Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Franc-maçonnerie et histoire : bilan et perspectives

 | 
Éric Saunier
, 
Christine Gaudin

Idéologies et pratiques (xviiie-xxe siècles)

La culture politique des francs-maçons à la fin du XIXe siècle en France

Jean-Robert Ragache

Texto completo

1Le mot politique a, en France, une connotation souvent péjorative. Doit-on trouver les origines de ce rejet, relatif d'ailleurs, dans les avatars de nos régimes depuis la naissance réelle de la politique moderne, c’est-à-dire depuis 1789 ? Le XIXe siècle a-t-il usé la patience de citoyens, parfois électeurs, à force de changements de régime prometteurs d’abord, décevants ensuite ?

2Et la Franc-maçonnerie a-t-elle sa part de responsabilité dans cette méfiance, du fait de son action notamment au cours de la IIIe République ? Car, n’ayons pas peur des mots, la Franc-maçonnerie, tout au moins celle qui se tourne vers le monde, qui s’implique dans les affaires du siècle, est une organisation politique et le proclame. La Constitution du Grand Orient de France parle d’une « Institution essentiellement philosophique, philanthropique et progressive » et ajoute qu’elle vise « à l’amélioration matérielle et morale, au perfectionnement intellectuel et social de l’humanité ». Mais c’est une organisation politique avec des secrets, un serment, des cérémonies initiatiques, un rituel, des lieux de réunion discrets donc avec une particularité qui ne peut qu’inspirer la méfiance voire le soupçon.

3Envisager comme période d’étude la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle, c’est se référer à la période triomphante de la République mais d’une République non totalement assurée et qui a besoin d'appuis sûrs.

4Car, comme le disait Ferdinand Buisson en 1899 : « Deux conditions sont nécessaires pour mettre sur pied une République. L’une facile : lui donner une Constitution républicaine ; l’autre difficile : lui donner un peuple de républicains. » Dans cet affermissement de la République, quel a été le rôle des Francs-maçons ?

5Certes, et c’est le plus facile, on peut évoquer l’osmose entre le monde politique et le Grand Orient de France en ce qui concerne les dirigeants dans un cas comme dans l’autre. A la tête de l’obédience, les Présidents du Conseil de l’Ordre sont souvent des hommes politiques : Colfavru est député, Desmons est sénateur, Thulié président du conseil municipal de Paris, Viguier et Lucipia sont présidents du conseil général de la Seine, Blatin et Lafferre sont députés, Delpech est sénateur. D’un autre côté, un certain nombre de gouvernements sont présidés par des Francs-maçons : Charles Dupuy, Méline (qui n’est plus Franc-maçon lorsqu’il en devient le chef), Combes, Brisson. Toutefois, seuls les gouvernements de Charles Floquet et de Léon Bourgeois sont ouvertement soutenus par le Grand Orient de France. Quant aux ministres ils sont nombreux avec une représentation qui atteint le chiffre de 60 % entre 1889 et 1893 et entre 1902 et 1906.

6Mais pourquoi cette adéquation entre la Franc-maçonnerie et la République ?

7Et d’abord, qui sont-ils ces Francs-maçons ? Il faut rappeler qu’ils sont recrutés essentiellement par cooptation, les frères remarquant dans leur entourage un homme possédant les qualités requises, aux yeux bien sûr du Franc-maçon, pour être candidat à l’entrée dans l’obédience. Ceci présente un avantage : la certitude de faire entrer un profane correspondant au profil exigé, ou du moins dont on suppose qu’il est exigé. Mais aussi un inconvénient : une certaine uniformité dans les idées, avec une sorte d'effet multiplicateur. Chacun évoluant dans un milieu donné, va faire entrer un homologue dans le domaine professionnel, politique, social.

