Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Franc-maçonnerie et histoire : bilan et perspectives

 | 
Éric Saunier
, 
Christine Gaudin

Idéologies et pratiques (xviiie-xxe siècles)

Franc-maçonnerie et pratiques politiques en Italie pendant la première moitié du XXe siècle

Fulvio Conti
Traduction de Eric Saunier

Texte intégral

1. Patriotisme et Fidélité aux institutions

  • 1 Cf. F. Cordova, Massoneria e polilica in Italia, 1892-1908, Roma-Bari, Laterza, 1985, p. 75 et suiv (...)

1La crise qui a secoué l’Italie à la fin du XIXe siècle n’a pas épargné non plus la franc-maçonnerie. Le départ du Grand Maître Adriano Lemmi, en décembre 1895, en provoquant la demande de démission d’un groupe de loges dissidentes, a en effet révélé l’existence d’une grave fracture à l’intérieur du Grand Orient d’Italie. S’opposent alors, d’une part, une composante modérée et pro-gouvernementale et, d’autre part, un groupe démocrate et républicain revendiquant un plus grand engagement de l’Ordre en faveur de la diffusion de la liberté civile et politique, du progrès moral et matériel du peuple, de la défense de la morale publique contre la corruption. L’élection du successeur de Lemmi, Ernesto Nathan, en juin 1896, n’empêche pas que, l’année suivante, la scission est consommée entre le Grand Orient d’Italie et les loges de Lombardie, de Ligurie, de Toscane, de Naples et de Sicile, celle-ci donnant lieu à la naissance d’un Grand Orient Italien qui obtient la reconnaissance immédiate du Grand Orient de France1.

  • 2 Pour une approche de l’engagement maçonnique de Nathan, cf. A.A. Mola, « Ernesto Nathan e la masson (...)

2Le nouveau Grand Maître Nathan, bien qu’il descende d’une famille de solide tradition démocratique et qu’il soit lui-même un républicain convaincu, met alors de côté ses propres idées quand il se retrouve à la tête de la maçonnerie en vue de chercher une médiation entre les tendances antagonistes et de les réunir dans un cadre unitaire2. Son objectif, après l’échec de l’expérience de l’axe Crispi-Lemmi et l’excessive soumission de l’Ordre envers le gouvernement, est d’ailleurs d’imposer une ligne prônant une prise de distance à l’égard de la politique.

  • 3 La circulaire qui fut largement diffusée dans la presse est reproduite dans F. Cordova, op. cit., p (...)

3« La franc-maçonnerie - écrit-il le 12 juin 1896 dans sa première circulaire destinée aux loges - accueille toutes les religions sans en adorer aucune. [...] S’il est dit que nous sommes à la botte d’une école politique, d’un parti du gouvernement : c’est un mensonge ; notre haute et claire conception de la politique est d’être au-dessus des écoles qui se disputent son esprit et des partis qui se disputent le pouvoir. Avant tout et par-dessus tout : nous sommes Italiens ; la patrie est le levier par lequel nous œuvrons pour l’humanité et se trouve au sommet de chacune de nos pensées »3.

  • 4 « Il compito massonico. Discorso inaugurale del Gran Maestro Ernesto Nathan alla Conferenza Massoni (...)
  • 5 Pour une lecture récente et objective de la fin du siècle cf F. Barbagallo, « Da Crispi a Giolitti, (...)

4Pour lui, la maçonnerie, comme il le confirme le 20 septembre 1898 lors du discours inaugural pour la conférence maçonnique nationale, « est une association patriotique et éducative mais n’est pas une association politique »4, l’idée de politique étant à cette date assortie d’une vision très négative liée aux traces que les événements de mai précédent (la proclamation de l’état de siège et la répression violente des mouvements populaires) ont laissé dans le tissu social italien5.

  • 6 ibid.

5Nathan prend alors aussi la parole pour inciter les frères à aller « défendre, contre l’esprit sournois de réaction qui s’infiltrait [...] dans la classe dirigeante voulant sacrifier à la domination acquise l’avenir et le développement tant matériel que moral de l’Art royal »6. Dans son discours, il condamne aussi de manière explicite l’intervention militaire qui a maté dans le sang le mouvement populaire.

6Plus que jamais, il interprète le patriotisme maçonnique comme devant être une défense des institutions italiennes face aux attaques de ceux qui veulent s’en servir au nom de principes révolutionnaires ou bien contraires à ceux qui animent le Risorgimento depuis la première décennie de l’état libéral.

  • 7 Archives Historiques du Grand Orient d’Italie (Asgoi), Verbali del Consiglio dell’Ordine, séance du (...)

7A partir de là, il appelle les maçons à ne pas alimenter la discorde, à tenir les loges éloignées de la lutte politique quotidienne, à réunir « tous les honnêtes hommes et les libéraux de quelque parti que ce soit autour d’un programme ayant comme points centraux l’anticléricalisme et la lutte contre la corruption »7. Toutefois, il ne peut mettre fin à la rupture avec les loges dissidentes qui continuent de réclamer un engagement plus direct de l’Ordre dans la défense de la démocratie et en faveur des forces de gauche. Cet éclatement se perçoit à travers les directives d’un Grand Orient d’Italie séparé entre une « minorité Radicale-Républicaine » (incarnée par des hommes comme Antonio Maffi, Salvatore Barzilai, Ettore Ferrari, etc.) qui propose l’adoption d’une ligne antiministérielle et une majorité modérée (Alessandro Fortis, Achille Ballori, Antonio Cétaly, Nathan, etc.) réfutant toute appartenance idéologique afin de ne pas porter préjudice à l’unité interne.

8Pour rendre la situation un peu plus complexe, il faut ajouter qu’il existe aussi des radicaux refusant de montrer leur sensibilité politique sur le plan maçonnique ainsi que nombre de frères qui ne se reconnaissent dans aucune tendance partisane.

9Mais, une autre grande question se pose aussi aux maçons : c’est celle de la solidarité dont doit faire preuve la maçonnerie avec les institutions libérales et, pour tout dire, avec les cadres posés par l’état unitaire né du Risorgimento.

  • 8 Cf. « L’azione massonica nelle elezioni politiche », Rivista della Massoneria Italiana, 28 février (...)

