Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Franc-maçonnerie et histoire : bilan et perspectives

 | 
Éric Saunier
, 
Christine Gaudin

Franc-maçonnerie et libre pensée

Libre pensée et franc-maçonnerie : des liens forts et ambigus

Jacqueline Lalouette

Texte intégral

  • 1 Jean Bidegain, Masques et visages maçonniques, Paris, 1906, p. 317.
  • 2 La Revue internationale des sociétés secrètes, 1913, p. 717.
  • 3 Henry Coston, La Franc-Maçonnerie, voilà l’ennemie, Paris, Nouvelles éditions nationales, 1935, p.  (...)

1Dans l’esprit de leurs détracteurs comme dans celui de leurs sympathisants, Libre Pensée et Franc-Maçonnerie sont très souvent associées, voire assimilées, comme s’il y avait conformité absolue de conviction et d’action entre les deux mouvements ; on suppose, entre eux, l’existence d’une filiation et d’une coordination indubitables. Ainsi, dans Masques et visages maçonniques, Jean Bidegain présente la Franc-Maçonnerie comme le cerveau qui prépare et organise la Révolution et la Libre Pensée comme les mains chargées d’exécuter ce plan1. La Revue internationale des sociétés secrètes rangeait la Libre Pensée parmi « les filiales de la Franc-Maçonnerie »2 et, de son côté, Henry Coston appelait la Libre Pensée « le tiers ordre de la Franc Maçonnerie »3. Un tel point de vue doit être fortement nuancé car, si certaines concordances peuvent être effectivement relevées entre Franc-Maçonnerie et Libre Pensée, des décalages, des divergences existent non moins certainement.

  • 4 Cf. Pierre Lamarque, « La Franc-Maçonnerie face au fanatisme religieux », Actes du colloque Franc-M (...)
  • 5 Cf. André Combes, « Franc-Maçonnerie et Blanquisme », Blanqui et les blanquistes, CDU et SEDES, 198 (...)
  • 6 Le Journal des Initiés, XIIe année, 4e série, 1866, p. 246 252.
  • 7 Le Franc-Maçon, 17e année, no 1-12, 1870, p. 196.

2Il convient de lever une ambiguïté. Si l’on emploie « libre pensée » pour désigner une position idéologique, une attitude mentale, et non un mouvement organisé, il est juste de dire que la Franc-Maçonnerie se confondait – et se confond encore – avec elle puisqu’elle revendiquait, parmi ses idéaux, la pratique du libre examen, la liberté de conscience et le refus des dogmes. Ces exigences, avaient déjà été exprimées au XVIIIe siècle4 ; il convient néanmoins de nuancer ce point de vue par des considérations d’ordre chronologique. Lorsque les libres penseurs du second Empire commencèrent à organiser des enterrements civils et à se regrouper, une certaine Maçonnerie, qui était encore majoritaire5, prit soin de distinguer la liberté de conscience de la libre pensée et afficha sa réprobation envers cette dernière, comme le prouvent ces propos du vénérable de la loge de Saumur, La Persévérance : « Depuis trop longtemps il se fait un bruit étrange dans tous les Temples maçonniques au sujet d’une doctrine philosophique qui a la prétention de se présenter à nous comme une vérité nouvelle découverte par les libres penseurs. [...] La Franc-Maçonnerie proclame l’immortalité de l’âme. Le libre penseur nous accuse de faire du dogmatisme, de la révélation, du culte. Nous le nions formellement. La doctrine maçonnique n’admet, avons-nous dit, qu’un double principe de la morale humaine, ou plutôt un seul : la conscience et la liberté. [...] La conscience humaine affirme la justice, l’immortalité de l’âme. [...] Mais, avec vous, libres penseurs, que deviennent ces grands mots ? »6 En 1870, la revue Le Franc-Maçon était bien plus sévère encore : « Les clubistes conférenciers-libres-penseurs-exploiteurs même des femmes [...] n’ont ni croyance au cœur, ni amour de la famille, ni famille même avouable ou avouée ; ces gens-là qui sont sans tombe, sans croix au cimetière, sans place connue aux temples profanes ou reconnue aux temples maçonniques, mourront méprisés, haïssant les autres, se haïssant eux-mêmes, et haïs de tout honnête homme »7.

