Version classiqueVersion mobile

Corneille des Romantiques

 | 
Florence Naugrette
, 
Myriam Dufour-Maître

Corneille et ses lecteurs romantiques

Vigny et Corneille

Lise Sabourin

Résumé

Partant de la déclaration d’« affection pour ce grand tragique français » professée par Vigny envers Corneille, on s’efforce de déterminer les raisons de cette prédilection marquée, au sein d’un XVIIe siècle souvent nourricier, par l’insertion du dramaturge comme personnage romanesque dans Cinq-Mars. Le romantique lui prête des considérations désabusées sur le succès théâtral, très proches de ses propres conceptions sur l’homme de génie en paria social. La parenté dramatique bute pourtant sur quelques reproches à propos de la récurrence des ressorts d’intrigue cornéliens, même si l’auteur de Médée, d’Horace, de Polyeucte et de Théodore est plus admiré que Racine. Vigny annote minutieusement cette dernière pièce (ainsi d’ailleurs que l’Ariane de Thomas) au fil de sa relation avec Marie Dorval, puis des succès de Rachel, associant leur féminité à la dualité d’une séduction puissante et redoutable à la fois, même s’il reste sceptique quant aux effets du jeu des acteurs sur la réception des œuvres théâtrales. Les allusions à Corneille s’allient donc au retour vers la poésie de la maturité vignyenne et à sa réflexion sur l’idéal associée à l’histoire antique, qui a fortement inspiré l’imaginaire des deux écrivains. Corneille finit par être invoqué au titre d’une même « famille héroïque », celle où la morale de l’honneur s’exprime par la poésie « épique et dramatique » du devoir que recherche le poète-philosophe du XIXe siècle, en quête d’une modernité de la noblesse que ce « frère d’esprit », issu de la bourgeoisie du Grand Siècle, est appelé à incarner, par leur commune éthique de l’individu debout face à son destin.

Texte intégral

  • 1 Jacques Langlais, Alfred de Vigny critique de Corneille, avec fragments inédits d’A. de Vigny sur (...)
  • 2 Théâtre de Pierre et Thomas Corneille, Didot, 1837, 2 vol. : ces exemplaires, communiqués à Langla (...)
  • 3 Loïc Chotard, « Vigny lecteur de Corneille », dans Revue d’histoire littéraire de la France, mai-j (...)
  • 4 Alfred de Vigny, Journal d’un poète, 1840, éd. F. Baldensperger, Gallimard, « La Pléiade », 1948, (...)
  • 5 Reginald F. Amonoo, « Corneille et les romantiques », dans Pierre Corneille, actes du colloque de (...)

1Établir les liens de pensée entre des écrivains que séparent deux fois cent ans nous mène aussi à reconsidérer deux articles précédents liés à des célébrations séculaires : Jacques Langlais, dès 19051, soit cent ans avant nous, a procédé au relevé d’annotations de la main de Vigny sur une édition du théâtre des frères Corneille2 ; en 1997, lors du bicentenaire de la naissance du poète, Loïc Chotard3, à propos de la redécouverte d’un feuillet manuscrit consacré à Médée, a montré comment Vigny fait de Corneille le porte-parole de sa théorie du paria social qu’est le créateur de génie. Les références à Corneille ne tiennent pourtant pas une place aussi considérable dans l’œuvre vignyenne que celles concernant Pascal, par exemple, en ce grand siècle. Mais le poète-philosophe assure de son « affection pour ce tragique français »4, que corroborent d’autres mentions ou des parallèles possibles entre leurs œuvres. S’agit-il d’une parenté entre dramaturges ? Les périodes précises où Corneille affleure dans le débat intérieur de Vigny nous conduiront peut-être à mieux cerner ce sentiment d’appartenance à une même « famille héroïque », comme l’a dénommé Reginald F. Amonoo5.

  • 6 JP, 1837, p. 1063-1064.
  • 7 Charles Brifaut à Alfred de Vigny, 15 juin 1826, dans Correspondance d’Alfred de Vigny, éd. M. Amb (...)
  • 8 Alfred de Vigny, Cinq-Mars, éd. A. Bouvet, Gallimard, « La Pléiade », 1993 (édition que nous signa (...)
  • 9 Voir Alfred de Vigny, Réflexions sur la vérité dans l’art, préface de Cinq-Mars, t. II, p. 6-11.
  • 10 Voir Jacques Langlais, ouvr. cité, p. 20, qui renvoie aux vers du premier « Quand sur le pavé de l (...)
  • 11 Cinq-Mars, t. II, p. 325-326 ; voir en contrepoint p. 78, la prudence de la Compagnie des Cinq Aut (...)
  • 12 JP, 20 février 1861, p. 1362.
  • 13 « Ce n’est qu’après la mort que tout est remis à sa place et que l’on pardonne des Scythes, des Gu (...)
  • 14 JP, 1838, p. 1095.

