Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Chrétiens dans la ville

 | 
Françoise Thélamon
, 
Jacques-Olivier Boudon

Investissement, réinvestissement du territoire urbain

Un acte de foi et de fidélité post mortem : l’inhumation du cœur de la duchesse Anne, reine de France, dans sa bonne ville de Nantes en 1514

Jean-Pierre Leguay

Texte intégral

1À la mi-janvier 1514, les bourgeois de Nantes apprennent avec stupeur et consternation la disparition de leur duchesse bien aimée, décédée à Blois le 9 du mois, à six heures du matin. Chacun savait par le « brucyt » que la souveraine, âgée de trente-sept ans, usée prématurément par les maternités, était en mauvaise santé depuis plusieurs semaines, fiévreuse et affligée de la gravelle qui lui occasionnait de terribles crises. De là à imaginer le pire, l’issue fatale, personne n’aurait osé le murmurer sur les bords de la Loire.

  • 1 KOZERAWSKI (A.) et ROSEC (Gw.), Vivre et mourir à la cour des ducs de Bretagne, éditions Skol Breiz (...)

2Dans les jours qui suivent se concrétise un des plus beaux témoignages d’affection qu’une communauté urbaine ait pu offrir à une princesse, l’accueil de son cœur dans l’église des Carmes de l’ancienne capitale du duché. Des cérémonies sans pareilles, d’une durée de trois jours, accompagnent ce transfert. C’est la seconde fois dans l’histoire bretonne connue que le deuil d’une princesse prend de telles proportions, surprenantes même dans un État où les décès des duchesses et de leurs enfants sont annoncés habituellement avec discrétion et pudeur par les chroniqueurs1.

  • 2 DURVILLE (G.), Études sur le vieux Nantes d’après des documents originaux, Nantes, 2 vol., 1901-190 (...)
  • 3 Bibliothèque Nationale manuscrit français no 90 et 4317, copie de la Bibliothèque municipale de Nan (...)
  • 4 JONES (M.), « Les signes du pouvoir, l’ordre de l’Hermine, les devises et les hérauts des ducs de B (...)
  • 5 LEROUX DE LINCY (A.), Discours des cérémonies du mariage d’Anne de Foix de la maison de France avec (...)
  • 6 BALCOU (J.) et LE GALLO (Y.), Histoire littéraire et culturelle de la Bretagne, publication du Cent (...)
  • 7 JONES (M.), Les manuscrits d’Anne de Bretagne, Appendice II, M.S.H.A.B. t. LV, 1978, p. 79 à 81 et (...)
  • 8 Archives Municipales de Nantes (désormais A.M. Nantes) AA 59 no 7, petit cahier de dix feuillets, r (...)

3Le détail de cet événement qui compte dans les annales nantaises après le cortège solennel qui conduisit, le mardi de la Pentecôte 1507, de la cathédrale aux Carmes, la dépouille mortelle de Catherine de Foix, mère d’Anne2, nous est rapporté par un remarquable témoin oculaire, étroitement mêlé par ses fonctions à la vie de cour et, dans le cas présent, ordonnateur des funérailles, le roi ou héraut d’armes de la reine défunte, Pierre Cho(c)que surnommé « Bretaigne » dont l’émouvant récit a été réédité à Genève en 1970 par les Éditions Slatkine3. Cet officier de haut rang, chargé d’organiser des tournois et des fêtes, de traiter des affaires de héraldique et de blasonnement des armes, d’accompagner des ambassadeurs à l’étranger ou tout simplement de porter des messages confidentiels, est le plus illustre de toute une série de hérauts au service des différents ducs et dont les fonctions honorifiques ont fait l’objet d’une analyse précise de M. Jones4. Bretaigne exerce ses fonctions et ses talents, à la cour de France, de 1502 à 1523. C’est un homme cultivé, amateur d’art, de manuscrits enluminés et de blasons, propriétaire d’un beau manoir dans le quartier de Richebourg à Nantes. Il est l’auteur connu et apprécié de plusieurs écrits, commandés par sa protectrice qui font autorité dans la littérature armoricaine : « le discours » des cérémonies du sacre et du mariage d’une parente de la reine défunte, Anne de Foix, avec le roi de Bohême et de Hongrie, Ladislas VI en 15025, la relation des cérémonies observées et des honneurs rendus dans l’État de Venise à la même Madame Anne de Foix, une version du Chordigerae navis conflagratio de Germain de Brie sur les exploits mémorables et le tragique naufrage de la nef armoricaine, la Cordelière, commandée par Hervé de Portzmoguer (alias Primauguet), à la bataille navale de Mytilène, au cours de l’expédition de Philippe de Ravenstein contre les Turcs dans les eaux grecques6. Le récit poignant des funérailles, objet de plusieurs éditions établies à partir d’un manuscrit de la Bibliothèque Nationale7, se présente sous la forme d’un rapide compte rendu des cérémonies, utilement complété par un « minu » (résumé) des frais engagés, au nom de la communauté, par le contrôleur des dépenses Jehan Spadine8.

  • 9 Sur les funérailles royales, on lira les lignes que C. BEAUNE y consacre dans l’ouvrage collectif L (...)

4Après avoir défini le cadre spatial et historique du transfert, nous examinerons les préparatifs et le déroulement des trois jours mémorables qui constituèrent le plus beau service rendu à une princesse9.

Le cadre nantais

  • 10 LEGUAY (J.-P.), Un réseau urbain au Moyen Âge : les villes du duché de Bretagne aux XIVe et XVe siè (...)
  • 11 LE MENÉ (M.), « Temps de prospérité et temps des illusions », dans Histoire de Nantes, sous la dire (...)

5La ville de Nantes reste encore en 1516 pour les chroniqueurs et pour les actes officiels, au même titre que Rennes et Vannes, la « ville capitalle » du duché10. Ses historiens successifs ont souligné son importance et son rayonnement en utilisant de belles archives laïques et ecclésiastiques, des séries de comptes de miseurs ou trésoriers municipaux, des procès-verbaux de réceptions, des listes de frais engagés à l’occasion d’une fête ou d’une cérémonie officielle, des devis de travaux, des aveux ou déclarations de biens, des testaments11.

C’est, sans doute, la plus grande cité du duché

  • 12 A.D.L.A. H 485. Une enquête de 1531 déclare que, depuis plusieurs années, l’hôpital et aumônerie No (...)
  • 13 JEULIN (P.), Évolution du port de Nantes, organisation du trafic depuis les origines, Nantes 1929. (...)

6Sa population que M. Le Mené estime au maximum à 15 000, est besogneuse et cosmopolite et aux marchands, changeurs et hommes de loi aisés, aux gens mécaniques ou médiocres occupés sur les chantiers, dans les ateliers-boutiques ou dans les cohues ou halles, s’opposent ou s’ajoutent la cohorte nombreuse et bigarrée de pauvres hères, d’infirmes et de malades hébergés, dans les pires conditions, dans les hôpitaux12 et la présence stimulante de négociants bretons et d’étrangers, de passage ou établis à demeure, Espagnols, Portugais, Italiens, Anglais, Allemands et… Français. Nantes, la porte de l’Ouest, une plaque tournante du négoce atlantique, est plus commerçante que maritime. Ses hommes d’affaires sont pour la plupart sédentaires et laissent à des mandataires ou à des gens de passage le soin d’écouler ce qui leur appartient ou ce qui s’amoncelle dans les boutiques et sur les quais : le sel de Guérande, les vins armoricains ou aquitains, la laine et le fer d’Espagne, les épices, les tissus de luxe etc.13

  • 14 A.D.L.A.H 139 (24 juillet 1506), G 458 (1513).
  • 15 A.D.L.A.B 51 f° 123-123 v°. A. M. Nantes G 164 (22 novembre 1513), H 136 (23 juillet 1506), H 139 ( (...)

7Au nombre des gens aisés, propriétaires de belles demeures, d’ostels et de vastes terrains figure précisément noble homme Pierre Choque dit Bretaigne, récemment mentionné comme acquéreur auprès du prieur de Sainte-Croix de deux pièces de terre de 18 « bouexelées », jadis en vignes mais abandonnées depuis les dernières guerres, « frostes, gastes et ruineuses, partie en perrières et rochers » (en carrières), sises dans le quartier de « Richebourc », paroisse de Saint-Clément, au-delà de la Porte Saint-Pierre14. Notre héraut d’armes a visiblement profité de la situation, de la présence de terres vendues à bon marché, et ses gages lui ont permis de mener à bien une opération immobilière de grande envergure que vient couronner une superbe maison, appelée Belle Vue, « assise sur la ripvière de Loire » (en bordure, sur pilotis ?) « décorée de beaux vergiers, jardins, vignes et autres embellissements », digne d’être « ennoblie » et exonérée d’impôts en 1509. Le document qui gratifie le propriétaire de tels avantages évoque incidemment les loyaux services du nouveau rentier du sol, « tant au voyaige de Turquie contre les infidèles ennemys de notre Saincte Foy catholicque en notre grant neff la Cordelière que en la conduite de feu notre cousine la reine de Honguerie en son royaume et dans des autres pays estranges »15. Il n’est pas le seul Choque à habiter Saint-Clément ; un autre, prénommé Jehan, y vit également sur une propriété immobilière.

