Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Franc-maçonnerie et histoire : bilan et perspectives

 | 
Éric Saunier
, 
Christine Gaudin

Franc-maçonnerie et libre pensée

Franc-maçonnerie et libre pensée en Italie

Anna-Maria Isastia
Traduction de Eric Saunier

Texte intégral

1En Italie, la recherche historique néglige les études maçonniques pour des raisons idéologiques et culturelles, mais aussi à cause de la grande insuffisance des fonds utilisables. Il manque en effet presque toute la documentation archivistique concernant le Grand Orient d’Italie, l’obédience historiquement la plus importante, ainsi que celle de ses loges. Et la situation est la même s’agissant des autres obédiences pour lesquelles il manque la plupart des listes de membres et des procès-verbaux concernant les ateliers. En réalité, cette situation est due au fait que les archives du Grand Orient d’Italie et de la Grande Loge d’Italie ont été endommagées et dispersées durant la période fasciste.

2De fait, les études maçonniques nécessitent donc, en Italie, une recherche particulièrement patiente fondée sur le croisement et la comparaison de sources diverses : journaux, revues maçonniques et antimaçonniques, correspondances privées, publications de toutes sortes, etc. Toutefois, il est impossible de mener une enquête aussi approfondie que celle, exemplaire, de Jacqueline Lalouette concernant les rapports entre franc-maçonnerie et Libre Pensée en France.

3Il est également nécessaire de rappeler le découpage, plus idéologique et plus politique, que les historiens italiens donnent à leurs études sur la maçonnerie.

4La franc-maçonnerie italienne a eu une épopée historique qui, commencée au XVIIIe siècle, a été interrompue par la Restauration de 1815. Puis, pendant les quarante années suivantes, l’activité des loges fut sporadique et irrégulière. Les recherches ont démontré l’existence de quelques loges dans les villes maritimes ou dans celles plus fréquentées par des étrangers.

  • 1 Emmanuele Rebold, Histoire générale de la Franc-Maçonnerie, Paris, 1851.
  • 2 Luigi Polo Friz, « Trionfo ligure » e « Amici veri dei virtuosi », due Logge marinare all’obbedienz (...)

5Dans un ouvrage général français de 1850 dans lequel est publié un annuaire précis des loges du monde entier, on constate cependant qu’il n’y a pas de trace d’activité en Italie1. C’est en fait seulement au milieu des années 1850 que l’on commence à voir émerger de nouvelles loges, dépendantes de Paris2 mais il est nécessaire d’attendre la fin de la Deuxième Guerre d’indépendance pour voir surgir les premières loges à Turin et se structurer rapidement une obédience nationale.

6La renaissance de l’institution a donc lieu au lendemain de la Guerre de 1859 qui permit de mettre en place le processus d’unification de la nation. Dans ce contexte, on ne peut s’étonner que celles-ci soient pénétrées par les libéraux et surtout par les démocrates mazziniens et garibaldiens qui considèrent alors la franc-maçonnerie comme étant un instrument très important pour contribuer à lutter pour la défense et l’extension des libertés individuelles et, en premier lieu, celles des libertés de pensée et d’expression.

7Pour ces hommes, la révolution politique et nationale en voie d’achèvement devait en effet être suivie d’une réforme morale du peuple italien et la franc-maçonnerie reconstituée se proposait justement d’éduquer moralement et intellectuellement l’individu comme la société.

8La régénération morale des Italiens, complément nécessaire à la régénération politique, est alors au centre de l’action des maçons ex-garibaldiens ou ex-mazziniens qui arrivent dans les loges mais aussi dans les associations d’anciens combattants, dans les fraternités ouvrières, dans les sociétés de secours mutuel, dans les administrations locales et au Parlement. Les francs-maçons se proposent, selon leurs propres mots, de « faire les Italiens », de donner aux citoyens du nouvel état une identité commune.

9Ils ont ainsi conscience qu’ils ont le devoir de véhiculer celle-ci au peuple, à travers des symboles représentant les valeurs d’une culture nouvelle. Parmi ces symboles, l’un des plus significatifs, dans le but de laïciser l’Etat, est l’image de Giordano Bruno, le philosophe italien accusé d’hérésie par l’Inquisition et brûlé vif à Rome en 1600.

10Moine hérétique, panthéiste, déiste, athée et libre-penseur, protestant et martyr de la Réforme, Giordano Bruno devient le symbole paradigmatique de la Libre Pensée et de la nouvelle spiritualité laïque. Les intellectuels italiens, qui soutiennent que la Renaissance est à la base des Temps nouveaux en raison de son opposition à l’idée médiévale de la Transcendance, lui reconnaissent en effet, comme à Tommaso Campanella, le mérite d’avoir donné vie à la philosophie moderne, resituant ainsi l’Italie à l’avant-garde d’une culture européenne touchée peu à peu par la diffusion de la pensée italienne.

  • 3 Francesco De Sanctis, Storia delta letteratura italiana. vol. II, 1871, p. 272.

11Même Francesco De Sanctis, en 1871, dans son œuvre Storia della letteratura italiana, se propose de traiter une histoire de la conscience italienne partant de Machiavel lequel, avec Bruno et Campanella, aurait apporté le renouveau intellectuel et moral de notre pays. De Sanctis pousse même alors jusqu’à considérer Bruno comme étant l’« un des premiers saints du monde moderne qui portaient en leur sein une Italie nouvelle »3. L’Italie nouvelle revendique donc une suprématie philosophique qui avait été contrariée au cours des siècles par les divisions, le manque de liberté et la domination de l’Eglise catholique. L’objectif du discours est politique : il s’agit d’identifier une première Italie, située dans le camp philosophique, s’opposant à la soumission politique et de l’Etat, la pensée italienne entrant de cette manière dans le débat européen malgré la sujétion politique et religieuse dont elle est alors l’objet.

12En somme, les études italiennes viennent de définir « l’invention de la tradition », c’est-à-dire l’invention d’un passé en état de préfigurer les aspects du futur. Dans ce contexte, tandis que l’Italie devient un Etat en conflit ouvert avec la Curie romaine, s’accentue l’image de Bruno comme symbole de la Libre Pensée et de l’anticléricalisme.

  • 4 En 2000, à l’occasion du 400e anniversaire de sa mort, se déroulèrent en Italie des dizaines de con (...)

13Rome devenant à cette époque la capitale du pays, il commence alors à être projeté l’idée de l’érection d’un monument à l’endroit même où « le bûcher brûla », comme l’écrit Giovanni Bovio qui occupe la charge de Grand Orateur du Grand Orient d’Italie. Le 12 mars 1876, sous l’inspiration du maçon Pietro Cossa, qui était alors un célèbre dramaturge, se forme à Rome un premier comité d’étudiants qui ouvre une souscription internationale pour récolter les fonds en faveur du monument qu’ils voulaient ériger. La première réunion se tient dans les locaux du Grand Orient d’Italie et, au cours des décennies suivantes, l’attention de l’Ordre envers cet événement, est toujours importante4. Plusieurs loges italiennes, ainsi que plusieurs associations étrangères à la Libre Pensée, envoient ainsi des contributions en argent. Jamais un monument ne fut, il est vrai, aussi chargé de significations et de symboles. Il appelle en effet clairement la société moderne à honorer les pionniers de la liberté de pensée qui sont morts victimes du fanatisme religieux. Il souligne en outre la signification nationale et patriotique du projet. Le nom de Bruno devient également populaire grâce aux manifestations, aux commémorations, aux conférences organisées par le Comité des Etudiants alors qu’en 1879 sort le premier volume rassemblant les œuvres latines de G. Bruno.

