Version classiqueVersion mobile

Franc-maçonnerie et histoire : bilan et perspectives

 | 
Éric Saunier
, 
Christine Gaudin

Franc-maçonnerie et libre pensée

Franc-maçonnerie et libre pensée en Espagne péninsulaire (1868-1898)

Pedro Alvarez
Traduction de Anne-Marie Al Matary

Texte intégral

  • 1 Annexe au Compte Rendu de Congrès International de Paris, 1905, Paris, Secrétariat du Congrès de Pa (...)
  • 2 Ibid.
  • 3 Ibid.
  • 4 Dans ce Congrès, le groupe matérialiste de Givors (Rhône), plaida en faveur de la séparation des de (...)

1Parmi les thèmes débattus lors du Congrès International de la Libre Pensée qui eut lieu à Paris du 4 au 7 septembre 1905 figurait la question de l’existence de groupes sociaux et culturels communs aux sociétés de Libre Pensée et aux loges maçonniques. Chaque fédération nationale de Libre Pensée avait dû au préalable présenter à l’Assemblée l’état de la question dans son pays respectif. Ida Altman, au nom des libres penseurs allemands, précisait dans son exposé que pour être reçu en tant que « frère » il fallait nécessairement appartenir à l’église chrétienne, ce qui constituait la meilleure preuve que les francs-maçons allemands n’étaient pas libres penseurs1. William Heaford, représentant de la Fédération Nationale anglaise, se prononçait en termes analogues sur la séparation existant entre des loges jugées « autocratiques, riches, réactionnaires » et les sociétés de Libre Pensée en Grande-Bretagne2. Les délégations française, belge, portugaise ainsi que celle du canton de Genève montrèrent au contraire le lien qui existait entre le recrutement des ateliers maçonniques et celui des sociétés de Libre Pensée dans leur pays respectif3. Après quelques débats mineurs, le congrès parisien finit par sanctionner la confraternité des deux mouvements4 la décision ne faisant qu’officialiser une situation qui existait de fait dans la plupart des pays membres de la Fédération Internationale de Libre Pensée.

2En Espagne les relations entre les organisations maçonniques et les sociétés de Libre Pensée furent également étroites, même si on ne peut parler, de manière générale, d’identité commune ou même de véritable entente entre deux mouvements eux-mêmes fort divisés. Les différentes idéologies qui se retrouvent chez les libres penseurs, l’opposition entre des attitudes matérialistes d’inspiration athée et des orientations déistes d’une part, celle entre les tendances libérale réformiste et anarcho-syndicaliste d’autre part, ont ainsi toujours constitué un foyer de tensions internes au sein du mouvement libre penseur, entraînant ce dernier vers un fractionnement qui le rendait incapable de former « un bloc ».

  • 5 Sur la diversité des obédiences maçonniques espagnoles entre 1868 et 1898, cf. P. Álvarez Lazaro, L (...)

3Au sein de la maçonnerie espagnole, la diversité de tendances politiques et sociales des « frères », la pénétration d’une sensibilité nationaliste dans certaines loges, les différentes façons d’entendre la répartition du pouvoir dans les obédiences, le rôle joué par certaines personnalités et un ensemble complexe de facteurs ont également poussé la maçonnerie vers la division. L’Ordre du Grand Architecte de l’Univers, au lieu de servir de centre d’union entre des personnes qui sans sa médiation étaient irrémédiablement opposées, ne sut se soustraire à des divisions liées à l’entrée de préoccupations profanes5.

  • 6 Les études fondamentales sont celles de P. Álvarez Lazaro (Libero Pensiero e Massoneria. Convergenz (...)

4Malgré cela, et même si l’Espagne reste dans l’attente d’une étude comparative entre les deux structures comparable à celles menées pour la Belgique ou pour la France6 une lutte commune contre l’Eglise catholique et contre la monarchie ainsi que le désir partagé de moderniser la société avec pour guide la seule raison a favorisé une symbiose qui s’avéra parfois bien réelle. C’est avec en arrière-plan cette perspective que nous proposons de porter un regard sur les sociétés de libres penseurs en Espagne jusqu’en 1898.

1. Genèse de la Libre Pensée en Espagne

  • 7 P. Álvarez Lazaro, « Institucionalización del Librepensamiento en Europa », Librepensamiento y secu (...)
  • 8 Cf. P. Gomez Aparicio, Historia del periodismo español. De la Revolucin de Septiembre al desastre (...)
  • 9 Conrado Vilanou, Anarquismo, educaciόn y librepensamiento en Cataluna (1868-1900), Thèse inédite, U (...)

5C’est à partir des Six Années Démocratiques (1868-1874), soit une vingtaine d’années après la Belgique et la France et cinq ans après l’Italie7 que naît en Espagne un mouvement libre penseur institutionnalisé. Protégé par les libertés proclamées par le nouveau régime, La Libertad de Pensamiento, l’organe de la Grande Association Espagnole de Libre Pensée8 voit le jour à Madrid le 3 octobre 1869. On ne connaît rien de cette première manifestation sinon que la publication de ce journal a été brève et le nom de son directeur : José Maria Dalmau. La même année est édité à Gracia (Barcelone) El Libre Pensador, dont on ne sait pas grand chose non plus en dehors du fait que ce journal est apparemment imprégné d’un anticléricalisme matérialiste et qu’il défend les doctrines du républicanisme fédéral9.

6Toujours pendant le Sexenno, en 1870, est organisée à Barcelone l’Association de la Libre Pensée de Barcelone (1870-72) qui nous permet de connaître davantage les caractéristiques de cette libre pensée espagnole originelle. Idéologiquement, cette association se veut un regroupement à caractère délibérément athée, impulsé à la fois par les républicains fédéralistes et par des internationalistes. En outre, dès sa fondation, elle patronne l’hebdomadaire La Humanidad auquel collaborent des leaders ouvriéristes comme Gaspar de Sentiñόn, Trinidad Soriano, Pompeyo Gener, A. Abella Eixalá, A. Vinardell Roig, J. López Montenegro, Juan Nuet, Antonio Marsal Anglora ou Teobaldo Nieva.

  • 10 La Humanidad Hebdomadaire. Eco de l’Association de Libre-Pensée de Barcelone, Barcelone, 17 février (...)
  • 11 Voir ses commentaires sur les Congrès krausistes organisés par Leonhardi à Prague et Francfort (Ibi (...)

7Née dans le but de servir de « propagande et d’exemple », elle considère que « la voie du salut de l’homme réside dans l’harmonie positive des convictions, des sentiments et des instances humaines et non pas dans de mystérieuses révélations et dans des cérémonies imprégnées de cultes religieux »10. Le matérialisme qu’elle défend la conduit vers une lutte sans trêve contre tous ceux qui ne partagent pas son anticléricalisme radical. Ainsi, elle ne réduit pas ses attaques contre les religions révélées mais lance aussi une offensive contre le courant spiritualiste. Dans ses pages doctrinales elle divulgue systématiquement la philosophie positiviste d’Auguste Comte, mais aussi la pensée de Feuerbarch, de Schopenhauer, de Proudhon, de Haeckel, de Moleschott et de Büchner, critique férocement la scolastique et méprise clairement le krausisme qui est alors en vogue en Espagne et en Europe11.

8Dès ses débuts, elle noue des relations avec l’élite de la libre pensée internationale, établit un contact direct avec Ch. Bradaugh et les Sécularistes anglais, avec les Solidaires belges et avec l’Italien G. Ricciardi qui organise l’Anticoncile de Naples en 1869. Tous ces liens lui apportent une base doctrinale solide et ses manifestations publiques semblent obéir aux modèles tracés par ses congénères à l’étranger.

  • 12 Les informations concernant les journaux recensés dans les villes qui suivent sont mentionnées entr (...)
  • 13 Ibid., 8 juillet 1871, p. 212 ; 3 février 1872, p. 38.
  • 14 Ibid., 3 février 1872, p. 38 ; 23 mars 1872, p. 94.
  • 15 Ibid., 3 febrero 1872, p. 38.

9Grâce à La Humanidad, on découvre également que la société barcelonaise n’est pas isolée durant les années agitées du Sexenno. Dans les pages de cet hebdomadaire12 se glissent en effet de brèves informations sur d’autres journaux qui propagent la flamme du rationalisme (El Libre Vasco Navarro, el Hombre de Tortosa, la Razόn de Sevilla, Iris del Pueblo et la Trompeta de la Revoluciό de Palma de Mallorca, el Combate de Madrid, el Radical de Cartagena et la Justicia de Málaga) et sur des noyaux de libre pensée jusqu’alors inconnus. Ils sont établis à Gracia, à Hospitalet de Llobregat, à Tortosa, à Lérida, à Tarragone, à Seville, à Madrid, à Valence, à Málaga, à Cadix, à Saragosse, à Irun, à Palma de Majorca, à Cullera, à Villa del Campo et à Medina de Torres (en Extrémadoure). Elles témoignent aussi des premières tentatives de créer des liens stables entre les groupes éparpillés dans le but de renforcer le mouvement nationaliste naissant. C’est ainsi que El Libre Vasco Navarro lance l’idée de créer une association générale de presse des libres penseurs13. Il est suivi, peu après, par l’Association de Libre pensée de Barcelone qui essaie d’organiser un Congrès libre penseur pour toute l’Espagne14 et rédige un règlement commun à toutes les associations fédérées15.

10Ainsi, entre 1868 et 1873, se produit le premier épanouissement d’une libre pensée qui, à travers publications et actes de revendications, diffuse la graine du rationalisme athée dans la société espagnole au moment même où la maçonnerie se réorganise autour du Grand Orient National d’Espagne, du Grand Orient d’Espagne et du Grand Orient de Lusitanie Uni. Toutefois, à la différence d’autres pays, il ne semble pas qu’il y ait de relations particulières entre les loges et ces premières sociétés de Libre Pensée.

2. Libre pensée et franc-maçonnerie en Espagne au tournant des XIXe et XXe siècles : un lien solide

11Dans la décennie 1880, après les cinq années de la Restauration pendant lesquelles il traversa semble-t-il une crise, le mouvement libre penseur se consolide. Barcelone et Madrid étant les deux foyers fondamentaux d’une renaissance pendant laquelle il s’enracine dans le tissu social du pays. En dix ans à peine se constitue un dense réseau de sociétés et de ligues libres penseuses poussées par des journaux qui sont créés pour les appuyer et les coordonner. Si ces sociétés n’atteignent pas le niveau d’organisation de leurs sœurs anglaises, belges ou françaises, elles parviennent pour la première fois à donner une conscience de groupe solide et à créer un puissant courant d’opinion.