8La Franc-maçonnerie recrute essentiellement dans les classes moyennes qui en ce début de siècle forment près de la moitié de la population française. Elles sont hétérogènes sur le plan économique mais ont une certaine unité dans la conscience qu'elles ont d’elles-mêmes : elles ne sont composées ni d’ouvriers, ni d’agriculteurs, ni de dirigeants nantis. Elles se définissent donc plutôt de façon négative. Deux grandes catégories les caractérisent cependant : il y a la classe moyenne formée de travailleurs indépendants, et celle composée de salariés. A cette époque, sur les 49 % que représente cette catégorie sociale, les indépendants sont à 42 %, patrons et travailleurs indépendants ; les salariés sont 7 %. On sait que dans les décennies qui vont suivre, le salariat connaîtra une expansion importante et la tendance s’inversera.

9Néanmoins, la Franc-maçonnerie comporte un poids de salariés nettement plus important. Les sources d’information proviennent des Tableaux de loges, mais aussi des annonces d’initiation paraissant dans le Bulletin Hebdomadaire des Tenues de la Maçonnerie française, terme un peu présomptueux puisque ne concernant guère que la Maçonnerie de la région parisienne et, enfin, du relevé des radiations qui figure semestriellement dans le Bulletin du Grand Orient de France et relate les travaux du Conseil de l’Ordre et de l’Assemblée générale de l'Obédience, qui est une mine de renseignements en tous genres.

10Quelques exemples tirés de Tableaux de loges : en 1894, les fondateurs de la loge lilloise La Lumière du Nord sont respectivement : un inspecteur primaire, un directeur d’école, un négociant, un bibliothécaire à la faculté de lettres, un sous-officier d’administration, un directeur des messageries, deux brasseurs, un employé retraité, un pharmacien.

11La loge Les Arts Réunis de Grenoble a eu de nombreux artisans et négociants à ses origines ; ils sont peu à peu remplacés par des avocats, avoués, médecins, chirurgiens, notaires, architectes. En 1900, il y a un quart de fonctionnaires dans la loge où il ne reste plus que cinq négociants.

12En Dordogne, à Bergerac, la loge Les Vrais Frères recrute essentiellement des commerçants et des artisans : il y en a 71 dont 15 cafetiers ( !!), 10 voyageurs de commerce, 8 tailleurs mais aussi 20 chefs d'entreprises, et 19 instituteurs, 17 agents des Ponts-et Chaussées, 11 militaires et même des artistes (dont Mounet-Sully et son frère de sang Paul Mounet, radié d’ailleurs pour défaut de paiement de cotisation). L’autre loge de Bergerac créée en 1902 présente à peu près la même composition socio professionnelle.

13Pour l’année 1896, le Bulletin hebdomadaire cité plus haut, indique des initiations de 171 travailleurs indépendants et de 168 salariés dont 27 enseignants. Pour prendre la troisième source d’information, le tableau des radiations, on compte par exemple pour l’année 1902, 160 radiations de travailleurs indépendants et 106 de salariés, dont 27 enseignants. Les chiffres indiquent donc une proportion beaucoup plus importante de salariés en regard des chiffres nationaux, avec un pourcentage non négligeable d’enseignants et en particulier d’instituteurs.

14On note une faible proportion d’agriculteurs mais aussi d’ouvriers et je ne peux m’empêcher de mentionner le compte rendu d’une tenue de La Lumière du Nord de Lille du 23 février 1901 citant son vénérable, Charles Debierre, d’origine modeste mais qui deviendra professeur de médecine et sénateur radical socialiste : « [...} la question doit se poser ainsi : la Franc-maçonnerie ne doit-elle pas s’infuser un sang nouveau ? Le peuple doit-il entrer dans les loges ? Somme toute, cette question en renferme deux : la question monétaire et l’opportunité d’avoir dans la Maçonnerie des éléments du prolétariat. A ne considérer que le second point, il est hors de doute que le peuple manque d’éducation, que bien souvent la discussion ne pourrait être féconde avec des gens qui ont une foi profonde et absolue dans un idéal utopiste qui ne se réalisera pas. Or ce qui caractérise nos travaux c’est la discussion large et profonde des problèmes actuellement pendants ; ce qui caractérise les discussions politiques des prolétaires c’est un dédain profond pour qui n’accepte pas la doctrine collectiviste intégrale [...] Ces réserves faites, le Vénérable (Charles Debierre) trouve qu’on peut accepter le principe de faire entrer le peuple dans les loges pour une bonne raison, c’est que le peuple n’y viendra pas. » On a ici l’illustration de l’état d’esprit qui règne dans les loges, tout au moins dans nombre d’entre elles. C’est une tendance générale qui reflète l'état d’esprit d’une petite et moyenne bourgeoisie certes républicaine, souvent radicale, mais surtout « anti-collectiviste ».