  • 5 Note autographe conservée aux Archives Centrales de l’Etat, Carte Ferrari, non numérotée.

14En 1884 est constitué un second comité qui s’assigne la tâche d’ériger le monument au philosophe condamné comme hérétique. La charge de préparer le monument est attribuée au sculpteur franc-maçon Ettore Ferrari. Celui-ci est un républicain mazzinien décidé à conjuguer art et politique, convaincu que l’artiste doit se faire un devoir de transmission héréditaire et d’éducation des citoyens. « Dans le vrai artiste, disait-il, la main manifeste son intelligence, son cœur »5.

  • 6 Jacqueline Lalouette, La libre pensée en France 1848-1940, préface de Maurice Agulhon, Paris, 1997, (...)

15L’Europe des intellectuels reçoit avec enthousiasme le projet romain, le nouveau comité comptant de nombreuses personnalités importantes de la vie politique, littéraire et artistique comme Victor Hugo et Herbert Spencer, Ernest Renan et Ibsen, Bovio, Cavallotti, Lemmi, etc. tous libres penseurs. Les contributions arrivent nombreuses du monde entier et, comme l’écrit J. Lalouette, Bruno, Michel Servet et Galilée sont des saints de la Libre Pensée qui doivent peu à peu se substituer aux saints chrétiens6.

16Cette attitude contraste avec celle du Conseil communal de Rome qui s’oppose pendant plusieurs années au projet parce qu’il refuse et cherche à contrer la nouvelle idéologie laïque. Finalement, le 9 juin 1889, est inauguré le monument au Campo de Fiori mais, pour pouvoir avoir de la part de la Commune la concession de la place, le projet a dû subir des modifications. Dans la première ébauche présentée par Ferrari, le penseur avait en effet le bras droit levé et, donnant l’impression de parler à la foule, c’était politiquement symbolique de l’anticléricalisme. Sur le monument érigé, il devient un philosophe encapuchonné et en soutane, les mains sur un livre, rassemblant sa pensée, le regard déterminé regardant face à lui, fier et solennel.

17A la base du monument sont aussi toute une série de personnages représentant le contexte idéologique : Jan Hus, Wyclif, Servet, Paleario, Vannini, Ramus, Campanella, Sarpi, Luther, etc. tous victimes de l’intolérance religieuse. La statue est orientée de telle manière que le regard de Bruno est dirigé vers le Vatican. Cet événement est salué comme étant le symbole de l’avancée de la Rome laïque face à celle des papes, comme la revendication que l’Italie est bien la fille de la Libre Pensée de Bruno, celle-ci étant la matrice idéologique à l’origine du Risorginiento et l’intermédiaire indispensable pour faire naître une nouvelle Rome maçonnique.

18Le monument a cependant une autre signification politique qui n’est pas non plus sans intérêt.

  • 7 A.M. Isastia, « I massoni », Il mito della Rivoluzione e la sinistra italiana tra ’800 e ’900 (sld (...)

19En effet, à Paris, se célèbre la même année le Centenaire de la Révolution française dont on sait qu’elle entraîna de nombreux changements dans beaucoup de pays européens. Or, en Italie, le chef du gouvernement, Francesco Crispi, tout comme que le Grand Maître Adriano Lemmi (dont les idées sont proches des constructions culturelles élaborées par Luigi Spaventa et De Sanctis) entendent revendiquer une autonomie culturelle nationale et, surtout, la supériorité de la construction politique italienne récente, opposant ainsi aux événements de 1789 le Risorginiento perçu comme un mouvement trouvant ses racines dans la culture laïque de la fin du XVe siècle. Dans ce modèle, l’Italie avait l’avantage de se trouver à la tête de tout le mouvement de la pensée moderne, anticipant en effet de plusieurs siècles l’idéologie laïque de la Révolution française. Dans un discours de 1890, Lemmi dit ainsi que « la statue de Bruno signifie la liberté de conscience proclamée, honorée en un endroit où résonnent encore les blasphèmes du Syllabus. La maçonnerie mondiale l’a compris et nous suit : au nom de Rome, précédons-la sur la voie qui doit conduire à la conquête de l’humanité idéale »7. Par ces mots, Lemmi revendique une sorte de préséance de la jeune maçonnerie italienne sur toutes les autres.

  • 8 Vittorio Vidotto, Roma contemporanea, Roma-Bari, Laterza, 2001.

20A la même période, Crispi parle aussi de la suprématie de la nation italienne car cette idée caractérise en profondeur la culture italienne de cette époque. Il s’agit en fait d’un biais idéologique pour absoudre et pour justifier la diversité et le recul italien. Le processus de construction d’une conscience nationale, qui ne trouve pas encore un support adéquat dans les structures économiques et sociales du pays, construit donc un mythe fondé sur l’idéologique dont le rôle est exagéré. C’est là un mécanisme qui restera une constante dans la vie politique nationale8.

21Le lien entre l’inauguration du monument en hommage à Bruno à Rome et la commémoration de 1789 est souligné dans le manifeste signé par Giovanni Bovio, franc-maçon, libre penseur et député républicain au Parlement, dans lequel on peut lire : « Le Signe qui révèle que le Centenaire de 1789 se déroule rationnellement est l’inauguration du monument de G. Bruno ».

22Ce rapprochement entre un événement qui a marqué une époque comme la Révolution française et le Risorgimento peut sembler singulier. Toutefois ce rapprochement est permis si l’on pense que le Risorgimento doit beaucoup à la Révolution et que c’est justement d’elle qu’il a tiré ses origines et sa substance.

23Il faut savoir que dans l’Italie de ces années-là le courant de pensée politique marqué par l’idée qu’un conflit ouvert avec la France était un passage indispensable pour émanciper le pays après une période de longue et pesante hégémonie politique et culturelle traversait toutes les familles politiques. De nombreux auteurs et hommes politiques cherchaient à accréditer l’opinion selon laquelle les événements français de la fin du XVIIIe siècle avaient interrompu le processus réformateur bien avancé dans quelques régions italiennes, et avaient plutôt retardé l’accomplissement d’une évolution économique et politique déjà démarrée.

  • 9 Discours de Giovanni Bovio du 9 juin 1889 (Ulisse Bacci, Il libro del massone italiano, vol. II, Ro (...)

24Durant la grandiose cérémonie qui se déroule au Campo de Fiori, en juin 1889, Giovanni Bovio confirme la signification du symbole laïque que représente la Statue de Giordano Bruno, soutenant notamment qu’à Rome s’inaugurait la religion de la pensée comme principe d’une nouvelle ère. Il fait à cette occasion une comparaison entre le 9 juin 1889 et le 20 septembre 1870 en disant que le jour pendant lequel les Italiens étaient entrés dans Rome pour mettre fin au pouvoir temporel était moins douloureux que le 9 juin. La première date était ainsi vue comme une conclusion et la seconde comme un début avec lequel Rome inaugurait 1ère nouvelle de la religion de la pensée. On entend à cette occasion que cette religion de la pensée « demande la tolérance de toutes les doctrines, de tous les cultes et pour culte majeur celui de la justice ; au lieu de la contemplation le travail, de la crédulité l’examen, de l’obéissance la discussion, de la prière la revendication et le travail. Les découvertes de la science, les accords internationaux fondés sur l’équité et les expositions universelles deviennent des « articles de cette religion ». Cette foi n’a pas de prophètes mais elle a des penseurs ; si elle cherche un temple elle trouve l’univers, si elle cherche un asile inviolé, elle trouve la conscience de l’homme »9.

  • 10 Anna Maria Isastia, « Massoneria, libero pensiero e socialismo ira Otto e Novecento : Appunti di ri (...)

