Version classiqueVersion mobile

Corneille des Romantiques

 | 
Florence Naugrette
, 
Myriam Dufour-Maître

Présentation des auteurs

Texte intégral

1Ralph Albanese est directeur du Département des Langues et Littératures Étrangères à l’Université de Memphis (États-Unis). S’appuyant sur la sociocritique, il a publié de nombreux articles sur le théâtre classique et sur l’histoire de l’enseignement en France. Auteur de Molière à l’École républicaine (1992) et de La Fontaine à l’École républicaine (2003), il se consacre en ce moment à un volume sur Corneille dans la même perspective critique. Il co-édite un numéro de Yale French Studies consacré à la problématique de l’éducation littéraire et linguistique dans la France contemporaine.

2Olivier Bara est maître de conférences à l’université Lyon 2 et membre de l’umr « lire » (Littérature, Idéologies, Représentations, XVIIIe-XIXe siècles). À côté de ses études consacrées à la littérature romantique, ses recherches concernent le théâtre et l’opéra au XIXe siècle. Il a notamment publié Le Théâtre de l’Opéra-Comique sous la Restauration. Enquête autour d’un genre moyen (Olms) ainsi qu’une édition commentée de Lorenzaccio (Folioplus, Gallimard). Il a dirigé le no 4 de la revue Orages intitulé Boulevard du Crime : le temps des spectacles oculaires.

3Sandrine Berregard enseigne à l’Université Marc Bloch-Strasbourg II et travaille principalement sur la littérature française de la première moitié du XVIIe siècle. Après avoir consacré sa thèse à Tristan L’Hermite (Tristan L’Hermite, « héritier » et « précurseur ». Imitation et innovation dans la carrière de Tristan L’Hermite, à paraître en 2005 dans la collection « Biblio 17 »), elle a choisi d’orienter sa réflexion dans deux directions majeures : son intérêt se porte d’une part sur les questions d’histoire littéraire, d’autre part sur les auteurs dramatiques de la génération de 1630 (Scarron, Mairet, Rotrou, Corneille). Elle s’intéresse plus particulièrement aux relations que les (sous-)genres dramatiques entretiennent entre eux, ainsi qu’avec les autres genres (poétique, romanesque).

4Barbara T. Cooper est professeur de français à l’Université du New Hampshire (États-Unis) Elle est spécialiste du théâtre francais de la première moitié du XIXe siècle et de l’œuvre d’Alexandre Dumas père.

5Elle a édité The Three Musketeers (New York, Barnes & Nobles Classics, 2004) et un tome du Dictionary of Literary Biography sur French Dramatists, 1789-1914 (Detroit, Gale Research Press, 1998). Elle a également publié de nombreux articles.

6Françoise Court-Pérez est maître de conférences en littérature française du XIXe siècle à l’Université de Rouen. Elle a publié aux Presses Universitaires de France un essai sur À Rebours de Huysmans. Sa thèse, Gautier un romantique ironique. Sur l’esprit de Gautier, est parue chez Champion en 1998. Elle a fait paraître une édition critique des textes de Gautier sur Hugo sous le titre Gautier : Victor Hugo, Choix de textes, chez le même éditeur en 2000. Elle prépare une édition de deux romans de Gautier et l’édition de la critique littéraire du même auteur en collaboration avec Paolo Tortonese pour l’édition des Œuvres complètes de Gautier. Elle a publié des articles sur Mérimée, Musset, Daudet et s’intéresse aux relations du romantisme et de la Décadence, ainsi qu’à la notion d’ironie au XIXe siècle.

7Julia Gros de Gasquet est ancienne élève de l’École Normale Supérieure (Ulm), agrégée de lettres modernes et docteur en littérature française (Université Paris IV). Elle est aujourd’hui maître de conférences à l’université François Rabelais de Tours et chargée de cours à l’Institut d’Études Théâtrales de Paris III. Sa thèse En disant l’alexandrin : l’acteur tragique et son art, XVIIe-XXe siècle paraîtra aux éditions Champion en avril 2006.

