Version classiqueVersion mobile

Trois Paroisses de Rouen, xiiie-xve siècle

 | 
Philippe Cailleux

IIe partie. L'habitat : bâti et parcelles

Chapitre 1. L’habitat du XIe au XIIIe siècle

Texte intégral

1Le titre de ce chapitre ne signifie pas que l’organisation de la parcelle ne sera pas abordée mais bien plutôt que nos connaissances sont très limitées à son propos. Les raisons en sont multiples : la pauvreté d’indications des textes conservés, il est vrai, mais aussi leur trop faible nombre qui permet tout au plus de restituer la succession de trois ou quatre tènements et interdit, par là, de fructueuses comparaisons avec les XIVe et XVe siècles. Si l’existence de vestiges d’habitations et celle de données archéologiques s’y rapportant parfois viennent enrichir notre connaissance, elles ne doivent pas faire oublier les limites de cet apport. Il est, en effet, rare de posséder des informations sur la totalité de la parcelle et les vestiges nous donnent à connaître ce qui était probablement le corps de logis principal.

  • 1 Le cellier en pierre ne fait pas la maison de pierre.

2Par ailleurs, l’intérêt qu’ont trouvé des générations de Rouennais à conserver, comme caves, les celliers et salles basses de leurs aïeux des XIIe et XIIIe siècles explique à l’évidence le nombre élevé de structures conservées mais fait courir le risque de voir donner une place exagérée à un habitat en pierre, jusque-là largement sous-estimé voire ignoré1.

3En dépit de ces réserves, les données textuelles ainsi que les données architecturales et archéologiques seront successivement interrogées, à la recherche d’indices permettant d’approcher le paysage urbain et les formes d’habitat de ce secteur du centre-ville.

Les témoignages textuels

  • 2 Voir, p. 183-185, l’étude des termes employés pour décrire les parcell (...)

4Extrême maigreur des informations pour cette période, disions-nous. Elles se résument effectivement en quelques points se rapportant aux biens faisant l’objet de la transaction car les indications des confronts sont encore plus rares. Hormis des repères topographiques déjà évoqués, ces biens sont le plus fréquemment bornés par des terres – la terre d’Untel – ou encore par d’autres tènements et beaucoup plus rarement par des « masures » ou « masages », sans qu’il soit possible de cerner ce qui détermine le choix de l’un ou de l’autre de ces termes2. Venons-en donc aux informations sur les biens eux-mêmes.

  • 3 « […] de mansione que est apud Rothomagum, Turris Rainerii cognomi (...)
  • 4 Voir Philippe Cailleux, thèse, p. 347-348.

5Une première indication provient d’un conflit déjà évoqué entre les moines de Jumièges et les fils d’un certain Clare, à propos de la tour Rainier3, identifiée généralement comme étant le manoir de la Poterne, placé à l’angle nord-ouest de la première enceinte de la ville et incluant une tour de cette enceinte4, conflit pour lequel un accord est trouvé en 1138. Il est intéressant de voir une famille tenir, même s’il s’agit d’une cession temporaire, une résidence avec tour de fortification, surtout lorsqu’il s’agit d’une famille engagée dans les conflits politiques qui agitèrent la ville à la fin du XIe siècle.

  • 5 AN, S 5199A dossier 16, no 55 et 55 bis, acte passé devant Lucas de Do (...)
  • 6 « […] in cellario quod est subter nostram domum lapideam de (...)
  • 7 « […] sicut se porportat a vico Talliatorum usque ad dictum cellar (...)
  • 8 Si l’on se réfère à la délimitation du premier étal : « […] aliud (...)

6Dans les dernières décennies du XIIe siècle, un certain Wilhelmus filius Gocelini filii Wilhelmi vend à Nicolas Groignet « totam […] cum cellario et porprisio, ante et retro, de ante Sanctam Mariam Rotundam, de feodo com[itis] ». La parcelle comprenait donc une maison, un cellier et un pourpris ou espace enclos devant et derrière la maison, ce dernier élément suggérant une occupation en cœur d’une parcelle relevant du fief de Leicester, en la rue Courvoiserie, en face de l’église Notre-Dame-la-Ronde5. Il n’est pas précisé si le cellier se trouve sous la maison ou séparé d’elle. Un texte de février 1250 est plus précis à cet égard puisqu’une rente de 14 sous tournois se prend sur un cellier placé sous une maison de pierre et sur une autre maison6. Cette dernière, dite devant le cellier, s’étend depuis la rue aux Tailleurs jusqu’audit cellier7 qui se trouve donc probablement à l’arrière du premier tènement sur la rue Courvoiserie. Cet autre cellier se trouve lui, au contraire, très proche de la rue puisqu’il n’en est séparé que par deux étals8.

  • 9 « […] inter stallum Roberti Claudi […] ». L’étal de Robert Le Tort (...)
  • 10 ADSM, 14 H 20, fos 110-111, novembre 1225.
  • 11 BMR, registre T1 et tiroir 50, mai 1242. Pour le compte de 1260, voir (...)

7Autre élément de la parcelle que l’on retrouve dans la citation précédente, l’étal revient à plusieurs reprises dans les transactions, toujours à proximité de la porte Massacre, encore appelée porte Boucherie. Il s’agit précisément d’étals de bouchers dont plusieurs se trouvent au long de la porte, tel celui d’Alain et Jehan, fils d’Hugues fils d’Alain, attenant à celui de Robert Le Tort9. L’étal peut appartenir à une maison comme l’indique cette clause prévoyant, en cas de défaut de paiement d’une rente, qu’elle se prenne alors « in domo in qua predictum estallum situm est »10. On trouve également la désignation de « fenêtre » pour ces espaces marchands. En 1242, Philippa femme de Raoul Cannyel, vend au maire et à la commune de Rouen 40 sous tournois de rente que lui doit Osbert fils de Germain, à prendre sur deux fenêtres joignant la porte Massacre. Ces fenêtres étaient délimitées de part et d’autre par deux autres fenêtres et par la rue d’un bout et « une paroy de plastre » de l’autre. Quelques années plus tard, un compte des rentes de la ville mentionne le revenu de « domo Osberti Germun, XL solidi ». À cette date, la ville percevait également 7 livres tournois « de duobus stallis subtus portam du machacre »11.