25Ces concepts sont partagés dans l’Italie de la seconde moitié du XIXe siècle, par les francs-maçons et par les libres penseurs et, si les rapports entre les deux groupes ne sont pas dépourvus de conflits, dans de nombreux cas, ce sont les mêmes personnes qui sont actives dans les deux organisations et de nombreuses problématiques abordées sont similaires10.

  • 11 Guido Verucci, L’Italia laica prima e dopo l’Unità 1848-1876. Anticlericalismo, Libero pensiero e a (...)

26En Italie, l’histoire de la Libre Pensée, comme celle de la maçonnerie, se rattache aux circonstances particulières du processus d’unification nationale, lourdement conditionné par la Questione romana. L’unité d’Italie en 1861 entraîne la fin du pouvoir temporel des papes ; la libération de Rome en 1870 retire au pape sa capitale. Il s’agit de toute évidence de problèmes culturels et religieux mais aussi politiques et militaires. Il est donc naturel que celui qui défend l’unité à peine acquise devienne franc-maçon et libre penseur, qu’il attaque l’Église et qu’il défende des valeurs exclusivement humaines, naturelles et rationnelles11.

  • 12 Luigi Polo Friz, La massoneria italiana nel decennio post unitario : Lodovico Frapolli, Milano, Ang (...)

27Dans la péninsule, la conduite initiale de la Libre Pensée fut de suivre une orientation rationaliste liée aux courants démocratiques radicaux et au périodique La Ragione, lequel est publié à Turin entre 1854 et 1858 par Ausonio Franchi, un personnage au cheminement très complexe. En effet, prêtre puis rationaliste, il est aussi un socialiste réformiste, un franc-maçon et le leader d’un rite maçonnique scissionniste ; puis entre au couvent, deux ans avant de mourir, après publié Ultima critica pour défendre la foi12.

  • 13 Fiorenza Taricone, Ausonio Franchi. Dcmocrazia e libero pensiero nel XIX secolo, Genova, Name, 1999 (...)

28Son journal, La Ragione, se bat en faveur d’un rationalisme anticatholique et d’une démocratie sociale comme aspiration au socialisme. Le rationalisme est tout particulièrement un élément fondateur du journal13 où l’on trouve des hommes comme David Levi, Mauro Macchi, Giuseppe Riccardi, etc. que l’on retrouve quelques années après en maçonnerie et dans des associations de Libre Pensée.

29Celles-ci commencent à surgir en Italie en partant de Milan, vers la moitié de 1865. En 1866, Luigi Stefanoni, qui se considère comme le disciple de Franchi, commence la publication du Journal La libre pensée dans lequel est précisée la position antidogmatique des libres penseurs.

30La critique des religions révélées devient fatalement, en Italie, une critique de l’Eglise catholique pour des motifs aisément compréhensibles. Cependant, l’anticléricalisme du XIXe siècle est une position généralement considérée avec peu de sympathie et de compréhension par une historiographie qui l’assimile, sans distinction, à l’athéisme et à la négation des valeurs religieuses, surnaturelles ou éthiques, alors qu’il s’agissait d’un vaste mouvement qui, agrégeant diverses forces, s’est battu pour séparer la société civile de la religion, s’efforçant ainsi de poser les bases d’un état laïque et non confessionnel. On constate qu’il s’est d’ailleurs développé dans le pays dans lequel l’Eglise catholique jouit d’amples prérogatives face à l’Etat, l’anticléricalisme cimentant ainsi les forces progressistes. Il s’agit donc d’un affrontement entre deux conceptions opposées de la société et de l’homme qui s’est développé avec des excès et des polémiques exaspérées entre les partis mais compréhensibles vu les enjeux.

31L’âpreté de la bataille a été le mobile qui a poussé nombre de personnes vers les loges et à adhérer aux associations anticléricales, quant elles ne sont pas ouvertement athées, tout en conservant, en privé, un sens profond de la religiosité et en affirmant parfois la foi en Dieu. C’est là une position difficile qui s’inscrit d’ailleurs à l’opposé du sens politique des initiatives menées publiquement.

  • 14 Gaetano Salvemini, « Stato e Chiesa in Italia », (sld Elio Conti), Milano, Feltrinelli, 1969, p. 19 (...)

32« Que les maçons italiens soient anticatholiques, il n’y a aucun doute », écrivait Gaetano Salvernini. Et il ajoute : « les maçons anglo-saxons et germaniques parviennent difficilement à comprendre l’esprit anticatholique dans lequel la maçonnerie est animée dans les pays latins, et sa participation aux luttes politiques. Ils vivent dans des pays où la religion catholique est la religion d’une minorité et celle-ci a dû se battre longtemps pour conquérir ses libertés, et ils ont ainsi progressé jusqu’à présent sans la domination des prêtres. Au contraire dans les pays latins, chaque non catholique et chaque indifférent a dû lutter contre l’Eglise catholique pour conquérir la liberté religieuse, et doit toujours être sur le qui-vive pour ne pas laisser de nouveau la voie à un retour de l’antique maîtresse. S’ils avaient une expérience personnelle de ces milieux différents, les maçons anglo-saxons et allemands deviendraient bien plus combatifs que les maçons français ou italiens »14.

33Particulièrement intéressants sont les écrits sur l’anticléricalisme de l’ancien prêtre Romolo Murri, un moderniste qui siège au Parlement parmi les députés radicaux, et probablement en loge après avoir cherché en vain à rénover la structure ecclésiastique de l’intérieur.

  • 15 Romolo Murri, L’Anticlericalisme. Origini, natura, metodo e scopi pratici, Roma, Libreria editrice (...)

34Murri écrit ainsi que « le cléricalisme est le vice organique et caractéristique d’une société religieuse qui présente ces caractères : un clergé rigide organisé en caste, un gouvernement centralisé, autoritaire et envahissant, une religion qui, dans l’organisation et son travail extérieur, n’est pas entièrement assujetti à l’Etat et ne se tient pas en dehors des questions et des luttes politiques »15.

  • 16 Ibid., p. 55.

35L’argumentation de Murri, serrée et lucide, le porte à conclure que « l’anticléricalisme ne nie pas les religieux et la religion mais est surtout une réaction de la conscience religieuse contre les religions extérieures, à partir du moment où celles-ci, leur progression accomplie, deviennent encombrantes, pesantes et coercitives »16.

  • 17 Patrick Cabanel, « L’anticlericalismo in Francia (sec. XIX-XX) : La resistibile ascesa di un’ideolo (...)

36Voici selon nous le point central autour duquel se développe une grande partie du débat de la Libre Pensée et nous avons tenu à présenter à partir de sources externes au mouvement libre penseur pour mieux souligner les termes du problème en discussion que résument également les propos de Patrick Cabanel : « l’anticléricalisme fut avant tout une réaction de rejet et de défense, dont l’aspiration se conjugua, toujours avec un certain retard, avec celle du cléricalisme, supposé ou réel »17.

37Les libres penseurs sont presque tous dans la sphère démocratique, et presque tous francs-maçons. Parmi les principaux animateurs du mouvement en Italie, on rappellera ici les noms de Luigi Stefanoni, Mauro Macchi, Arcangelo Ghisleri, Ferdinando Swift, Andrea Costa, Ettore Ferrari, Cesare Lombroso, Giovanni Bovio, Roberto Ardigὸ, Napoleone Colajanni, Malachia De Cristoforis, Palmiro Premoli, Giuseppe Sergi, Mario Rapisardi.

38Parmi les italiens qui appouvèrent les statuts de la Fédération Internationale de la Libre Pensée, durant le Congrès International qui se tint à Bruxelles en 1880, on trouve encore Ferrari, Bovio, Lombroso, Moleschott, Ardigô, Colajanni, Costa, De Cristoforis, Sergi, Ghisleri, Rapisardi. Quant aux thèmes présentés, ce sont les mêmes qui étaient à l’étude en France, en Belgique et en Espagne.