8Sylvaine Guyot, ancienne élève de l’ENS-Ulm, agrégée de Lettres Classiques, est ATER à l’Université de Paris III. Elle prépare actuellement un doctorat de Lettres Modernes sous la direction d’Alain Viala sur La représentation du corps dans la tragédie classique, de Corneille à Racine (1660-1690).

9Joël Huthwohl, archiviste paléographe, est conservateur-archiviste de la Bibliothèque-Musée de la Comédie-Française depuis 2001 et rédacteur en chef du Journal des trois théâtres. Il a consacré sa thèse d’École des chartes au Théâtre de l’Odéon. Outre sa mission au service du patrimoine, il collabore aux publications et aux lectures de la Comédie-Française et poursuit ses recherches en histoire du théâtre. Il a notamment publié en 2003 avec la photographe Laurencine Lot La Comédie-Française, 30 ans de création théâtrale. Sur Corneille, il est l’auteur de « Le Cid à la Comédie-Française : décors et interprètes », dans la Revue d’histoire du théâtre, 2006-1, no 229, p. 43-52.

10Martine Jey est maître de conférences à l’iufm de Paris, actuellement en délégation à l’ihmc (cnrs-ens), elle s’intéresse à l’histoire de l’histoire littéraire et à la réception de la littérature dans les institutions littéraires. Elle a publié La littérature au Lycée : invention d’une discipline 1880-1925. Elle a participé aux travaux du Grihl, Quelques « Dix-septième siècle » : Fabrications, usages et réemplois, publiés dans les Cahiers du Centre de Recherches Historiques (crh-ehess) et à l’ouvrage collectif Le Dictionnaire de Ferdinand Buisson, mythe fondateur de l’école républicaine (CNRS éditions).

11Yvan Leclerc est professeur de Lettres modernes à l’Université de Rouen. Il travaille essentiellement sur Flaubert, en particulier sur sa correspondance et sur ses manuscrits. Il termine l’édition de la Correspondance dans la Bibliothèque de la Pléiade et collabore, pour cette même collection, à la nouvelle édition des Œuvres complètes, sous la direction de Claudine Gothot-Mersch. Responsable du site du Centre Flaubert, qui comporte une Revue Flaubert annuelle en ligne, et qui diffuse un Bulletin Flaubert d’informations (http://www.univrouen.fr/​flaubert). Avec Danielle Girard, il coordonne l’édition hypertexte du manuscrit intégral de Madame Bovary.

12Sylvain Ledda, professeur de théâtre, docteur en lettres, est l’auteur d’une thèse sur La Représentation de la mort sur la scène romantique (1827-1835). Ses recherches portent sur le théâtre romantique et en particulier sur Alfred de Musset. Auteur de plusieurs articles, il a également fourni l’édition de pièces : Il ne faut jurer de rien, Les Caprices de Marianne, Un Caprice ou encore Hamlet. Il a publié chez Bordas, dans la collection « L’œuvre au clair », une étude des Caprices de Marianne. Il prépare une édition de La Confession d’un enfant du siècle (à paraître, 2007). En 2001, il a mis en scène Œdipe de Corneille à Paris.

13Roxane Martin, professeur contractuel à l’Université de Nice, est spécialiste des formes théâtrales populaires du XIXe siècle. Elle a publié des articles, dont : « La tragédie parodiée, ou les formes en combat » (Littératures classiques, no 48, printemps 2003), « Le Sanctuaire des songes romantiques de Nohant, ou les mérites comparés du théâtre et du roman » (Le Rocambole, no 20, automne 2002 », « La féerie mise en scène sous le Consulat, ou les premiers pas de Sénéis » (Orages, Littératures et Culture 1760-1830, no 4, mars 2005). Sa thèse, intitulée La Féerie romantique sur les scènes parisiennes (1791-1864), est à paraître prochainement aux éditions Honoré Champion, collection « Romantismes et modernités ».