2Le goût de Vigny pour le XVIIe siècle est patent dès son adolescence : il lit à quatorze ans les Mémoires de Retz et caresse le projet d’écrire un roman sur la Fronde6. Cinq-Mars, en 1825, est couronné d’un succès immédiat. Le sentiment de réalité éprouvé par les lecteurs s’exprime dans cette remarque laudative de Brifaut : « Mœurs, caractères, situations, tout y est d’une vérité admirable. Ne seriez-vous pas, par hasard, un homme de cette époque ? »7 Corneille figure dans ce roman à titre de personnage secondaire, mais son compagnonnage avec Descartes, Molière et Milton et le poids de leurs commentaires au cœur de l’action lui confèrent un rôle important. Dans le chapitre de « La Lecture »8, et au prix de quelque inexactitude historique, négligeable aux yeux du romancier historique9, ces jeunes génies sont présentés comme encore peu reconnus et se heurtant aux puissants du jour ; Vigny est aidé, il est vrai, dans ce « commerce d’intimité compatissante » par la légende diffusée par J. Charles-Brun et La Bruyère d’un Corneille pauvre en comparaison de Chapelain et par l’humilité des remerciements du dramaturge lui-même à son protecteur dans la préface de Cinna10. Loïc Chotard note d’ailleurs très justement que l’atmosphère imaginée par Vigny relève plutôt du jeune Cénacle romantique que du salon de Ninon de Lenclos. Ajoutons que le débat prêté à ces écrivains du XVIIe siècle ressemble fort aux entretiens à deux ou trois têtes pensantes que, toute sa vie, Vigny préférera aux mondanités salonnières que ses notes ne cessent de dénoncer comme peu propices à la vraie pensée. À eux encore est confié le soin de commenter, dans l’ironique chapitre final, « La Fête », le sort cruel réservé à Cinq-Mars et de Thou par un Richelieu que le public, lors de la représentation d’une de ses tragédies devant le roi, a conspué au cri de « Le Cid ! Le Cid ! », ce qui provoque la confusion et la fuite du jeune Corneille « effrayé » d’une louange si dangereuse11. Vigny n’est pas dupe pourtant de la versatilité du public de théâtre, puisqu’il écrit encore dans les dernières années de sa vie : « Soyez Corneille, on ne vous saura aucun gré de Cinna et de Polyeucte lorsque vous serez arrivé à un moment d’affaiblissement ou de travail précipité, qui vous aura fait écrire Agésilas ou Attila »12 et que seul le décès de l’auteur fera « pardonne[r] »13. Et de regretter que tout spectateur ou lecteur ne tente pas d’écrire, afin de mieux percevoir la difficulté de créer : alors, comme « Campistron, [la critique] devra[it] sentir le mérite de Racine »14 et de Corneille assurément !

  • 15 JP, 1846, p. 1234.
  • 16 Poème attribué à Vigny, Quelques Mots à un grand homme [à Hugo, lors de la publication des Voix in (...)
  • 17 Alfred de Vigny, Lettre à Lord*** sur la soirée du 24 octobre 1829 et sur un système dramatique, p (...)
  • 18 La princesse de Béthune à Alfred de Vigny, 4 avril 1821, C, 1989, t. I, p. 58 ; voir Florence Naug (...)
  • 19 Adolphe Granier de Cassagnac, Lettre à M. Chauvet sur l’unité de temps et de lieu dans la tragédie(...)
  • 20 Lettre à Lord***, t. I, p. 402-404.
  • 21 Ibid., t. I, p. 397 et 406 ; on verra aussi le projet d’écrire un Misophile comme facette comique (...)
  • 22 JP, 1840, p. 1138, repris dans t. II, p. 1215.
  • 23 De Mlle Sedaine et de la propriété littéraire, t. II, p. 1194 ; voir aussi p. 1197.

3Outre donc cette charge de grand homme entravé matériellement par une société où il manifeste sa libre parole, Corneille occupe une place de choix parmi les dramaturges qui figurent au panthéon vignyen. En ce temps de réforme romantique qui se réclame de Shakespeare en s’opposant au classicisme, ou plutôt au néo-classicisme de Voltaire, si Corneille est naturellement critiqué dans la Lettre à Lord***, il l’est bien moins que Racine. Au créateur d’Iphigénie, Bajazet, Phèdre et même Andromaque, Vigny reproche la récurrence de ses « ressorts » d’intrigue – telle la découverte d’une fausse amie en rivale15 ; il admire certes les « nobles accents de Phèdre et d’Athalie »16, ainsi que la conscience de son temps qui place Racine dans la nécessité de franciser l’Orient d’Esther et Athalie17. Mais, comme Hugo, Vigny voit chez Racine le goût du vraisemblable, l’art de la rhétorique au sein d’une action resserrée par le carcan des unités, tandis que Corneille, estime-t-il, préfère l’invraisemblable et les personnages exigeants, s’intéresse aux variations génériques de la tragédie sans fin funeste ou à machine, sans oublier la comédie héroïque. Une correspondante que Vigny ne désavouerait pas, comme toute la génération romantique, qualifie Corneille de « génie », alors qu’elle parle seulement de la « grâce » de Racine18. De là à concevoir un dramaturge tyrannisé par les pédants dans l’essor de son lyrisme quasiment préromantique, c’est un pas que franchira plus nettement Granier de Cassagnac19, mais que risque parfois la Lettre à Lord***, où se lit le souci de Vigny de s’ériger en doctrinaire aux côtés du créateur de Cromwell. Tout en « souri[ant] de pitié » lorsque le Discours des trois unités de Corneille veut faire tendre le temps de l’action vers celui de la représentation, mais en visant simultanément deux vers de Racine, Vigny n’en reconnaît pas moins que leurs œuvres constituent de « magnifiques exceptions » en ce temps qui voulut réguler d’après leur talent la production théâtrale, alors qu’il leur fallait faire preuve de « tour d’adresse prodigieux et [d’]une foule de ruses pour déguiser la misère à laquelle ils se condamnaient ; c’était chercher à employer et à étendre pour se couvrir le dernier lambeau d’une pourpre gaspillée et perdue »20. Seul « notre grand Molière » évite toute critique de la part de Vigny, « Molière [qui] ne manqua jamais à donner ces touches fermes et franches qu’apprend l’observation attentive des hommes »21. Les pièces de Racine, a fortiori de Corneille, appartiennent donc sans conteste à ces « ouvrages passés [qui lui] reviennent sous la main – [il] les prend […] partout pour [s] e donner de la modestie s’il [lui] vient quelque velléité d’orgueil »22. D’ailleurs, quand Vigny prend la défense de la propriété littéraire, il imagine les héritiers de Campistron bien appauvris, tandis que « les enfants de Corneille et de Sedaine vivraient dans l’aisance »23.

4C’est que l’« étudiant perpétuel » qu’il revendique être connaît bien l’œuvre cornélienne. L’édition étudiée par Langlais, aujourd’hui non localisée, était truffée d’annotations, manifestant une vive aptitude à peser réussites et maladresses. Il note ainsi les lourdeurs de Médée : « Que c’est mauvais ! », écrit-il en marge de la scène 6 de l’acte V de la première tragédie de Corneille, tout en appréciant certains « vers pleins de tendresse » ou la « naïveté charmante » de l’Examen. Il trouve en Rodogune des « doses de sentiments mesurées comme dans une pharmacie », des « méprises de sentiments » « intolérables ». Mais Théodore l’intéresse : « C’est la situation d’Andromaque » ; il en trouve l’acte II « beau : imité par Racine » et dénie le reproche de Voltaire sur l’évocation de la prostitution imposée à la jeune chrétienne : « Corneille est plus vrai et plus décent que Voltaire. Le corps seul est violé, l’âme est vierge ». C’est d’ailleurs à propos de cette tragédie précisément qu’il se défend de blâmer le dramaturge :

  • 24 JP, 1840, p. 1138.