  • 16 A.D..L.A. B 1891 (1426). LEGUAY (J.-P.), Un réseau urbain au Moyen Âge, op. cit. p. 53. LE MENÉ (M. (...)
  • 17 LE MENÉ (M.), « La Population à Nantes au XVe siècle », Annales de Bretagne, 1964, p. 196-197.

8Nantes, dont l’enceinte couvre 24 ha et s’appuie sur le Château des Ducs « chef-d’œuvre d’architecture civile et militaire » et sur la Tour du Bouffay devenue palais de justice et prison, est riche d’une parure monumentale exceptionnelle, constamment restaurée. Elle renferme la plus grande concentration d’établissements religieux de toutes les villes bretonnes. On recense une cathédrale encore en travaux en ce début du XVIe siècle, avec à l’intérieur un culte paroissial Saint-Jean-en-Saint-Pierre, la vieille collégiale Notre-Dame sans doute également paroissiale, les églises de huit circonscriptions intra-muros (Sainte-Croix-en-Ville, Saint-Denis, Saint-Laurent, Saint-Léonard, Saint-Nicolas, Sainte-Radegonde, Saint-Saturnin et Saint-Vincent), trois autres extra muros (Saint-Clément, Saint-Donatien et celle de Saint-Similien tout juste restaurée), cinq prieurés (Sainte-Croix et la Madeleine relevant de Marmoutier, Saint-Cyr et Sainte-Julitte dépendant de Notre-Dame du Ronceray d’Angers, Notre-Dame-de-Toutes-Joies fille de Redon, Toussaint-sur-les-Ponts), quatre établissements de mendiants, les couvents des Franciscains (1246), des Dominicains (1247), des Carmes (1318), des Clarisses (1480), la Commanderie Sainte-Catherine (1141), la Chartreuse de Saint-Donatien (1446), au minimum une douzaine de chapelles connues et d’autres à peine signalées dans les aveux et les rentiers16. Cette expression de la foi dans la pierre signifie aussi la présence dans l’agglomération d’une forte communauté religieuse, aussi hétéroclite que le reste de la population. Une estimation qui nous paraît plausible attribue à Nantes au XVe siècle environ 500 clercs réguliers et séculiers, des chanoines aux simples chapelains soit environ 3,5 % du total de la population17.

9Fêtes et cérémonies religieuses occupent une place de choix ici et des processions déroulent fréquemment leur long ruban dans des rues partout étroites et sinueuses. Les confréries pieuses connaissent un tel succès qu’en faire partie est devenu dans les milieux bourgeois une « véritable mode ». La confrérie de la « Véronique » installée chez les Jacobins depuis 1413, Notre-Dame angevine chez les Carmes, Notre-Dame-Chandeleur à Saint-Nicolas, Notre-Dame-des-Avants à Saint-Similien, le Saint-Sacrement à Sainte-Croix… servent de modèles à une kyrielle d’autres et contribuent, avec la pastorale des prédicateurs mendiants, à propager de nouvelles dévotions et à élever quelque peu la spiritualité ambiante.

Les liens qui unissent la duchesse aux Nantais se sont bien renforcés, surtout depuis la mort de Charles VIII, le 8 avril 1498

  • 18 POCQUET du HAUT-JUSSÉ (B.A.), « Les débuts du gouvernement de Charles VIII en Bretagne », Bibliothè (...)

10Pendant les derniers mois des années d’indépendance de la Bretagne, marqués par des difficultés politiques, économiques et financières, puis par un ultime conflit avec la France, Nantes n’avait guère été fidèle à la toute jeune duchesse et avait même servi, bon gré mal gré, de refuge à des intrigants conduits par l’ambitieux maréchal de Rieux et par le vieux prétendant éconduit de la princesse, Alain sire d’Albret, avant de capituler dès le 3 avril 1491. Charles VIII y avait fait son quartier général dans le duché en partie conquis. Pendant toute la durée du règne de son premier époux, soumis à la coterie des Beaujeu, la jeune reine est privée de tout acte d’autorité dans son ancien pays et se contente de faire des enfants morts-nés et de parler littérature ou musique dans le climat d’une cour médisante18.

  • 19 Le rôle de la duchesse Anne a donné matière à plusieurs travaux que nous avons rappelés dans deux a (...)
  • 20 A.M. Nantes AA 27 et BB 2 (11 octobre 1500), de M. TANGGUY, Anne de Bretagne, Paris 1990.

11Devenue jeune veuve consolable en avril 1498, Anne retrouve avec un plaisir à peine dissimulé sa Bretagne natale et reprend même les rênes du pouvoir avec ses conseillers d’antan. Elle s’installe dans le château de Nantes avec son chancelier Philippe de Montauban et de dévoués conseillers19. Très vite l’idée d’un remariage germe dans les esprits, un projet que ne repousse pas la princesse esseulée ; les négociations aboutissent à une seconde union avec son ami de toujours, le prince d’Orléans devenu le nouveau roi Louis XII. C’est précisément à Nantes, dans la chapelle du château, que la cérémonie a lieu le 8 janvier 1499 ; c’est là que sont organisées par la municipalité de grandioses réjouissances dont le détail nous est décrit, par le minu, dans les archives communales20.

  • 21 Nous avons développé ces relations privilégiées dans un article récent « Les duchesses de Bretagne (...)

12Louis XII a laissé son épouse s’occuper des affaires du duché et, à ce titre, la reine est amenée à recevoir à plusieurs reprises les représentants de la communauté urbaine, le procureur des Bourgeois, le miseur Jehan Spadine (en 1500), le greffier Jehan De La Ville, à échanger avec ses « bien amés e féaulx les bourgeois » des lettres pleines de propos affectueux, à les informer des « joyeuses naissances » de ses filles, à leur demander avis et conseils. Des liens, de plus en plus étroits au fil des ans, se tissent donc avec une élite qui obtient la confirmation de ses privilèges d’antan et l’octroi de nouveaux. Les Nantais sont souvent à l’honneur et écoutés ; Anne leur rend visite avec une profonde satisfaction en juin 1505 lors du dernier périple qu’elle entreprend dans son ancien duché21.

  • 22 RUSSON (Ch.), « Les anciennes églises et chapelles de la ville de Nantes », B.S.A.H. Nantes et L. I (...)

13Nantes a bien profité de la paix recouvrée et des dernières années du règne de sa bonne duchesse. L’agglomération n’est qu’un vaste chantier où s’affairent maçons, charpentiers, couvreurs et « pintiers ». La reconstruction des bâtiments vieillis ou abîmés lors des derniers conflits se poursuit. On vient d’achever la façade de la cathédrale et les ouvriers s’activent encore dans la nef de la cathédrale et dans les chapelles des bas-côtés. Des travaux sont engagés dans la collégiale Notre-Dame, à l’église Saint-Vincent, dans la chapelle des Carmes, au futur Hôtel-Dieu, au Château des Ducs, au Change dans la maison de la Prévôté dont une aile sert aux réunions de la communauté. Un premier logis du nouvel hôpital, l’Hôtel-Dieu, sur la rive gauche de l’Erdre, près du confluent de la Loire, vient tout juste d’être achevé en 1512 ; un second bâtiment est en cours d’exécution et la chapelle sera terminée en 151722.

14Des liens aussi étroits, aussi chaleureux entre une souveraine et ses sujets, expliquent que la dernière duchesse de Bretagne avait exprimé le désir, dans le testament qu’elle rédige avec des juristes quelques jours avant de mourir, qu’à défaut de son corps embaumé, aromatisé (sic) et inhumé à Saint-Denis, son cœur reposât dans sa bonne ville de Nantes et plus précisément dans la crypte de l’église de l’ordre des Carmes, auprès de ses parents, François II et Marguerite de Foix. « Duquel cueur, ajoute P. Choque, elle faisoit présent à ses Bretons, comme (à) ses bons amys et loyaulx subgectz ».

Le choix de cet établissement de frères mendiants, fortuné et connu, n’est pas anodin

  • 23 MARTIN (H.), Les ordres mendiants en Bretagne, vers 1230-vers 1530, publication de l’Institut Armor (...)