10Aucun dirigeant important, pendant la période paroxysmique de la crise de la fin du siècle, n’avait pourtant prétendu entrer dans des discussions sérieuses abordant la question institutionnelle et les orientations fondant la politique nationale. Les plus vives protestations qui se lèvent contre les mesures liberticides du gouvernement Pelloux se limitent ainsi à quelques loges alors que la requête, pourtant avancée dans l’opinion républicaine, de convoquer une assemblée constituante n’obtient qu’un faible écho dans la famille maçonnique. Cependant, l’idée de fournir une légitimité à l’Etat tant sur le plan intérieur que sur le plan international a toujours été une priorité pour la maçonnerie italienne depuis la fin des années 1860, un moment pendant lequel la maçonnerie conseilla aux citoyens de voter et de refuser l’abstention prônée alors autant par les mazziniens que par les catholiques. Elle invitait ainsi à participer au processus électoral, Nathan s’adressant de nouveau à ce sujet aux citoyens à l’occasion des élections de 1897 et 19008.

  • 9 Le texte est reproduit dans : Rivista della Massoneria Italiana, 31 août 1900.

11Dans ce contexte, presque jamais, même dans ses franges les plus extrémistes, la franc-maçonnerie n’a invité à contester la légitimité de l’institution monarchique et, quand, en juillet 1900, lors de l’ultime crise de la fin du siècle, Humbert I est assassiné, le Grand Orient d’Italie n’hésite pas à condamner ce délit car, comme l’écrit Nathan dans un manifeste placardé dans toutes les villes d’Italie, « le crime, en raison de son caractère sauvage, jette la patrie dans la calomnie et dans la boue à la face du monde entier »9.

  • 10 Pour des développements fournis sur ce sujet, cf. F. Conti, « Fra patriottismo democratico e nazion (...)

12En réaction à cet épisode, Nathan émet également le souhait d’un retour à des libertés essentielles fondées, refusant ainsi les formes de répression violente, sur le rôle de l’éducation. Sur la question précise et fondamentale du retour aux racines libérales de l’état, il insiste sur les deux valeurs cardinales autour desquelles l’engagement politique des maçons doit être mené : patriotisme et fidélité aux institutions monarchiques. Ce sont bien là les principes politiques autour desquels nombre de Frères du Palazzo Giustiniani communient. Pour le reste la diversité des opinions dominent et, en Italie, ce n’est pas en vain que la maçonnerie professe une idéologie universaliste car elle rassemble de fait nombre de sensibilités politiques allant de l’extrême gauche opposée à la monarchie jusqu’aux nationalistes10. Les loges et ses organismes supérieurs se considèrent d’ailleurs comme une « chambre de substitution », comme un lieu de médiation où le sentiment patriotique représenterait l’idéal commun d’une génération croyant au culte de la gloire nationale. Il ne faut pas oublier il est vrai que, en raison des vicissitudes de la vie politique italienne depuis les origines de l’Italie contemporaine, le nationalisme et l’établissement de la mémoire du Risorgimento constituent dans l’univers maçonnique italien, à côté de l’attachement à la laïcité et de l’anticléricalisme, le second élément du socle idéologique sur lequel est fondée l’identité maçonnique, défendre le Risorgimento et la monarchie signifiant s’opposer à l’Eglise et au mouvement catholique qui contestaient ces valeurs.

2. Le tournant démocratique de 1906 et le Bloc Populaire

  • 11 « Assemblea Costituente Massonica », Rivista della Massoneria Italiana, 31 mars 1906.

13Avec l’arrivée du Grand Maître Ettore Ferrari en février 1904, le comportement politique du Grand Orient d’Italie connaît une évolution considérable, le moment particulièrement significatif de celle-ci étant, en février 1906, la modification de l’article 1 des Statuts Maçonniques. Lors de l’assemblée de Rome est en effet inséré le paragraphe suivant : « La communauté italienne proclame le principe démocratique dans l’ordre politique et social »11. A cette occasion est approuvé aussi un ordre du jour dans lequel la maçonnerie se déclare ouverte « aux hommes de tous les partis politiques progressistes ». La ligne directrice de sa propre action est alors clairement énoncée.

14Celle-ci préconise :

15« 1. L’absolue et incessante campagne contre l’ennemi de chaque citoyen progressiste, le clergé, travesti sous quelque forme ou dissimulé sous quelque grade que ce soit.

162. La sincère et complète défense contre les citoyens violents qui tentent à supprimer et contre les tricheurs qui cherchent à corrompre les libertés publiques qui sont notre patrimoine politique intangible.

  • 12 Ibid.

173. L’adhésion à tous les projets de réforme, économiques et sociaux qui, en accord avec la société, tentent d’élever moralement et matériellement les hommes. »12

  • 13 Sur le tournant de 1906, cf. E. Decleva, « Anticlericalismo e lotta politica nell ltalia giolittian (...)
  • 14 Pour une orientation bibliographique, je me limite à signaler G. Barbalace, Riforma e governo munic (...)

18La Constituante de 1906 signe en fait la nette victoire du courant démocratique et le début d’une phase nouvelle pour une maçonnerie italienne cherchant à occuper un rôle politique d’une manière plus affirmée. La conséquence immédiate est qu’elle devient le lieu idéal pour développer la cohésion d’une partie importante de la gauche italienne d’inspiration réformiste13. Le Grand Orient et les simples loges sont ainsi en première ligne dans la constitution du Bloc Populaire, alliance électorale entre les différents partis politiques progressistes qui, dans de nombreuses cités, entraîne les débuts d’une administration des communes par la gauche. A Rome est ainsi élu maire l’ancien Grand Maître Nathan qui dirige, entre 1907 et 1913, une équipe dont la politique se caractérise par une vaste entreprise de réforme municipale14.

19La composante plus modérée, sortie défaite de l’assemblée de 1906, commence alors à alimenter une fronde interne qui se transforme en dissension ouverte durant deux ans. En 1908, la crise entraînée à la chambre par la motion proposée contre l’enseignement religieux à l’école par le député socialiste Leonida Bissolati qui, suivant la consigne du Grand Maître, ne devait pas rencontrer de vote contraire de la part des députés maçons, atteint son sommet. Le projet de faire fusionner les maçons pratiquant les grades symboliques avec les frères du Rite écossais, hostiles à cette attitude, et menés par le pasteur protestant Saverio Fera, aboutit alors à la formation d’une nouvelle obédience qui prendra plus tard le nom de son siège : Piazza de Gesu.

  • 15 F. Cordova, op. cit., p. 292-293.
  • 16 La copie des deux documents est conservée aux Archives Historiques Nationales de Salamanque. Je rem (...)

