Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Franc-maçonnerie et histoire : bilan et perspectives

 | 
Éric Saunier
, 
Christine Gaudin

Franc-maçonnerie et franc-maçonneries

Extraits des discussions

Texte intégral

1[Suite aux communications de Cécile REVAUGER et d’André COMBES]

2Gérard Mangin

3Je m’adresse à André Combes pour dire que son intervention est quand même orientée « très Grand-Orient de France ». La position de la Grande Loge est différente, depuis 1965, à partir du jour où la Bible est sur tous ses autels. La Grande Loge affirme, comme elle l’a toujours fait, l’existence d’un principe créateur connu sous le nom de Grand Architecte de l’Univers. Il faut dire cette différence entre les maçons de la Grande Loge de France et du Grand Orient.

4La situation de la maçonnerie française est la suivante : une maçonnerie libérale (la Grande Loge Nationale Française), une maçonnerie progressiste (le Grand-Orient), et entre les deux, il y a la Grande Loge.

5André Combes

6Quelques corrections en guise de réponse : d’abord la Grande Loge Nationale n’est pas libérale, elle est dogmatique. Ensuite, la Grande Loge est le résultat d’une évolution : elle n’est pas aujourd’hui ce qu’elle était il y a trente ans, et elle sera autre encore dans quelques décennies. Il faut toujours situer une organisation, quelle qu’elle soit, dans son temps. Rien n’est figé en maçonnerie. Enfin, il est faux de dire qu’elle a toujours reconnu l’idée d’un principe créateur. L’idée est relativement neuve, elle date du XIXe siècle (1860-1875).

7Amin Adel

8J’aurais une question pour Cécile Revauger. J’ai été très attentif à votre typologie des référentiels dans la maçonnerie anglo-saxonne et française. Et j’ai remarqué l’absence de la citoyenneté, à la fois comme apprentissage et comme finalité de l’initiation maçonnique, pourquoi pas). Comment expliquez vous cette absence, en particulier pour ce qui concerne la maçonnerie anglo-saxonne ?

9Cécile Revauger

10Il aurait fallu que je développe la partie concernant les référentiels consensuels, c’est-à-dire parler plus longuement des relations des maçons avec les pouvoirs civils. En Angleterre, il n’y a pas de discussion possible : le maçon se doit de respecter les pouvoirs civils. Mais il y a quand même quelques brèches : Anderson stipule qu’il est hors de question qu’un maçon puisse désobéir au pouvoir, cependant, une faute de ce type n’est pas un motif d’exclusion. Pour les Etats-Unis, la question est trop vaste : elle mériterait une communication.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540