15Le couvent des Carmes remonte à 1318. Il a été fondé dans des conditions particulièrement difficiles qu’a rappelées H. Martin. Les six premiers frères venus de Ploërmel à la demande de Thibaud de Rochefort, capitaine de la ville, sont en butte à l’hostilité des Frères Mineurs mécontents d’une présence à moins de 200 m, qu’ils jugent préjudiciable à leurs intérêts. Ils doivent quitter, sur injonction, leur premier établissement place Saint-Vincent en 1325 pour une seconde demeure à l’emplacement de l’hôtel de Rougé cédé par le fondateur et situé au coin des rues très fréquentées de l’Echellerie et des Trois Croissants. Très vite leur présence au cœur de la cité et le succès remporté auprès de la population suscite la jalousie des autres ordres, les brimades des clercs séculiers, le « bruyct » qui va jusqu’à insinuer que leur établissement s’est transformé en lupanar !23

16Ces querelles de bas étage durent plusieurs années avant que la sérénité ne s’instaure. À l’époque qui nous préoccupe, le couvent héberge 23 religieux et un nombre indéfini de novices. Il jouit d’une solide protection de la part des derniers ducs et d’une réputation de culture et de probité qui exaltent la ferveur et stimulent les offrandes des quêtes, les dons testamentaires et la constitution de rentes. H. Martin estime que les Carmes de Nantes devancent, par leurs revenus, toutes les autres collectivités mendiantes et ce n’est certainement pas un hasard si leur confrérie Notre-Dame angevine accueille 435 membres dans les années 1532-1533 ! Des notables nobles et bourgeois fréquentent l’établissement de leur vivant (les Rieux, les marchands et financiers Blanchet), l’honorent de leurs dons et s’y font inhumer dans l’église comme tout récemment le héraut d’armes de la reine Thebault Lucas (1510).

17Sur le plan spatial, la croissance de l’établissement a été rendue difficile par la présence d’un habitat voisin et par les murs de la vieille enceinte gallo-romaine. Il a fallu ajouter à l’emplacement initial où s’élève le chœur, d’autres lots, acquis pièce par pièce au cours du XIVe siècle, pour édifier le reste de l’église, la salle capitulaire, le cloître « richement et superbement basti », le réfectoire, le dortoir, la « busserole ». La chapelle Notre-Dame, élevée entre 1365 et 1384, était réputée, malgré la simplicité de son plan à nef unique prolongée d’un chœur plus étroit, « fort somptueuse », remplie d’images peintes et sculptées d’une qualité artistique remarquable, dotée de retables et de vitraux soutiens de dévotions recherchées, de quatre autels, de stalles et d’une chaire à prêcher, de trois petits sanctuaires annexes dédiés au Sauveur, à Sainte-Marguerite et à Saint-Roch. Les frères qui accueillent le cœur d’Anne sont donc très éloignés de l’idéal de pauvreté qui fut le leur au début de l’expérience carmélite ! Et pourtant, la communauté n’est pas contente de son sort, trouve le couvent, encastré dans les immeubles, ténébreux et obscur, dénonce l’air insalubre in centro civitatis, regrette l’absence d’eau potable, autant de récriminations qui justifient une frénésie d’achats d’immeubles et de nouveaux frais opportunément pris en charge par le bon duc Jean V et les généreuses offrandes des Nantais.

  • 24 MARTIN (H.), Les ordres mendiants, op. cit., p. 298-299.

18Un lien très fort unit ce couvent en constante mutation à la reine. C’est dans le chœur de sa chapelle, en effet, que reposent les dépouilles mortelles de ses parents, François II et Marguerite de Foix. La duchesse avait fait élever un monument funéraire en marbres d’Italie conçu par Jehan Perréal mais réalisé par le sculpteur Michel Colombel et son équipe dans les années 1502-1507. Le tombeau orné de pleurants, véritable consécration de la sculpture bretonne, sera transféré en 1817 dans le croisillon sud de la cathédrale24.

19C’est dans ce contexte de profonde religiosité, de mystique collective mais aussi d’épanouissement artistique, qu’il faut replacer les événements étonnants qui suivent.

Les préparatifs d’un cérémonial d’« obsesque »

  • 25 GRANDEAU (Y.), « La mort et les obsèques de Charles VI », in Bulletin Philologique et Historique, 1 (...)

20Rien n’est laissé à l’improvisation dans ce genre de cérémonie funéraire dont le souvenir provient habituellement de témoignages directs comme le Journal d’un Bourgeois de Paris, de testaments, de comptabilités ou de miniatures (celle du cortège funèbre de la reine Jeanne de Bourbon en 1378)25. Les funérailles de la dépouille mortelle de la reine à Saint-Denis ont donné matière à un récit circonstancié du même témoin, Pierre Choque.

21Le transfert du cœur restait donc à préparer dans ce climat de ferveur et de recueillement qui a suivi l’annonce faite dans les rues par les « trompiles », les « crieurs » publics et les sergents.

  • 26 DESFARGES (M.), Les tombeaux de cœur et d’entrailles en France au Moyen Âge, thèse de l’École du Lo (...)

22L’éviscération et l’inhumation à part des entrailles est une pratique plus courante qu’on ne l’imagine, malgré les réticences de certains papes qui voulaient qu’on enterrât le corps intact. Les exemples ne manquent pas. On raconte ainsi que Richard Cœur de Lion mort en 1199 avait émis le vœu que son cœur reposât à Rouen, en remerciement de la constante fidélité de ses sujets normands26.

23Le vœu de la duchesse Anne paraissait tout à fait normal et est exaucé sans réticences, sitôt après son décès, le 9 janvier 1514. En même temps que se déroulent des offices à l’église Saint-Sauveur, a lieu une bien macabre opération. Le cœur est extrait de la cage thoracique par d’éminents spécialistes, chirurgiens et apothicaires, et « enclos » (déposé) dans une custode reliquaire, épousant sa forme, en or à l’extérieur, en émail blanc à l’intérieur, de 15cm de haut sur 12cm de large. La boîte est ornée d’une couronne et entourée d’une cordelière en or. Détail physiologique, le cœur a paru exceptionnellement gros aux témoins, rempli sans doute d’amour pour ses Bretons !

24Une inscription, en deux parties, que certains attribuent à Jehan Marot, poète et valet de chambre de la défunte, se lit sur le précieux réceptacle déposé de nos jours, au Musée Dobrée de Nantes.

25D’un côté :

« EN : CE PETIT : VAISSEAV
DE : FIN : OR : PVR : ET : MVNDE,
REPOSE : VNG PLUS GRAND CVEVR :
QUE : ONCQVES : DAME : EVT : AV : MUNDE.
ANNE : FVT : LE : NOM : DELLE :
EN : FRANCE : DEVX : FOIS : ROINE :
DVCHESSE : DES : BRETONS :
ROYALE : ET : SOVVERAINE :
M. V c. XIII.

26De l’autre :

CE : CVEVR : FVT : SI : TRES : HAVLT :
QVE : DE : LA : TERRE : AVX : CIEVX :
SA : VERTV : LIBERALLE :
ACCROISSOIT : MIEVLX : EN : MIEVLX :
MAIS : DIEV : EN : A : REPRINS :
SA : PORTION : MEILLEVRE : ET : CESTE : PART : TERRESTRE :
EN : GRAND : DVEIL : NOUS : DEMEURE :
IX. JANVIER. »

Le précieux reliquaire

Le précieux reliquaire

Cœur d’or
Renfermant le cœur de la reine Anne.

27Sur le cercle de la couronne, deux vers se répondent sur chaque face :

« CVEVR : DE : VERTVS : ORNE :
DIGNEMENT COVRONNÉ »

  • 27 Pierre CHOQUE, Récit des funérailles, op. cit. (édition de 1970), p. 27 à 89.

28Le corps quitte Blois le 4 février seulement, arrive le dimanche 14 à Notre-Dame-des-Champs à Paris puis rejoint son lieu de repos définitif, la basilique de Saint-Denis le 16 février27.

Le cœur convoyé par plusieurs fidèles bretons rejoint lentement le duché

  • 28 DELANOUE (abbé), Saint-Donatien et Saint-Rogatien de Nantes, Nantes, 1904, p. 134.

29Le 13 mars, le convoi arrive, par la route de Paris, dans le faubourg lointain de Saint-Donatien et fait halte chez les Chartreux. Les fils de saint Bruno ont été installés, avec l’autorisation du pape Eugène IV, donnée le 29 mars 1446, dans les locaux de l’ancienne Chapelle-au-Duc, fondée en 1325 par Jean III puis transformée en collégiale de six chanoines par Charles de Blois en 1350, sous le patronage des enfants martyrs saint Donatien et saint Rogatien28.

  • 29 A.D.L.A. E 84, H 250 et 354.

30Le Connétable de France, Comte de Richemont, le futur duc Arthur III de Bretagne et son épouse Catherine de Luxembourg pressèrent leur neveu François 1er de fonder l’établissement et de lui assigner une rente de 350 livres sur la prévôté de Nantes. Les autres ducs et Charles VIII firent, chacun en leur temps, assaut de générosité à l’égard d’une petite communauté de treize membres et lui ont assuré les moyens d’aménager des cellules individuelles, des bâtiments collectifs, disposés au sein d’un enclos de deux hectares quatre-vingts ares, et ont doté les chapelles Sainte-Catherine, Saint-Blaise, Sainte-Marguerite et Saint-Michel, consacrées en 1458-145929. De son vivant, Anne avait imité ses glorieux devanciers en accordant notamment aux Chartreux « l’usage de peschage à poisson et aussi de bois et roz » (roseaux) dans une pièce d’eau donnant sur l’Erdre entre les moulins Barbin et les moulins des halles.

