Version classiqueVersion mobile

Les Chrétiens dans la ville

 | 
Françoise Thélamon
, 
Jacques-Olivier Boudon

Introduction

Jacques-Olivier Boudon

Texte intégral

  • 1 Fernand BOULARD, Premiers itinéraires en sociologie religieuse, Paris, Éditions Ouvrières, 1956, 1 (...)
  • 2 Gabriel LE BRAS, Études de sociologie religieuse, Paris, Puf, 2 tomes, 1955-1956, IX-396 et 423 p. (...)
  • 3 Jean CHÉLINI, La ville et l'Église. Premier bilan des enquêtes de sociologie religieuse urbaine, p (...)
  • 4 Fernand BOULARD et Jean RÉMY, Pratique religieuse urbaine et régions culturelles, Paris, Éditions (...)
  • 5 Émile POULAT, « Catholicisme urbain et pratique religieuse », Archives de sociologie des religions(...)
  • 6 Jacques SUTTER, La vie religieuse des Français à travers les sondages d'opinion 1944-1976, Paris, (...)
  • 7 Christiane MARCILHACY, Le diocèse d'Orléans sous l'épiscopat de Mgr Dupanloup (1849-1878). Sociolo (...)
  • 8 Il y a cependant des exceptions, Fernand CHARPIN, Pratique religieuse et formation d'une grande vi (...)
  • 9 Hugh MC LEOD, « Die Kirche in Großstädten », dans Anselm DOERING-MANTEUFEL et Kurt NOWAK (dir.), K (...)
  • 10 Jean-René BERTRAND et Colette MULLER, Religions et territoires, Paris, L'Harmattan, 1999, 291 p.

1Les débuts du XXIe siècle s'accompagneraient-ils d'un retour aux sources dans les rapports du chrétien à la ville, du moins en Europe ? Serait-il contraint, comme les premiers chrétiens, de dissimuler sa religion, ou du moins de vivre sa foi dans une complète indifférence de la part du monde extérieur ? De fait, l'exode rural et l'urbanisation qui en a découlé, la désaffection grandissante des populations à l'égard des pratiques cultuelles, le déclin du clergé enfin ont contribué à modifier la carte de la géographie chrétienne. Longtemps demeurées des conservatoires du christianisme européen, les campagnes tendent de plus en plus à voir se déliter leurs communautés chrétiennes, ne conservant bien souvent, comme traces d'un passé désormais lointain, qu’une église qu'un prêtre vient épisodiquement ouvrir. La réorganisation des réseaux paroissiaux dans de nombreux diocèses français, rendue nécessaire par le faible nombre de prêtres disponibles, a avalisé cette situation. Dans ce contexte, la ville s'en sort mieux. Cela ne signifie pas que la pratique est plus forte en milieu urbain, mais la concentration de la population favorise le regroupement des communautés chrétiennes autour de quelques églises, dans une indifférence de plus en plus grande il est vrai. Les traces du passé chrétien des cités européennes restent prégnantes, mais quelle peut être désormais la place des chrétiens eux-mêmes dans la ville ? L'interrogation n'est pas totalement neuve, puisque les sociologues des religions se sont assez tôt interrogés sur la spécificité de la pratique urbaine. Il est toutefois significatif que les grandes enquêtes de pratique religieuse aient commencé par les campagnes, donnant lieu à la publication en 1947 par le chanoine Boulard de la fameuse Carte de la pratique religieuse dans la France rurale1. Dans le même temps, Gabriel Le Bras soulignait la difficulté de s'attaquer à l'histoire religieuse des villes ; « la ville est un monde inconnu », écrivait-il tout en invitant à partir à sa conquête2. L'appel fut entendu d'abord par Jean Chélini qui tenta un premier essai de synthèse3, puis par Fernand Boulard qui, désormais secondé par le sociologue belge, Jean Rémy, engageait une vaste enquête sur la pratique urbaine, publiée en 19684, laquelle allait provoquer un débat avec le sociologue Émile Poulat5. Les sondages réalisés ensuite ont permis aux sociologues d'affiner la connaissance des rapports des populations urbaines à la religion6. Pourtant cette attention portée par la sociologie religieuse au problème de la ville n'eut que des effets limités sur la recherche historique. Les grandes thèses d'histoire religieuse qui voient le jour dans les années 1960 en France, dans le sillage du travail pionnier de Christiane Marcilhacy7, laissent peu de place à la ville, alors que la pratique dans les campagnes est privilégiée8. En revanche, à l'étranger, l'influence de l'école française de sociologie religieuse a également concerné les milieux urbains9. L'intérêt porté par les sociologues au rapport entre les chrétiens et la ville est désormais relayé aussi par les géographes, particulièrement intéressés par la question de la construction des territoires10.