Je ne serais pas surpris que quelques personnes vinssent à s’imaginer que je n’admire pas sincèrement la Théodore de Corneille. On aurait bien tort. Ni la niaiserie du roi, ni la puérilité, etc., ne m’ôtent mon affection pour ce tragique français24.

  • 25 Alfred de Vigny, Lettre à Lord***, t. I, p. 410.

5Il étudie également l’Ariane de Thomas où il trouve « vrai, juste, excellent » le cri de la nature que Voltaire estime trop raisonneur. Mais il admire surtout, de « l’immortel Corneille », le caractère de Maxime dans Cinna, la profondeur de Polyeucte et, bien sûr, Le Cid, « cette véritable épée moderne d’Othello, dont la lame espagnole est dans l’Èbre trempée. Ebro’s temper ! Pourquoi ne s’en est-il servi qu’un jour ? »25.

6On pourrait donc s’attendre à une parenté théâtrale entre le créateur romantique et le dramaturge du XVIIe siècle. Sainte-Beuve n’a pas manqué d’ailleurs de féliciter Vigny, après Othello, d’avoir

  • 26 Charles-Augustin Sainte-Beuve à Alfred de Vigny, 10 novembre 1829, C, 1989, t. I, p. 384.

vaincu en mettant le pied sur la gorge de cet imbécile de public qu’ameutaient quelques misérables ; c’est bien et les choses se sont passées comme elles doivent ; c’est la loi dramatique depuis et avant Le Cid. Honneur à vous d’en renouveler le premier exemple à cette époque de renaissance26.

7Mais ne rencontre-t-il pas là tout simplement les idées du temps sur leurs places respectives de précurseurs, comme Hugo présentant Hernani en continuation de Don Sanche et du Cid ? Le parallèle est tentant dans le contexte de la bataille entre perruques et Jeunes-France. Ainsi argumente un entrefilet de la Revue de Paris à propos d’un projet avorté en 1834 :

  • 27 Revue de Paris, « Chronique de la semaine », t. X, p. 320, 3e livraison d’octobre 1834, cité dans (...)

M. de Vigny, un de nos grands poètes, a renoncé à faire représenter son drame de Sylvia, que la Comédie-Française a trouvé d’ailleurs trop littéraire. Bientôt la Cour d’Assises de la rue de Richelieu suspendra Molière parce qu’il est trop comique, et Corneille parce qu’il est trop tragique. M. Ancelot nous reste27.

  • 28 Alfred de Vigny, Le More de Venise, I, 10, v. 401, t. I, p. 438 ; voir la note, p. 1394 ; Shakespe (...)
  • 29 Voir Alfred de Vigny, Dernière nuit de travail, préface à Chatterton, 1834, t. I, p. 758-759, et l (...)
  • 30 Marcel Deyres, « Suréna, précédent tragique de Chatterton », dans Revue d’histoire du théâtre, XLV (...)

8Dans le détail des œuvres, on a pu rapprocher telle structure d’un vers du More de Venise – « La vertu ! mot oiseux. C’est de soi qu’on dépend » – du rythme cornélien d’un vers fameux de Médée – « Que vous reste-t-il ? Moi », mais aussi de Shakespeare – « ‘tis in our selves, that we are thus, or thus »28. On peut être tenté de trouver en Concini et Borgia de La Maréchale d’Ancre un dédoublement du Maxime de Cinna. Langlais a remarqué déjà combien Chatterton respecte les unités, présente la situation abstraite du poète sous le patronyme de l’écrivain anglais, manifeste un goût de l’histoire partagé par Corneille, même si la simplicité de l’intrigue paraît relever aussi d’une pureté racinienne, et l’atmosphère des drames bourgeois de Mercier, Diderot ou Sedaine, ce dernier très apprécié de Vigny29. Marcel Deyres30 s’est livré à une confrontation convaincante avec Suréna : situations initiales de sentiments voilés, absence d’événement porteur d’une scène médiane dominante, dénouements similaires par leur économie et leur vigueur contenue sur scène, invention de sentiments prêtés à des personnages issus de l’histoire, tonalité grave et douce, présence d’un conseiller, apparemment superfétatoire, en fait essentiel par son effet de chœur antique dégageant la leçon, lien entre l’aveu d’amour et la mort infligée moralement par la société aux natures éthérées. Le conflit de Prusias avec Nicomède, la bassesse d’âme de Félix dans Polyeucte, celle de Valens dans Théodore, peuvent avoir nourri l’utilitarisme de Bell aussi bien que le matérialisme de Beckford face aux deux aristocrates de l’âme que sont Kitty et le poète, mais aussi le plus souvent les couples cornéliens. Le même sens de l’audace dans la mesure, le goût de la méditation au sein de la quête spirituelle caractérisent effectivement leurs auteurs.

  • 31 JP, 8 mai 1840, p. 1137.
  • 32 Langlais cite un dialogue entre Rachel et Vigny concernant son jeu dans Horace, ouvr. cité, p. 28, (...)
  • 33 Alfred de Vigny, Carnet de 1839-40, dans C, 1994, t. III, p. 556.
  • 34 JP, 5-6 juin 1842, p. 1182, la date étant précisée sur le feuillet par Chotard, art. cité, p. 408.
  • 35 Alfred de Vigny à la marquise Édouard de La Grange, 13 mai 1842, C, 1997, t. IV, p. 635.
  • 36 JP, août 1856, p. 1319.