  • 30 A.M. Nantes DD 43 (16 décembre 1498, confirmation du 29 juin 1510). A.D.L.A. G 21, aveu de la fortu (...)

31La Chartreuse de Saint-Donatien est encore prospère en 1514 ; elle est propriétaire de maisons, d’une dizaine de quartiers de vignes, de « perrières » (carrières) et de terres de labour éparpillés dans toute l’agglomération30.

  • 31 Pierre CHOQUE, Récit des funérailles, op. cit. (édition de 1970), p. 93-94.

32La précieuse relique est déposée, au milieu du chœur, sur le tombeau du duc Arthur III, l’oncle de la défunte, et reste sur ce reposoir improvisé recouvert de velours et de drap d’or moult riche, jusqu’au dimanche 19. Le décor tranche avec l’austérité habituelle des lieux : Tous les aultiers (autels), sainctures, goultières furent garnyes et parées de drap, puys de velours et aultres soyes. Par dessus le tout, bien armoyé et garny à double rancz de lumynaire, chascun escu des armes de la dicte dame avoit deux couronnes pour tant qu’elle azvoit espousé deux roys tres crestiens, aussi qu’ellle estoit dame de pays royal et ducal, portant couronne comme princesse, souveraine dame de pays et de principaulté, noble, antique et des premières terres crestiennes31.

33Le cœur reste exposé, veillé jour et nuit par les hérauts aux livrées armoriées, jusqu’au dimanche 19, le temps d’achever la mise en place du décor de la manifestation collective. La foule défile déjà tandis que de grans messes à diacres et soubz diacres et des prières se succèdent sans interruption.

34Entre temps, le Conseil des Bourgeois de Nantes a tenu plusieurs séances extraordinaires pour décider des mesures à prendre en la circonstance, pour organiser la « vesture » des rues et le service pour la Dame (sic). Le cahier des dépenses publiques est d’une extrême précision sur les préparatifs et l’environnement mortuaire.

35Les particuliers sont invités à tendre le long des façades de leur habitation, sur le parcours qu’empruntera le cortège, des draps blancs. Le linge blanc est un symbole d’humilité, signifiant, précise le texte, que en humilité voulloient recepvoir le cueur de leur souveroine dame. Des cierges brûlent aux fenêtres, chascun cierge armoyé aux armes de la noble dame, ayans deux couronnes avec une cordelière d’or qu’estoit sa devise. La ville fournit pour sa part deux larges bandes (ou lisières) de bougrain noir, un crêpe attaché aux encorbellements et aux piliers des maisons intra muros, de chaque côté des voies depuis le boulevard de la porte Saint-Pierre jusqu’au Pilori et aux Changes. La ville, depuis icelle porte jusques aux Carmes, fut tandue pareillement de humilité (de blanc), sauf que par le milieu d’icelles tantes (tentures) y eut une saincture de deul de chascun costé, laquelle fut de bougran moult fin, icelle armoyée à escussions, aux armes et devises susdictes. Le bandeau, d’une valeur de 45 livres, est orné de 300 écussons aux armes de la ville qui sont de gueules à un chef d’ermynes, à une nef d’or flotante sur mer, mastée, cordée et humée de mesme, à une voile d’argent enrichies d’ermines, ou aux armes de la défunte comme dans l’église des Carmes. Des torches, des cierges armoriés, soutenus par 353 chandeliers de fer ou placés dans 360 petites écuelles de bois peintes en noir par Jehan Benoist diffusent une lumière parcimonieuse sur le rebord des fenêtres.

36À l’entrée du couvent des Carmes, un grand drap noir, orné « en portraicture » d’un vaste écu aux armes de la princesse, se divise en deux parties : les fleurs de lys d’un côté soutenues par un ange qui déclare « Rogo pro te Anna », les hermines de Bretagne de l’autre tenues par un lion qui dit Libera eam de ora leonis. Le fauve est surmonté de deux couronnes et d’une cordelière d’or. Au-dessous, une hermine, grandeur nature, avec fanon au col, court sur une touffe de verdure et porte la devise du Pays de Bretagne : A ma vie.

37À l’intérieur de la nef et du chœur, les murs latéraux de la chapelle sont drapés de tentures sombres. Draps et velours noirs recouvrent aussi les autels, les pupitres, la chaire de l’officiant. La chapelle ardente dite royalle est un baldaquin en bois, un dais de forme carrée, à quatre pignons de tissus précieux parsemés de croix doubles croisettes, dominé par un clocher, supportant un écu couronné, symboliquement porté par le même ange et le même lion qu’à l’entrée, et par quatre clochetons d’angle ornés de bannières aux armes de la défunte. Le décor est somptueux, à l’image du reste. Il n’est question dans le récit de P. Choque que de croix placées au sommet des pavillons, d’une vaste couronne dorée, de grans escussons de fin or, doublement couronnez, d’une représentation symbolique d’un sceptre et d’une main de justice. Et de chascun costé des dicts escus y avoit des bras yssans d’une nue (d’une nuée ?), vestuz d’or, tenant chascun, l’un le ceptre, l’autre la main de justice. Des rondeaux et épitaphes évoquent sur les piliers de la chapelle ardente le glorieux souvenir de la défunte.

38En voici quelques extraits seulement.

Ci gist le cueur de Anne, haulte princesse,
Royne de France et de Bretaigne duchesse,
De haultesse et vertu ennobly,
Dont le corps est mys et ensevely
Dedans France, pour estre leur banyère,
Leur enseigne, leur clarté et lumyère
.

Mais pourquoi esse que son cueur a ycy mys,
Si non qu’elle prye aux Bretons, ses amys
Et ses subjects, que aguissent leur courage
De batailler, voyre à l’avantage,
Contre ceulx mauvays, fiers et inyques
Qui de France sont ennemys antiques
.

  • 32 Pierre CHOQUE, Récit des funérailles, op. cit. (édition de 1970), p. 102-103.

Deul à jamais pour la royne des dames,
L’honneur des bons, le confort des gens d’armes,
Des vertueulx le trésor et la myne
De tous avoir ; et puys que mort la myne
Plaindre on doit, de corps, de cueurs et d’ames.
Pareillement, notables gentilz femmes,
Dedans vos cueurs, pour gloire, laz et fames,
Portez ce mot que en pleurant vous assigne,
Deul à jamais
etc.32

Le minu des charges de la ville pour la Dame nous ramène à des détails pratiques

39Le petit cahier apprend à ses lecteurs que la ville a fait fabriquer un total de 600 écussons aux armes de la duchesse (avec ceux des rues), unique occasion de sortir de l’anonymat quelques peintres qualifiés : un certain Corneilles de Gand qui signe une quittance pour 100 écussons aux armes de la reine (à 2 sous 6 deniers pièce), Pierre de La Chasse pour 300 écussons aux armes de la ville (à 18 deniers l’unité), Jacques Trousse pour une autre centaine, Jehan Vallée (100 également) et Jehan Collart (100). D’autres artisans et commerçants ont grappillé de menues affaires : Jehan Martin fournisseur de 353 chandeliers en fer (à 4 deniers pièce), Jehan Desanges de 360 écuelles en bois (à 1 denier l’unité), Jehan Benoist de 8 500 épingles (à 2 sous 6 deniers le millier).

40Le conseil municipal n’a pas hésité à dépenser 322 livres 10 sous pour faire l’acquisition auprès d’un marchand nommé Jacques Fourrier de 302 aunes 3/4 d’un tissu appelé « noir de Poytou » et de velours. Ces draps luxueux ont subi une préparation nommée tonture (teinture), puis ont permis de tailler 100 robes, 100 chapperons ou larges chapeaux, 100 paires de chausses pour les cent pauvres présents dans le cortège. La façon de ces costumes a été payée 15 livres 19 sous 2 deniers livres aux couturiers, soit 2 sous la robe et le chapeau, 5 deniers la paire de chausses, un salaire de misère !

41L’ensemble de ces premières « mises » en matériel divers représente 48 % d’un total estimé à 704 livres 6 sous 4 deniers ! La communauté a financé aussi une partie du luminaire, dépensé 128 livres 12 sous 2 deniers en achat de cire, 9 livres 7 deniers dans l’acquisition de chandeliers et d’aiguilles et a attribué 10 livres aux porteurs, soit 21 % des « mises ».

Entre temps, au fil des heures, la foule grandit et la tension croît, en même temps que la grant presse

42Aucun chiffre n’est donné dans cette relation d’obsèques. On peut supposer que des paysans et des étrangers, angevins et poitevins, ont rejoint les Nantais. Des nobles des provinces limitrophes sont en tous cas présents aux Carmes.

43Le témoignage de P. Choque et le compte rendu des dépenses publiques, font commencer le cérémonial mortuaire, le dimanche 19 mars, à une heure que nous ignorons. Depuis le petit matin, des attroupements sont sur le point de se former aux carrefours, sur les places publiques, aux fenêtres des habitations, bientôt devenus une foule innombrable.