  • 11 Alain CORBIN, Les cloches de la terre. Paysage sonore et culture sensible dans les campagnes du XI (...)

2Face à ces nouvelles perspectives de recherche, le GRHIS (Groupe de Recherche d'Histoire de l'Université de Rouen) a jugé utile d'engager une réflexion historique sur la longue durée à propos du rapport des chrétiens à la ville. Les contributions qui sont rassemblées dans ce volume sont le résultat des échanges qui ont réuni une vingtaine de chercheurs à l'Université de Rouen les 5 et 6 janvier 2000, au cours d'un colloque intitulé « Identité chrétienne et espace urbain ». Ce colloque organisé par le GHRIS s'inscrivait dans la nouvelle problématique sur « Identité et pratiques sociales » devenu depuis 2000 l'axe majeur des recherches de ce laboratoire. L'objectif de départ était de comprendre comment les chrétiens ont investi la ville et affirmé leur identité dans un espace qui leur était à l'origine hostile. Car si les premières communautés chrétiennes sont constituées en ville, elles ont longtemps dû se fondre dans l'espace, ce qui ne signifie pas du reste qu'elles n'avaient pas déjà conscience de leur identité. Mais rappelons que jusqu'en 313, les chrétiens n'ont pas le droit de construire des bâtiments spécifiques. L'érection d'édifices cultuels apparaît en effet comme la manifestation la plus tangible de l'affirmation d'une identité chrétienne. Or si la possibilité de construire de nouvelles églises demeure, force est de constater, du moins dans les sociétés occidentales, que l'Église en tant que communauté de croyants tend à se fondre dans la ville, laissant cependant visibles des églises qui apparaissent de plus en plus comme une butte témoin d'un passé ancien davantage qu'un lieu de prière contemporain, même lorsqu'elles continuent d'être fréquentées. Il a donc semblé utile de s'interroger sur cette visibilité des chrétiens à travers les âges, sur l'emprise monumentale du christianisme dans la ville qui conduit à définir celle-ci, à partir du Moyen Âge, par le nombre de ses clochers ou de ses églises. Plus généralement il est nécessaire de scruter toutes les traces qui permettent de mesurer cette présence : croix ou signes sur les maisons, statues ou croix aux coins de rues, reposoirs. Ces signes peuvent aussi être des signes sonores, la métonymie qui, par le terme de clocher, désigne en fait l'église vient rappeler que pendant longtemps la présence d'une Église vivante dans la ville se manifesta par l'ébranlement des cloches annonçant les messes ou invitant à la prière, à l'heure de l'Angélus par exemple. Dans tous les cas, la cloche était signe de ralliement. Désormais fortement réglementée, la sonnerie des cloches apparaît davantage comme un vestige que comme un signe de reconnaissance11.

  • 12 Nicole LEMAÎTRE (dir.), Histoire des curés, Paris, Fayard, 2002, 524 p.
  • 13 Voir le colloque de Limoges sur ce thème, Paul D'HOLLANDER (sous la direction de), L'Église dans l (...)