9Mais les annotations de Vigny nous orientent aussi sur un autre terrain. Loïc Chotard a montré comment elles nourrissent de paradoxales et évolutives considérations chez le poète dès 1829, mais surtout de 1839 à 1841, sur les avantages respectifs de la lecture muette ou de l’interprétation orale des textes. Les notes sur l’édition des frères Corneille ne comportent pas seulement des appréciations, mais également des barres concernant la diction, la scansion de vers, le souci des didascalies et des jeux de scène, toutes indications qui convergent vers un travail lié à la scène. Or la date de ces volumes, édités en 1837, place leur étude au moins à la fin de la liaison de Vigny avec Marie Dorval. Une notation du Journal, le 8 mai 1840, concerne Rachel à ses débuts : elle joue alors Camille au Théâtre-Français, avant d’incarner Hermione puis Phèdre en 1843, contribuant au retour du public vers la tragédie, simultanément à l’échec des Burgraves. L’actrice, malgré son naturel passionné, est jugée par Vigny inférieure à Talma : « Vu Cinna. Rachel a du dédain, de l’ironie, mais son talent manque d’amour »31. C’est le moment où Marie Dorval reprend La Maréchale d’Ancre, représentée dans ce même Théâtre-Français le 18 juin 1840. Il est bien naturel que Vigny compare le jeu des deux grandes actrices du moment, qu’il approche facilement de surcroît32, vu les démêlés antérieurs à la Comédie-Française de son ex-amante, dont le talent d’émotion avait compté pour beaucoup dans le succès de Chatterton. Mais la réflexion concerne aussi plus largement le rôle des interprètes par rapport au poids des auteurs auprès du public. Le Carnet de 1839-1840 confirme : « Rachel est une lectrice. La Tragédie – Statue nue – Lecture et rhétorique »33. Le feuillet retrouvé sur Médée est daté du 5 au 6 juin 1842 : « Le public français a fait jusqu’ici des prodiges de respect. […] La tragédie française a été presque toujours : une suite de discours sur une situation donnée »34. À partir du 7 mai 1842, Rachel joue l’Ariane de Thomas Corneille que Vigny souhaite aller voir35 et dont il annote abondamment le texte. L’année suivante, Marie crée la Lucrèce de Ponsard au Gymnase, rôle que Rachel reprendra en 1848. Toutes ces réflexions convergent donc vers une prise de position mûrie sur la question dramatique : malgré tous les projets théâtraux qu’il continuera d’esquisser, Vigny reconnaît désormais révolu le temps du drame romantique, auquel il a cru tout autant que Hugo – et même peut-être avant lui ; il constate auprès des spectateurs juste milieu le regain de faveur, non seulement de la tragédie classique, qu’il n’a jamais vraiment désavouée avec une virulence égale à celle de son ami, mais aussi de la tragédie moderne ; il conclut à la difficulté d’être des dramaturges, trop dépendants des acteurs pour le succès de leurs créations, à la versatilité du public… et revient à la poésie, fruit d’une méditation dans la solitude qui nourrira aussi la Seconde Consultation du Docteur Noir. Et Corneille, quel a été son rôle en cette question ? Admiré, même en ses quelques défaillances, plus que Racine, il donne l’occasion de constater que le jeu de Rachel, pourtant loué, ne réussit pas à en traduire tout l’idéal et la vérité de son théâtre : réflexion qui conduit Vigny à choisir des voies autres que théâtrales, puisque même le créateur de génie qu’est Corneille se trouve soumis à de tels aléas. En 1856 encore, Vigny dénonce par l’absurde une phrase jugée frivole que Lamartine avait écrite sur l’album de Mme Ristori, considérant que tout texte non joué deviendrait lettre morte : alors « Baron et Talma, Kemble, Kean et Young [seraient] supérieurs à Corneille, Racine et Shakespeare »36 !

10Mais, avant de voir comment Vigny use aussi de la référence à Corneille dans d’autres genres, intéressons-nous encore un instant à ces deux actrices. La page consacrée à Rachel fournit en effet une considération sur la féminité fort instructive :

  • 37 JP, 1840, p. 1138.

Il faut pour jouer Corneille une femme insociable ou du caractère le plus haïssable – une femme qui fasse souhaiter en la voyant un déluge qui renouvelle la race ou un voyage des anges qui la rende plus céleste, – un de ces caractères révoltés qui luttent corps à corps avec l’homme et le surpassent en insolence comme assurément le fait Théodore avec son père, comme devait le faire Mme de Longueville avec le prince de Condé et toutes les femmes mâles de la Fronde37.

  • 38 Alfred de Vigny, La Maison du berger, v. 233, 309, 336, dans Les Destinées, t. I, p. 126, 128.
  • 39 Voir Vigny, projets sur Lélith, 1858-1859, dans Esquisses sans lendemain, t. I, p. 369-371.
  • 40 JP, 1834, p. 1001.

11La froideur de l’actrice a donc aussi été appréciée, évocatrice des femmes fortes du fascinant XVIIe siècle, telle la Maréchale d’Ancre qu’avait jouée Mlle George en 1831, telle aussi la cruelle et puissante Marcelle de Théodore, telle Médée la terrible magicienne, telle encore Dalila qui obsède Vigny depuis 1832-1833, mais bien davantage depuis la rupture avec Marie, au moment où il termine la curative Colère de Samson de novembre 1838 à avril 1839. Nous revenons toujours à cette période-charnière, car, sitôt délivrée par ce poème de l’angoisse de l’Eva maléfique, projetée dans une esquisse de roman épistolaire durant l’été 1838, La Maison du Berger s’oriente vers l’Eva d’Est, compagne d’idéal et d’amour partagé, comme la primitive figure angélique d’Eloa ou la parfaite Sara du Déluge. Une femme redoutable qui provoque la catastrophe, afin de retourner aux temps édéniques de la femme compassionnelle à son amant : telle est l’influence de Médée ; telle est désormais l’image de la tumultueuse Marie, en contrepoint de la « compagne délicate », toute de « grâce » et de « tendresse » à qui s’ouvre la cabane roulante, en son « amour taciturne et toujours menacé »38. N’est-ce point aussi une image des héroïnes cornéliennes les plus purement amoureuses, sans faiblesse pour autant, Chimène, Émilie, Pauline, Théodore ? La dualité hante toujours, en 1858-1859, les multiples rêveries de Vigny sur Lélith, « ange à la chevelure sombre » qui se venge de son double clair et blond, Eloa : « Tu es née d’une larme et moi d’un éclat de rire de Lucifer en voyant la création manquée de la Terre et de l’homme »39. Le poète ne se voit-il pas lui-même en Satan ou en « Raphaël noir »40 ? Les personnages cornéliens présentent également cet éventail d’êtres forts et idéalistes, tantôt tendres, tantôt cruels.

