Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Franc-maçonnerie et histoire : bilan et perspectives

 | 
Éric Saunier
, 
Christine Gaudin

Franc-maçonnerie et libre pensée

Extraits des discussions

Texte intégral

1[Suite aux communications de Jacqueline LALOUETTE, Anna-Maria ISASTIA et de Pedro ALVAREZ]

2Pierre Mollier

3Je voudrais souligner l’intérêt d’étudier, dans la perspective d’une étude comparée, l’attitude des libres penseurs et des maçons face à la question de la nécessité des pratiques rituelles. En effet, ce problème a été posé au sein du Grand Orient de France dans les années 1890-1905 car, à un moment où la République est solidement installée, de nombreuses loges écrivent à l’obédience pour demander la suppression des rites. Or, si la majorité des dignitaires partagent la sensibilité des frères, certains essaient de défendre les rites en essayant de les justifier en les expliquant rationnellement. J’aimerais donc connaître l’attitude des libres penseurs face à la question des rites.

4Jacqueline Lalouette

5On peut dire qu’ils sont fermés à toute discussion sur le sens des rites maçonniques, au même titre qu’ils le sont d’ailleurs face à la liturgie catholique. Ils semblent les considérer comme des enfantillages, des hochets.

6Pierre Mollier

7La position des maçons est donc plus complexe, marquée par une grande ambivalence. Ainsi, le conseiller de l’Ordre Jules Doisnel refuse-t-il le mot « matérialisme » comme mot de semestre arguant du fait qu’il constituerait une opposition à l’agnosticisme reconnu. Quant à la loge Les Inséparables du Progrès, elle reçoit le peintre Muchat l’année même où il peint un Notre Père très mystique.

8André Combes

9De mon côté, je voudrais apporter deux précisions. Concernant la relation entre la franc-maçonnerie et la Libre Pensée, vous avez mis en perspective l’existence de vraies différences de sensibilité mais on doit quand même insister sur le fait que des loges entières ont parfois basculé en bloc vers le courant libre penseur. Dans le même ordre d’idée, le Congrès libre penseur de 1904 a vu une représentation maçonnique très forte.

10Jacqueline Lalouette

11La présence des loges est en effet importante à cette occasion, notamment du côté italien (et même plus que celle des sociétés de libres penseurs) et espagnol. En Espagne, cette affinité était d’ailleurs déjà perceptible au Congrès Universelle de Madrid en 1892.

12André Combes

13Par ailleurs, je voudrais insister sur le fait que le principe de la liberté de conscience affirmé en 1877 a, paradoxalement, été un argument utilisé par les maçons croyants pour contrer la progression des thèses irréligieuses liées à la Libre Pensée, et menées par Arthur Groussier, les socialistes et les anarchistes. Les maçons déistes s’appuient en effet sur ce principe pour empêcher un basculement global, même si le principe est défendu originellement par des irréligieux.

14Claude Mazauric

15En vous entendant, une question me vient à l’esprit : où en est-on aujourd’hui ? Il me semble en effet, si j’en crois mon expérience, que les questions religieuses sont restées un sujet tabou pour la Libre Pensée.

16Jacqueline Lalouette

17Le sujet est effectivement demeuré passionnel. Ainsi, dans un colloque tenu au printemps dernier, suite à une intervention développée après une communication, l’un des intervenants est sorti en criant « A bas la calotte ».

18Paul Baquiast

19Dans un tout autre domaine, qu’en est-il des différences sociologiques entre maçonnerie et Libre Pensée ?

20Jacqueline Lalouette

21La Libre Pensée, c’est un peu « la Franc-maçonnerie du pauvre ». Les cotisations sont moins fortes, même si après l’encyclique Rerum novarum les loges ont baissé celles-ci afin de lutter contre le socialisme catholique. Globalement, le milieu de la Libre Pensée s’ouvre essentiellement en province vers le petit artisanat ou le monde agricole alors que la franc-maçonnerie recrute dans des couches un peu plus élevées. Le niveau intellectuel des maçons n’est en revanche guère plus élevé.

22Pour répondre à une autre question prolongeant l’intervention d’Yves Hivert Messeca sur les relations entre le protestantisme et la Libre Pensée, il faut dire que, dans les pays protestants, c’est assez souvent une « lutte à couteaux tirés ». On le voit particulièrement dans le pays de Montbéliard et dans le sud des Deux-Sèvres. Les libre penseurs pensent, pour résumer les choses, que la Réforme a libéré l’esprit humain tout en le laissant enfermer dans le souterrain.

23Eric Saunier

24Jacqueline Lalouette parle de « franc-maçonnerie du pauvre » s’agissant des cercles de la Libre Pensée en France... A-t-on une connaissance assez précise de la composition sociologique des sociétés libres penseuses et des loges maçonniques en Italie et en Espagne et, si oui, peut-on aussi parler au sujet de ces sociétés de « franc-maçonnerie du pauvre » ?

