Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Franc-maçonnerie et histoire : bilan et perspectives

 | 
Éric Saunier
, 
Christine Gaudin

Idéologies et pratiques (xviiie-xxe siècles)

Le Grand Orient de France sous le Second Empire et les débuts de la Troisième République

Sudhir Hazareesingh

Texte intégral

  • 1 Sudhir Hazareesingh et Vincent Wright, Francs-maçons sous le Second Empire. Le Grand Orient de Fran (...)

1Le second Empire est une période longtemps restée méconnue en France et dont l’histoire maçonnique commence depuis les deux dernières décennies à sortir du placard dans lequel l’avait enfermé l’historiographie. C’est dans cette perspective que le regretté Vincent Wright et moi avions décidé d’entreprendre des recherches sur la franc-maçonnerie provinciale sous le second Empire. Je voudrais ici donc livrer un petit aperçu des fruits de nos recherches, en développant rapidement quatre notions qui caractérisent le Grand Orient pendant cette période charnière : la fluidité, la fragmentation, la diversité, et le pluralisme1.

2La fluidité se constate au niveau des dirigeants, d’abord. Comment en effet comparer le prince Lucien Murat, qui dirige l’Orient sous l’Empire autoritaire – un Bonapartiste bon teint, cousin de l’empereur, homme d’ordre, de centralisation et de religion qui purge impitoyablement le Grand Orient de toutes ses loges républicaines – comment donc le comparer avec le « simple journaliste de province » Léonide Babaud-Laribière, choisi comme Grand Maître en 1870, qui ne cache pas ses affinités laïques, décentralisatrices et républicaines ? Ce que reflète ce contraste, c’est bien entendu l’évolution institutionnelle et idéologique du Grand Orient entre 1851 et 1870, période qui voit l’institution avancer dans la direction de la laïcité et de la démocratisation (au sens à la fois politique et social) – mais avancer, comme nous le verrons, avec moins d’enthousiasme et d’uniformité qu’on le dit un peu trop souvent.

  • 2 André Combes, Les trois siècles de la franc-maçonnerie française, Paris, Edimaf, 1987, p. 101.
  • 3 Pierre Chevallier, Histoire de la franc-maçonnerie française, Paris, Fayard, 1974, vol. II. p. 381- (...)
  • 4 Bib. nat. de France : fonds FM : FM2 751.
  • 5 Félix Chevrier et Antoine Alessandri, La Réunion des Amis Choisis et ses soeurs de l’Orient dans la (...)
  • 6 Arch. départ. de la Meuse, Br 4° 856 : J.-C. Mader, Un siècle de vie maçonnique dans le Barrois.

3Fluidité, aussi, quand nous observons la précarité des loges. Plusieurs chiffres soulignent la nature éphémère de beaucoup de loges pendant cette période. Le Grand Orient regroupait en France 330 loges en 1852, 214 en 1857 puis seulement 190 en 18622. En 1870 il y en avait 238 (187 en province et 61 dans la Seine, dont 51 à Paris. Entre 1852 et 1859 quelques 128 loges du Grand Orient se sont mises en sommeil3. Sur les seize loges fondées pendant la Deuxième République seules quatre célébreront l’avènement de la Troisième. Quelques exemples : pendant le second Empire4 Montpellier perd ses deux loges du Grand-Orient (les Amis Réunis dans la Bonne Foi en 1857 et les Amis Fidèles en 1856) bien que les deux furent prospères au début du régime, tandis que la ville de Marseille perd six loges : les Inséparables en 1857, les Amis de la Paix en 1854, les Chevaliers de Palestine en 1865, la Française de Saint-Napoléon en 1856, les Disciples de Solomon et de 1’Aimable Sagesse en 1854 et les Élèves de Minerve en 18555. Le département de la Meuse qui a deux loges au moment de la proclamation de l’Empire n’en a aucune au moment de sa chute6.

  • 7 Bib. nat. de France, fonds FM (correspondance des loges citées).

4De nombreuses loges naissent sous l’Empire mais meurent après de courtes et difficiles existences : Les Amis de l’Union à Jarnac (1868-69), Jean de la Fontaine à Château-Thierry (1862-69), Les Progrès des Enfants d’Hiram à Tarascon (1864-67), La Parfaite Union à Rodez (1860-67), Travail et Paix à Dammartin (1853-66), Espérance et Philosophie à Auxonne (1863-67), Les Vrais Amis Réunis à Bédarieux (1863 67), L’Abri du Penseur à La Tour du Pin (1867-70), La Trinité à Dunkerque (disparue en 1861), Union et Progrès à Pamiers (1866-68), Union et Progrès à Saint-Loup-sur-Semousse (1860-68), Les Frères de Brammont à Gisors (1858 61), L’Amitié Discrète à Neauphle-le-Château (1866-69), Union et Force à Cordes (1866-68), Les Vrais Amis Réunis à Carcassonne (1862-69), La Persévérance à Arles (1862-70), etc. Dans l’année qui précède la guerre franco-prussienne, le Grand Orient perd des loges à Blois, Arles, Dole, Carcassonne, Neauphle-le Château, Vitry-le François, La Tour du Pin, Orange, Alès, Arles, Jarnac, Château Thierry, etc.7