  • 41 JP, 1839, p. 1122.

12C’est à d’autres genres littéraires que revient Vigny dans ces années 1840-1842. L’une de ses notations sur les « deux littératures » affirme discerner « celle des yeux ou de la lecture, celle des oreilles et du chant » : « un roman, une longue histoire, un livre de sciences, de métaphysique, etc., […] seraient insupportables à entendre ; on écoute la poésie, la tragédie, le discours des rhéteurs et de la chaire »41. Il faut donc, puisqu’il renonce à se faire représenter sur le théâtre, faire entendre sa poésie ou donner à réfléchir par le roman. Le Corneille de Cinq-Mars prévient ainsi Milton qui se soucie peu du succès – « Je chante parce que je me sens poète », lui a répondu l’Anglais :

  • 42 Cinq-Mars, t. II, p. 236.

Si vous voulez la gloire présente, ne l’espérez pas d’un aussi bel ouvrage [Le Paradis perdu]. La poésie pure est sentie par bien peu d’âmes ; il faut, pour le vulgaire des hommes, qu’elle s’allie à l’intérêt presque physique du drame. J’avais été tenté de faire un poème de Polyeucte ; mais je couperai ce sujet : j’en retrancherai les cieux, et ce ne sera qu’une tragédie42.

  • 43 « L’homme antique ne faisait jamais de fausse dignité ; il pleurait sans rougir de ses larmes, que (...)
  • 44 Alfred de Vigny, Les Martyrs de l’enfer, 1er semestre 1858, dans Esquisses sans lendemain, t. I, p (...)
  • 45 Alfred de Vigny, Roman historique antique, 1824, dans Projets divers de romans et nouvelles, t. II (...)
  • 46 Alfred de Vigny, [La Primitive Église], 11 août 1832, dans Esquisses de drames historiques et soci (...)
  • 47 JP, 1834, p. 1018.
  • 48 Léon Séché, Alfred de Vigny et son temps (1793-1863), Juven, s. d., [1890-1910], livre V, « Sur la (...)

13Ce propos, peu vraisemblable dans la bouche du grand tragique lui-même, exprime plutôt l’opinion de Vigny en ce début de la décennie 1840 : il écrit alors La Mort du loup au silence stoïque et La Flûte sur la difficile condition du poète ; il effectue donc le passage du dramatique au poétique. Mais il travaille aussi à Daphné dont le premier état de 1837 est repris de manière récurrente en 1839, 1840-1841, 1842, 1844-1845, puis en 1850-1853, 1857, 1859, 1861 et même en août 1863, mois précédant sa mort. C’est dire si cette Consultation, qui ne sera jamais qu’un roman inachevé et posthume, est essentielle à son âme. Or son héros, l’empereur Julien l’Apostat, est non seulement un personnage historique de l’Antiquité, tel qu’aiment en traiter Corneille et Vigny43, mais aussi porteur du débat métaphysique fondamental qui fait l’objet de Polyeucte comme de Théodore. Une esquisse poétique de 1858, Les Martyrs de l’enfer, mentionne également Polyeucte44. Ce sujet est pour Vigny l’occasion d’une hésitation générique constante : dès 1824, il envisage un « roman historique antique » sur un Romain voyageant en Judée au temps du Christ45 ; puis, en 1832, a l’« idée d’une pièce de théâtre sur la primitive Église chrétienne » qui l’a « tenu tout le jour en extase »46 ; Julien lui-même a d’abord donné lieu à une tragédie brûlée au temps du choléra de 1832, abandonnée par crainte de la censure en 1833, de nouveau envisagée pour le théâtre en 1835, puis en novembre 1840 avant sa conversion en Consultation romanesque, reprise en drame sous le titre possible Les Stoïciens en 1857. Vigny, qui a tant apprécié le second Polyeucte qu’est Théodore, approuve aussi le souci de redéfinition générique, tel que Corneille le manifeste dans la lettre accompagnant Don Sanche dans l’édition de 1650 : Corneille, après la querelle que l’on sait, a osé rebaptiser Le Cid « tragédie » dans la réédition de 1648, et souhaite transgresser les règles dans le domaine théâtral ; Vigny cherche au XIXe siècle à pratiquer une poésie philosophique, de « moraliste épique »47, sans être élégiaque, ou bien un roman à structure enchâssée comme Servitude et grandeur militaires et Stello, ou encore un roman en forme de dialogue platonicien sur la foi chrétienne confrontée à la philosophie païenne en Daphné. Non seulement la « volonté inflexible » des Destinées ressemble à ce que Léon Séché appelait le jansénisme de Polyeucte48, mais l’indépendance dans la pensée caractérise la recherche formelle des deux écrivains.

  • 49 Jacques Langlais, ouvr. cité, p. 16.
  • 50 A. Le Breton, Le Roman français au XIXe siècle, p. 297, que cite Langlais pour rapprocher ce vers (...)
  • 51 JP, 1832, p. 964.
  • 52 Voir notre article, « Atticisme : du style à l’éthique chez Alfred de Vigny », dans Mélanges Charl (...)
  • 53 JP, 1835, p. 1021.

