Version classiqueVersion mobile

Corneille des Romantiques

 | 
Florence Naugrette
, 
Myriam Dufour-Maître

Corneille et ses lecteurs romantiques

Éloge de Corneille par Flaubert

Yvan Leclerc

Résumé

À l’âge de dix ans, Flaubert composa un Éloge de Corneille. Le jeune Gustave, pas encore écolier, se conforme à un genre académique très prisé, en respectant les règles de composition rhétorique. Mais il déconstruit le modèle par le traitement subversif des topoï généraux (en particulier celui de l’humilité de l’orateur) et spécifiques au discours sur le dramaturge, en renversant le parallèle canonique entre Corneille et Racine. Né à Rouen, à quelques centaines de mètres de la rue de la Pie, où la maison de son illustre concitoyen est alors transformée en boutique de serrurier-quincailler, Gustave se soumet à l’obligation d’un discours reçu, tout en rendant visibles ses contraintes idéologiques et formelles.

Texte intégral

  • 1 Voir Jean Bruneau, Les Débuts littéraires de Gustave Flaubert. 1831-1845, Armand Colin, 1962.

1Quelle est la place de Flaubert dans un colloque consacré au « Corneille des Romantiques », outre le fait, anecdotique, que tous deux sont natifs de Rouen ? Cette concitoyenneté, nous le verrons en lisant le texte que le cadet consacre au grand aîné, n’est certes pas indifférente, mais elle n’a de légitimité que géographique et locale, alors que c’est d’Histoire dont il est question, et en particulier d’histoire littéraire. Avant d’être promu malgré ses protestations chef de file du « réalisme » et précurseur du « naturalisme », Flaubert a été « petit romantique », romantique frénétique, comme en témoignent sa correspondance des années 1830-1840 et ses écrits de jeunesse1. Jusqu’à la fin, il s’est reconnu dans l’esprit de 1830, se proclamant « vieux romantique », conservant toute son admiration pour Hugo malgré Les Misérables, et signant trois mois avant sa mort une lettre au naturaliste Léon Hennique (datée du 3 février 1880) en rappelant ses hauts faits d’armes :

Sur ce, mon bon, je vous serre la main fortement, et suis votre Gve Flaubert, alias : la dernière ganache romantique qui a porté un bonnet rouge et qui couchait au dortoir un poignard sous son traversin – qui, à propos de Ruy Blas, a engueulé tous les notables de Rouen, en plein théâtre.

  • 2 Correspondance, éd. Jean Bruneau, Bibliothèque de la Pléiade, 1973, p. 6. L’orthographe a été cons (...)

2Le texte qui va nous retenir est contemporain d’Hernani, de Notre-Dame de Paris et des Harmonies poétiques et religieuses. Il a un statut très particulier, en raison de l’extrême jeunesse de son auteur, âgé d’environ dix ans. Sa date de composition n’est pas connue avec précision, mais il est possible de fixer un terminus ad quem par une lettre adressée à Ernest Chevalier le 15 janvier 1832 : « On a fait imprimer mon éloge de Corneille je crois que c’est amédée et je t’en envois un exemplaire. »2 Imprimer est beaucoup dire : le texte a été calligraphié et autographié, c’est-à-dire reproduit en plusieurs exemplaires au moyen d’une pierre lithographique, par Amédée Mignot, l’oncle d’Ernest Chevalier. Sous le titre général Trois pages d’un Cahier d’Écolier ou Œuvres choisies de Gustave F***, sont reproduits l’Éloge de Corneille et La belle explication de la fameuse constipation, sorte de définition extraite d’un Dictionnaire médical qui confondrait la science et la scatologie. Le copiste encadre ces deux textes par un double commentaire. Il les fait précéder d’un avis qui justifie son geste de promotion éditoriale :

Ayant eu l’indiscrétion de chercher dans les cahiers d’un jeune écolier ; et le bonheur de trouver dans l’un d’eux des distractions échappées à sa muse naissante, nous croyons devoir les adresser à ses parents et amis, pour qu’ils jugent de ses progrès et de son talent en tout genre.

3Et il conclut par une note sur les œuvres complètes dont il ne livre que des « œuvres choisies » : « Nous avons trouvé dans le même cahier une comédie en prose et une épitaphe en vers ». La comédie s’intitule L’Avare, et l’épitaphe concerne le « chien de Mr D…, elle est d’une poésie brillante et d’une liberté romantique ; – mais il y a des vers d’une beauté si prolongée que la largeur de notre papier ne pourrait les contenir ». Comme on le voit, Amédée Mignot, jeune avocat du Barreau de Rouen, était aussi facétieux que le jeune auteur dont il divulguait les premiers essais à prétentions littéraires.