5Contrairement à une idée reçue, l’implantation territoriale du Grand Orient reste aussi extrêmement fragile à la veille de la Troisième République ; dans vingt-cinq départements le nombre total de maçons ne dépasse pas cinquante. Quant à la composition sociale des loges, elle varie bien énormément de ville en ville : à Lyon et Marseille presque la moitié des maçons sont des ouvriers, tandis qu’à Bordeaux les loges sont presque complètement bourgeoises. Dans l’ensemble on peut noter qu’un bon tiers de la maçonnerie du second Empire est dans le commerce et le négoce ; il y a 20 % d’artisans, et 10 % proviennent des professions libérales (parmi lesquels on compte beaucoup d’avocats). Les professions libérales constituent une petite minorité du Grand Orient, mais une majorité relative de l’élite dirigeante : presque 40 % des vénérables sont issus des professions libérales. La maçonnerie est assez populaire à la base (mais avec quand même des limites – les postulants doivent satisfaire des critères « d’honorabilité » qui excluent souvent des hommes d’origines sociales modestes) ; mais ses dirigeants sont des « gens bien », des notables.

  • 8 Lettre du Vénérable, 17 mars 1873, Bib. nat. de France, fonds FM : FM2 762.

6Période on ne peut plus fluide, donc. En partie cause, et en partie effet de cette fluidité, on peut constater une nette fragmentation du Grand Orient. Sous le second Empire les sources de dissension se multiplient : conflits entre les loges du Grand Orient et celles du Rite écossais ; conflits entre loges du Grand Orient dans les mêmes villes, notamment à Bordeaux, Lyon, Marseille, Toulouse et Saint-Etienne ; mais aussi et surtout conflits au sein même des loges. Dans un lieu qui devrait en principe être un océan de tranquillité et de stabilité, que de dissonances ! Rivalités entre personnes, heurts entre une génération plus ancienne (sobre, prudente, pour tout dire un peu « coincée ») et une génération montante plus active, plus militante, plus laïque et surtout plus populaire. Souvent ces conflits entre générations se focalisent sur la personne du Vénérable, symbole du pouvoir et de l’autorité dans la Loge. Le Second Empire est marqué par de véritables longs règnes de Vénérables : Charpentier à Tours, Guépin à Nantes, Daily au Havre, etc. Mais les Vénérables autoritaires sont contestés : le Vénérable de l’Écho du Grand Orient de Nîmes - loge en pleine expansion après le 4 septembre - écrit en mars 1873, « pour quelques mois encore je vais continuer la tâche délicate, et quelquefois pénible, de diriger les travaux d’un atelier nombreux, important, où les têtes méridionales sont vives, et où parfois ne règne pas cet esprit de concorde, d’indulgence et de fraternité que je voudrais voir présider à toutes nos réunions [...] »8

  • 9 Bib. nat. de France, fonds FM : FM2 695 (Clermont-Ferrand) ; Christiane Derobert-Ratel Les Arts et (...)
  • 10 Pour Lyon et Marseille, cf. : Bib. nat. de France : fonds FM : FM2 ; pour Bordeaux : Johel Coutura,(...)
  • 11 Guy Penaud, Répertoire des loges maçonniques de la Dordogne, Périgueux, 1974.

7La deuxième source de fragmentation au sein de la famille maçonnique est d’ordre politique. Il s’agit de la lutte entre les républicains et les anti-républicains (souvent bonapartistes ou conservateurs opportunistes, mais dans quelques rares cas monarchistes). Plusieurs loges étaient profondément divisées par la question du régime : les Enfants de Gergovie à Clermont-Ferrand ; les Arts et l’Amitié à Aix ; l’Union Fraternelle à Troyes ; la Sincère Union à Avignon ; la Parfaite Amitié à Albi ; la Libre Pensée à Aurillac ; les Amis de la Nature et de l’Humanité à Beaune ; la Réunion des Amis Choisis à Béziers ; l’École de la Vertu à Lézignan ; la Parfaite Union à Montauban9. Cependant, même la républicanisation totale d’une loge n’excluait point des différends ou confrontations politiques. Les loges devenaient parfois l’arène où s’articulait le clivage entre républicains modérés et radicaux : ce fut le cas notamment à Lyon, Marseille, Bordeaux, (où l’initiation du Frère Delboy « trop engagé politiquement » devint une affaire retentissante) et à Toulouse10. Une loge comme les Amis Persévérants et l’Étoile de Vésone Réunis à Périgueux regroupait non seulement impérialistes (menés par Bardy Delisle, maire de la ville) mais aussi républicains modérés, dont le docteur Guilbert (préfet de la Dordogne au 4 septembre) et radicaux menés par Chavoix (l’adversaire de Guilbert après le 4 septembre)11.

  • 12 Sur la franc-maçonnerie et la Commune cf. André Combes, « Les élus francs-maçons de la Commune de P (...)
  • 13 Bib. nat. de France, fonds FM : FM2 784.