3L'aspect monumental invite aussi à se demander comment la paroisse a été un élément déterminant dans l'élaboration d'une identité chrétienne, ce qui conduit à analyser plus particulièrement la structuration du réseau paroissial de l'Antiquité à nos jours, en s'attachant notamment aux moments de crises, c'est-à-dire au temps où ce réseau se construit, mais aussi aux époques où il se déstructure. Si l'on considère que, dans les premiers temps du christianisme, la communauté chrétienne forme une entité unique, dans la ville, regroupée autour de son évêque, on peut s'interroger sur le cheminement qui conduit à la démultiplication en différents lieux de culte, première étape vers la constitution de ce qui deviendra la paroisse, avec bientôt, mais pas avant la fin du Moyen Âge, l'apparition du curé qui contribue à structurer cette communauté12. L'anarchie apparente du découpage paroissial que l'on peut constater pose le problème des modes de définition des limites paroissiales. Autrement dit quelle est la réalité visible de la paroisse comme communauté de chrétiens dans la ville ? Comment ce sentiment d'appartenance à une paroisse se traduit-il ? Par l'observation du calendrier liturgique ? Par des processions et donc par un marquage de l'espace (reposoirs, chapelles, oratoires)13 ? Par des dévotions particulières qui conduisent à la construction de chapelles ou d'églises autres que paroissiales (modèle du Sacré-Cœur à Paris), de reliquaires, à l'érection de statues, au développement des ex-votos… ? Par le regroupement de ses membres au sein de confréries ? Quel rapport de même les vivants entretiennent-ils avec leurs morts et comment cela se traduit-il dans l'espace urbain ? La géographie des cimetières et leur évolution à travers les âges est incontestablement un des éléments qui permet de dessiner l'identité chrétienne en enracinant ces communautés dans l'histoire. Mais en ville la définition d'une identité paroissiale a-t-elle un sens ? Le baptême et donc l'inscription sur le registre paroissial de son lieu de naissance, communément rappelé par la suite, puis dans certains cas la première communion et la confirmation reçue dans l'église de son baptême, parfois le mariage, sans parler des manifestations cultuelles régulières, sont-ils suffisants pour créer un sentiment d'appartenance à une même communauté ? Si l'affirmation identitaire apparaît forte dans le cas de villes bien différenciées sur le plan topographique : ville haute-ville basse, comme à Limoges par exemple ou dans la cité de Plassans inventée par Émile Zola dans les Rougon-Macquart, elle est sans doute moins nette dans des villes plus uniformes là où, d'une rue à l'autre, on peut changer de paroisse sans s'en apercevoir.

  • 14 Étienne FRANÇOIS, Protestants et catholiques en Allemagne. Identités et pluralisme, Augsbourg 1648 (...)

4Mais la question d'une identité chrétienne au sein du monde urbain n'a évidemment pas le même sens selon que l'on se situe au début du christianisme lorsque les chrétiens sont encore minoritaires, au Moyen Âge quand la quasi totalité de la population se rattache au christianisme, ou encore à l'époque contemporaine lorsque la ville apparaît comme un lieu de perdition, susceptible précisément de faire perdre l'identité chrétienne des populations migrantes. À toutes les époques pourtant la question se pose, ne serait-ce qu'à travers la confrontation avec d'autres communautés. La présence chrétienne dans l'espace urbain pose ainsi le problème des conflits avec les communautés non chrétiennes. La ville est le lieu privilégié de ces affrontements, entre chrétiens et païens dans l'Antiquité, catholiques et musulmans dans l'Espagne médiévale, catholiques et protestants à partir du XVIe siècle, entre catholiques et anticléricaux après la Révolution, chrétiens et juifs enfin de façon récurrente, avec l'interdiction dans certains pays de l'accès des juifs à la ville et dans d'autres l'enfermement des juifs dans un ghetto fermé la nuit, la limite physique entre deux espaces marquant l'opposition entre les deux communautés. Le rejet peut laisser place à la cohabitation entre communautés, comme à Augsbourg, en terre d'Empire où théoriquement la population était censée, en vertu des traités d'Augsbourg puis de Westphalie, adopter la religion de leur prince, selon le fameux principe Cujus regio, ejus religio. Or à Augsbourg, cette règle ne s'applique pas, offrant un exemple assez rare, à l'époque moderne, d'une ville qui parvient à se développer grâce à la coexistence de deux communautés qui conservent chacune une forte identité en vivant séparément14. Au-delà de ce cas, les espaces pluriconfessionnels furent souvent sources de tensions. Comment, au cours de ces conflits, les chrétiens tentèrent-ils de conserver leur emprise sur la ville ou de la réinvestir, par quels moyens ? (l'érection de croix de mission, la réappropriation de bâtiments construits pour d'autres, l'essor d'une monumentalité expressive) ou au contraire comment cherchent-ils à préserver leur identité en se fondant dans l'anonymat ? Telles sont quelques-unes des questions que soulève toute réflexion sur le rapport des chrétiens au monde urbain.

5Enfin on ne doit pas oublier que la ville est un lieu de pouvoirs. Depuis Rome, symbole par excellence de la ville chrétienne, jusqu'à la bourgade chef-lieu de doyenné, en passant par la cité-évêché, la hiérarchie ecclésiastique reproduit une hiérarchie urbaine qu'elle a contribué à établir. Comment dès lors s'organisent les divers niveaux de compétence ? Quel rôle joue le clergé ? Comment s'articule la relation entre clergé séculier et clergé régulier dont l'entrée dans la ville a marqué une étape importante de son évolution ? Quelle place y tiennent-ils, tant sur le plan topographique (couvents ou maisons religieuses, évêchés, séminaires, presbytères) que sur le plan physique (voir la visibilité des clercs dans la ville). Autant de questions qui reviennent à se demander quelle place tient le clergé dans la constitution de l'identité chrétienne. C'est d'abord en ville que l'on trouve les clercs. Ces derniers ont même largement contribué à forger le terme d'urbanité. La ville est par excellence le lieu de la civilisation chrétienne ; elle est traditionnellement le centre d'élaboration des savoirs, (écoles, cathédrales, collèges, séminaires, facultés se concentrent dans les villes). Elle est aujourd'hui le carrefour des moyens modernes de communication ; stations de radio, chaînes cablées ou sites internet se concentrent dans les villes, avec parfois même une volonté d'identification à la ville, à l'exemple de la radio Paris-Notre Dame.