  • 16 El consultor para la Union española de la Liga Universal Anticlerical de Librepensadores, S. Martin (...)
  • 17 Ibid., p. 9.

12A Barcelone, le 15 août 1882, Bartolomé Gabarrό, un frère sécularisé (qui retourna peu de temps après au sein de l’église) fonde l’Union Espagnole de la Ligue Anticléricale des Libres Penseurs. Elle est étroitement liée à la vaste organisation dirigée en France par Léo Taxil. Rapidement, il édite La Tronada, periόdico filosόfico qui devient son organe d’expression. L’objectif de cette société est, selon la préface de son règlement, « le rassemblement de tous les rationnels qui en se basant sur la justice, la morale et la vérité, s’appuient mutuellement pour pratiquer la vie et la société de façon purement civile16 ». Dans le dit règlement, cette société indique aussi que ses intentions sont « la séparation de l’Eglise et de l’Etat, la sécularisation des cimetières et l’enseignement officiel libre, laïc et gratuit, tant pour l’enfant du libre penseur que pour celui du catholique »17.

  • 18 Ibid., p. 12.
  • 19 Ibid., p. 11.
  • 20 Ibid., p. 13.

13Politiquement, l’Union Espagnole se déclare neutre et admet « tous les démocrates convaincus sans distinction d’écoles ou de systèmes » à condition que ses adhérents travaillent pour « l’émancipation du peuple »18. En matière de religion, elle affirme ne professer aucun dogme, aucun culte ni rite et « laisser à ses membres la liberté absolue de penser et de croire »19. Toutefois, dans l’article 8 de ses statuts, l’Union révèle clairement une orientation socialisante20 ce qui lui permet d’affilier un nombre important de partisans de la constitution, de républicains et d’anarchistes. Ces derniers, en plus de mener les « actions civiques » qu’ils devaient remplir, déploient alors une intense activité en faveur de la fondation des écoles laïques.

  • 21 P. Sanchez, La Maçomeria a Catalunya (1868-1936), Barcelona, Edicions 62, 1990, p. 95-146.
  • 22 P. Alvarez Lazaro, op. cit., 1985, p. 207-208.
  • 23 Cf. Association Universelle de libre penseurs, Règlement Général Interne, Barcelona, Secciόn Tipogr (...)
  • 24 Anonyme, El Clamor de la Verdad, Barcelona, 1884, Tip. de R. Zanné.

14L’Union met en place des antennes à Barcelone puis dans le pays qu’elle essaie ensuite de fédérer21.Toutefois, elle se divise en 1883, donnant naissance à une Union Fraternelle Ibérique des Libres penseurs qui, à son tour, après une nouvelle scission, laisse échapper une Association Universelle des Libres penseurs en 1884. Ce sont ces deux derniers regroupements qui se lient étroitement à la maçonnerie22 et mettent un zèle particulier à promouvoir un enseignement laïque, s’adressant à la classe ouvrière dans le but de libérer les consciences et de combattre l’influence de l’Eglise23. En outre, dans ces années-là sont fondés également, à Gracia, Los Almogavares, un centre libre penseur identifiable à la loge du même nom, et, à Sans, le groupe libre penseur « Garibaldi », qui est promu par le zélé maçon V. Acha. Mais surtout, à Barcelone, où l’Union Barcelonaise des libres penseurs24 commence à publier La Tempestad, émerge La Luz, le cercle libre penseur qui eut la plus grande importance pour le développement du mouvement en Catalogne, lequel montre la croissance des relations qui peuvent unir la Libre Pensée à la mouvance maçonnique.

  • 25 P. Sanchez, op.cit., 1990, p. 107.
  • 26 Anonyme, Reglamento. Círculo La Luz Union Barcelonesa de Librepensadores, Barcelona. Ce règlement f (...)

15La Luz se constitue en effet dans cette ville en 1885 et édite aussitôt un hebdomadaire du même nom dirigé par un maçon renommé : il s’agit du philanthrope éclairé Rosendo Arus Arderἱu. Comme le montre P. Sanchez, dès ses débuts, ce cercle est étroitement lié au groupe Typographie l’Académie, au journal anarchiste catalan La Tramontana et au courant maçonnique qui donne le jour en 1886 à l’obédience catalane et fédéraliste : la Grande Loge Symboliste Régionale Catalano Balear. Les collaborateurs de La Luz sont des fédéralistes comme R. Arús et Cristobal Litrάn, des anarchistes comme J. López Montenegro, Anselmo Lorenzo, J. Torrens y Ros et Tárrida del Mármol mais aussi des spiritualistes comme Emilio Guanyavents. Parmi les principes du cercle libre penseur barcelonais figurent la négation de Dieu, la nécessité de créer des écoles laïques pour les enfants et les adultes des deux sexes et de diffuser une propagande scientifique à travers son hebdomadaire25. Malgré une relative tolérance envers le spiritualisme auquel, par ailleurs, le noyau dur de l’association n’accorde aucune importance, La Luz identifie dans son ensemble la Libre Pensée à « l’athéisme, parce qu’il est la souveraineté absolue de la raison de l’homme, l’antithèse des religions révélées, la négation de tout dogme imposé par un dieu personnel, la reconnaissance de la logique et du bon sens en tant que base de la philosophie et du libre examen »26.

  • 27 Les principaux représentants de la ligne spiritualiste sont Amalia Domingo Soler, José Maria Colavi (...)

16En 1886, les secteurs maçonnico-libres penseurs les plus importants, ennemis de Gabarro, poussés par l’Union Barcelonaise des Libres Penseurs et réunis autour du journal La Luz, créent le Pacte de Solidarité ainsi qu’une fédération à laquelle ils donnent une orientation ouvertement athée. En guise de réplique au matérialisme du Pacte de Solidarité, plusieurs cellules spiritualistes créent alors une Confédération Universelle de Libres Penseurs, les deux structures s’opposant sur un plan religieux. Il s’agit là d’un exemple typique des divisions au sein de la famille libre penseuse espagnole entre les matérialistes et les spiritualistes27.

  • 28 P. sanchez, op.cit., 1990, p. 120-131.

17Dans la dernière décade du XIXe siècle, les institutions de la Libre Pensée catalane entame une nouvelle étape sous les auspices de la franc-maçonnerie. Sanchez Ferré a mis notamment l’accent sur le rôle actif que jouent l’Assemblée des Loges Confédérées et le journal Barcelone Maçonnique28 : autour de ces deux organismes se cimente en effet un puissant courant pour la laïcité. Renouvelé et radicalement anti-religieux, ce dernier impulse une mobilisation et des implantations importantes.

  • 29 Cf. « Asociación General de Librepensadores », La Luz del Porvenir, Barcelona, 26 septembre 1895, p (...)
  • 30 Sur Arnalia Domingo Soler et la revue La Luz del Porvenir : P. Álvarez Lazaro, op. cit., 1985, p. 1 (...)
  • 31 P. Álvarez Lazaro, op. cit., 1985, p. 371-378 et P. Sanchez, op.cit., 1990, p. 129.

18Les partisans du libéralisme dynastique, qui étaient pourtant intervenus durant l’étape précédente, ne participent pas cette fois au lancement et à la consolidation de ces sociétés. L’action est alors le fait de militants ou de sympathisants d’un républicanisme plus radical ou d’autres personnes appartenant à des mouvances plus difficiles à cerner, intervenant également dans cette nébuleuse de libre pensée maçonnique. Par ailleurs, la tendance spiritualiste, représentée par l’Association Générale des Libres Penseurs29 et la revue La Luz del Porvenir (sous la direction d’Amalia Domingo Soler30 et dont le siège se trouve à Gracia) perdure. Se mettent à proliférer aussi des groupes d’origines variées. Quarante-deux au moins, installés à Tarrasa, Sarriá, Reus, Manresa, Mataró, Calonge, Lérida et Barcelone, envoient un représentant et paient le montant de la participation au Congrès International de la Libre Pensée qui eut lieu à Madrid en 189231. Ces organisations catalanes furent copiées dans tout le reste de la péninsule mais le véritable guide national du mouvement libre penseur reste toutefois l’hebdomadaire Las Dominicales del Libre Pensamiento.

  • 32 DLP, 2 mars 1884.

19Fondé à Madrid le 4 février 1883 et devenu en 1902 l’organe de la Fédération Internationale de Libre Pensée en Espagne, au Portugal et en Amérique espagnole, il est diffusé en peu de temps à travers toute la péninsule et les colonies. Il organise un espace de communication anti-catholique. Orchestré avec intelligence par des républicains populaires (Ramón Chies, Fernando Lozano et Odón de Buen), Las Dominicales, sur lequel, au bout d’un an, le Primat d’Espagne32, le Cardinal Moreno, jette l’anathème, devient rapidement une sorte de maison pour tous de la Libre Pensée nationale.

  • 33 A une date approximative, Las Dominicales imprime en 1890 20-25 000 exemplaires (DLP, 21 juillet, 1 (...)
  • 34 DLP, 24 janvier 1908.

20Les groupes les plus insignifiants et nombre d’individus33 trouvent en effet dans ses colonnes un lieu d’expression. Fernando Lozano Montes, le célèbre « Demofilo », l’un de ses fondateurs et son directeur pendant des dizaines d’années, s’exprimait ainsi, avec fierté, à l’occasion des noces d’argent de la publication : « A cause de son ancienneté, de son renom universel, de son influence sur les masses populaires, des procès retentissants et de la pluie d’excommunions qui lui sont tombés sur la tête, Las Dominicales est le premier journal de ce genre au monde »34. Malgré des ennuis en tout genre, il parvient à arborer l’étendard de la Libre Pensée espagnole sans interruption pendant au moins trente ans.

  • 35 DLP, 16 décembre 1883.

21Son idéologie est assez souple pour intéresser une large palette de rationalistes et d’anti-cléricaux. D’ailleurs, plus que la défense d’une conception libre penseuse positive qui aurait risqué de restreindre le nombre de ses lecteurs, celle-ci se présente comme une négation. Dans un article intitulé « Caractère de la Libre Pensée » présentant son programme, en décembre 1883, Ramón Chies s’exprime en ces termes : « Voici le premier caractère qui nous semble s’appliquer à la nouvelle formule nationale de la libre pensée : négation énergique et irrésistible de la Monarchie et du catholicisme »35. La formule permet ainsi de faire collaborer les familles anarchistes, des spiritualistes, des libéraux et tous ceux qui s’opposaient de front à l’Eglise et au régime constitutionnel de Canovas ainsi que des pans entier de la maçonnerie espagnole.

