Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Franc-maçonnerie et histoire : bilan et perspectives

 | 
Éric Saunier
, 
Christine Gaudin

Idéologies et pratiques (xviiie-xxe siècles)

Franc-maçonnerie et citoyenneté en Espagne au tournant du XIXe et XXe siècles

Luis P. Martin

Texte intégral

  • 1 Cf. Danilo Zolo, « La strategia de la cittadinanza », La cittadinanza. Appartenenza, identità, diri (...)

1L’utilisation du terme « citoyenneté » est, de nos jours, tellement galvaudée qu’il perd une grande partie de son sens. L’historiographie récente essaie de le replacer, d’abord, dans un cadre historique puis, en lui assignant les fonctions et les normes qui lui sont propres. Il est vrai que dès lors qu’on cherche à étudier les processus de construction de la citoyenneté, on rentre directement en concurrence – pour ainsi dire – avec la sociologie du politique et force est de constater que l’apport de l’histoire à cette vaste question doit permettre de dégager les différents points d’ancrage de ce processus dans la durée1.

  • 2 Cf. « La modernidad política de la Masonería », La logias masonicas en la modernización de la Espan (...)

2De leur côté, les études maçonniques en Espagne ont connu un essor important depuis les années 1980 ; néanmoins, face à l’avalanche des travaux il nous semble fondamental d’initier une lecture novatrice de l’histoire de la Franc-Maçonnerie espagnole qui ne se cantonne pas uniquement dans des analyses et des méthodes rébarbatives peu utilisables pour l’historiographie. Nous avons ainsi entamé une réflexion d’ensemble sur le rôle de la société maçonnique dans la construction de cette citoyenneté et sur sa participation à la mise en place de la société civile2. Ces travaux nous ont permis d’abandonner certaines formulations qui bornent la question du politique à des faits et gestes propres sans aucun rapport avec d’autres groupes qui interviennent dans le même champ d’activité. Cela se traduit par une sorte d’autisme historiographique. Nous avons donc à nous pencher sur les aspects variés qui montrent à chaque instant les productions politiques venant du monde maçonnique, à les interroger dans un cadre général, à les soumettre à des méthodes transdisciplinaires, à les confronter avec les autres formes de sociabilité ; en somme, à déceler une culture politique maçonnique dans les cultures politiques d’une société.

  • 3 Telle était notre idée lors de l’édition de l’ouvrage Les francs-maçons dans la cité. Les cultures (...)

3L’étude des questions relatives aux relations entre la franc-maçonnerie et la citoyenneté, adoptant cette perspective, répond à une question simple. Si l’Ordre est à la recherche de la cité idéale, où la fraternité et la solidarité des hommes sont universelles ; si dans chaque loge on bâtit le citoyen idéal, la Franc-Maçonnerie – inévitablement – développe une casuistique de la citoyenneté, une réflexion sur le citoyen et un concept de la cité et il est urgent et important de répondre à cette question3.

4Cette intention présentée, signalons également que, si on aborde le sujet en partant des approches classiques de la tradition politique française – ce que l’on fait habituellement – l’exploitation du matériel sera conditionnée par le concept univoque d’une citoyenneté républicaine et/ou révolutionnaire. Or, il n’est pas dit que la Franc-Maçonnerie applique les yeux fermés la culture politique dominante. Par ailleurs, il est toujours utile de rappeler les origines britanniques de l’Ordre, ce qui nous met tout de suite en garde contre les dangers d’un usage trop facile et trop rapide de certaines applications des concepts politiques. Cela dit, nous sommes conscients du poids de la tradition républicaine dans les sociétés maçonniques latines quant à l’interprétation de la citoyenneté (tout comme à celle de la laïcité) ; cependant, peut-être est-il temps de se pencher vers des nouveaux traitements, vers d’autres points d’appuis, vers d’autres méthodes fondées dans le progrès de la sociologie politique et de la culture politique.

  • 4 T.H. Marshall, Citizenship and Social Class, Londres, Pluto Press, 1950. Pour une étude critique su (...)

5Notre contribution part donc de toutes ces réflexions. Sans procéder à un mimétisme méthodologique, c’est à travers les thèses développées par T.H. Marshall que nous avons choisi d’observer comment la Franc-Maçonnerie espagnole interprétait la « construction de la citoyenneté ». Cette démarche provient, en premier lieu, du fait qu’il nous semble intéressant de répondre à cette question en partant d’un auteur dont la culture politique propre (britannique), est éloignée des schémas espagnols et en second lieu, par les analyses conjuguées de Marshall. En effet, le politologue anglais articule sa thèse autour de trois axes : la citoyenneté civique d’où résultent les droits ; la citoyenneté politique qui concerne les modes d’expression et de participation ; enfin la citoyenneté sociale ou le droit de cité par la justice et la protection sociale4.