  • 8 Compte-rendu des travaux du GODF, Compte rendu aux ateliers de la fédération des travaux du Grand O (...)
  • 9 Souligné par nous. Allocution du vénérable de la révérende loge L’Indépendance, tenue blanche (bapt (...)
  • 10 Compte rendu des travaux du GOF, Paris, 1905, assemblée générale du 18 septembre, p. 18.
  • 11 Bulletin maçonnique de la GLSE, 1880, p. 11.
  • 12 Bulletin du GODF, assemblée générale du 16 septembre 1892, 1892, p. 429.

3Mais, durant la Troisième République, la Franc-Maçonnerie réaffirma constamment, et avec force, le principe de la liberté de conscience : « On peut dire que le principe de la liberté absolue de conscience est la pensée fondamentale et comme la clé de voûte de la Franc-Maçonnerie. [...] Les Églises imposent leurs dogmes et proscrivent toutes les conceptions étrangères à leur foi. [...] Elles sont intolérantes dans leur essence même. [...] La Franc-Maçonnerie, au contraire, accepte dans son sein des hommes de toutes les croyances philosophiques. [...] Nous avons renoncé, les premiers peut-être, à frapper d’ostracisme ceux de nos semblables dont la mentalité est différente de la nôtre. C’est là un titre de gloire et une garantie de puissance »8. La Franc-Maçonnerie avait l’ambition d’« assurer à chacun sa libre pensée »9 ; elle a donc souvent célébré la libre pensée. Non contente de la louer, la Franc-Maçonnerie eut tendance à se présenter comme sa représentante première et privilégiée ; le 18 septembre 1905, lors du convent, le frère Augagneur n’hésita pas à dire : « La Franc-Maçonnerie (...] est le véritable représentant de la Libre Pensée »10. Mieux, la Franc-Maçonnerie se perçut comme une organisation libre penseuse. En 1880. la Grande Loge Symbolique Écossaise voulait ainsi regrouper « tous les esprits amis de la Libre Pensée qui flottent, indécis, dans le monde profane, sans avoir de centre de ralliement »11 Le 16 septembre 1892, Bourceret, pourtant membre du conseil central de la Fédération française de la Libre Pensée, [FFLP] rappelait à ses frères du Grand Orient que le convent, « fédération des groupes maçonniques [était] l’institution de libre pensée la mieux organisée »12 ; il est vrai que son intervention, visant à obtenir une subvention pour le congrès universel de la Libre Pensée qui devait se tenir sous peu à Madrid, était sans doute quelque peu intéressée... Cette similitude idéologique entraîna une coïncidence de fait entre les objectifs poursuivis par la Franc-Maçonnerie et par la Libre Pensée : dénonciation du Concordat et séparation des Eglises cl de l’Etat ; œuvre de laïcisation intégrale ; définition d’une morale laïque ; invention et divulgation de cérémonies civiles : développement des pratiques crématistes, etc.

4Cependant, si l’on prend maintenant « Libre Pensée » dans un sens plus restrictif, celui de mouvement, l’image que s’est forgée l’opinion demande à être vérifiée et il faut rechercher avec une extrême précision de détail quel degré de concordance existait entre les appareils, les symboles et les individus de l’un et l’autre mouvement.

1. Les concordances entre Franc-Maçonnerie et Libre Pensée

Les appareils

  • 13 Arch. du GODF, carton I de la loge L’Avenir.
  • 14 Tableau des frères composant la loge L’Étoile du Progrès à l’Orient de Bordeaux, an de la vénérable (...)
  • 15 Document trouvé dans les papiers de La Clémente Amitié (Orient de Paris, GODF), BnF, dpt. mss, Rés. (...)
  • 16 Cf. Jacqueline Lalouette, Les mouvements de Libre Pensée en France pendant la Troisième République (...)
  • 17 Rapport du 28 mai 1895, arch. de la police, Ba 1493.

