Version classiqueVersion mobile

Franc-maçonnerie et histoire : bilan et perspectives

 | 
Éric Saunier
, 
Christine Gaudin

Franc-maçonnerie et franc-maçonneries

Essai sur l’évolution des relations maçonniques internationales en Europe au vingtième siècle

André Combes

Texte intégral

1La franc-maçonnerie mondiale est divisée, au début du vingtième siècle, en deux courants : le courant anglo-saxon et Scandinave, qui s’appuie sur la Grande Loge unie d’Angleterre, relayée par des obédiences de langue anglaise. La GL unie d’Angleterre ne reconnaît qu’une obédience par pays. Elle exige la croyance en Dieu et en sa volonté révélée, est (théoriquement) apolitique, ouverte aux croyants de toutes confessions et se consacre à la bienfaisance.

2Le courant libéral est ou va devenir, à l’opposé, une nébuleuse de grandes, moyennes, petites obédiences et groupuscules où vont cohabiter des associations déistes, agnostiques, « occultisantes », masculines, mixtes et ultérieurement féminines. La plupart se réfèrent à la philosophie des Lumières (progrès, raison, liberté...) et aux valeurs de la démocratie et parfois de la laïcité. Elles s’attribuent également les droits de considérer comme « régulières » selon des critères variables, telle ou telle autre organisation. La plupart veulent s’impliquer dans la vie de la cité. La puissance la plus représentative de cette option, par son ancienneté et l’importance de ses effectifs, est le Grand Orient de France qui a, en 1877, abandonné la référence au Grand Architecte de l’Univers, ce qui tend à le marginaliser. En France, l’obédience sœur et concurrente, en ce début du siècle, la Grande Loge de France, est mieux lotie sur un plan international du fait de l’obligation de la référence au Grand Architecte de l’Univers maintenue pour les hauts grades ce qui lui ouvre l’entrée des ateliers des Suprêmes Conseils des deux juridictions américaines. Cependant le fait qu’elle ait été constituée par un Suprême Conseil et que la référence au GADLU ne soit pas (encore) obligatoire dans les loges l’empêche d’être reconnue par les obédiences anglo-saxonnes.

3En Allemagne, les deux courants coexistent au sein d’une Association des GL allemandes (Grosslogenbund) qui n’a plus de relations avec le Grand Orient depuis la guerre de 1870, la mise en jugement du Roi et du Kronprinz pour crimes commis pendant la guerre par les maçons français et surtout l’ouverture de loges d’obédiences allemandes et la fermeture de celles du Grand Orient en Alsace-Lorraine.

4L’Ordre maçonnique mixte et international du Droit Humain (qui dépend d’un Suprême Conseil international tenu par les Français) ne bénéficie, en début de siècle, d’aucune reconnaissance mais d’une simple tolérance des deux obédiences françaises.

5De nombreuses obédiences oscillent entre ces deux pôles, désireuses pour des raisons de relations internationales d’obtenir ou de conserver la reconnaissance anglo-américaine, tout en professant une conception maçonnique libérale. Elles sont donc contraintes à un double langage. Telle est, jusqu’à nos jours, la situation de celles, en Europe et en Amérique, de pays catholiques que l’anti-maçonnisme de l’Eglise catholique a engagé dans une voie anticléricale. La tentative de la Ligue universelle des francs-maçons fondée en 1913 sur une base espérantiste, pour regrouper les maçons sur une base individuelle, va échouer du fait de l’opposition anglo-saxonne.

6L’histoire des relations maçonniques peut dépendre de rivalités entre pays comme celle qui a opposé la France et l’Allemagne. Plus généralement, elle résulte de l’évolution des rapports de force entre les deux courants. La Grande Loge unie d’Angleterre s’efforce d’implanter des filiales sur les terres libérales (ce qui est le cas en France en 1913) ou de faire basculer les obédiences existantes dans la « régularité ». Elle surveille et éventuellement retire sa reconnaissance tout en sachant être pragmatique.

7Sur le versant libéral se sont constitués divers organismes de liaison. Le premier est le BIRM (Bureau international des relations maçonniques) fondé à l’initiative de la GL suisse Alpina qui tente d’intégrer les obédiences allemandes et de se rapprocher des Anglais. Le second est l’AMI (Association Maçonnique Internationale), le troisième est le CLIPSAS.

1. Le Bureau international des relations maçonniques

  • 1 Siège du Grand Orient. La Grande Loge De France est installée rue Puteaux.

8Le BIRM est né à la suite d’assemblées maçonniques internationales qui se sont poursuivies à partir d’un convent qui s’est tenu rue Cadet1, en 1889, pour célébrer le centenaire de la Révolution. Le GO de Belgique qui a également écarté la référence au GADLU y est présent ainsi que la très libérale et déiste GL suisse Alpina, la GL symbolique de Hongrie, le GO national d’Espagne, le GO de Grèce, le GO lusitanien. Le Grand Secrétaire du GO national d’Espagne propose la création d’une Fédération internationale, suggestion qu’Alpina reprend en 1891. Le second congrès se tient à Anvers en 1894 en présence de trois petites obédiences allemandes (les GL de Francfort, de Darmstadt et de Bayreuth) ; le troisième se réunit à La Haye en 1896 avec celle d’un seul groupuscule germanique (la GL Friedrich zur Bundestreue) protégée du GO de Hollande. Parmi les sujets prévus : l’arbitrage international, la protection de l’enfance, la lutte des classes. Le quatrième se tient en 1900 à Paris à l’occasion de l’exposition universelle. Il y est décidé de constituer un Comité international sous l’égide de la GL Alpina car elle dispose des meilleurs atouts : la Suisse est un pays neutre et trilingue. Surtout, Alpina entretient des relations avec les obédiences allemandes, britanniques et nord américaines.