  • 12 Pour la première paroisse voir ADSM, G 4356, février 1249 (n. s. 1250) (...)
  • 13 « […] in duabus fenestris heredum Stephani de Cotevrart […] ». ADS (...)

8De telles fenêtres marchandes existaient ailleurs : près de Notre-Dame-la-Ronde, où il est précisé pour les édifices placés sur une pièce de terre « et de duabus fenestris de subter » ; également tout près de la cathédrale, sur la paroisse Saint-Herbland, comme celle qui appartint au père de Lucas de Grand-Pont (« in fenestra patris sui que est in Mercheria »)12 ou encore celles des hoirs d’Étienne de Cotevrart qualifiées aussi d’échoppes13.

  • 14 « […] sicut se porportat cum domibus », ADSM, 9 H 993, 1232.
  • 15 ADSM, G 4302, mars 1256, (n. s. 1257). Que faut-il entendre par le ter (...)
  • 16 ADSM, G 4612, le mercredi après la Saint-Hilaire 1298.

9Un tènement de la rue Saint-Lô comporte plusieurs maisons14. Quelques clauses de « contrepleige » mises à des ventes de rentes pour la garantie de l’acheteur apportent des indications précieuses. Ainsi, pour garantir le paiement d’une rente de 12 livres tournois, Ernault Bourdon engage, entre autres, « tria estagia et nostram domum de vico de Dordonne », le tout d’un seul tenant, ainsi que deux tènements se joignant en la même rue. À sa maison, s’ajoutaient donc trois étages15. Lorsqu’en 1298, Jehanne d’Aubemalle, de la paroisse Saint-Vivien, vend 40 sous tournois à la communauté des clercs du chœur de la cathédrale, elle « en obliga et mist en contreplege tout ce qu’ele avoit, povoit, devoit avoir et reclamer en douze maisons iongnans assises en la paroisse Saint Lo »16. On peut voir dans ces douze maisons l’une des rares traces de l’existence de lotissements, explication la plus probable pour l’origine d’un droit aussi étendu, au sens spatial du terme.

  • 17 L’acte mentionne simplement « quoddam tenementum totum integre sicut e (...)
  • 18 Voir ADSM, 9 H 993 pour les deux transactions. Le premier jardin cité (...)
  • 19 ADSM, G 4612, 1298. Le jardin est cité comme abornement arrière pour d (...)

10En plus des jardins relevant des abbayes et prieurés, tel celui de Jumièges, qualifié de « grand jardin », on relève l’existence de jardins appartenant à des Rouennais. En 1235, celui de Richard de Cornouailles et sa femme, acheté par les religieux de Jumièges, est attenant à un second jardin déjà acquis par les mêmes moines des hoirs de Bertin Le Fruitier. Cette dernière transaction remonte à août 1232 mais il n’est pas, à cette date, fait mention de jardin17. Le nord de la rue Saint-Lô, à proximité de l’hôtel de Jumièges, paraît en tout cas riche en jardins qui semblent intéresser les moines voisins. S’agissait-il d’augmenter la surface de leur propre jardin ou bien, au contraire, d’acheter des parcelles proches dans le but de les bailler à rente ? Les éléments de réponse manquent18. Ajoutons une autre mention, cette fois-ci rue Grand-Pont, d’un jardin qui fut à Jehan de Maromme, de par sa femme, à l’arrière de deux maisons19.

  • 20 ADSM, G 2088, fos 45-46, confirmation royale de (...)

11À la fin du XIIIe siècle, on note la création de ce que les textes nomment alors un « aleur » appelé plus tard « travers de rue », dont le rôle initial de passage apparaît clairement. L’autorisation de construction est donnée par le bailli de Rouen, agissant au nom du roi, qui, en même temps qu’il « baille en perpetuel heritage a Jehan du Change, citoien de Rouen » un tènement sis paroisse Saint-Lô, « octroie audit Jehan avec le tenement dessus dit que il puisse fere et ediffier un aleur par dessus le pavement le roy de ladite rue du devant dit tenement jusquez au tenement la ou ledit Jehan du Change maint pour avoir voie et aaler de l’un tenement jusquez a l’autre ». Le tènement nouvellement acquis se trouvait en effet séparé de celui où demeurait le preneur par la rue aux Juifs20.

  • 21 ADSM, 9 H 993, février 1234, n. s. 1235, et G 4356, février 1249, n. s (...)

12Le recours au bornage est vérifiable dès le XIIIe siècle. Lorsqu’en 1235, Richard de Cornouaille et sa femme cèdent un jardin aux religieux de Jumièges, il est précisé que la séparation entre la terre que les vendeurs conservent et celle qu’ils cèdent se fait sicut mete interposite. Une mention similaire se retrouve en 1250 pour distinguer la terre et la fenêtre que les vendeurs se sont réservées de celles de l’acheteur de la rente. On utilise pour cela la poutre médiane de la maison et les bornes existantes21.

13Les matériaux de construction sont assez régulièrement évoqués par les actes, du moins globalement. Les mentions distinguent alors les maisons de pierre des maisons ou tènements de bois et de pierre.

Les maisons de pierre

  • 22 G 2094, p. 57.
  • 23 ADSM, 25 HP 1, texte non daté. Cet accord envisage la possibilité (...)

14Relevons quelques exemples. Pour l’obit de Gencia Grognet, le chapitre de la cathédrale perçoit 5 sous tournois de rente que doit Clarenbond Heudoin « de masagio suo lapideo in magno Ponte »22. Les clauses d’une convention, entre Helye de Pont-Audemer et ses frères d’une part et les religieux du Mont-aux-Malades près de Rouen de l’autre, concernent une maison de pierre23.

  • 24 ADSM, 80 H 35.

15En 1225, un étal est placé devant la maison de pierre d’Hugues et Robert, fils d’Alain « ante domum suam lapideam »24, près de la Porte Massacre.