20La presse de l’époque vit, dans cette naissance, une manœuvre de Giolitti qui engageait alors il est vrai une opération de rapprochement avec les catholiques et était donc intéressé par l’affaiblissement de la cohésion du Bloc Populaire en vue des élections à venir. Cet événement était ainsi considéré, comme l’observe Ferdinando Cordova, comme une tentative de « déplacer le balancier politique vers la droite » et, quoi qu’il en soit vraiment, de mener le dessein de « faire reculer les intentions démocratiques de la franc-maçonnerie et son crédit devant l’opinion publique en la dénonçant comme étant prisonnière des forces politiques extrémistes »15. Dans une circulaire du 29 août 1908, Saverio Fera accuse d’ailleurs le Grand Orient d’Italie d’avoir transformé la franc-maçonnerie en une « société politique subversive [...] professant un athéisme et une incrédulité le plus souvent intolérante ». Dans un document daté du 8 août précédent, il avait également écrit : « La franc-maçonnerie n’est et ne doit pas être un parti politique. La discipline qui est imposée permet de rendre consciente le caractère intolérable de la Tyrannie qui doit s’expliquer dans l’action politique quotidienne »16. Il réitère sa dénonciation contre l’obédience du Palazzo Giustiniani qu’il juge asservie aux intérêts du Parti socialiste et à laquelle il reproche d’être trop hospitalière envers les courants révolutionnaires et le mouvement anarchiste.

  • 17 Cf. F. Cordova, op. cit. p. 229.
  • 18 Cf. Z. Ciuffoletti, Storia del Psi. 1. Le origini e I’età giolittiana, Roma-Bari, Laterza, 1992, p. (...)

21De fait, le tournant démocratique de 1906 a bien servi à resserrer les liens entre les maçons du Palazzo Giustiniani et les socialistes qui, l’année précédente, avaient pourtant proposé un référendum visant à établir l’incompatibilité entre l’appartenance au parti et à la maçonnerie. Ce dernier se révèle alors un échec puisque le nombre d’adhérents du parti se prononçant pour l’expulsion n’était que de 9 163 sur un total de 37 92117. La nouvelle orientation du Grand Orient met ainsi en veilleuse la polémique et facilite le retour à un climat de collaboration fraternelle et de solidarité d’autant que, durant cette période, le leadership du parti fut entre les mains du courant réformiste. La question de l’incompatibilité est donc écartée jusqu’en 1912, date à laquelle les plaies ouvertes par la Guerre de Libye la relancent, produisant leur effet en 1914. Au Congrès d’Ancône, en 1914, est en effet approuvé par 27378 voix un ordre du jour présenté par Giovanni Zibordi et Benito Mussolini qui établit pour les maçons l’incompatibilité avec l’appartenance au parti et prévoit leur expulsion18. Le fort engagement de la maçonnerie en faveur de la guerre a alors représenté un ultime élément de rupture avec le parti socialiste et empêché toute possibilité de future entente.

  • 19 G. Padulo, « Contributo alla storia della massoneria da Giolitti a Mussolini », Annali dell’Istitut (...)

22« Depuis Ancône, note ainsi Gerardo Padulo, pour la franc-maçonnerie, le front où se situe son combat n’est pas seulement celui contre le clergé car il s’agit aussi d’aller procéder à la reconquête de nombreuses parties de la société civile ; à cela, s’ajoute le combat contre les socialistes. Depuis Ancône se dessine très clairement que les ennemis sont le Noir et le Rouge »19.

  • 20 « I massoni italiani e i partiti politici », Acacia, juin-août 1913, p. 81.

23En 1913, d’après la Revue officielle du Rite symbolique Acacia, les maçons inscrits au Parti socialiste peuvent être cependant estimés à 2000. D’un point de vue politique, les frères du Grand Orient présentent en réalité toujours une grande diversité : les monarchistes constitutionnels seraient 28,14 %, les radicaux 23,11 %, les républicains 13,41 %, les socialistes (révolutionnaires et réformistes) 11,13 % et ceux qui ne sont pas inscrits à un parti politique 22,21 %. « Comme on le constate, conclut la revue, plus de la moitié des Frères sont monarchistes (constitutionnels ou radicaux) : 51,25 % ; mais il sont certainement bien plus si on attribue aux monarchistes la plupart de ceux qui n’ont pas de couleur politique ou ne se reconnaissent en aucun parti »20.

  • 21 G. Padulo, op. cit., p. 306.
  • 22 G. Orsina, Senza Chiesa né classe. Il partito radicale nell’età giolittiana, Roma, Carocci, 1998, p (...)

24Si l’on fait abstraction des légères inexactitudes contenues dans ce pourcentage (la somme totale atteint ainsi 98 % et non pas 100 %), on voit également émerger une relative progression de la politisation de la fraternité. A peu près quatre maçons sur cinq sont en effet en possession d’une carte d’un parti politique. En outre, « ce ne sont pas forcément des militants de base mais plutôt des cadres moyens et importants de ceux-ci »21. Un autre élément apparaît aussi clairement : c’est la forte présence à l’intérieur de l’Ordre des courants du Parti radical, lequel devient sous l’ère giolitienne l’interlocuteur principal du Grand Orient d’Italie. Parlant de ce sujet, Giovanni Orsina a bien compris les motifs qui sont à la base des affinités théoriques et pratiques entre la maçonnerie et ce parti en 1905. Selon lui, « l’idéologie démocratique (sans qu’un adjectif qualificatif particulier soit accolable à ce terme) qui caractérise le Parti radical (elle est tendanciellement mais pas explicitement collectiviste, elle prône la confiance dans la souveraineté populaire sans être ouvertement républicaine) est à la fois une voie dans laquelle la maçonnerie peut s’engager sans renoncer à ses principes fondamentaux et aussi une sorte de plus petit dénominateur commun que tous les courants politiques internes à l’Ordre, du libéral au socialiste, peuvent accepter. Pour ne pas être rattaché à une nuance particulière de la démocratie et pour continuer à s’intéresser aux combats anticléricaux et progressistes, le libre maçon finit par devenir radical »22.

  • 23 M.S. Piretti, « Una vittoria di Pirro : la strategia politica di Gentiloni e il fallimento dell’int (...)

25Pour ne pas heurter le milieu monarchiste-libéral, la maçonnerie ne manque pas ainsi d’adresser à sa propre intention qu’elle cherche avant tout à favoriser l’agrégation et l’organisation de toutes les forces qui se reconnaissent dans le projet de défense de l’état laïque et qui peuvent inverser le projet giolittien de rapprochement avec les catholiques. C’est tout particulièrement évident en 1913 quand l’exigence de renforcement du front anticlérical est rendue plus urgente en raison de la proximité de la première élection au suffrage universel masculin et de l’accord électoral se profilant entre Giolitti et les catholiques. Analysant les conditions de cet « accord Gentiloni » Maria Serena Piretti considère que celui-ci donnait plus pour « objectif principal à la messe, dans le camp de l’électorat catholique, de creuser un fossé contenant l’influence radicale » que de tenter de barrer la poussée socialiste. La conséquence de cela, dans une perspective de plus long terme, allait être que la diabolisation de la pensée radicale allait ouvrir la porte à cette « version nationaliste » de la lecture politique de la modernisation poussant à la consolidation d’un bloc divers moins réceptif envers le vieux laïcisme libéral maçonnique »23.

