Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Franc-maçonnerie et histoire : bilan et perspectives

 | 
Éric Saunier
, 
Christine Gaudin

Idéologies et pratiques (xviiie-xxe siècles)

L’antimaçonnisme contemporain

Jean-Pierre Laurant

Texte intégral

1Force nous est de constater la permanence et même la généralisation de l’antimaçonnisme dans les opinions publiques au rythme de la mondialisation et cela dans des contextes politiques, culturels et religieux très différents. Maçonnerie et antimaçonnisme demeurent indissociables à travers l’histoire, tant au niveau des réactions populaires que de l’approche savante mais la nature du lien peut varier selon la maçonnerie à laquelle il est sensé faire obstacle et l’on ne peut établir un parallèle pur et simple entre anticléricalisme et antimaçonnisme a fortiori dans les pays protestants. Que veulent défendre les anti-maçons ? Seconde remarque préliminaire, la situation est différente, me semble-t-il de celle créée par les controverses Juifs / Chrétiens / catholiques / protestants qui se sont radicalisées progressivement, glissant du champ religieux vers des problèmes de société. Ce sont d’entrée de jeu des problèmes d’occupations du champ et de légitimité ; la façon des uns et la contrefaçon des autres se créant en même temps dans des sociétés en proie à l’incertitude au XVIIIe siècle ; la réception de la Maçonnerie dans les Etats de Hollande ou la République de Genève est à ce titre significative de l’incertitude sur son statut, situation qui n’est pas sans analogie avec celle du monde actuel.

1. Incertitudes sur le champ, réversibilité des arguments

2Il n’y a pas un antimaçonnisme mais des formes multiples liées à ces contextes divers dans l’espace et dans le temps : il était dans les pays latins essentiellement d’origine catholique, symbole de résistance à la modernité jusqu’à une époque récente et dans le monde arabe symbole de résistance à l’occident, c’est-à-dire une modernité vue d’un tout autre œil. En France, la question du jansénisme paraissait beaucoup plus importante et influençait les réactions. Dans les pays protestants dont il était question précédemment c’est la question du statut dans la société civile qui a posé problème. Cependant des traits communs, propres aux réactions des sociétés qui s’estiment menacées comme l’accusation d’immoralité ou à l’histoire des ordres initiatiques comme la « haine du secret » telle que Guénon l’a soulignée (E.T., déc. 1934), peuvent être définis. La dénonciation et la revendication par exemple ont été étroitement mêlées au point que des divulgations ont pu servir de modèle à des fondateurs de Loges et de manuel pour leur fonctionnement (Samuel Pritchard, Masonry dissected, 1730). Le phénomène n’était pas nouveau. Ainsi, les gnostiques n’ont été longtemps connus que par leurs détracteurs comme Saint Irénée. Mais il a pris une importance particulière dans la maçonnerie et accompagna toute son histoire. Le couple maudit reste lié jusque dans les fonds de la Bibliothèque Nationale de France où voisinent les papiers de La Franc Maçonnerie démasquée de l’abbé de Bessonies (mise en place d’un fonds auquel Dominique Morillon a donné beaucoup de son temps) et les archives des Loges.

  • 1 Pierre Boutin, La franc maçonnerie, l’Eglise et la fraternité, Paris, Desclée de Brouwer, 1998.

3La réversibilité des arguments est tout aussi frappante : instrument de la laïcisation pour les uns, la maçonnerie des hauts grades était dirigée en sous-main par les Jésuites selon les autres. Les listes de maçons livrés à la vindicte publique dans les publications du XIXe siècle, de Léo Taxil à l’abbé de Bessonies, ont servi, un demi-siècle plus tard, à justifier l’ouverture de l’Eglise catholique dans les travaux du Père J.A. Ferrer-Benimeli (Archives secrètes du Vatican). L’imprécision des limites des domaines respectifs, enfin, devait ajouter à la confusion : lorsque le gouvernement de Vichy confisqua les biens de la maçonnerie il utilisa la jurisprudence administrative mise en place à l’occasion des inventaires de ceux du clergé lors de la séparation de l’Eglise et de l’Etat en 19051.

2. Maçonnerie et démocratie, des débuts difficiles, une évolution incertaine

  • 2 A la mort de Joseph Smith (1844) qui avait développé sa nouvelle église des Mormons dans le cadre (...)

4Les problèmes liés à la naissance et au difficile apprentissage de la démocratie ont marqué les rapports de la maçonnerie et des opinions publiques en Europe et aux Etats-Unis. Les développements de l’individualisme ont accéléré les évolutions et multiplié les occasions de conflits d’appartenance, liés aux rapports changeants de frontières entre la sphère privée et la sphère publique ; le vieux principe cujus regio, ejus religio ne disparut pas sans laisser de traces, comme le montre l’affaire de l’interdiction dans l’Utah2 (1844 + Joseph Smith, rupture et exclusion des Mormons de la maçonnerie de l’Utah en 1927, 1958, 1965, 1983, changement en 1984). La nouvelle liberté fut utilisée parfois pour changer de camp à plusieurs reprises en émigrant de l’Eglise à la maçonnerie et l’inverse ; les transfuges des religions dans les siècles passés avaient rarement l’occasion de se livrer à ce genre de pratique. L’abbé Barruel présenta son initiation comme un jeu entre gens de bonne compagnie (il excluait le serment, seule concession à l’irréparable) dans l’ouvrage fondateur de l’antimaçonnisme : Mémoires pour servir à l’histoire du jacobinisme (1797-1798). A la fin du XIXe siècle les scandales les plus marquants, l’Affaire des fiches Bidegain (1902) ou les palinodies successives de Léo Taxil, se sont produits dans cette ambiance de changement de camp à l’occasion des fluctuations de la nouvelle vie politique.