9Le congrès fondateur du Bureau International des Relations Maçonniques se tient à Genève du 5 au 7 septembre 1902. Trente et une obédiences sont représentées et le BIRM voit officiellement le jour le l er janvier 1903. Il a pour but de faciliter les relations entre les puissances maçonniques sans porter atteinte à leur indépendance, a son siège, sous la présidence du Grand Maître d’Alpina, Quartier-la-Tente, à Neufchâtel, publie un bulletin trilingue, un annuaire, des brochures, organise des congrès, échange une volumineuse correspondance. Il soutient la cause du pacifisme et participe aux congrès internationaux de la paix. Vingt-cinq puissances maçonniques ou de hauts grades européennes, d’Egypte et d’Amérique latine vont y participer. Les blocs anglo-saxons et Scandinaves n’y adhèrent pas tout comme les trois grandes obédiences prussiennes foncièrement nationalistes. Le BIRM œuvre cependant à la réconciliation franco-allemande et, en 1913, Quartier-la-Tente est invité à une réunion des Anglo Foreign Lodges à Londres et le pro Grand Maître de la GL unie d’Angleterre accepte de souscrire au Bureau sans faire adhérer l’obédience, preuve de l’intérêt porté par le bloc anglo-saxon à une expérience novatrice, du fait même de son succès.

10En parallèle se concrétise un rapprochement maçonnique entre les deux obédiences françaises et cinq obédiences libérales allemandes (dites humanitaires) : l’Union maçonnique éclectique de Francfort, la GL de Hambourg, la GL Zur Sonne de Bayreuth, la GL de Saxe, la GL de Darmstadt. Elles représentent un tiers (soit 20.000 membres) des effectifs maçonniques allemands mais sont seules présentes en Alsace-Lorraine. Le rapprochement prend forme à l’occasion d’un congrès international des Suprêmes Conseils qui se tient à Paris en 1900 où le GM de la GLDF et celui de l’Union des GL maçonniques allemandes se donnent l’accolade. En 1905, par cinq voix contre trois, cette Union vote contre l’ouverture des relations officielles avec la GLDF mais ce vote est inversé (six voix contre deux) l’année suivante. Une délégation de la GLDF se rend à Berlin en 1907 à l’invitation des GL prussiennes. Oswald Wirth, qui parle couramment l’Allemand, a joué un rôle important au cours des tractations.

11Le rapprochement avec le GODF est plus délicat car la GLDF n’existait pas en 1871. Au cours du sixième congrès maçonnique international qui se tient du 27 au 30 août 1904 à Bruxelles à l’initiative du Grand Orient de Belgique, le Vénérable de la loge strasbourgeoise An Erwins Dom dépose (avec le Frère Le Foyer de la GLDF) une motion en faveur de la réconciliation. Il rencontre, en 1906, Frédéric Desmons, président du GODF, à l’occasion d’une tenue maçonnique à Lyon. Le 7 juillet 1907, au col de la Schlucht, près de quatre-cents francs-maçons venus de France, d’Allemagne et de pays limitrophes, se rencontrent et s’engagent à se retrouver annuellement. Puis une seconde manifestation d’amitié franco-allemande, organisée par Charles Bernardin, se tient à Bâle, le 5 juillet 1908 et une troisième à Baden Baden, le 4 juillet 1909. Parallèlement, se poursuivent des discussions entre obédiences grâce au rôle intermédiaire joué par Oswald Wirth et Charles Limousin puis par Gustave Mesureur. Ecartée en 1908 par quatre voix contre quatre, le Grosslogenbund vote le 30 mai 1909 par cinq voix contre trois la reconnaissance du Grand Orient. La décision, prise par le Conseil de l’Ordre, à l’instigation de Bernardin et approuvée par le Convent de 1908, de retrancher de l’annuaire la page réservée aux défuntes loges d’Alsace-Lorraine a sûrement contribué à ce revirement. En fait le GODF n’échangera des garants d’amitié qu’avec trois obédiences allemandes : la GL de Hambourg, la GL éclectique de Francfort et Zur Sonne de Bayreuth.

  • 2 Ce thème est développé dans le No 214-215 de la revue Humanisme sous le titre les relations maçonni (...)

12La manifestation prévue du 8 au 10 juillet 1911 ne peut se tenir rue Cadet car la France et l’Allemagne sont en conflit à propos du Maroc et le Grand Orient craint les manifestations nationalistes. Il est trop tard pour l’annuler et une tenue se déroulera dans le Temple de la loge L’Etoile Polaire suivie d’un banquet, sans incident, à l’Hôtel Moderne. La cinquième rencontre a lieu à Luxembourg, la sixième, à La Haye en 1913. La septième est prévue à Francfort en 1914. À la suite d’un vœu adressé par le convent de 1913 au Conseil de l’Ordre, celui-ci met à l’étude des loges, le1er juillet 1914 la question des rapports franco allemands. Il est suggéré que l’Alsace-Lorraine devienne autonome et serve de trait d’union entre les deux pays. Hélas, le 3 août 1914, l’Allemagne déclare la guerre à la France. Le bel édifice s’écroule2.