  • 25 ADSM, G 4356.

16En février 1250 (n. s. 1251), une rente se prend, rue Courvoiserie sur la paroisse Saint-Herbland, « in cellario quod est subter nostram domum lapideam de Corveseria »25

  • 26 ADSM, G 4727.

17En 1291, en même temps qu’ils cèdent en perpétuel héritage un tènement, paroisse Notre-Dame-la-Ronde près de la porte Massacre, les clercs d’Albane approuvent la vente d’une maison voisine sur laquelle ils ont rente « cuiusdam domus lapidee »26

  • 27 ADSM, 52 H, carton de chartes, et G 4356, février 1250, n. s. (...)

18Cette maison de pierre, que l’on envisage plutôt spacieuse comme cette magnam domum lapideam qui revient en 1259 par partage à Romana femme de Barthélemy Fergant – sur une paroisse non précisée –, ne l’est pas fatalement : une rente de 10 sous tournois se prend sur une parva domo lapidea de la rue Saint-Romain, sur une paroisse voisine27.

  • 28 Lucien Musset, « Rouen au temps des Francs et sous les ducs (Ve si (...)
  • 29 « 1211. Eodem anno feria tertia in hebdomada Paschae prima vig (...)

19L’existence de maisons de pierre à Rouen avait déjà été relevée – quelques siècles auparavant – par un voyageur, Ibrahim ibn Yaqub, juif espagnol, « qui visitant Rouen vers 965, vante ses maisons de pierre et ses poissons, en déplorant l’absence de vignes et de figuiers »28. Autre témoignage qui recoupe les indications précédentes, celui d’une chronique de la cathédrale relatant l’incendie qui en 1212 ravage une grande partie de la ville et souligne que sont épargnées les maisons en pierre de la ville29.

Les maisons ou tènements de bois et de pierre

  • 30 ADSM, G 2094, p. 61.
  • 31 ADSM, 55 H, cartulaire du XIIIe siècle.
  • 32 Sur la paroisse Saint-Jean-sur-Renelle par exemple (25 HP 1, 1230, (...)

20Au XIIIe siècle, une rente se prend « in domibus ligneis et lapidea Laurentii Salehadin in Corveseria ante Sanctam Mariam Rotundam », en la rue Courvoiserie donc, en face de Notre-Dame-la-Ronde30. En 1202, une rente porte sur une maison de la rue de Grand-Pont « scilicet in omni tenemento lapideo et ligneo », peut-être sur la paroisse Saint-Lô31. Des mentions identiques se retrouvent pour la plupart des paroisses rouennaises32. Elles montrent que l’on distingue alors, pour certains édifices, l’usage de la pierre seule de celui associant le bois à la pierre.

Les vestiges d’habitations

  • 33 Articles écrits en collaboration avec Dominique Pitte : « Découverte d (...)
  • 34 Sur les trois édifices situés à proximité ou dans la cour de l’actuel (...)

21Le nombre des vestiges d’habitations conservés – ou ayant fait l’objet d’un relevé – et situés sur les trois paroisses étudiées, est tout à fait remarquable puisqu’il s’élève à neuf bâtiments pour la période qui va du XIe au XIIIe siècle. L’étude de ces bâtiments, menée en collaboration avec Dominique Pitte, archéologue, a été entreprise depuis plusieurs années33 et la plupart d’entre eux ont déjà fait l’objet d’articles34. La nature des informations et l’état de conservation diffèrent tant de l’un à l’autre de ces édifices que le bilan de ce qu’ils nous apprennent ne sera dressé qu’après un court rappel de données pour chacun d’eux.

  • 35 Afin de désigner plus commodément les maisons romanes rouennaises dans (...)

22Sept constructions romanes se rangent, en raison de leurs caractéristiques, dans un premier groupe35. Appelés le plus souvent l’un le monument hébraïque (B1) et l’autre, de façon impropre, la « cave » (B2), les deux monuments de la cour du palais de justice ont conservé leur étage bas et ont tous deux fait l’objet de fouilles. Il en va de même pour celui situé sous l’aile est de ce palais (B4) que des relevés et un sondage menés en 1985 ont permis de connaître. À ces trois édifices déjà présentés, il convient d’ajouter :

  • le 31-33 rue aux Juifs, édifié aux environs de 1100 et fouillé en 1981 (B3), dont ne subsiste qu’une partie de l’étage bas, le reste ayant été détruit par une construction récente (voir figure 1, page suivante) ;
  • du même côté de la rue aux Juifs mais plus à l’ouest, « la synagogue » (B5) qui a disparu au siècle dernier, mais dont plusieurs descriptions sont conservées ainsi que le plan d’un de ses niveaux36 ;
  • un édifice de la rue Croix-de-Fer, dont ne subsistait qu’un étage bas voûté, pour lequel Georges Lanfry a laissé une description précise, au moment de sa destruction (B6)37 ;
  • une maison, place des Carmes, au numéro 31, aujourd’hui totalement détruite mais que des dessins, plusieurs articles et des photographies ont permis d’analyser (B8)38 (voir figure 2, page suivante).

23Un deuxième groupe comporte des vestiges du XIIIe siècle en nombre beaucoup plus réduit :

  • le cellier d’un hôtel désigné au XVe siècle comme hôtel des Bons-Enfants et conservé dans les sous-sols d’un magasin rouennais de la rue du Gros-Horloge ;
  • une portion de mur et un chapiteau – encore en place sur sa colonne – appartenant à une cave décrite au XIXe siècle par Eustache de La Quérière et relevant d’une propriété appartenant dès la fin du XIVe siècle à la famille Mustel.
  • 39 Dominique Pitte, « Architecture civile en pierre… », p. 268. On trouve (...)

24Ce qui frappe, lorsque l’on compare les différents vestiges romans, c’est d’abord un ensemble de traits communs. Ils se présentent généralement sous la forme « d’un édifice monolithique de plan simple rectangulaire »39. Lorsque le niveau du sol extérieur est décelable ou connu, on constate que le niveau du sol intérieur de l’étage bas se trouve partiellement enterré ; le dénivelé pouvant dépasser 2 mètres.