5La Chaîne d’Union du 1er mars 1865 laissait entendre, à propos de l’organisation des enterrements civils, que la Franc-Maçonnerie avait été à l’origine des premières sociétés de Libre Pensée ; il est vrai que la loge L’Avenir avait montré son intérêt pour cette question, allant jusqu’à créer en son sein, le 24 avril 1866, un Comité des libres penseurs pour les enterrements civils13. Plus tard, durant les premières décennies de la Troisième République, des associations nationales ou locales de Libre Pensée furent bien créées par la Maçonnerie ou, du moins, se placèrent sous son patronage, ou encore, sollicitèrent son appui financier. C’est ce que fit l’Union démocratique de propagande anti-cléricale, dont les présidents d’honneur étaient Victor Hugo et Louis Blanc14. Le 27 décembre 1883, un membre de la loge vichysoisse La Cosmopolite (Grand Orient de France) intervint dans un congrès de loges maçonniques de la région lyonnaise pour expliquer que sa loge avait fondé des sociétés de Libre Pensée, afin de répandre les principes maçonniques dans le monde profane15. De tels exemples pourraient être multipliés16. Les libres penseurs n’étaient pas hostiles à de semblables démarches, et pouvaient même les susciter. En 1895, un membre du Conseil central de FFLP suggérait de faire imprimer des circulaires ; distribuées lors du prochain convent, celles-ci pourraient, disait-il, inciter les délégués des loges provinciales à créer des sociétés de Libre Pensée une fois de retour chez eux17.

  • 18 Congrès universel des libres penseurs. Paris. 15 20 septembre 1889, Compte rendu officiel de la com (...)
  • 19 Bulletin hebdomadaire des travaux de la Maçonnerie en France, 23 et 30 septembre, 7, 14 et 28 octob (...)
  • 20 Jean-Paul CEE, Appel aux libres penseurs pour la fondation d’un comité d’études morales, préface de (...)
  • 21 Arch, dép., Doubs, Loge maçonnique de Besançon, 102 J 84. Nous n’avons donné ici que quelques exemp (...)

6Les deux mouvements s’associaient pour des manifestations communes. Ainsi, à l’occasion du Congrès universel de la Libre Pensée de 1889 - qui se déroula à Paris - sur 235 groupes représentés, on comptait 22 loges, 11 françaises et 11 étrangères, espagnoles et italiennes essentiellement18 En 1905, le Grand Orient de France fut représenté à la commission d’organisation du Congrès universel de Paris ; dès l’année précédente, au sortir du congrès universel de Rome, il avait estimé que son devoir et son intérêt lui commandaient de prendre la tête du grand mouvement libre penseur et de combattre au premier rang pour la séparation des Églises et de l’État19. On remarque encore l’union de la Libre Pensée et de la Franc-Maçonnerie au sein d’un Comité d’études morales créé en 1890 et destiné à élaborer un ouvrage intitulé Principes de morale et d’éducation laïques20. Ces preuves d’association entre les deux mouvements sont aussi repérables au plan local ; par exemple, au mois d’octobre 1905, la Fédération anticléricale de Franche-Comté et du Territoire de Belfort s’adressa au vénérable de la loge bisontine pour lui demander de participer à une grandiose manifestation républicaine qui devait se dérouler le 5 novembre21.

Les individus

  • 22 Cf. J. Lalouette, op. cit., t. I, p. 224-233.
  • 23 Nous avons pris comme point de départ une liste de ce groupe publiée par Les Cahiers de l’Ordre et (...)

7A coup sûr, bon nombre de fondateurs des premières associations de Libre Pensée ou de membres des états-majors des associations nationales étaient eux-mêmes francs-maçons. On peut d’ailleurs remarquer que l’adhésion à la Libre Pensée pouvait être postérieure à l’initiation maçonnique ; ce fut le cas pour Louis Asseline, Charles-Louis Chassin, Jean de Lanessan, Edmond Lepelletier, Germain Casse, Cantagrel, Floquet, Jean Allemane, le Dr Cattiaux, et pour bien d’autres encore22. Si l’on considère maintenant le groupe parlementaire de la Libre Pensée, du moins durant la période pour laquelle des listes nominatives existent -à savoir la législature 1928 1932-, il apparaît que sur 53 individus, 15 étaient francs-maçons23.

La symbolique

  • 24 Pour la symbolique maçonnique, outre les nombreux ouvrages spécialisés, et les objets conservés au (...)

8La symbolique maçonnique est infiniment plus riche, plus diversifiée que la symbolique libre penseuse24. Il y a là un déséquilibre patent qui rend délicates les comparaisons. Néanmoins, il est sûr que certains symboles, comme les lettres « J » et « B », la houppe dentelée, la branche d’acacia, ne se trouvent jamais sur les documents libres penseurs. En revanche, certains éléments sont communs aux deux mouvements : le niveau, le triangle, les deux mains entrelacées et, assez loin derrière en termes de fréquence, l’étoile et le soleil, le compas arrivant bon dernier.