6Précisons enfin que le déroulement de chaque axe n’est jamais diachronique. Tout au long de la période que nous étudions, chacun est bien présent dans la Franc-Maçonnerie espagnole. La volonté de délimiter la citoyenneté à ces axes répond davantage à un désir de clarification qu’à un esprit de taxonomie. Bien entendu, tous les axes s’entrecroisent, mais le contexte dans lequel ils peuvent se manifester varie. Ainsi, la loi sur le suffrage universel de 1890 est l’occasion des débats dans les loges et d’éditoriaux dans la presse maçonnique alors que la citoyenneté sociale se manifeste bien avant les lois sociales votées en 1902.

1. La citoyenneté par le droit

  • 5 La Restauration de la dynastie des Bourbons en 1875 donne à l’Espagne un régime politique qui écart (...)

7La Franc-Maçonnerie espagnole connaît un contexte politique délicat à partir de 1875, avec la disparition de la première République provoquée par le coup d’Etat du Général Pavia, puis avec la restauration d’une monarchie parlementaire excluant de la participation politique tous ceux qui ne reconnaissent pas le roi Alphonse XII. Dans ce contexte, la plupart des républicains et démocrates se trouvent exclus de la scène politique, laquelle connaît alors une recomposition de son personnel. Ainsi, la figure de proue du nouvel establishment est Antonio Canovas del Castillo, qui représente les intérêts des sociétés de finances, de l’aristocratie agraire andalouse et de l’Eglise catholique. Cet avocat de Malaga défend le principe d’une démocratie reproduisant le modèle anglais, avec un système bicaméral et deux partis dominants la vie politique en alternance. L’idée de Canovas fut ainsi de faire coexister ce régime avec les caractéristiques propres d’un pays qui, dans le cadre du capitalisme libéral, était très en retard au niveau de son évolution sociale et économique. Son idée est appuyée par les libéraux dont le leader, Meteo P. Sagasta, a été Grand Maître du Grand Orient d’Espagne entre 1876 et 1880. De cet accord (connu sous le nom de Pacto del Pardo de 1885) entre conservateurs et libéraux découle l’établissement d’un système politique tiraillé entre des conservateurs catholiques peu enclins à accepter les droits des citoyens et des libéraux qui cherchent constamment à le déverrouiller pour permettre une participation plus grande. Ce régime ne put fonctionner qu’avec une forte dose de fraude électorale (le caciquismo) qui était en quelque sorte le mécanisme permettant l’alternance des deux partis au pouvoir, ce « système » étant le principe de fonctionnement du régime sans lequel ce dernier n’aurait pu trouver un équilibre. La preuve la plus évidente de la fragilité de celui-ci est cependant fournie par les crises survenues au XXe siècle quand ce pacte entre conservateurs et libéraux pour le partage du pouvoir se rompit et quand, par voie de conséquence, le régime sombra dans la décadence et la décomposition5.

8C’est dans ce cadre que la Franc-Maçonnerie espagnole va consacrer son énergie à faire évoluer le contexte politique. Selon les maçons, la construction du citoyen part en effet de la construction de la démocratie. Celle-ci n’étant que la traduction d’une norme juridique qui la légitime, elle est la base de la citoyenneté et d’un Etat de droit. L’Ordre, qui dans les loges accueille un grand nombre d’hommes de loi, réfléchit alors à partir de cette question qui est l’une des voix représentées dans la revendication d’une démocratie réelle et non usurpée.

9Partant de là, on peut considérer d’emblée que l’attitude maçonnique est constante et cohérente. Elle s’articule autour de la nécessité d’un système de valeurs politiques fondées sur la dignité de la personne moralisant les rapports politiques et qui, au-delà des stratégies, rendent les libertés fondamentales au peuple espagnol. Il y a, dès l’interdiction de 1875, une vision assez nette de l’élaboration de ces notions et ceci s’explique par le fait que les loges sont devenues un « triple refuge » pour les républicains. Elles sont à la fois un refuge social-soit un espace de rencontre-, un refuge idéologique – soit un espace de débat et réflexion – et, enfin, un refuge physique – soit un espace de sécurisation – en raison de la crainte de la répression. Cette donnée infléchit de façon importante l’approche du citoyen dans la Franc-Maçonnerie espagnole car ce qu’on peut appeler la « républicanisation » des loges, à partir de 1880, est un facteur capital de transformation dans l’interprétation de la citoyenneté. Toutefois, considérer que l’influence républicaine serait exclusive dans la notion de citoyenneté construite par les maçons présenterait le danger d’écarter d’autres facteurs qui sont, selon nous, aussi déterminants. La Franc-Maçonnerie contient en effet une « culture du citoyen » dès sa propre création. On sait en effet que, d’une part, elle est née à un moment crucial dans l’évolution de la philosophie politique britannique pendant lequel les thèses autour du droit naturel et du contrat politique sont largement exposées et que, d’autre part, elle tend à bâtir son univers autour de la construction de la cité idéale, portant ainsi un universalisme et un humanisme dans son objectif majeur de « construction du temple de l’humanité », laquelle est considérée comme une citoyenneté universelle. Dans le premier point, on voit donc émerger la modernité politique de l’Ordre et, dans le second, la volonté de transformer l’utopie en réalité politique.