  • 18 Une esquisse du mouvement se trouve dans : Pedro Alvarez Lazaro, « Istituzionalizzazione del libero (...)

39En Italie, les libres penseurs sont parmi les premiers à vouloir séparer le moment de la mort de la religion officielle, à réfuter l’équation « bonne mort mort catholique »18.

  • 19 Statuts et règlements de la société Les Libres penseurs, constituée à Milan le 15 août 1865, p. 5 ( (...)

40Ainsi, dans l’article 9 des statuts de la Libre Pensée, on peut lire : « La société se doit d’assister dans la mort chaque sociétaire dans les moments ultimes si cela est requis et de faire faire l’enterrement sur le mode civil »19.

  • 20 Indirizzo della Società dei Liberi pensatori alla onorevole Giunta e consiglio comunale della città (...)
  • 21 Parmi les cas signalés, on note celui de la poétesse Laura Beatrice Oliva Mancini (Il Libero Pensie (...)

41Se fondant sur une circulaire relative aux cimetières dans laquelle ils demandent « de considérer les cimetères d’un point de vue non seulement religieux mais aussi comme institutions civiles »20, les libres penseurs milanais demandent que les municipalités considèrent les défunts non pas comme les membres d’une communauté religieuse mais comme des citoyens égaux par la loi et par la nature à tous les autres citoyens. Dans les années suivantes, le journal de Stefanoni, Le libre penseur, rapportera quelques rares funérailles civiles survenues dans la péninsule21. Puis, à partir de 1874, en accord avec le quotidien radical Le Siècle et avec la Revue de la maçonnerie italienne, est mise en place une campagne en faveur de la crémation des cadavres.

42Un autre sujet est au cœur des préoccupations des libres penseurs et des francs-maçons durant les décennies qui nous occupent : il s’agit de l’éducation des jeunes, des citoyens de demain. Les francs-maçons se proposent en effet de forger une société nouvelle, meilleure et, pour obtenir des résultats, il apparaît indispensable d’œuvrer dans le domaine de la formation, en éduquant les jeunes et les adultes aux nouvelles valeurs.

  • 22 Dans l’Italie de l’après unité, le ministère de l’Instruction publique fut toujours confié à un hom (...)

43Les libres penseurs aussi voyaient l’éducation comme point central d’importance capitale. La défense et la propagation du rationalisme leur apparaît comme un objectif d’importance fondamentale visant à l’affirmation d’une morale scientifique basée sur le complexe des connaissances humaines ayant pour objet l’homme et le monde. La Science, sous une optique fortement empreinte au positivisme, devenait donc une idée-force du message politique libre penseur et franc-maçon22.

44Quant à l’instruction, dans le sens le plus large du terme, elle a pour rôle d’émanciper et de pouvoir libérer les classes les plus défavorisées. Elle est accompagnée de la demande d’un droit de vote qui ne se ferait plus sur une base censitaire, mais sur celle de l’instruction, cette revendication étant également celle des forces démocratiques puis, plus tard, des socialistes.

45La lutte est alors inévitable avec celle qui détient jusqu’ici le monopole de la formation culturelle des jeunes et étaient en mesure, pour cette raison, d’influencer profondément toute la société : il s’agit de l’Eglise catholique. La formation de la jeunesse est en effet exclusivement dans les mains des ordres religieux et les valeurs sur lesquelles s’appuient la société italienne sont celles des sermons prononcés sur les chaires et conditionnées dans le confessionnal. Or, ces valeurs conservatrices, sinon ouvertement réactionnaires, condamnent tout ce que la pensée économique, politique et sociale du XIXe siècle a élaboré. Un exemple de cela est particulièrement montré dans la synthèse du Syllabus de Pie IX, en 1864. Dans ce document, on condamne en effet toutes les conquêtes du siècle, à la racine desquelles les papes voient la maçonnerie.

  • 23 Humanum genus. Epistola Encyclica de Secta Massonum, Acta Leonis XIII, Roma, 1885, vol. IV, p. 43-7 (...)
  • 24 Luc Nefontaine, « De Quelques aspects des relations maçonnico-catholiques dans la Belgique du XIX s (...)
  • 25 R. Ballerini, « Di una lega antimassonica », La Civiltà Cattolica, série XIII, vol. IV, 1886, f. 87 (...)

46L’un des plus sévères textes antimaçonniques est cependant l’encyclique Humanum Genus23, en 1884, qui donne d’ailleurs aux catholiques belges la première idée en faveur de la mise en place d’une association spécifiquement consacrée à la lutte contre la franc-maçonnerie. Comme l’ont mis en lumière quelques historiens belges, on sait que le conflit entre le clergé catholique et la franc maçonnerie date de la seconde moitié des années trente et, en 1884, le Parti catholique qui conquiert le pouvoir peut institutionnaliser l’antimaçonnisme en promulguant une loi antimaçonnique. Un an plus tard, la revue des jésuites La Civilta Cattolica se fait l’écho à la naissance en Belgique, en 1885, de la Ligue antimaçonnique24. « En novembre de l’année dernière fut présenté au Souverain Pontife le schéma d’un statut pour une organisation, laquelle concrétise l’idée d’une vaste société qu’il a lui-même proposée. Ce plan est tiré d’un opuscule écrit en français ayant pour titre : Manuel pour une légion antimaçonnique »25.

  • 26 Ibid., p. 388.

47Dans les deux articles que la revue consacre à ce thème en 1886, elle ne se contente pas de fournir des informations sur la naissance de l’association mais essaie aussi de diffuser l’opuscule montrant les buts de la Ligue antimaçonnique définie comme « une union de défense et de préservation contre la maçonnerie pour le bien de la société et de chaque individu : de défense pour les lieux dans lesquels elle exerce une domination ; de préservation pour les lieux qui ne sont pas encore occupés. Son objectif est de combattre partout et détruire le pouvoir néfaste de la maçonnerie »26.

  • 27 Ibid., p. 386-387.

48Le pape lui-même fit l’éloge du programme de la Ligue belge dans son bref daté du 14 novembre 188527.

49Quelques années après, toujours sur la sollicitation papale, naît à Rome une Union Antimaçonnique Universelle qui contribue à la radicalisation de l’affrontement.

50L’apogée de son activité est atteinte en 1896, avec la réunion du premier Congrès Internationale Antimaçonnique, qui se déroule à Trente et représente l’expression concrète de l’esprit de Croisade de Léon XIII contre celle qu’il désigne clairement sous le nom de « Digne fille de Satan ». Poisons et contre poisons, anathèmes et interdits agitent les catholiques et les maçons avant et après le Congrès qui se déroule dans la cité emblématique de Trente, celle-là même qui vit dans les siècles passés le déroulement du grand concile de la Contre-Réforme catholique.

  • 28 Massimo Introvigne, Indagine sul satanismo. Satanisti e anti satanisti dal seicento ai nostri giorn (...)

51L’influence exercée sur les congressistes par la mystification de l’incroyable Léo Taxil est considérable. Taxil rend populaire et fait une source de profit personnel de tous les thèmes déjà traités dans la littérature antimaçonnique28 qu’il reproduit sur un mode particulièrement attractif. Quand la mystification est dévoilée, le discrédit touche alors les Ligues et Unions antimaçonniques. La Légion belge se dissout pour se reconstituer seulement en 1910. Quant à l’Union antimaçonnique italienne, elle perd la vitalité des premières années.