6Deux mille ans après les premiers contacts entre les chrétiens et la ville, le rapport qu'entretiennent les communautés chrétiennes avec l'espace urbain a nécessairement changé, ne serait-ce que parce que la société urbaine s'est transformée, imposant ses rythmes de vie, ses habitudes de consommation, ses modes de pensée. Depuis deux mille ans, les religions ont dû s'adapter à ces transformations. L'intérêt d'une étude historique sur la longue durée est précisément de mesurer les évolutions de cette relation entre les chrétiens et la ville, mais aussi d'en analyser les permanences. Au terme de ce parcours, apparaîtra mieux ce qui finalement forge l'identité du chrétien.

Notes

1 Fernand BOULARD, Premiers itinéraires en sociologie religieuse, Paris, Éditions Ouvrières, 1956, 160 p.

2 Gabriel LE BRAS, Études de sociologie religieuse, Paris, Puf, 2 tomes, 1955-1956, IX-396 et 423 p., t. 2, De la morphologie à la typologie, p. 466.

3 Jean CHÉLINI, La ville et l'Église. Premier bilan des enquêtes de sociologie religieuse urbaine, préface de Gabriel Le Bras, Paris, Éditions du Cerf, 1958, 364 p.

4 Fernand BOULARD et Jean RÉMY, Pratique religieuse urbaine et régions culturelles, Paris, Éditions Economie et Humanisme-Éditions Ouvrières, 1968, 211 pages.

5 Émile POULAT, « Catholicisme urbain et pratique religieuse », Archives de sociologie des religions, t. 29, 1970, p. 97-116. Voir aussi du même, « La découverte de la ville par le catholicisme français contemporain », Annales, Économie, Société, Civilisation, 1960, 6, p. 1168-1179 et « Les nouveaux espaces urbains du catholicisme français », Cahiers internationaux de sociologie, t. XX, 1961, p. 115-129.

6 Jacques SUTTER, La vie religieuse des Français à travers les sondages d'opinion 1944-1976, Paris, Éditions du CNRS, 1984, 2 tomes, 1350 p.

7 Christiane MARCILHACY, Le diocèse d'Orléans sous l'épiscopat de Mgr Dupanloup (1849-1878). Sociologie religieuse et mentalités collectives, Paris, Plon, 1962, 593 p.

8 Il y a cependant des exceptions, Fernand CHARPIN, Pratique religieuse et formation d'une grande ville : le geste du baptême et sa signification en sociologie religieuse, Marseille, 1806-1958, Paris, Centurion, 1964, 322 p.

9 Hugh MC LEOD, « Die Kirche in Großstädten », dans Anselm DOERING-MANTEUFEL et Kurt NOWAK (dir.), Kirchliche Zeitgeschichte. Urteilsbildung und Methoden, Stuttgart-Berlin-Köln, Verlag W. Kohlhammer, coll. « Konfession und Gesellschaft », 1996, 228 p., p. 210-229.

10 Jean-René BERTRAND et Colette MULLER, Religions et territoires, Paris, L'Harmattan, 1999, 291 p.

11 Alain CORBIN, Les cloches de la terre. Paysage sonore et culture sensible dans les campagnes du XIXe siècle, Paris, Albin Michel, 1994, 359 p.

12 Nicole LEMAÎTRE (dir.), Histoire des curés, Paris, Fayard, 2002, 524 p.

13 Voir le colloque de Limoges sur ce thème, Paul D'HOLLANDER (sous la direction de), L'Église dans la rue. Les cérémonies extérieures du culte en France au XIXe siècle, Limoges, PULIM, 2002, 330 p.

14 Étienne FRANÇOIS, Protestants et catholiques en Allemagne. Identités et pluralisme, Augsbourg 1648-1806, Paris, Albin Michel, 1993, 392 p.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search