13Le GODF et la GLDF assurent de leur soutien le gouvernement présidé par le Frère Viviani. Le GM du Grand Orient de Belgique, Charles Magnette, propose à celui de la GL Zur Eintracht de créer une commission d’enquête ouverte à des maçons de pays neutres pour veiller au respect, par les armées, des lois de l’humanité et pour visiter les territoires dévastés. Le GM répond que les maçonneries françaises, belge et anglaise n’ont pas tenté d’empêcher la guerre et il affirme sa confiance dans la droiture de l’armée allemande.

14Face aux crimes commis par les armées d’occupation, le 13 décembre 1914, le Conseil de l’Ordre du GODF dénonçant ces propos, considère « qu’il est monstrueux de la part des francs-maçons allemands de mettre au compte de l’héroïque peuple belge les actes de vandalisme, les cruautés et les atrocités que leurs propres nationaux ont commis en Belgique et renouvelés en France ». Les francs-maçons allemands dont la culture serait « façonnée par ce militarisme prussien qu’il faut abattre à tout prix » sont mis « au ban de la franc-maçonnerie universelle ».

15Ce texte est adressé à toutes les obédiences, ainsi qu’un livre jaune destiné à mettre en évidence les responsabilités des puissances centrales. Certaines accusent simplement réception, d’autres, comme les GO d’Italie, d’Espagne, du Portugal, la GL Alpina, approuvent. Le 5 juillet 1915, la GLDF dissout précautionneusement la loge Goethe de langue allemande.

16De son côté, le Grosslogenbund, en 1915, fait savoir à l’Empereur qu’il rejette « toute communauté avec les sociétés secrètes dégénérées qui abusent du nom longtemps respecté de franc-maçonnerie » et le GODF est accusé d’avoir poussé le GO d’Italie à prendre position en faveur de la guerre dans le camp de l’Entente. En dépit de la rupture avec Alpina, et en 1916 avec celles du bloc britannique, le BIRM peut, en liaison avec la Croix Rouge, organiser un bureau pour la recherche des disparus civils ou militaires, faire parvenir des secours à des prisonniers détenus par les pays belligérants ou réfugiés en Suisse, envoyer des délégations visiter les camps.

17Le GM (Grand Maître) du GO de Belgique Charles Magnette est arrêté en 1916 pour avoir dénoncé la déportation de 300 000 civils belges. Le 14 et le 15 janvier 1917, rue Puteaux et rue Cadet, se tient une Conférence des maçonneries des pays alliés. Les obédiences portugaise, italienne, belge et des maçons serbes participent aux travaux. Elle se contente de dénoncer la passivité des obédiences allemandes face aux atrocités et de rendre un hommage à Magnette et aux maçons américains et suisses pour leurs actions humanitaires. La seconde conférence, du 3 mai au 28 juin 1917, est élargie aux obédiences des pays neutres pour élaborer un avant projet de Société des Nations. Des délégations suisses et espagnoles participent aux travaux. Des obédiences américaines envoient des messages d’adhésion et le clou du convent est le discours d’André Lebey posant les bases de la SDN où serait admise une Allemagne régénérée et débarrassée des Hohenzollern. Outre la restitution de l’Alsace-Lorraine, Lebey considère comme indispensables la création d’une Pologne et d’une Bohème indépendantes et la libération des nationalités opprimées par les Habsbourg.

  • 3 Les Grandes Loges de l’Alabama, du Iowa, de Louisiane, du Minnesota, du New Jersey et de Rhodes Isl (...)

18L’entrée en guerre des Etats-Unis a pour conséquence la reconnaissance des deux obédiences françaises par celles de six Etats nord-américains3. D’autres ne se lient qu’avec la GLDF. D’autres enfin se contentent d’autoriser les militaires à fréquenter les loges françaises.

2. L’Association maçonnique internationale

19Après-guerre, la GL Alpina décide de convoquer les obédiences qu’elle considère régulières à un congrès universel qui se déroule du 19 au 23 octobre 1921, à Genève, où se sont tenues les premières assises de la SDN. Elle espère sauver le BIRM et constituer une fédération maçonnique mondiale.

  • 4 Les autres obédiences représentées sont le GODF, la GLDF, le GO de Belgique, le GO d’Italie, le GO (...)

20Treize obédiences répondent à l’appel dont la GL de New York conduite par son Grand Maître Townsend Scudder, les nouvelles GL de Bulgarie (fondée par la GLDF) et d’Autriche (fondée par les Hongrois)4. L’obédience Au Soleil Levant est également admise car, pendant la guerre, elle s’était élevée contre les positions pangermanistes des obédiences prussiennes. Le BIRM devient l’AMI (Association maçonnique internationale). Une déclaration de principes est élaborée par une commission incluant les représentants de l’aile traditionaliste (la GL de New York, le GO des Pays-Bas) et de l’aile laïque (GODF et GO de Belgique) avec en situation intermédiaire la GL suisse Alpina. La définition de la Maçonnerie retenue est proche des thèses du Grand Orient :

21« La Franc-maçonnerie, institution traditionnelle, philanthropique, philosophique et progressive, basée sur l’acceptation du principe que tous les hommes sont frères, a pour objet la recherche de la Vérité, l’étude et la pratique de la morale et de la solidarité. Elle travaille à l’amélioration matérielle et morale ainsi qu’au perfectionnement intellectuel et social de l’humanité. Elle a pour principes la tolérance mutuelle, le respect des autres et de soi-même, la liberté de conscience. Elle a pour devoir d’étendre à tous les membres de l’Humanité les liens fraternels qui unissent tous les francs-maçons sur toute la surface du globe.