14La projection de soi, opérée par Vigny dans le retour discret mais récurrent à Corneille comme grand homme de pensée, s’explique alors par une communion dans la résistance littéraire, dans une indépendance qui sait ménager la mesure socialement tout en proclamant hautement son sens personnel de l’honneur face aux conventions et au tourbillon des générations. Langlais a rapproché leur sens partagé de « la glorification continuelle de l’héroïsme stoïque et de l’holocauste perpétuel de la passion sur l’autel du Devoir »49. Au-delà du stoïcisme du loup, qui ne représente qu’une étape du cheminement philosophique de Vigny, l’abandon des passions humaines fait partie de la sagesse durement acquise par le poète. Les héros cornéliens les conservent davantage, mais refusent de les soumettre à d’autres valeurs que l’estime de soi. Quant à la morale chrétienne du pardon et de l’interdiction de tuer, l’auteur de Polyeucte et de Théodore sait la faire passer au second plan, comme la société duelliste de Louis XIII, pour affirmer la prééminence de l’honneur ; et pourtant, si Chimène et Rodrigue obéissent à l’éthique nobiliaire de réaction à l’offense, ils appliquent encore davantage leur quête de vérité à leurs relations avec autrui. De même, l’auteur de Servitude et grandeur militaires de même explique, dans la France plus déchristianisée du XIXe siècle, la faille introduite entre l’obéissance due par le soldat et sa morale propre, conforme à une vérité qu’il faut désormais chercher au fond de soi, dans le respect pourtant de la confraternité humaine. Comme l’a écrit A. Le Breton, Vigny est un « cornélien mélancolique »50. Là où Corneille fait dire au vieil Horace « Faites votre devoir et laissez faire aux dieux ! », Vigny constate désormais la nécessité d’apprendre à désespérer pour bien assumer la tâche de vivre une destinée laissée sans clarté par Dieu : « Courageuse résignation. Désespoir calme. Voilà la plus saine des philosophies »51. On le voit, l’écart est tout de même grand entre Corneille et Vigny : deux siècles ont passé, le doute s’est ancré dans l’individu qui ne se satisfait plus de repères sociaux dont les fondements sont devenus fragiles ; reste cependant l’aspiration à l’idéal, fût-il dans la mort. Comme Héraclius disant « Ami, rends-moi mon nom, la faveur n’est pas grande. / Ce n’est que pour mourir que je te le demande », de Thou veut être exécuté avec son ami Cinq-Mars, dont pourtant il a peu partagé la révolte. C’est le nouvel honneur de la société contemporaine, transposé par l’action romanesque dans un XVIIe siècle relu par l’imaginaire vignyen, qui revendique, sous le vocable d’atticisme souvent52, la haute tâche de l’écrivain : « L’honneur, c’est la poésie du devoir »53, écrit-il en une formule que Corneille aurait certainement acceptée.

15Cela explique sans doute l’« affection » toujours conservée envers Corneille, même si finalement l’apport direct de son inspiration est limité dans les œuvres de Vigny. S’il a fait de Corneille une figure du poète paria dès Cinq-Mars, le citant ensuite toujours au sein de ses énumérations de grands hommes, c’est que Vigny reconnaît en lui un frère d’esprit au sein même de l’évolution des mentalités séculaires :

  • 54 JP, 1839, p. 1121.

Il y a plus de force, de dignité et de grandeur dans les poètes objectifs épiques et dramatiques tels qu’Homère, Shakespeare, Dante, Molière, Corneille, que dans les poètes subjectifs ou élégiaques se peignant eux-mêmes et déplorant leurs peines secrètes, comme Pétrarque et autres54.

16Vigny aspire à figurer dans la première catégorie ; l’alliance des deux épithètes « épique et dramatique » caractérise souvent ses tentatives de définition de son écriture. Là réside le nouvel honneur de cette noblesse de la pensée, qui transcende la lignée héréditaire et sublime de ses valeurs dans le monde post-révolutionnaire. Le descendant aristo-cratique semble commenter la morale d’un Corneille né dans la bour-geoisie :

  • 55 JP, février 1832, p. 942.

La Religion de l’honneur a été souvent assez puissante pour remplacer la foi chrétienne dans le cœur des hommes. – Le respect de sa maison, de son nom et de ses aïeux en fut souvent la base. Et la France monarchique en donna souvent les plus beaux exemples55.

17Mais, à présent, l’heure est venue, même pour les nobles de naissance, de trouver en soi la raison de laisser trace de son mérite. Carlos dans Don Sanche d’Aragon proclame :

Se pare qui voudra du nom de ses aïeux ;
Moi, je ne veux porter que moi-même en tous lieux.
Je ne veux rien devoir à ceux qui m’ont fait naître
Et suis assez connu sans les faire connaître.

  • 56 Ce parallèle est noté par Langlais, ouvr. cité, p. 16 : Corneille, Don Sanche d’Aragon, I, 3, et E (...)
  • 57 Alfred de Vigny, L’Esprit pur, v. 5-6, 23, 43, 57-60, dans Les Destinées, t. I, p. 166-168.

18« Je ne dois qu’à moi seul toute ma renommée », revendique l’Excuse à Ariste56. Y répondent les vers célèbres du poème testamentaire de Vigny : « J’ai fait illustre un nom qu’on m’a transmis sans gloire. / Qu’il soit ancien, qu’importe ? – Il n’aura de mémoire / Que du jour seulement où mon front l’a porté » ; ses ancêtres, « gens d’honneur en tout temps comme en tous lieux », « sont morts en laissant leur nom sans auréole » ; « Seul et dernier anneau de deux chaînes brisées / Je reste. – Et je soutiens encor dans les hauteurs / […] L’Idéal du Poète et des graves Penseurs »57.

19En cette même année de sa mort, une autre esquisse, qui porte le titre fort cornélien de Stances, résume sa vie comme dans L’Esprit pur :

  • 58 Alfred de Vigny, Stances, dans Esquisses sans lendemain, t. I, p. 375.

Étant né gentilhomme, j’ai fait l’oraison funèbre de la noblesse, la noblesse écrasée entre les rois ingrats et les bourgeois jaloux. Étant poète, j’ai montré l’ombrage qu’a du poète tout plaideur d’affaires publiques et le vulgaire des salons et du peuple. Officier, j’ai peint ce que j’ai vu : le gladiateur, sacrifié aux fantaisies politiques du peuple ou du souverain. J’ai dit ce que je sais et ce que j’ai souffert58.

  • 59 JP, 1841, p. 1147.
  • 60 JP, 1837, p. 1078.