  • 24 La circulaire est reproduite dans G. Padulo, op. cit., p. 308. Sur le Parti démocrate-constitutionn (...)

26Au-delà de la garantie d’un soutien considérable aux radicaux et de la mobilisation de toutes les ressources en vue des élections, la franc-maçonnerie se fait franchement l’inspiratrice et le levain d’une nouvelle force politique, le Parti démocrate-constitutionnel, dont l’intention est d’être un pôle d’attraction pour des éléments du libéralisme progressiste et de fissurer la base de la majorité giolittienne. Présent auparavant en 1906 et en 1907 mais circonscrit longtemps à la capitale, le Parti démocrate-constitutionnel tient son premier Congrès national à Rome en mai 1913 et le Grand Orient développe alors une grande activité dans le but de recueillir des adhésions et de garantir la réussite de cette initiative. Tous ses inscrits, « même ceux des partis plus avancés », s’engagent clairement « à coopérer pour que se constituât une forte organisation de députés obéissant à des directives laïques et démocratiques, laquelle ferait barrage contre l’invasion cléricale. Sinon, comme il fut lu dans une circulaire réservée aux vénérables de loges, les partis réactionnaires finiraient par engager dans leur propre rang ou par détruire chaque de ceux qui sont liés aux actuelles institutions mais qui veulent avoir une orientation fermement laïque, sincèrement démocratique »24.

  • 25 Sur cet événement, cf. M. Tesoro, I repubblicani nell’età giolittiana, Firenze, Le Monnier, 1978, p (...)
  • 26 Sur cette figure cf. E. Falco, Salvatore Barzilai. Un repubblicano moderno tra massoneria e irreden (...)

27Assez étroit est aussi le rapport entretenu entre la maçonnerie et le Parti républicain qui commence pourtant, durant cette période, à se déchirer. Les tensions liées à la Guerre de Libye ont produit en effet une fracture entre le groupe parlementaire, lequel est favorable à l’entreprise au point de voter le décret d’annexion de la Cyrénaïque et de la Tripolitaine, et la base du parti qui est attachée à des positions intransigeantes et contraires à toute convergence avec le gouvernement monarchique25. Pour une décennie, de 1902 à 1911, le leadership du parti allait être entre les mains de la composante démocratique et évolutionniste. Or, un de ses dirigeants de premier plan, Salvatore Barzilai, député depuis 1890 du 5e collège de Rome, est en même temps un haut dignitaire du Grand d’Orient d’Italie26. Toutefois, au Congrès d’Ancône, en 1912, le rapport de force s’inverse au profit de la fraction intransigeante guidée par Giovanni Conti et Oliviero Zuccarini. Ceux-ci obtiennent la majorité et, en novembre suivant, Barzilai doit remettre sa démission du parti. Lui-même devient l’image des caractères négatifs de la politique du Parti républicain durant la décennie qui précède, c’est-à-dire de la tendance au compromis, de l’adoucissement du préjugé antimonarchique, de la faible défense des libertés civiles, d’une dépendance du Parti radical qui lui fait perdre sa propre identité. Et la responsabilité de tous ces maux vient en grande partie des Républicains maçons qui ont subordonné la politique du parti à la stratégie du Grand Orient. A la veille de la Première Guerre mondiale, la politique du Grand Orient a donc fait son temps et le Parti républicain réclame un retour à la tradition antimilitariste et antidynastique. Néanmoins, ils ne vont jamais jusqu’à mettre en place l’incompatibilité de l’appartenance au parti avec celle à la maçonnerie.

3. De la campagne en faveur de la guerre à la montée du fascisme

  • 27 L. De Prosperi, « La politica estera della democrazia massonica e bloccarda », L’Idea Nazionale, 6 (...)
  • 28 Sur le rôle avoué de la maçonnerie dans la révolution des Jeunes Turcs, cf. E. Kedourie, « Young Tu (...)
  • 29 « Per l impresa di Tripoli », Rivista Massonica, octobre 1911.

28A partir de 1911, la franc-maçonnerie italienne subit une violente attaque du mouvement nationaliste. A travers L’Idea nazionale, son principal organe de presse, celui-ci accuse en effet les francs-maçons de comploter contre les intérêts de la nation et de soumettre l’idéal patriotique « à sa propre idéologie fondée sur le grand chaos de l’humanisme universel »27. Depuis le déclenchement de la Guerre de Libye, le mouvement nationaliste rappelle également l’appui donné dans le passé par le Grand Orient d’Italie à la révolution des Jeunes Turcs, l’accusant ainsi explicitement d’antipatriotisme et de turcophilie28. La déclaration officielle d’Ettore Ferrari le 29 septembre 1911, le jour même de la déclaration des hostilités contre la Turquie, dans laquelle il soutient sans nuances que « notre drapeau tricolore s’engage dans une lutte pour la prédominance civile et le progrès humain, embrassant le soleil de la victoire »29, n’atténuera pas cette agressivité.

  • 30 Sur ce problème, cf. F. Cordova, Agli ordini del serpente verde. La massoneria nella crisi del sist (...)

29En 1913, la démission de la franc-maçonnerie du général Fara va fournir un élément supplémentaire pour alimenter la polémique, en soulevant le problème délicat de l’appartenance à la maçonnerie des militaires et des magistrats30.

  • 31 « Massoneria e esercito », Corriere della Sera, 6 maggio 1913. Cf. aussi : « Fara e la massoneria » (...)
  • 32 Les ripostes au questionnaire de L’Idea Nazionale ont été rassemblés dans le volume Inchiesta sulla (...)

30Particulièrement forte fut à cette occasion la condamnation des grands journaux comme le Corriere della Serra qui voyaient dans cet événement le présage de « la libération de l’Italie de la pieuvre maçonnique, celle-ci étant de la responsabilité morale et sociale de la bourgeoisie »31. Le 24 août 1913, dans les pages de leurs journaux, les nationalistes portent une attaque décisive en faisant la promotion d’une enquête sur le caractère de la maçonnerie et sur l’influence qu’elle exercerait sur la société italienne. Appelés à se prononcer, des députés, des sénateurs, des magistrats, des universitaires, des fonctionnaires publics expriment massivement un jugement négatif sur celle-ci, définissant le secret de cette institution comme étant recouvert d’anachronisme, contraire au caractère démocratique de l’Etat libéral et la manifestation de préoccupations favorable à la mise en place d’une solidarité gangrenant l’administration publique32.

  • 33 Cf. A.M. Isastia, « La massoneria al contrattacco : « L’Idea Democratica » di Gino Bandini », Dimen (...)