  • 36 DLP. 6 mars 1886.

22Si les positions religieuses de Las Dominicales excluaient les religions révélées sans exception aucune, elles ne limitaient pas sa propagande à l’athéisme avoué de quelques groupes catalans. Ramón Chíes considérait d’ailleurs « comme libres penseurs tous ceux dont le jugement libre en quête de rationnel refusant tout dogmatisme peuvent parvenir à des conclusions aussi opposées que l’athéisme et le spiritualisme »36.

  • 37 Pour l’ensemble des individus cités ci-après, se référer : DLP, du 23 avril 1887 au 17 avril 1903.
  • 38 Durant l’année 1883, Las Dominicales annonce dans sa dernière page l’Institution Libre d’Enseigneme (...)
  • 39 DLP, les 24 février 1884, 31 octobre 1885, 8 et 3 décembre 1887, 16 septembre 1888, 2 février 1889, (...)

23En conséquence, ils ne se limitent pas à la défense de la philosophie positiviste ou matérialiste, et propage des courants idéologiques variés. Ainsi, à propos du krausisme et de ses dérives, ils publient des articles élogieux37 sur Julian Sanz del Rio, Francisco Giner de los Ríos, Manuel Ruiz de Quevedo, Rafael María de Labra, Manuel Bartolomé Cossío, Gumersindo de Azcarate, Alfredo Calderon, Adolfo Posada et surtout sur Nicolás Salmerón Alonso, diffusant fréquemment les activités de l’Institution Libre d’Enseignement38 et de la l’Association pour l’Enseignement de la Femme39. La relation étroite que Las Dominicales a avec D. Nicolas Salmerón qui au moment de la fondation du Parti Centraliste en 1890 devient plus étroite encore, renforce l’admiration que les dirigeants madrilènes ont toujours ressenti pour les hommes de l’Institution Libre de l’Enseignement.

  • 40 Un bon exposé de sa position est présenté dans le numéro de Las Dominicales du 3 avril 1903.
  • 41 E. Reclus, « Evolución y revolución », DLP, 7 noviembre 1981. Propagande du livre de Reclus, Patrio (...)
  • 42 L’un des ouvrages recommandés par Las Dominicales est le livre de Malvert, Ciencia y Religion. Sa p (...)
  • 43 Voire la propagande de son livre Las aventuras de Nomo, DLP, 23 mai 1902, et son autre livre La rev (...)
  • 44 « Sebastián Faure », DLP, 5 décembre 1902.
  • 45 Ibid., 21 juin 1901.
  • 46 Ibid., 7 décembre 1894, 25 octobre 1895 et 18 mai 1906.
  • 47 Ibid., 6 juillet 1894.
  • 48 Héctor Denis, César de Paepe et León Furnémont, membres importants de la Fédération Internationale (...)
  • 49 « République et Socialisme », DLP, 1er novembre 1901, « Diffusion de la luz », Ibid., 6 mars 1902 e (...)
  • 50 La durée de l’affrontement entre Las Dominicales et le Parti socialiste se manifeste à des occasion (...)

24Sur un plan idéologique, la question sociale est aussi un thème récurrent. Bien qu’ils défendirent la ligne réformiste des partis républicains contraire à la lutte de classes40, ils propagent aussi des opinions et des écrits de militants anarchistes et du mouvement ouvrier. De nombreux lecteurs ont ainsi accès aux publications libertaires de E. Reclus41, Malvert42, Malato43, Sébastien Faure44, Tárrida del Mármol45, Belén Sárraga46 et Soledad Gustavo47, des socialistes belges et français comme H. Denis, C. de Paepe, L. Furnémont48 et J. Jaurès49. Néanmoins, Las Dominicales reste opposé au Parti Socialiste Ouvrier Espagnol, peut-être en raison du refus de Pablo Iglesias et de El Socialista de considérer l’anticléricalisme comme un point important de leur programme politique ou bien à cause de leur réticence à s’allier aux républicains pour renverser le régime monarchique50.

  • 51 Archives Générales de la Guerre Civile Espagnole (AGGCE), Salamanca, 56A 2.

25Une lecture systématique de Las Dominicales, tout au long de ses trente années de publication, permet de vérifier que sa prétention initiale de devenir l’organe d’expression de tous ceux qui se détournaient de l’Eglise catholique et du régime constitutionnel en vigueur est couronnée de succès et, dans cette perspective, le journal trouve l’appui de diverses loges et obédiences maçonniques qui, à leur tour, grossissent leurs rangs d’affiliés grâce à la propagande que cet hebdomadaire fait en faveur du Grand Architecte de l’Univers. Le Grand Orient d’Espagne, le Grand Orient National d’Espagne présidé par le Vicomte de Ros, le Grand Orient Espagnol et le Souverain Grand Conseil Général Ibérique tirent particulièrement profit de cette collaboration. Francisco Rispá Perpiná, Isidro Vilariño, le Marquis de Santa Marta, Miguel Morayta ou Alfredo Vega, les plus grandes autorités de ces obédiences, sont ainsi à la fois de remarquables militants républicains et de remarquables maçons. Sans occuper un rôle maçonnique de leur envergure, de grands personnages de la vie publique comme A. Lerroux, R. Girard de la Rosa, A. Blasco Grajales, V. Blasco Ibáñez ou les rédacteurs de El Motín et de Las Dominicales, réunissent aussi la triple condition de maçon, de républicain et de libre penseur. Fernando Lozano est ainsi nommé en 1893 Souverain Grand Maître Général du Grand Conseil Général Ibérique51.

  • 52 P. Álvarez Lazaro, op.cit., 1985, p. 13-17, 210-219 et 371-392.
  • 53 DLP, 13 mai 1892.

26Sous l’influence de l’hebdomadaire madrilène, le rationalisme militant acquiert une ampleur nouvelle, le moment crucial de sa reconnaissance internationale ayant lieu en 1892 avec l’organisation du Congrès Universel de la Libre Pensée pendant lequel plus de 1 000 délégués espagnols et les plus hauts dirigeants de la libre pensée américaine et européenne52 assistent aux séances qui se tiennent au Théâtre du Prince Alphonse sous la présidence de D. Antonio Machado Núñez. Les débats prévus au programme portent notamment sur l’incompatibilité du catholicisme avec la vie moderne et les moyens les plus efficaces et les plus rapides pour purifier celle-ci du virus catholique53. A cette occasion, la présence de la maçonnerie est très remarquable.

27A Madrid, où siège la rédaction, l’influence de Las Dominicales est particulièrement importante. Au XIXe siècle, son activité est imitée en 1888 par le journal El Libre pensamiento et élargie par des périodiques républicains marquées par la Libre Pensée comme El Motín, El Progreso, El Pais, La Justicia, la Joven España et une douzaine de journaux qui, à l’initiative du « frère » Enrique Pérez de Gúzmán, marquis de Santa Marta, forment en 1889 la Coalition de la Presse Républicaine. Les rédacteurs partagent les amitiés et les options anticléricales avec J. Nakens, A. Lerroux, A. Catena, R. Guinard de la Rosa, J. Francos Rodriguez, M. de Llano y Persi, F. Dorado ainsi que tout un groupe de journalistes républicains aguerris fréquentant les loges. Dans son orbite naissent d’innombrables cercles, associations et clubs portant des noms différents mais dont l’objectif commun est de séculariser la société à travers la lutte anticléricale.

  • 54 Eduardo Huertas Vazquez « El Grupo Germinal y el Librepensamiento espanol », (P. Álvarez ed.), Libr (...)

28Parmi les institutions de libre pensée créées en ces années-là à Madrid, on doit signaler la société Les Amis du Progrès, fondée en 1885 par la loge Libertad, et le Groupe Germinal54, qui est démocrate, républicain et socialiste. L’existence de ces deux sociétés montre que le mouvement libre penseur ne se contente pas d’organiser baptêmes, mariages et enterrements civils, car elles créent une véritable culture éducative et littéraire.

29Dans le reste du pays, des milliers de regroupements prolifèrent avec plus ou moins de bonheur, faisant s’infiltrer les idées de la Libre Pensée dans le tissu social espagnol. Leur durée et leur champ d’action peuvent être limités mais, parfois, ces noyaux acquièrent un vrai ascendant sur le milieu local, voire au niveau international. Ce qui est certain cependant, c’est que l’appui des institutions maçonniques a été déterminant pour leur naissance et leur développement.

  • 55 Reglamento para el gobierno y administración del Grupo de Libre Pensadores de la Region Valenciana (...)
  • 56 Sur liens maçonnico-républicains établis par Aurelio Blasco Grajales à Valence et dans sa province, (...)

30Il en est ainsi en 1885, à Valence, du groupe L’Indépendant, qui a été présidé par l’avocat républicain Aurelio Blasco Grajales. Son règlement reproduit textuellement la définition de la Libre Pensée de l’Union Espagnole de la Ligue Anticléricale des Libre Penseurs, et cela veut dire que L’Indépendant devait appartenir au réseau établi par celle-ci dans la péninsule. Neutre en politique, ne professant ni dogme, ni culte, ni rite aucun, il laisse ses membres « dans l’absolue liberté de penser et de croire, veillant uniquement à ce qu’ils pratiquent civilement les naissances, les mariages et les enterrements ainsi que l’instruction laïque pour leurs enfants »55. Pendant les années d’activité intense, L’Indépendant reçoit l’appui de la loge Puritana, et de la revue La Antorcha Valentina. En outre, son principal protecteur, A. Blasco Grajales, qui est un fédéraliste partisan de la coalition républicaine, est un maçon honorable connu pour avoir mené devant les tribunaux le cardinal Antolin Monescillo, déchaîné une campagne nationale autour de la figure de Giordano Bruno, et mené plusieurs actions spectaculaires au nom de la libre pensée56. C’est grâce à son influence que de nouveaux cercles de libre pensée sont créés à Játiva, où est publié, en 1892, le journal El Clamor Setabense, ainsi que dans d’autres agglomérations importantes de la province.