22La Franc-maçonnerie, considérant le travail comme un des devoirs essentiels de l’homme, honore également le travail manuel et le travail intellectuel.

23Elle forme donc une association d’hommes probes, libres et dévoués, qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, exerçant ainsi la Bienfaisance dans le sens le plus élevé. »

24Votée dans l’ambiance d’après-guerre, alors que la France jouit d’un immense prestige international, elle ne peut qu’être contestée. Les délégations hollandaise et new-yorkaise ne la signent que sous réserve de ratification par leurs obédiences qui, comme il était prévisible, se prononcent négativement.

25L’AMI, comme feu le BIRM, a pour finalité de rapprocher des obédiences se disant régulières en s’abstenant d intervenir dans leurs affaires internes. Elle ignore les puissances de liants grades, ce qui déjà lui ôte quelques soucis, et elle renvoie à plus lard la question posée par la GLDF de la maçonnerie d’adoption.

26Entre deux assemblées, elle est gérée par un Comité consultatif de cinq délégations qui se réunit régulièrement, en particulier avant chaque convent pour faire des propositions que l’assemblée générale entérine. La GL suisse Alpina gère la Chancellerie confiée aux soins de Quartier-la-Tente, puis d’Isaac Reverchon (1925-1927) et de Jean Mossaz, un homme cultivé, dévoué et proche du GODF. Elle se charge de la rédaction d’un bulletin trimestriel et d’un annuaire.

27Le convent, après l’adoption du rapport d’activité, se prononce sur les candidatures, débat des réformes des statuts et des questions mises éventuellement à l’étude. Le premier, en 1921, adopte des vœux concernant l’hygiène sociale, l’Arménie, le travail, les prisonniers de guerre hongrois détenus en Russie, la Société des Nations.

  • 5 Les GL des Etats-Unis du Venezuela, de Panama, du Chili, de Porto Rico, du Salvador, de Colombie.

28Le second se tient à Genève en septembre 1923 devant dix-huit délégations. Les GL du Luxembourg, de Grèce, Yougoslavia et des Philippines et diverses obédiences du continent américain5 sont acceptées. Par contre, la GL d’Italie est refusée sous la pression du GO d’Italie de même que l’évanescente GL d’Ukraine et le Soleil Levant car l’AMI veut renouer avec les autres obédiences allemandes humanitaires qui ne le reconnaissent pas.

29L’AMI, pour éviter le retrait des obédiences de New York et des Pays-Bas, renonce à rendre obligatoire la déclaration de principes. À la suite d’incidents soulevés par le cas du Soleil Levant, soutenu par le GODF, elle décide de demander aux obédiences de définir les principes de la régularité, ou légitimité, et de la territorialité, se trouvant ainsi appelée à légiférer dans des domaines très épineux.

  • 6 Les GL de l’Equateur, du Guatemala, du Pérou, la GL symbolique du Paraguay, le GO d’Haïti.

30En 1924, la GL de New York se retire pour des raisons religieuses. Elle ne met pas seulement en cause le GODF et le GO de Belgique mais également la GL suisse Alpina car, dans certaines de ses loges, la Bible ne figure pas sur l’autel. Cette défection a non seulement des incidences financières mais surtout elle ferme toute espérance de voir adhérer d’autres GL des Etats-Unis. Celle des Philippines se retire également en 1924, non seulement pour suivre l’exemple américain mais également pour protester contre le GO Espagnol qui a implanté une Grande Loge régionale sur son territoire. Nous entrons donc dans un premier conflit de territorialité. En revanche, d’autres obédiences centre-et sud-américaines sont admises6, ce qui n’a pas l’impact escompté car les travaux de l’AMI se déroulent en français et concernent surtout les questions européennes. De plus les Centre-et Sud-Américains sont de mauvais payeurs. Le GO Espagnol (avec l’assentiment de la GL d’Espagne) et la GL nationale de Tchécoslovaquie sont également reçus. L’autre obédience tchécoslovaque, la GL Lessing an den drei Ringen, bien qu’en relations amicales avec le GODF, reste à l’écart.

31Les années sombres commencent et l’AMI amorce une courbe descendante. Son ultime succès est dû à La GL Yougoslavia qui organise en septembre 1926 une manifestation maçonnique internationale à Belgrade pour promouvoir le rapprochement des peuples et la paix. Quinze obédiences y sont représentées. Les travaux s’achèvent par une conférence publique et l’envoi de télégrammes à Alexandre 1er et au président de la SDN.

32La maçonnerie hongroise avait été mise hors la loi en 1921 et, à son tour, la maçonnerie italienne, essentiellement représentée par le GO et la GL d’Italie, est, à son tour, mise à mort, sur ordre de Mussolini, par une loi promulguée le 12 janvier 1925. Les maçons italiens se retrouvent au sein de la loge Italia puis fondent la loge Italia Nuova au sein de la GLDF. Enfin, le 12 janvier 1930, ils constituent un Grand Orient d’Italie en exil qui sera scandaleusement refusé par l’AMI à deux reprises, la seconde à la suite de l’intervention du GM de la GLDF, Louis Doignon, qui fait observer que son obédience n’avait pas accordé de patente aux ateliers fondés par les loges de réfugiés russes.