  • 33 BRANTÔME (Pierre de BOURDEILLE, abbé de), Vies des dames illustres, françoises et étrangères, éditi (...)

44Bien avant le passage du convoi, l’intensité dramatique ne cesse de croître. Gémissements et lamentations du dueil, gros sanglotz de soupirs et de larmes s’élèvent déjà. Chascun joignait les mains, disans prières et oraisons et (je) croy que de mémoire d’homme l’on ne vit pour ung jour plus grand pitié Car non seulement les princes et princesses, mais les gens de tous les estatz qui là estoient, sembloit que autre mestier n’eussent aprins que de plourer, totre (tordre) les mains et cryez, dit P. Choque dans un des passages de sa narration. Brantôme, un autre contemporain, d’ajouter : aussi tout le peuple de France ne se put saouler de la pleurer33. Les hommes et les femmes du Moyen Âge sont, ne l’oublions pas, des extravertis qui manifestent, sans vergogne, leur douleur comme leur joie. Le pire des truands pleure comme une pucelle et bien rares sont les émules de Confucius capables de contenir une émotion ! Entre deux sanglots, on se remémore le temps passé, les jours heureux, les glorieux moments du règne écoulé. Chacun y va de son histoire sur la petite reine boiteuse, oublie les guerres d’antan, les misères quotidiennes.

Le grand deul du dimanche 19 mars 1514

45Ce saint jour, Le grant deu(i)l se mène, s’organise dans les lamentacions et piteulx cris. Nous suivrons pas à pas le déroulement de l’ultime parade, du cérémonial paraliturgique sur l’itinéraire emprunté et décrit ensuite par le héraut d’armes et le convoi.

46Le convoi funèbre, précédé d’un crieur qui agite deux clochettes, a quitté le parvis de l’église des Chartreux, par une venelle, rejoint le « bourg de Saint-Donatien » d’allure encore rurale puis prend la direction de Saint-Clément.

  • 34 A.D.L.A. G 20, G 253-259, 458-459, H 136-139, 254-255, 269. Plusieurs aveux du XVe siècle autorisen (...)

47La procession suit alors le grand chemin qui conduit de l’église (paroissiale) à la ville, longe des jardins, des ouches et des pièces de terre, des quartiers de vignes, des hérals ou terrains clos. Il passe devant des tènements (des exploitations), des mazières et de petites maisons individuelles, de plus en plus denses à mesure qu’on se rapproche de la Grant rue de Saint-Clément ou de Saint-Pierre aux Chartreux et du forbourg de Richebourc, un quartier populeux de forgerons, de cloutiers, de maréchaux ferrants, de bouchers, qui n’exclut pas de belles propriétés34. Les façades sont tendues de linge blanc (draps blancs), symbole d’humilité.

  • 35 A.D.L.A. H 136 (24 juillet 1506). LE P. (D.) et NASSIET (M.), L’union…, op. cit., p. 144-147.

48Ces linges et paremens cachent la misère. Ce secteur habité, riche aussi en vignobles et en carrières de pierres, a été fortement endommagé par les travaux d’aménagement du boulevard militaire et la venue des troupes royales pendant les dernières guerres d’indépendance. Des ruines et des friches sont encore visibles, ce que rappellent plusieurs aveux35.

49La traversée de la Porte monumentale de Saint-Pierre, reconstruite de 1478 à 1482, la voie royale des grandes entrées, et du boulevard ou avancée défensive en voie d’achèvement sur l’actuelle place Louis XVI, permet de pénétrer en ville close et d’atteindre la place de la cathédrale où l’on aperçoit encore les chaffaux et les engins du chantier chômé chaque dimanche. Le quartier, quelque peu excentré, de la cathédrale abrite de beaux immeubles particuliers dont le plus connu est sans nul doute l’hôtel de l’archidiacre de La Mée dit encore le manoir de la Psallette. Cette magnifique demeure ornée de sculptures gothiques et rehaussée d’une tour engagée, hexagonale à la base, carrée ensuite, sera transformée bien plus tard, en école de chant.

50Le cortège fait station un moment devant la prestigieuse cathédrale avant de s’engager dans la rue et pavé qui conduit de l’église de Saint-Père aux Changes.

  • 36 DELATTRE (L.), « Recherches historiques sur les anciens puits de la ville de Nantes », B.S.H.N. & L (...)
  • 37 LA BORDERIE (A. de), « Inventaire analytique des titres des prieurés bretons de Marmoutier situés d (...)
  • 38 A.D.L.A. G 145, 217, G 325, 462-466, H 136.
  • 39 LEGUAY (J.-P.), Un réseau urbain, op. cit., p. 213 à 217.

51Ce grand axe orienté nord-est-sud-ouest, partagé entre les paroisses Sainte-Croix, Saint-Denis, Saint-Laurent et Saint-Vincent, se subdivise en deux, de part et d’autre de la placette du pilory où un magnifique puits sculpté est sur le point d’être reconstruit (1515). On distingue, dans les archives, la Grande Rue de la rue de la Grande Chaussée de Nantes ou Haute Grande Rue (actuelles rue de Verdun et rue de la Marne)36. Nous sommes ici au cœur de la cité des ducs, sur cet axe vital de la vieille cité, jalonné par les pôles de la vie urbaine que constituent la cathédrale, l’église prioriale Sainte-Croix siège de la confrérie du Saint-Sacrement, le Change avec ses boutiques de changeurs, et un peu plus loin le pont sur l’Erdre37. L’itinéraire emprunte un secteur apprécié des notables, où des ostels, de riches habitations avec leurs dépendances continuent de se construire au XVe siècle pour répondre aux exigences d’une clientèle aisée de chanoines et de chapelains, d’officiers, de notaires, de marchands et de maîtres de métiers de luxe. Sans pouvoir les situer avec précision, on relève pêle-mêle, dans des aveux de biens riverains, les « mesons » et dépendances (jardins, appentis, hérals) de Thébaud Costard un marchand aisé (1490), de la famille d’apothicaires les Rogays (1490), de Jehan de La Fontaine un autre « physicien » (1495), de Guillaume de La Meulle drapier, entendons marchand de draps (fin XVe siècle), de Jehan Guillope dit d’Anjou pelletier (1507), d’Olivier Grasdeau chaussetier (1507), du notaire de Cour d’Église Jehan Lendron (1498), de Maître Jehan Quimerc procureur à l’Officialité (1495), etc.38 De nos jours encore, la maison des Enfants Nantais, place du Change, perpétue, malgré les outrages du temps et les transformations des hommes, le souvenir des fastes privés d’antan avec des assemblages de poteaux courts, de sommiers, d’entrecroises, de sablières, de sculptures39.

  • 40 A.M. Nantes H 238.
  • 41 A.D.L.A. H 223, 233, et 246, G 461 (aveux). A.D.L.A. B 1893, rentier de 1537.

52Du carrefour qui fait la jonction avec la rue des Changes et de la Lecterie (Laiterie), juste à côté de l’église Sainte-Croix, on rejoint le terminus de la procession par la rue et pavé des Carmes, située dans la paroisse de Saint-Saturnin. Cette ruelle permet d’atteindre la grande porte de l’église40. Son prolongement de derrière les Carmes, dans la paroisse Sainte-Croix (actuelle rue du Moulin), donne sur les vieux murs anciens (sic) de l’enceinte romaine, joignant au couvent, dortoir et tours du grand logis ceint de murs. Cette voie étroite, qu’il ne faut pas confondre avec la venelle du même nom, abrite, elle aussi, du beau monde. On signale dans le rentier de 1537 les hôtels particuliers de la famille notariale Coursault, de Messire Guillaume Laurent docteur es droitcz et procureur de Nantes et de son collègue Olivier Gaulterot notaire de cour, de Maître François Ernauld lieutenant du capitaine, de l’autre notaire « en cour laye » Etienne Billart. Quelques années auparavant, des aveux ont signalé la présence de Maître Pierre Blanchet seigneur de la Durandière (1510), de Madame de Lespronnière (1466), du notaire Richard Maillard (1484), de Pierre de Vay seigneur de La Flouriaye (en 1485) etc. Ils ont permis de retrouver le siège de la chapellenie de Notre-Dame de Clisson et une habitation à l’enseigne des oiseaux d’or avec héral (place), cour et retraitz (cabinets). Un cordonnier et un soudeur détonnent dans ce quartier huppé même s’il s’agit, dans le premier cas, de Toussaint le Nyens dit Paget, éminent responsable de la confrérie Saint-Crépin et Saint-Crépinien41.

Le cortège associe dans un cérémonial ritualisé les notables de la ville aux personnalités laïques et ecclésiastiques du duché

53La place de chacun ou de chaque groupe a été définie avec soin dans cette sorte de relation d’obsèques, à une époque où les questions de préséance et les codifications d’usage donnent souvent matière à de rudes discussions.

54Un crieur, dans son costume de velours noir recouvert de quatre écussons aux armes de la défunte, ouvre la marche et ses mains agitent deux cloches.