31La libre pensée Valencienne met sur pied un nombre non négligeable d’institutions éducatives, l’une des plus importantes étant la Ligue contre l’Ignorance, qui s’étend vers Burgos en 1880, et la Société Primitive d’instruction laïque de Valence, fondée en 1891. Dans les dernières années du siècle, la libre pensée valenciane reçoit une impulsion décisive de la part de la loge Federacion Valentina.

  • 57 Son action comme dirigeant de la Institución Libre de Enseñanza de Sabadell entre 1882 et 1884 est (...)
  • 58 Juan Garcia Abellan, Hernández Ardieta. ci librepensador murciano, Murcia, Academia Alfonso X el Sa (...)
  • 59 José Hernández Ardieta systématise ses arguments contre le positivisme et les systèmes dogmatiques (...)

32En 1884, une autre société, Les Amis du Progrès, apparaît à Murcie. Présidée à son origine par le révolutionnaire Antonio Gálvez Arce, elle devient un haut lieu de la Libre pensée dans cette ville. Son principal promoteur (et second président) est le prêtre apostat très polémique José Hérnandez Ardieta qui, auparavant, a pris part activement à la lutte pour la laïcité scolaire en Catalogne57, et dont la personnalité excentrique a suscité un certain nombre d’études58. Entre 1885 et 1886, il dirige le bi hebdomadaire El libre pensamiento à partir duquel il lance des débats passionnés avec les représentants de la presse conservatrice de la ville, notamment avec l’évêque Tomas Bryan Livermore. Son anticléricalisme et ses attaques contre le dogme catholique, s’appuyant sur des topiques arguments scientifiques59, lui valent d’être excommunié, ce qui lui procure d’autres arguments pour une polémique publique.

  • 60 Le 6 février 1885 précédent le cortège solennel d’entrée à Murcie du nouvel évêque Tomás Bryan, une (...)
  • 61 J. Garcia Abellan, op. cit., 1979, p. 155
  • 62 Ibid. p. 140-141 ; et J. A. Ayala, La Masonería en ta Region de Murcia, Murcia, Ed. Meditarráneo, 1 (...)
  • 63 Ibid.

33Les Amis du Progrès et El Libre Pensamiento, en bons termes avec Las Dominicale60, soutenus par des républicains fédéralistes connus (comme Calleja, Tortosa, Poveda ou le journaliste Llinares) et par des républicains libéraux (Julian de la Cierva61) peuvent compter sur l’appui de nombreuses loges : Vigilancia et Caridad à Murcie, Hijos de Hiram à Cartagene, Nueva Urci et Luz del Valle à Aguilas, Isis à La Union, Concepcion à San Pedro de Pinatar, Benamor à Moratella et Cartella à Cierza62. Même si la société et le journal cessent d’exister peu après l’installation de Ardieta à Madrid, au milieu de 1886, le ferment libre penseur est nourri par les républicains murciens et par de nouvelles loges maçonniques qui voient le jour à Murcie, Cartagene, La Union et Torreagüera63.

  • 64 Selon R. A. Gutierrez Lloret, Republicanismo en Alicante durante la Restauración (1875-1895), Alica (...)
  • 65 Dans la revue La Humanidad, organe officiel de la loge Constante Alona et l’un des principaux relai (...)

34A Alicante, la Libre Pensée trouve son expression institutionnelle dans le groupe Paz. Créé en 1886, il lutte au moins jusqu’en 1900 alors qu’un autre cercle nommé Les Amants du progrès64 semble avoir été fondé dans la capitale méditerranéenne. A nouveau, on constate que ces deux sociétés naissent et prospèrent en liaison avec la maçonnerie et le courant républicain progressiste et fédéral. Leur action consiste à célébrer des actes civiques hors du giron religieux, à organiser des conférences et à créer des écoles laïques. Malgré un fort anticléricalisme, elles préfèrent à l’athéisme la défense de postulats rationalistes de sensibilité déiste65.

  • 66 A. Gutierrez Lloret, op. cit., 1989, p. 160.
  • 67 Ibid., p. 161.
  • 68 Session des 14 et 28 septembre 1895 : registre de la loge Esperanza, AGGCE (583-A-3).
  • 69 Correspondance et livres des loges Alona et Constante Alona, 1888, AGGCE (576 A 3 y 574-A 1).
  • 70 AGGCE (576-A-3).
  • 71 Sessions des 28 octobre et 5 novembre 1895 : livre de la loge Alona, AGGCE (572-A-3 y 577 A 4).

35Le groupe Paz, dont on peut suivre le parcours grâce aux informations publiées dans des journaux républicains (El Graduador, La Union Dernocrática et El Curjerot) et grâce aux revues maçonniques La Humanidad et El Alicantino Masón et à la documentation conservée par les loges Constante Alona et Esperanza, avait pour but la promotion des valeurs de « Progrès, de liberté de conscience, d’enseignement laïque, de vertu et de constance » et fut créé « afin de lutter contre le jésuitisme »66. Présidé à ses débuts par José Maria Santelice, son véritable moteur fut son second président : José Cabot Cahué. Tous les deux ont été des membres éminents du Parti Fédéral et des loges d’Alicante. Sous leur direction, le groupe Paz organise des manifestations publiques qui ont beaucoup d’écho. Il en est ainsi de la soirée de la Libre pensée qui eut lieu en 1887 au Théâtre Novedades et à laquelle participe notamment le rédacteur en chef de Las Dominicales Facundo Dorado67, ou du meeting organisé en 1895 pour commémorer la perte des Etats pontificaux68. Il organisa aussi en 1888 une manifestation pour réclamer la construction d’un cimetière civil dans la ville69, protesta publiquement l’année suivante contre les abus commis contre une religieuse70 puis coordonna plusieurs cycles de conférences avec la collaboration des loges Alona, Constante Alona, Esperanza et Numancia mais aussi du cercle spiritualiste La Caridad dont Cabot était également président71.

  • 72 Juan Cabot lui-même se félicite le 20 novembre 1899 de l’existence à Alicante de trois écoles laïqu (...)

36A l’actif de ce groupe, on doit citer aussi l’établissement de plusieurs écoles laïques qui continuaient à fonctionner au début du XXe siècle72.

  • 73 La Luz, Barcelona, 8 avril 1886 et DLP, 15 octobre 1887.
  • 74 Anonyme, Congrès Universel des Libres-Penseurs, Paris, Imp. du Prolétariat, 1889, p. 64.
  • 75 AGGCE (472 A).
  • 76 Elías De Mateo Aviles, op. cit., 1986, p. 165-182.

37D’autres foyers s’implantent aussi pendant ces années-là en Andalousie. A Séville, se constitue ainsi, en 1886, l’Association de Libre pensée pour l’Enseignement populaire73 et, trois ans plus tard, une autre société de libre pensée se fait représenter au Congrès International de Libre Pensée de Paris74. A Cadix, en l’absence d’une société rationaliste à proprement parler, c’est la loge Regeneración75 et l’Assemblée des Loges Confédérées de Cadix qui encadrent la Libre Pensée pendant les trois dernières années du siècle alors que la loge Giordano Bruno, créée à Málaga en 1888, édite une revue du même nom. Dans cette ville, la Fédération Malaguene d’inspiration républicano-anarchisante est fondée en 189776.

  • 77 Flavia Paz Velazquez, Raíces linarenses. Cuadernos pedagógicos Pedro Poveda, Madrid, Narcea, 1986, (...)
  • 78 DLP. 19 février 1897 et 3 mars 1898.
  • 79 Ibid., 3 juin 1888 et 2 août 1890.
  • 80 J. Ortiz Villalba et F. Moreno Gomez La masonería en Córdoba, Córdoba, Alabolafia, 1985, p. 33 et 1 (...)
  • 81 La Luz, o. c., 16 février 1886.
  • 82 Anonyme, Congrès Universel des Libres Penseurs, Paris, lmp. du Prolétariat, 1889, p. 64.
  • 83 DLP, 2 juillet 1898.
  • 84 F. Lopez Casimiro, Masones en Granada. Ultimo tercio del siglo XIX, Granada, Edit. Comares, 2000, p (...)
  • 85 Ibid., p. 186.
  • 86 Ibid., p. 212-213.
  • 87 Ibid., p. 248-249.
  • 88 Il faut tenir compte que la plupart des loges andalouses se déclarèrent d’une manière ou d une autr (...)

38Dans la province de Jaén un groupe important de libres penseurs travaille autour de l’hebdomadaire El Linares77 entre 1886 et 1898 et reste fidèle à Las Dominicales. De la Société La Libre Conscience78, à la Carolina, naît aussi le cercle El Faro de Despenaperros qui soutient l’école laïque79. A Córdoba est créée en 1887 une société de libres penseurs à caractère anarchiste : Los Amigos del Progreso. Elle est présidée par un membre de la loge Estrella Flamígera : Manuel Villanova Salvo80. Autour de 1886, le Groupe Régional Levantin81 fait également preuve d’une grande vitalité et, dans la province de Huelva, existent en 1889 des cercles de libres penseurs à Ayamonte et à Jabugo82. En 1898 la société Union Féminine83 s’établit à Huelva et, à Grenade, à partir de 188984, la loge Reforma coordonne l’action des libres penseurs de la ville à un moment où des groupes isolés à Baeza85, à Loja86 et à Almunécar87 se montrent actifs. Ajoutons que la propagande de la Libre Pensée est prolongée par une importante presse républicaine et ouvrière, mais aussi par la puissante maçonnerie andalouse88.

  • 89 DLP. 11 février 1888.
  • 90 Anónimo, Congrès Universel..., op. cit., 1889, p. 64.
  • 91 P. V. Fernandez La Masoneria en Extremadura, Badajoz, Diputación Provincial, 1989, p. 92-96. AGGCE, (...)
  • 92 Bulletin Officiel du Grand Orient National d’Espagne, Madrid, 29 février 1892. p. 8.
  • 93 P. V. Fernandez O. C., 1989, et F. Lopez Casimiro, Masonería y republicanismo en la Baja Extremadur (...)
  • 94 F. Lopez Casimiro, Masoneria, prensa y política (Badajoz, 1875-1902), Granada, Universidad de Grana (...)