  • 3 Nous restituons entre crochets droits les mots manquants, en raison d’un coin de papier déchiré. E (...)

4L’Éloge de Corneille n’est pas si long qu’il ne soit possible de le citer en entier, en respectant, comme l’a fait son fidèle copiste, les fautes du jeune Gustave3 :

Éloge de Corneille
Avertissement

L’autre jour, en regardant le vénérable buste de Corneille, j’ai résolu d’en faire un juste éloge.
Je ne suis qu’un gamin ; excusez-moi de vouloir parler de Corneille, mais pas de compliments mes bons amis, attendez-vous à une brioche qui est bonne à mettre au cabinet.
C’est toi Corneille qui par tes écrits as corrigé ton siècle. Ah ! père de la Tragédie française pour parler de toi il faudrait des Horaces, des Virgiles, des Homères. Pour te chanter il faudrait que j’emprunte la lyre d’Apollon ; encore entre mes mains suffirait-elle ?
C’est donc toi qui au bout d[e ta plume] fait parler les Césars, c’est toi dont l’écho résonne dans toute l’Europe et ta renommée, comme un soleil, brille autour du globe. Au Corneille, au mon cher compatriote, dans ta tête combien de chefs-d’œuvre ! Maintenant ta maison est habitée par un grossier ouvrier ; ton cabinet qui a entendu des paroles sublimes ; oui des paroles qui méritent monter aux cieux, maintenant entend le bruit sourd du marteau. Pourquoi es-tu né si ce n’est pas pour abaisser le genre humain ? Qui ose entrer en ligne avec toi ? L’enfant, l’homme mûr, le vieillard, tous s’accordent à t’applaudir. Personne dans tes œuvres trouve un défaut. Tu es né pour rendre le règne de Louis 14 célèbre, et en même temps tu es immortalisé. Quelques-uns disputent sur ton mérite ou celui de Racine, et je réponds avec fierté : Quel est celui qui a le plus de mérite de retirer les épines d’un chemin ou de semer des fleurs après ? eh bien ! c’est toi qui as retiré les épines, c’est-à-dire les difficultés de la versification française !
[Corneil]le tu as le prix. Je te salue.
Gustave F***

  • 4 Archives départementales de la Seine-Maritime, cote 1 T 1998 (microfilm 2 Mi 0777), en ligne sur l (...)

5Le « gamin » de dix ans, qui signe d’un prénom et d’un astéronyme, n’est pas encore à proprement parler « un jeune écolier », ainsi que le dit son copiste. On sait depuis peu, grâce à la découverte par Olivier Leroy d’un registre scolaire sur l’état moral des élèves4, que Flaubert n’a rejoint la classe de huitième au Collège royal de Rouen (devenu le Lycée Corneille en 1873) que le 15 mai 1832, au dernier trimestre de l’année scolaire. Pourquoi cette rentrée tardive ? Est-ce en raison de son état de santé, des difficultés qu’il aurait rencontrées dans l’apprentissage de la lecture, si l’on en croit le témoignage de sa nièce Caroline dans ses Souvenirs intimes, d’après une tradition familiale qui vaudra à Flaubert pour la postérité le titre d’Idiot de la famille, ou y a-t-il d’autres raisons pour que les parents aient gardé leur fils cadet à la maison ? Ces questions interfèrent directement avec notre propos, dans la mesure où l’enfant ne peut avoir de Corneille une connaissance scolaire. L’enfant a-t-il eu un précepteur ? Caroline Commanville rapporte que son oncle avait appris à lire avec sa mère. Un voisin, le père Mignot, père d’Amédée et grand-père d’Ernest Chevalier, lui faisait la lecture, en particulier celle de Don Quichotte.

6Que sait-on de ses apprentissages ? Il sait écrire au moins depuis l’âge de huit ans révolu puisque sa première lettre retrouvée date de janvier 1830, donc deux ans avant notre texte ; un an plus tard, sa correspondance avec Ernest Chevalier fait état de multiples écrits : des discours politiques, des comédies ; il envisage de noter les bêtises que raconte une dame, et au début de 1832, il a des romans dans la tête. Le premier texte retrouvé s’intitule Louis XIII ; il est daté du 28 juillet 1831 et il condense en quelques pages le règne du roi, en s’attardant sur l’assassinat de Concini ; ce résumé est suivi d’une chronologie générale du XVIIe siècle, dans laquelle Corneille n’est pas cité. Si l’on ajoute La belle explication de la fameuse constipation, la comédie en prose L’Avare et l’épitaphe en vers mentionnés par le copiste, on a fait le tour des œuvres complètes, variées en formes, puisqu’on y trouve de la prose et des vers, et en genres (récit historique, discours, théâtre, épitaphe).