52Après 1865, comme nous Lavons indiqué, naissent plusieurs associations de Libre Pensée en Italie et se déroule à Naples l’organisation d’un anticoncile, avec un programme rationaliste proposé par le député Giuseppe Ricciardi, parallèlement à l’inauguration à Rome du Concile Vatican I voulu par Pie IX. A cet anticoncile de Naples participent des libres penseurs venus du monde entier mais les résultats restent modestes.

  • 29 A la National secular Society et à la British secular Union, qui pouvait compter en Angleterre sur (...)

53Après la libération de Rome en 1870, la cité devient également la capitale de la lutte antimaçonnique. En 1880, quand naît à Bruxelles la Fédération universelle des libres penseurs29, l’Italie compte Giovanni Bovio, député républicain et franc-maçon, et Jacopo Moleschott, philosophe matérialiste et professeur à l’université de Turin, parmi les huit fondateurs. En mai 1885 se tient également dans la ville de Rome un Congrès international de la Libre Pensée organisé par Taxil qui se conclut avec le vœu selon lequel les libres penseurs s’engagent à supprimer toutes les ambassades auprès du Vatican. Peu de temps après, Taxil évoluera dans le sens de l’Eglise et la servira comme il avait déjà servi les maçons et les anticléricaux.

  • 30 Cenni storici sul Libero pensiero in Italia, in Almanacco civile 1923, Etude de la rédaction de La (...)

54En 1886 est fondée enfin la Légion italienne de la Libre Pensée qui nomme président le maçon Giovanni Bovio, Grand Orateur du Grand Orient d’Italie et député. Mais, c’est cependant en 1902 que l’éclatement institutionnel et la question de l’organisation sur le territoire de divers noyaux répartis est résolue avec la constitution de l’Association Nationale Italienne de la Libre pensée30.

  • 31 La charge fut donnée à Arcangelo Ghisleri, seul italien présent au Congrès, âme de la lutte anticlé (...)
  • 32 Ibid., p. 65.

55Au Congrès de Genève de 1902 Rome est choisie comme siège du Congrès mondial pour 190431. C’est alors que les organisations de Libre Pensée décident d’organiser mieux et de façon prioritaire des actions de prosélytisme. Pour faire connaître les buts de l’organisation, il est ainsi organisé une série de rassemblements dans toute l’Italie. Le premier est tenu à Milan, le 11 janvier 1903 au Théâtre Fossati. Y participent des personnalités de premier ordre du monde de la Libre Pensée : les sénateurs Furnémont et Lorand du parlement belge, le sénateur Hubbard de la chambre française, les députés italiens De Andréis, De Cristoforis, Colajanni, Pellegrini, Gnocchi Viani... A la suite d’un travail profond de propagande, à la veille du Congrès de 1904, il s’est alors constitué en Italie 80 sections de libres penseurs, soit 3300 adhérents32.

56Particulièrement mémorable est restée la campagne entreprise par le secrétaire général de l’association, le belge Furnémont, qui parcourt une grande partie de la péninsule de Milan à Naples, de Turin à Rome et de Gênes à Bologne pour faire connaître la Fédération Internationale et la signification particulièrement symbolique de l’organisation du Congrès de Rome en 1904.

57Le Congrès mondial de la Libre pensée qui se déroule dans la capitale en 1904 fut l’un des plus importants dans l’histoire de l’association. Y participent 523 délégués d’associations et de solidarités diverses avec plus de 1250 délégués dont 800 étrangers.

58L’âme de ce grand rendez-vous est Arcangelo Ghisleri, secrétaire général des sections italiennes ; le secrétaire chargé de l’organisation du Congrès étant Carlo Berlenda.

59Arcangelo Ghisleri était un auteur et un chercheur spécialiste des problèmes de l’enseignement. Ayant constitué à Crémone, en 1867, une des premières sociétés de Libre Pensée, il fut aussi directeur du périodique La Libre pensée Internationale, de 1902 à 1907.

  • 33 « F. Turati attraverso le lettere di corrispondenti (1880-1925) », (sld A. Schiavi), Bari, Laterza, (...)

60Ghisleri était également maçon et il est intéressant d’entendre ce qu’il dit, à travers ses propres paroles, du sens de son appartenance. Dans une lettre écrite au socialiste Filippo Turati le 6 mai 1886, il dit en effet être entré en maçonnerie « à l’invitation d’Aporti à une époque où j’étais, sans être maçon, un des plus acharnés dans le travail anticlérical »33. Il pensait ainsi trouver dans les loges la possibilité de renforcer ses sentiments anticléricaux.

  • 34 En 1904, il faisait partie de la loge Carlo Cattaneo de Milan. Dans les registres des matricules du (...)

61Dans la loge de Milan La Raison où il resta de 1878 à 1883, Ghisleri se sent bien car, « plus qu’une officine comme les autres, c’est un noyau politique vivace qui, sous une forme dissimulée, fait une propagande et une bienfaisance efficaces ». Envoyé à Bergame pour fonder une loge, il organise des réunions maçonniques informelles, sans rituel. Il finit par s’éloigner de la maçonnerie parce qu’il ne partageait pas le goût pour la spiritualité et les rituels mais il rentre à nouveau dans la communauté maçonnique, au début de 1900, dans la loge Carlo Cattaneo de Milan34

62Carlo Berlenda, ingénieur, est quant à lui Grand Secrétaire du Grand Orient d’Italie. C’est lui qui institue la section romaine de la Libre Pensée. Particulièrement importante est alors la collaboration du député belge Furnémont, secrétaire de la Fédération internationale de la Libre Pensée qui a son siège à Bruxelles.

  • 35 Gran Maestro della Massoneria e Sindaco di Roma. Ernesto Nathan il pensiero e la figura a 150 anni (...)

63Le Grand Orient d’Italie prend par la suite ses distances avec la Libre Pensée pendant les années de la Grande Maîtrise de Natban (1896-1904)35, qui est à la fois de culture et de naissance anglaise. Ettore Ferrari, qui lui succède en février 1904, offre au contraire une ample collaboration à Ghisleri qui, en 1902, a donné naissance à la section italienne de la Libre Pensée et qui organise, le 20 septembre de cette année-là, le Congrès International du mouvement libre penseur.

  • 36 Archives Historiques du Grand Orient d’Italie (Asgoi), Processi verbali della Giunta, 145° seduta d (...)

64L’anticléricalisme - plus qu’une commune appartenance à la Franc-maçonnerie - permet à Ghisleri, représentant de premier plan de l’aile intransigeante du Parti républicain, fortement critique envers les républicains romains, de trouver un point de rencontre avec Ferrari, Salvatore Barzilai, Pilade Mazza, Carlo Berlenda, les représentants de l’aile gouvernementale du parti. A la fin de mai, la direction du Grand Orient décide que l’institution adhérerait au Congrès, invitant toutes les loges à faire de même. Il est aussi constitué une commission chargée de préparer une réception solennelle pour les frères qui arriveraient d’Italie et de l’étranger, et une grande manifestation commémorative du 20 septembre36.

  • 37 Ferdinando Cordova, Massoneria e politica in Italia. 1892-1908, Roma-Bari, Laterza, 1985, p. 77. La (...)

65Ettore Ferrari, qui hérite d’une institution que Nathan a cherché à éloigner des dangers d’une participation trop politique à la vie du pays, au moins au niveau du groupe dirigeant, donne au contraire une nette orientation à gauche, reprenant la collaboration avec les libres penseurs, améliorant les relations avec le Grand Orient de France, regardant comme un intérêt majeur le socialisme, absorbant les maçons dissidents de Milan sortis du Grand Orient d’Italie pour défendre leur position idéologique fondée sur un fort progressisme et qui étaient seulement reconnus par le Grand Orient de France le 21 février 189837. Durant sa Grande Maîtrise, à partir de 1904, il y a une recrudescence de l’offensive anticléricale. Dans ce changement de ligne compte donc indubitablement la personnalité de Ferrari, plus politiquement impliqué que Nathan, mais on ne doit pas négliger non plus d’autres motivations internes et externes à l’institution.