39En Extrémadoure, en dehors de la tentative de création d’une société de libres penseurs en 1888 présidée par Eduardo Gonzalez89, il ne semble pas qu’il y ait eu de cercle de libre pensée important. On sait que les libres penseurs de Cáceres se font représenter au Congrès International de Paris en 188990 mais on ne connaît ni leur organisation ni leur rayonnement. En revanche, il est certain que le mouvement libre penseur s’ancre dans les cercles républicains et dans les ateliers maçonniques. On peut ainsi souligner l’activisme libre penseur de la loge Pax Augusta (Badajoz, 1878-1892) qui fonde une école laïque91 en 1880, de la loge Emérita Augusta (Mérida, 1888-1897) et de la loge Ambracia (Plasencia) qui prend en charge une école pour adultes en 189292. A Llerena, Fregenal de la Sierra, Albuquerque, Jerez de los Caballeros, Villanueva de la Serena, San Vicente de Alcantara, Almendralejo, Fuenlabrada de los Montes, Granja de Torre Hermosa, Don Benito, Cabeza de Buey, Navalmoral de la Mata, Aldeanueva del Camino, Trujillo, Arroyo de la Fuz, Fogrosán, Guadalupe et Cáceres ville, la franc-maçonnerie a fait aussi un grand travail de sécularisation93 à un moment où, n’ayant pas de presse propre, les libres penseurs d’Extremadure s’expriment publiquement à travers les journaux républicains. Leur principal porte-parole est le journal fédéraliste Diario de Badajoz, et ils trouvent aussi un soutien dans le journal démocrate et progressiste La Crónica de Badajoz ainsi que le coalitioniste La Region de Extremadura94.

  • 95 Bartolomé Gabarró a participé à l’inauguration de l’école (DLP, 3 abril 1886). Sur ce centre, voir (...)
  • 96 DLP, 2 mai 1886.
  • 97 Ibid.
  • 98 Ibid., 29 mai 1903.

40Dans des régions traditionnellement conservatrices comme l’étaient le Léon et les deux Castilles, des associations actives firent un intense travail de prosélytisme et de propagande rationaliste. En 1886, la société Fuz de Castilla, à Valladolid, fonde ainsi une école laïque en régime de coéducation. Comptant 30 élèves, 300 associés et l’appui de Bartolomé Gabarró95 au départ, elle atteint deux mois après 250 élèves et Las Dominicales96 la cite comme un modèle à imiter. En 1886, comme la presse madrilène97 le divulgue, elle parvient aussi à organiser l’enterrement civil d’un élève décédé. Son activité se prolonge au moins jusqu’en 190398.

  • 99 Ibid., 16 février 1889.

41Les libres penseurs de Valladolid fondèrent une autre école, Guttenberg, qui, en 1883, rend hommage à Odón de Buen99, l’auteur du Précis d’Histoire naturelle.

  • 100 DLP. 4 février 1888.
  • 101 Voir la session des 12 et 22 mars 1886 : registre de la loge Luz de Tomelloso (AGGCE, 509 A 10).
  • 102 DLP. 27 février 1892.

42Ailleurs, dans la Manche, le cercle libre penseur de Valdepeñas100 et la loge Luz de Tomelloso101 donnent l’un et l’autre leur appui à une école entre 1886 et 1888. En Aragon, le principal cercle libre penseur fut la Société de Libres Penseurs de Saragosse. Doté d’un règlement dès 1883, ce dernier est modifié en 1892102. Bien que née avec l’intention de promouvoir baptêmes, mariages et enterrements civils avec l’appui des militants des diverses fractions républicaines et des loges Luz y Trabajo et Almogávares, elle fonde en 1885 la Société Protectrice de l’Enseignement. Elle met aussitôt en place une école laïque dirigée par deux maîtres très qualifiés : Julian Cuadra puis, à partir de 1887, le spiritualiste et franc-maçon de Teruel, le charismatique Fabián Palasí Martin.

  • 103 J. De La Cueva Merino, Clericales y anticlericales. El conflicto entre secularización y confesional (...)
  • 104 V. Hidalgo, La Masonería en Asturias en el Siglo XIX, Oviedo, Consejería de Educación del Principad (...)

43Dans le nord du pays, les groupements de libres penseurs les plus importants se trouvent en Galice. Les rationalistes cantabres, asturiens et basques souffrent en effet de ne pas avoir une structure propre d’organisation. Ils étaient sous la protection des partis républicains et des loges maçonniques, J. de la Cueva ayant montré que les cantabres fidèles à la stricte libre pensée avaient trouvé refuge au sein du Parti Fédéraliste dont les plus exaltés servent à canaliser leurs activités103. La loge Nueva Luz déplore en 1888 auprès de Miguel Morayta qu’il n’existe pas dans la région de société de libre pensée104.

  • 105 A. Valin Fernandez, Galicia y la masonería en el siglo XIX, La Coruna, Ediciós do Castro, 1990.

44En Galice, la Libre Pensée a en revanche la possibilité de se structurer. Les associations de La Corogne, Ferrol et Vigo sont ainsi des centres névralgiques et, simultanément, les ateliers maçonniques des quatre provinces galicianes sont très liées à la défense de la cause rationaliste. Une étude récente sur la Galice et la franc-maçonnerie au XIXe siècle105, malgré ses carences méthodologiques et ses opinions sectaires, met d’ailleurs en avant la présence de la Libre Pensée dans plus de 60 loges disséminées dans les provinces de La Corogne, de Lugo, d’Orense et de Pontevedra. Comme dans les autres régions, les partis républicains, à travers leur presse, leurs athénées et leurs cercles ouvriers complètent l’armature sur laquelle s’appuie le rationalisme galicien.

  • 106 Pour les références sur les activités du groupe « Miguel Servet » en 1892, cf. DLP, 27 février et 2 (...)
  • 107 Boletín Oficial de la Gran Logia Regional Galaica (BOGLRG), 1 novembre 1889, p. 111-112 ; et DLP, 9 (...)
  • 108 Elle est composée de Vicente Caridad (Président), Carlos Gonzalez (Vice-président), Ramón Romay (Se (...)
  • 109 DLP, 15 juin 1889.
  • 110 Dans une circulaire diffusée dans la presse, la Société Miguel Servet déclare : « Ceux qui entenden (...)

45En 1889 se constitue, à La Corogne, la Sociedad Benefica Miguel Servet qui poursuit ses activités au moins jusqu’à la fin de 1892106. Créée au départ par le fédéraliste Segundo Moreno Barcia avec la collaboration de Toribio Rodrigo Rodriguez et de Manuel Fernandez López107, sa direction passe peu après à un nouveau comité de direction108. La principale action entreprise par la Sociedad Miguel Servet, en étroite relation avec les loges Brigantina et Progreso, est la création d’une école laïque qui, d’après Las Dominicales, est inaugurée au milieu de 1889109. Son programme met l’accent sur une orientation pratique visant à la future préparation professionnelle des enfants. Figure aussi comme matière obligatoire la connaissance de Dieu et de la morale universelle110, ce qui situe donc ce programme dans la droite ligne d’une laïcité scolaire à base religieuse que nous avons retrouvée dans d’autres groupes libre penseurs.

  • 111 A. Costa Rico, « El laicismo escolar en Galicia », Cuadernos de Pedagogia, Barcelona, janvier 1981, (...)
  • 112 Ibid., p. 69.

46A la Corogne, au milieu d’une importante activité syndicale, est fondé aussi à la fin du XIXe siècle le Centre d’études Germinal. A. Costa Rico, qui le fit connaître il y a quelques années111, assure qu’il s’agissait d’un centre éditant des brochures, avec une bibliothèque contenant des milliers de volumes qui alimentèrent un bûcher monumental en 1936. En 1896 est encore fondée la Société d’action civile Le Flambeau Galicien de la Libre Pensée qui est intimement liée au centre. On y remarque la présence de républicains fédéralistes comme Eduardo López Buden. Dans son Règlement de 1847, elle pose comme objectif de « favoriser le développement des idées de la libre pensée et resserrer davantage en même temps les liens de solidarité qui doivent exister entre les hommes honnêtes et de libre conscience. Elle s’efforce de développer l’enseignement laïque en créant des centres d’instruction de ce genre, soutient ceux qui existent déjà en tenant compte des moyens autorisés par la loi et essaie d’influencer les fonctionnaires d’Etat pour que soient modifiées les lois de l’enseignement primaire afin d’en bannir le caractère religieux »112.

  • 113 Les dates concernant l’origine des activités de la société « Martin Lutero » viennent de : A. Valin (...)

47A El Ferrol, les libres penseurs disposent aussi d’une structure organisatrice propre : la Société Anticléricale de Libre pensée Martin Luther113 que le jeune et riche commerçant républicain Pedro Maristany a fondé le 23 avril 1887. L’année suivante, il est initié dans la loge Esperanza no 43 puis fait successivement partie des loges Vicetto (1889), Voltaire (1889-1890) et François Arouet de Voltaire (1891-1893). Ce sont tous des ateliers de sensibilité fédéraliste et libre penseuse. La loge Martin Lutero établit quant à elle son siège au sein même d’une école laïque le 1er février 1888 grâce à l’appui du mécène Maristany et des ateliers de El Ferrol. A partir de renseignements fragmentaires, nous pouvons déduire que El Ferrol voit se développer dans les dernières décennies du siècle une activité libre penseuse remarquable.

  • 114 Session du 20 août 1885, registre de L’Indépendiente de Valencia, AGGCE, 678-A.
  • 115 Son Président est Juan M. Castro et le reste de la commission composée de Antonio Puch, Angel Berná (...)
  • 116 Selon A. Valín, Miser procède de Pontevedra à l’exercice de la direction de l’hebdomadaire républic (...)
  • 117 L’offre du collège laïque de Vigo fut annoncée par Las Dominicales et par Boletín de Procedimientos (...)
  • 118 A. Valin Fernandez op. cit., 1990, p. 449 et 458.

48Un troisième foyer assez important se trouve à Vigo. Dans le registre des procès des verbaux de L’Indépendant de Valence en 1885, on fait en effet référence à l’existence d’un cercle présentant les caractéristiques114 de la libre pensée dans cette ville sans que l’on ait jusqu’en 1891 l’assurance de l’existence d’une association solide. En revanche, le 13 février 1892, Las Dominicales publie le Règlement de la Société des Libres penseurs de Vigo dont l’article 1er expose les fins : promouvoir l’émancipation des consciences et la sécularisation de la vie. Pour cela, elle « propage l’instruction, organise la fondation d’écoles laïques et se consacre à populariser les pratiques d’actes civils »115. C’est probablement grâce à son appui que cette même année s’ouvre dans la ville une école laïque d’enseignement primaire, d’enseignement secondaire et d’enseignement pour les adultes. Il est dirigé par le journaliste républicain et le vénérable de la loge El Progreso de Vigo, Ricardo Miser y Viriato116. L’école pratique le régime de coéducation, admet des internes, des pensionnaires et demi-pensionnaires et ne dispense aucune matière religieuse117. On ne sait rien de ce qu’il en advint mais, en 1894, son directeur s’exile au Portugal, harcelé par des problèmes juridiques118.