14Lise Sabourin, professeur à l’Université Nancy 2, est spécialiste de la poésie et du théâtre romantiques ; elle a notamment publié Alfred de Vigny et l’Académie française. Vie de l’institution (1830-1870), ainsi que les Papiers académiques de Vigny (Champion, 1998), et de nombreux articles sur la réception du romantisme. Comme Directeur du Centre d’Étude des Milieux littéraires et artistiques, elle prépare des volumes sur les liens entre littérature et arts (Conversation entre les Muses ainsi que Poésie et illustration, à paraître aux Presses Universitaires de Nancy en 2006 et 2007) ; elle collabore par ailleurs à la défense et à l’illustration de la langue française (Senghor en son éternité, sepeg, 2002 ; Langues et Union européenne, Bruxelles, Bruylant, 2003 ; Débats francophones, Bruxelles, Bruylant, 2005).

15Jean-Marie Thomasseau est professeur au département Théâtre de l’Université Paris 8. Spécialiste de l’histoire des théâtres populaires au XIXe siècle (Le Mélodrame, puf, 1984) et de la dramaturgie de l’époque romantique (Lorenzaccio, puf, 1986 ; Drame et tragédie, Hachette, 1995), il a dirigé des numéros de la revue Europe sur le Mélodrame, le Vaudeville, le Grand Guignol. Il s’intéresse aussi à l’analyse des textes de théâtre, en particulier au paratexte et aux didascalies (articles dans Littérature, Poétique, Pratiques ; préface à Jouer les didascalies, pum, 1999). Depuis quelques années, il porte son attention sur les écritures contemporaines (numéro d’Europe sur V. Novarina et M. Vinaver) et les manuscrits du théâtre, en particulier ceux de la mise en scène. Il a participé à de nombreux ouvrages collectifs et a dirigé récemment un volume en hommage à A. Veinstein : Le Théâtre au plus près, puv, 2005.

16Anne Ubersfeld est professeur émérite à l’Université de Paris III. Auteur de nombreuses études sur le théâtre classique, romantique et contemporain, elle est spécialiste de l’œuvre de Victor Hugo, et de sémiotique théâtrale. On lui doit notamment Lire le théâtre I, II (L’École du spectateur) et III (Le Dialogue de théâtre), (ré) édités chez Belin en 1996, un ouvrage de référence sur le théâtre de Hugo, Le Roi et le bouffon (José Corti, 1974, rééd. 2002), Le Drame romantique (Belin, 1993), Antoine Vitez, metteur en scène et poète (Éditions des Quatre Vents, 1994), Bernard-Marie Koltès, Actes Sud, 1999 ; Paul Claudel, poète du XXe siècle, Actes Sud, 2005.

17Georges Zaragoza, professeur de Littérature comparée à l’Université de Bourgogne, est l’auteur de : Faire jouer l’espace dans le drame romantique européen, essai de dramaturgie comparée, Bibliothèque de Littérature Générale et Comparée ; direction Jean Bessière ; Champion, 1999. Dramaturgies romantiques (dir.), Éditions Universitaires de Dijon, 1999. Don Alvaro ou la Force du destin, de Ángel de Saavedra, duc de Rivas ; (traduction et présentation), GF Flammarion, 2001. Héroïsme et marginalité, le crépuscule du héros, Éditions du temps, 2002. « Victor Hugo, metteur en scène », dans Victor Hugo ou les frontières effacées, Éditions pleins feux, 2002. Ruy Blas de Victor Hugo (Édition), Nouveaux Classiques Hachette (no 85) 1re édition 1996, nouvelle édition 2005 ; Hernani, Victor Hugo, Bordas, « L’Œuvre au clair », 2005. Manuel d’études théâtrales, avec Sylvie Mougin, Florence Fix, Didier Souiller, puf, Quadriges, 2005 ; « De quelques représentations du pouvoir dans le théâtre de Victor Hugo » dans Hugo connu, méconnu, textes réunis par le Pr. Afifa Marzouki, Cérés Éditions, Tunis, 2005 ; Le personnage de Théâtre, Armand Colin, 2006. Berlioz, homme de lettres (dir.), Éditions du Murmure, 2006.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search