Fig. 1 – Plans des étages bas des bâtiments B1 à B4
(documents Dominique Pitte).

Fig. 2 – Plans des étages bas des bâtiments B6-B7-B8 et B10
(documents Dominique Pitte).

  • 40 Sur cet aspect de B1, voir Dominique Pitte, Philippe Cailleux, « Le bâ (...)

25L’étage bas est surmonté d’une voûte en blocage de petits moellons le plus souvent renforcée de doubleaux et plus rarement en berceau simple. Il n’est toutefois pas possible de connaître sur ce point l’état initial des deux bâtiments B1 et B340.

26L’accès à cet étage depuis l’extérieur – lorsqu’il est connu – se fait par un escalier tantôt hors d’œuvre (B1, B12) tantôt intérieur, menant à (B1) ou partant d’une (B2, B3, B7, B10) porte – d’une largeur le plus souvent supérieure à 1 mètre – pour arriver au sol intérieur.

27Cette surélévation de l’étage supérieur pose la question de son accès. Même lorsque la trace ne s’en est pas conservée, il est raisonnable de supposer l’existence d’un escalier extérieur. En effet, lorsqu’une liaison intérieure existe, elle se présente sous la forme de degrés à vis qui se distinguent par leur exiguïté (B1 : 0,65 mètre – B10 : 0,55 mètre).

28L’épaisseur des murs est le plus souvent comprise entre 1 mètre et 1,50 mètre, à l’exception du bâtiment B3, dont trois des murs font 1,70 mètre tandis que le quatrième atteint 2,50 mètres. Cette épaisseur permet de supposer, en l’absence d’information sur l’élévation, que nous sommes bien en présence de maisons en pierre et non de celliers de pierre édifiés sous une maison associant pierre et bois.

29L’étage bas est généralement percé de fenêtres à double ébrasement et à appuis en gradins – caractéristique de l’architecture romane normande – donnant le plus souvent du jour par un voire deux côtés de la pièce. Leur nombre est en revanche très variable et introduit des différences sensibles dans l’éclairage qu’elles procurent. Elles sont parfois trois (B7) quatre (B1) et cinq (B4), ouvertes dans un mur correspondant à l’un des grands côtés du rectangle. Ce nombre atteint même sept dans le cas d’une habitation de la paroisse Saint-Maclou, éclairée par ses deux côtés opposés.

30Cette différence avec des structures présentant parfois une seule baie introduit l’interrogation sur l’utilisation de ces salles pour lesquelles les données archéologiques n’ont pas encore fourni d’élément décisif.

  • 41 Dominique Pitte, « Architecture civile en pierre… », p. 269-270.

L’absence d’aménagements particuliers, en dehors de niches apparaissant fréquemment dans l’épaisseur des murs, rend difficile l’émission d’hypothèses concernant l’affectation de ces espaces. La possibilité d’utilisation comme logement (pour les domestiques par exemple) ne saurait être totalement écartée, mais n’est nullement attestée par les textes. L’hypothèse d’utilisation comme cuisine paraît devoir être écartée. Aucune trace de foyer ni de cheminée, aucun dépotoir culinaire, aucun dispositif d’évacuation de la fumée n’ont, à ce jour, été rencontrés dans les celliers ou salles basses étudiés41.

31On relève aussi l’existence d’un puits creusé dans la maçonnerie du mur est de B3. Ces constructions ont été souvent désignées – notamment par Georges Lanfry – sous le nom de « salle basse » probablement en raison de leurs ouvertures et de leur qualité architecturale. Ce terme laisse pertinemment ouverte la possibilité pour ces salles d’une fonction autre que celle de cellier. La différence d’éclairage pourrait constituer l’élément le plus marquant pour distinguer un cellier – correspondant à la fonction de stockage d’aliments et notamment du vin – d’une salle basse, à l’éclairage plus abondant et à l’allure plus soignée – mais dont la fonction ou les fonctions restent incertaines. L’usage de ce terme semble établir un lien avec ce que les textes des XIVe et XVe siècles désignent sous le nom de « salle basse » ou d’aula bassa, mais l’absence d’information quant au caractère semi-enterré ou bien au niveau du sol voire légèrement rehaussé de ce que ces textes de la fin du Moyen Âge nomment « salle basse » nous a amené à lui préférer le terme d’« étage bas ».

Fig. 3 – La maison romane de la rue de la Pie
(document D. Pitte, dessin Éric Follain).

  • 42 Voir Dominique Pitte et Yves Lescroart, « Un édifice roman disparu… », (...)
  • 43 Dominique Pitte, « Architecture civile en pierre… », p. 271-272, qui a (...)

32Si les niveaux d’arasement n’ont trop souvent préservé que l’étage bas, en revanche des pans d’élévations ou des relevés de ces élévations permettent d’évoquer l’organisation des étages. Ils se rapportent à trois maisons situées toutes sur d’autres paroisses. Les deux premières élevaient leurs pignons sur une hauteur de 14,20 mètres (B7, rue Saint-Romain) et de 15,75 mètres (B10, rue de la Pie, voir figure 3, page suivante). Elles comprenaient, outre leur étage bas – cellier partiellement enterré – deux niveaux et des combles. La troisième, rue Malpalu, comprenait seulement un étage bas surmonté d’une grande salle, dont la hauteur sous le sommet de la voussure atteignait 8,50 mètres, sans doute chauffée par une cheminée (B12)42. L’absence de tuiles, dans les niveaux des XIe et XIIe siècles, incite Dominique Pitte à penser qu’à cette époque les toitures étaient réalisées en matière végétale43.

Fig. 4 – Dessins de l’hôtel canonial de la place des Carmes, illustrant l’ouvrage d’Albert Sarrazin, Jeanne d’Arc et la Normandie au XVe siècle, Rouen, Gy, 1896, p. 246.

  • 44 On trouvera de nombreuses références bibliographiques dans l’article d (...)