8Les controverses politiques entre Frères surgiront immédiatement après le 4 septembre et surtout dans de nombreuses villes où la lutte pour le pouvoir municipal était engagée. La Commune devait également être une épreuve particulièrement dure pour la famille maçonnique. Elle divisera les Frères dans leurs attitudes, leurs comportements et leurs stratégies, mais surtout elle démontrera la distance politique entre certains Frères de Paris et des grandes villes et l’immense majorité en province. Tandis que certains francs-maçons prenaient des postes dirigeants dans la Commune et une petite minorité de maçons provinciaux l’applaudissaient, l’énorme majorité des Frères la condamnait avec virulence12. Le chapitre de La Persévérance Couronnée à Rouen, dirigé par un préfet du 4 septembre, émit même le vœu en septembre 1871 « qu’une enquête soit faite au sujet des maçons qui ont fait des manifestations en faveur de la Commune et que des poursuites soient dirigées contre eux »13.

  • 14 Michel Laguionie, Histoire des francs-maçons à Limoges, Limoges, 1986, p. 170.

9Finalement, il y avait des conflits religieux au sein des loges. Ici une distinction essentielle s’impose. La grande majorité des Frères étaient anti-cléricaux (pour des raisons diverses) mais une majorité des Frères n’étaient pas anti-religieux. Ces derniers devaient faire face à la nouvelle génération d’agnostiques et d’athées qui faisaient leur entrée dans les loges dans les dernières années de l’Empire. Des débats religieux organisés dans de nombreuses loges à la fin du second Empire soulèvent des tempêtes : des loges telles que la Libre Pensée à Aurillac et Les Amis de la Nature et de l’Humanité à Beaune furent presque ébranlées par des dissensions religieuses. Après une discussion particulièrement âpre aux Artistes Réunis de Limoges, loge à majorité déiste, le Frère Dubouché, un des chefs de file des libres penseurs, quitta le temple en déclarant qu’il ne voulait pas « rester plus longtemps avec des jésuites »14.

  • 15 Guépin écartait toute confession et tout système car selon lui les religions révélées ou surnaturel (...)
  • 16 Bib. nat. de France, fonds FM : FM2 755, Lettre, Ange Guépin, 15 décembre 1869.
  • 17 Pierre Barral, « La franc-maçonnerie en Lorraine au XIXe et XX siècles », Annales de l’Est, 1970, N(...)
  • 18 L’Avenir Maçonnique (Bordeaux), s.d., 1869, in Bib. nat. de France, fonds FM : FM2 671 [Anglaise 20 (...)

10Ces tensions religieuses sont bien mises en lumière par les controverses au sujet de la suppression de la formule sur le Grand Architecte de l’Univers-sujet débattu avec passion à la fin de l’Empire et aux débuts de la Troisième République. La question de l’Être Suprême, du Grand Architecte provoqua de réels dissentiments entre loges et au sein des loges. Lorsque la suppression de la formule fut discutée dans Mars et les Arts à Nantes, en décembre 1869, le Vénérable Guépin, libre penseur convaincu15, fut mis en minorité « 3/5 contre 2/5 après un débat bref mais vif »16. À Nancy, c’est le Vénérable Marchai, déiste non moins convaincu, qui emporte dans sa loge, Saint-Jean-de-Jérusalem. En Lorraine, la loge d’Épinal se joint à celle de Nancy en voulant garder la formule tandis que celle de Neufchâteau est pour la suppression17. L’intensité des polémiques religieuses au sein de la maçonnerie émerge du compte rendu du débat qui eut lieu à L’Anglaise 204 à Bordeaux entre toutes les loges bordelaises en avril-mai 1869 sur le paragraphe 2 du premier article de la Constitution maçonnique : « La maçonnerie a pour principes l’existence de Dieu, l’immortalité de l’âme et la solidarité humaine ; néanmoins elle proclame la liberté de conscience comme un droit propre à chaque homme, et n’exclut personne pour ses croyances ». Les déistes, menés par trois Vénérables, grand notables modérés (Lourcand, Bras-Laffitte et Hermitte) sont combattus par les positivistes Massicault (futur préfet et ambassadeur de la Troisième République) et Delboy (bête-noire des républicains modérés à Bordeaux). Le 4 mai le Vénérable Lourcand (un des piliers de la communauté protestante bordelaise) de L’Anglaise 204 termine la discussion « en proclamant son intention formelle de repousser tout profane qui ferait profession de foi d’athéisme ou de matérialisme ». Ce débat a excité l’intérêt au point d’attirer dans le local de la Loge L’Anglaise 204 environ 250 maçons, et selon le journal L’Avenir Maçonnique « il a passionné les esprits de manière à faire comprendre qu’il est encore possible d’en arriver à des guerres de religion »18.

11Dissensions multiples, donc : conflits obédientiels, querelles personnelles, tiraillements sociaux, batailles politiques, confrontations religieuses. Pourquoi cette fragmentation ne dégénère-t-elle pas jusqu’à l’éclatement ? Quels sont les facteurs d’unité relative qui permettent au Grand Orient de survivre à ces conflits ? Il y les valeurs communes des maçons, bien sûr (encore qu’elles sont très vagues et souvent mal définies). Le facteur essentiel, à mon avis – et nous touchons là à l’un des aspects essentiels de la réalité maçonnique sous le Second Empire – réside dans la souplesse de l’institution, sa plasticité ; sa capacité de s’adapter à des situations différentes non seulement au niveau national, mais aussi à des configurations différentes à l’échelle locale. Lorsqu’on analyse de plus près leur composition, leur fonctionnement interne et leurs valeurs sociales et politiques on peut en effet faire la distinction entre au moins cinq types de loges sous le Second Empire :

  • la loge-club personnel

  • loge-réseau professionnel

  • la loge-élite sociale

  • la loge-école civique

  • la loge-prosélyte politique

  • 19 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, série M, sous-série 5 M : 5 M 50, rapport, 25 septembre 1873.
  • 20 Daniel-Paul Lobreau, Chers frères et bons cousins. Franc-maçonnerie et sociétés à Beaune 1760-1940, (...)
  • 21 Bib. nat. de France, fonds FM : FM2 766.
  • 22 Bib. nat. de France, fonds FM : FM2 700.