31L’écho de cette enquête est énorme et une vague de discrédit frappe l’Ordre, contraignant celui-ci à réagir. Parmi les premières mesures prises, on doit noter la publication d’un hebdomadaire, L’Idea Democratica, lequel vit le jour le 9 novembre 1913 et devint l’instrument de communication le plus important entre l’institution maçonnique et le monde profane. Pour le diriger, on alla chercher Gino Bandini, membre de l’éxécutif du Grand Orient d’Italie et également conseiller du Parti radical italien33. Au sommet du Palazzo Giustiniani, il apparaît en fait clairement que l’objectif des nationalistes est d’incriminer au Grand Orient d’Italie la mise en place du Front démocratique, le protagoniste de la formation du Bloc populaire, frappant en fait l’organisation qui ne constituait pas la principale inspiratrice de celui-ci mais qui, en raison de son caractère original, semblait plus fragile.

32Ainsi, si les nationalistes dénonçaient le front antipatriotique de la maçonnerie, c’était en fait pour attaquer les partis du vieux monde politique qui s’identifiaient à elles (les libéraux progressistes, les radicaux, les démocrates et les socialistes réformistes) à la veille du rendez-vous électoral crucial d’octobre-novembre 1913.

  • 34 Cf. B. PISA, Nazione c politica nella Società « Dante Alighieri », Roma, Bonacci, 1995.

33La plus grave accusation faite au Grand Orient d’Italie, à savoir d’être une organisation antipatriotique, était en effet un prétexte et foncièrement dépourvue de fondement. En ce qui concerne « l’italianité », le Grand Orient d’Italie n’acceptait de leçon de personne : malgré l’idéologie universaliste des statuts et l’adhésion, pourtant convaincue, aux luttes de l’internationalisme pacifiste, toute l’activité italienne depuis 1860, a été imprégnée d’un sens fort de nationalité et d’appartenance à la patrie34.

  • 35 Se reporter aussi vers F. Conti, op. cit.

34L’attachement aux institutions et à la dynastie, l’engagement profond pour défendre la langue italienne (à travers notamment une association comme Dante Alighieri qui était une émanation maçonnique35), le soutien au mouvement irrédentiste, la promotion de fêtes et rituels civiques montraient que l’élaboration par les maçons d’une véritable pédagogie patriotique bénéficiant aux masses populaires était une évidence.

35L’éclatante confirmation de cela apparaît en 1914, avec le début de la guerre, lorsque la maçonnerie partagea à plusieurs égards le destin de la IIe Internationale. Or, à cette occasion, la tendance irrédentissime et nationaliste est écrasante, le pacifisme étant réduit comme neige au soleil, la maçonnerie devenant même un des principaux soutiens auprès du camp interventionniste. Après l’entrée en guerre, elle joue d’ailleurs un rôle de premier ordre dans l’encadrement des organisations patriotiques en donnant naissance à l’organisation d’un front interne et il est certain que c’est au cours de la guerre que la franc-maçonnerie retrouve un rôle central dans la dynamique politique de la société italienne qu’elle avait perdu depuis la fin de la période giolittienne.

  • 36 Cf. G. Bandini La Massoneria per la guerra nazionale (1914-1915). Discorso tenuto a Palazzo Giustin (...)

36Ce tournant se caractérise spécialement, après Caporetto, par un raidissement des positions antisocialistes et, au nom de la lutte contre le défaitisme, il s’accompagne de frémissements réactionnaires. Gino Bandini lui-même, sous-lieutenant de l’armée, illustre, lors de la commémoration du 9e anniversaire de l’entrée en guerre, les mérites de l’institution et les activités qu’elle a déployées avant et durant le conflit36.

  • 37 Sur le Congrès de Paris, cf. A.M. Isastia, « Ettore Ferrari, Ernesto Nathan e il congresso massonic (...)
  • 38 « La parola del Gran Maestro », Rivista Massonica, 30 novembre 1916.
  • 39 Cf. L. Karpowicz, « La Massoneria a Fiume : contributo per la storia dello Stato libero di Fiume »,(...)

37Retrouvant un rôle politique et social central, la maçonnerie ne connaît en fait durant cette période qu’un véritable moment de difficulté, après le Congrès maçonnique de Paris en juin 1917 quand la délégation italienne est accusée d’avoir la responsabilité d’un ordre du jour dans lequel elle se contente de souhaiter le retour dans le giron italien de seulement Trente et de Trieste37. Mais la difficulté est provisoire. Les autres territoires ne sont pas en effet oubliés et, comme l’écrit le Grand Maître le 8 novembre précédent, « géographiquement et historiquement, en raison d’une tradition millénaire, la Dalmatie est italienne et nous voulons que la terre où écrivit Ugo Foscolo et où naquit Niccolo Tommaseo, la terre qui est bordée par notre mer et porte dans ses parcelles les vestiges romains et l’empreinte du lion vénétien soit aussi politiquement reconnue italienne »38. Et, si quelques doutes pouvaient subsister au sujet du sentiment des maçons, ils sont écartés en raison de la contribution des hommes et des moyens avec lequel le Grand Orient d’Italie participe à la prise de Fiume39.

38Au lendemain de la guerre, la maçonnerie apparaît donc comme pleinement légitimée auprès d’une large partie de l’opinion comme étant une organisation très patriotique, proche de la position du ministère et d’autant plus éloignée de celle des socialistes que le Parti socialiste est dirigé par le courant maximaliste. Cependant, ce patrimoine de crédibilité et d’influence potentielle sur la vie politique de l’après-guerre que cet état d’esprit pouvait garantir allait s’avérer inutile dans le contexte de changement de contexte politique et social que connaissait l’Italie.

39Les progrès de la société de masse, l’introduction de la proportionnelle et le fort élargissement du corps électoral qu’entraîna la période rouge (Bienno Rosso), la naissance d’un parti catholique et la consolidation du Parti socialiste, la décomposition et le redimensionnement chaotique des forces auxquelles la maçonnerie avait contribué jusqu’au moment de son propre apogée : tous ces éléments ont en effet contribué, d’un côté à marginaliser la franc maçonnerie, de l’autre à la pousser, au nom d’un commun patriotisme, vers le mouvement fasciste naissant sinon vers quelques organisations combattantes bien que leurs traditions soient séparées et leurs idéaux différents.

  • 40 G. Bandini, op. cit., p. 127.