10Pour toutes ces raisons, les approches maçonniques de la citoyenneté sont depuis le XVIIIe siècle multiples et perméables aux différents contextes politiques, sociaux et économiques. Ainsi, l’étude de la citoyenneté à partir du regard des francs-maçons doit être envisagée avant tout dans la durée et, partant de là, c’est dans les attitudes, les activités et les identifications qu’on pourra discerner les approches, les discours et les actions en faveur d’un type ou d’un modèle de citoyenneté.

11S’agissant de la maçonnerie espagnole, deux moments majeurs ont particulièrement marqué son évolution : la période entre 1887 et 1890, avec la loi de suffrage universel, puis, au XXe siècle, la création de la Ligue des Droits de l’Homme et du Citoyen en 1913. C’est entre ces deux dates que les maçons espagnols vont élaborer une conception personnelle de la citoyenneté.

12Le gouvernement libéral de Sagasta autorise, dès 1887, la liberté de réunion et d’association, ce qui donne la possibilité aux opposants au régime de sortir de l’ombre ou de la clandestinité. Les loges obtiennent alors une reconnaissance légale qui va favoriser ses activités. Signalons que cette conquête politique n’est pas due aux agissements maçonniques mais aux besoins de la monarchie d’assurer un régime plus ou moins convenable. En 1885, le roi Alphonse XII vient de mourir et il faut en effet consolider le régime. Les libertés publiques sont donc progressivement implantées sans que cela veuille dire que la démocratie soit réelle. Toutefois, à la faveur de cet état, les loges commencent à débattre et se penchent, étant donné le scandaleux système électoral, sur la question du suffrage universel. La loge Cadena de Union de Barcelone organise ainsi une série de conférences en 1889, desquelles ressort une interprétation du suffrage universel qui combine la rationalité et la volonté humaine comme moteur de cet exercice démocratique :

  • 6 Bulletin de Procedimientos du Grand Conseil Général Ibérique, 1er janvier 1890, p. 2-3.

« Par la raison, tous les hommes, sans distinction, peuvent aborder l’idée de Dieu, donc tous les hommes sont égaux. Par la volonté, je déduis la liberté et, en unissant ces deux idées, égalité et liberté, il pourrait advenir une authentique époque d’harmonie »6.

13Le citoyen se construit ainsi à partir de deux ancrages. D’une part, la raison nous porte vers Légalité car, dans l’approche de Dieu, on place les humains sur le même niveau, dès lors que c’est la nature qui nous a fait égaux. D’autre part, par la volonté des hommes on doit acquérir la liberté pour accéder ensemble à une société organique et harmonieuse, c’est-à-dire à une sorte de cité idéale. La conception de la citoyenneté présente d’autres aspects qui approfondissent la position maçonnique. En fait, la cité harmonieuse réclame un principe de gouvernement basé sur la souveraineté qui est la base de la séparation des pouvoirs. Deux grands courants de pensée, ceux de Rousseau et de Montesquieu, sont donc perceptibles car, dans la culture du citoyen :

  • 7 Archives de la loge Redención de Palamós (Gérone), Archive Générale de la Guerre Civile Espagnole ( (...)

« Le peuple doit se gouverner par lui-même ; lui nier ce droit serait comme lui nier la liberté individuelle »7.

  • 8 Noberto Bobbio, Liberalismo y deniocracia, Mexico, FCE, 1994, p. 54-60. Sur la question consulter « (...)

14La Franc-Maçonnerie espagnole a intégré ici le lien intime existant entre l’individu, la communauté et leurs droits. Or, cet acquis culturel dépasse déjà le libéralisme classique et porte le message de la citoyenneté dans la culture républicaine. Le suffrage universel signifie d’une part le passage du libéralisme à la démocratie par le biais d’un rapport plus équilibré entre la liberté et l’égalité8 et, d’autre part, s’il peut se concevoir comme un correctif du pouvoir politique, il représente avant toute chose la souveraineté populaire et la division des pouvoirs. Ces notions sont bien résumées au sein de la loge Constancia de Madrid, en 1889 :

  • 9 Gazette Officielle du Grand Orient National d’Espagne, 8 décembre 1889, p. 230-231.

« Nous voulons que la politique soit fondée sur la souveraineté du peuple, racine de tout droit social et garantie assurée du bien-être national ; que les manifestations de cette souveraineté soient régulées (...) et qu’on mette le plus fort des freins aux passions gouvernementales avec la séparation des pouvoirs »9.

