’on n’a point avec soi (…) Je conseille d’effacer chaque article avec un trait de crayon, à mesure qu’on aura vu le monument dont il parle »11

22La Rome des papes à l’aube de l’âge romantique est un sanctuaire à la dérive.

Le projet zelante de resacralisation de Rome et son échec (1823-1829)

  • 12 Sur le conclave qui aboutit à l’élection de Léon XII Della Genga, on renverra à Ch. TERLINDEN, « L (...)

23Le conclave d’un mois (2-28 septembre 1823) qui s’ouvre au lendemain de la mort de Pie VII constitue un tournant dans l’histoire de la Papauté comme dans le destin de Rome12. Deux lignes s’y affrontent avec violence au sein du Sacré Collège des cardinaux : une ligne politicante, autour du cardinal Consalvi, qui privilégie l’entente entre l’Église et les puissances européennes, les équilibres concordataires avec les États monarchiques, un conservatisme éclairé et une prudente ouverture à l’esprit du siècle ; et une ligne zelante, intransigeante sur le plan religieux, réactionnaire sur le plan social et politique, hostile aux Lumières comme au libéralisme, critique de l’absolutisme étatique et du despotisme éclairé, essentiellement italienne dans ses références culturelles. L’élection du cardinal Della Genga, candidat du parti zelante, qui prend le nom de Léon XII, détermine une ultime tentative pour transformer à nouveau Rome en « ville sainte » en lui restituant visibilité religieuse, cohérence intellectuelle, ordre moral et cohésion sociale.

  • 13 La città di Roma, destinata per singolare favore del Cielo, ad aver comuni i destini colla Religio (...)

« La ville de Rome », écrit dans l’officieux Diario di Roma du 12 mars 1825 le théologien théatin Gioacchino Ventura, disciple sicilien du premier La Mennais, « destinée par une grâce singulière du Ciel à partager le destin de la religion très sainte qui a établi entre ses murs son siège et son empire, semble également partager avec cette même religion d'autres titres et d'autres noms. C'est ainsi que l’immortalité de sa durée, en ce qu'elle s'est toujours relevée plus magnifique et plus belle des destructions et des ruines qui l'ont si souvent touchée, lui a acquis le titre de Ville Éternelle. C'est ainsi que l’universalité de son influence semble encore pouvoir lui conférer par antonomasie le nom de Cité Catholique, ou Universelle, en ce qu’elle est la ville à laquelle nul n’est étranger, principalement parmi les catholiques ; et en ce qu’elle est la patrie commune à tous, dans laquelle tous trouvent asile, protection et soutien sous le sceptre pacifique du Père commun ; car elle ne possède en elle rien de si particulier qu’elle ne puisse, d'une certaine manière et selon certains rapports, appartenir à tous et qu’il ne soit de l'intérêt de tous qu’elle se conserve et se perpétue. »13

  • 14 Sur la personnalité et le pontificat de Léon XII Della Genga, on renverra aux deux études fondamen (...)

24 Perpétuité, universalité, visibilité… C'est replacer délibérément la ville au cœur d'un discours apologétique et providentialiste, exprimé selon des catégories héritées du concile de Trente et de la Réforme catholique des XVIe et XVIIe siècles et revisitées par la réaction curialiste intransigeante du second XVIIIe siècle romain. Une théologie en acte fonde la réflexion et l'action engagées par Léon XII Della Genga et le groupe zelante à l'aube du pontificat. Elle implique une radicale réforme religieuse de la ville, une transformation de ses structures, de ses habitus culturels et mentaux, un renouvellement de son image, une restauration tangible et visible de son rôle de sanctuaire de la Catholicité14.

  • 15 Une synthèse essentielle sur la Rome du XIXe siècle : F. BARTOCCINI, Roma nell’Ottocento, Bologne, (...)