33Au cours de cette année 1926, on discute de la révision des statuts. Le GO des Pays-Bas qui, l’année précédente, s’était retiré du convent pour protester contre le report de la décision du refus définitif du « Soleil Levant », vote son retrait pur et simple de l’AMI puis revient, de justesse, sur cette décision. Le Grand Secrétaire Faubel, à la séance du 29 octobre 1926 du Comité consultatif, lit une lettre comminatoire de son obédience. La maçonnerie, dit-il, ne doit pas se mêler des affaires politiques et se placer sur le terrain de la SDN. Il attaque sans le nommer le GODF sur la question du GADLU et dénonce l’implantation de loges d’obédiences membres de l’AMI dans des pays où existe une maçonnerie dite « régulière ». Le GODF qui possède une loge à Londres est clairement visé. À la session du 5 mars 1927, Faubel propose de modifier les statuts de l’AMI, suggérant, entre autres, la définition ci-après : « La Franc-maçonnerie se fonde sur la notion que l’homme est dépendant du principe spirituel qu’elle reconnaît sous la dénomination de Grand Architecte de l’Univers. Aussi elle ne combat aucune conviction religieuse mais elle laisse à chacun la liberté de former sa propre conviction de la divinité ».

34Une définition inacceptable pour les délégations françaises et belge d’où la contre-proposition :

35« La Franc-maçonnerie reconnaît l’existence d’un principe supérieur et idéal qu’elle désigne sous la dénomination symbolique de Grand Architecte de l’Univers. Elle ne combat ni ne recommande aucune conviction religieuse ».

36Lebey, qui représente le GODF au sein du comité, ne cautionne cependant pas cette nouvelle formulation et suggère un simple retour au texte andersonien. La délégation commune GODF – GLDF demande ensuite que l’expression « qu’elle désigne » soit remplacée par « que certaines obédiences désignent », mais les Hollandais refusent et le Belge Vanderlinden propose une synthèse boiteuse :

37« La Franc-maçonnerie reconnaît l’existence d’un principe supérieur et idéal généralement désigné sous la dénomination de Grand Architecte de l’Univers. Elle ne combat ni ne recommande aucune conviction religieuse ».

38Un des deux délégués du GODF (Brenier) accepte mais l’autre (Lebey) refuse.

39Le congrès de l’AMI appelé à trancher se tient à Paris, rue Puteaux puis rue Cadet, du 27 au 29 décembre 1927, devant dix-huit délégations, sous les maillets des deux Grands Maîtres Maurice Monnier et Arthur Groussier. La GL de Pologne est admise ainsi qu’un groupuscule norvégien (la GL norvégienne de l’Etoile polaire de Trondhjem). Le GM du GO des Pays-Bas qui s’est déplacé fait une concession. Il accepte que des obédiences membres de l’AMI puissent ne pas insérer la référence au GADLU dans leurs propres statuts mais il exige que la définition de la franc-maçonnerie incluant le GADLU soit votée à l’unanimité. Il obtient seize voix pour et deux contre : celles du GODF et de la GL du Luxembourg, qui a voulu seulement protester contre l’obligation d’unanimité. Groussier, qui reçoit la présidence du Comité exécutif, se déclare prêt à y renoncer vu les circonstances mais la délégation hollandaise lui témoigne publiquement son affection. Pourtant, elle fait savoir, par lettre du 31 décembre, qu’elle se retire de l’AMI tout en maintenant des relations officielles avec le GODF.

40Désormais l’AMI, en particulier l’obédience Alpina, est paralysée par la crainte de se trouver mise en accusation par Londres et La Haye. Elle va même jusqu’à rejeter en 1932 la proposition de la GL de Vienne de faire de la défense des droits de l’homme une obligation maçonnique. Elle passe son temps à ergoter sur ce qu’est la régularité et sur de nouvelles règles définissant la territorialité. Elle préconise également et bien vainement l’unité maçonnique nationale, refusant de ce fait l’entrée des Roumains et les Egyptiens. Pour montrer sa bonne volonté, le GODF abandonne ses loges d’Istanbul et de Smyrne qui passent sous obédience nationale.

41En 1927, la tentative de rapprochement entre L’Union éclectique de Francfort et le GODF échouent devant les réactions négatives des autres obédiences allemandes et le refus français de se prononcer en faveur de la révision de l’article 231 du traité de Versailles et de restituer aux obédiences allemandes le matériel abandonné dans les loges d’Alsace-Lorraine. Les manifestations franco-allemandes annuelles ne réunissent que le Soleil Levant et le GODF.

42Ce dernier avait, en 1921, reconnu l’obédience du Droit Humain, mais Groussier, pour respecter le vœu de l’AMI d’une seule obédience régulière par pays, obtient du Conseil de l’Ordre, en sa séance du 13 septembre 1930, qu’il dénonce les conventions signées en 1908 avec la GLDF (pour faciliter l’union) et en 1922 avec le DH : un lâchage peu glorieux de la valeureuse petite obédience mixte. Puis, comme prévisible, les négociations en vue d’une fusion avec la GLDF échouent sur les questions du GADLU et des hauts grades car, depuis le Congrès international des Suprêmes Conseils qui s’est tenu à Lausanne en 1922, les contacts entre le Suprême Conseil de la GLDF et le Grand Collège des Rites sont à nouveau devenus informels. En dépit de cet échec, le 15 septembre 1934, le Conseil de l’Ordre, sous la pression de l’AMI, ne reconnaît plus le Droit Humain comme une obédience maçonnique mais comme une simple organisation philosophique, ce qui permet aux maçons du GODF de garder la double appartenance, sans encourir l’accusation d’irrégularité. Les contacts seront rétablis par un vote du convent, par 273 voix contre 120, en septembre 1935.