  • 5 Tous deux publiés à Rouen, chez Et. Vinc. Machuel, 1768.
  • 6 Dans un brouillon de la scène des Comices, on lit cet ajout barré en marge : « appuyés aux 4 colon (...)

7Rien de plus attendu que l’éloge, et qu’un éloge de Corneille. En tant que genre, l’éloge est l’exercice académique le plus prisé, et Corneille a fourni un nombre important de pièces : l’Académie française en a fait son sujet de concours pour l’année 1808 : ont été publiées les œuvres de Victorin Fabre, de Louis-Simon Auger (celui auquel Stendhal répondra vertement dans Racine et Shakespeare), de M. G. D. L. B., d’« un jeune français » anonyme, de René de Chazet, d’Antoine Jay, ennemi des romantiques. L’Académie de Rouen n’est pas en reste. Il existe un Éloge de Corneille d’Émile Gaillard, daté de 1768 ; un autre signé M*** à la même date5, un autre encore d’Égide de Lespinasse, chevalier et abbé de Langeac, pièce qui a concouru au prix de l’Académie de Rouen en 1786. Rouen a dû évidemment susciter dans le genre plus de vocations qu’ailleurs, qui se sont illustrées en discours de préau ou de Comices agricoles6. Tout jeune qu’il soit, le concitoyen du dramaturge ne l’ignore pas. En composant, comme un autre, son Éloge, il s’acquitte d’un quasi devoir oratoire. Le sous-titre du discours paraît peu approprié : « Avertissement ». Car l’avertissement appartient au paratexte, au lieu qu’ici il s’applique au texte dans son intégralité. L’orateur en herbe prend-il le mot dans le sens littéral d’attirer l’attention : je vous avertis que Corneille est le plus grand… Ou bien emprunte-t-il l’intitulé de certains discours préfaciels des pièces du théâtre classique, par exemple l’« Avertissement » du Cid, daté de 1648 ?

8Cet éloge respecte parfaitement les règles de composition dictées par la rhétorique. Aristote et Cicéron retrouveraient là les quatre parties du discours : d’abord l’exorde avec la captatio benevolentiae (« excusez-moi de vouloir parler de Corneille »), l’appel aux grands poètes antiques et à l’instrument mythologique ; ensuite la narration exposant la gloire de Corneille ; suivie de la confirmation par le jugement unanime et la réfutation de ceux qui « disputent » en préférant Racine, enfin, la péroraison et la chute. L’orateur débutant s’adresse à Corneille à la deuxième personne du singulier (à la fois « tu » de majesté et de familiarité), devant un parterre de spectateurs pris à témoin : « pas de compliments mes bons amis ». En tant que discours relevant du genre épidictique, l’éloge se fonde comme il se doit sur le topos de la grandeur, associé à celui de l’indignité de l’orateur (Corneille est grand, c’est le plus grand, et moi je suis tout petit à côté de lui, bien indigne de faire son éloge), construit sur les figures de l’exagération (la lyre d’Apollon suffirait-elle ?), de la gradation (« l’enfant, l’homme mûr, le vieillard ») et sur le procédé de l’amplification (par cercles concentriques, la gloire de Corneille, partie de Rouen, s’étend à la France, à l’Europe et couvre le globe).

  • 7 Œuvres de jeunesse, p. 1212.

9Notre orateur en culottes courtes maîtrise donc bien les rudiments de la rhétorique. Dans la notice qui accompagne l’Éloge, Guy Sagnes dit qu’il « applique instinctivement les règles d’un genre »7. Il est certes difficile de faire la part entre l’inné et l’acquis, en matière de composition. On peut légitimement penser que Gustave reproduit le schéma d’un discours officiel, tel qu’il a pu en entendre par exemple s’il a assisté à la distribution des prix au Collège royal pour son frère aîné Achille, en août 1831. Il était habituel qu’un professeur, le dernier nommé ou celui qui partait à la retraite, prononçât un discours, et pourquoi pas cette année-là un éloge de Corneille ? Ainsi pourrait se comprendre la superposition d’un modèle académique et d’un modèle scolaire : « Corneille, tu as le prix ».

  • 8 Ce parallèle fait partie des idées reçues échangées chez M. et Mme Renaud, dans L’Éducation sentim (...)