33L’existence d’une riche ornementation extérieure a parfois conduit les érudits rouennais à faire de ces vestiges les restes d’édifices religieux inconnus. Une telle conception, opposant par l’absence ou la présence d’un riche décor architecture civile et religieuse, n’est plus concevable. Les exemples de maisons abondamment ornées, à Rouen comme ailleurs, sont nombreux44. Ainsi, parmi les demeures rouennaises évoquées, la maison de la place de Carmes (voir figure 4, page suivante) – anciennement rue de la Chaîne – présentait, en son pignon sud, un décor de dix arcatures aveugles que Georges Lanfry décrit ainsi :

  • 45 Georges Lanfry, « Vestiges d’un édifice roman », BAMR, 1939-1945, p. 1 (...)

Arcs moulurés et décorés de bâtons rompus, profilés en plein cintre, chaque claveau (bien que de dimensions variées) portant l’élément de son décor en chevron [voir figure 5, p. 176]. Chapiteaux à ornements géométriques ou à personnages taillés avec beaucoup de verve et d’esprit, par un ciseau amusant et nerveux. Les tailloirs ou plus exactement les coussinets, les dés d’imposte, car ils constituent une assise séparée du chapiteau pour recevoir les arcs, sont moulurés et décorés, soit d’étoiles, soit de palmettes. Les fûts cylindriques ne sont pas en liaison avec la maçonnerie, mais séparés et en saillie totale sur le nu du mur. Les bases sont moulurées de boudins et de gorges. Cet ensemble de décor repose sur un socle de biseau en légère saillie sur le nu du mur45.

34Elle aussi d’une belle ornementation, cette arcade de la rue des Béguines, aux élégantes colonnettes surmontées de voussoirs richement sculptés, rendue visible par les destructions de bâtisses voisines, vers le milieu du XIXe siècle, doit très probablement être attribuée à une habitation du XIIe siècle (voir figure 6).

  • 46 Dominique Pitte, « Architecture civile en pierre… », (...)

35Analysant ce décor, Dominique Pitte conclut que « le répertoire des décors ornant les demeures rouennaises s’inscrit parfaitement dans celui de la sculpture normande des XIe -XIIe siècles », ajoutant : « Il n’est d’ailleurs pas interdit de penser que certains sculpteurs ayant travaillé aux églises de la région aient pu également œuvrer à la décoration de maisons civiles. »46

36Une telle proximité de répertoire se retrouve au XIIIe siècle, cette fois-ci pour une ornementation intérieure. La mise au jour, en 1990, au cours de travaux, d’un chapiteau encore en place sur sa colonne – il n’a été que partiellement dégagé pour des raisons de sécurité – a révélé l’existence d’un décor à simples crochets, enrichi d’au moins une feuille, entrevue sur la partie enterrée (voir figure 7). La ressemblance entre ce chapiteau du XIIIe siècle, ornant ce que les textes du siècle suivant désignent comme cellier, et d’autres n’avait pas échappé à Eustache de La Quérière, visiteur des lieux avant leur enfouissement. Parlant du grand escalier d’entrée, il ajoutait :

Fig. 5 – Relevé du mur pignon sud du 31 place des Carmes, à Rouen, réalisé par Éric Follain d’après un dessin de Georges Lanfry.

Fig. 6 – Arcade romane d’une maison de la rue des Béguines dessinée par A. Pottier, Revue de Rouen, année 1848, p. 63-64 (photographie Dominique Pitte).

Il a sa voûte particulière aussi ornée d’arceaux, laquelle est soutenue par une colonne ou pilier, dont le chapiteau, parfaitement conservé, est exactement semblable à ceux que l’on voit au sanctuaire de l’église cathédrale.

  • 47 Eustache de La Quérière, Description historique des maisons de (...)

37Dans la cave voisine, subdivision de la même structure, le même érudit relevait la présence d’un arceau terminé par une tête d’homme de très forte proportion47.

  • 48 Il en va ainsi par exemple pour deux celliers de Vernon ou encore un c (...)

38Les niveaux de conservation et l’incertitude quant à la précision des descriptions des constructions du XIIIe siècle ne permettent pas d’affirmer que leurs niveaux bas ne disposaient pas de fenestrages. La disparition des murs nord et sud, à l’hôtel des Bons-Enfants, interdit toute affirmation. Il en va de même pour la description de ce qu’Eustache de La Quérière nomme « les caves » dans l’ouvrage qui vient d’être évoqué ; l’absence de mention n’étant pas synonyme d’inexistence. On peut cependant constater que cet auteur fournit des descriptions généralement précises. De plus, il n’a pas encore été décelé, à ce jour, de traces de fenestrage dans des celliers du XIIIe siècle, à Rouen comme dans d’autres villes48.

  • 49 « L’acception moderne du mot cellier, qui désigne une salle (...)

39C’est donc probablement au cours du XIIIe siècle que s’amorce l’enfoncement dans le sol de ce qui allait, dès lors, correspondre uniquement à la fonction de cellier, pour lequel les mentions sont nombreuses dès cette période, et que les deux siècles suivants montrent doté d’« esclaires » ou soupiraux. Ce dernier point, faute d’une analyse des maisons en pierre qui subsistaient pourtant lorsqu’il écrit, est mal cerné par le commandant Quenedey qui le place plutôt entre les XIVe et XVe siècles, en utilisant, il est vrai, un indice contestable49.

Fig. 7 – Dessin de la colonne et de son chapiteau
(relevé et dessin Paola Caldéroni).

  • 50 Le comblement de l’étage bas du « monument » juif (B1) est daté du tou (...)

40Parallèlement, le mécanisme d’enterrement des niveaux bas des structures plus anciennes, en raison de l’élévation des sols, est à l’origine de modifications de leurs accès, observables pour plusieurs des édifices. Simple prolongement de quelques marches, création d’un nouvel escalier changeant parfois d’orientation, ces modifications s’effectuent au XIIIe siècle ou au plus tard dans la première moitié du XIVe siècle50.