12Pour les tenants de la première conception la loge était un lieu de convivialité, sans grande signification religieuse, politique ou idéologique. La loge n’est qu’un cercle parmi d’autres ou un moyen d’insertion et d’intégration sociale. C’est ainsi que la loge de Rennes « ressemble plus à une amicale (sic) d’employés et de représentants de commerce qu’à une société de pensée... » -la description est celle du commissaire de police de la ville19. Les amitiés profanes et les relations familiales jouent un rôle important dans le recrutement de ces Frères, et il est frappant de constater que certaines loges réunissent de petits groupes de Frères exerçant le même métier ou appartenant à la même famille. C’est ainsi qu’aux Amis de la Nature et de l’Humanité à Beaune, on trouve le fils et les trois gendres du Vénérable20. Aux Amis Persévérants et l’Étoile de Vésone Réunis à Périgueux il y a cinq couples de frères et cinq pères et fils21, tandis qu’à l’Union des Élèves de Minerve à Crest il y quatre pères et fils22.

  • 23 Bib. nat. de France, fonds FM : FM2 702, Lettre du Vénérable, Frères Réunis, 20 juin 1875.
  • 24 Christiane Derobert-Ratel op. cit., p. 180-182.
  • 25 André Combes, « La franc-maçonnerie parisienne de 1862 à 1871 », Humanisme, Septembre 1970, p. 17.

13Le deuxième groupe comprend les maçons venus à l’Art Royal par intérêt personnel ou par « spéculation »23. Pour certains petits commerçants, négociants ou artisans la loge constitue des petits réseaux à exploiter24. Il existe même un certain « affairisme semi-clandestin » dans les milieux de la maçonnerie provinciale qui est souvent dénoncé par l’Action Maçonnique25. Les Frères ne sont pas considérés comme de vrais Francs-maçons : à Hyères, la loge fut fermée après quatre ans d’activité, et le vénérable explique qu’on a « au début, admis trop d’adhérents sans idéal maçonnique réel ».

  • 26 Daniel Paul Lobreau, Chers frères... op. cit., p. 165.
  • 27 Selon le Frère Regneau des Amis de la Nature et de l’Humanité à Beaune, la loge était divisée en de (...)

14Pour ces deux premiers groupes le recrutement des Frères se fait « plus par relations que par réputation »26. Les liens de la maçonnerie se greffaient sur les relations profanes d’amitié, de métier ou de famille. Ces Frères se lassent vite des interminables querelles d’amour-propre personnel, politiques et religieuses qui secouaient les loges à la fin du second Empire : ils manifestent leur agacement et mécontentement en quittant massivement les loges27. Certes, ils sont vaguement attachés aux grands principes de la philosophie des Lumières mais ces principes sont peu contraignants et permettent à tous les hommes de bonne volonté de vivre en parfaite harmonie dans une ambiance d’amitié, de tolérance, de fraternité. D’ailleurs les titres de plusieurs loges traduisent cette préoccupation intériorisée et personnalisée de la maçonnerie : La Parfaite Harmonie à Abbeville ; La Tolérante Amitié à Agen, La Parfaite Amitié à Albi ; Les Amis Réunis à Barbézieux ; Tolérance et Fraternité à Belfort ; Les Vrais Frères à Bergerac, etc. Nobles idéaux, dont la pratique est souvent cruellement démentie par les faits.

15Un troisième groupe de maçons perçoit la loge essentiellement comme le centre de recrutement et de formation d’une élite sociale et morale. Elle est donc un lieu de différentiation sociale. Cette élite est attachée à « l’esprit de 1789 » mais souvent de façon vague et assez abstraite. Ce qui importe c’est la formation de l’individu, de l’homme-citoyen, sensible à certaines qualités civiques : la vertu (mot clef dans le vocabulaire maçonnique) avec toutes ses connotations républicaines (mais de Rome et pas nécessairement de Paris) est la caractéristique recherchée. Ce groupe a une vision intériorisée et élitiste de la maçonnerie qui n’a pas, selon lui, de vocation extérieure, sauf indirectement-en formant des émules dignes de servir comme modèles pour les profanes. Pour ce troisième groupe la loge est une école préoccupée surtout de ses propres élèves. La discrétion des Frères est une vertu cardinale dans le catéchisme de ce groupe. On met l’accent aussi sur la fidélité entre membres de cette élite (souvent éprouvée...) et sur le fait qu’on est choisi par ses pairs. Le côté cérémonial, avec ses rites complexes, tisse des liens de complicité entre les initiés - ceux qui savent - et construit une barrière contre les non-choisis- les profanes ignorants. La sélection sociale pratiquée par les Frères eux-mêmes doit être sérieuse, et on dénonce la « paupérisation » des loges qui dévalorise l’institution. Les titres de plusieurs loges trahissent le désir élitiste de plusieurs maçons : la Réunion des Amis Choisis à Béziers ; Les Elus à Saint-Étienne, etc.