15Néanmoins, d’autres voix s’élèvent comme par exemple celle du rapporteur de la Commission de Propagande de 1899 (la Commission de Propagande du Grand Orient de France est chargée de promouvoir les idées maçonniques dans le monde profane par divers moyens, brochures, conférences publiques, etc. Le mot propagande, dont le caractère est originellement religieux puisque la Congregatio de Propaganda Fide a été créée en 1622 par le pape Grégoire XV, laïcisé au moment de la Révolution, n’avait pas encore cette connotation péjorative actuelle due à son rôle dans les régimes totalitaires. Or, voilà ce que dit le rapporteur de cette commission maçonnique, dont les rapports envoyés aux loges doivent être soit brûlés après lecture ou renvoyés au Grand Orient de France ce qui indique leur degré de confidentialité : « La bourgeoisie, la classe de la société où, jusqu’ici, la Franc-maçonnerie puisait ses meilleurs éléments, s’est transformée depuis quelques années ; de voltairienne et frondeuse qu’elle était, elle est devenue cléricale et réactionnaire, afin de conserver jalousement les privilèges que lui a apportés cependant la Grande Révolution et que lui a garantis la Déclaration des Droits de l’Homme reniée par elle aujourd'hui. !...] Il nous faut ouvrir au Quatrième Etat puisque le Tiers Etat nous fuit [...] Au moment où cette bourgeoisie pessimiste et maussade se meurt d’anéantissement moral [...] en s’anémiant dans le fonctionnarisme, appelons à nous les vigoureux travailleurs manuels. Relevons-les moralement et intelligemment, faisons tomber cette défiance que la classe ouvrière a de la maçonnerie [...] Ouvrons nos Ateliers à l’ouvrier. Etudions avec lui son intérêt direct, immédiat, tangible, sous des formes multiples dont il se revêt : coopération, mutualité, syndicats, conditions de travail [...] ». Point de vue minoritaire qui ne sera pas suivi immédiatement d'effets importants mais traduit une autre orientation à venir avec le développement des idées socialistes au sein du Grand Orient de France. Le rapporteur de la même commission en 1902 affirme : « Il faut que nous arrivions de plus en plus à pénétrer le travailleur que la Franc-maçonnerie à l’esprit largement ouvert à toutes les réformes, et que non seulement en matière de religion et de philosophie, nous n’admettons aucun dogme, mais que nous n’en admettons pas davantage en matière sociale. Il faut que partout, chez l’ouvrier de la plume comme chez l’ouvrier de l’usine, l’on sache que nous sommes fermement décidés à chercher et à trouver la solution des grands problèmes qui agitent le monde et que, de même que nous voulons arracher au prêtre l’âme de l’humanité, nous voulons rendre au travail la part légitime qui lui revient dans la répartition de la richesse publique et dont il est, chaque jour, spolié par l’égoïsme capitaliste ». Déclaration suivie d’applaudissement nourris de l’assemblée. Il y a donc sans aucun doute évolution des mentalités dans l’obédience, un sujet sur lequel nous reviendrons plus loin.

