Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Franc-maçonnerie et histoire : bilan et perspectives

 | 
Éric Saunier
, 
Christine Gaudin

Idéologies et pratiques (xviiie-xxe siècles)

Extraits des discussions

Texte intégral

1[Suite aux communications de Fulvio CONTI et de Luis MARTIN]

2Amin Adel

3Luis Martin évoque la nécessité de privilégier les références britanniques (en matière d’histoire et de philosophie politique). Mais est-ce qu’en poussant le raisonnement jusqu’au bout (en matière de conservation sociale par exemple), on n’arrive pas plutôt à une conception française reposant, notamment, sur l’universalisme du droit humain (qui n’est pas un concept britannique) ? Comment expliquer cette contradiction entre les deux modèles ?

4Luis Martin

5Je ne pense pas que ce soit une contradiction. Les deux modèles se complètent. Le problème est qu’on a souvent focalisé la perception de la franc-maçonnerie européenne en prenant pour référence la Révolution française. Or, il ne faut pas oublier que la sociabilité maçonnique est, à l'origine, une sociabilité assez classique d’origine britannique. On ne peut nier l’importance de la culture politique du pays fondateur ; même si, ensuite, la diffusion du phénomène a abouti à une diversité des maçonneries européennes.

6Avoir un regard de clarification en partant de la taxonomie de Marshall pouvait permettre de dégager certains aspects de la franc-maçonnerie.

7Amin Adel

8Bien sûr, ce n’est pas interdit de multiplier les éclairages... mais un constat de base que je fais est le suivant : je remarque, en particulier dans l’allusion que vous faisiez sur la constitution de la Deuxième République, que c’est un thème qui a été développé par la franc-maçonnerie espagnole en raison de son activité politique clandestine pendant la Restauration. Mais le primat de l’égalité a été donné en France dans la Déclaration des Droits de l’Homme de 93. Est-ce qu’il y a là une identité de pensée ?

9Luis Martin

10Je ne sais pas. Tout ce volet social que l’on découvre dans le discours maçonnique espagnol à partir des années 1910-1920 est - à mon sens - le résultat de l’influence de beaucoup d’intellectuels socialistes qui sont arrivés dans les loges espagnoles.

11Mais je ne sais pas si 93 était vraiment une référence pour les Espagnols. Peut-être que certains idéaux de 48 ont été repris par certains idéalistes espagnols à la fin du siècle, mais il n’y a pas beaucoup d’écrits à l’époque qui aillent dans ce sens.

12André Combes

13On a affaire, en France, à une maçonnerie heureuse. Avec l’Espagne et l’Italie, nous avons affaire à des maçonneries souffrantes en raison des événements politiques, et - peut-être de leur manque d’assise dans la société. Les malheureux maçons Italiens ont contre eux, à la fois, les nationalistes, les cléricaux, et ensuite - à la différence de la France - les socialistes. Quel espace leur reste-t-il, finalement, pour se développer dans le tissu social ? D’autre part, combien étaient-ils (Grand-Orient et Grande Loge d’Italie confondus) à la veille de la guerre de 14 ?

14Enfin, on peut comprendre, à la suite de votre intervention, pourquoi certains maçons se sont fourvoyés dans le premier fascisme ; mais finalement ils auraient dû penser que le fascisme était nationaliste, c’est-à-dire contre eux. Et ils devaient se douter que Mussolini ayant éliminé les maçons socialistes en 14, il recommencerait.

15Fulvio Conti

16Je vais tâcher de répondre en français, même si ce n’est pas facile. Au sujet de l’espace public, il faut savoir qu’en Italie, après l’Unification, le grand problème est la création de la Nation. « On a fait l’Italie, maintenant, on doit faire les Italiens », a dit un grand homme politique de l’époque. L’identité nationale devient donc la question cruciale. La maçonnerie a pris en charge la mission d’éduquer le citoyen, de diffuser une certaine pédagogie patriotique. A la veille de la Première Guerre mondiale, elle devient le point de rassemblement des forces politiques libérales mais aussi patriotes.

17[Suite aux communications de Sudhir HAZAREESINGH et de Jean-Robert RAGACHE]

18Charles Porset

19Le maçon doit être « libre et de bonnes mœurs ». La liberté ici, c’est la liberté économique. La femme ne peut être admise en maçonnerie parce qu'elle n’est pas économiquement autonome. « De bonne mœurs », cela ne veut pas dire moralisant, rigoriste. Figurez-vous que Mirabeau, libertin confirmé, auteur de Erotica Biblium est membre des Neuf Sœurs. Le marquis de Sade est affilié à la même loge. Ils étaient d’excellentes mœurs.