10On peut aussi supposer que le jeune garçon avait à sa disposition l’un de ces innombrables cours de compositions françaises qui enseignaient par l’exemple et par les modèles, en proposant des exercices d’imitation. Ils vulgarisaient pour les petites classes le Manuel classique pour l’étude des Tropes de Pierre Fontanier, publié l’année de la naissance de Flaubert, en 1821 (ouvrage destiné aux élèves de la classe de Seconde et adopté par l’Université), que suivit en 1827 la seconde partie intitulée Figures autres que tropes. Dans ces figures, se trouve le parallèle, procédé didactique s’il en est, et l’un des exemples que donne Fontanier, c’est évidemment le parallèle entre Corneille et Racine par La Bruyère8.

11Intuitivement ou par imitation, peu importe, Gustave suit un schéma académique, dont Corneille est l’exemple type. Comme c’est un débutant, il applique ce modèle avec beaucoup de zèle. Il donne trop dans l’exagération, pourtant figure normale de l’éloge. Qu’il demande la lyre d’Apollon pour chanter les mérites du dramaturge, soit, c’est de la juste exagération ; mais qu’il doute qu’elle lui suffise, c’est de l’exagération au carré. Il respecte les lois du discours en exhibant ses articulations, en dénudant le procédé, selon l’expression des formalistes russes. Et du coup, cette maladresse de débutant semble mise au service d’une certaine déconstruction rhétorique, de la part d’un jeune esprit pas dupe des artifices, qui voit les ficelles et qui se joue des codes. Certes, l’anachronisme par la lecture au rétroviseur nous guette : le romancier que nous connaissons n’est pas tout entier présent sous la plume de l’enfant qu’il fut, mais déjà Flaubert perce sous les astérisques de l’initiale F. Y a-t-il quelque chose de « romantique » dans la déconstruction du discours classique, et du discours classique sur un classique ? Est-ce l’effet de la réception « romantique » de Corneille ?

12Même si l’on ne savait pas qui deviendrait ce Gustave, on serait frappé par la subversion du modèle rhétorique dès l’exorde. L’orateur peut certes pousser loin le topos de l’humilité, de l’insuffisance, etc., mais sans doute pas jusqu’au point de prévenir l’esprit de l’auditoire contre une « brioche » : Littré précise que ce mot a le sens populaire de bévue, gaucherie, faute ou sottise, et qu’il est employé en concurrence avec « faire des boulettes », expression qui, elle, a survécu. De plus, cette « brioche […] est bonne à mettre au cabinet », endroit qu’au XVIIe siècle on entendait déjà à double sens, et d’autant plus dans ces « Trois pages d’un Cahier d’Écolier » que l’Éloge voisine avec La belle explication de la fameuse constipation. Au lieu de rehausser par contraste la dignité du sujet à louer, l’indignité affichée, presque revendiquée par l’orateur, la rabaisse au contraire. La trivialité proclamée de la louange rejaillit sur la noblesse de la personne louée. Au fond Gustave retourne ici la « preuve éthique », par laquelle l’orateur fonde traditionnellement son discours sur l’autorité de sa personne ; en se discréditant à ce point, l’orateur débutant mais déjà conscient de ses effets enlève toute pertinence à son éloge, et donc toute légitimité à celui qui en est l’objet.

13Gustave pratique donc une sorte de contre-éloge ou d’éloge paradoxal. On en repérera trois caractéristiques, dont on ne sait si elles s’expliquent par l’ignorance ou par la volonté de nuire, par la simplicité ou par la perversité naissante, par la naïveté vraie ou feinte. Mais toutes les trois concourent au même but : miner le genre de l’éloge en écornant au passage le buste de Corneille.

14Le premier point concerne le parallèle canonique entre Corneille et Racine. Quel que soit le manuel qu’il a eu entre les mains, Gustave n’a pas pu éviter l’exemple que donne Fontanier dans ses Figures du discours. Et même s’il n’a pas eu sous les yeux la fameuse formule, il en a lu ou entendu une glose : « Celui-là [Corneille] peint les hommes comme ils devraient être ; celui-ci [Racine] les peint tels qu’ils sont ». La longue opposition développée par La Bruyère est de nature axiologique. Or, le jeune Gustave, pourtant bien parti dans l’illustration des valeurs éthiques et esthétiques, puisqu’il décerne des bons points en morale et en beaux-arts, transforme le parallèle en séquence chronologique : Corneille a le mérite de venir avant Racine. Celui-là retire les épines du chemin ; celui-ci sème les fleurs après. On peut voir dans cette reformulation une maladresse, mais également une malveillance puérile dont l’effet est de rabaisser le mérite au moment même où on le proclame, dans la mesure où il ne tient qu’au hasard du calendrier. La supériorité vantée de Corneille n’est au fond qu’une antériorité. En tout cas, le petit Gustave a bien retenu sa leçon d’histoire littéraire : Corneille précède Racine.