43Tirant profit des perturbations qui agitent la maçonnerie libérale, la GLU d’Angleterre adopte, en tenue de Grande Loge, le 4 septembre 1929, une série d’articles définissant de la régularité : la croyance en Dieu et en sa volonté révélée, la prestation du serment sur un livre de la Loi sacrée, l’indépendance à l’égard d’un Suprême Conseil, l’interdiction de tout débat sur des questions politiques ou religieuses, la non-reconnaissance de l’initiation féminine. Le Grand Chancelier Mossaz, déçu, ne peut qu’opposer le libéralisme des Constitutions de 1723 et le dogmatisme anglais. L’obédience anglaise maintient cependant ses relations avec des obédiences, comme Alpina, reconnues par le GODF et s’abouche, en 1930, avec les obédiences de Belgrade, de Prague, de Vienne et les Humanitaires allemandes.

44Les années 1933-1945 vont modifier considérablement la donne maçonnique internationale. La maçonnerie allemande est liquidée (la libérale dès 1933, la nationaliste en 1935) et l’AMI va, jusqu’en 1939, devoir se préoccuper du sort des maçons exilés. La franc-maçonnerie est également mise à mort en 1935, au Portugal puis en Turquie, détruite en Roumanie et en Pologne en 1937, en mars 1938 en Autriche, puis, après les accords de Munich, en Tchécoslovaquie, enfin en 1939 en Espagne, et dès 1940 dans les pays sous la botte nazie ou fasciste.

45Au congrès de l’AMI du 1er au 4 septembre 1938 qui se tient à Lucerne, Louis Doignon suggère quelques dispositions pouvant conduire au rapprochement avec les Anglais : les obligations prêtées sur les Constitutions d’Anderson, les travaux ouverts à la Gloire du GADLU mais dans la plénitude de la liberté de conscience, et surtout il propose que le GODF rompe à nouveau avec le Droit Humain et que la GLDF sacrifie ses loges d’adoption, ce qu’elle fera en 1945.

46Pendant la guerre, la persécution frappe indifféremment les maçons de toutes les obédiences. En France, les nuances séparant le GODF et la GLDF semblent peu de chose comparées à ce qui les unit. Aussi, des discussions ont lieu dans la clandestinité et un projet de fusion est élaboré. Elle va échouer car des désaccords subsistent sur le caractère obligatoire ou non de la référence au GADLU et sur les hauts grades. Le GM de la GLDF Dumesnil de Gramont s’y oppose surtout pour des raisons de reconnaissance internationale.

47A la libération, la maçonnerie est dans un état d’effondrement sur le vieux continent du fait de la guerre, du maintien des régimes fascistes en Ibérie, de la liquidation immédiate (Pologne, Yougoslavie, Bulgarie) ou à court terme (Hongrie, Tchécoslovaquie, Roumanie) des obédiences libérales dans les pays sous la coupe des Soviétiques. En Europe occidentale, la peur du totalitarisme, exacerbée par la guerre froide, la fragilité d’obédiences vidées de leurs effectifs par la guerre, le prestige des anglo-américains libérateurs, le poids économique et culturel des Etats-Unis, également le recul des idéologies porteuses de la maçonnerie progressive, sont autant de facteurs qui expliquent les difficultés des obédiences libérales et le basculement de la plupart d’entre elles vers la « régularité » anglaise dans les années qui suivent la guerre.

  • 7 En 1947, le GODF fonde une alliance fraternelle des puissances maçonniques reconnaissant la liberté (...)

48Au début pourtant, tout semble rentrer dans l’ordre. Viaud et Groussier sont, le 17 novembre 1946, à Bâle pour la reconstitution de l’AMI. L’année suivant, Jattefaux, membre du Conseil de l’Ordre du GODF, revenu de déportation, y est envoyé en mission sur invitation de la GL suisse Alpina. Il est deux fois reçu au chant de La Marseillaise tant sont grands le prestige de la Résistance et la fierté du rôle qu’y ont joué les maçons7. Les contacts sont renoués avec les Italiens et les Français participent au réveil de la maçonnerie allemande.

3. L’offensive anglo-saxonne

49L’évolution d’Alpina est significative. Venu à Londres à la fin de la guerre pour obtenir la reconnaissance de son obédience, son Grand Maître s’entend formuler trois exigences : la rupture avec le GODF, la démolition de l’AMI et l’interdiction de toute adhésion individuelle à la Ligue universelle des francs-maçons. Ces exigences seront progressivement remplies : le GODF n’est pas invité au convent suisse en 1947 puis Alpina s’abstient de prendre position sur la Déclaration universelle des droits de l’homme. Elle s’aligne sur les conceptions anglaises et vote (par 76 voix contre 45) la dissolution de l’AMI à l’automne 1949.

50En 1953, elle publie les « cinq points d’Alpina », comme « base » de la régularité : l’invocation au GADLU, la présence de la Bible sur l’autel des serments, le dévouement indéfectible à la patrie, l’absence de tout débat touchant aux questions religieuses ou politiques, une référence (peu compromettante) aux anciens devoirs. En 1955, le GODF n’est plus considéré comme régulier.

  • 8 Une fraction de la GL d’Italie rejoindra le Grand Orient ; l’autre deviendra mixte sous la Grande M (...)