15Cette réflexion est intéressante dans la mesure où elle montre la vision maçonnique de la citoyenneté que l’on pourrait résumer à l’idée de la fabrication d’un Etat de droit duquel émanerait le citoyen. Seul le droit est le garant de la citoyenneté et seul le droit peut lui donner toute sa signification. La culture du citoyen est dès lors établie en fonction de rapports politiques normatifs et « normalisés » par la régulation de codes universels. L’attachement à cette idée est d’ailleurs tellement fort qu’il est le socle même de l’interprétation et de la représentation de la citoyenneté. On peut lire, trente ans plus tard, dans le procès-verbal du Convent de 1920 du Grand Orient Espagnol la profession de foi suivante :

  • 10 Convent de 1920, 6e session, AGGCE : 652A.

« Au nom de la Liberté [le Grand Orient] condamne la tyrannie ou la dictature sous n’importe quelle forme ; qu’au nom de l’Egalité, il déteste tout privilège politique, économique ou religieux, fondé dans la tradition, dans la loi ou dans le pouvoir divin ; qu’au nom de la Fraternité, il aspire à l’intelligence cordiale de tous les hommes dans un régime de droit, fondé sur les principes naturels »10.

16Cette dynamique est la conséquence des multiples démarches des obédiences et loges espagnoles en vue de donner un cadre juridique plus vaste et plus consensuel non seulement à la classe politique et à l’opposition au régime, mais aussi à l’ensemble des relations avec le politique. L’Espagne du XXe siècle connaît il est vrai des périodes de crises profondes à cause du manque de souplesse de la Constitution de 1876, des intérêts de l’oligarchie et des comportements d’une classe politique corrompue et divisée, ce contexte se nourrissant également d’une montée des revendications ouvrières et d’une contestation populaire à la Guerre du Maroc. La sortie de la crise de 1909, avec l’exécution de militants anarchistes dont le célèbre Francisco Ferrer, va d’ailleurs créer un vaste mouvement d’indignation nationale et internationale car le procès a été ponctué par une scandaleuse absence des droits.

  • 11 El proceso de Ferrer y la opinión europea, Barcelona, 1910.

17A cette occasion, le Grand Maître du Grand Orient Espagnol, le professeur de l’Université de Madrid Luis Simarro, rédige un compte rendu11 du procès de Montjuich (Barcelone) d’où il tire la conclusion du besoin de la société espagnole de se doter d’une institution indépendante dénonçant les abus des autorités en matière de droits fondamentaux. C’est l’origine de la Ligue des Droits de l’Homme qui borne, à l’autre extrémité, cette évolution.

  • 12 Il nous est impossible d’énumérer tous les hommages et manifestations qui ont lieu en Europe après (...)

18La mise en place de la Ligue commence dès 1910. Au mois d’octobre de cette année-là a lieu à Barcelone, le Congrès International de la Libre pensée, où se réunissent un grand nombre de francs-maçons et de militants des droits de l’homme européens. La rencontre rend hommage à Ferrer y Guardia, ce qui constitue la première manifestation publique en Espagne depuis son exécution12. D’autre part, l’évolution politique connaît une tournure préoccupante. En effet, les différents gouvernements ne sont plus capables d’offrir des solutions aux problèmes de la société espagnole. Ils cèdent aux pressions de l’oligarchie industrielle et financière, aux demandes de 1’Eglise et, lorsque les grèves éclatent, la réponse est toujours la même : on suspend les garanties constitutionnelles et on déclenche la répression ouvrière. C’est dans ce contexte que se déroulent les activités préalables à la création de la ligue.

  • 13 Les sujets traités montrent la naissance d’une nouvelle forme de contestation : il s’agit de la pei (...)
  • 14 Le journal El Liberal qualifiait les participants de « toutes les communions dissidentes, libres-pe (...)

19En janvier 1912, se tient à Barcelone le Congrès National de la Liberté. Cette rencontre montre la symbiose entre la société civile et les positions maçonniques et la participation de Miguel Morayta, ancien Grand Maître du Grand Orient Espagnol, de Melquiades Alvarez, dirigeant républicain et fondateur du parti réformiste, de Luis Morote, écrivain et journaliste, tous francs-maçons, révèle l’engagement profond de la Franc-Maçonnerie espagnole dans la construction de la citoyenneté13. Le contexte est donc mûr et, en 1913, un groupe de Barcelone demande à la loge Ibérica de Madrid de faire une campagne en faveur des libertés civiques et politiques. En avril, le docteur Simarro, avec le concours de cette loge, met en place une commission avec l’objectif de donner une cohérence aux actions et activités, lesquelles auparavant étaient trop sporadiques et sans réel impact. Cette structure réunit les 6 et 7 avril un groupe d’intellectuels et d’hommes politiques qui défendent le projet de sécularisation de l’école publique du cabinet Romanones14. L’excellent accueil de cette initiative interpelle d’ailleurs Simarro qui, à cette occasion, demande aux participants :

  • 15 Cf. José-Antonio Ayala, « Revolución, derechos individuales y masonería : las Ligas espanolas de de (...)