16Le quatrième groupe, qui était probablement dominant en province, surtout parmi les dirigeants des loges, adhérait à la conception de la loge-école civique. Cette école est tournée vers le monde profane : elle forme ses adeptes, elle forge une élite, mais cette élite a l’obligation d’exporter ses idéaux vers ceux qui n’ont pas reçu la lumière. En réalité, les deux tâches primordiales de la loge-création d’une élite sociale et morale et la vulgarisation à l’extérieur des « principes sacrés » de la maçonnerie-sont intimement liées. La « mission moralisatrice » de la loge est enracinée dans la notion d’émulation. La mission extérieure du maçon est un devoir clairement explicité dans ses statuts, mais il ne peut s’accomplir que si dans sa vie maçonnique, privée et profane, il devient un modèle à émuler.

  • 28 Lettres Indépendantes. Paris 1877, p. 5.
  • 29 Pierre Chevallier, op.cit., vol. III, p. 43.

17La dernière conception du rôle maçonnique va bien au-delà de celles soutenues par les adhérents des quatre autres. En effet, les adhérents de la loge-prosélyte acceptent pleinement l’idée de la loge comme centre d’acculturation des membres et comme instrument de diffusion des principes de 1789. Mais pour eux le rôle de la loge est aussi celui d’agent politique actif : il faut que l’éthique de la Grande Révolution prenne une forme institutionnelle. La Révolution sans la République est un non-sens. Pour ces Frères, franc-maçonnerie et République sont indissociables : comme devait écrire le Frère Anatole de la Forge (futur dignitaire de la République républicaine) : « aimer la République c’est aimer un peu la maçonnerie »28. Le rôle essentiel de la maçonnerie est donc tracé par le besoin fondamental de se battre pour l’avènement d’une République en luttant ouvertement contre ceux - les impérialistes, les monarchistes, et le clergé (surtout le clergé) qui veulent l’empêcher. Les partisans de la loge militante se recrutaient normalement parmi les éléments récents, jeunes et radicaux des loges : ils ignorent souvent l’obligation de réserve inscrite dans les constitutions et règlements maçonniques, et certains se considèrent avant tout comme républicains maçons et non maçons républicains et comme « les soldats de la libre pensée » (selon l’expression de Wyrouboff, collaborateur de Littré)29. A la loge marseillaise La Réforme on retrouve à la fin de l’Empire non seulement des radicaux tels que Gambetta, Esquiros et Gaston Crémieux mais aussi des révolutionnaires comme André Bastélica, l’un des principaux agents de l’Internationale dans la cité phocéenne ; la maçonnerie sera activement impliquée dans la révolution du 4 Septembre à Marseille, dans la formation de la Ligue du Midi, et aussi plus tard dans l’éphémère Commune de Marseille.

  • 30 Cf. Bib. nat. de France, fonds FM : FM2 609, 621.

18Ce qui permet donc à la maçonnerie de se maintenir à la veille de la Troisième République, c’est bien cette souplesse structurelle, qui est le reflet et la conséquence fonctionnelle d’un pluralisme politique et idéologique au sein du Grand Orient provincial. Nous insistons beaucoup sur ce point, qui corrige l’idée reçue selon laquelle le Grand Orient de la fin du Second Empire ne serait qu’une antichambre de la République. Car s’il est vrai que parmi les dirigeants nationaux de la franc-maçonnerie française pendant cette période on trouve des républicains notoires - les Crémieux et les Garnier-Pagès - il y a également des grands notables conservateurs -les Decazes, les Say, les Chasseloup-Laubat-, Parmi les personnalités conservatrices ou bonapartistes francs-maçonnes dans les loges provinciales vers la fin du second Empire se trouvent Hyacinthe Bizet, maire de Brest (Amis de Sully), Louis Oudin, maire d’Épernay (Amis de la Philanthropie), François Marlin, maire de Mâcon (Arts Réunis), Jean Saunier, maire de Nemours (Amitié - le commissaire de police de la ville appartient aussi à la loge), Abel Planat, député bonapartiste au Corps législatif (Amis de la Paix à Angoulême), Adrien Prax-Paris, député-maire de Montauban (Parfaite Union), Pierre-Émile Carrey, maire de Rambouillet (Amitié Discrète), Alfred Bardy-Delisle, député-maire de Périgueux (Amis Persévérants et l’Étoile de Vésone Réunis), Jean-François Edmond Deligand, maire de Sens (Concorde), Pierre-André Rieunier, maire de Cette (Amis Fidèles). Les tableaux des loges nous révèlent la présence d’élus locaux bonapartistes dans d’autres villes comme Angers et Pacy30.