55Il précède un défilé de quatre cents bourgeois, en rang par deux, tout de noir vêtus et tenant à la main un cierge aux armes de la défunte.

Plan de Nantes (extrait de J.-P. Leguay, Un réseau urbain, op. cit., p. 262).
En médaillon : Maison des enfants nantais (place du Change).

  • 42 A.D.L.A. H 299 (concession d’un hôpital en avril 1499).
  • 43 L’abbaye cistercienne de Buzay, commune de Rouans, canton du Pellerin en Loire-Atlantique, fut fond (...)

56Viennent ensuite les clercs séculiers et réguliers, chacun bien à sa place. Les spectateurs reconnaissent au passage les imposants chanoines de la cathédrale et de la collégiale Notre-Dame, la légion de prêtres et de chapelains venus de toutes les paroisses de l’agglomération, les frères des couvents et les moines des prieurés portant leurs plus précieuses reliques puis les hauts dignitaires ecclésiastiques, ces crossés et mitrés, le corps misticque de la ville dont parle un acte de la duchesse de 149942. P. Choque commet un lapsus révélateur d’un état d’esprit, d’une très ancienne revendication jamais oubliée dans l’esprit des Bretons, quand il évoque la présence de Monseigneur l’archevêque de Dol, suivi des abbés de Paimpont de « Buzai » et de « Melleray »43. Les représentants des grandes confréries pieuses et charitables leur succèdent, reconnaissables à leurs torches bien individualisées par leurs blasons.

57Deux autres hérauts, en cothes d’armes, dont notre témoin Bretaigne, introduisent le cortège des gens de l’entourage immédiat de l’ancienne duchesse, les indéfectibles et vieux serviteurs. On reconnaît d’un côté des maîtres d’hôtel, de l’autre des maîtres des requêtes, puis Monseigneur Philippe de Montauban seigneur de Sens, baron de Bazoches et de Grenonville, le chancelier du duché, le fidèle parmi les fidèles. Le vieil homme a l’insigne honneur de porter sur un coussin frangé d’or qu’on nomme carreau de deul le précieux reliquaire. Le vice-chancelier de Bretagne, Jehan Briçonnet, abbé de Blanche-Couronne, Pierre de Kergus abbé de Quimperlé, les sénéchaux de Rennes et de Vannes tiennent les quenouilles et bastons du poisle de drap d’or moult riche, ayant frange de soye, my-party d’or et de soye rouge. Les membres de l’Hôtel ducal en grand deuil encadrent aussi le cœur : des chambellans, des échansons, des panetiers. La foule reconnaît, au passage, les grands noms de l’Armorial breton : François de L’Espervier seigneur de la Bouvardière grand veneur de Bretagne, l’actuel capitaine de Nantes, les panetiers Antoine de Villeblanche seigneur de Broon et de Plusquellec, Jehan de Rohan seigneur de Landal et de Coiron, Hervé de la Chapelle seigneur de Beuvres et de Limœlan, le fidèle Montauban, l’écuyer tranchant Charles de la Bouvardière, Claude de Villeblanche seigneur de Martigné-Ferchaux, frère du précédent le maître d’hôtel Jehan Meschinot seigneur du Mortier qui fut tout récemment le poète favori de la reine, le premier écuyer tranchant Odet de Loyon, Jacques de Coëtnempren seigneur de Kergoulouain, Jehan de Saint-Amadour vicomte de Guenguen etc.

58Des officiers de justice et de finances du duché à robe longue, des gentilshommes comme Guillaume de Loyon, connétable de Nantes et ancien écuyer d’Anne ou Monseigneur de Montdragon capitaine de Rennes, reconnaissable à son curieux blason orné de deux dragons, une cohorte de secrétaires, d’archers et de soldats de la garnison en livrée ferment la marche.

59Selon un rite social courant au Moyen Âge, cent pauvres quasi officiels, vêtus de noir de Poytou, des chausses au chaperon, escortent la procession, portant chacun une torche aux armes de la ville de gueulles à ung chef d’hermynes, a une nef d’or flottant sur la mer.

60Le convoi déroule son long ruban dans une ville meurtrie d’où s’élèvent moult grans plaintes. Le bourdon de la cathédrale Saint-Pierre mêle sa note grave au clas (glas) qui retentit dans toutes les églises de la ville. A chaque station, le crieur invite la population à se recueillir : Dictes vos patenostres à Dieu, c’est pour l’ame de la très crestienne royne et duchesse, nostre souveraine dame et maistresse, de laquelle on porte le cueur aux Carmes. Priez Dieu pour son asme. Parents et enfants à genoux, tout vêtus de noir, ne cachent pas l’émotion qui les étreint, « pleurans moult tendrement »… « car grant pitié avoient de veoir le cueur de leur maistresse, dame naturelle et princesse souveroine, séparé du corps ».

L’entrée dans l’église des Carmes, où se dresse la chapelle ardente, achève le parcours, au milieu de la grant presse

61Chacun prend place à un endroit déterminé. Le chancelier a son banc à un bout de la chapelle, les hérauts d’armes à l’opposé, les anciens conseillers, les magistrats, les universitaires, les hommes d’église du côté droit, les grands domestiques, les officiers, les nobles du duché, d’Anjou et du Poitou du côté gauche, les notables bourgeois aux basses chaires de chascun costé. La foule est dense et, plusieurs larmes y furent (encore) espanchiés.

62La messe est célébrée dans la chapelle du couvent par l’archevêque de Dol, Monseigneur Mathurin de Plédran (1504-1521), servi par les abbés cisterciens de Notre-Dame de Buzay et de Notre-Dame de La Meilleraye, frère Jean et frère Mellet, et par le Père augustin de Notre-Dame de Paimpont, René Hamon. Des prélats, en chappe, en pontificat, richement acoustré les entourent. Deux Coristes sortent de l’anonymat à la faveur d’un article de compte, Pierre Drou attaché à la cathédrale et Mathurin Maquillaint. Le sacriste se nomme Jehan Rochier et est rémunéré pour avoir sonné le clas.

63L’oraison funèbre est prononcée par un Carme, docteur en théologie, qui retrace les grandes étapes de la vie de la défunte, rappelle l’ancienneté de sa janéologie qui remonte à Brutus, souligne ses vertus, sa piété, sa bonté, sa quasi sainteté.

  • 44 Le mot voûte pourrait laisser croire à l’existence d’une crypte. H. MARTIN, dans Les Mendiants, nie (...)

64Le Chancelier, précédé du héraut Bretaigne, porteur de luminaire, descend ensuite le vaisseau d’or contenant le cœur de la magnanyme dame, soubz la voulte (dans la crypte ?) où reposent les parents de la reine, et l’enferme dans une châsse de plomb, fermée à clef44.

65Puis, dans un profond silence, le roi d’armes Bretaigne déclare à haulte voix et piteulx cry ce qui suit.

  • 45 Pierre CHOQUE, Récit des funérailles, op. cit. (édition de 1970), p. 109.

La très crestienne royne et duchesse,
Nostre souveraine dame et maistresse,
Son corps gist à Sainct Denys en France
Et son cueur repose soubz ceste lame.
Noblesse, Eglise, Universel Monde
Priez Dieu quil ayt mercy de son ame
45.

  • 46 A.M. Nantes AA 59 no 7.

66Restons pratique même dans ces instants d’émotion. La municipalité prit à sa charge les frais de culte estimés à 76 livres 18 sous 6 deniers, une belle somme répartie en frais de vin de messe, de sonneries de cloches, en salaires des desservants et des choristes, soit 11 % des dépenses globales de l’enterrement46.

Le blason de la duchesse ornant les rues et les édifices

Le blason de la duchesse ornant les rues et les édifices

Écusson de la reine Anne entouré de la Cordelière.

D’autres sirymonyes en guise d’adieu

67Tout n’était pas terminé et deux autres processions suivies de messes servent d’ultime adieu les 20 et 21 mars 1514.

68Le lendemain, lundi 20 mars, une noble compaignye se retrouve à la cathédrale Saint-Pierre où une grand-messe est célébrée en présence des clercs et des Messeigneurs de la ville.

Le blason de Nantes ornant les rues

Le blason de Nantes ornant les rues
  • 47 Pierre CHOQUE, Récit des funérailles, op. cit. (édition de 1970), p. 109-110.

69Un cortège se forme à la sortie, les notables de la ville marchant cette fois en dernier, et tous ensemble rejoignent en procession les Carmes où un second service est assuré par l’évêque de Dol en pontificat de prélat. Bien qu’aucun détail ne soit donné dans la suite du récit, on imagine parmi les notabilités municipales présentes dans l’église : le Procureur des Bourgeois, ancêtre du maire, le miseur ou trésorier Jacques Guischard, le contrôleur Jehyan Spadine, les responsables de l’artillerie et des ponts, le greffier, les membres du Conseil restreint. Un bref moment de repos est l’occasion d’échanger quelques propos et chascun se trouva (ensuite) aux vigilles et vespres de mors47.

  • 48 A.M. Nantes AA 59 no 7 - MINOIS (G.), Anne de Bretagne, op. cit., p. 516-518.