  • 119 DLP, 28 octubre 1892.
  • 120 Cf. A. Valin Fernandez, op. cit., 1990, p. 470-474.
  • 121 Ibid., p. 448.
  • 122 Ibid., p. 446.

49Il est également établi que dans la province de Pontevedra, en 1892, le médecin G.S. Salgado Ladron de Guevara, anime la Sociedad de Libre Pensadores de la Guardia et del Rosal119. Ce rationaliste actif, arrivé à El Rosal au début des années 80, est un médecin démocrate qui crée un cercle ouvrier et essaie de fonder une caisse d’épargne, ce qui lui vaut la sympathie de ses concitoyens mais aussi un affrontement violent avec le curé local. C’est aussi à son initiative que l’on doit la création des loges Miguel Servet et Caridad. Nous ne connaissons pas l’histoire de la société mais le docteur Salgado avait déjà envoyé une lettre d’adhésion chaleureuse à Las Dominicales en 1884120. Dans la capitale de province Ponlevedra il y eut encore une Société de libres penseurs qui envoie un délégué au Congrès Universel de la Libre Pensée en 1892121 et il ne serait pas étonnant qu’elle ait été créée par la loge Hélénica qui rassemblait des républicains fédéralistes très connus (Pascual Paz) et des philosophes éminents (Indalecio Armesto). L’enterrement de ce dernier fut d’ailleurs l’un des événements en faveur de la laïcité qui attirèrent le plus de monde dans l’histoire de la Galice122.

50Au final, on voit donc que la Libre Pensée agit en étroite relation avec les loges donnant naissance à des réalisations communes. Or, particulièrement spectaculaires sont celles qui concernent l’émancipation de la femme.

3. Une approche particulière : les sœurs libres penseuses espagnoles et les premières organisations féministes

  • 123 C. Fagoaga, « De la libertad a la igualdad : laicistas y sufragistas », (C. Segura ET G. Nielfa), E (...)

51Concha Fagoaça a pu dire en effet : « Le XIXe siècle constitue la période formatrice du féminisme espagnol, pendant laquelle on vise non seulement à obtenir le droit de vote mais aussi la liberté de pensée, et l’instruction pour qu’elles accèdent à des emplois moyens et à une éducation laïque ». Or, dans les années 1880, ce féminisme s’élabore dans les cercles militants libres penseurs et dans les loges maçonniques qui, en étroite relation, s’ouvrent à leur champ de revendications. Dans la mise en place de ce mouvement se détachent quelques femmes qui, en agissant de manière concertée, parviennent à concrétiser des idées laïques qui donneront naissance aux projets concernant le droit de vote développé à partir de 1915123. Ces grandes militantes du mouvement féministe en phase de formation sont liées aux organisations de Libre Pensée comme aux loges maçonniques. On citera notamment Rosario Acuna Villanueva, Angeles López de Ayala, Belén Sárraga y Ana y Amalia Carvia, des noms auxquels il faut ajouter ceux des libres penseurs maçons qui, comme Anselmo Lorenzo, Cristobal Litrán, Odón de Buen ou José Francos Rodriguez, ont exercé un rôle essentiel pour que se développe le féminisme institutionnel.

  • 124 P. Álvarez Lazaro, op. cit., 1985, p. 191-196 et p. 349-356.
  • 125 La Humanidad, Alicante, 20 et 30 novembre, et 10, 20 et 31 décembre 1888.

52L’écrivain madrilène Rosario Acuna124, auteur à succès dès les années 1860, est ainsi considéré en 1885 comme « le héros de la Libre Pensée ». Un an après, elle est initiée à Constante Alona d’Alicante. A travers ses activités, ses livres et articles publiés dans la presse républicaine et libre penseuse, elle est une figure exemplaire pour les femmes qui prennent part au processus formateur du mouvement féministe. Jusqu’en 1923, date de sa mort à Gijón, elle œuvre avec cohérence dans une triple direction en faveur de la maçonnerie, de la Libre Pensée et de défense de l’émancipation de la femme. Elle résume ses points de réflexion sur la question qui nous occupe dans un discours qu’elle prononce, à la fin de 1888, dans la loge Hijas del Progreso (Madrid), au sein de laquelle elle est l’Oratrice : « la femme grâce à la femme, la femme grandie, dignifiée par la femme ; la femme qui prouve ses forces en tant qu’être pensant, manifestant sa condition d’être rationnel dans un rayon d’action spécifiquement féminin »125.

  • 126 Pour un aperçu de la vie maçonnique et libre penseuse de A. Lopez de Ayala, cf P. Álvarez Lazaro, o (...)
  • 127 DLP, 30 août 1898.

53A Barcelone, Angeles López de Ayala126 qui, dans les années 80, a activement participé aux travaux de la Société Autonome des Femmes de Barcelone, fonde, en avril 1898, avec l’anarchiste franc-maçonne Teresa Claramunt et la spiritualiste Amalia Domingo Soler, la Société Progressiste Féminine. Composée de femmes libres penseuses de Barcelone127, cette société, en étroit rapport avec la loge Constancia à laquelle appartenait Angeles López de Ayala, peut être considérée comme l’une des plus importantes institutions féministes d’entre les deux siècles. Prolifique, A. López de Ayala fonde et dirige aussi les premiers journaux féministes espagnols : El Progreso (1896-1901), El Gladiador (1906-1908), El Libertador (1910) et le Gladiador del Libre pensamiento (1914-1920), l’organe de la Société Progressiste Féminine.

  • 128 Belén Sárraga, épouse du libre penseur Emilio Ferrero, fut une autre figure importante du féminisme (...)
  • 129 OLP., 15 juillet 1897.
  • 130 P. Álvarez Lazaro, op. cit., 1985, p. 197-202 et 357-60.
  • 131 Anonyme, « Discurso leído en la inauguración del círculo de libre pensadores de Cádiz », La Luz del (...)
  • 132 DLP, 2 juillet 1898.

54A Malaga, au cours de l’été 1896, la sœur Belén Sárraga128, connue dans les loges sous le nom symbolique « Justicia », se charge d’articuler le mouvement féministe autour du journal philomaçonnique La Libre Conscience et du cercle libre penseur Federación Malagueña. Cette même propagandiste fonde, avec Ana Carvia, L’Association Féminine Générale129 à Valence en 1897. Cette dernière, à Cadix, avec sa sœur Amilia130, coordonne aussi le mouvement féministe caditan autour de la loge Hijas de la Regeneración fondée en 1895. Elles avaient déjà été très actives auparavant dans la loge Regeneración. La naissance de Las Hijas de la Regeneración, auprès du cercle libre penseur créé dans cette même ville en 1896131, est un moment décisif pour le mouvement féministe andalou de la fin du siècle. C’est aussi à l’initiative des sœurs Carvia que naît à Huelva l’Union Féminine, en 1898, dont le but essentiel est l’émancipation de la femme à travers une éducation laïque complète132.

55Les sœurs Carvia deviendront encore l’un des piliers de base du féminisme suffragiste du XXe siècle en raison de leurs initiatives en faveur de la revue Redención, fondée à Valence en 915, puis de la création de la Ligue Espagnole pour le Progrès de la Femme, créée à Madrid en 1918, et du Suprême Conseil Féminin.

Epilogue

  • 133 Pour une information détaillée sur l’origine et les ambitions de cette organisation particulière, v (...)
  • 134 Gaceta Oficial del Gran Oriente Nacional de España, Madrid, 4 août 1889, p. 198.
  • 135 Voir note no 4.

56Il est donc évident que, dans le dernier tiers du XIXe siècle, la maçonnerie espagnole a joué un rôle déterminant pour l’implantation et le développement du mouvement libre penseur dans la péninsule. Les loges ont non seulement appuyé les institutions libres penseuses mais se sont aussi, à maintes occasions, constituées en authentiques communautés rationalistes. Elles ont été le porte drapeau du mouvement libre penseur dans les régions où il n’avait pas ses propres structures d’organisation. Il y eut d’ailleurs, en 1889, une tentative au sein du Grand Orient National d’Espagne présidé par le Vicomte de Ros pour fonder une fédération de Chambres Giordano Bruno133, composées de maîtres maçons et dont la tâche était « d’organiser des groupes et des sociétés qui exercent toute leur influence et action dans le monde profane »134. On ne peut évidemment confondre les deux types d’organisation mais ils s’appuyèrent mutuellement et agirent à certains moments en parfaite symbiose. Toutes les branches maçonniques espagnoles et tous les groupes rationalistes ne virent pas cependant d’un hon œil cette identification que préconisait Las Dominicales et il y eut de vives protestations contre cette tendance135. En outre, les deux mouvements étaient séparés en familles diverses, ouvriéristes et libérales-réformistes, athées et déistes. Malgré cela, la lutte contre l’Eglise catholique et la Monarchie et la conviction partagée que la sécularisation était la seule voie pour moderniser la société, ont forgé une chaîne unissant maçons et libres penseurs. Ils créèrent ainsi un important front de résistance sécularisateur et firent un remarquable travail dans le domaine de la laïcité à l’école et l’émancipation de la femme.

Notes

1 Annexe au Compte Rendu de Congrès International de Paris, 1905, Paris, Secrétariat du Congrès de Paris, 1906.

2 Ibid.

3 Ibid.

4 Dans ce Congrès, le groupe matérialiste de Givors (Rhône), plaida en faveur de la séparation des deux mouvements. La majorité du Congrès invita cependant à rejeter cette proposition et les adhérents à entrer dans les loges, félicitant au passage le Grand Orient de France « pour le rôle laïque et social qu’il joue dans la lutte contre la réaction et incitant expressément les frères de tous les pays à suivre l’exemple des français dans la lutte contre le cléricalisme et le dogmatisme contribuant à l’avenir de la République sociale, laïque et universelle » (ibid., p. 24-25). Cf. aussi P. Ávarez Lazaro, Masonería y Librepensamiento en la España de la Restauración, Madrid, Universidad Pontificia Comillas, 1985, p. 246-256.