16La référence de ces Francs-maçons c'est bien sûr la Révolution française mais c’est une référence c’est-à-dire une période dont on peut se prévaloir, dont on peut estimer être les héritiers. Ce n’est pas un modèle c’est-à-dire un objet d’imitation, car le Franc-maçon n’est pas un révolutionnaire. Les Constitutions d’Anderson de 1723, base de la Franc-maçonnerie le rappellent : « Le Maçon est un paisible sujet vis-à-vis des pouvoirs civils, en quelque endroit qu’il réside ou travaille, et ne doit jamais se mêler aux complots et conspirations contre la paix ou le bien-être de la Nation [...] » et plus loin : « [...] si un frère devient rebelle à l’Etat, il ne doit pas être soutenu dans sa rébellion quelle que soit la pitié qu’il puisse inspirer en tant qu’homme malheureux. » C’est ainsi que lors de la Commune de Paris, le Conseil de l’Ordre du Grand Orient de France désapprouvera l’insurrection mais, toujours selon les Constitutions d’Anderson, ne tiendra pas rigueur aux frères qui se sont engagés aux côtés des Communards.

17De la Révolution française, les Francs-maçons ont certes tiré leur devise Liberté, Egalité, Fraternité en mars 1849, mais leurs penchants bourgeois leur font plutôt adopter l’article 2 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen : « Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l’oppression ». 1789, oui, 1793, c’est plus douteux. Néanmoins, la Révolution française est une référence positive, ce qui n’est pas le cas du coup d’état de Louis Napoléon Bonaparte, souvent cité dans les discours maçonniques des débuts de la République, qui est un repoussoir dans l’esprit des Francs-maçons de l’époque, un peu comme l’est aujourd’hui le régime de Vichy.

18Les titres distinctifs des loges créées entre 1880 et 1910 peuvent-ils être considérés comme révélateurs de l’état d'esprit des Francs-maçons de l’époque ? Dans les 110 loges encore existantes aujourd’hui au Grand Orient de France, les mots les plus représentés sont : Progrès (8 occurrences) ; Fraternité (7), Justice (5), Travail (5), Réveil (5), Social(e) cinq également mais dans des sens peut-être différents puisque si on trouve L’Aurore Sociale, L'Evolution Sociale ou L’Avenir Social on remarque aussi L'Harmonie Sociale qui ne reflète peut-être pas la même approche. A la Grande Loge de France, de création récente, ce sont les mots de Solidarité et de Travail qui dominent.

19Pour revenir au Grand Orient de France, une loge intitulée L'Internationale naît en 1904, et L’Action Socialiste en 1901.

20Les fondateurs de cette dernière se donnent pour mission de « propager les idées socialistes » et ajoutent dans un texte qu’ils intitulent « Principes constitutifs » : « Les socialistes sont très nombreux dans la Franc-maçonnerie française et spécialement à l’Orient de Paris. Mais jusqu’à ce jour, dispersés dans tous les ateliers, noyés dans l’élément radical qui réduit le rôle de la Franc-maçonnerie à une lutte stérile contre le cléricalisme, ils étaient privés de tout moyen d’union, d’entente et d’action commune » et ils ajoutent : « Enfin nous demanderons à tous nos adhérents de rester conséquents avec leurs principes, c’est-à-dire, étant socialistes, de ne jamais se mêler aux groupements ou comités radicaux. Il y a un abîme entre le plus résolu des radicaux socialistes et le plus modéré des collectivistes. » La loge L'Action Socialiste procède à « l’allumage de ses feux » le 15 octobre 1901 c’est-à-dire quelques mois avant le Congrès constitutif du Parti républicain-radical et radical-socialiste auquel vont participer près de 150 loges du Grand Orient de France malgré l’avis défavorable du Conseil de l’Ordre.