41Terminons par deux observations à propos de l’emplacement des vestiges. Les découvertes initiales se sont concentrées dans le secteur du Clos aux Juifs, ce qui a pu faire croire un temps que ce type d’habitat roman en pierre était propre à la communauté juive. L’élargissement du nombre de ces témoins montre maintenant une répartition qui s’étend à l’essentiel de l’espace rouennais alors urbanisé. Le second aspect de cette répartition est leur position par rapport aux voiries connues. Des neuf bâtiments mentionnés, trois se trouvent en bordure de la rue tandis que 5 s’en situent à distance ; le cas du dernier ne pouvant être tranché, faute d’informations précises sur sa localisation (B6). Si l’on ajoute à cet échantillon les cinq autres habitations étudiées par Dominique Pitte, on obtient un total de neuf constructions en retrait de la voirie pour trois en bordure de rue (et deux cas non déterminables).

  • 51 Des trois étages bas placés le long de la voie, deux avec certitude (B (...)

42L’échantillon est réduit, il est vrai. Il reflète tout de même l’importance de la place accordée au corps de logis principal en cœur d’îlot. Bien que nous ignorions tout des structures existant entre ce corps et la rue, cette place marque une rupture avec l’organisation la plus fréquente de la parcelle aux XIVe et XVe siècles, où dominent les bâtiments sur rue, avec leurs annexes placées à l’arrière donnant sur cour ou jardin51.

Notes

1 Le cellier en pierre ne fait pas la maison de pierre.

2 Voir, p. 183-185, l’étude des termes employés pour décrire les parcelles.

3 « […] de mansione que est apud Rothomagum, Turris Rainerii cognominata », Jules-Joseph Vernier, Chartes de l’abbaye de Jumièges, Rouen-Paris, Société de l’histoire de Normandie, 1916, tome I, no 61, p. 157-161.

4 Voir Philippe Cailleux, thèse, p. 347-348.

5 AN, S 5199A dossier 16, no 55 et 55 bis, acte passé devant Lucas de Donjon, alors maire de Rouen, peut-être en 1189 ou en 1194. La pièce comporte de nombreux trous qu’il est possible de compléter grâce à une seconde qui lui est jointe et qui rapporte le consentement de Robert, comte de Leicester, à l’achat par ledit Nicolas de domo et terra Wilhelmi. Voir André Cerné, Les Anciens Hôtels de ville de Rouen, leurs beffrois et la grosse horloge, Rouen, Lestringant, 1934, p. 21.

6 « […] in cellario quod est subter nostram domum lapideam de Corveseria […] cum domo que est ante cellarium ». ADSM, G 4356, février 1250, n. s. 1251, paroisse Saint-Herbland.

7 « […] sicut se porportat a vico Talliatorum usque ad dictum cellarium. »

8 Si l’on se réfère à la délimitation du premier étal : « […] aliud estallum quod est ante hostium cellarii mei ex altera [ parte] sicut se porportat a vico Macelli usque ad parietem predicti cellarii », ADSM, 14 H 20, fos 110-111, novembre 1225.

9 « […] inter stallum Roberti Claudi […] ». L’étal de Robert Le Tort, ou du moins sa part, est l’objet de deux transactions, l’une en 1225 et la seconde en 1227 (ADSM, 80 H 35), l’étal des nommés Alain et Jehan en octobre 1233 (14 H 20, f° 111).

10 ADSM, 14 H 20, fos 110-111, novembre 1225.

11 BMR, registre T1 et tiroir 50, mai 1242. Pour le compte de 1260, voir Léopold Delisle, Cartulaire normand de Philippe Auguste, Louis VIII, saint Louis et Philippe le Hardi, extrait de MSAN, tome xvi, Caen, Hardel, 1852, p. 126.

12 Pour la première paroisse voir ADSM, G 4356, février 1249 (n. s. 1250). Cette pièce de terre se trouve bornée par le cimetière de Notre-Dame-la-Ronde. La pièce jouxte d’ailleurs « terram et fenestram quam sibi retinuerunt de subter ». Pour la seconde paroisse : ADSM, G 2094, p. 78.

13 « […] in duabus fenestris heredum Stephani de Cotevrart […] ». ADSM, G 2096, f° 93. La mention de l’obituaire le plus ancien diffère légèrement puisque les 10 s. se prennent « in sopis Stephani de Cotevrart » (ADSM, G 2094, p. 108).

14 « […] sicut se porportat cum domibus », ADSM, 9 H 993, 1232.

15 ADSM, G 4302, mars 1256, (n. s. 1257). Que faut-il entendre par le terme d’étage ? Peut-être est-il parfois à prendre, comme aux siècles suivants, dans un sens voisin de celui de louage (voir p. 192 du présent ouvrage).

16 ADSM, G 4612, le mercredi après la Saint-Hilaire 1298.

17 L’acte mentionne simplement « quoddam tenementum totum integre sicut est ».

18 Voir ADSM, 9 H 993 pour les deux transactions. Le premier jardin cité se trouve entre la terre que conservent les vendeurs et le grand jardin de Jumièges. L’autre tènement semble n’être que jardin en 1235. Une fouille réalisée dans ce secteur avait permis de constater un recul du nombre des structures domestiques (latrines, puits, fosses…) à partir du XIIIe siècle. Sur la Fouille des « Espaces du palais », voir Bilan scientifique du Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie, année 1993, p. 94, responsable de la fouille Xavier Peixoto. Ce constat est plus étonnant pour les XIVe et XVe siècles (voir Philippe Cailleux, thèse, p. 345-373).

19 ADSM, G 4612, 1298. Le jardin est cité comme abornement arrière pour deux maisons de la rue Grand-Pont, au-dessus de la rue de la Chaîne.