« de quelle manière on pourra créer les instruments de l’action, de quelle forme continue on devra travailler pas uniquement pour la liberté de conscience, mais aussi pour ces droits de la personne qui sont considérés comme inviolables dans tous les pays civilisés du monde ? »15.

  • 16 Publiés à Madrid en 1913 dans la Imprimera Artistica Espanola.
  • 17 Le Grand Conseil a encouragé à plusieurs reprises les loges à faire partie de la Ligue ; plus dans (...)

20Cette réflexion trouve un écho immédiat qui se concrétise peu de temps après avec la réunion du Cercle Républicain Fédéral de Madrid, où sont rédigés les statuts et règlements de la Ligue des Droits de l’Homme et du Citoyen16. L’inspiration française du texte n’est pas douteux et ses objectifs sont les mêmes qu’en France : la défense des libertés publiques et la conquête des droits « pas encore reconnus dans la législation espagnole ». La présence maçonnique est également évidente. La commission nationale formée à l’issue de cette réunion est d’ailleurs composée aussi par quelques francs-maçons. Le président est Luis Simarro, Grand Maître du Grand Orient Espagnol, le vice-président Victor Gallego, Grand Secrétaire de la même obédience, et d’autres hauts dirigeants francs-maçons comme Augusto Barcia (le futur Grand Maître pendant la deuxième République en 1931) et Enrique Barea figurent au sein de celle-ci. Cela dit, cette présence n’excède pas le tiers de l’ensemble de la commission (les francs-maçons ayant vraisemblablement opté plus pour une représentation qu’une mainmise sur la Ligue). Cependant, le fait que le président soit le Grand Maître a mis en avant l’Ordre et a provoqué un amalgame entre les activités maçonniques et celles de la nouvelle association17.

  • 18 Ce sont les conclusions que nous avons tiré de notre étude : L. P. Martin, « En defensa de la Repúb (...)

21La création de la Ligue est en fait la conclusion de la philosophie politique de la Franc-Maçonnerie qui a fondé sa mobilisation autour de l’homme. La Ligue des droits de l’homme est en effet l’aboutissement de l’humanisme politique qui se construit en son sein depuis le XVIIIe siècle et érige la tolérance comme axe des rapports politiques. L’effort des maçons espagnols pour que cette création réussisse s’est d’ailleurs accompagné d’une mobilisation sans précédent. Tant au niveau local qu’au niveau national, les loges relaient les initiatives de la Ligue et, plus que jamais, l’action en faveur des droits de l’homme s’est vue propulsée par un solide discours politique. Mais, si les loges servent d’animatrices des centres provinciaux, la Ligue dépasse largement les activités maçonniques et devient une institution nationale18.

2. La cité harmonieuse

  • 19 Les études sur cette question sont en nombre très important. Parmi les ouvrages classiques, cf. J. (...)

22La construction de la cité idéale repose également sur des fondements sociaux parmi lesquels on retiendra surtout une conception originale de la justice sociale. La Franc-Maçonnerie, depuis ses origines, a en effet progressivement évolué de la bienfaisance vers la philanthropie, puis vers la fraternité sociale et la solidarité. Ce long cheminement d’ensemble est très différent selon les pays car il est marqué par les demandes sociales originales. En Espagne, l’Ordre a pris des références qui émanent du néo-idéalisme allemand revu et corrigé par le philosophe francmaçon Krause, les thèses de Krause étant arrivées dans les loges espagnoles par le biais de maçons proches des milieux de l’Institution Libre de l’Enseignement. Ses fondateurs, comme Julian Sanz de Los Ríos et Francisco Giner de los Ríos, ont été profondément influencés par ses thèses. Ces dernières proposent la construction d’une société organique dans laquelle les hommes s’entendent autour d’un consensus réciproque et d’un libéralisme humaniste qui produit des rapports sociaux harmonieux et justes19.

23La Franc-Maçonnerie espagnole va conduire sa réflexion autour de la citoyenneté à travers ce prisme mais en l’adaptant aux différentes sensibilités politiques et à la tradition maçonnique de l’égalité et de la fraternité dérivées de la condition humaine. Il ne s’agit pas d’un programme social mais, tout au plus, d’un ensemble de valeurs et de principes qui conduisent les hommes vers un équilibre, une justice et une participation dans les productions de la société. De ces caractères généraux, on doit retenir deux points. Premièrement, la Franc-Maçonnerie n’a pas de projet social cohérent et défini. Deuxièmement, les propositions maçonniques excluent les stratégies politiques, et même syndicales. Toutefois, comme les problèmes sociaux, les revendications ouvrières, les carences éducatives, la condition des femmes... sont bien entendu considérés comme relevant d’une approche morale du politique, le point d’appui de la réflexion des francs-maçons étant la dignité de l’homme. On a donc là une position inconfortable vu l’état de crise générale de la société espagnole depuis 1909 et que résument bien les propos tenus par le vénérable de la loge Jovellanos de Gijôn (Asturies) auprès du Grand Conseil du Grand Orient Espagnol, en 1920 :

  • 20 Mémoire adressé au Grand Maître et membres du Grand Conseil, Gijôn : 10 mai 1916, AGGCE : 737A/4.