21C’est dire combien le radicalisme est majoritaire dans l’Obédience car reflétant les conceptions d’un grand nombre de frères avec quelques points forts : l’instruction publique, l’impôt sur le revenu, l’accession à la propriété. Aux élections de 1896, le vénérable Tavé de la loge L’Intime Fraternité de Tulle écrit au Grand Orient de France : « Notre Atelier est en joie. Sept de nos frères ont été élus. Le résultat est d’ailleurs une victoire éclatante et décisive pour notre parti. Le parti radical socialiste, dont la liste ayant en tête notre frère Tavé, a dix-neuf élus. Les socialistes six sièges ». L’assimilation entre la loge et le parti est totale. Le discours de l’orateur du Couvent de 1894 résume bien cette pensée qui devient un programme. Il affirme : « accomplir par exemple la réforme de l’impôt en dégrevant les impôts de consommation qui sont les impôts du pauvre, et en frappant le revenu, de compléter le réseau des lois sur l’assistance publique, de réduire les frais de justice, de réviser les droits sur les successions, de donner au peuple l’instruction intégrale et gratuite à tous les degrés, d'abaisser les barrières intérieures en supprimant les octrois et en rachetant les chemins de fer [...] » et il ajoute « Il faut d’abord que toutes ces réformes soient passées dans l’esprit public, qu’elles soient bien comprises de tous. » Car le rôle que s’attribue la Franc-maçonnerie c’est de répandre les idées républicaines dans la population au moyen de quelques intermédiaires dont notamment les instituteurs qui sont le point fort de ce maillage du pays.

22Mais l’idéologie républicaine chez beaucoup de frères n’est-ce pas celle qui a pour fonction de résorber les contradictions des classes moyennes entre les partisans de l’ordre et ceux du progrès, celle qui a pour objectif d’empêcher le passage dans la vie politique et dans ses institutions des conflits entre la bourgeoisie et le prolétariat ? L’esprit républicain ne serait-il pas dès lors un barrage contre la révolution ce qui exaucerait les aspirations maçonniques ?

23En ce qui concerne la question sociale il y a sans doute chez les Francs-maçons des libéraux et des démocrates. Des libéraux qui contestent l’intervention de l’Etat dans la vie sociale. Pour eux, la promotion sociale ne peut être acquise que par l’école et une vigoureuse politique scolaire dans laquelle un système de bourses permet de réduire les inégalités. Les démocrates au contraire estiment que l’Etat doit contrôler l’économie et critiquent une concentration capitaliste qui risque de tuer la petite propriété, fondement de la démocratie. Au fil des années, c’est cette conception qui l’emportera progressivement dans les loges. Ceci est visible dans les questions étudiées lors des Convents du Grand Orient de France :

24En 1900 et 1901 par exemple on traite de la création d’une caisse de retraite pour la vieillesse et les invalides du travail, et aussi de la démocratisation de la Franc-maçonnerie. Le Convent de 1903 traite de la participation des ouvriers aux bénéfices, de la surveillance des logements malsains, de la réglementation du travail des femmes et des enfants, des rapports entre le capital et le travail. Enfin le Convent de 1904 traite de la question suivante : « Le capital étant entre les mains d’un patron (individu, association financière, groupe social et ethnique) le régime du travail doit-il être réglé par le salariat, la participation ou ses analogues, ou par la coopération, ou par la combinaison des diverses solutions, ou bien faut-il avoir recours à la socialisation des moyens de production et d’échange ? »

25Des conceptions différentes dans le rôle de l’Etat, des personnalités diverses, des milieux professionnels variés, des régions sans doute marquées par un héritage historique voilà qui est caractéristique de la diversité maçonnique. La Franc-maçonnerie de la région parisienne ne ressemble sans doute pas à celle de province et dans les provinces les différences sont sans doute notables. Mais les Francs-maçons retrouvent leur unité dans l’anticléricalisme. Les fondateurs de L’Action Socialiste le rappelaient de façon critique dans leur texte constitutif en parlant de lutte stérile contre le cléricalisme de la part des radicaux. Mais le sujet fait l’unanimité des Francs-maçons. Il s’agit bien d’anticléricalisme c’est-à-dire du refus d’accepter l’influence de l’Eglise sur la société. En fait, bien souvent, l’anticléricalisme légitime dans une République laïque, se transforme en hostilité à la religion catholique considérée comme antirépublicaine ce qui est d'ailleurs vrai pour une certaine part, tout au moins jusqu’au ralliement du début des années 1890.