20Corneille n’a pas vécu un tel destin, mais a assisté à la Fronde et vu se lever l’astre solaire d’un roi dompteur de l’orgueilleuse noblesse ; simple bourgeois, il a connu le spectacle de la cour et la douleur de l’abandon progressif par son public qui lui a préféré les tourments passionnels raciniens ; de sa formation d’avocat, il a gardé en toutes ses pièces, antiques, chrétiennes ou modernes, le goût de plaider l’idéal en ce « grand édifice de paroles »59 qu’est pour Vigny le poème, mais aussi, à lire ses réflexions sur la tragédie, la production théâtrale classique ; en tout cas, il y a manifesté le sens de « la Poésie, [cet] Enthousiasme cristallisé »60 que le romantique apprécie fraternellement en leurs œuvres, qui exaltent sans cesse une éthique de l’individu debout face au destin.

Notes

1 Jacques Langlais, Alfred de Vigny critique de Corneille, avec fragments inédits d’A. de Vigny sur P. et Th. Corneille, introduction et notes, essai de bibliographie de Vigny, Clermont-Ferrand, Dumont, 1905, préface d’Emmanuel des Essarts.

2 Théâtre de Pierre et Thomas Corneille, Didot, 1837, 2 vol. : ces exemplaires, communiqués à Langlais par l’abbé Grangeon qui les avait achetés chez Rousseau, libraire à Clermont-Ferrand, vers 1885, furent confiés à l’abbé Travers, précepteur du prince Henri de Bourbon, qui les soumit à Charavay, lequel identifia l’écriture de Vigny.

3 Loïc Chotard, « Vigny lecteur de Corneille », dans Revue d’histoire littéraire de la France, mai-juin 1998, no 2, p. 403-415.

4 Alfred de Vigny, Journal d’un poète, 1840, éd. F. Baldensperger, Gallimard, « La Pléiade », 1948, t. II (que nous désignerons désormais par JP), p. 1138.

5 Reginald F. Amonoo, « Corneille et les romantiques », dans Pierre Corneille, actes du colloque de Rouen, 2-6 octobre 1984, réunis par Alain Niderst, PUF, 1985, p. 27-33, cette citation se trouvant p. 31.

6 JP, 1837, p. 1063-1064.

7 Charles Brifaut à Alfred de Vigny, 15 juin 1826, dans Correspondance d’Alfred de Vigny, éd. M. Ambrière et alii, PUF (édition que nous désignerons désormais par C), 1989, t. I, p. 231.

8 Alfred de Vigny, Cinq-Mars, éd. A. Bouvet, Gallimard, « La Pléiade », 1993 (édition que nous signalons désormais seulement par sa tomaison), t. II, notamment les p. 236-237.

9 Voir Alfred de Vigny, Réflexions sur la vérité dans l’art, préface de Cinq-Mars, t. II, p. 6-11.

10 Voir Jacques Langlais, ouvr. cité, p. 20, qui renvoie aux vers du premier « Quand sur le pavé de la ville / Il [Corneille] traînait de façon civile / Son vieux soulier mal rapiécé » et au chapitre « Des Jugements » du second, ainsi qu’aux Souvenirs de Banville sur le sentiment de solidarité entre créateurs bafoués éprouvé par Vigny.

11 Cinq-Mars, t. II, p. 325-326 ; voir en contrepoint p. 78, la prudence de la Compagnie des Cinq Auteurs vis-à-vis des tragédies du redoutable Cardinal, qui a dénoncé à Louis XIII la fréquentation par son favori de Corneille, le « jeune homme qui a fait le Cinna et qu’on a refusé trois fois à l’Académie éminente ; il était fâché que Du Ryer y fût à sa place » (ibid., p. 215) ; dans un brouillon, Vigny avait imaginé une scène où Richelieu se méfiait du jeune auteur qui exalte Rodrigue, ce guerrier comparable à « un reste de la Ligue » (documents sur Cinq-Mars, t. II, p. 380).

12 JP, 20 février 1861, p. 1362.

13 « Ce n’est qu’après la mort que tout est remis à sa place et que l’on pardonne des Scythes, des Guèbres, des Agésilas et des Paradis reconquis », Alfred de Vigny, De Mlle Sedaine et de la propriété littéraire, 1841, t. II, p. 1195.

14 JP, 1838, p. 1095.

15 JP, 1846, p. 1234.

16 Poème attribué à Vigny, Quelques Mots à un grand homme [à Hugo, lors de la publication des Voix intérieures], 1839, éd. F. Germain et A. Jarry, Gallimard, « La Pléiade », 1986 (édition que nous signalons désormais seulement par sa tomaison), t. I, p. 231-232.

17 Alfred de Vigny, Lettre à Lord*** sur la soirée du 24 octobre 1829 et sur un système dramatique, préface au More de Venise, t. I, p. 406-407.

18 La princesse de Béthune à Alfred de Vigny, 4 avril 1821, C, 1989, t. I, p. 58 ; voir Florence Naugrette, Le Théâtre romantique. Histoire, écriture, mise en scène, Seuil, « Points Essais », 2001, p. 86 et 209 notamment.

19 Adolphe Granier de Cassagnac, Lettre à M. Chauvet sur l’unité de temps et de lieu dans la tragédie, éd. Antoine de Latour, Charpentier, 1874, p. 132-136, 153, 158, citée par Langlais, ouvr. cité., p. 25.

20 Lettre à Lord***, t. I, p. 402-404.

21 Ibid., t. I, p. 397 et 406 ; on verra aussi le projet d’écrire un Misophile comme facette comique du Misanthrope, 1840, t. I, p. 878 ; ou encore un poème satirique entre « M. Jourdain et M. Dimanche », 1848, t. I, p. 348 ; des citations du Tartuffe et du Misanthrope dans Une Lettre sur le théâtre à propos d’Antony, t. II, p. 1233, et dans les documents sur Cinq-Mars, t. II, p. 422-423 ; la seule petite incartade à cette admiration se trouve dans un éloge de Racine, qui n’a « laissé après lui que ses belles tragédies et pas une platitude de circonstance comme firent Corneille, et même Molière. Pas un madrigal honteux, pas une fadeur ; mais, au contraire, de graves leçons », JP, 1844, p. 1222 ; mais, par compensation, Vigny critique fort le poème sur La Religion de Racine : « Sermon en vers froids. Insupportable ennui, il est impossible que l’âme et l’esprit s’y attachent. Je voulais voir si j’avais été injuste en le jetant dans l’oubli. J’avais raison. Il a enfanté Delille et ses pareils ». JP, 21 mars 1842, p. 1172.