40Dans le discours déjà cité du 24 mai 1924, Bandini constate d’ailleurs avec lucidité la portée de cette évolution : « la triste nécessité est de reconnaître que, quel que soit l’avenir, le pouvoir d’influence et de contrôle de la vie nationale que nous avons eu durant la période de neutralité et de la guerre, comme auparavant lors tant d’autres moments de notre histoire, a disparu avec les manes de la guerre finissante [...] et la vie de notre pays n’est plus aussi perméable qu’autrefois à notre pensée et à notre sentiment. Elle a pris d’autres voies ou d’autres chemins »40.

41La présence en mars 1919, à Milan, de nombreux maçons du Palazzo Giustiniani sur la place du Saint-Sépulcre au moment où sont lancées les bases des Faisceaux italiens de combat est prouvée et il est également certain qu’à l’occasion de la marche sur Rome ou à d’autres occasions, il n’a pas manqué de loges ou de simples affiliés à la maçonnerie montrant une adhésion au fascisme et un solide soutien au projet de Mussolini.

  • 41 Cf. R. DE Felice, Mussolini il fascista, I, La conquista del potere, 1921-1925, Torino, Einaudi, 19 (...)
  • 42 F. Cordova, « Massoneria e fascismo », (sld A M. Isastia), Il progetto liberaldemocratico di Ettore (...)

42Toutefois, autant la documentation est suffisante pour prouver l’approbation quasi-inconditionnelle de la Piazza del Gesù au duce par sa voie officielle, et en particulier par celle de son chef Raoul Palermi41, autant cela n’est pas vrai en ce qui concerne le Palazzo Giustiniani. Sur cette question précise, on doit d’ailleurs rappeler les précautions méthodologiques que nous soulignons et que partagent d’autres auteurs. Elles mettent en avant l’incapacité de « recourir à une désignation unique pour qualifier le comportement des maçons en raison des affiliations incertaines, du fait que certains sont « en sommeil » ou ont évolué après leur initiation, les attitudes étant étrangères à la discipline des loges »42. On se doit aussi de distinguer les actions des maçons individuellement des choix et des décisions officielles des institutions auxquelles ils appartiennent. Et il faut avoir conscience enfin, pour avoir une vision complète du problème, que, s’agissant de ces décisions, il est nécessaire également de tenir compte de la réalité du contrôle du corps maçonnique au niveau inférieur et au niveau individuel.

  • 43 Asgoi, Verbali della giunta del Consiglio dell’Ordine, séance du 5 octobre 1919.
  • 44 Cf. F. Cordova, op. cit., p. 126 s.
  • 45 Traduction de la citation de la circulaire aux loges du 19 octobre 1922 reproduite dans D. Torrigia (...)

43En octobre 1919, intervenant au Conseil de l’Ordre, Domizio Torrigiani, le nouveau Grand Maître, précisait que la maçonnerie n’avait « aucun rapport »43 avec Mussolini mais, de ce point de vue, la situation subira de substantiels changements entre cette date et les années suivantes. Jusqu’en octobre 1922, il n’y a aucune raison d’exclure en effet, vu la documentation disponible, que la maçonnerie ait entretenu des relations directes, officielles avec Mussolini et que, en tant qu’association, elle ait contribué à la montée du fascisme44. L’attachement du Grand Orient d’Italie a n’avoir aucune confrontation avec Mussolini est clair : sa position est marquée par l’indulgence et la participation active en 1919 1920 lorsque, comme l’admet Torrigiani, « elle donna vie et alimenta ce mouvement dans sa phase initiale avec des noyaux de frères de haut niveau »45. Une ligne beaucoup plus prudente et beaucoup plus critique se développe pourtant à partir de 1921 quand le déchaînement de violences des Squadre conduit les autorités maçonniques à soutenir la vigilance contre les libertés communes.

  • 46 Asgoi, Verbali della giunta del Consiglio dell’Ordine, séance du 24 février 1921.

44Lors de la séance du 24 février 1921, la franc-maçonnerie, d’après ses dirigeants, « ne doit prendre aucune responsabilité dans le fascisme et les frères qui ont des contacts avec ce mouvement doivent travailler à empêcher toute violence inutile et inhumaine et à faire perdre les couleurs antidémocratiques en devenant une tendance spirituelle du patriotisme et du renouveau démocratique de la vie italienne »46.

  • 47 « Grande Oriente d’Italia. Circolare n. 23 », Rivista Massonica, décembre 1921.

45Dans une circulaire diffusée le 22 décembre 1921, Torrigiani, revenant sur le fascisme, précisa le fossé existant avec la franc-maçonnerie et celui-ci en ces termes : « la défense de l’Etat contre la menace de la dictature ouvrière et contre la folie anarchiste, la défense de la nation et de nos morts contre la défense des plus bas instincts étouffant la conscience italienne dans la dépréciation de nos victoires et dans le mépris affecté pour chaque glorieux héros sont des pages très nobles et nous nous satisfaisons que nos frères les aient en partie écrites. Mais la violence, sacrée quand il s’agit de se lever contre la violence, ne peut se transformer en mode ordinaire de lutte civile. Il est juste qu’hier elle était prête à répondre aux attaques d’une classe agissant contre la patrie mais cela va sans dire que l’habitude d’écraser les autres ne peut recevoir de notre part que la plus grande désapprobation »47.

46Face à la précipitation des événements, le Grand Orient d’Italie ne pense certes pas avoir à « ériger des barricades » mais il finit par partager les préoccupations d’une large partie du monde politique et de l’opinion libérale.

  • 48 R. De Felice, op. cit., I. p. 351.

47Ainsi, on retiendra, comme l’écrit Renzo De Felice, qu’il est désormais nécessaire « de participer au fascisme, mais autant par esprit constitutionnel que pour sortir le pays de l’état de précarité incertaine dans lequel il se débat |...] Plus tard, il y eut, d’un côté, l’espérance que la présence de frères dans le mouvement fasciste pouvait contribuer à le faire évoluer vers une autre voie et, de l’autre côté, la crainte qu’une évolution différente ferait le jeu de la Piazza del Gesu qui était plus proche du fascisme et qui donnait à cette occasion l’impression de vouloir sacrifier sur l’autel de sa lutte contre le Grand Orient une bonne part de ses scrupules démocratiques et légalistes »48.

48Cette position émerge clairement dans la circulaire de Torrigiani envoyée aux loges le 19 octobre 1922, à la veille de la marche sur Rome. Le fascisme dont il parle est alors vu comme « un grand phénomène politique » qui « devait correspondre, plus ou moins obscurément, au besoin profond de la nation [...] Son arrivée au pouvoir s’insère dans une évolution que le pays devait accomplir « pour faire sortir » de son sein une nouvelle classe dirigeante ».

  • 49 D. Torrigiani, op. cit., p. 12-14.