25Homme d’Ancien Régime, issu d’une famille d’ancienne noblesse de l’Ombrie, diplomate malheureux, exilé durant de longues années dans la solitude et la disgrâce, Annibale Della Genga était depuis mai 1820 en charge des destinées spirituelles de la Ville en sa qualité de cardinal-vicaire de Rome : il avait pu prendre la mesure d'une déperdition de l’identité religieuse de la capitale de Pie VII, écartelée entre le purisme archéologique des « antiquaires » romains ou étrangers, la diversité des perceptions culturelles, esthétiques ou émotives, néoclassiques ou déjà romantiques, et les curiosités multiples des premiers « touristes », accourus de toute l’Europe, en particulier du Royaume-Uni, de la France et des États allemands15. Dès avant 1823, des mesures autoritaires, accompagnées de règlements minutieux, avaient donné l’orientation générale du projet urbain zelante : interdiction du jeu pendant les offices sous peine de prison et d'amende (4 janvier 1823) ; dispositions à l’encontre des monacazioni (prises de voile) trop somptueuses ou trop mondaines (20 mars 1823) ; et surtout rétablissement, aux termes de l'édit du 20 février 1823, de la predica coatta, le sermon obligatoire auxquels étaient soumis les Juifs du Ghetto depuis la constitution Sancta mater Ecclesia (1er juin 1584) de Clément VIII, supprimé en 1798 par les autorités françaises et tombé depuis en désuétude.

26L’avènement du cardinal-vicaire sur le trône de saint Pierre donne à ces premières indications l’ampleur, la cohérence programmatique et l’autorité politique et religieuse qui leur manquaient jusqu’alors. Le cardinal Consalvi écarté (il s’éteint en janvier 1824), une congregazione di Stato entièrement zelante mise en place (avec les cardinaux Severoli, Pacca, De Gregorio, Galleffi, Rivarola, Cavalchini), un nouveau cardinal-vicaire nommé (en la personne du cardinal camaldule Placido Zurla), bulles, encycliques, édits, dispositions réglementaires et gestes symboliques se multiplient pour opérer une transformation religieuse autoritaire de la Ville. Les premiers déplacements du nouveau pape sont, dans une perspective toute spirituelle, pour les monastères et pour les pauvres : le 13 octobre chez les religieuses carmélites de Regina Coeli ; le 17 octobre, au dépôt de mendicité installé dans les anciens Thermes de Dioclétien ; le 28 octobre, à l’hospice des pauvres de San Michele a Ripa ; le 29 octobre, auprès des ruines du monastère bénédictin de Saint-Paul-hors-les-murs ; le 7 novembre, au monastère camaldule de S. Gregorio a Monte Celio ; le 26 juillet 1824 encore, aux Carceri nuove où il goûte la soupe des prisonniers et fait condamner le fournisseur… Surtout, au lendemain de la maladie qui, dans l'hiver 1823-1824, manque l'emporter, Léon XII, le 7 mai 1824, malgré l'inconfort d'un palais abandonné depuis près de deux siècles, s'installe définitivement au Vatican : il rompt avec les fastes princiers et les commodités du Quirinal, affirme la visibilité de la tradition apostolique du Saint Siège et déplace le centre de gravité de la cité sacrale, anticipant d’un demi-siècle sur les choix d’occupation de l’espace opérés au lendemain du 20 septembre 1870.

  • 16 On se permet de renvoyer sur ce point à Ph. BOUTRY, « Espace du pèlerinage, espace de la romanité. (...)

27Le pape Della Genga renoue dans le même temps avec la rythmique sacrale jubilaire inaugurée dans la Ville depuis l’an 1300 et, pour la première fois depuis cinq siècles, interrompue en 1800 par les séquelles des événements révolutionnaires. Le 24 mai 1824, la bulle Quod ineunte saeculo, proclame, en dépit des réticences des chancelleries européennes, la convocation de l’année sainte 1825 : le pape y déclare son intention de « restaurer toute chose en Jésus-Christ », omnia in Christo instaurare (Éphésiens 1, 10), mot d’ordre, pour plus d’un siècle, du catholicisme intransigeant. Une intense préparation spirituelle de la population romaine précède l’événement : du 1er au 15 août 1824, un ensemble de missions populaires est prêché à tous les carrefours de la vie urbaine (places Navone, Barberini, Colonna, S. Maria de'Monti, S. Giacomo in Borgo, S. Maria in Trastevere) par les principaux orateurs sacrés de la ville et se conclut au jour de l'Assomption, place Navone, par la bénédiction donnée par le pape à une foule immense et recueillie du haut du balcon du palais Pamphili, siège de l'ambassade du tsar de toutes les Russies. Du 30 novembre au 7 décembre, ce sont les clergés séculier et régulier de la ville qui sont à leur tour astreints à la mission tandis qu’une visite générale des églises est entreprise. Par la lettre apostolique Super universum du 1er novembre 1824, Léon XII effectue enfin une réorganisation des paroisses de Rome, réduites de 81 à 44 (dont seize attribuées au clergé séculier, dix-neuf au clergé régulier et neuf érections de paroisses nouvelles) afin d'assurer une répartition géographique et démographique plus équilibrée de la charge pastorale dans la ville – et une meilleure régulation de la vie religieuse des habitants. Le Jubilé de 1825 (ce sera l’unique célébration romaine de l’année sainte dans le cours tumultueux du XIXe siècle) attire entre 120 et 150 000 pèlerins à Rome, dont 93 000 (soit à peu près le chiffre de l’année sainte 1775) sont logés dans l’ancien hospice de la Santissima Trinità dei Pellegrini : on y relève la présence d’un millier d’étrangers (pour les deuxtiers allemands ou suisses) ; mais l’immense majorité des foules pèlerines provient de l’immédiat arrière-pays romain (Patrimonio et Ciociara, Abruzzes et Terra di Lavoro, Ombrie, Marches, Toscane méridionale), masses rurales et agricoles qui ont réuni dans un même parcours vers la ville sainte la migration de travail et le geste de réconciliation. C’est vers elles que se rend solennellement le pape de la Restauration le vendredi saint 1er avril 1825 pour renouveler le geste du Christ, en lavant et baisant les pieds de deux pèlerins et en les servant à table16.