66Sur un plan plus général, la rupture des relations diplomatiques entre le gouvernement français et le Vatican en 1903 n’est pas en effet un facteur secondaire, de même que la suppression des Congrégations religieuses en France et la visite du président Loubet à Victor-Emmanuel III à Rome malgré les prétentions temporelles du pape. Enfin, en 1905, arrive en France la séparation de l’Eglise et de l’Etat.

67En Italie, par contre, il se passe exactement le contraire. Les catholiques ne participent pas en effet à la vie politique après l’unité en raison de l’interdiction faite par le Vatican qui ne voulait pas légitimer l’état unitaire. Le non expedit de Pie IX défend aux catholiques de se rendre aux urnes et de se faire élire au parlement. De fait, les catholiques ne sont pas représentés par un parti et ne militent pas politiquement. Ils sont présents seulement massivement dans l’administration des villes.

  • 38 L’auteur de l’opération est le ministre des Affaires étrangères Tommaso Tittoni (cf. Giovanni Spado (...)
  • 39 Giolitti, qui avait facilité le succès des premiers accords cléricalo-modérés, se met à apaiser les (...)

68La situation change cependant en 1904, quand les catholiques commencent, bien que cela ne concerne encore que des cas isolés, à apporter leurs suffrages aux élus conservateurs en place par peur d’une progression des partis de gauche. Les premiers accords électoraux ont ainsi lieu dans le collège de Bergame38. Ils font pour victime Adolfo Engel, Grand Maître adjoint et président du Rite symbolique, qui se trouve battu dans le collège électoral de Trévise où est élu, à l’occasion de l’élection de l’automne 1904, le catholique Agostino Cameroni39.

69Pour ces raisons, le Congrès International de Rome de 1904 a une énorme résonnance et un fort impact sur la vie culturelle et parlementaire italienne. On scelle à cette occasion une unité d’action entre les cercles, légions et groupes de libres penseurs qui se lient également à des organisations amies comme les cercles Giordano Bruno et à une myriade d’associations influencées ou directement inspirées des organisations maçonniques. Cette unité d’action était, comme l’a rappelé Alvarez Lazaro, une sorte « d’internationale laïque » opérant depuis la Ligue anticléricale qu’avait conçue Garibaldi et qui fut réalisée en 1881 par cet incroyable personnage que fut Léo Taxil.

70Au Congrès de Rome de 1904 interviennent de nombreux étrangers parmi lesquels le belge Hector Denis, le scientifique allemand Ernst Haeckel, Ferdinand Buisson, le biologiste Félix Le Dantec et le pédagogue espagnol Francisco Ferrer y Guardia. De Belgique arrive aussi madame Gatti de Gamond, ex-directrice de l’école normale féminine de Bruxelles, et les députés socialistes Lorand et Demblon.

  • 40 « Manifesto della Sezione Laziale 20 settembre 1904 », Congresso di Roma. XX-XXIII settembre MCMIV,(...)

71Le congrès s’ouvre le 20 septembre, une date qui, comme nous l’avons vu, est particulièrement importante. C’est en effet la « date d’un événement qui n’est pas un but mais la promesse de plus fécondes conquêtes »40 comme l’affirme le manifeste placardé dans les rues de Rome. En ce jour de 1870, l’armée italienne était entrée dans la ville du pape, après une brève attaque, à travers la brèche ouverte dans le Mur Aurélien, mettant ainsi fin à l’existence de l’Etat pontifical. Pour mémoire, un cortège de 5000 personnes traversa la ville juqu’à la Porte Pia.

  • 41 Ibid. Il est à noter que l’expression « l’hydre clérical » fait penser au texte d’Ettore Ferrari. S (...)

72Le manifeste du Grand Orient d’Italie est tout aussi combatif : « tandis que l’hydre clérical, avec mille tentacules cachées par mille dissimulations, constitue l’organisation solide du conservatisme et des privilèges, il est urgent pour tous les courants démocratiques de briser cet obstacle et d’ouvrir une large voie aux différents progrès civils. Les Italiens commémorent aujourd’hui ce passage, préparant la conscience de la lutte à venir »41.

73Leurs travaux se déroulent dans la cour du Collège Romano, qui avait été dans un passé récent l’université des jésuites, au milieu des étendards maçonniques et des chants de La Marseillaise, de L’Hymne de Garibaldi et de L’Internationale.

74Georges Lorand, député au Parlement belge, parle de l’Etat et des Eglises. Son compatriote Hector Denis, député socialiste et professeur à l’université libre de Bruxelles, prend quant à lui la parole sur le thème « Libre pensée et positivisme », attribuant à la méthode positiviste les progrès atteints par la Libre Pensée qui, selon ses dires, devaient être à la fois philosophie et sociologie.

  • 42 Congresso di Roma. XX-XXIII settembre MCM1V cit., p. 93.

75Les libres penseurs italiens et belges étaient réunis dans la lutte commune. Comme le dit Ghisleri : « dans ce petit pays, la lutte contre toutes les formes modernes du cléricalisme, aussi bien au niveau économique que politique, est plus forte que dans n’importe quel autre pays. Dans aucun autre pays, on ne trouve en effet une union aussi convaincue, aussi solide et aussi forte dans l’opposition à l’ennemi ; rares sont ceux qui devinent, comme eux, la gravité du péril qui menace le peuple indifférent ou oublieux devant la ruse vaticane. Il n’y a pas meilleur qu’eux pour être à notre direction que ces chefs vigilants et infatigables »42.

  • 43 Ibid., p. 98-99.
  • 44 Député, directeur honoraire de l’enseignement primaire, professeur à l’université de Paris, préside (...)

76Mais la diversité des intérêts des deux pays conduit à défendre leurs intérêts de manière parfois différente. C’est pourquoi les délégués de Belgique contestent la contribution de Sergi en faveur d’un enseignement scolaire exclusivement d’Etat. Ils défendent au contraire la liberté de l’enseignement, y compris pour les catholiques car, dans une Belgique dominée par un gouvernement clérical, aucun libre penseur ne veut renoncer à la liberté de l’enseignement au profit du monopole de l’Etat43. En Italie, en revanche, les forces progressistes étaient imprégnées par l’idée de défendre un Etat ayant saisi l’enseignement pour garantir la laïcité. Depuis vingt ans, il est une question essentielle qui est portée aussi à l’attention des congressistes : c’est celle d’une définition de la Libre Pensée comme pouvant être universellement acceptée. Une telle définition est modifiée de Congrès en Congrès et, après de multiples tentatives infructueuses, on en arrive à celle proposée au Congrès de Rome par le français Ferdinand Buisson44 et qui est encore considérée comme valable de nos jours.

  • 45 Congresso di Roma. XX-XXIII settembre MCMIV cit., p. 91.

77La formulation déclame : « la Libre Pensée n’est pas une doctrine : c’est une méthode - c’est-à-dire une manière de conduire sa propre pensée et, par là même, sa propre action - dans tous les champs de la vie individuelle et sociale. Cette méthode ne se caractérise pas dans l’affirmation de vérités particulières mais dans une proposition générale de recherche de la vérité - dans tous les domaines - uniquement avec les ressources naturelles de l’esprit humain, à la seule lumière de la raison et de l’expérience »45.