  • 9 Bas-normand.

15Deuxième point de cet éloge paradoxal : Gustave utilise, consciemment ou non, le procédé qui consiste à faire tomber l’éloge à côté ou en porte à faux. En vantant les mérites d’une personne, on déplace l’accent sur un caractère secondaire, ou sur une vertu dont chacun s’accorde à reconnaître qu’elle en est dépourvue, ou pire sur une qualité qui appartient manifestement à une autre personne. Corneille fait les frais de cette méprise. Poursuivons d’abord le parallèle canonique : le mérite par antériorité de Corneille sur Racine consiste à avoir « retiré […] les difficultés de la versification française ! ». On accordera bien volontiers ce compliment. Mais est-ce le mérite principal du « père de la Tragédie française » ? Le jeune Gustave, déjà dramaturge et comédien à cet âge, aurait pu faire porter son éloge sur des qualités appartenant au genre théâtral proprement dit, aux situations dramatiques, aux caractères, à l’héroïsme. Au lieu de quoi, il attribue à Corneille des mérites liés à la forme de l’expression que son cours de composition française devait certainement réserver à Malherbe, autre normand qui bien que bas9 n’était pas inconnu de l’auteur de Louis XIII, puisque son nom est cité dans la liste des dates qui suit le résumé historique, sous la rubrique « Année de leur mort, personnages célèbres » : « 1628 – Malherbe, poète ». « Enfin Corneille vint », voilà qui peut former un hémistiche acceptable, mais il est difficile d’attribuer au dramaturge un rôle de novateur quant à la juste cadence du vers, à l’interdiction de l’enjambement, etc. Ne forçons pas trop l’interprétation cependant : la forme versifiée étant une composante inséparable du théâtre de Corneille, le décalage dans l’éloge n’est pas considérable. Il y a pire, et plus révélateur.

  • 10 Lettre à Ernest Chevalier du 13 septembre 1838, t. I, p. 28.
  • 11 Lors de la discussion qui a suivi cette communication, Anne Ubersfeld a justement proposé une autr (...)

16Une question rhétorique nous choque par son impertinence, au double sens du terme : elle est à la fois déplacée dans l’ordre de la vérité et sur le plan des convenances. « Pourquoi es-tu né si ce n’est pour abaisser le genre humain ? » La formule est bien signée Flaubert, lui qui, quelques années plus tard, dit son admiration pour deux hommes : « Rabelais et Byron les deux seuls qui aient écrit dans l’intention de nuire au genre humain et de lui rire à la face »10. Nous sentons là, déjà, la misanthropie ravageuse, le romantisme noir de Flaubert, qui nous vaut de belles pages de Sartre. C’est du Flaubert, mais est-ce dans Corneille ? Même dans une tête de dix ans, comment une telle formule est-elle possible à propos du dramaturge de l’héroïsme, du sacrifice, des « paroles sublimes », etc. Il y a sans doute plusieurs explications : l’une tient à la conception romantique du génie. L’autre à la confusion entre la tragédie et la comédie. Pour comprendre cette confusion, il faut faire un détour par La Poétique d’Aristote : le poète dramatique peut imiter des actions accomplies par des personnages supérieurs ou inférieurs à la moyenne humaine où nous nous tenons. D’où l’opposition de contenu entre la tragédie qui imite des hommes meilleurs et la comédie qui imite des hommes pires que les hommes d’aujourd’hui. On peut donc difficilement, à partir de cette opposition classique, attribuer à l’auteur d’une œuvre dramatique majoritairement composée de tragédies la volonté, ou la vocation par prédestination, d’« abaisser le genre humain ». En revanche, l’énoncé est acceptable pour un auteur comique tel que Molière, qui met en scène nos défauts et nos vices11. Une phrase de l’éloge renforce d’ailleurs l’impression d’un quiproquo sur le genre : « C’est toi Corneille qui par tes écrits as corrigé ton siècle ». Castigat ridendo mores : c’est par le rire qu’on corrige son siècle, non par la crainte et par la pitié. Le petit amateur de théâtre connaît bien son Molière : on apprend par son secrétaire qu’il a démarqué L’Avare, et l’expression fortement dépréciative de « brioche […] bonne à mettre au cabinet » nous permet de supposer qu’il avait lu ou entendu la réponse d’Alceste à Oronte, à propos de son sonnet : « Franchement, il est bon à mettre au cabinet ». Tout se passe donc comme si le jeune Gustave pensait si fortement à Molière en faisant l’éloge de Corneille qu’il lui échappe des compliments visant une autre cible. Molière n’est-il pas au fond le dramaturge des romantiques, mêlant les genres et les styles, alors que Corneille est perçu comme la référence des « perruques » ?