22 JP, 1840, p. 1138, repris dans t. II, p. 1215.

23 De Mlle Sedaine et de la propriété littéraire, t. II, p. 1194 ; voir aussi p. 1197.

24 JP, 1840, p. 1138.

25 Alfred de Vigny, Lettre à Lord***, t. I, p. 410.

26 Charles-Augustin Sainte-Beuve à Alfred de Vigny, 10 novembre 1829, C, 1989, t. I, p. 384.

27 Revue de Paris, « Chronique de la semaine », t. X, p. 320, 3e livraison d’octobre 1834, cité dans t. II, p. 353.

28 Alfred de Vigny, Le More de Venise, I, 10, v. 401, t. I, p. 438 ; voir la note, p. 1394 ; Shakespeare, Othello, I, 3, v. 314.

29 Voir Alfred de Vigny, Dernière nuit de travail, préface à Chatterton, 1834, t. I, p. 758-759, et la note p. 1490.

30 Marcel Deyres, « Suréna, précédent tragique de Chatterton », dans Revue d’histoire du théâtre, XLVII, 1995, no 3, p. 213-226.

31 JP, 8 mai 1840, p. 1137.

32 Langlais cite un dialogue entre Rachel et Vigny concernant son jeu dans Horace, ouvr. cité, p. 28, repris par Chotard, art. cité, p. 409.

33 Alfred de Vigny, Carnet de 1839-40, dans C, 1994, t. III, p. 556.

34 JP, 5-6 juin 1842, p. 1182, la date étant précisée sur le feuillet par Chotard, art. cité, p. 408.

35 Alfred de Vigny à la marquise Édouard de La Grange, 13 mai 1842, C, 1997, t. IV, p. 635.

36 JP, août 1856, p. 1319.

37 JP, 1840, p. 1138.

38 Alfred de Vigny, La Maison du berger, v. 233, 309, 336, dans Les Destinées, t. I, p. 126, 128.

39 Voir Vigny, projets sur Lélith, 1858-1859, dans Esquisses sans lendemain, t. I, p. 369-371.

40 JP, 1834, p. 1001.

41 JP, 1839, p. 1122.

42 Cinq-Mars, t. II, p. 236.

43 « L’homme antique ne faisait jamais de fausse dignité ; il pleurait sans rougir de ses larmes, quelque grand qu’il fût. Si j’ai le temps, je montrerai cette belle et vraie nature antique sur la scène. » JP, 1833, p. 991.

44 Alfred de Vigny, Les Martyrs de l’enfer, 1er semestre 1858, dans Esquisses sans lendemain, t. I, p. 368.

45 Alfred de Vigny, Roman historique antique, 1824, dans Projets divers de romans et nouvelles, t. II, p. 1105.

46 Alfred de Vigny, [La Primitive Église], 11 août 1832, dans Esquisses de drames historiques et sociaux, t. I, p. 872.

47 JP, 1834, p. 1018.

48 Léon Séché, Alfred de Vigny et son temps (1793-1863), Juven, s. d., [1890-1910], livre V, « Sur la religion de Vigny », notamment p. 288 et suiv.

49 Jacques Langlais, ouvr. cité, p. 16.

50 A. Le Breton, Le Roman français au XIXe siècle, p. 297, que cite Langlais pour rapprocher ce vers d’Horace (II, 8, v. 710) de la phrase du Capitaine jetant son message à la mer « Qu’il aborde, si c’est la volonté des Dieux ! » (La Bouteille à la mer, v. 175, dans Les Destinées, t. I, p. 159) et de la leçon du loup « – Fais énergiquement ta longue et lourde tâche / Dans la voie où le Sort a voulu t’appeler » (La Mort du loup, v. 86-87, ibid., t. I, p. 145).

51 JP, 1832, p. 964.

52 Voir notre article, « Atticisme : du style à l’éthique chez Alfred de Vigny », dans Mélanges Charles Brücker, P.U. Nancy II, à paraître.

53 JP, 1835, p. 1021.

54 JP, 1839, p. 1121.

55 JP, février 1832, p. 942.

56 Ce parallèle est noté par Langlais, ouvr. cité, p. 16 : Corneille, Don Sanche d’Aragon, I, 3, et Excuse à Ariste, v. 50, dans Oeuvres complètes, Gallimard, « Pléiade », éd. G. Couton, 1980, t. I, p 780 (ce vers est cité par une lettre d’un aspirant poète, François Raganeau à Vigny, 27 mai 1838, C, 1994, t. III, p. 325).

57 Alfred de Vigny, L’Esprit pur, v. 5-6, 23, 43, 57-60, dans Les Destinées, t. I, p. 166-168.

58 Alfred de Vigny, Stances, dans Esquisses sans lendemain, t. I, p. 375.

59 JP, 1841, p. 1147.

60 JP, 1837, p. 1078.

Auteur

Professeur à l’Université Nancy 2, est spécialiste de la poésie et du théâtre romantiques ; elle a notamment publié Alfred de Vigny et l’Académie française. Vie de l’institution (1830-1870), ainsi que les Papiers académiques de Vigny (Champion, 1998), et de nombreux articles sur la réception du romantisme. Comme Directeur du Centre d’Étude des Milieux littéraires et artistiques, elle prépare des volumes sur les liens entre littérature et arts (Conversation entre les Muses ainsi que Poésie et illustration, à paraître aux Presses Universitaires de Nancy en 2006 et 2007) ; elle collabore par ailleurs à la défense et à l’illustration de la langue française (Senghor en son éternité, sepeg, 2002 ; Langues et Union européenne, Bruxelles, Bruylant, 2003 ; Débats francophones, Bruxelles, Bruylant, 2005).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search