70Le Chancelier, les officiels, les chanoines profitent de l’occasion pour se faire nourrir par la collectivité. Une note de frais s’élevant à 26 livres 11 sous 11 deniers indique que ce beau monde consomma force brochets (bacquets), carpes, lamproies aloses, saumons, de la « morhou froys » (morue fraîche), et des « quartes » de vin d’Anjou et de la région nantaise ! Sans vouloir être mesquin en pareille circonstance, précisons que ce reconstituant représenta 4,5 % des dépenses totales48.

71Le surlendemain, 21 mars, c’est au tour des Prévostz et frères de la Verronique de prendre en charge le déroulement de la troisième cérémonie, de se retrouver à Saint-Pierre puis dans la chapelle des Carmes où officie toujours l’évêque de Dol.

  • 49 MARTIN (H.), Les ordres mendiants, op. cit. p. 340.

72Les membres de la confrairie de Sainte-Véronique dont le siège se trouve chez les Cordeliers depuis sa fondation en 1413, sont des personnes notables, exclusivement des hommes qui ont accepté, à titre tout à fait exceptionnel, une femme, Anne princesse souveraine comme membre d’honneur49. L’association qui pouvait s’enorgueillir de ses revenus et de ses dons fit célébrer par la suite une messe journalière dans sa chapelle privée.

73Le cérémonial du troisième jour est le même ; seul un détail du décor change. Les armoiries de la frairie, d’une Véronne et face de Ihesucrist sont cette fois associées à celles de la duchesse.

74D’autres confréries sont invitées et rien n’interdit d’imaginer la présence, à côté des frères de la Véronique, des confrères de Notre-Dame qui seront prochainement 435 dont 229 hommes et 206 femmes.

Généreux, une fois n’est pas coutume, nos bourgeois offrirent encore deux cents messes à basse voix

75Elles sont célébrées à Notre-Dame des Carmes, aux Cordeliers, aux Jacobins et à Sainte-Claire pour le repos de l’âme de leur ancienne duchesse. De menues sommes sont distribuées à cet effet dont 20 livres aux jacobins, aux cordeliers et aux clarisses, aux segmentations (sacristains) des églises de l’agglomération.

  • 50 A.M. Rennes, registre 465 f° 10, 11 v°, 12.

76D’autres services sont prévus ensuite dans toutes les églises, dans tous les monastères et prieurés de l’agglomération nantaise et dans les principales villes du duché (Rennes, Vannes, Morlaix)50.

77Le cœur de la duchesse était bien placé dans cette mathématique du salut dont parle H. Martin puisque dans l’église des Carmes de Nantes la seule confrérie de Notre-Dame faisait dire 80 messes annuelles, sans compter celles qui furent financées par les particuliers et les associations pieuses et professionnelles !

78Plus qu’un simple récit de solennité, de parade, de triomphe, pour reprendre des expressions qui servent au Moyen Âge à désigner les enterrements princiers, le témoignage de cette ultime exhibition d’honneur offre un éclairage de choix sur les usages mortuaires à l’aube du XVIe siècle, la composition des cortèges de deuillants, sur une curieuse paraliturgie, expression de la sensibilité populaire. On découvre la vesture des rues, les livrées des participants, les décors, le luminaire à profusion, les dépenses en repas, en salaires, les frais supportés par une communauté éprouvée, dépassant les 700 livres.

79Cette exposition du cœur et ces relations d’obsèques sont aussi l’occasion de rappeler que ces larmes, ces regrets contribuent aussi à forger, un instant, l’unité du peuple breton qui communie dans la peine.

Notes

1 KOZERAWSKI (A.) et ROSEC (Gw.), Vivre et mourir à la cour des ducs de Bretagne, éditions Skol Breizh, Cahier no 27, avril 1993. BOUCHART (A.), Les Grandes Chroniques de Bretagne (1514), édition publiée par la Société des Bibliophiles Bretons en 1886, volume 2. Addition, feuillets 274 à 277 et Édition du C.N.R.S. Paris 1986.

2 DURVILLE (G.), Études sur le vieux Nantes d’après des documents originaux, Nantes, 2 vol., 1901-1905, t. II, p. 322-323, 326-337. GUÉPIN (H.), Histoire de Nantes, Nantes 1839 et rééd. 1972. TRAVERS (N.), Histoire civile, politique et religieuse de la ville et du comté de Nantes, Nantes, 3 volumes, 1836-1841.

3 Bibliothèque Nationale manuscrit français no 90 et 4317, copie de la Bibliothèque municipale de Nantes no 653, intitulés : Discours et pompes funèbres faictes aux obsèques de très chrestienne et illustre pincesse Anne, par la grâce de Dieu deux fois royne de France, duchesse de Bretaigne, comtese de Montfort de Richemont, d’Estampes et de Vertus, avec un récit de l’ordre des cérémonies tenu à l’enterrement qui fut faict du cueur de ladicte dame à Nantes en Bretaigne, en l’église des Carmes, le dimanche dix neufvième jour de mars, l’an 1513. Le récit a été publié par M. MERLET et Mas de GOMBERT, Récit des funérailles d’Anne de Bretagne précédé d’une complainte sur la mort de cette princesse et de sa généalogie, le tout composé par Bretaigne son héraut d’armes, Paris 1858, réédition Stlatkine Reprints, Genève 1970 puis par S. de LA NICOLLIÈRE-TEIJEIRO sous le titre de : Le cœur de la reine Anne de Bretagne. Historique des funérailles et du reliquaire, Nantes 1881.

4 JONES (M.), « Les signes du pouvoir, l’ordre de l’Hermine, les devises et les hérauts des ducs de Bretagne au XVe siècle », dans les Mémoires de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne (désormais M.S.H.A.B.), t. LXVIII, 1991, p. 143 à 173.

5 LEROUX DE LINCY (A.), Discours des cérémonies du mariage d’Anne de Foix de la maison de France avec Ladislas VI, roi de Bohême et de Hongrie, Bibliothèque de l’École des Chartes, vol. XXI, 1861, p. 156 à 185 et 422 à 439.

6 BALCOU (J.) et LE GALLO (Y.), Histoire littéraire et culturelle de la Bretagne, publication du Centre de Recherche Bretonne et Celtique, éditions Champion, Paris-Genève 1987, p. 256, 262-263. Le surnom de Bretaigne semble assez courant à cette époque puisque Jehan du Boulay, de la rue des Carmes, le porte déjà en 1489 (cf. Archives Départementales de la Loire-Atlantique, désormais A.D.L.A., G 145). JONES (M.), L’histoire du Bas Moyen Âge breton (1200-1500). Publications et directions de recherche depuis quinze ans, Mémoires de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne, t. LVI, 1979.

7 JONES (M.), Les manuscrits d’Anne de Bretagne, Appendice II, M.S.H.A.B. t. LV, 1978, p. 79 à 81 et The Creation of Brittany, London 1988, p. 407-409.

8 Archives Municipales de Nantes (désormais A.M. Nantes) AA 59 no 7, petit cahier de dix feuillets, relatant point par point les dépenses (mars 1513).

9 Sur les funérailles royales, on lira les lignes que C. BEAUNE y consacre dans l’ouvrage collectif Les Monarchies sous la direction d’Y.-M. BERCÉ, P.U.F., 1997, p. 208 à 213 et du même auteur, un article intitulé : « Mourir noblement à la fin du Moyen Âge », dans La Mort au Moyen Âge, colloque de la Société des Historiens Médiévistes, Strasbourg 1975, éditions Istra, 1977, p. 125 à 143. POLLINI (N.), La mort du prince, Lausanne 1994. GIESEY (R.E.), The Royal Funeral Ceremony in Renaissance France, Genève 1960 et sa traduction en français, sous le titre : Le roi ne meurt jamais, les obsèques royales dans la France de la Renaissance, éditions Flammarion, Paris 1987.

10 LEGUAY (J.-P.), Un réseau urbain au Moyen Âge : les villes du duché de Bretagne aux XIVe et XVe siècles, éditions Maloine, Paris 1981.

11 LE MENÉ (M.), « Temps de prospérité et temps des illusions », dans Histoire de Nantes, sous la direction de P. BOIS, éditions Privat, Toulouse 1977 p. 77 à 115 (Bibliographie) et La ville de Nantes au XVe siècle, D.E.S. Rennes 1959. BERRANGER (Henri de), Évocation du Vieux Nantes, Les Éditions de Minuit, Paris 1966.

12 A.D.L.A. H 485. Une enquête de 1531 déclare que, depuis plusieurs années, l’hôpital et aumônerie Notre-Dame-Hors-les-Murs en Saint-Clément est incapable de nourrir les miséreux qui frappent à sa porte, ni même d’ensevelir correctement ses morts, couchés à même le sol, sans linceulx pour couvrir l’humanité !