19Certaines loges sont même dominées par les anti républicains ou par les « hommes d’ordre » : à côté des loges essentiellement conservatrices à Paris - par exemple, La Clémente Amitié et Les Frères Unis Inséparables (la loge du baron Chassiron et d’Alfred Blanche, conseillers d’État, de Lenglé, préfet, de Saulcey, sénateur, et d’Amédée Mocquard, notaire et ami intime de l’Empereur) -on trouve Les Arts et l’Amitié à Aix où il y a une poignée de légitimistes et où la sensibilité conservatrice domine jusqu’au milieu de 1870 ; la Triple Union et l’Amitié à Voiron dont les membres seront décrits comme « généralement conservateurs » en 1873 ; L’Heureuse Rencontre à Die qui est constituée en mars 1869 par un fonctionnaire, conseiller général élu comme candidat officiel ; Les Arts Réunis à Grenoble dont « la majorité des membres, de tendance très modérée, évoluait de plus en plus vers le conservatisme » pendant les dernières années de l’Empire ; Napoléon-le-Grand à Marmande, loge qui restera longtemps essentiellement conservatrice. Accusée, en avril 1863, d’être hostile au gouvernement, L’Ecole du Progrès à Antibes « s’est émue de l’accusation grave qui nous est adressée. Nous ne savons personne parmi nous qui soit opposé au gouvernement [...] ».

  • 31 Sur Aix, Cf. Christiane Derobert-Ratel, op. cit., p. 79, 107-111 ; sur Voiron, cf Arch. dép. Isère, (...)

20Le préfet des Hautes-Pyrénées ne s’oppose pas à l’installation d’une loge à Tarbes en 1862 : « rien dans les antécedents et la conduite des postulants ne me semble s’opposer à ce que l’autorisation de se réunir leur soit accordée ». Huit ans plus tard dans le même département le sous-préfet de Saint-Girons assure ses supérieurs que les membres de la loge locale (la Pyrénéenne du Mont-Vallier) sont « tous des hommes d’ordre ». Après un attentat à Paris en juin 1867, les Frères de la Sobriété à Dax envoie « une adresse à Sa Majesté » qui déclare leur émotion concernant « le danger que vient de courir votre Majesté et dont la Providence l’a si heureusement préservée [...] Les Franc-maçons de Dax sont honorés de pouvoir déposer aux pieds du trône impérial leur énergique protestation contre le bras fanatique qui s’est tourné contre un hôte de la France [...] ». Parmi les Frères des Amis de la Vérité à Metz il n’y a aucun républicain actif ou notoire. La majorité des Frères des Amis Fidèles à Sète dans l’Hérault rejettent, en 1869, l’initiation de plusieurs hommes jugés comme trop politiquement compromis à gauche31.

  • 32 Sur Pau, Bib. nat. de France, fonds FM : FM2 764 ; sur Le Havre, Georges Quevillon, Histoire de la (...)
  • 33 Sur les Deux-Sèvres, J.-C. Faucher, Histoire des francs-maçons dans le département des Deux-Sèvres, (...)
  • 34 Arch. dép. de Haute-Garonne, série M, sous-série 4M : 4 M 123, Lettre du commissaire de Police de T (...)
  • 35 Bib. nat. de France, fonds FM : FM2 650 (Aix - Arts et Amitié), Lettre du F .̇. Brémond, 28 mars 18 (...)

21Plus intéressant encore, d’autres loges de province réunissent républicains et impérialistes. Citons les cas du Berceau d’Henri IV, la loge paloise ; Les Trois H. au Havre-la loge non seulement de Félix Faure (initié en 1865) mais aussi de Just-Viel, maire bonapartiste de la ville, affilié à la loge dans la tenue de 3 janvier 1863 ; des Arts Réunis à Mâcon qui regroupent des impérialistes menés par François Marlin, maire de la ville, et des républicains notoires dont Louis Noiret ; des Enfants de Gergovie à Clermont-Ferrand qui sont divisés entre un clan républicain et un clan bonapartiste. A Bourgoin la loge de 29 membres est composée de « démagogues exaltés, d’inoffensifs d’hommes d’ordre et de républicains modérés (la majorité) » ; à Troyes L’Union Fraternelle, dont le Vénérable est Jean-Baptiste Argence, le député-maire bonapartiste de la ville, républicains et bonapartistes se disputent la direction de la loge ; lors du réveil de La Parfaite Union à Montauban en 1861 la loge se compose de quatre républicains, trois orléanistes, trois hommes dévoués au gouvernement, trois libéraux avancés, deux légitimistes et un socialiste, et jusqu’à la fin de l’Empire elle choisira comme Vénérable Prax-Paris, député-maire de la ville et figure peu républicaine32. Le pluralisme politique de la Maçonnerie à cette époque est également évident dans les loges de l’Alsace, des Deux-Sèvres, de l’Isère. Par exemple, La Concorde à Vienne, dont le Vénérable est Savigné, imprimeur, « d’opinions conservatrices très connues », et dont les membres « sont en grande majorité conservateurs ou républicains très modérés », est plus à droite que Les Arts Réunis à Grenoble. Dans la Dordogne où la plupart des Frères sont républicains « l’idéal maçonnique a également été très répandu chez les bonapartistes »33. A Toulouse L’Encyclopédie et Les Cœurs Réunis sont décrites comme conservatrices, la Française des Arts comme républicaine radicale, Les Vrais Amis Réunis comme « un foyer de démagogie » tandis que La Parfaite Harmonie « est loin de mériter la désignation qu’elle a choisie. C’est elle en effet où règne le moins d’entente et où se produisent d’incessantes tracasseries34 ». Les clivages politiques persistent également dans certaines loges du Midi. Selon un franc-maçon républicain convaincu, la maçonnerie du Midi au printemps de 1870 était livrée « entièrement à l’élément rétrograde et réactionnaire. Il se glisse dans nos loges des agens (sic) subalternes qui croyant probablement plaire à l’autorité ou au clergé mettent le désordre partout... »35.