20 ADSM, G 2088, fos 45-46, confirmation royale de janvier 1286 (n. s. 1287) d’un bail d’avril 1285.

21 ADSM, 9 H 993, février 1234, n. s. 1235, et G 4356, février 1249, n. s. 1250.

22 G 2094, p. 57.

23 ADSM, 25 HP 1, texte non daté. Cet accord envisage la possibilité d’édifier un mur de clôture (maceria).

24 ADSM, 80 H 35.

25 ADSM, G 4356.

26 ADSM, G 4727.

27 ADSM, 52 H, carton de chartes, et G 4356, février 1250, n. s. 1251.

28 Lucien Musset, « Rouen au temps des Francs et sous les ducs (Ve siècle - 1204) », in Histoire de Rouen, Michel Mollat (dir.), Toulouse, Privat, 1979, p. 43.

29 « 1211. Eodem anno feria tertia in hebdomada Paschae prima vigilia noctis incepit ignis in Parochia Sancti Machuti et totam civitatem Rothomagensem combussit et domos et aedificia Archiepiscopi, Cathedrali Ecclesia miraculose conservata per Dei gratiam, et abbatia S. Audoeni, et S. Laudi, et domibus lapideis, quas ignis devorare non potuit, remanentibus », Pierre Labbé, « Chronicon Rotomagense sublatis minus necessariis ab anno Christi primo ad 1344 », in Novae bibliothecae manuscriptorum librorum, tome I, Paris, Cramoisy, 1657, p. 371-372.

30 ADSM, G 2094, p. 61.

31 ADSM, 55 H, cartulaire du XIIIe siècle.

32 Sur la paroisse Saint-Jean-sur-Renelle par exemple (25 HP 1, 1230, pour un tènement en Vanterie de tenemento illo lapideo). Devant la cathédrale près du cimetière, la maison de pierre de Robert La Venier voisine une autre maison de pierre qui fut à un nommé Robert Perier. De l’autre côté de la maison de pierre dudit Robert, se trouve un tènement de bois et de pierre (25 HP1, plusieurs pièces, dont l’une de 1227 se trouve dans une chemise sur laquelle est écrit, sans raison valable, « la paroisse Notre-Dame-la-Petite »). On pourrait encore citer les paroisses Saint-Amand, Saint-Candé-le-Vieux, Saint-Denis, Saint-Éloi, Saint-Maclou, Saint-Martin-sur-Renelle, etc., tant sont fréquentes ces mentions. Le commandant Quenedey a relevé un certain nombre de ces mentions en insistant sur l’association du bois et de la pierre pour souligner le faible emploi de la pierre mais un inventaire exhaustif des citations de maisons de pierre nuancerait ce point de vue.

33 Articles écrits en collaboration avec Dominique Pitte : « Découverte de la salle basse d’une maison romane en pierre sous l’aile est du palais de justice à Rouen », BSLE, 1990, p. 2-8. ; « Un vestige de l’hôtel des Bons-Enfants (XIIIe siècle) rue du Gros-Horloge à Rouen », BAMR, octobre 1990 - septembre 1991, p. 70-74 ; « Une propriété de la famille Mustel, paroisse Saint-Lô, à la fin du Moyen Âge », BAMR, octobre 1991 – septembre 1992, p. 81-87 ; « Un hôtel canonial, rue de la Chaîne, au Moyen Âge », BAMR, octobre 1992 – septembre 1993, p. 44-52 ; auxquels s’ajoute un article à paraître intitulé « Sommes-nous en présence de la synagogue médiévale de Rouen ? Contribution à la topographie du clos aux juifs ». En plus de ces articles, en utilisant notamment les résultats de plusieurs interventions et fouilles, Dominique Pitte a soutenu à l’EHESS, en 1992, un mémoire de maîtrise intitulé La maison romane. Architecture civile en pierre à Rouen, du XIe au XIIIe siècle, dont il a présenté les principales conclusions dans « Architecture civile en pierre, à Rouen, du XIe au XIIIe siècle. La maison romane », Archéologie médiévale, tome XXIV, 1994, p 251-299. Il convient d’ajouter à ces travaux : Dominique Pitte, Yves Lescroart, « Un édifice roman disparu, rue Malpalu, à Rouen », BAMR, octobre 1994 – septembre 1995, p. 73-83.

34 Sur les trois édifices situés à proximité ou dans la cour de l’actuel palais de justice voir Philippe Cailleux, thèse, étude de l’îlot 4, p. 317-332.

35 Afin de désigner plus commodément les maisons romanes rouennaises dans les divers articles qui viennent d’être cités, l’habitude s’est installée de les désigner sous la forme B1, B2, etc. Ces numéros correspondent, en fait, à leur ordre d’intégration dans la recherche. Pour l’article publié dans Archéologie médiévale, Dominique Pitte a poursuivi cette numérotation s’étendant sur un secteur plus vaste de la ville. En raison de son existence, nous conservons cette numérotation qui va de B1 à B12 en incluant cinq habitations hors de la zone étudiée : B7 désigne une maison de la rue Saint-Romain, B9 une construction située entre la rue des Bonnetiers et la rue Saint-Denis, B10 une maison de la rue de la Pie, B11 un édifice de la rue des Béguines et B12 un habitat de la rue Malpalu. Certaines caractéristiques de ces dernières seront utilisées mais nous renvoyons à Dominique Pitte, « Architecture civile en pierre… », p. 251-299, pour une présentation plus large de chacune et la bibliographie qu’il y livre.

36 Nous avons maintenu parmi ces habitations « la synagogue » et le bâtiment B1 en raison des incertitudes qui subsistent quant à leur destination et de l’absence de traits propres à suggérer une fonction spécifique (voir p. 55-59).

37 Georges Lanfry, « Découverte d’une salle basse, à Rouen, près de l’ancienne Cour des comptes », BCDASI, tome XIX, 1939, p. 155-156. Nous n’avons pu retrouver tous les éléments de ce dossier et la localisation exacte de ces vestiges n’est pas connue. Selon la distance qui les sépare de la rue, ils appartiennent soit à la paroisse Saint-Herbland soit à la paroisse Saint-Nicolas.