  • 25 Arch. dép., Côte d’Or, 20 M 1036. Le tampon de la société de Dijon est identique.

9Même quand une société de Libre Pensée ne s’est pas dotée de la pensée – qui, pour une raison évidente est son symbole de base –, même quand elle recourt aux divers symboles cités, sa symbolique apparaît notoirement différente de la symbolique maçonnique : l’on n’y retrouve jamais la profusion de signes, souvent entremêlés, qui caractérisent de nombreux en-têtes ou timbres de loges. Le tampon libre penseur le plus riche que nous connaissions est celui de la société de Laignes (Côte d’Or)25 ; associant un triangle rayonnant orné d’une pensée placée en son centre et deux mains entrelacées, il reste très sobre par rapport aux tampons maçonniques, dont l’exubérance est souvent grande, si l’on excepte quelques tampons comme celui des loges Alsace-Lorraine (Grand-Orient de France, Paris), L’Évolution maçonnique (Grand-Orient de France, Beaumont-sur-Oise), La Fédération maçonnique (Grande Loge symbolique écossaise, puis Grande Loge de France, Paris). Parmi les questions qui se posent en matière de symbolique, figure celle du corpus de sources dans lequel les libres penseurs ont puisé pour composer leurs timbres, leurs tampons, en-têtes, sceaux, etc. Le triangle, le niveau, les mains entrecroisées n’appartiennent pas seulement à l’iconographie maçonnique, mais aussi à l’iconographie révolutionnaire. Or, la Libre Pensée s’est toujours voulue et présentée comme l’héritière privilégiée de la Révolution dont elle entendait parachever et accomplir les combats et les idéaux ; les libres penseurs se sont-ils inspirés des sources révolutionnaires ou des documents maçonniques ?

2. Les divergences ou l’hostilité

  • 26 Par exemple, un document, non daté, émanant de la loge L’Union rétablie (Orient de Marennes), BnF, (...)

10Même à l’époque où des liens de sympathie et de collaboration se tissaient et s’exprimaient de manière nette entre la Franc-Maçonnerie et la Libre Pensée, on pouvait déjà percevoir des traces d’indifférence ou de méconnaissance. Quand des francs-maçons songeaient à diffuser leurs idéaux dans le monde profane, ils ne pensaient pas systématiquement à passer par le canal de sociétés de Libre Pensée et pouvaient tout aussi bien créer des organisations d’un autre type, Universités populaires, patronages laïques, ou organiser des manifestations, comme des tenues blanches et des soirées artistiques26.

  • 27 Rapport du 2 novembre 1896, arch. pol., Ba 1493.
  • 28 Rapport du 9 février 1897, ibid.
  • 29 Rapport du 21 mai 1899, arch. dép., Rhône, 4 M 271.

11Mais c’est surtout la Libre Pensée elle-même qui prit ses distances avec la Franc Maçonnerie ; en 1896, Léonie Rouzade refusait toute idée d’une entente avec les francs-maçons à cause, expliquait-elle, du caractère réactionnaire de leurs positions politiques et de leur hostilité patente envers les femmes27. Les attaques libres penseuses contre la Franc-Maçonnerie furent si vives, si accentuées, qu’en 1897, Chenavaz, député radical de l’Isère, décida de quitter la FFLP28. En 1899, lors d’un banquet clôturant une cérémonie de baptême civil, des adhérents d’une société lyonnaise, le Groupe rationaliste de la morale positive, expliquèrent qu’il fallait haïr et chasser les francs-maçons, au même titre que les cléricaux, et s’en prirent violemment au maire, le franc-maçon Victor Augagneur29.

  • 30 Rapport d’un indicateur, arch. dé p. Rhône, 4 M 271.
  • 31 L’Humanité, 6 novembre 1906 ; L’Acacia, 1907, p. 42. Pour la question des liens entre la Franc-Maço (...)
  • 32 Marcel Sembat, Cahiers noirs. 1906 1910, supplément à l’OURS, no 153, août-sept. 1984, p. 11.
  • 33 Parti socialiste (SFIO), Neuvième congrès national tenu à Lyon les 18, 19, et 21 février 1912, comp (...)
  • 34 Georges Lefranc, Le mouvement socialiste sous la Troisième République (1875-1940), Paris, Payot, 19 (...)