28À cette mobilisation religieuse de la cité, héritée en droite ligne et par-delà les siècles de saint Charles Borromée et de saint Philippe Neri, correspond une vigoureuse reprise en main morale, culturelle, politique et sociale de la ville à travers un ensemble d’édits répressifs, publiés par le cardinal vicaire Zurla et le gouverneur Bernetti. Le 15 novembre 1823, le trésorier Belisario Cristaldi, recteur de l'université de la Sapience, édicte un règlement draconien qui ferme de chaînes les salles de cours afin de contraindre les professeurs à faire une heure effective d'enseignement, leur interdit de se faire substituer par leurs assistants et contraint les étudiants à l’assistance à la messe en congrégation les dimanches et fêtes ; une congrégation des Études (août 1824) prend en charge une réforme de l’enseignement soclaire et universitaire et le Collège Romain est restitué à la Compagnie de Jésus (septembre 1824). Un « ordre moral » rigoureux et rétrograde s’appesantit sur la vie quotidienne des Romains à la faveur des dispositions pénitentielles de l’année sainte. Le 31 mars 1824, le gouverneur Tommaso Bernetti signe l'édit le plus fameux et le plus impopulaire du pontificat, qui interdit aux Romains de consommer du vin hors des repas dans les lieux publics, leur impose de se faire servir debout, à l’extérieur des établissements, à travers un guichet (cancelletto) et proscrit sévèrement les jeux de cartes, la mourre (morra) et la passatelle : l’édit restreint ainsi l’une des principales formes de la sociabilité populaire. D’autres édits suivent, qui proscrivent les feux de la Saint-Jean d'été (20 juin 1824), la circulation d’images obscènes (20 juillet) ou l’hébergement de « femmes déshonnêtes et de mauvaise vie » (16 décembre). Le 14 décembre 1824, le cardinal Zurla publie enfin son célèbre édit sur l'habillement des femmes qui condamne en termes véhéments (et sans nul doute excessifs par rapport aux canons, fort chastes, de la mode féminine de la Restauration) « l’immodestie du vêtement des femmes, si opposée au plus précieux ornement de leur sexe, qui est la pudeur ». Le 13 mars 1825 surtout, la lettre apostolique Quo graviora renouvelle avec vigueur l'ensemble des condamnations précédemment exprimées par Clément XII, Benoît XIV et Pie VII contre la Franc-maçonnerie et les « sectes », c'est-à-dire les Carbonari : deux d’entre eux, Angelo Targhini et Leonida Montanari (le premier fils d’un cuisinier de Pie VII, déjà condamné pour meurtre, le second, jeune médecin de Rocca di Papa), coupables d’une tentative d'assassinat sur l'un de leurs compagnons de vente, sont exécutés à Rome même, place du Peuple, le 23 novembre 1825 ; leurs corps décapités iront en terre non consacrée, enfouis au pied du Muro torto et recouverts de chaux vive. Le 18 novembre 1825 enfin, au soir encore de l'année sainte, les mesures prises par le cardinal vicaire Della Genga à l'encontre de la communauté juive trouvent leur aboutissement dans une décision apparemment contradictoire et essentiellement cohérente : l'élargissement du Ghetto et le renfermement de ses habitants dans ses murs en imposant aux commerçants juifs la fermeture des 84 magasins et dépôts de marchandises et la vente de tout immeuble possédé hors du Ghetto, « afin que chacun s'abstienne de toute forme de complicité envers les Juifs » : l’exemplarité de la ville passe à travers un renforcement des discriminations religieuses, et l’exigence d’une unité de foi, à travers l’instauration tangible d'une frontière de catholicité. à l'intérieur même du tissu urbain. La visibilité de la cité sainte, étroitement conjuguée à une conception policière et répressive de la transparence publique, débouche ainsi sur une limitation drastique des libertés de l’individu, assimilé à un sujet autant qu’à un fidèle, sur une interdiction de toute forme de sociabilité non agréée (le cabaret, le cabinet de lecture, le cercle), et de toute forme d'association non autorisée (la loge, la vente) et sur une rétractation généralisée de la « sphère publique » dans la cité.