51La situation est même cocasse en Italie où c’est l’obédience de tradition laïque et politique qui entre dans la régularité anglaise afin d’obtenir l’aide financière des maçons américains alors que la plus spiritualiste (la GL d’Italie) se trouve, par le fait même, rejetée du côté libéral8. Il devait perdre cette reconnaissance auprès des Anglais (mais pas auprès des obédiences américaines) à la suite du scandale de la loge P2. En Turquie, la GL passe aussi du côté anglo-américain ainsi que la GL d’Israël en 1952, ce qui se conçoit pour des raisons affectives ou diplomatiques mais il se constitue, par contre-coup, une Grande Loge nationale (et libérale) à Ankara. Le GO de Hollande, la GL du Luxembourg et celle d’Autriche, les GL allemandes réunies en 1958 (Deutsche Vereinigte Grossloge) en 1958, suivent la même voie.

52En France, l’obédience dite « régulière » (la GLNF), simple groupuscule avant-guerre, est renforcée par la présence des militaires maçons américains. Or, la GLDF les avait préalablement accueillis en 1945 et elle jouit, auprès d’eux, d’un grand prestige. Mais une seule obédience est reconnue par pays. La GLDF est avisée qu’elle ne pourrait l’être que si elle affirme la croyance en un Dieu personnel et oblige ses loges à ouvrir la Bible sur l’autel des serments. Le Grand Maître Doignon obtient du convent, non sans difficulté, la présence exigée du « Livre de la loi sacrée » et la rupture des relations avec le Droit Humain (1954).

53Sur ce, un certain nombre d’obédiences européennes signent en 1954 la Convention de Luxembourg reconnaissant les « neuf points » imposés en 1929 par l’Angleterre. La Grande Loge de France demande son adhésion, qui lui est momentanément refusée. Il lui est signifié la nécessité de fusionner avec la GLNF seule reconnue. Les pourparlers aboutissent, fin 1956, a un protocole d’accord prévoyant la constitution d’une future Grande Loge unie de France mais « la base » proteste car la GLDF y perd sa spécificité : la devise « Liberté-Égalité-Fraternité » disparaît, ainsi que le pouvoir électoral du convent. Enfin, la rupture avec le Grand Orient devient inévitable. Pour éviter une crise intérieure, Doignon demande à celui-ci de participer à la discussion en sachant bien qu’il ne peut se renier. L’échec de ces rencontres à trois permet à la GLDF de rompre avec le GODF sans pour autant être reconnue par Londres. Une ultime rencontre, le 11 octobre 1958, à Bruxelles de sept Grands Maîtres (ceux des GODF, GLDF, GO des Pays-Bas, GO de Belgique, Alpina, GL du Luxembourg, DVGL) échoue bien que les Belges soient disposés à accepter le GADLU et la Bible.

54Pour pouvoir adhérer à la Convention de Luxembourg, la GLDF doit donc rompre ses relations avec les GODF et GO de Belgique, en septembre 1959. Pourtant, les Anglais continuent à la rejeter car le GADLU est y toujours défini comme un « principe créateur ». Agacé par cet ostracisme, le Grand Maître Richard Dupuy opère en 1964 un changement d’alliance, signant le 15 avril 1964 un protocole d’accord avec le Grand Orient. Il est approuvé par le convent (140 voix contre 82 et 52 abstentions). Une minorité (environ 500 Frères) rallie alors, en 1965, la Grande Loge Nationale Française, la renforçant considérablement.

55La maçonnerie européenne continue à être déstabilisée et à se déchirer. En décembre, une minorité du GO de Belgique fonde la GL De Belgique reconnue puis rejetée par Londres d’où l’apparition d’une Grande Loge régulière de Belgique. Dans l’autre sens une minorité francophone quitte Alpina pour fonder un GO de Suisse ; des GO du Luxembourg et d’Autriche puis une GL maçonnique de Turquie se détachent des trois Grandes Loges, passées aux « réguliers ». Une fraction quitte également la Grande Loge Nationale Française pour fonder la Grande Loge Traditionnelle et Symbolique Opéra. Les mêmes situations se retrouvent en Grèce, en Espagne et au Portugal après le retour de la démocratie.

4. Le Clipsas9

  • 9 Une brochure sur l’histoire du Clipsas, rédigée par Roger-Xavier Lantéri, est disponible à la bibli (...)

56Le 22 janvier 1961, les représentants de onze obédiences appartenant à six pays différents, réunis à Strasbourg à l’initiative des Grands Maîtres du GODF et du GO de Belgique Marcel Ravel et Georges Beernaerts votent un texte niant le droit d’une obédience (en l’espèce la Grande Loge unie d’Angleterre) de définir les principes de la régularité maçonnique, estimant que les faits d’invoquer ou non le Grand Architecte, et d’exiger la présence du « Livre de la Loi sacrée » doivent être laissés à l’appréciation de chaque loge et de chaque obédience, et que l’incrédulité est une opinion philosophique parfaitement respectable. Ainsi naît le Comité de liaison des puissances signataires de l’accord de Strasbourg. Les obédiences les plus représentatives sont le GODF, le GODB, la Grande Loge allemande AFAM (qui se retirera en 1967) puis en 1967 la GL d’Italie devenue mixte. Les autres obédiences mixtes ne seront admises qu’en 1982 : d’abord les DH belge et français, puis ultérieurement la GL féminine de France.