  • 12 Analyse de l’œuvre de Gustave Flaubert, Pocket, coll. « Les guides Pocket Classiques », 2004, p. 3 (...)
  • 13 La Bibliothèque de Flaubert, sous la direction de Yvan Leclerc, PU de Rouen, 2001, p. 38. Voir aus (...)

17Mais alors, pourquoi ne pas faire L’Éloge de Molière ? Parce que Rouen ! Pour des raisons de voisinage géographique et littéraire. Pierre-Louis Rey estime normal que Flaubert soit attentif à une gloire de sa ville12. Quand on habite Rouen, à l’Hôtel-Dieu, donc tout près de la rue de la Pie, quand on écrit, qu’on joue du théâtre et qu’on rêve la gloire par et sur les planches, l’éloge de Corneille est un exercice obligé, une sorte de rite de passage ou d’intronisation, et Corneille la figure tutélaire sous le signe de laquelle il faut se placer. C’est la ville où il y a le plus de bustes de Corneille, le plus de discours académiques adressés au buste de Corneille : « L’autre jour, en regardant le vénérable buste de Corneille, j’ai résolu d’en faire un juste éloge. » On aura noté l’hypallage : on attendrait « le buste du vénérable Corneille », mais l’adjectif passe de l’homme à sa représentation réifiée. À Rouen, Corneille n’est qu’un buste. Pour le jeune garçon d’une bonne famille qui possède une bibliothèque, il est aussi un nom sur le dos des livres reliés. L’inventaire après décès du père de Flaubert mentionne un Pierre Corneille en douze volumes, très certainement ceux qui se trouvent encore dans la bibliothèque du fils conservée à l’hôtel de ville de Canteleu, Œuvres, avec les commentaires de Voltaire, Paris, Renouard, 1817, 12 vol. On ne sait pas si l’autre ouvrage qui se trouve à Canteleu, datant de la fin du XVIIIe siècle, a également appartenu au père, ou s’il a été acquis tardivement : il s’agit de Pierre et Thomas Corneille, Chefs-d’œuvre dramatiques, avec le Jugement des Savans à la suite de chaque pièce, Londres, 1783, 5 vol.13 À supposer, comme il est vraisemblable, que le jeune orateur l’ait eu sous les yeux à l’époque de son éloge, il n’a eu qu’à en recopier le titre : « dans ta tête combien de chefs-d’œuvre ! » Il n’est pas nécessaire d’avoir lu un seul vers de Corneille pour faire son éloge ; les discours ambiants et les signes rouennais suffisent, même si le sous-titre « Avertissement » permet de croire que le livre a été ouvert aux pages qui précèdent Le Cid.

  • 14 D’après une facture datée de 1830, conservée à la Bibliothèque municipale de Rouen (Casier archéol (...)

18Parmi les éléments de l’éloge liés à Rouen, il en est un, essentiel, qui pourrait constituer l’ombilic de l’éloge, ce point de rattachement à la réalité topographique de la ville, et peut-être l’une des causes effectives du passage à l’écrit. Il s’agit de la longue période rhétorique consacrée à la maison de la rue de la Pie : « Maintenant ta maison est habitée par un grossier ouvrier ; ton cabinet qui a entendu des paroles sublimes ; oui des paroles qui méritent monter aux cieux, maintenant entend le bruit sourd du marteau. » Petite enquête référentielle : le 4 rue de la Pie était occupé à l’époque par Lefoyer, un serrurier-quincaillier qui « tient les articles pour la construction des mécaniques, et de la serrurerie pour les bâtiments, assortiment de vis à bois perfectionnés, outils »14. La réalité anecdotique sert de support à un topos dont on ne saurait dire s’il est plutôt Renaissance, classique ou romantique : celui du mythe dégradé, du sublime tombé bas ou de la gloire trivialisée. L’énoncé qui suit, apparemment sans enchaînement logique, « Pourquoi es-tu né si ce n’est pour abaisser le genre humain ? » prend alors par proximité avec le tableau de la maison banalisée un autre sens contextuel : Corneille avait bien raison, a posteriori, de rabaisser un genre humain qui a profané le temple de ses chefs-d’œuvre, et qui donc ne mérite pas mieux. Habiter Rouen permet d’être le témoin privilégié de ce qui reste de la gloire d’un grand homme local : un buste, une maison prolétarisée, et des discours de préau d’école, de jeux floraux et d’académies, genre tellement rabaissé que même les « gamins » s’en mêlent.