13 JEULIN (P.), Évolution du port de Nantes, organisation du trafic depuis les origines, Nantes 1929. TANGUY (J.), Le commerce du port de Nantes au milieu du XVIe siècle, Éditions Colin, S.E.V.P.E.N., Paris 1956. TOUCHARD (H.), Le commerce maritime breton à la fin du Moyen Âge, Paris 1967.

14 A.D.L.A.H 139 (24 juillet 1506), G 458 (1513).

15 A.D.L.A.B 51 f° 123-123 v°. A. M. Nantes G 164 (22 novembre 1513), H 136 (23 juillet 1506), H 139 (18 décembre 1508). JONES (M.), Les signes du pouvoir... les hérauts, op. cit. p. 165 et note 105 P. Choque verse à la chapellenie de Saint-Clément un cens de 12 sous 6 deniers pour un de ses jardins, donnant sur le chemin de Richebourg à la « Myterie ».

16 A.D..L.A. B 1891 (1426). LEGUAY (J.-P.), Un réseau urbain au Moyen Âge, op. cit. p. 53. LE MENÉ (M.), La construction à Nantes au XVe siècle, Annales de Bretagne, 1961, p. 371-374. THOMAS (M.) Topographie et habitants de Nantes au XVe siècle et au début du XVIe siècle, D.E.S. manuscrit de l’Université de Nantes, 1965.

17 LE MENÉ (M.), « La Population à Nantes au XVe siècle », Annales de Bretagne, 1964, p. 196-197.

18 POCQUET du HAUT-JUSSÉ (B.A.), « Les débuts du gouvernement de Charles VIII en Bretagne », Bibliothèque de l’École des Chartes, t. 115, 1957, p. 138 à 151.

19 Le rôle de la duchesse Anne a donné matière à plusieurs travaux que nous avons rappelés dans deux articles « La duchesse Anne et ses bonnes villes », dans les Actes du Colloque, La Bretagne, Terre d’Europe, publication du Centre de Recherches Bretonne et Celtique et de la Société archéologique du Finistère, Brest-Quimper 1992, p. 425 à 444 et « Les duchesses de Bretagne et leurs villes », Actes du colloque international sur les reines et princesses, Montpellier III, novembre 1999 (sous presse). Citons aussi les travaux d’A. BAILLY, Anne de Bretagne, femme de Charles VIII et de Louis XII, Monaco 1943 ; G. MINOIS, Anne de Bretagne, éditions Fayard, 1999 (bibliographie récente) ; d’A. LE ROUX de LINCY, Vie de la reine Anne de Bretagne, Paris 1860, d’É. GABORY, L’Union de la Bretagne à la France Anne de Bretagne, duchesse et reine, Paris 1941 ; de MAISTRE (L.), « Le gouvernement de la Bretagne sous la duchesse Anne », Annales de Bretagne, t. 26, 1947, p. 1 à 16 ; de POCQUET du HAUT-JUSSÉ (B.A.), La politique d’Anne de Bretagne. Inspirateurs et intentions, Mémoires de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne, t. XXVI, 1947, p. 1 à 16.

20 A.M. Nantes AA 27 et BB 2 (11 octobre 1500), de M. TANGGUY, Anne de Bretagne, Paris 1990.

21 Nous avons développé ces relations privilégiées dans un article récent « Les duchesses de Bretagne et leurs villes », dans les Actes du Colloque international sur les reines et les princesses, Montpellier III, novembre 1999. LE P. (D.) et NASSIET (M.), L’union de la Bretagne à la France, Éd. Skol Vreiz, Morlaix 2003.

22 RUSSON (Ch.), « Les anciennes églises et chapelles de la ville de Nantes », B.S.A.H. Nantes et L. Inf., t. 90, 1951. LE MENÉ (M.), « Temps de prospérité et temps des illusions, dans Histoire de Nantes », sous la direction de P. BOIS, éditions Privat, Toulouse 1977, p. 77 à 115 ; ID., « La population », loc. cit. p. 211.

23 MARTIN (H.), Les ordres mendiants en Bretagne, vers 1230-vers 1530, publication de l’Institut Armoricain de Recherches Historiques de Rennes, Rennes-Paris 1975, p. 37 à 40, 279-280, 284, 285. DURVILLE (G.), Études sur le vieux Nantes, t. II, op. cit. p. 110-131, 149, 151-152. LA BORDERIE (A. de) et VILLERS (L. de), « Histoire des Carmes en Bretagne », Mémoires de la Société Archéologique d’Ille-et-Vilaine 1896-1897.

24 MARTIN (H.), Les ordres mendiants, op. cit., p. 298-299.

25 GRANDEAU (Y.), « La mort et les obsèques de Charles VI », in Bulletin Philologique et Historique, 1970, p. 133 à 186. D’ANDY (D.), The Death of the Prince, Oxford 1994. PARAVICINI-BAGLIARI (A.), Il corpo dell’Papa, Milano 1995.

26 DESFARGES (M.), Les tombeaux de cœur et d’entrailles en France au Moyen Âge, thèse de l’École du Louvre de 1947 citée par GIESEY (R.E.), dans Le roi ne meurt jamais. Les obsèques royales dans la France de la Renaissance, éditions Gallimard, Paris 1987, p. 41, n. 6.

27 Pierre CHOQUE, Récit des funérailles, op. cit. (édition de 1970), p. 27 à 89.

28 DELANOUE (abbé), Saint-Donatien et Saint-Rogatien de Nantes, Nantes, 1904, p. 134.

29 A.D.L.A. E 84, H 250 et 354.

30 A.M. Nantes DD 43 (16 décembre 1498, confirmation du 29 juin 1510). A.D.L.A. G 21, aveu de la fortune des Chartreux du 8 juin 1515. Dom MORICE, Preuves II 1882-1885.

31 Pierre CHOQUE, Récit des funérailles, op. cit. (édition de 1970), p. 93-94.

32 Pierre CHOQUE, Récit des funérailles, op. cit. (édition de 1970), p. 102-103.

33 BRANTÔME (Pierre de BOURDEILLE, abbé de), Vies des dames illustres, françoises et étrangères, édition J.A.C. BUCHON, Paris 1842, t. V, p. 10.

34 A.D.L.A. G 20, G 253-259, 458-459, H 136-139, 254-255, 269. Plusieurs aveux du XVe siècle autorisent une description assez précise de cette paroisse nantaise restée très rurale où vivent des ouvriers, les descendants du barbier Robin Launay (1478), Maître Michel des « parties d’Espagne » (1472), ceux de Geffroy Triboulet « queue du duc » en 1470 etc.

35 A.D.L.A. H 136 (24 juillet 1506). LE P. (D.) et NASSIET (M.), L’union…, op. cit., p. 144-147.

36 DELATTRE (L.), « Recherches historiques sur les anciens puits de la ville de Nantes », B.S.H.N. & L. Inf., t. 50, 1909, p. 74.

37 LA BORDERIE (A. de), « Inventaire analytique des titres des prieurés bretons de Marmoutier situés dans l’évêché de Nantes », in B.S.A. Nantes et L. Inf. t. 7, 1867, p. 163-168. CHAIGNON (M.), « Historique de l’église Sainte-Croix », Annales de Nantes et du Pays Nantais, 1975, no 175-176.

38 A.D.L.A. G 145, 217, G 325, 462-466, H 136.

39 LEGUAY (J.-P.), Un réseau urbain, op. cit., p. 213 à 217.

40 A.M. Nantes H 238.

41 A.D.L.A. H 223, 233, et 246, G 461 (aveux). A.D.L.A. B 1893, rentier de 1537.

42 A.D.L.A. H 299 (concession d’un hôpital en avril 1499).

43 L’abbaye cistercienne de Buzay, commune de Rouans, canton du Pellerin en Loire-Atlantique, fut fondée en 1135 sous le duc Conan III. Notre-Dame de La Melleraye fut pour sa part créée en 1145 par deux moines du monastère de Pontrond dans le Ségréen.

44 Le mot voûte pourrait laisser croire à l’existence d’une crypte. H. MARTIN, dans Les Mendiants, nie son existence.

45 Pierre CHOQUE, Récit des funérailles, op. cit. (édition de 1970), p. 109.

46 A.M. Nantes AA 59 no 7.

47 Pierre CHOQUE, Récit des funérailles, op. cit. (édition de 1970), p. 109-110.

48 A.M. Nantes AA 59 no 7 - MINOIS (G.), Anne de Bretagne, op. cit., p. 516-518.

49 MARTIN (H.), Les ordres mendiants, op. cit. p. 340.

50 A.M. Rennes, registre 465 f° 10, 11 v°, 12.

Table des illustrations

Titre Le précieux reliquaire
Légende Cœur d’orRenfermant le cœur de la reine Anne.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1432/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Plan de Nantes (extrait de J.-P. Leguay, Un réseau urbain, op. cit., p. 262).En médaillon : Maison des enfants nantais (place du Change).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1432/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Le blason de la duchesse ornant les rues et les édifices
Légende Écusson de la reine Anne entouré de la Cordelière.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1432/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Le blason de Nantes ornant les rues
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1432/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 86k

Auteur

GRHIS Université de Rouen

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540