12Néanmoins, ces prises de position restaient ponctuelles et locales. En revanche, en 1906, lors d’un congrès libre penseur réuni à Lyon, un délégué de Givors demanda l’exclusion de tous les libres penseurs qui ne s’engageraient pas à rompre avec toutes les religions et toutes les associations maçonniques, traitant ainsi la Franc-Maçonnerie à l’égal d’une Église30. Or, cette initiative précède de quelques mois une intervention de Raguillet lors du 3e congrès de la SFIO, réuni à Limoges, en octobre 1906 ; après avoir expliqué que les loges étaient essentiellement composées de petits bourgeois, d’ambitieux et de fonctionnaires en quête d’appuis, ce délégué de la fédération socialiste de Saône-et-Loire déposa une motion – qui préfigure ce que l’on a appelé la « vingt-deuxième condition », que les communistes devaient obligatoirement accepter, à l’égal des vingt-une conditions votées à Tours : « Nul ne peut être socialiste s’il est maçon »31. Pour lui, non seulement la présence de socialistes dans les loges était inefficace, mais en outre elle semait la confusion dans l’esprit des masses. Soutenue par Jules Guesde, par des délégués de l’Hérault et de la Lozère, la motion de Raguillet fut âprement combattue par le Dr Meslier et par Marcel Sembat ; celui-ci, qui était membre du Grand Orient et de l’Association nationale des libres penseurs de France, nota dans ses Cahiers noirs : « Départ jeudi dernier pour Limoges où j’ai passé la semaine du Congrès à rouler des yeux féroces à ceux qui voulaient exclure les francs-maçons, à battre froid à Guesde, à Delory, à Bracke, à Ghesquière »32. La question ressurgit au congrès de Lyon, en février 1912 ; Bracke d’un côté, Arthur Groussier, le Dr Meslier et Marcel Sembat de l’autre, s’affrontèrent violemment. A l’issue de la discussion, quatre motions étaient en concurrence. Celle qui fut adoptée, par 1505 voix sur 2572, laissait chacun libre d’adhérer, s’il le jugeait bon, « à des organisations d’ordre philosophique, éducatif et moral, telles que Franc-Maçonnerie, Libre Pensée, Universités populaires, Ligue des Droits de l’Homme, qui n’ont pas pour but la conquête du pouvoir politique »33 ; pour Georges Lefranc, cette motion constitue une véritable « charte d’Amiens » pour les relations entre le parti et la Franc-Maçonnerie34. Il est assez piquant de constater que la Libre Pensée, qui avait ouvert elle-même le débat relatif à l’appartenance maçonnique, se trouva finalement incluse dans la même liste que la Franc-Maçonnerie. Le 18 février 1912, dans le journal Le Flambeau, le radical Charles Beauquier expliqua pourquoi les socialistes s’en prenaient ainsi aux francs-maçons ; il les considérait comme « des gogos qui croient à la cité future, à la cité idéale, où tous seraient égaux ; ils croient aux miracles que leur prêchent les apôtres de la nouvelle Jérusalem laïque. Ils ont une mentalité essentiellement religieuse, résultant de l’éducation qu’ils ont reçue dans leur enfance. Croire au Paradis dans le ciel ou croire au Paradis sur la terre témoigne de la même faiblesse d’esprit et de la même crédulité enfantine. Rien d’étonnant donc à ce qu’ils s’en prennent aux francs-maçons et aux libres penseurs ».

  • 35 Louis Comby, AU confluent des libertés. Alfortville. 1860-1939, Val-Arno, 1987, p. 155.
  • 36 Maurice Poperen (1897 1991), interviewé le 13 février 1988, à Mur-Érigné (Maine et-Loire).

13Ce qui distingue encore la Libre Pensée de la Franc-Maçonnerie, c’est l’absence, ou le refus, de rites, de pratiques ésotériques, le refus du secret, quoique la Ligue anti cléricale et quelques sociétés locales aient tenté d’imposer celui-ci. Louis Comby cite l’exemple de Paul Gabriel Meynet, maire d’Alfortville, « apôtre affirmé de la Libre Pensée, mais qui, par refus de tout rite, n’est pas franc-maçon »35. Maurice Poperen pour sa part, refusa de se faire initier, à cause du caractère secret de la Franc-Maçonnerie36.