26En fait, l’hostilité au régime est encore très nette chez les catholiques et notamment dans l’un de leurs organes de presse, La Croix, qui connaît de nombreuses éditions en province et attaque les Francs-maçons dans tous ses numéros et ce de façon violente. La violence est d’ailleurs réciproque comme est réciproque l’accusation de complot. L’orateur du Convent de 1894 peut ainsi affirmer que « se tient à l’affût de toutes les discordes un personnage ténébreux que vous connaissez bien, qui souffle sur le feu, afin de prolonger son pouvoir personnel et exclusif car il ne vit que de la tyrannie. C’est l’éternel ennemi de la démocratie et de la République, de la Franc-maçonnerie, j’ai nommé le cléricalisme. » Le rapport de la Commission de Propagande déjà cité relate : « Trop de nos frères sont impuissants à se défendre contre les calomnies répandues par les haineux, par ces condottières prêchant la mansuétude, spadassins très chrétiens, frappant leurs adversaires par derrière, entre deux prières à la Vierge et armés d’une plume trempée dans le plus subtil venin, mais bénie par le Saint Père. » Il faut donc face à ce danger « déployer hardiment le drapeau nettement républicain et libre penseur. » L’aboutissement de cette pensée, c’est bien sûr la séparation des Eglises et de l’Etat, qui est fréquemment à l’ordre du jour des tenues des loges jusqu’en 1905. Et l’orateur de 1894 de poser la question : « Peut-on admettre que la religion qui repose sur des sentiments absolument individuels, de for intérieur, de conscience, soit plus longtemps une fonction d’Etat, quand le propre de l’Etat est de ne s’occuper que des intérêts généraux de la nation ? »

27Néanmoins, le mot « laïcité », qui apparaît pour la première fois dans le supplément du Dictionnaire du frère Littré en 1871, n’est que rarement cité dans les discours de l’époque.

28Il faut, pour finir, étudier la réaction de la Franc-maçonnerie face à un événement qui comme toute crise, est une machine à produire des mythes ; je veux parler de l’Affaire Dreyfus qui va donner à l’accusation de complot maçonnique, une nouvelle vigueur. Cela va permettre aux Francs-maçons de s’approprier le mythe en le positivant. Ce qui s’était produit avec la Révolution française où les frères reprenant les attaques de l’abbé Barruel trouvant les origines de la révolution dans un complot maçonnique avaient fini par se considérer comme initiateurs du mouvement, va se reproduire avec l’Affaire Dreyfus.

29L’orateur du Couvent de 1901 témoigne de ce processus de construction d’une mythologie favorable à l’Ordre maçonnique lorsqu'il dit : « Les intelligences clairvoyantes, les cœurs nobles, étaient mis en demeure de prendre parti entre l’innocence et le crime. Ce sera l’honneur durable de la maçonnerie d’avoir indiqué sans défaillance dans cette crise, quelle était la voie à suivre. »

30Mais qu’en était-il en réalité ? En fait, considérée comme une force d’avant-garde, la Franc-maçonnerie n’interviendra que tardivement dans l’Affaire, ou du moins pas avant d’autres associations ou groupes politiques. Cet immobilisme est révélateur et montre combien la Franc-maçonnerie avec ses blocages et sa prudence, se distingue peu de la société civile. Sont mis en avant pour expliquer cela, des arguments institutionnels. La Constitution de 1884 du Grand Orient de France autorise en effet les discussions en matière de religion ou de politique dans les ateliers, mais proscrit celles se rapportant aux actes de l’autorité civile et aux luttes des partis politiques. L’Affaire Dreyfus tombe sous le coup de cet interdit. Un autre argument avancé par le Conseil de l’Ordre, c’est la protection de l’obédience contre le climat passionnel du monde profane. En fait, il y a au Grand Orient de France un refus de risquer d’affaiblir un gouvernement républicain encore insuffisamment solide. D’autre part, les candidats à des élections craignaient de décevoir leur électorat par un engagement trop prononcé en faveur de l’un ou l’autre camp. Ainsi les députés maçons et radicaux d’Orléans : Viger condamna les actions en faveur de Dreyfus et vota avec les antidreyfusards à la Chambre ; Rabier tout en soutenant les partisans de Dreyfus ne cautionna pas la campagne de révision du procès. Mais il y a aussi d’autres motifs, sans doute moins avouables et notamment la présence au sein de l’Ordre d’un courant antisémite issu en partie du racisme « scientifique » de Gobineau doublé d’un antisémitisme populaire à la Drumont. Ainsi en mai 1898, on trouve sous la plume du frère Minot dans la Revue Maçonnique dont il est le directeur les propos suivants : « Il faut considérer que le juif [...] est un corrupteur de la morale sociale. Par le défaut de croisement avec les autres races, il présente des tares, ou terribles par leur contagion et leur effet dissolvant, ou insupportables et irritantes par leur opposition avec les manières loyales et la franchise des peuples d'un genre différent. » Certaines loges refusent même d’initier des profanes juifs, notamment en Algérie.

