Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Franc-maçonnerie et histoire : bilan et perspectives

 | 
Éric Saunier
, 
Christine Gaudin

Idéologies et pratiques (xviiie-xxe siècles)

Extraits des discussions

Texte intégral

1[Suite aux communications de Pascal DUPUY et de Michel JARRIGE]

2Cécile Révauger

3Je trouve le travail de Pascal Dupuy réellement novateur car il n’existe aucune recension véritable jusqu’à présent concernant la caricature antimaçonnique... et ceci m’inspire nombre de réflexions. La première, c’est que cette caricature de Richard Newton est certainement la seule qui soit antimaçonnique. Il y a bien des caricatures plus anciennes très célèbres (citons Hogarth et ses fameux Gormogons...) mais celles-ci n’étaient pas à proprement parler antimaçonniques. Peu agressives, elles étaient plutôt des clins d’œil, des « affaires internes à la maison » et, par ailleurs, les Gormogons dénoncés par Hogarth étaient une organisation paramaçonnique accusée de parodier la maçonnerie véritable... Toutefois, avec Richard Newton, nous sommes dans un autre registre puisque Newton est un radical, le radicalisme anglais du XVIIIe représentant le positionnement politiquement le plus progressiste. On sait que les radicals voulaient simplement émanciper les dissidents religieux et étendre la franchise électorale. Faiblement représentés jusqu’en 1793, ceux-ci bénéficient cependant à cette date d’un soutien de masse en raison du succès des organisations (Société d’information Constitutionnelle, Société de Correspondance de Londres) qui portent leur idéologie et soutiennent la Révolution française. Ils peuvent donc affirmer leurs positions.

4Quant à la présence des maçons, il faut rappeler que les maçons anglais ont été massivement opposés à la Révolution, les hommes (comme l’emblématique Burke) mais aussi les journaux (Freemason’s magazine...) et même les obédiences (anglaise et écossaise) soutiennent George III et condamnent 1789 ainsi que tous les radicals. Pour moi, en tant que radical, Newton ne peut que critiquer la franc-maçonnerie anglaise... et il n’y a même pas de critique contre la Révolution française, même si les radicals ont évolué vers des positions plus crtiques envers celle-ci.

5Pascal Dupuy

6Il est vrai que cette gravure est étonnante car elle est unique en son genre et il est vrai qu’elle réfère moins à la Révolution française qu’aux Français. Toutefois, à cette date, quand on touche à l’un, on touche un peu à l’autre.

7André Combes

8Concernant l’exposé remarquable les différences au niveau de la qualité entre les dites revues et dans de Michel Jarrige, je voudrais insister sur deux points : leur capacité à « coller » à la réalité maçonnique. La revue de de la Rive, La France Chrétienne, n’apporte rien en effet alors que celle de Tourmentin est remarquable par ses informations (documents, textes...) : c’est donc une source essentielle pour le chercheur.

9Au niveau de la connexion avec la réalité de la vie maçonnique, même constat : celle de Tourmentin est, bien que caricaturale, moins éloignée de la réalité que celle de de la Rive. Le glissement de la Revue Internationale des Sociétés Secrètes, beaucoup plus ennuyeuse, est quant à lui l’histoire d’un glissement vers l’antisémitisme puis vers l’antibolchevisme.

10Gérard Mangin

11Quelle était l’audience de ces revues ? Si ces revues avaient 200 lecteurs, cela pose la question de leur impact réel ? N’est-ce pas une simple querelle entre initiés ?

12Michel Jarrige

13La revue de Tourmentin, La Franc-Maçonnerie Démasquée, tire à 1000-1100, chiffre apparemment modeste... mais qui n’est pas si médiocre (si l’on compare avec les tirages des revues actuelles). De plus, les abonnés appartiennent aux élites, notamment celles liées à La Croix. Il y a donc des moyens induits de faire connaître les idées de ces revues.

14Pour La Revue antimaçonnique, on n’a pas le chiffre dans les fonds des Archives nationales. Dans un rapport de Congrès de la Ligue Française Antimaçonnique, on parle de 2000 militants en 49 sections... et Tourmentin avait mis en place 39 sections à la veille de la guerre. C’est très fort pour l’époque.

15Pour répondre à André Combes, il est exact que Tourmentin est mieux informé (il fait partie de l’Ecole documentaire) : il avait des espions un peu partout pour exploiter la documentation maçonnique et achetait des maçons. En revanche, on ne trouve rien concernant la revue elle-même, à la différence de celle de de la Rive.

16Pierre-Yves Beaurepaire

17Une remarque concernant Richard Newton. On retrouve les poncifs de la société d’hommes (sévices sexuels, beuveries...) de la première moitié du XVIIIe siècle. Il « surfe » sur l’air du temps.

18Cécile Révauger

19Il faut rappeler que le seul antimaçonnisme idéologique provient, au début du siècle, des catholiques anglais, un autre antimaçonnisme étant à but commercial.

20Pierre-Yves Beaurepaire

21Mais s’agit-il vraiment d’antimaçonnisme car c’est l’image classique de la maçonnerie ? Ils boivent et ils s’adonnent à des pratiques sexuelles déviantes. C’est donc le comique qui domine.

22Pascal Dupuy

23Néanmoins, il n’y pas d’autres exemples comparables à celui-ci entre 1780 et 1800. Il est donc étonnant qu’un sujet déjà raillé ne puisse trouver de support d’autant qu’il y a un marché.

24Claude Mazauric

25Quant à l’influence des revues, elle ne se perçoit pas qu’au tirage. Il y a des relais permettant de diffuser le contenu. Le Pèlerin a ainsi dénoncé le complot judéo-maçonnique tout au long du XXe siècle. Il y a donc un enracinement par le biais des revues d’un courant idéologique toujours présent (comme « athéisme catholique » de Bruno Mégret).

26Michel Jarrige

27Rappelons que Le Pèlerin était de la mouvance de La Croix (la presse des Assomptionnistes).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540