  • 37 Jacqueline Lalouette, La Libre Pensée en France. 1840-1948. préface de Maurice Agulhon, Paris, Albi (...)
  • 38 Arch. du GODF, dossier de la loge. 39. Assemblée générale du 19 septembre 1905, Compte rendu des tr (...)
  • 39 Assemblée générale du 19 septembre 1905, Compte rendu des travaux du Grand Orient, p. 94.
  • 40 Ibid., p. 96.

14Une autre distinction encore est essentielle. En principe, tout libre penseur doit repousser l’intervention du clergé dans sa vie privée. Ainsi, sur 1082 sociétés identifiées pour la période 1870-1940, nous n’en avons relevé qu’une seule qui n’ait pas fait part à ses membres de l’obligation de demander des obsèques civiles ; dans de nombreuses sociétés, les libres penseurs devaient déposer un testament olographe contenant cette clause. Par ailleurs, dans certaines sociétés de Libre Pensée, les adhérents devaient interdire toute pratique religieuse à leur femme et à leurs enfants ; certains libres penseurs furent radiés de leur groupe pour avoir, par exemple, laissé baptiser un fils ou un petit-fils37. Or, s’il y eut des loges, comme L’Homme libre, en 188738, ou L’Internationale, en 190539, qui voulurent imposer de telles règles, ces positions rigides ne prévalurent pas dans la Franc-Maçonnerie. Au convent de 1905, la conclusion adoptée fut qu’il n’appartenait pas aux maçons « de jeter un œil indiscret dans le sein des familles pour reprocher, par exemple, à un mari de laisser sa femme aller à la messe ou y conduire ses enfants »40. L’assemblée estima qu’il était suffisant d’engager leurs frères à élire des officiers qui ne fussent pas susceptibles de manquer à leur devoir maçonnique.

  • 41 Pour la loge, BnF, dpt. mss, FM2 37 et pour la société de Libre Pensée, arch. dép., Somme, Mf V 980 (...)
  • 42 Pour la société de Libre Pensée, arch. dép., Doubs, M 1379 ; pour la loge, BnF, dpt. mss., FM245.
  • 43 Pour les loges, BnF, dpt. mss., Rés. FM2 75, 76, 77, 77, 78. Pour le groupe libre penseur, arch. dé (...)

15En ce qui concerne les individus, si de nombreux libres penseurs étaient francs-maçons, comme nous l’avons déjà signalé, bon nombre d’autres, et non des moindres, ne l’étaient pas – contrairement à ce qui est parfois avancé témérairement – et ne voulurent pas l’être : Victor Hugo, Paul Bert, Eugène Spuller, Anatole France, Marcelin Berthelot, par exemple. Par ailleurs, la comparaison – qui n’est pas toujours possible – de tableaux de loges et de listes nominatives de sociétés de Libre Pensée, pour la même lieu et la même année – ou du moins pour deux années proches – laisse entrevoir de nettes distorsions. Certes, en 1893, la loge Picardie et la société de Libre Pensée L’Union laïque, toutes deux implantées à Amiens, se recoupent fortement41. On ne retrouve pas ce phénomène à Besançon ; en 1881, la société de Libre Pensée de cette ville comptait 65 membres, tandis que la loge Sincérité, Parfaite union et Amitié réunies en regroupait 209 ; la confrontation des listes permet de dire que seulement trois libres penseurs étaient aussi francs-maçons42. A Lyon, en 1883, aucun membre du groupe rationaliste de la morale positive n’appartenait à l’une ou l’autre des loges suivantes : L’Asile du Sage, Bienfaisance et Amitié, Les Chevaliers du Temple, L’Étoile et le Compas, Le Parfait Silence, Union et Confiance43..