78Cette définition assimile donc la Libre Pensée à la science expérimentale. Il découle de cela que la réfutation des dogmes et croyances n’est que la promesse d’une « force active résolue à réaliser avec des moyens humains un idéal humain ». Dans l’administration publique, dans le domaine judiciaire, dans la bienfaisance, cela voulait dire la nécessité de ne pas heurter les différentes confessions religieuses.

79A la fin des travaux, le 23 septembre, les congressistes allèrent auprès de deux monuments symbolisant la nouvelle Italie laïque : il s’agit du monument à Giordano Bruno sur le Campo de Fiori et du monument à Garibaldi sur le Janicule.

  • 46 Enrico Decleva, « Anticlericalismo e lotta politica nell’Italia giolittiana. I : L’esempio della Fr (...)

80Le grand rassemblement romain des libres penseurs, positivistes, scientistes, athées militants, maçons célébrant dans l’euphorie l’entente italo-française n’a pas seulement une envergure sur le plan culturel. Il est aussi l’un des moments préparatoires de l’alliance politique qui se concrétise dans le Bloc Populaire qui, peu après, se mesure aux forces catholiques modérées dans la course à la conquête des administrations locales et se traduit par un projet de pacte entre les forces laïques associant socialistes réformistes, radicaux, démocrates et libéraux progressistes46.

81Dans les années suivantes nombreux sont les congrès nationaux de la Libre Pensée qui se déroulent en Italie : en mars 1905 à Bologne, en juin 1905 à Gênes, en juin 1906 à Milan.

82Lors du Congrès de 1908, à Venise, on décide de transférer le Comité central de Milan vers Rome. Le secrétariat général est attribué à Gino Bandini, journaliste, radical et franc-maçon.

83A côté des sections de la Libre Pensée, il se développe aussi en Italie l’association Giordano Bruno, née dans le quartier Borgo en 1888. C’est le quartier le plus près du Vatican et cette coïncidence n’est pas accidentelle. Elle était composée en effet en partie de maçons et de républicains, parmi lesquels de nombreux députés dont Ettore Ferrari, Ulisse Bacci, Rinaldo Roseo, Luigi Pianciani, Salvatore Barzilai, Federico Zuccari, Pilade Mazza. Son radicalisme anticlérical l’a conduit à mener un combat chronique contre la police... et au déclin de l’association en 1895. Elle renaît pourtant en 1906, toujours dans le quartier Borgo, maintenant un vif anticléricalisme hérité du nom du philosophe, et organise à Rome de multiples manifestations auxquelles participent les partis politiques et des travailleurs.

84Sur proposition du Grand Maître, le Grand Orient d’Italie décide de contribuer au financement du cercle Giordano Bruno pour fonder une structure forte et, en 1909, il décide de contribuer à l’acquisition dans le Borgo du siège de la Giordano Bruno « d’où les cléricaux se fatiguent à l’aide de divers moyens à les expulser ». L’importance attachée à la présence dans le quartier Borgo de cette association s’explique par le fait que le quartier se situe, comme nous l’avons dit, pratiquement à la sortie du Vartican, à la sortie des murs de San Pietro, dans un quartier romain antique. Il était ainsi particulièrement pénible pour les catholiques de tolérer la présence d’une association anticléricale à cet endroit et, par conséquent, très important pour les libres penseurs de la garder. A la vérité, le Grand Orient d’Italie n’approuvait pas la propagande excessive et les activités de la Giordano Bruno mais elle continua quand même à la financer pendant quelques années.

85La Giordano Bruno se bat aussi pour la libération de Francisco Ferrer et, après sa condamnation à mort, elle organise une protestation à Rome qui culmine par une grève générale de trois jours. La campagne contre les congrégations religieuses arrive en Italie depuis la France, à la suite de la loi de séparation. Il s’ensuit alors une action constante de propagande en direction des couches populaires.

  • 47 E. Martire., La massoncria italiana, Milano, 1953, p. 97-98.

86La guerre finie, elle organise à Rome, en 1920, un congrès pour célébrer les cinquante ans du 20 septembre. Y participent des délégations militaires, plus de cent municipalités, quatre-cent loges, des milliers d’associations. A cette occasion, on décide de concentrer toutes les forces anticléricales nationales dans l’Association Nationale de Libre Pensée Giordano Bruno. Le congrès n’a pas toutefois l’importance internationale que la Franc-maçonnerie italienne aurait souhaité, les frères des loges françaises et belges ne voulant pas rencontrer les frères allemands. La Grande Loge de New York refuse de son côté l’invitation parce qu’elle ne partage pas l’idée de célébrer un événement qui offense des gens avec lesquels « elle avait des objectifs communs dans beaucoup de domaines »47. Il est évident que les maçons américains ne pouvaient pas comprendre ni partager les sentiments des maçons européens de culture catholique, de même que leur ligne d’intervention.

87Quelques années après, le fascisme met un terme à un cycle de l’histoire italienne marquée par le combat des maçons et des libres penseurs contre des institutions que ces hommes considéraient comme un danger pour le développement progressif de l’Italie.

88Le cadre politique dans lequel se développe la Libre Pensée italienne est donc ainsi essentiellement celui des partis de gauche vers lesquels regardait aussi le Grand Orient d’Italie. L’originalité du mouvement est cependant d’avoir voulu être un lieu de rencontre autour d’un programme de défense des valeurs laïques et d’opposition au pouvoir de l’Eglise dans la vie civile.

Notes

1 Emmanuele Rebold, Histoire générale de la Franc-Maçonnerie, Paris, 1851.

2 Luigi Polo Friz, « Trionfo ligure » e « Amici veri dei virtuosi », due Logge marinare all’obbedienza del Grande Oriente di Francia. La massoneria italiana pre-unitaria, Il Vieusseux, 1993, p. 20 35.

3 Francesco De Sanctis, Storia delta letteratura italiana. vol. II, 1871, p. 272.

4 En 2000, à l’occasion du 400e anniversaire de sa mort, se déroulèrent en Italie des dizaines de congrès soutenus par le Grand Orient d’Italie. Un premier congrès se tint même une année avant (« Giordano Bruno, Uomo universale, Martire del Libero pensiero », Actes du Congrès International, Rome, 18 mars 1999, -sld Giovanni Bartolini-, Roma, Erasmo, 2000).

5 Note autographe conservée aux Archives Centrales de l’Etat, Carte Ferrari, non numérotée.

6 Jacqueline Lalouette, La libre pensée en France 1848-1940, préface de Maurice Agulhon, Paris, 1997, p. 194.

7 A.M. Isastia, « I massoni », Il mito della Rivoluzione e la sinistra italiana tra ’800 e ’900 (sld Aldo Nicosia), Milano, F. Angeli, 1991, p. 155.

8 Vittorio Vidotto, Roma contemporanea, Roma-Bari, Laterza, 2001.

9 Discours de Giovanni Bovio du 9 juin 1889 (Ulisse Bacci, Il libro del massone italiano, vol. II, Rome, GOI, 1911. p. 40).

10 Anna Maria Isastia, « Massoneria, libero pensiero e socialismo ira Otto e Novecento : Appunti di ricerca », Le origini del socialismo nell’Italia centrale (sld Gian Biagio Furiozzi), Firenze, Centro Editoriale Toscano, 1993, p. 203-226 ; ibid., « Anticlericalismo e massoneria in Giuseppe Petroni », Giuseppe Petroni. Dallo Stato pontificio all’Italia unita, (sld Romano Ugolini e Vincenzo Pirro), Napoli, E.S.I., 1991, p. 35-63.

11 Guido Verucci, L’Italia laica prima e dopo l’Unità 1848-1876. Anticlericalismo, Libero pensiero e ateismo nella società italiana, Bari, Laterza, 1981, p. XV.