49Dans le cadre de cette grande crise « rénovatrice », le fascisme ne serait ainsi qu’un épisode. Et, du reste, cette perspective pouvait correspondre à une nécessité concernant la vieille classe dirigeante, détruisant « en partie la valeur d’hommes qui n’avaient pas assez vu la déficience de la pensée, de l’action, de la concorde et de la confiance ». Certes, les principes fascistes se heurtaient à l’idée même de démocratie. Mais Torrigiani se montrait confiant : « la moyenne bourgeoisie idéaliste qui inspire le fascisme et qui prédomine ne peut en effet réussir à fonder une oligarchie ou à dominer la liberté ». Si cela advenait, la maçonnerie se déclarait alors prête à utiliser tous les moyens. Ainsi, selon le même Torrigiani, si « cela [le fascisme] supprimait la liberté ou diminuait les libertés individuelles, toutes étant essentielles, et s’il imposait une dictature, une oligarchie, tous les maçons libres sauraient quel devrait être leur devoir : ils savent que la seule cause sacrée pour laquelle il peut vivre ou mourir est la tradition glorieuse et héroïque qui leur est enseignée. Mais nous ne croyons pas à cette menace ». Par conséquent, il conclut : « une force nouvelle commence à participer à la vie de la nation. La franc-maçonnerie ne peut pas souhaiter que cette arrivée ne soit pas bonne pour l’Italie »49.

  • 50 ibid., p. 15.
  • 51 Cf. aussi en ce sens : M. Terzaghi, Fascismo e Massoneria, Milano, Editrice Storica, 1950, p. 61 ss

50A cette circulaire succède, le 3 novembre, la maladroite lettre de félicitations et de voeux envoyés à Mussolini par laquelle Torrigiani cherche à retrouver rapidement un crédit auprès du leader fasciste50. Mais ce dernier a alors fait ses choix. Le 13 février 1923, le Grand Conseil Fasciste décide en effet d’établir l’incompatibilité entre l’appartenance au Parti National Fasciste et à la franc-maçonnerie, une décision qui est un présupposé pour opérer la fusion qui arrive quelques jours plus tard entre le Parti National et le Parti Fasciste. Cela témoigne d’un tournant décisif dans le rapport entre maçonnerie et fascisme car cela achève le vieux travail de sape antimaçonnique des nationalistes et l’établissement d’une nette opposition avec le Grand Orient d’Italie qui, pour quelque temps encore, épargne encore la Piazza del Gesù51. A cette évolution ne fut pas non plus étrangère l’exigence de Mussolini d’être attentif à la confrontation avec l’Eglise catholique, la politique menée vis-à-vis de celle-ci étant un point essentiel pour le crédit et la légitimation de son gouvernement sur la scène intérieure et internationale.

  • 52 Pour une approche du problème, cf. A. A. Mola, Storia della Massoneria italiana, cit., p. 512 ss. e (...)

51De cela découla une féroce campagne antimaçonnique qui trouve un ample accueil dans la presse pendant un court moment. Les ravages que les Squadre font subir aux loges entre 1923 et 1925 sont d’ailleurs leur corollaire. Ainsi, l’épilogue de cette période, en novembre 1925, semble inéluctable : avec le vote des lois sur les associations entraînant de facto la mise au ban de la maçonnerie, on a là une étape décisive dans le processus de construction de la dictature52.

Notes

1 Cf. F. Cordova, Massoneria e polilica in Italia, 1892-1908, Roma-Bari, Laterza, 1985, p. 75 et suivantes.

2 Pour une approche de l’engagement maçonnique de Nathan, cf. A.A. Mola, « Ernesto Nathan e la massoneria », Roma nell’età giolittiana. L’amministrazione Nathan, Roma, Edizioni dell’Ateneo, 1986, p. 253-303 ; G. Schiavone, Scritti massonici di Ernesto Nathan, Foggia, Bastogi, 1998. Pour un profil biographique, cf. G. Spadoliniet C. Ceccuti, « Ernesto Nathan », I potagonisti dell’intervento pubblico in Italia, (sld A. Mortara), Milano, Angeli, 1984, p. 147-177 ; A.M. Isastia, Ernesto Nathan. Un « mazziniano inglese » tra i democratici pesaresi, Milano, Angeli, 1994.

3 La circulaire qui fut largement diffusée dans la presse est reproduite dans F. Cordova, op. cit., p. 63.

4 « Il compito massonico. Discorso inaugurale del Gran Maestro Ernesto Nathan alla Conferenza Massonica Nazionale. Torino, 20 settembre 1898 », Rivista della Massoneria Italiana, août-octobre 1898 (également dans G. Schiavone, Scritti massonici di Ernesto Nathan, op. cit., p. 54).

5 Pour une lecture récente et objective de la fin du siècle cf F. Barbagallo, « Da Crispi a Giolitti, Lo Stato, la politica, i conflitti sociali », in Storia d’Italia, 3. Liberalismo e democrazia, 1887-1914 (sld G. Sabbatucci et V. Vidotto), Roma-Bari, Laterza, 1995, p. 48 et suivantes.

6 ibid.

7 Archives Historiques du Grand Orient d’Italie (Asgoi), Verbali del Consiglio dell’Ordine, séance du 22 juillet 1900.

8 Cf. « L’azione massonica nelle elezioni politiche », Rivista della Massoneria Italiana, 28 février 1897 et : « Per le elezioni politiche », ibid., 31 mai 1900.

9 Le texte est reproduit dans : Rivista della Massoneria Italiana, 31 août 1900.

10 Pour des développements fournis sur ce sujet, cf. F. Conti, « Fra patriottismo democratico e nazionalismo. La massoneria nell’Italia liberale », Contemporanea, II, 1999, no 2, p. 221-248 et « Les liturgies de la patrie. Francmaçonnerie et identité nationale dans l’Italie unie », Les francs-maçons dans la cité. Les cultures politiques de la Franc-maçonnerie en Europe, XIXe-XXe siècle, (sld de L.P. Martin), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2000, p. 77-96.

11 « Assemblea Costituente Massonica », Rivista della Massoneria Italiana, 31 mars 1906.

12 Ibid.

13 Sur le tournant de 1906, cf. E. Decleva, « Anticlericalismo e lotta politica nell ltalia giolittiana, II, L’estrema sinistra e la formazione dei blocchi popolari (1905-1909) », Nuova rivista storica, L. III, 1969, p. 550 et s.

14 Pour une orientation bibliographique, je me limite à signaler G. Barbalace, Riforma e governo municipale a Roma in età giolittiana, Napoli, Liguori, 1994 ; ibid. « Il « laboratorio » Montemartini e l’esperimento del blocco popolare a Roma (1907-1913) », Il Comune democratico. Riccardo Dalle Mole e l’esperienza delle giunte bloccarde nel Veneto giolittiano (1900-1914), (sld R. Camurri), Venezia, Marsilio, 2000, p. 37 61 (lequel renvoie vers d’autres références).