  • 15 Lettres à Ernest Chevalier du [2 septembre 1843], t. I, p. 189 et à Alfred Baudry, [17 janvier 186 (...)

19Cet éloge est donc à situer dans le contexte très particulier d’un débutant au théâtre admirateur de Molière, d’un Rouennais confronté moins à l’œuvre de Corneille qu’aux traces visibles de sa présence et aux signes vides de sens (comme pour nous tous aujourd’hui, les noms de Corneille et Flaubert fonctionnent dans la cité comme des signifiants vides désignant une rue, un lycée, un café, une ambulance, etc.). Surtout, ce à quoi Flaubert répond, c’est à un discours forcé, à un discours contraint, non pas au sens où il serait rendu obligatoire par un maître, puisque Flaubert n’est pas encore à l’école, mais dans la mesure où on se le prescrit à soi-même quand on est un petit Rouennais tenté par les lettres, parce qu’il se présente impérieusement comme modèle discursif, rendu inévitable par la pression de la ville de Rouen, des manuels d’apprentissage, de l’environnement familial, etc. Gustave est déjà confronté au discours de l’idée reçue. « J’ai résolu d’en faire un juste éloge ». Mais avait-il le choix ? Pouvait-il faire autrement que de suivre l’exemple des dizaines d’Éloges de Corneille qui ont rendu le sien nécessaire et inévitable ? Bouvard et Pécuchet auraient pu ajouter une entrée au Dictionnaire des idées reçues : « Corneille. Faire son éloge ». L’éloge, comme genre de discours, s’impose, et avec lui ses phrases mêmes : Corneille est le « père de la Tragédie française ». L’expression de Fontenelle est reprise dans de nombreux éloges, et c’est l’exemple favori des traités de rhétorique pour illustrer la figure de l’antonomase, « emploi d’un nom commun ou d’une périphrase à la place d’un nom propre ». Quand il aura grandi, Flaubert retrouvera Corneille au détour d’une autre périphrase moqueuse pour désigner, comme un bourgeois officiel, leur ville natale : « la patrie de Corneille »15.

  • 16 Madame Bovary, éd. Claudine Gothot-Mersch, Classiques Garnier, 1971, p. 249.

20C’est un buste qui a motivé l’éloge. On terminera sur un autre monument. Le fiacre qui emporte Emma et Léon parcourt Rouen et ses environs en tous sens. Le trajet érotico-touristique eût été incomplet sans une station, la première de la course, devant le père de la tragédie française : « Et la lourde machine se mit en route. /Elle descendit la rue Grand-Pont, traversa la place des Arts, le quai Napoléon, le pont Neuf et s’arrêta court devant la statue de Pierre Corneille. »16 Elle s’arrêta court. Nous aussi, après avoir noté que pour Gustave comme pour Flaubert, buste ou statue, Corneille à Rouen n’est que pierre.

Notes

1 Voir Jean Bruneau, Les Débuts littéraires de Gustave Flaubert. 1831-1845, Armand Colin, 1962.

2 Correspondance, éd. Jean Bruneau, Bibliothèque de la Pléiade, 1973, p. 6. L’orthographe a été conservée.

3 Nous restituons entre crochets droits les mots manquants, en raison d’un coin de papier déchiré. En l’absence du manuscrit, non retrouvé, nous citons le texte « autographié » (conservé à la Bibliothèque nationale de France, N.a.fr. 23825, fos 67-72, copie à la Bibliothèque municipale de Rouen, dossier 92N Flaubert). Jean Bruneau en a donné une première transcription dans Les Débuts littéraires de Gustave Flaubert, 1831-1845, ouvr. cité, p. 40-41. Dans le volume des Œuvres de jeunesse paru à la Bibliothèque de la Pléiade (édition présentée, établie et annotée par Claudine Gothot-Mersch et Guy Sagnes, 2001), le parti a été de normaliser l’orthographe et la ponctuation (p. 9-10).

4 Archives départementales de la Seine-Maritime, cote 1 T 1998 (microfilm 2 Mi 0777), en ligne sur le site Flaubert, http://www.univ-rouen.fr/flaubert, rubrique « Biographie », « Collège royal de Rouen ».

