Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Franc-maçonnerie et histoire : bilan et perspectives

 | 
Éric Saunier
, 
Christine Gaudin

Conclusion

Charles Porset

Texte intégral

1Constatons d’abord que ce colloque a été une réussite. Pendant trois jours, cette salle a été pleine, à la fois d’étudiants (ce qui n’est pas si courant dans un colloque universitaire) et d’un public toujours intéressé et questionneur. C’est le deuxième colloque universitaire portant sur la franc-maçonnerie. Il y a eu un colloque à Grenoble sur « Religion et Franc-maçonnerie » dont les actes sont disponibles, mais, jusqu’à présent, il existait surtout des colloques organisés par des obédiences maçonniques. Cela signifie que ce qu’on appelle, faute d’un autre mot, la « maçonnologie » (c’est-à-dire l’étude de la maçonnerie comme discipline historique) s’impose de jour en jour. Des historiens, des sociologues, des philosophes, des anthropologues considèrent aujourd’hui la maçonnerie comme un objet « froid ». Même si chacun d’entre nous a ses convictions, l’exigence scientifique d’objectivité nous fait donc dire ce que nous avons à dire en tant que scientifiques. Et vous aurez remarqué que Jean-Robert Ragache, qu’on pourrait peut-être accuser de partialité eu égard aux charges qu’il a occupées, est tout sauf partial. On est loin, avec le tableau qu'il présente, du mythe de la maçonnerie « portant la République ». Voilà donc un exemple à suivre et à multiplier.

2Deuxième remarque d’importance : nous avons constaté que des pistes nouvelles s’annoncent dans les domaines politique et culturel. Des approches plus fécondes, interdisciplinaires, interculturelles, européennes s’imposent qui vont faire surgir des recherches novatrices. La récupération des archives de Moscou, la valorisation exemplaire des sources rouennaises, ou d’autres gisements font que nous avons encore pour un siècle de travail. 11 faut donc que les enseignants poussent leurs étudiants à engager des travaux pour faire en sorte que la maçonnologie ne reste pas une friche qui serait abandonnée aux seuls maçons ou à ceux que j’appelle les érudits de sous-préfecture.

3Il y a des questions qui ne sont jamais abordées. Celle du droit maçonnique par exemple. Les maçons réglementent énormément. Ils ont du métier en la matière, ce qui explique, par exemple, qu’à l’époque révolutionnaire ils étaient les premiers à s’occuper des affaires de la cité. Ils avaient un savoir-faire. Il y avait donc tout un travail juridique mené par des maçons qui essayaient d’aménager leur espace puis l’espace public, celui de la cité. Autre point qui n’est pas étudié : l’argent des francs-maçons ou, ce que j’appelle « le prix de la Lumière ».

4On se plaint que les ouvriers ne deviennent pas francs-maçons. Mais c’est qu’il faut répondre aux exigences des cotisations. A-t-on jamais étudié le coût ou le prix de revient d’une vie en maçonnerie ? Et bien je vais vous faire une confidence : il y a un grand dignitaire du Grand Orient (Bacon de la Chevalerie) qui confie en 1808 avoir dépensé pour cela 140 000 livres. Ce qui, rapporté à notre monnaie d’aujourd’hui, représente 1 400 000 000 de centimes. Il faudrait que des spécialistes d’histoire économique, sociale et financière se penchent sur la question. Ce sont des sujets qu'il est nécessaire de travailler. Par ailleurs, il est dit et redit que la maçonnerie a été une société de pensée. Mais qui a dit cela ? Barruel, repris par Augustin Cochin, repris par François Furet. La maçonnerie ne s’est jamais définie comme une société de pensée. Il n’y a qu’à consulter les morceaux d’architecture qui sont conservés pour s'apercevoir que le vécu maçonnique consiste de manière systématique en une ouverture des travaux, une lecture de la correspondance, une augmentation éventuelle de salaire, la conclusion des travaux, la fermeture de la loge, et les agapes.

5Au XVIIIe siècle, il n’y a pas de tracé et le travail intellectuel est extrêmement faible et, dans le travail de renouvellement de la recherche, il ne faut pas oublier, à côté de la nécessité de d’engager les étudiants vers le traitement de pistes nouvelles, d’éviter de les orienter vers des voies impossibles.

Auteur

Directeur de recherches au CNRS, université de Paris IV

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540