15 F. Cordova, op. cit., p. 292-293.

16 La copie des deux documents est conservée aux Archives Historiques Nationales de Salamanque. Je remercie Marco Novarino de me l’avoir aimablement signalée et mise à la disposition.

17 Cf. F. Cordova, op. cit. p. 229.

18 Cf. Z. Ciuffoletti, Storia del Psi. 1. Le origini e I’età giolittiana, Roma-Bari, Laterza, 1992, p. 448.

19 G. Padulo, « Contributo alla storia della massoneria da Giolitti a Mussolini », Annali dell’Istituto italiano per gli studi storici, VIII, 1983-1984, p. 321-322.

20 « I massoni italiani e i partiti politici », Acacia, juin-août 1913, p. 81.

21 G. Padulo, op. cit., p. 306.

22 G. Orsina, Senza Chiesa né classe. Il partito radicale nell’età giolittiana, Roma, Carocci, 1998, p. 154-155.

23 M.S. Piretti, « Una vittoria di Pirro : la strategia politica di Gentiloni e il fallimento dell’intransigentismo cattolico », Ricerche di storia politica, IX, 1994, p. 35-36.

24 La circulaire est reproduite dans G. Padulo, op. cit., p. 308. Sur le Parti démocrate-constitutionnel, cf. H. Ullrich, La classe politica nella crisi di partecipazione dell’ltalia giolittiana. Liberali e radicali alla Camera dei Deputati, 1909-1913, t. I, Roma, Archivio storico della Camera dei Deputati, 1979. p. 146.

25 Sur cet événement, cf. M. Tesoro, I repubblicani nell’età giolittiana, Firenze, Le Monnier, 1978, p. 47 ss.

26 Sur cette figure cf. E. Falco, Salvatore Barzilai. Un repubblicano moderno tra massoneria e irredentismo, Roma, Bonacci, 1996.

27 L. De Prosperi, « La politica estera della democrazia massonica e bloccarda », L’Idea Nazionale, 6 mars 1913.

28 Sur le rôle avoué de la maçonnerie dans la révolution des Jeunes Turcs, cf. E. Kedourie, « Young Turks, Freemasons and Jews », Middle Eastern Review, 1971, n. 1, p. 99-104 ; S. Hanioglu, « Notes on the Young Turks and the Freemasons (1875-1908) », Middle Eastern Studies, 1989, n. 2, p. 186-197 ; A. Iacovella, Il triangolo e la mezzaluna. I Giovani Turchi e la Massoneria italiana, s.l., Istituto Italiano di Cultura di Istambul, 1997.

29 « Per l impresa di Tripoli », Rivista Massonica, octobre 1911.

30 Sur ce problème, cf. F. Cordova, Agli ordini del serpente verde. La massoneria nella crisi del sistema giolittiano, Rorna, Bulzoni, 1990, p. 57 ss.

31 « Massoneria e esercito », Corriere della Sera, 6 maggio 1913. Cf. aussi : « Fara e la massoneria », La Stampa, 13 avril 1913.

32 Les ripostes au questionnaire de L’Idea Nazionale ont été rassemblés dans le volume Inchiesta sulla massoneria, préface d’E. Bodrero, Milano, Mondadori, 1925.

33 Cf. A.M. Isastia, « La massoneria al contrattacco : « L’Idea Democratica » di Gino Bandini », Dimensioni e problemi della ricerca storica, 1997, n. 1, p. 259-287.

34 Cf. B. PISA, Nazione c politica nella Società « Dante Alighieri », Roma, Bonacci, 1995.

35 Se reporter aussi vers F. Conti, op. cit.

36 Cf. G. Bandini La Massoneria per la guerra nazionale (1914-1915). Discorso tenuto a Palazzo Giustiniani il XXIV maggio 1924, Roma, Tip. Ferraguti, 1924.

37 Sur le Congrès de Paris, cf. A.M. Isastia, « Ettore Ferrari, Ernesto Nathan e il congresso massonico del 1917 a Parigi », Il Risorgimento, 1995, n. 3, p. 603-641.

38 « La parola del Gran Maestro », Rivista Massonica, 30 novembre 1916.

39 Cf. L. Karpowicz, « La Massoneria a Fiume : contributo per la storia dello Stato libero di Fiume », Archivio trimestrale, X (1984), n. 3, p. 313-331 ; A.A. Mola, « L’ultima impresa del Risorgimento : la Massoneria per D’Annunzio a Fiume (dalle carte di Giacomo Treves) », La liberazione d’Italia nell’opera della Massoneria, Foggia, Bastogi, 1990, p. 261-304.

40 G. Bandini, op. cit., p. 127.

41 Cf. R. DE Felice, Mussolini il fascista, I, La conquista del potere, 1921-1925, Torino, Einaudi, 1966, p. 347 ss.

42 F. Cordova, « Massoneria e fascismo », (sld A M. Isastia), Il progetto liberaldemocratico di Ettore Ferrari. Un percorso tra politica e arte, Milano, Angeli, 1997, p. 116. Cf. en outre A.A. Mola, Storia della Massoneria italiana dalle origini ai nostri giorni, Milano, Bompiani, 1992, p. 486 ss.

43 Asgoi, Verbali della giunta del Consiglio dell’Ordine, séance du 5 octobre 1919.

44 Cf. F. Cordova, op. cit., p. 126 s.

45 Traduction de la citation de la circulaire aux loges du 19 octobre 1922 reproduite dans D. Torrigiani, Massoneria e fascismo, Roma, La Poligrafica Nazionale, 1923, p. 11.

46 Asgoi, Verbali della giunta del Consiglio dell’Ordine, séance du 24 février 1921.

47 « Grande Oriente d’Italia. Circolare n. 23 », Rivista Massonica, décembre 1921.

48 R. De Felice, op. cit., I. p. 351.

49 D. Torrigiani, op. cit., p. 12-14.

50 ibid., p. 15.

51 Cf. aussi en ce sens : M. Terzaghi, Fascismo e Massoneria, Milano, Editrice Storica, 1950, p. 61 ss.

52 Pour une approche du problème, cf. A. A. Mola, Storia della Massoneria italiana, cit., p. 512 ss. et G. Vannoni, Massoneria, fascismo e Chiesa cattolica, Roma-Bari, Laterza, 1980. Quelques documents utiles sont reproduits dans : A. Livi, Massoneria e fascismo, Foggia, Bastogi, 2000.

Auteur

Professeur d’histoire contemporaine à la faculté des Sciences politiques de Florence

Eric Saunier (Traducteur)

Maître de conférences à l’université du Havre, CIRTAI

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540