« On peut dire que c’est bien la justice qui vibre, depuis le fond jusqu’au milieu de la superficie des revendications sociales d’aujourd’hui ; mais je considère que les procédés suivis pour trouver une solution blessent la sensibilité humaine, au point de faire ressortir les ressentiments les plus haineux et durables sur nos idéaux de liberté, égalité et fraternité »20.

  • 21 Le Grand Conseil du Grand Orient Espagnol déclare à la suite de la grève générale déclenchée en aoû (...)
  • 22 Sur les aspects éducatifs, cf. Maçoneria i educació a Espanaya, Barcelona, Fundaciô Caixa de Pensio (...)

24D’une certaine façon, on peut donc dire que la philosophie de la citoyenneté sociale des Francs-maçons porte sur des valeurs, sur l’élaboration d’une culture sociale qui réduira les difficultés de la réalité sociale21. Pour aboutir à cela, ils utilisent une panoplie d’instruments : l’éducation, l’émancipation des hommes de l’emprise de l’Eglise, la libération de la femme... En définitive, il s’agit bien là d’une culture ayant pour but de contourner les obstacles du système socio-politique pour mettre en pratique une citoyenneté sociale. L’usage de ces instruments ne se fait pas dans un cadre exclusivement maçonnique car, au début des années 1890, lorsque les obédiences ont lancé des projets de création d’écoles maçonniques pour les enfants, elles ont été contraintes à une fermeture rapide à cause du manque de moyens financiers et ce camouflet a obligé les maçons à travailler avec d’autres groupes (comme les libres penseurs par exemple) ou partis politiques (comme les républicains) afin de mener à bien leurs projets éducatifs22. On ne saurait critiquer cette démarche qui, au-delà du constat de la faiblesse financière chronique de l’Ordre, correspond à la souplesse des réseaux maçonniques, à la capacité d’adaptation aux nouvelles stratégies et à la naissance d’une émancipation sociale du politique novatrice en Espagne.

  • 23 Angeles Gonzalez Fernandez, « El espíritu de ciudadanía : la solución de la Masoneria al problema s (...)

25Quoi qu’il en soit, la recherche de la cité harmonieuse nécessite un traitement égal de tous les aspects évoqués dans le but de façonner la citoyenneté sociale attendue. Grâce à l’éducation des enfants ou des ouvriers et des femmes, on intègre à la cité les acteurs concernés en les sortant de leur ignorance en jouissant de la liberté de penser et de donner son opinion : il s’agit là de la libération des esprits. Grâce à la participation des francs-maçons aux centres d’assistance sociale dans les quartiers défavorisés, on engage le combat contre l’exclusion. Cette pratique de la citoyenneté suggère aussi la capacité de mettre en place quelques souches sociales aptes à « construire le citoyen » en amont. Les francs-maçons ont en effet le souci de réaliser un monde où les tensions sociales sont canalisées, bornées par des filets de sécurité qui empêchent tout débordement social. La recherche, surtout de la pari des maçons et des républicains, d’une société juste traduit donc le projet d’établissement d’une société organique et en paix, éloignée de la violence des luttes sociales, écartée des positions tranchées (doctrinaires ou pas) avec un principe relationnel : le consensus. Pour en arriver là et pour offrir à la société espagnole les voies de la citoyenneté sociale, la Franc-Maçonnerie développe une réflexion dès le début du XXe siècle autour des rapports entre le capital et le travail. La plupart des opinions condamnent l’attitude dégradante de conditions de travail imposées par le capitalisme industriel mais il faut attendre les années 20 pour trouver des réflexions qui abandonnent le réformisme social maçonnique. Et, même si les positions deviennent plus fermes, dans tous les discours, on cherche quand même à tempérer les ardeurs des uns et des autres... Il ne peut en être autrement. La quête de la cité harmonieuse passe forcément par une reconnaissance d’autrui et, dans l’état où se trouve l’Espagne entre 1898 et 1923, la tâche s’avère difficile sinon impossible23.

  • 24 Cf. Père Gabriel, « Sociabilidad obrera y popular y vida política en Cataluna, 1868-1923 », Bulleti (...)
  • 25 Cf. Père Sanchezi Ferre, La Maçoneria en la societat catalana, 1700-1947, Barcelona, Edicions 62, 1 (...)