  • 17 M. D'AZEGLIO, I miei ricordi, Florence, 1867, 2 vol., I, p. 229. La qual cosa significava, Roma tr (...)
  • 18 Ibid…. quell'ipocrisia generale. Bisognava sentire i giovani, i militari, gli impiegati, messi al (...)
  • 19 Promenades dans Rome, à la date du 5 décembre 1827.

29À cette date pourtant, et quelles que soient les mesures qui interviendront encore par la suite (notamment la création, en février 1826, d'une éphémère congrégation de la Vigilance pour la surveillance des fonctionnaires publics), l’échec politique du programme zelante est déjà perceptible. La résistance muette et l'abstention silencieuse d'une partie importante de la bourgeoisie et du peuple romains, les murmures de la rue, les récriminations des commerçants, la contestation larvée des étudiants, le mauvais vouloir des ambassadeurs et jusqu'à la désertion des Anglais sont autant d'indices patents d'une inadéquation du projet de sacralisation de Rome à l'état de la société, des mentalités et des opinions. C’en est trop ainsi pour un jeune peintre de vingt-sept ans, pour l'heure neveu de cardinal et marchesino piémontais en villégiature à Rome, Massimo D'Azeglio, qui sera un jour l’un des principaux artisans du Risorgimento national : « la publication du Jubilé universel », rappelle-t-il dans ses Souvenirs, « signifiait que Rome serait transformée pour douze mois en un vaste établissement d'exercices spirituels. Ni théâtres, ni fêtes, ni bals, ni réceptions, pas même de marionnettes sur les places ; et, à leur place, des sermons, des missions, des processions, des cérémonies religieuses »17. Et le jeune aristocrate libéral de dénoncer « l’hypocrisie universelle » qui, selon lui, aurait marqué les cérémonies collectives du Jubilé : « Il fallait », s’indigne-t-il, « entendre ces jeunes gens, ces militaires, ces employés, sommés de donner leur démission, ou de chanter miserere »18. Dans les Légations règne à la fin du pontificat de Léon XII une atmosphère de véritable guerre civile : le cardinal Rivarola est la victime d'un attentat qui manque lui coûter la vie (23 juillet 1826) ; la répression qui s'ensuit, conduite par commission présidée par le prélat Filippo Invernizzi, se conclut sur cinq exécutions capitales à Ravenne, le 13 mai 1828. À Rome même, si la ville ne connaît guère, même en 1831, de mouvements politiques de grande ampleur, c'est un silence pesant, une résistance multiforme et une sourde rancœur qui tendent à déliter et dégrader rapidement le premier élan missionnaire de l'été 1824. Les deux processions générales du Jubilé effectuées par la scolaresca des 28 avril et 6 septembre 1825 sont ainsi émaillées d'incidents obscurs, qui témoignent d'un mécontentement attesté de toutes parts. « Tout ce qui tient au commerce », note Stendhal, « ne se gêne point pour maudire la façon de gouverner de Léon XII »19. De même, la visite apostolique des hôpitaux de Rome, effectuée dans le vaste ensemble de S. Spirito in Sassia par le futur cardinal Giuseppe Antonio Sala, se heurte, de la part des médecins, de leurs assistants et jusqu'au personnel de salle, à une opposition déterminée qui conduira la mission à l'échec et son auteur, à une disgrâce momentanée.