16La question des rapports entre la Franc-Maçonnerie et la Libre Pensée est complexe ; elle présente des aspects divers, qui ont varié en fonction du temps, des sociétés et des loges. Les relations, plutôt de sympathie, n’allèrent pas sans une défiance réciproque, fondée sur des considérations d’ordre intellectuel pour les francs-maçons, d’ordre idéologique et social pour les libres penseurs qui allèrent parfois jusqu’à des crises de rejet violentes. Les appareils tantôt collaboraient, non sans un brin de rivalité, tantôt semblaient s’ignorer. Même au niveau des états-majors, où elle était beaucoup plus fréquente qu’à la base, la double appartenance Libre Pensée/Franc-Maçonnerie était loin de concerner la majorité des individus et l’on ne peut, bien sûr, se représenter tous les profanes, – surtout quand ils s’appelaient Marcelin Berthelot, Anatole France, ou bien encore Edouard Herriot, lui aussi membre de l’ANLPF –, comme autant de pantins que des francs-maçons masqués auraient manipulés depuis une quelconque coulisse.

  • 44 Compte-rendu du congrès international de la Libre Pensée, Paris, 1905, p. 73.

17Cependant, malgré des réserves volontairement appuyées et destinées à faire contrepoids à de hâtives assimilations, nous n’aurons garde d’oublier ce symbole : la gravure offerte aux invités de la grande fête de nuit organisée pour le congrès international de 1905 représentait « deux femmes grandes et belles, enlacées, heureuses et souriantes de se trouver ensemble devant les travaux accomplis déjà par elles, et fortes pour les luttes futures »44.

Notes

1 Jean Bidegain, Masques et visages maçonniques, Paris, 1906, p. 317.

2 La Revue internationale des sociétés secrètes, 1913, p. 717.

3 Henry Coston, La Franc-Maçonnerie, voilà l’ennemie, Paris, Nouvelles éditions nationales, 1935, p. 32.

4 Cf. Pierre Lamarque, « La Franc-Maçonnerie face au fanatisme religieux », Actes du colloque Franc-Maçonnerie et Lumières au seuil de la Révolution française (28 avril 1984), Paris, Grand Orient de France [GODF], 1985, p. 21 27.

5 Cf. André Combes, « Franc-Maçonnerie et Blanquisme », Blanqui et les blanquistes, CDU et SEDES, 1986, p. 138.

6 Le Journal des Initiés, XIIe année, 4e série, 1866, p. 246 252.

7 Le Franc-Maçon, 17e année, no 1-12, 1870, p. 196.

8 Compte-rendu des travaux du GODF, Compte rendu aux ateliers de la fédération des travaux du Grand Orient du 1er janvier au 30 juin 1904, Paris, 1904, p. 2.

9 Souligné par nous. Allocution du vénérable de la révérende loge L’Indépendance, tenue blanche (baptême civil) du 27 août 1881, Bulletin maçonnique de la Grande Loge Symbolique Écossaise [GLSE], 1881, p. 141.

10 Compte rendu des travaux du GOF, Paris, 1905, assemblée générale du 18 septembre, p. 18.

11 Bulletin maçonnique de la GLSE, 1880, p. 11.

12 Bulletin du GODF, assemblée générale du 16 septembre 1892, 1892, p. 429.

13 Arch. du GODF, carton I de la loge L’Avenir.

14 Tableau des frères composant la loge L’Étoile du Progrès à l’Orient de Bordeaux, an de la vénérable loge 5884 ; ce tableau comprend un encart consacré aux œuvres maçonniques subventionnées par l’atelier et l’UDPAC y figure, Bibl. nat. de France, département des Manuscrits (dpt. mss), fonds maçonnique, Rés. FM2 48.

15 Document trouvé dans les papiers de La Clémente Amitié (Orient de Paris, GODF), BnF, dpt. mss, Rés. FM2 6.

16 Cf. Jacqueline Lalouette, Les mouvements de Libre Pensée en France pendant la Troisième République (1870-1940), thèse de doctorat d’État préparée sous la direction de Maurice Agulhon, Paris I, 1994, t. I, p. 212-214.

17 Rapport du 28 mai 1895, arch. de la police, Ba 1493.

18 Congrès universel des libres penseurs. Paris. 15 20 septembre 1889, Compte rendu officiel de la commission du congrès, Paris, Dentu, 1890, p. 47-65.

19 Bulletin hebdomadaire des travaux de la Maçonnerie en France, 23 et 30 septembre, 7, 14 et 28 octobre, 4 et 11 novembre 1904.

20 Jean-Paul CEE, Appel aux libres penseurs pour la fondation d’un comité d’études morales, préface de J.B. Schacre, Paris, Imprimerie du Prolétariat, 1890.