5 Tous deux publiés à Rouen, chez Et. Vinc. Machuel, 1768.

6 Dans un brouillon de la scène des Comices, on lit cet ajout barré en marge : « appuyés aux 4 colonnes du portique 4 [illis.] de toile “au commerce”, “l’industrie”, “aux B. arts”, “à l’agriculture” 2 plus gds “aux génies normands” on voyait Corneille Boieldieu Fontenelle Jouvenet – & sur l’autre tout espèce de gd homme, Mozart Guttenberg Fénelon » (B.M. de Rouen, ms 223, vol. 3, f ° 131, transcription de Danielle Girard, en ligne sur le site Flaubert).

7 Œuvres de jeunesse, p. 1212.

8 Ce parallèle fait partie des idées reçues échangées chez M. et Mme Renaud, dans L’Éducation sentimentale de 1845 : « Vint ensuite le parallèle obligé du doux Racine et du grand Corneille, suivi de celui de Voltaire et de Rousseau », Œuvres de jeunesse, ouvr. cité, p. 858.

9 Bas-normand.

10 Lettre à Ernest Chevalier du 13 septembre 1838, t. I, p. 28.

11 Lors de la discussion qui a suivi cette communication, Anne Ubersfeld a justement proposé une autre interprétation de la phrase de Flaubert : Corneille abaisse le genre humain en peignant des héros très au-dessus de notre commune mesure. Nous la remercions de cette suggestion, qui a le mérite de rester dans le registre tragique. – Je m’avise un peu tard que Sartre allait dans le même sens : « Dans l’“Éloge”, il n’est pas dit que Corneille ait l’intention de nuire. Il rabaisse par sa seule stature, sans même y prendre garde et cette indifférence méprisante est pire, peut-être, que l’“intention de nuire” – qui ne peut naître que de passions mal apaisées. […] pour celui qui s’incarne en cet auteur ou dans l’un de ses héros magnifiques, ses soi-disant prochains semblent des pygmées » (L’Idiot de la famille, Gallimard, « Bibl. de Philosophie », 1971, t. I, p. 801-802).

12 Analyse de l’œuvre de Gustave Flaubert, Pocket, coll. « Les guides Pocket Classiques », 2004, p. 37. Voir également ce qu’en dit Sartre : « Deux circonstances […] le rapprochent de celui qu’il appelle “mon cher compatriote” : tous deux s’occupent de théâtre, tous deux sont Rouennais ; ainsi peut-on penser sans risque d’erreur que le petit garçon fait de son illustre prédécesseur l’éloge qu’il voudrait qu’on fît de lui-même deux siècles plus tard » (L’Idiot de la famille, ouvr. cité, p. 800). Nous ne suivrons pas Sartre jusqu’à la fin de sa phrase : la juvénile distance que Flaubert prend avec le genre de l’éloge et avec son sujet rend difficile, de notre point de vue, l’hypothèse d’une réversibilité à sa propre personne.

13 La Bibliothèque de Flaubert, sous la direction de Yvan Leclerc, PU de Rouen, 2001, p. 38. Voir aussi A. D. [André Dubuc], « La bibliothèque générale du père de Gustave Flaubert », Les Rouennais et la famille Flaubert, Édition des Amis de Flaubert, 1980, p. 58.

14 D’après une facture datée de 1830, conservée à la Bibliothèque municipale de Rouen (Casier archéologique, Rue de la Pie, Maison Corneille). Nos remerciements à Nicole Bory, qui nous a aimablement signalé ce dossier.

15 Lettres à Ernest Chevalier du [2 septembre 1843], t. I, p. 189 et à Alfred Baudry, [17 janvier 1862], t. III, p. 197.

16 Madame Bovary, éd. Claudine Gothot-Mersch, Classiques Garnier, 1971, p. 249.

Auteur

Professeur de Lettres modernes à l’Université de Rouen. Il travaille essentiellement sur Flaubert, en particulier sur sa correspondance et sur ses manuscrits. Il termine l’édition de la Correspondance dans la Bibliothèque de la Pléiade et collabore, pour cette même collection, à la nouvelle édition des Œuvres complètes, sous la direction de Claudine Gothot-Mersch. Responsable du site du Centre Flaubert, qui comporte une Revue Flaubert annuelle en ligne, et qui diffuse un Bulletin Flaubert d’informations (http://www.univrouen.fr/flaubert). Avec Danielle Girard, il coordonne l’édition hypertexte du manuscrit intégral de Madame Bovary.
Université de Rouen (cérédi)

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search