5 Sur la diversité des obédiences maçonniques espagnoles entre 1868 et 1898, cf. P. Álvarez Lazaro, La masonería, escuela de formación del ciudadano. La educación interna de los masones españoles en el ultimo tercio del siglo XIX, Madrid, Universidad Pontificia Comillas, rééd. 1998, p. 121-154.

6 Les études fondamentales sont celles de P. Álvarez Lazaro (Libero Pensiero e Massoneria. Convergenze e contrasti tra Otto e Novecento, Roma, Gangemi Editore, rééd. 1991) pour l’Espagne et de J. Lalouette (La libre pensée en France-1848-1940-, Paris, Bibliothèque Albin Michel, 1997) pour la France.

7 P. Álvarez Lazaro, « Institucionalización del Librepensamiento en Europa », Librepensamiento y secularización en la Europa contemporánea, Madrid, Universidad Pontificia Comillas, 1996, p. 175-200.

8 Cf. P. Gomez Aparicio, Historia del periodismo español. De la Revolucin de Septiembre al desastre colonial, Madrid, Editora Nacional, 1971, p. 33.

9 Conrado Vilanou, Anarquismo, educaciόn y librepensamiento en Cataluna (1868-1900), Thèse inédite, Université de Barcelone, 1978.

10 La Humanidad Hebdomadaire. Eco de l’Association de Libre-Pensée de Barcelone, Barcelone, 17 février 1872, p. 49-50.

11 Voir ses commentaires sur les Congrès krausistes organisés par Leonhardi à Prague et Francfort (Ibid., 25 fevrier 1871, p. 70 ; 18 mars 1871, p. 93 et 20 mai 1871, p. 157).

12 Les informations concernant les journaux recensés dans les villes qui suivent sont mentionnées entre les 13 mai 1871 et le 23 mars 1872 dans La Humanidad. Periόdico semanal. Eco de la Asociaciόn Libre-Pensadora de Barcelona.

13 Ibid., 8 juillet 1871, p. 212 ; 3 février 1872, p. 38.

14 Ibid., 3 février 1872, p. 38 ; 23 mars 1872, p. 94.

15 Ibid., 3 febrero 1872, p. 38.

16 El consultor para la Union española de la Liga Universal Anticlerical de Librepensadores, S. Martin de Provensals, J. Torres Corral, 1883, p. 11.

17 Ibid., p. 9.

18 Ibid., p. 12.

19 Ibid., p. 11.

20 Ibid., p. 13.

21 P. Sanchez, La Maçomeria a Catalunya (1868-1936), Barcelona, Edicions 62, 1990, p. 95-146.

22 P. Alvarez Lazaro, op. cit., 1985, p. 207-208.

23 Cf. Association Universelle de libre penseurs, Règlement Général Interne, Barcelona, Secciόn Tipográfica del Crédito Catalan, 1884.

24 Anonyme, El Clamor de la Verdad, Barcelona, 1884, Tip. de R. Zanné.

25 P. Sanchez, op.cit., 1990, p. 107.

26 Anonyme, Reglamento. Círculo La Luz Union Barcelonesa de Librepensadores, Barcelona. Ce règlement fut approuvé par le Gouverneur Civil de Barcelone, D. Luis Antúnez, le 11 septembre 1888.

27 Les principaux représentants de la ligne spiritualiste sont Amalia Domingo Soler, José Maria Colavide et le vicomte de Torres Solanot. Pour les connexions entre spiritualisme et Libre Pensée, cf. Torres Solanot, « Librepensamiento y Espiritismo », Las Dominicales del Libre Pensamiento, Madrid, 23 février 1889. Pour la controverse, voir : Los Desheredados, no 20, 16 septiembre 1882 et no 22, 30 septembre 1882.

28 P. sanchez, op.cit., 1990, p. 120-131.

29 Cf. « Asociación General de Librepensadores », La Luz del Porvenir, Barcelona, 26 septembre 1895, p. 162-169.

30 Sur Arnalia Domingo Soler et la revue La Luz del Porvenir : P. Álvarez Lazaro, op. cit., 1985, p. 188-191 et P. Sanchez, op.cit., 1990, p. 113 et 125.

31 P. Álvarez Lazaro, op. cit., 1985, p. 371-378 et P. Sanchez, op.cit., 1990, p. 129.

32 DLP, 2 mars 1884.

33 A une date approximative, Las Dominicales imprime en 1890 20-25 000 exemplaires (DLP, 21 juillet, 1890). Bien que sa vente se fasse semi-clandestinement, les anticléricaux et les sympathisants de la Libre Pensée l’ont acquis rapidement et lu avec avidité.

34 DLP, 24 janvier 1908.

35 DLP, 16 décembre 1883.

36 DLP. 6 mars 1886.

37 Pour l’ensemble des individus cités ci-après, se référer : DLP, du 23 avril 1887 au 17 avril 1903.

38 Durant l’année 1883, Las Dominicales annonce dans sa dernière page l’Institution Libre d’Enseignement et l’Association pour l’Enseignement de la Femme. D’autres articles et références sur la ILE figurent dans DLP, à partir du 18 février 1883.

39 DLP, les 24 février 1884, 31 octobre 1885, 8 et 3 décembre 1887, 16 septembre 1888, 2 février 1889, 4 octobre 1890, 19 juillet 1895, 3 juillet 1896 et 9 décembre 1897.

40 Un bon exposé de sa position est présenté dans le numéro de Las Dominicales du 3 avril 1903.

41 E. Reclus, « Evolución y revolución », DLP, 7 noviembre 1981. Propagande du livre de Reclus, Patriotisme et colonisation, DLP, 23 septembre 1904 ; et de L’Homme et la Terre, DLP, 2 mars et 13 avril 1906.

42 L’un des ouvrages recommandés par Las Dominicales est le livre de Malvert, Ciencia y Religion. Sa propagande apparaît dans de nombreux numéros du séminaire madrilène.

43 Voire la propagande de son livre Las aventuras de Nomo, DLP, 23 mai 1902, et son autre livre La revolución cristiana y la revolución social, DLP, 17 avril 1903.

44 « Sebastián Faure », DLP, 5 décembre 1902.

45 Ibid., 21 juin 1901.

46 Ibid., 7 décembre 1894, 25 octobre 1895 et 18 mai 1906.

47 Ibid., 6 juillet 1894.

48 Héctor Denis, César de Paepe et León Furnémont, membres importants de la Fédération Internationale de la Libre Pensée et du Parti Socialiste belge maintinrent toujours une relation féconde avec Las Dominicales, plus particulièrement à la fin du siècle à partir du Congrès de la Libre Pensée célébré à Madrid en 1892, élaborant une profonde amitié avec les principaux rédacteurs du périodique madrilène.

49 « République et Socialisme », DLP, 1er novembre 1901, « Diffusion de la luz », Ibid., 6 mars 1902 et “Cumpliendo el deber”, Ibid., 12 janvier 1906.

50 La durée de l’affrontement entre Las Dominicales et le Parti socialiste se manifeste à des occasions diverses et dans de nombreux articles. Cf. par exemple, « República y Socialismo », Ibid., 1er novembre 1901, « Pablo Iglesias aplastado », DLP, 8 mayo 1903, « Los socialistas madrilenos », Ibid., 22 septiembre 1905, « Agonías del socialismo », Ibid., 20 octubre 1905.

51 Archives Générales de la Guerre Civile Espagnole (AGGCE), Salamanca, 56A 2.

52 P. Álvarez Lazaro, op.cit., 1985, p. 13-17, 210-219 et 371-392.

53 DLP, 13 mai 1892.

54 Eduardo Huertas Vazquez « El Grupo Germinal y el Librepensamiento espanol », (P. Álvarez ed.), Librepensamiento y secularización en la Europa contemporánea, Madrid, Universidad Pontificia Comillas, 1996, p. 265-296.

55 Reglamento para el gobierno y administración del Grupo de Libre Pensadores de la Region Valenciana denominado « El Independiente ». AGGCE (678-A).

56 Sur liens maçonnico-républicains établis par Aurelio Blasco Grajales à Valence et dans sa province, voir A. Yanini, C. Ponce et C. Mellado, « Republicanismo y Masonería en la Valencia de la Restauración Alfonsina, 1872-1902 », La Masonería en la Espana del siglo XIX, Junta de Castilla y León, Valladolid, 1987, T. II, p. 553-567.

57 Son action comme dirigeant de la Institución Libre de Enseñanza de Sabadell entre 1882 et 1884 est décrite par B. Delgado : « La Institución Libre de Enseñanza», Revista Española de Pedagogía, Madrid, juillet-septembre 1978, p. 138-142.

58 Juan Garcia Abellan, Hernández Ardieta. ci librepensador murciano, Murcia, Academia Alfonso X el Sabio, 1979.

59 José Hernández Ardieta systématise ses arguments contre le positivisme et les systèmes dogmatiques dans son autobiographie en deux volumes Conflictos entre la Razón y el Dogma o memoria intimas de un librepensador, Barcelone, 1894-1895, Casa Editorial de Roman Gil.

60 Le 6 février 1885 précédent le cortège solennel d’entrée à Murcie du nouvel évêque Tomás Bryan, une délégation des Amis du Progrès conduite par Hernández Ardieta vendit ostensiblement le dernier numéro de Las Dominicales. L’opinion du séminaire madrilène apparaît régulièrement à Murcie. Voir J. Garcia Abellan, op. cit., 1979, p. 156-158.

61 J. Garcia Abellan, op. cit., 1979, p. 155

62 Ibid. p. 140-141 ; et J. A. Ayala, La Masonería en ta Region de Murcia, Murcia, Ed. Meditarráneo, 1986.

63 Ibid.

64 Selon R. A. Gutierrez Lloret, Republicanismo en Alicante durante la Restauración (1875-1895), Alicante, Ayuntamiento de Alicante, 1989, p. 164.

65 Dans la revue La Humanidad, organe officiel de la loge Constante Alona et l’un des principaux relais du groupe "Paz”, on rencontre cette déclaration : « Il se dit chez les ignorants et les fanatiques qu’un libre penseur est un athée, un impie, un sophiste déguisé en théoricien mais c’est inexact. Le libre penseur croit en l’immortalité de l’âme, adore un Dieu dans l’immense temple de la nature, accepte la morale évangélique, pure et démocratique, tient ferme en la critique historique et scientifique en ses moyens de reconnaissance récusant l’absurde, toute opinion contraire à l’évidence de la raison, le questionnement qui motive toujours la torche de son illumination lors de ses recherches ». Victor Ozcariz, « Librepensamiento », La Humanidad, op. cit., 10 novembre 1885.