31Enfin il y a, et ceci est plus général à la période, la force du patriotisme maçonnique qui, dans un réflexe d’autodéfense, répond ainsi aux accusations de cosmopolitisme, de pacifisme ou d’antimilitarisme portées contre le Grand Orient de France.

32Ce sera donc, comme pour la société profane, l’article de Zola dans l’Aurore qui sera le déclencheur de la réaction maçonnique. La Franc-maçonnerie française va dès lors se lancer avec vigueur dans la lutte contre ceux qu’elle considère comme les ennemis de la République : l’armée et surtout l’Eglise. L’anticléricalisme maçonnique va repartir de plus belle.

33L’aboutissement de cela sera d’un côté la Séparation des Eglises et de l’Etat dans laquelle la Franc-maçonnerie a sans doute joué un rôle prépondérant, et de l’autre, l’affaire des Fiches, ces fiches concernant les officiers devaient révéler lesquels étaient de vrais républicains et lesquels étaient hostiles à la République.

34Tout ceci fait des Francs-maçons les zélateurs de la République. Leur osmose avec le régime est totale ; ils envoient des adresses de félicitations aux gouvernements quand ils les en jugent dignes, les incitent à œuvrer dans telle ou telle direction conforme à leurs vœux, ils envoient des rapports au siège de l’obédience pour rendre compte de l’état politique de leur département. Bref, ils sont chez eux en République et comme le dit l’orateur du Convent de 1894 : « La Franc-maçonnerie c’est la République à couvert, la République, c'est la Franc-maçonnerie à découvert. » Qu’ils ne soient cependant pas trop présomptueux car malgré le nombre important de maçons dans les instances gouvernementales, les vœux du Grand Orient de France, l’impôt sur le revenu dès 1872 ou les congés payés dès 1876, ne se verront réalisés que quelques dizaines d’années plus tard, montrant ainsi les limites de leur influence dans le pays. Mais on doit sans doute aux Francs-maçons l’affermissement de la République.

35Le régime de Vichy ne s’y trompera pas, qui interdira la Franc-maçonnerie dès le mois d’août 1940.

36En conclusion il faut rappeler que le lien établi entre l’histoire de la Franc-maçonnerie et l’histoire générale est récent. Fendant longtemps une histoire maçonnique spécifique donnait l’impression qu’on avait affaire à une institution divergente, marginale par rapport à une évolution sociale, économique, politique ou culturelle.

37De ce fait, la représentation que les Francs-maçons avaient d’eux-mêmes émanait de la représentation qu’en avait le monde profane. D’où un sentiment d’influence sur le monde profane et l’intuition que les divers progrès que l’on pouvait noter dans la société étaient déterminés par leur action. Alors qu'on a pu voir combien l’emprise de l’extérieur était forte et combien la Franc-maçonnerie a plus accompagné le mouvement qu’elle ne l’a suscité.

38C’est sans doute sous la IIIe République que ce sentiment a été le plus fort et c’est pourquoi elle est aujourd’hui encore une référence notamment au Grand Orient de France.

Autor

Professeur agrégé d’histoire à l’IUFM de Rouen

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540