38 Voir Philippe Cailleux, Dominique Pitte, « Un hôtel canonial, rue de la Chaîne… », p. 44-52.

39 Dominique Pitte, « Architecture civile en pierre… », p. 268. On trouve, au même article, les plans des structures citées. Les principaux d’entre eux, tracés à la même échelle, sont présentés aux deux pages suivantes. Aux bâtiments déjà localisés s’ajoutent B7 (18, rue Saint-Romain) B10 (rue de la Pie).

40 Sur cet aspect de B1, voir Dominique Pitte, Philippe Cailleux, « Le bâtiment hébraïque de la cour du palais de justice », AM, 1992, tome XXII, p. 423-424.

41 Dominique Pitte, « Architecture civile en pierre… », p. 269-270.

42 Voir Dominique Pitte et Yves Lescroart, « Un édifice roman disparu… », p. 78.

43 Dominique Pitte, « Architecture civile en pierre… », p. 271-272, qui ajoute : « L’utilisation des essentes paraît bien attestée à cette période. Le commandant Quenedey pense, quant à lui, que “jusqu’au XIIIe siècle le chaume a constitué la couverture d’une partie importante des bâtiments de Rouen”. »

44 On trouvera de nombreuses références bibliographiques dans l’article de Yves Esquieu « La maison médiévale urbaine en France : état de la recherche », Bulletin monumental, année 1995, p. 109-142.

45 Georges Lanfry, « Vestiges d’un édifice roman », BAMR, 1939-1945, p. 144-146. L’auteur a, par ailleurs, fait un relevé de ces arcatures (voir figure 6).

46 Dominique Pitte, « Architecture civile en pierre… », p. 273.

47 Eustache de La Quérière, Description historique des maisons de Rouen, tome I, Paris, Didot, 1821, p. 81-83. L’auteur ajoutait : « Nous n’avons aucun renseignement sur ces antiquités qui ont dû vraisemblablement appartenir à quelque édifice religieux. »

48 Il en va ainsi par exemple pour deux celliers de Vernon ou encore un cellier à Etrépagny, tous dans l’Eure (renseignements de Dominique Pitte).

49 « L’acception moderne du mot cellier, qui désigne une salle du rez-de-chaussée, organisée pour recevoir du vin, paraît être aussi celle des premiers temps ; les plus anciens textes que nous possédions à Rouen en font foi. En 1379, il est question de “l’uys (porte) du celier”, et en 1399, de “l’un des mantiaux de l’uys du chelier”. En 1425, il existait dans un manoir canonial à Saint-Vaast “une maison où l’on soulloit faire celier et dessus chambre”. En 1432, au château de Rouen, la salle située au rez-de-chaussée du donjon était appelée le cellier. Cependant, on voit bientôt ce local s’enfoncer dans le sol : en 1424 et en 1449, ce n’est plus une porte, mais une trappe qui en ferme l’entrée. Des devis de 1481 et de 1629 en prévoient la construction sous la maison, avec deux escaliers semblables à ceux que l’on trouve dans les caves de cette époque […] », Raymond Quenedey, L’Habitation rouennaise. Étude d’histoire, de géographie et d’archéologie urbaines, Rouen, Lestringant, 1926, p. 313. L’existence d’une porte d’accès ne peut, à elle seule, signifier que le cellier se trouve au rez-de-chaussée. Cette porte peut très bien donner sur un escalier d’accès. Quant aux trappes, parfois situées dans des allées de desserte, elles sont à analyser dans leur contexte. Celles que nous avons rencontrées permettent souvent de résoudre des problèmes de partage ou d’accès à des celliers ou portions de celliers encastrés dans des propriétés voisines. Les multiples indications concernant les celliers aux XIVe et XVe siècles (voir p. 235-241) les placent sous la maison, voire sous le jardin ou la cour.

50 Le comblement de l’étage bas du « monument » juif (B1) est daté du tout début du XIVe siècle. C’est donc probablement au XIIIe siècle qu’il faut faire remonter l’escalier actuellement en place, parallèle au mur sud, et la petite entrée voûtée d’arêtes construite devant la porte, que Dominique Halbout-Bertin qualifie de « remaniements tardifs relevant d’une seconde occupation du bâtiment », voir son « Rapport sommaire de la fouille » in Arts et Archéologie des Juifs en France médiévale, Bernhard Blumenkranz (dir.), Toulouse, Privat, 1980, p. 234. De telles modifications sont également signalées par Dominique Pitte, qui relève, à propos d’une maison de la rue Malpalu dont on refait l’escalier, une forte réduction de sa largeur puisqu’à l’escalier initial, d’une largeur de 1,44 m, succède un second de 0,66 m, « ce qui entraîne une modification importante des possibilités d’utilisation de la salle » (« Architecture civile en pierre… », p. 273).

51 Des trois étages bas placés le long de la voie, deux avec certitude (B4 et B8) et probablement le troisième (le cellier du XIIIe siècle, en raison de la forme de la parcelle) y présentent leur pignon. Cet emplacement par rapport à la rue permet d’envisager un rôle commercial, marchand ou encore artisanal de l’étage bas.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Plans des étages bas des bâtiments B1 à B4(documents Dominique Pitte).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12936/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 2 – Plans des étages bas des bâtiments B6-B7-B8 et B10(documents Dominique Pitte).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12936/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Légende Fig. 3 – La maison romane de la rue de la Pie(document D. Pitte, dessin Éric Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12936/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende Fig. 4 – Dessins de l’hôtel canonial de la place des Carmes, illustrant l’ouvrage d’Albert Sarrazin, Jeanne d’Arc et la Normandie au XVe siècle, Rouen, Gy, 1896, p. 246.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12936/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 457k
Légende Fig. 5 – Relevé du mur pignon sud du 31 place des Carmes, à Rouen, réalisé par Éric Follain d’après un dessin de Georges Lanfry.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12936/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 322k
Légende Fig. 6 – Arcade romane d’une maison de la rue des Béguines dessinée par A. Pottier, Revue de Rouen, année 1848, p. 63-64 (photographie Dominique Pitte).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12936/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 431k
Légende Fig. 7 – Dessin de la colonne et de son chapiteau(relevé et dessin Paola Caldéroni).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12936/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 84k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search