66 A. Gutierrez Lloret, op. cit., 1989, p. 160.

67 Ibid., p. 161.

68 Session des 14 et 28 septembre 1895 : registre de la loge Esperanza, AGGCE (583-A-3).

69 Correspondance et livres des loges Alona et Constante Alona, 1888, AGGCE (576 A 3 y 574-A 1).

70 AGGCE (576-A-3).

71 Sessions des 28 octobre et 5 novembre 1895 : livre de la loge Alona, AGGCE (572-A-3 y 577 A 4).

72 Juan Cabot lui-même se félicite le 20 novembre 1899 de l’existence à Alicante de trois écoles laïques : livre de la loge Constante Alona, AGGCE (577-A-4).

73 La Luz, Barcelona, 8 avril 1886 et DLP, 15 octobre 1887.

74 Anonyme, Congrès Universel des Libres-Penseurs, Paris, Imp. du Prolétariat, 1889, p. 64.

75 AGGCE (472 A).

76 Elías De Mateo Aviles, op. cit., 1986, p. 165-182.

77 Flavia Paz Velazquez, Raíces linarenses. Cuadernos pedagógicos Pedro Poveda, Madrid, Narcea, 1986, p. 106 ss.

78 DLP. 19 février 1897 et 3 mars 1898.

79 Ibid., 3 juin 1888 et 2 août 1890.

80 J. Ortiz Villalba et F. Moreno Gomez La masonería en Córdoba, Córdoba, Alabolafia, 1985, p. 33 et 155-156.

81 La Luz, o. c., 16 février 1886.

82 Anonyme, Congrès Universel des Libres Penseurs, Paris, lmp. du Prolétariat, 1889, p. 64.

83 DLP, 2 juillet 1898.

84 F. Lopez Casimiro, Masones en Granada. Ultimo tercio del siglo XIX, Granada, Edit. Comares, 2000, p. 136.

85 Ibid., p. 186.

86 Ibid., p. 212-213.

87 Ibid., p. 248-249.

88 Il faut tenir compte que la plupart des loges andalouses se déclarèrent d’une manière ou d une autre libre penseuse. L’Andalousie fut une des régions maçonniques les plus denses en Espagne. Aussi, dans le dernier tiers du XIXe siècle, face à un niveau national d’un peu plus de 24 loges par province, Cadix en compta 122, Málaga 60, Séville 59, Jaen 49, Huelva 27, Grenade 25, Cordoba 23 et Almeria 21.

89 DLP. 11 février 1888.

90 Anónimo, Congrès Universel..., op. cit., 1889, p. 64.

91 P. V. Fernandez La Masoneria en Extremadura, Badajoz, Diputación Provincial, 1989, p. 92-96. AGGCE, 590 A-11.

92 Bulletin Officiel du Grand Orient National d’Espagne, Madrid, 29 février 1892. p. 8.

93 P. V. Fernandez O. C., 1989, et F. Lopez Casimiro, Masonería y republicanismo en la Baja Extremadura, Badajoz, Diputación Provincial, 1992.

94 F. Lopez Casimiro, Masoneria, prensa y política (Badajoz, 1875-1902), Granada, Universidad de Granada, 1992.

95 Bartolomé Gabarró a participé à l’inauguration de l’école (DLP, 3 abril 1886). Sur ce centre, voir L. Martin, La Masonería en Castilla y León en el siglo XIX, Salamanca, Diputación Provincial, 1996, p. 219-220.

96 DLP, 2 mai 1886.

97 Ibid.

98 Ibid., 29 mai 1903.

99 Ibid., 16 février 1889.

100 DLP. 4 février 1888.

101 Voir la session des 12 et 22 mars 1886 : registre de la loge Luz de Tomelloso (AGGCE, 509 A 10).

102 DLP. 27 février 1892.

103 J. De La Cueva Merino, Clericales y anticlericales. El conflicto entre secularización y confesionalidad y secularización en Cantabria (1875-1923), Santander, Universidad de Cantabria, 1994, p. 185-188.

104 V. Hidalgo, La Masonería en Asturias en el Siglo XIX, Oviedo, Consejería de Educación del Principado de Asturias, 1985, p. 119.

105 A. Valin Fernandez, Galicia y la masonería en el siglo XIX, La Coruna, Ediciós do Castro, 1990.

106 Pour les références sur les activités du groupe « Miguel Servet » en 1892, cf. DLP, 27 février et 2 septembre 1892 ; BP, 7 août 1892 ; et La Union Republicana, Pontevedra, 4 août 1892.

107 Boletín Oficial de la Gran Logia Regional Galaica (BOGLRG), 1 novembre 1889, p. 111-112 ; et DLP, 9 novembre 1889.

108 Elle est composée de Vicente Caridad (Président), Carlos Gonzalez (Vice-président), Ramón Romay (Secrétaire), Emilio Gonzalez Seoane (Vice-secrétaire), Enjolrrás (Trésorier), José Santiago, Juan Cierto, Rosendo Caridad et Constantino Boiras. Voir DLP, 27 février 1992.

109 DLP, 15 juin 1889.

110 Dans une circulaire diffusée dans la presse, la Société Miguel Servet déclare : « Ceux qui entendent que l’école laïque se propose d’enseigner sans la connaissance de Dieu se trompent. L’athéisme ne peut entrer dans l’Ecole laïque [...] La croyance en un Dieu comme Seigneur suprême, Bonté, Justice et Amour infini, suivant une morale pure afin que les enfants et les hommes soient honorables, honnêtes, dignes en un monde vertueux » (Boletin Oficial de la Cran Logia Regional Galáica, Santiago de Compostela, 1 novembre 1889 ; DLP, 9 novembre 1889 et La Verdad, Oviedo, 19 noviembre 1889, p. 2).

111 A. Costa Rico, « El laicismo escolar en Galicia », Cuadernos de Pedagogia, Barcelona, janvier 1981, p. 69 72.

112 Ibid., p. 69.

113 Les dates concernant l’origine des activités de la société « Martin Lutero » viennent de : A. Valin Fernandez, op. cit., 1990, p. 252-273 (notamment p. 254) et p. 521.

114 Session du 20 août 1885, registre de L’Indépendiente de Valencia, AGGCE, 678-A.

115 Son Président est Juan M. Castro et le reste de la commission composée de Antonio Puch, Angel Bernárdez, José Maria Alfaya, José Carballo Sanchez, Francisco Constenia, Serafin Castañón et Delio Chao (DLP, 13 février 1892).

116 Selon A. Valín, Miser procède de Pontevedra à l’exercice de la direction de l’hebdomadaire républicain El Látigo. Il initia une maçonnerie longtemps irrégulière, présidant la loge El Progreso de Vigo, l’homonyme du périodique que le même avait fondé en 1891 et qu’on imprima en 1894.

117 L’offre du collège laïque de Vigo fut annoncée par Las Dominicales et par Boletín de Procedimientos del Soberano Gran Consejo General Ibérico. Voir : DLP, 9 diciembre 1892 et BP, 4 septembre et 9 décembre 1892.

118 A. Valin Fernandez op. cit., 1990, p. 449 et 458.

119 DLP, 28 octubre 1892.

120 Cf. A. Valin Fernandez, op. cit., 1990, p. 470-474.

121 Ibid., p. 448.

122 Ibid., p. 446.

123 C. Fagoaga, « De la libertad a la igualdad : laicistas y sufragistas », (C. Segura ET G. Nielfa), Entre la marginación y el desarrollo : Mujeres y hombres en la historia. Homenaje a Maria Carmen Carcia-Nieto. Madrid, Orto, 1996, p. 171-192.

124 P. Álvarez Lazaro, op. cit., 1985, p. 191-196 et p. 349-356.

125 La Humanidad, Alicante, 20 et 30 novembre, et 10, 20 et 31 décembre 1888.

126 Pour un aperçu de la vie maçonnique et libre penseuse de A. Lopez de Ayala, cf P. Álvarez Lazaro, op. cit., 1985, p. 191-196 et 349-356, 1998, 2a, op. cit., p. 312-313, 315, 318, 322, 408 et 427 ; P. Sanchez Ferre, La Maçoneria a Catalunya (1868-1936), Edicions 62, Barcelone, 1990, p. 164 ss, et C. Fagoaga, op. cit., 1996.

127 DLP, 30 août 1898.

128 Belén Sárraga, épouse du libre penseur Emilio Ferrero, fut une autre figure importante du féminisme maçonnique et libre penseur injustement oubliée par l’historiographie contemporaine. Bien que l’on ne connaisse pas la loge, le lieu et la date de son initiation, son militantisme maçonnique ne fait pas de doute. Parmi les documents maçonniques, il est fait référence constamment aux activités maçonniques de la sœur « Justicia », puisque c’était son nom symbolique, dans les registres de la loge Constante Alona d’Alicante conservées dans les Archives de la Guerre Civile. Sur les activités libres penseuses de Belén Sárraga à Málaga entre 1896 et 1906, voir : E. Mateo Aviles, op. cit., 1986, p. 174-182 ; et P. Álvarez Lazaro, op. cit., p. 201-202.

129 OLP., 15 juillet 1897.

130 P. Álvarez Lazaro, op. cit., 1985, p. 197-202 et 357-60.

131 Anonyme, « Discurso leído en la inauguración del círculo de libre pensadores de Cádiz », La Luz del Porvenir, Barcelona, 12 mars 1896, p. 375-378.

132 DLP, 2 juillet 1898.

133 Pour une information détaillée sur l’origine et les ambitions de cette organisation particulière, voir cf. P. Álvarez Lazaro, « Las Cámaras Giordano Bruno : un paradigma de anticlericalismo masónico decimonónico », Masonería, política y sociedad, Centro de Estudios de la Masonería Espanola, Zaragoza, vol. II, p. 791-807.

134 Gaceta Oficial del Gran Oriente Nacional de España, Madrid, 4 août 1889, p. 198.

135 Voir note no 4.

Auteur

Maître de conférences à l’université Comillas – Madrid

Anne-Marie Al Matary (Traducteur)

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search