20Luis Martin

21Une question pour Jean-Robert Ragache, très simple : Qu’entendez-vous par « culture politique » ? Parce que j’ai peut-être un concept différent du votre....

22Jean-Robert Ragache

23J’ai d’abord proposé de parler de la culture politique. Mais en consultant les documents, j’ai resserré mon sujet sur les relations des maçons avec la politique. Et j’ai effectivement écarté ce qui concerne les représentations, l’usage des symboles, tout ce qui concerne en effet la culture politique proprement dite. J’ai donc réorienté mon exposé finalement plus vers l’idéologie et les pratiques que vers la culture politique stricto sensu.

24Luis Martin

25La culture politique contient une problématisation extrêmement complexe. Dans tous les pays d’Europe, en Espagne, en Italie, les cultures politiques que l’on arrive à percevoir chez les francs-maçons comportent des éléments qui sont très divers mais qui se recoupent sur certains concepts propres aux francs-maçons.

26M. Delanoé

27En Normandie, nous avons un cardinal qui au moment de la séparation de l’Eglise et de l’Etat a dit : « abandonnons les écoles primaires aux laïques et gardons les écoles secondaires, parce qu’elles font l’élite de la Nation ». Mais dans d’autres régions, en Bretagne, et plus encore à l’heure actuelle en Alsace, la religion reste énormément présente à l’école. Et elle est présente toujours également dans la vie de tous les jours. Il ne faut pas oublier que jusqu’en 1939, dans certaines communes de Bretagne, on ne pouvait plus travailler dans les entreprises si on envoyait ses enfants dans l’école laïque, parce qu’alors, on était privé de la communion. A partir de ce moment-là, la maçonnerie ne pouvait donc que réagir à cet état d’esprit dominant, devenir républicaine et anticléricale. C’est extrêmement important à rappeler parce que, encore aujourd’hui, le clergé exerce une influence considérable sur les esprits.

28Jean-Robert Ragache

29Ernest Renan, qui est apparu comme le chantre de la République et qui a eu des obsèques républicaines, disait exactement la même chose que l’archevêque. Il disait que la défaite de 1871 c’était celle de l’instituteur français face à l’instituteur allemand. Il disait que ce qui compte c’est d’avoir un enseignement supérieur républicain, l’enseignement primaire pouvant être laissé aux curés. Donc il inversait les termes du discours, mais au fond, c’était le même discours.

30Eric Saunier

31Ces deux communications m’inspirent plusieurs remarques. Premièrement, j’ai été frappé, malgré la différence entre les deux approches, par leur complémentarité montrant que, finalement, le fait maçonnique peut être essentiellement analyser en terme de « position reflet » plutôt que sur le plan de sa fonction motrice. La maçonnerie subit en effet les mouvements politiques et sociaux qui l’environnent ce qui a pour effet de la transformer.

32Deuxièmement, j'ai été intéressé aussi par ce que Sudhir Hazarresingh appelle la « croissance des représentants des professions libérales ». On est là dans le cadre de ce que Christophe Charles appelle la promotion du « monde des capacités », cette nouvelle élite qui se développe dans la France du XIXe siècle et se développe donc parallèlement au sein de la maçonnerie.

33Sur un plan conceptuel, dans la même communication, j’ai aussi relevé l’attribution du concept de « plasticité » de la franc-maçonnerie à Pierre Chevallier. Ce dernier l’a peut-être utilisé mais c’est quand même à Maurice Agulhon que l’on doit l’approfondissement de cette notion dans un ouvrage (Le Cercle dans la France bourgeoise) qui reste un modèle d’analyse.

34Enfin, la même communication m’inspire une remarque d’ordre méthodologique : est-ce que la parole d’un commissaire de police, pendant une période autoritaire, est une source faisant autorité pour illustrer la diversité politique au sein de la maçonnerie ? Moi, j’aurais plutôt tendance à me méfier des rapports de police durant ce type d’époque.

35Sudhir Hazareesingh

36Pour répondre sur le dernier point : en 1861, nous ne sommes plus dans la période strictement autoritaire du second Empire. Mais le fond de l’affaire est autre : je me méfie beaucoup plus des rapports des préfets et sous-préfets que de ceux des commissaires de police. Très souvent, ils ont un niveau beaucoup moins élevé que les grands fonctionnaires des départements, et ils ont une notion très naïve de leur mission. Ils transcrivent donc littéralement ce qu’ils voient et ce qu’ils entendent. Pour les autres points évoqués je suis d’accord.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540