30Les « remèdes » zelanti s'avèrent ainsi vains, ou impraticables ; et le langage de la répression policière et judiciaire remplace progressivement les exhortations à la conversion chrétienne. L’espérance du renouvellement jubilaire s’est muée en inquiétude et en menace : dans les édits que multiplient en vain les autorités civiles et ecclésiastiques de la ville, les temps sont mauvais, et la colère de Dieu va s'abattre sur la cité rebelle… Le projet zelante de sanctification de Rome, conçu à l'aube du pontificat de Léon XII, aboutit ainsi à « la sensation d'une impasse irrémédiable dans le domaine de la politique intérieure » (Raffaele Colapietra). À l’automne 1826, les interprètes les plus intransigeants du pontificat (Marchetti, Ventura) doivent abandonner la plupart de leurs positions en Curie. Dès lors, tandis que s'affaiblit progressivement, du fait de l'âge et de la maladie, la détermination de Léon XII, de plus en plus isolé dans la solitude grandiose du palais du Vatican, l'unité idéologique du groupe zelante se disloque et une nouvelle génération, plus politique (au premier rang desquels Mauro Cappellari, futur Grégoire XVI, et Tommaso Bernetti), s’impose. Sitôt la nouvelle de la disparition de Léon XII connue (10 février 1829), les Romains font des feux de joie des cancelletti ; et le conclave conduit à l'élection du politicante Francesco Saverio Castiglioni, candidat de l'Autriche, et à une sensible réaction d'inspiration consalvienne dans l’Église et dans l'État.

31La dimension politique et sociale du programme zelante de sanctification de Rome trouve ainsi son terme, par épuisement idéologique, impuissance politique et résistance insurmontable des populations. Mais l’inflexion imprimée à l'image de Rome n’en disparaît pas pour autant : elle induit à son tour une mutation durable de la perception religieuse de la ville qui va marquer profondément de son empreinte les pontificats successifs de Grégoire XVI et de Pie IX ; et détermine à moyen terme un clivage des cultures. La Rome pontificale ne reviendra pas aux temps de « l'aimable cardinal Consalvi » : mais, dans la tension croissante entre une revendication libérale, démocratique et nationale de plus en plus malaisément comprimée et l'absolutisme d'un régime politico-ecclésiastique qui a irrémédiablement épuisé sa dynamique originale, les destins civils et religieux de la Ville Éternelle vont lentement et douloureusement s'éloigner l'un de l'autre. Les modalités du projet zelante de resacralisation de Rome de même que son échec manifestent ainsi le divorce inéluctable entre théologie politique et réalités urbaines : au terme du processus, la Jérusalem terrestre s’est écartée de la Jérusalem céleste.

Notes

1 G. LABROT, L'image de Rome. Une arme pour la contre-réforme, Seyssel, 1987, p. 183-184.

2 Sur la République Romaine, on renverra aux synthèses essentielles : V.E. GIUNTELLA, La Giacobina Repubblica Romana (1798-1799). Aspetti e momenti, dans Archivio della Società Romana di Storia Patria, LXXIII, 1950, p. 1-213 ; V.E. GIUNTELLA, Bibliografia della Repubblica Romana del 1798-1799, Rome, 1957 ; M. BATTAGLINI, Le istituzioni di Roma giacobina (1798-1799). Studi ed appunti, Milan, 1971 ; A. CRETONI, Roma giacobina. Storia della Repubblica Romana del 1798-1799, Rome-Naples, 1971 ; M. FORMICA, La città e la Rivoluzione. Roma, 1798-1799, Rome, 1994 ; D. ARMANDO, M. CATTANEO, M.P. DONATO, Une Rivoluzione difficile. Le Repubblica romana del 1798-1799, Pise-Rome, 2000.

3 Sur la Rome napoléonienne, on renverra aux travaux classiques de L. MADELIN, La Rome de Napoléon. La domination française à Rome de 1809 à 1814, Paris, 1906, et de J. MOULARD, Le comte Camille de Tournon, auditeur du Conseil d’État, intendant de Bayreuth, préfet de Rome, de Bordeaux, de Lyon, pair de France (1778-1833), Paris, 1927-1930, 3 vol., t. II, La Préfecture de Rome, 1930 ; ainsi qu’à quelques travaux récents : C. NARDI, Napoleone e Roma. La politica della Consulta romana, Rome, 1989, et Consulta straordinaria per gli Stati Romani (1809-1810). Inventario, Rome, 1990 ; Ph. BOUTRY, « La Roma napoleonica fra tradizione e modernità (1809-1814) », dans Storia d’Italia. Annali 16. Roma, la città del papa. Vita civile e religiosa dal giubileo di Bonifacio VIII al giubileo di papa Wojtyla, a cura di Luigi Fiorani e Adriano Prosperi, Turin, 2000, p. 935-973.