21 Arch, dép., Doubs, Loge maçonnique de Besançon, 102 J 84. Nous n’avons donné ici que quelques exemples ; pour de plus amples développements, cf. Jacqueline Lalouette, op. cit., t. I, p. 216 221.

22 Cf. J. Lalouette, op. cit., t. I, p. 224-233.

23 Nous avons pris comme point de départ une liste de ce groupe publiée par Les Cahiers de l’Ordre et avons vérifié les indications données par cet organe à partir du fichier de Vichy.

24 Pour la symbolique maçonnique, outre les nombreux ouvrages spécialisés, et les objets conservés au Musée du GOF, voir un riche album de sceaux, de timbres et d’en-têtes conservé à la BnF, dpt. mss, FM1 313 ; pour la symbolique libre penseuse, cf Jacqueline Lalouette, « La Libre Pensée et la symbolique iconographique révolutionnaire », Archives de sciences sociales des religions, 66-1, juillet-sept. 1988, p. 65-85.

25 Arch. dép., Côte d’Or, 20 M 1036. Le tampon de la société de Dijon est identique.

26 Par exemple, un document, non daté, émanant de la loge L’Union rétablie (Orient de Marennes), BnF, dpt. mss., Rés. FM2 79 ou le discours du frère Gavoire au convent du 6 novembre 1900, reproduit par Charles PORSET, La Franc Maçonnerie en province sous la IIIe République. Histoire de la loge La Concorde à l’orient de Bordeaux. 1884-1946, Bordeaux, 1984, p. 119-120.

27 Rapport du 2 novembre 1896, arch. pol., Ba 1493.

28 Rapport du 9 février 1897, ibid.

29 Rapport du 21 mai 1899, arch. dép., Rhône, 4 M 271.

30 Rapport d’un indicateur, arch. dé p. Rhône, 4 M 271.

31 L’Humanité, 6 novembre 1906 ; L’Acacia, 1907, p. 42. Pour la question des liens entre la Franc-Maçonnerie et le socialisme, voir André Combes, Histoire de la Franc-Maçonnerie au XIXe siècle, t. II, Paris, éditions du Rocher, 1999, p. 291-297.

32 Marcel Sembat, Cahiers noirs. 1906 1910, supplément à l’OURS, no 153, août-sept. 1984, p. 11.

33 Parti socialiste (SFIO), Neuvième congrès national tenu à Lyon les 18, 19, et 21 février 1912, compte rendu sténographique, au siège du Conseil national, Paris, s.d., p. 574.

34 Georges Lefranc, Le mouvement socialiste sous la Troisième République (1875-1940), Paris, Payot, 1963, p. 159. Sur cette question, cf. aussi Pierre Chevallier, Histoire de la Franc-Maçonnerie française, t. 3, La maçonnerie, Église de la République (1877-1944), Paris, Fayard, 1975, p. 139-142.

35 Louis Comby, AU confluent des libertés. Alfortville. 1860-1939, Val-Arno, 1987, p. 155.

36 Maurice Poperen (1897 1991), interviewé le 13 février 1988, à Mur-Érigné (Maine et-Loire).

37 Jacqueline Lalouette, La Libre Pensée en France. 1840-1948. préface de Maurice Agulhon, Paris, Albin Michel [1997], 2e édition, Bibliothèque de l’Évolution de l’Humanité, 2001, p. 380.

38 Arch. du GODF, dossier de la loge. 39. Assemblée générale du 19 septembre 1905, Compte rendu des travaux du Grand Orient, p. 94.

39 Assemblée générale du 19 septembre 1905, Compte rendu des travaux du Grand Orient, p. 94.

40 Ibid., p. 96.

41 Pour la loge, BnF, dpt. mss, FM2 37 et pour la société de Libre Pensée, arch. dép., Somme, Mf V 98015.

42 Pour la société de Libre Pensée, arch. dép., Doubs, M 1379 ; pour la loge, BnF, dpt. mss., FM245.

43 Pour les loges, BnF, dpt. mss., Rés. FM2 75, 76, 77, 77, 78. Pour le groupe libre penseur, arch. dép., Rhône, Voir d’autres exemples dans J. Lalouette, Les mouvements de Libre Pensée..., t. I, p. 348 349.

44 Compte-rendu du congrès international de la Libre Pensée, Paris, 1905, p. 73.

Auteur

Professeur d’histoire contemporaine à l’université de Paris XIII

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540