26Néanmoins s’il y a difficulté (même une impossibilité) à obtenir de la part de l’Etat une reconnaissance de la citoyenneté sociale telle que la désirent les maçons, les oppositions de gauche au régime monarchique vont, localement et après 1890, mettre en place des moyens ponctuels qui, dans des secteurs administratifs, des zones urbaines ou industrielles, offrent à la population quelques avantages sociaux (comme les centres médicaux, les économats, les bibliothèques, les cours privés, etc) comme gage d’une citoyenneté obtenue sur le plan local24. Or, les francs-maçons ont toujours participé à ces projets plus ou moins relayés par les loges ou les obédiences. Néanmoins, le rôle de l’Ordre dans cette dynamique se trouve toujours à l’intérieur d’une structure ouverte et plurielle, et ne s’exerce jamais à titre propre. Ceci se comprend par la faiblesse des effectifs maçonniques en Espagne depuis le début du XXe siècle. Les loges, surtout en Andalousie, en Catalogne et en pays valencian sont devenues un élément d’animation et de coopération dans la construction du volet social du citoyen25 et le repli des actions sociales dans les municipalités sous contrôle républicain obéit à l’impossibilité de les réaliser au niveau national. Il s’agit de construire une culture exogène au système en place, une culture qui reflète les changements d’une partie de la société espagnole.

  • 26 Ronald Inglehart, La transition culturelle dans les sociétés industrielles avancées, Paris, Economi (...)

27Pour conclure, on doit constater que la participation de la Franc-Maçonnerie espagnole à la fabrication de la citoyenneté traduit plusieurs faits de sociologie dans l’Espagne du tournant des XIXe et XXe siècles. Le développement économique et la montée du niveau d’instruction générale (quoique insuffisant) produisent en effet des modifications au niveau individuel (besoin d’appartenance, de réalisation de soi, etc.) ce qui conduit à des changements dans les enjeux politiques (citoyenneté politique et civique) et dans les bases sociales du politique (citoyenneté sociale). Par ailleurs, la participation des masses au politique (par la communication et la démocratisation) génère une contestation de la légitimité des institutions de l’Etat et de ses classes dirigeantes (oligarchies et classe politique)26. La société maçonnique espagnole a alors très bien saisi l’importance de ces nouvelles donnes et elle s’est engagée avec décision et panache. Le fait que le système politique soit resté encore solide et bien ancré sur ses bases socioéconomiques n’enlève rien à la réalité de cette évolution qui est la manifestation de l’émergence de la société civile dans un pays qui n’a pas encore accédé à l’évolution politique et au rang économique atteint par les autres pays de l’Europe occidentale. Il faut voir dans cette émergence le début du long chemin de l’Espagne vers la démocratie républicaine de 1931 qui est la conséquence, disons-le, du travail des francs-maçons, des républicains, des intellectuels et des ouvriers depuis 1890 qui ont pensé possible l’existence d’un citoyen au sens politique mais aussi social du terme.

Notes

1 Cf. Danilo Zolo, « La strategia de la cittadinanza », La cittadinanza. Appartenenza, identità, diritti, Roma-Bari, Laterza, 1999, p. 13-34.

2 Cf. « La modernidad política de la Masonería », La logias masonicas en la modernización de la Espana contemporánea, numéro monographique du Bulletin de l’Histoire contemporaine de l’Espagne (Aix-en-Provence), actuellement sous presse.

3 Telle était notre idée lors de l’édition de l’ouvrage Les francs-maçons dans la cité. Les cultures politiques de la Franc-Maçonnerie en Europe (XIXe-XXe siècles), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2000. Pour l’Espagne, cf. Pedro Alvarez Lazaro, La Masonería escuela de formación del ciudadano, Madrid, Universidad Pontificia de Comillas, 1996.

4 T.H. Marshall, Citizenship and Social Class, Londres, Pluto Press, 1950. Pour une étude critique sur les faiblesses des thèses de Marshall, cf. Pietro Costa : « La cittadinanza : un tentativo di reconstruzione « archeologica » », op. cit., p. 47-54.

5 La Restauration de la dynastie des Bourbons en 1875 donne à l’Espagne un régime politique qui écarte les risques de putschs militaires (pronunciamientos) permanents depuis 1820, bien qu’imposé par celui du Général Martinez Campos. Par la suite, le système fit preuve de stabilité jusqu’à la crise coloniale de 1898 puis se dégrada pour aboutir à une dictature militaire en 1923, puis à sa chute en 1931. Sur ces trois quarts de siècle de monarchie, cf. Suárez Cortina (ed.), La Restauraciôn entre el liberalismo y la democracia, Madrid, Alianza, 1997.

6 Bulletin de Procedimientos du Grand Conseil Général Ibérique, 1er janvier 1890, p. 2-3.

7 Archives de la loge Redención de Palamós (Gérone), Archive Générale de la Guerre Civile Espagnole (AGGCE) : 755 A/l 1.

8 Noberto Bobbio, Liberalismo y deniocracia, Mexico, FCE, 1994, p. 54-60. Sur la question consulter « El sufragio universal », Ayer [Madrid], 1991, no 3.