25Anna Maria Isastia

26Il y a beaucoup d’ouvriers dans les sections de la Libre Pensée Italienne. Mais il y a aussi beaucoup d’intellectuels, d’hommes politiques. Les dirigeants de la Libre-pensée ne sont pas pauvres. Le mouvement Giordano Bruno est certainement plus populaire. Il est très bien implanté dans tous les quartiers ouvriers de Rome.

27Pedro Alvarez

28Jacqueline Lalouette a étudié scrupuleusement la Libre Pensée en France et, même en Belgique, les études sur le sujet n’ont pas la même profondeur. Mais pour faire une recherche sociologique, il faut une méthode, des outils sociologiques et des sources qui permettent de telles études.

29En Espagne, on ne peut pas travailler de la même manière. C’est vrai qu’il y a des groupes d’ouvriers ici ou là dans la Libre Pensée. Pour la franc-maçonnerie par contre, on a affaire à une élite intellectuelle. En Catalogne, on trouve des anarchistes dans la franc-maçonnerie et, dans le sud de l’Espagne, on trouve également des socialistes, malgré l’interdiction faite par le Parti socialiste. Pour ce parti, l’anti-cléricalisme était une question secondaire, la question principale étant celle du capital. Il n’a pas participé à la lutte anticléricale, ni au combat républicain.

30Luis Martin

31Il y a eu un essai, dans les années 1890, de créer des loges ouvrières. Mais elles étaient très peu nombreuses. Et dans la revue de ce mouvement, La Gazetta, il y avait de longs articles sur la démocratisation. Au début du siècle, à Malaga, il y avait des interférences entre les loges maçonniques, le cercle libre penseur et les sociétés républicaines.

32Gérard Mangin

33Madame Isastia montre, qu’en Italie, il y avait un conflit entre la maçonnerie traditionnelle, symboliste, et la Libre Pensée. Mais qu’en est-il au sujet de l’Espagne ? Où est la maçonnerie traditionnelle espagnole ?

34Anna-Maria Isastia

35J’ai parlé de la direction de la franc-maçonnerie en Italie parce que c’est impossible de faire ici une analyse complexe de la situation de toute la maçonnerie italienne. La situation dont parle Pedro Alvarez au sujet de l’Espagne est également valable pour l’Italie. Nous n’avons pas les mêmes études qu’en France parce que nous n’avons pas la documentation dont vous disposez.

36Dans la direction du Grand Orient d’Italie, il a des partisans de la Libre Pensée, mais il y a des opposants aussi. Nathan par exemple n’y est pas favorable. C’est un laïc, un anti-clérical, mais pas un libre-penseur. En revanche, Ettore Ferrari, quand il devient Grand Maître, va porter toute la franc-maçonnerie à se rapprocher de la Libre Pensée. Encore une fois, il s’agit là des dirigeants. La majorité des maçons, eux, ne sont sans doute pas favorables à la Libre Pensée. Car c’est un mouvement minoritaire, éparpillé en petits groupes, et qui s’organise tardivement sur le plan national (1902).

37Gérard Mangin

38Il n’y a pas que l’aspect politique dans l’histoire de la franc-maçonnerie... La maçonnerie n’est pas monolithique ; la sensibilité des rites ne devait pas être la même. Cette « approche politique » me gêne profondément.

39Pedro Alvarez

40En Espagne, c’est vrai, il y a des sensibilités différentes. Les loges traditionnelles, avec une approche philosophique, sont éloignées de la Libre Pensée. Tandis que la première obédience symboliste et nationaliste en Catalogne a supprimé l’obligation de croire en Dieu, en suivant l’exemple du Grand Orient de Belgique, puis du Grand Orient de France.

41Maurice Rouillard

42Une question idéologique à l’attention de Madame Isastia : n’y a-t-il pas un paradoxe à vouloir présenter Giordano Bruno comme un représentant de la Libre Pensée ? On doit se souvenir qu’il a écrit un ouvrage sur la magie, et qu’il s’opposait au Vatican, non pas au sujet du dogme, mais parce qu’il souhaitait rétablir l’ancienne religion égyptienne. On ne peut pas dire que Bruno était un rationaliste. Peut-on donc affirmer qu’il était libre penseur ?

43Anna-Maria Isastia

44Sur le plan historique vous avez tout à fait raison. Mais, là, il s’agit du mythe de Bruno qui est né dès le XVIe siècle. Ce mythe a fait le tour de l’Europe, et, au XIXe siècle, il est devenu patrimoine de la Libre Pensée Italienne. Il a aussi permis aux intellectuels italiens d’affirmer que la Libre Pensée n’est pas la fille de la Révolution française... Ils avaient un problème de rivalité avec la culture française, c’était donc important d’avoir un symbole culturel fort. N’oublions pas que le monument de Bruno a été inauguré en 1889 !

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540