57Le CLIPSAS va cependant rencontrer de graves difficultés. Il n’est pas rejoint par la GLDF et la GL allemande AFAM l’abandonne pour être reconnue par les Anglais. La majorité des obédiences qui le composent sont des groupuscules qui ne se développent pas. La plupart des maçons libéraux ne se sentent pas concernés par une structure qui intéresse surtout les dirigeants. Il prouve cependant sa vitalité et son enracinement en résistant au départ du GODF (qui reproche aux petites obédiences leur trop grand pouvoir) et de quelques autres qui fondent l’AMIL, une tentative mort-née. La plus belle réussite du courant libéral est, en dépit de l’absence de la GLDF, le succès du rassemblement maçonnique international organisé à Paris par le Grand Maître du GODF Roger Leray du 13 au 17 mai 1987.

5. Des chantiers s’ouvrent en Europe de l’Est.

58La chute du communisme ouvre des possibilités inespérées aux obédiences libérales, en Russie et en Europe de l’Est. La première sur le terrain est la GLDF par l’intermédiaire de la loge de réfugiés hongrois Martinovics qui ouvre un atelier à Budapest en 1988. Puis le Grand Orient, sous les grandes maîtrises de Jean-Robert Ragache et de Gilbert Abergel, par l’intermédiaire de ses deux Grands Secrétaires aux Affaires Extérieures André Combes et Jacques Oréfice, implante des loges à Moscou, Prague, Varsovie, Bucarest (1989), puis à Sofia, Belgrade et Bratislava. Les deux Grands Maîtres du GODF. et de la GLDF, Jean Robert Ragache et Michel Barat, parrainent ensemble la naissance du Grand Orient de Hongrie. Par contre le GODF allume les feux des GO de Tchécoslovaquie et de Pologne alors que la GLDF parraine une GL nationale de Yougoslavie. Des ateliers sont parallèlement ou ultérieurement créés par les autres obédiences françaises ou belges, mixtes et féminine, en Europe de l’Est. Cependant, les obédiences anglo-saxonnes, d’abord prises de vitesse, réagissent avec des moyens financiers considérables et dans la plupart des pays de l’ancien bloc communiste (à l’exception des Républiques asiatiques de l’ex-URSS) coexistent aujourd’hui des loges, voire des obédiences des deux types de maçonneries, la libérale et la « régulière ». Ainsi, une GL de Russie et une GL de Pologne ont été parrainées par la GLNF. Cette dualité est également une réalité dans la plupart des républiques d’Afrique francophone où les libéraux se retrouvent au sein d’une association inter obédientielle : le Rhefram. En revanche, les libéraux ne se sont pas implantés dans l’Afrique anglophone.

59Actuellement, trois faits récents vont dans le sens de l’apaisement, à défaut d’inter-visites et de reconnaissances officielles entre les deux courants. Longtemps affaiblie, la maçonnerie libérale s’est renforcée, en particulier en France où les deux grandes obédiences masculines se sont rapprochées et où l’importance de la présence féminine s’est accentuée (plus de 20 000 francs-maçonnes aujourd’hui).

60La France, la Belgique et peut-être l’Italie sont cependant des exceptions. La maçonnerie, dans les autres pays, n’a pas retrouvé sa vitalité et les effectifs d’avant-guerre. Elle n’a pas encore décollé en Espagne. Du côté des obédiences régulières et de tradition humaniste (Italie, Suisse, Allemagne), les contacts subsistent ou ont été repris avec les libéraux. Londres est plus ouvert à leur égard. Cette ouverture se matérialise aujourd’hui par des rencontres entre responsables de musées et l’invitation aux colloques d’un organisme indépendant géré par des maçons anglais : le Canonbury Masonic Research Centre. Trop de tentatives ont avorté pour que l’optimisme soit de rigueur.

Notes

1 Siège du Grand Orient. La Grande Loge De France est installée rue Puteaux.

2 Ce thème est développé dans le No 214-215 de la revue Humanisme sous le titre les relations maçonniques (1877-1940) par André COMBES, p. 85-96.

3 Les Grandes Loges de l’Alabama, du Iowa, de Louisiane, du Minnesota, du New Jersey et de Rhodes Island.

4 Les autres obédiences représentées sont le GODF, la GLDF, le GO de Belgique, le GO d’Italie, le GO lusitanien uni, le GO de Turquie, le GO des Pays-Bas, la GL espagnole. Les GL d’Italie, de Yougoslavie, de Louisiane, du Luxembourg se sont fait excuser.

5 Les GL des Etats-Unis du Venezuela, de Panama, du Chili, de Porto Rico, du Salvador, de Colombie.

6 Les GL de l’Equateur, du Guatemala, du Pérou, la GL symbolique du Paraguay, le GO d’Haïti.

7 En 1947, le GODF fonde une alliance fraternelle des puissances maçonniques reconnaissant la liberté de pensée et, à l’occasion des séances de l’O.N.U. à Paris, des « journées des amitiés maçonniques » se tiennent les 20 et 21 novembre 1948 sur l’initiative avec les appuis de la Grande Loge de France, du GO de Belgique et de la GL du Luxembourg. 19 Obédiences y sont représentées dont, en Europe, le GO d’Italie et la GL de Trieste, la GL de Hongrie, le GO Espagnol en exil. Un Bureau d’informations Maçonniques est constitué, premier essai d’un regroupement des maçonneries libérales car l’AMI est maintenant défaillante.

8 Une fraction de la GL d’Italie rejoindra le Grand Orient ; l’autre deviendra mixte sous la Grande Maîtrise de Ghinazzi.

9 Une brochure sur l’histoire du Clipsas, rédigée par Roger-Xavier Lantéri, est disponible à la bibliothèque du GODF.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search