  • 36 Sur ce point, cf. Pierre Chevallier, op. cit. vol. II, p. 390. Il souligne « aussi bien la plastici (...)

22Concluons donc rapidement. Ce qui frappe l’observateur de la maçonnerie sous le second Empire, c’est l’image kaléidoscopique du Grand Orient - un peu le reflet du régime lui-même. Laboratoire pour la confrontation d’idées, centre de formation éthique, regroupement d’hommes d’élite (interprétée dans le sens moral et social), lieu de convivialité, moyen d’insertion sociale, réseau commercial, confrérie spiritualiste et philanthropique, instrument de mobilisation politique, endroit pour structurer le pouvoir notabiliaire, la maçonnerie provinciale de l’époque était multi-dimensionnelle, souple, ambiguë36. Ces qualités peu satisfaisantes dans un monde cartésien lui donnaient cependant une capacité d’adaptation à toutes les circonstances et à tous les régimes : monarchie, Empire autoritaire ou libéral, mais surtout République.

Notes

1 Sudhir Hazareesingh et Vincent Wright, Francs-maçons sous le Second Empire. Le Grand Orient de France à la veille de la Troisième République, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, Collection Carnot, 2001.

2 André Combes, Les trois siècles de la franc-maçonnerie française, Paris, Edimaf, 1987, p. 101.

3 Pierre Chevallier, Histoire de la franc-maçonnerie française, Paris, Fayard, 1974, vol. II. p. 381-82.

4 Bib. nat. de France : fonds FM : FM2 751.

5 Félix Chevrier et Antoine Alessandri, La Réunion des Amis Choisis et ses soeurs de l’Orient dans la vie hermétique de Marseille, Paris, 1953, p. 397-400.

6 Arch. départ. de la Meuse, Br 4° 856 : J.-C. Mader, Un siècle de vie maçonnique dans le Barrois.

7 Bib. nat. de France, fonds FM (correspondance des loges citées).

8 Lettre du Vénérable, 17 mars 1873, Bib. nat. de France, fonds FM : FM2 762.

9 Bib. nat. de France, fonds FM : FM2 695 (Clermont-Ferrand) ; Christiane Derobert-Ratel Les Arts et l’Amitié et le rayonnement maçonnique dans la société aixoise de 1848 a 1871 (Aix-en-Provence, 1987) ; FM2 814 (Troyes) ; FM2 659 (Avignon) ; FM2 651 (Albi) ; FM2 658 (Aurillac) ; FM2 661 (Beaune) ; FM2 666 (Béziers) ; FM2 718 (Lézignan) ; FM2 749 (Montauban).

10 Pour Lyon et Marseille, cf. : Bib. nat. de France : fonds FM : FM2 ; pour Bordeaux : Johel Coutura, La Franc-Maçonnerie à Bordeaux au XVIIIe et XIXe siècles, Marseille, 1978, p. 154 ; pour Toulouse : Arch. dép. Haute-Garonne, série M, sous-série 4 M : 4 M 123, Lettre du commissaire de Police à Toulouse, 18 janvier 1874.

11 Guy Penaud, Répertoire des loges maçonniques de la Dordogne, Périgueux, 1974.

12 Sur la franc-maçonnerie et la Commune cf. André Combes, « Les élus francs-maçons de la Commune de Paris », Chroniques d’Histoire Maçonnique, nos 27 28, 2e trimestre, 1981, p. 25-33 ; Mildred Headings, French freemasonry under the Third Republic, Baltimore, 1948, p. 57 58 ; (Anonyme), Les francs-maçons et la Commune de Paris : du rôle qu’a joué la franc-maçonnerie pendant la guerre civile, Paris 1871 ; Pierre Lamarque, « Les francs-maçons de Bordeaux en 1870-1871 », Bulletin intérieur de la commission d’histoire du Grand-Orient de France, no 2, novembre 1971, p. 33-35.

13 Bib. nat. de France, fonds FM : FM2 784.

14 Michel Laguionie, Histoire des francs-maçons à Limoges, Limoges, 1986, p. 170.

15 Guépin écartait toute confession et tout système car selon lui les religions révélées ou surnaturelles et les religions naturelles ou philosophies étaient toutes absolues dans leurs dogmes : « toutes vous menacent des peines dans une autre vie ou vous traitent d’absurdes et de stupides si vous n’acceptez pas leurs croyances. La maçonnerie seule peut distinguer entre les croyances obligatoires et les croyances facultatives, ce qui la rend essentiellement tolérante ». Cf. G. Frambourg, Le docteur Guépin, un philanthrope et démocrate nantais (1805-1873), Rennes, 1964, p. 316.

16 Bib. nat. de France, fonds FM : FM2 755, Lettre, Ange Guépin, 15 décembre 1869.

17 Pierre Barral, « La franc-maçonnerie en Lorraine au XIXe et XX siècles », Annales de l’Est, 1970, No l, p. 23-45.

18 L’Avenir Maçonnique (Bordeaux), s.d., 1869, in Bib. nat. de France, fonds FM : FM2 671 [Anglaise 204].

19 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, série M, sous-série 5 M : 5 M 50, rapport, 25 septembre 1873.