12 Luigi Polo Friz, La massoneria italiana nel decennio post unitario : Lodovico Frapolli, Milano, Angeli, 1998, p. 112-124.

13 Fiorenza Taricone, Ausonio Franchi. Dcmocrazia e libero pensiero nel XIX secolo, Genova, Name, 1999, p. 42-43.

14 Gaetano Salvemini, « Stato e Chiesa in Italia », (sld Elio Conti), Milano, Feltrinelli, 1969, p. 194-195.

15 Romolo Murri, L’Anticlericalisme. Origini, natura, metodo e scopi pratici, Roma, Libreria editrice romana, 1911, p. 6-7.

16 Ibid., p. 55.

17 Patrick Cabanel, « L’anticlericalismo in Francia (sec. XIX-XX) : La resistibile ascesa di un’ideologia », Stato, Chiesa e società in Italia, Francia, Belgio e Spagna nei secoli XIX-XX, (sld A.A. Mola), Foggia, Bastogi, 1993, p. 107.

18 Une esquisse du mouvement se trouve dans : Pedro Alvarez Lazaro, « Istituzionalizzazione del libero pensiero in Europa », Stato, Chiesa e società in Italia, Francia, Belgio e Spagna nei secoli XIX-XX, (sld A.A. Mola), Foggia, Bastogi, 1993, p. 229-244.

19 Statuts et règlements de la société Les Libres penseurs, constituée à Milan le 15 août 1865, p. 5 (dans : Archives du Centre d’études Ariodante Fabretti de Turin Acsaf).

20 Indirizzo della Società dei Liberi pensatori alla onorevole Giunta e consiglio comunale della città di Milano, Manifeste à la presse daté de Milan, 23 juillet 1867 (Acsaf).

21 Parmi les cas signalés, on note celui de la poétesse Laura Beatrice Oliva Mancini (Il Libero Pensiero, 1869, p. 480) et celui d’Edoardo Kramer, adjoint à la mairie de Milan (ibid., p. 495).

22 Dans l’Italie de l’après unité, le ministère de l’Instruction publique fut toujours confié à un homme de culture laïque en raison, dans le contexte de la construction de la nation italienne, de l’importance qui allait revenir à la question de la formation des jeunes. Le premier catholique à devenir ministre de l’Instruction Publique fut Antonino Anile dans le gouvernement Facta, en février 1922.

23 Humanum genus. Epistola Encyclica de Secta Massonum, Acta Leonis XIII, Roma, 1885, vol. IV, p. 43-70. Traduction italienne dans : La Civiltà Cattolica, XXXV, serie XII, vol. VI, 1884, p. 257-291.

24 Luc Nefontaine, « De Quelques aspects des relations maçonnico-catholiques dans la Belgique du XIX siècle », Massoneria e Cultura. Il contributo della Massoneria alla formazione della cultura nel Belgio francofono (1830-1914), Actes du Congrès de Bologne, 22-24 octobre 1998, étude de Licia Reggiani, Bologna, Clueb, 2000.

25 R. Ballerini, « Di una lega antimassonica », La Civiltà Cattolica, série XIII, vol. IV, 1886, f. 874, p. 385-398 e f.876, p. 640-656.

26 Ibid., p. 388.

27 Ibid., p. 386-387.

28 Massimo Introvigne, Indagine sul satanismo. Satanisti e anti satanisti dal seicento ai nostri giorni, Milano, Mondadori, 1994.

29 A la National secular Society et à la British secular Union, qui pouvait compter en Angleterre sur 68 cercles et environ 7 000 sociétaires, se joint la Liberal League of America avec ses 140 cercles, la Fédération des Sociétés rationalistes de la Belgique (avec 20 associations) et la Libre-Pensée de Bruxelles et d’Anvers.

30 Cenni storici sul Libero pensiero in Italia, in Almanacco civile 1923, Etude de la rédaction de La Ragione, p. 62-67.

31 La charge fut donnée à Arcangelo Ghisleri, seul italien présent au Congrès, âme de la lutte anticléricale avec Mauro Macchi.

32 Ibid., p. 65.

33 « F. Turati attraverso le lettere di corrispondenti (1880-1925) », (sld A. Schiavi), Bari, Laterza, 1947, p. 44 45.

34 En 1904, il faisait partie de la loge Carlo Cattaneo de Milan. Dans les registres des matricules du Grand Orient, à la date du 3 octobre 1906, il est fait mention de la délivrance d’un diplôme de maître.

35 Gran Maestro della Massoneria e Sindaco di Roma. Ernesto Nathan il pensiero e la figura a 150 anni dalla nascita, Atti convegno Roma 11-12 novembre 1995, a cura di A.M. Isastia, Roma, G.O.I., 1998.

36 Archives Historiques du Grand Orient d’Italie (Asgoi), Processi verbali della Giunta, 145° seduta del 20 rnaggio 1904.

37 Ferdinando Cordova, Massoneria e politica in Italia. 1892-1908, Roma-Bari, Laterza, 1985, p. 77. La demande de reconnaissance auprès des Français s’insère parfaitement dans le cadre d’une ligne philofrançaise suivie par toutes les formations politiques démocratiques lombardes, démarche dans laquelle pouvait s’intégrer la communauté maçonnique de De Cristoforis. En riposte, le 6 mai 1898, arriva de Rome un décret d’expulsion (Decreto no 107, Archivio storico Goi).

38 L’auteur de l’opération est le ministre des Affaires étrangères Tommaso Tittoni (cf. Giovanni Spadolini, Gli uomini che fecero l’Italia, Milano, Longanesi, 1989, p. 279-285 ; Emilio Gentile, L’Italia giolittiana, Bologna II Mulino, 1990 (1977), p. 116-117). L’accord ne suscita d’ailleurs pas la plainte les seuls laïques. Le prêtre catholique Romolo Murri appelle ainsi « marchands du catholicisme » tous ceux qui ont vendu au gouvernement italien et à la classe conservatrice les forces cléricales italiennes (Benedetto Marcucci, Romolo Murri. La scelta radicale, prefazione di Marco Pannella, Padova, 1994).

39 Giolitti, qui avait facilité le succès des premiers accords cléricalo-modérés, se met à apaiser les choses après la défaite en nommant sénateurs Adolfo Engel, Francesco D’Ovidio, Antonino di San Giuliano.

40 « Manifesto della Sezione Laziale 20 settembre 1904 », Congresso di Roma. XX-XXIII settembre MCMIV, Milano, 1904.

41 Ibid. Il est à noter que l’expression « l’hydre clérical » fait penser au texte d’Ettore Ferrari. Sur ce personnage, cf. : « Il progetto liberal-democratico di Ettore Ferrari. Un percorso ira politica e arte », (sld A.M. Isastia), Milano, Angeli, 1997.

42 Congresso di Roma. XX-XXIII settembre MCM1V cit., p. 93.

43 Ibid., p. 98-99.

44 Député, directeur honoraire de l’enseignement primaire, professeur à l’université de Paris, président de l’Association nationale des libres penseurs de France.

45 Congresso di Roma. XX-XXIII settembre MCMIV cit., p. 91.

46 Enrico Decleva, « Anticlericalismo e lotta politica nell’Italia giolittiana. I : L’esempio della Francia e i partiti popolari (1901-1904) », Nuova Rivista storica, 1968, p. 291-354 ; II : « L’estrema sinistra e la formazione dei blocchi popolari (1905-1909) », ibid., 1969, p. 541-617.

47 E. Martire., La massoncria italiana, Milano, 1953, p. 97-98.

Auteur

Professeur d’histoire contemporaine à l’université de Rome

Eric Saunier (Traducteur)

Maître de conférences à l’université du Havre, CIRTAI

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540