4 Promenades dans Rome, à la date du 17 novembre 1827.

5 G. LABROT, L'image de Rome, op. cit., p. 93.

6 On suivra ici les importantes conclusions chiffrées du travail d'A. DI NOLA, « Dal pellegrinaggio alla gita turistica : un'analisi quantitativa delle guide di Roma », dans Dimensioni e problemi della ricerca storica (Rome), I, 1989, p. 181-262, graphiques récapitulatifs des p. 258-261. Les guides du premier XVIIe siècle intéressent la période 1601-1650, ceux du tournant des XVIIIe et XIXe siècles, la période 1786-1815.

7 Promenades dans Rome, à la date du 17 août 1827.

8 J.W. GOETHE, Italienische Reise, traduction J. NAUJAC, Paris, 1961, à la date du 5 novembre 1786. Gestehen wir jedoch, es ist ein saures und trauriges Geschäft, das alte Rom aus dem neuen herauszuklauben, aber man muß es denn doch tun und zuletzt eine unschätzbare Befriedigung hoffen (…) Was die Barbaren stehenließen, haben die Baumeister des neuen Roms verwüstet.

9 Rome, Naples et Florence, Paris, 1826, à la date du 21 septembre 1817.

10 Promenades dans Rome, à la date du 17 août 1827.

11 Promenades dans Rome, « Avertissement ».

12 Sur le conclave qui aboutit à l’élection de Léon XII Della Genga, on renverra à Ch. TERLINDEN, « Le conclave de Léon XII (2-28 septembre 1823) d’après des documents inédits », dans Revue d’histoire ecclésiastique, XIV, 1913, p. 272-303 ; U. OXILIA, « Il conclave di Leone XII », dans Rassegna storica del Risorgimento, VIII, 1921, p. 611-616 ; R. COLAPIETRA, « Il diario Brunelli del conclave del 1823 », dans Archivio storico italiano, CXX, 1962, p. 76-146 ; A.J. REINERMAN, « Austria and the papal election of 1823 », dans Central European History, III, 1970, p. 229-255.

13 La città di Roma, destinata per singolare favore del Cielo, ad aver comuni i destini colla Religione santissima che in essa ha sede e impero, sembra che possa colla religione medesima avec comuni altresi titoli e nome. E'siccome l'immortalità della sua durata, onde è sorta mai sempre più magnifica e più bella dalle sue molteplici distruzioni e ruine, le ha conquistato il titolo di Città eterna, così la universalità delle sue influenze pare che possa farla anco chiamare per antonomasia la Città Cattolica o Universale. Essa infatti è la città in cui nessuno, de'cattolici particolarmente, è straniero, che è patria a tutti, ed in cui trovano tutti asilo, protezione e difesa sotto lo scettro pacifico del Padre comune; e non ha essa nulla di sifattamente proprio, che, in vcerto modo e sotto certi rapporti, a tutti non si appartenga, e che non sia di universale interesse che si conservi e mantengasi.

14 Sur la personnalité et le pontificat de Léon XII Della Genga, on renverra aux deux études fondamentales de Raffaele COLAPIETRA, La Chiesa tra Lamennais e Metternich. Il pontificato di Leone XII, Brescia, 1963 et La formazione diplomatica di Leone XII, Rome, 1966 ; ainsi qu’aux brèves réflexions de J. LEFLON, « Les missions diplomatiques du futur Léon XII Annibale Della Genga », dans Revue d’histoire diplomatique, LXXXI, 1967, p. 18-40.

15 Une synthèse essentielle sur la Rome du XIXe siècle : F. BARTOCCINI, Roma nell’Ottocento, Bologne, 1985.

16 On se permet de renvoyer sur ce point à Ph. BOUTRY, « Espace du pèlerinage, espace de la romanité. L’année sainte de la Restauration », dans Luoghi sacri e spazi di santità, a cura di S. Boesch Gajano e L. Scaraffia, Turin, 1990, p. 419-444.

17 M. D'AZEGLIO, I miei ricordi, Florence, 1867, 2 vol., I, p. 229. La qual cosa significava, Roma trasformata per dodici mesi in un gran stabilmento d'esercizi spirituali. Non teatri, non feste, non balli, non ricevimenti, neppure in piazza i burrattini ; ed invece prediche, missioni, processioni, funzioni.

18 Ibid…. quell'ipocrisia generale. Bisognava sentire i giovani, i militari, gli impiegati, messi al bivio di rimetterci il posto o cantar miserere (…) In somma era una triste commedia ; e non volendovi assistere, rivolsi di scegliere quell'anno per far una visita ai miei parenti a Torino.

19 Promenades dans Rome, à la date du 5 décembre 1827.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search