20 Daniel-Paul Lobreau, Chers frères et bons cousins. Franc-maçonnerie et sociétés à Beaune 1760-1940, Beaune, 1981, p. 167.

21 Bib. nat. de France, fonds FM : FM2 766.

22 Bib. nat. de France, fonds FM : FM2 700.

23 Bib. nat. de France, fonds FM : FM2 702, Lettre du Vénérable, Frères Réunis, 20 juin 1875.

24 Christiane Derobert-Ratel op. cit., p. 180-182.

25 André Combes, « La franc-maçonnerie parisienne de 1862 à 1871 », Humanisme, Septembre 1970, p. 17.

26 Daniel Paul Lobreau, Chers frères... op. cit., p. 165.

27 Selon le Frère Regneau des Amis de la Nature et de l’Humanité à Beaune, la loge était divisée en deux camps, « l’un de 25 membres, l’autre de 30 » et « le reste des nôtres se dégoûte et se désintéresse en présence de la situation actuelle ». (Bib. nat. de France, fonds FM : FM2 661, Lettre, 25 juin 1870).

28 Lettres Indépendantes. Paris 1877, p. 5.

29 Pierre Chevallier, op.cit., vol. III, p. 43.

30 Cf. Bib. nat. de France, fonds FM : FM2 609, 621.

31 Sur Aix, Cf. Christiane Derobert-Ratel, op. cit., p. 79, 107-111 ; sur Voiron, cf Arch. dép. Isère, série M, sous-série 97 M : 97 M 1, Lettre du sous-préfet, 1er juillet 1873 ; sur Die, Bib. nat. de France, fonds FM : FM2 701 ; sur Antibes, FM2 656, Lettre du Vénérable, 7 avril 1863 ; sur Grenoble, contribution de M. Ferrand, « Discussion », Grenoble à l’époque de la Commune, Grenoble 1972, p. 43 ; sur Marmande, Pierre Polivka « La franc-maçonnerie en Lot-et Garonne : fonctions politiques et structures sociales », Actes du 31e Congrès de la Fédération Historique du Sud Ouest (Agen, 1980), p. 113 : sur Saint-Girons Fraternité Latine, Orient de Foix, Deux siècles de maçonnerie en Ariège, Saint-Girons, 1984 ; sur Tarbes, Arch. dép. Hautes-Pyrénées, série M, sous-série 4 M : 4 M 116, Lettre du préfet des Hautes-Pyrénées, 24 mai 1862 ; sur Dax, FM2 701 ; sur Metz, Pierre Barral, « Metz en 1870 et les problèmes des territoires annexés 1871-1873 », Actes du colloque de Metz, Novembre 1970, Metz 1972 ; sur Sète, Arch. dép. Hérault, série M, sous-série 39 M : 39 M 238, Rapport du préfet de l’Hérault, 19 février 1869.

32 Sur Pau, Bib. nat. de France, fonds FM : FM2 764 ; sur Le Havre, Georges Quevillon, Histoire de la R’. Les Trois H-.-. O’.-, du Havre 1792-1931, Le Havre, s.d. ; sur Mâcon, Bib. nat. de France, fonds FM : FM2 735 ; sur Clermont-Ferrand, Jean Boulay, Esquisse d’une chronologie des loges maçonniques du Grand Orient de France à Clermont-Ferrand, Riom 1984, p. 38 ; sur Bourgoin, Arch. dép. Isère, série M, sous-série 97 M : 97 M 1, Rapport du commissaire de police, juillet 1868, et Rapport du sous-préfet de La Tour du Pin, 9 juin 1866 ; sur Troyes, FM2 814 ; sur Montauban, Daniel LIGOU, « Les loges maçonniques de Tarn-et-Garonne de 1850 à 1887 », Revue d’Histoire Économique et Sociale, 1958, XIX, no 2, p. 193, 200.

33 Sur les Deux-Sèvres, J.-C. Faucher, Histoire des francs-maçons dans le département des Deux-Sèvres, 1738-1945, Poitiers 1977, p. 199-201 ; sur l’Isère, Arch. dép. Isère, série M, sous-série 97 M : 97 M 1, Lettre du préfet, 7 août 1873 ; sur la Dordogne, Patrick Lacoste, Les Républicains en Dordogne au début de la Troisième République 1870-1877, Mémoire, section d’histoire, Université de Bordeaux, p. 52 ; sur l’Alsace, Paul Leuillot, « Les francs-maçons », Histoire de Mulhouse des origines à nos jours, Strasbourg, 1977, p. 364-365.

34 Arch. dép. de Haute-Garonne, série M, sous-série 4M : 4 M 123, Lettre du commissaire de Police de Toulouse, 18 janvier 1874.

35 Bib. nat. de France, fonds FM : FM2 650 (Aix - Arts et Amitié), Lettre du F .̇. Brémond, 28 mars 1870.

36 Sur ce point, cf. Pierre Chevallier, op. cit. vol. II, p. 390. Il souligne « aussi bien la plasticité que l’ambiguïté de l’institution maçonnique ».

Auteur

Professeur de Sciences Politiques à l’université d’Oxford

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540