9 Gazette Officielle du Grand Orient National d’Espagne, 8 décembre 1889, p. 230-231.

10 Convent de 1920, 6e session, AGGCE : 652A.

11 El proceso de Ferrer y la opinión europea, Barcelona, 1910.

12 Il nous est impossible d’énumérer tous les hommages et manifestations qui ont lieu en Europe après le jugement et la mort de Ferrer. Ces événements ont marqué durablement l’esprit de libres penseurs, anarchistes, socialistes et radicaux qui, par le biais de ces hommages, ont trouvé des positions communes qui les concernaient tous : de la liberté syndicale à la liberté d’association, des droits des femmes et d’enfants à la paix. Sur ces aspects, cf. Madeleine Reberioux, « Politique et société dans l’histoire de la Ligue des Droits de l’Homme », Le Mouvement Social, avril juin 1998, no 183, p. 3 et ss.

13 Les sujets traités montrent la naissance d’une nouvelle forme de contestation : il s’agit de la peine de mort (Gabriel Alomar), de la réforme du système pénitencier (Rafael Salillas), de la dérogation des lois sur les juridictions (M. Alvarez), de la séparation de l’Eglise et de l’Etat (M. Morayta), de la réforme du code civil sur les droits des femmes et des enfants, du divorce et du mariage (L. Morote) et des droits politiques des femmes (Angeles López de Ayala), La Noche, Madrid : 11 avril 1912.

14 Le journal El Liberal qualifiait les participants de « toutes les communions dissidentes, libres-penseurs, laïques, francs-maçons et amis du progrès ». Cf. Sisinio Perez Garzon, Luis Morote, la problemática de un republicano (1882-1913), Madrid, Castalia, 1976, p. 143.

15 Cf. José-Antonio Ayala, « Revolución, derechos individuales y masonería : las Ligas espanolas de derechos del hombre (1913 1936) », (J.A. Ferrer Benimeli coord.), Masoneria, revoluciôn y reacción, Alicante, Instituto Juan Gil Albert, 1990, vol. 1, p. 123 et ss.

16 Publiés à Madrid en 1913 dans la Imprimera Artistica Espanola.

17 Le Grand Conseil a encouragé à plusieurs reprises les loges à faire partie de la Ligue ; plus dans l’idée d’apporter un soutien sans faille qu’un contrôle de ses activités. Par ailleurs, on doit relever l’attitude de la revue España (une initiative - en partie - maçonnique) qui ouvre ses colonnes aux lecteurs et publie régulièrement des listes d’adhésion, avec des dons d’argent. Preuve de l’espoir suscité par la Ligue dans certains secteurs de la société espagnole.

18 Ce sont les conclusions que nous avons tiré de notre étude : L. P. Martin, « En defensa de la República. Masoneria y derechos humanos en Castilla y León (1912-1936) », Investigaciones Histricas [Valladolid] no 18, 1998, p. 249-271.

19 Les études sur cette question sont en nombre très important. Parmi les ouvrages classiques, cf. J. Lopez-Morillas, El krausismo espanol, Mexico, F.C.E., 1980 (2e édition). En ce qui concerne la Franc-Maçonnerie, cf. Enrique M. URENA, « Krause y su ideal masónico : hacia la educación de la humanidad », Historia de la Education. Revista Interuniversitaira, Salamanca, 1985, no 4, p. 73-95.

20 Mémoire adressé au Grand Maître et membres du Grand Conseil, Gijôn : 10 mai 1916, AGGCE : 737A/4.

21 Le Grand Conseil du Grand Orient Espagnol déclare à la suite de la grève générale déclenchée en août 1917 qui a fait vaciller le régime : « lors des conflits sociaux, l’Ordre doit coopérer avec toutes les initiatives qui soutiennent sans faille la Liberté et le Droit ». Procès-verbal du 11 août 1917. AGGCE : 51A.

22 Sur les aspects éducatifs, cf. Maçoneria i educació a Espanaya, Barcelona, Fundaciô Caixa de Pensions, 1986.

23 Angeles Gonzalez Fernandez, « El espíritu de ciudadanía : la solución de la Masoneria al problema social en la España de la Restauración », (J. A. Ferrer Benimeli), La masoneria española en et 2000. Una revision histôrica, Zaragoza, Gobierno de Aragon, 2001, vol. 2, p. 689-703.

24 Cf. Père Gabriel, « Sociabilidad obrera y popular y vida política en Cataluna, 1868-1923 », Bulletin d’Histoire contemporaine de l’Espagne, 1993, n. 17-18, p. 89-92.

25 Cf. Père Sanchezi Ferre, La Maçoneria en la societat catalana, 1700-1947, Barcelona, Edicions 62, 1993.

26 Ronald Inglehart, La transition culturelle dans les sociétés industrielles avancées, Paris, Economica, 1990, p. 2-5.

Auteur

Professeur à l’université Blaise Pascal-Clermont Ferrand II/CHEC

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540