Version classiqueVersion mobile

Éthique et éducation

 | 
Henri Louis Go

IVe partie — Eirick Prairat penseur de l'éthique pour l'enseignement

Chapitre XII. Déontologisme tempéré et paternalisme faible

Une lecture pragmatiste de la Morale du professeur

Michel Fabre

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans deux de ses ouvrages (La morale du professeur et Quelle éthique pour les enseignants), Eirick Prairat interroge les trois approches normatives classiques en matière de théorie morale : le déontologisme qui place la valeur dans l’acte lui-même, le conséquentialisme qui la déplace sur les conséquences et le vertuisme qui la recentre sur l’agent moral. Examinant ces trois approches, il se prononce pour un déontologisme, mais un déontologisme tempéré d’un soupçon de conséquentialisme et également d’un soupçon de vertuisme.

Je voudrais interroger cette conception du déontologisme tempéré. C’est une position intéressante parce qu’elle dérange quelque peu le triptyque des théories morales qui me paraît trop enfermant, mais c’est aussi une position insuffisante à mon sens. Je voudrais dire pourquoi en la comparant à la thèse de Dewey qu’il soutient dans son article de 1930, Les trois facteurs indépendants du jugement moral1 ainsi que dans son Ethics de 1932.

Cette discussion est ma maniè...

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search