5Dans ces conditions, le danger social présenté par ces groupes supposés agir dans l’ombre a été grandi démesurément ; Mgr de Ségur grossit le nombre des adeptes : huit millions dont un million six pour la France, jouant sur le soupçon de complot et d’immoralité dans des publications déjà très « médiatiques » telles que Les Francs-Maçons (1867), ouvrage vendu à cent vingt mille exemplaires en cinq ans. L’affaire Morgan aux Etats-Unis en 1826 faillit provoquer la disparition de l’Ordre soupçonné de meurtre rituel. Morgan était maçon, emprisonné pour vol et libéré dans des circonstances peu claires, il disparut peu après définitivement (1846). L’émotion soulevée fut considérable et faillit déboucher sur l’interdiction de la maçonnerie aux Etats-Unis.

3. L’approche historique de l’antimaçonnisme

6Si le rôle de l’opinion publique depuis une centaine d’années est évident, une différence essentielle réside dans son rapport à la science, en particulier avec l’histoire critique qui affirma sa légitimité à la même époque. Le recours au secret et à la notion d’initiation paraissaient nécessaires aux hommes du milieu du XIXe siècle en attendant que l’éducation populaire ait fait triompher la raison. Les sciences occultes préfiguraient, au temps du Positivisme, le stade rationnel final et la maçonnerie pouvait se présenter comme un laboratoire du progrès, un lieu très éclairé mais abrité en même temps de l’incompréhension extérieure. Les discours rationalisants purent ainsi faire bon ménage dans les Loges avec l’appareil rituel et symbolique des sociétés secrètes. On est loin des conceptions contemporaines sur l’instrumentalisation de la science.

  • 3 André Combes, Histoire de la franc-maçonnerie au XIXe siècle, Paris-Monaco, Ed. Rocher, 1998-1999, (...)

7Il convient d’ajouter des difficultés propres au domaine où l’approche critique a été particulièrement lente à être acceptée : le catholicisme ou la franc-maçonnerie peuvent-ils être un objet de science ? S’il fallait être croyant pour faire de l’exégèse, initié pour parler de maçonnerie que pouvait représenter une chaire de maçonnologie dans l’Université française ? Cependant le prestige de l’école critique empêcha que ce type d’approche engagée accède, en Europe occidentale tout au moins, à la légitimité scientifique. Le projet de Concile antimaçonnique de Trente cher à Léo Taxil par exemple ne vit jamais le jour, la critique historique allemande catholique le tua dans l’œuf. La recherche de l’abri de l’autorité institutionnelle reste cependant d’actualité dans les ouvrages de vulgarisation. Dans l’histoire de la franc-maçonnerie française au XIXe siècle, très scientifique, proposée par André Combes3, le préfacier remarque ainsi que l’histoire du Grand Orient a été jusqu’à maintenant faite par des historiens extérieurs, voire n’ayant aucune appartenance maçonnique et que de ce fait, même si leurs travaux étaient « véridiques [...] il leur manquait quelque chose pour être totalement fidèle au modèle [que permet...] la connaissance de l’institution maçonnique par l’intérieur ». Le préfacier entendait une plus grande familiarité avec l’institution, il reste que cette position de la résistance catholique à la modernité scientifique et son interprétation, hors des mêmes milieux scientifiques, prête à confusion.

4. Une nouvelle donne pour le même jeu

8La nouvelle donne de l’antimaçonnisme doit prendre en compte le fait que la place du savant a changé dans les sociétés dites postindustrielles ; en France, la République des professeurs d’Université a laissé la place à celle des journalistes et des manipulations de masse. Longtemps caractéristique des systèmes totalitaires qui avaient le plus souvent interdit la maçonnerie, la manipulation de l’opinion publique a gagné l’ensemble des sociétés démocratiques industrialisées. Elle tend à assimiler dans des réactions simples et souvent anciennes : haine du secret, incompréhension de la fonction du rituel, méfiance envers les « quêtes spirituelles » mal identifiées, la maçonnerie à des groupes religieux minoritaires, des sectes ou des réseaux d’influence. La fragilité de la notion d’objectivité scientifique est d’autant plus évidente que l’objet de l’étude tend à se dissocier de la notion de vérité au profit de sa manifestation perçue comme telle dans la société ; la rumeur, l’image substituées à la logique de l’argumentation. Ce genre d’attitude a gagné des pays comme l’Angleterre où la maçonnerie faisait partie du décor de la vie quotidienne, avec la garantie morale de l’Establishment. La complexité du fonctionnement des sociétés modernes a fait la part belle à ces réseaux d’influence dont l’existence alimente les théories florissantes du complot. La Loge P2, la Trilatérale ont bien existé et la tentation est forte à partir de certains rapprochements de donner consistance au vieux rêve de gouvernement mondial caché. En même temps, les réflexes anciens restent toujours dominants dans les sociétés qui ont connu un destin historique différent. En Grèce l’Eglise orthodoxe manifeste une hostilité inchangée. En Russie où la présence de la maçonnerie avait toujours été fragile, l’antimaçonnisme, lié à l’antisémitisme dans le sens du XIXe siècle, est partie intégrante du nouveau nationalisme et le discours sur le complot judéo-maçonnique a sa place dans l’ensemble de la société, y compris à la Douma. Si le patriarcat orthodoxe de Moscou demeure prudent, une pression importante existe dans les Eglises pour adopter une position plus dure.

9Dans le monde musulman où la maçonnerie s’est identifiée soit au colonialisme occidental comme en Egypte, soit à la modernisation de l’Etat comme en Turquie, l’attitude populaire a suivi les positions politiques générales ; cependant une certaine familiarité entre les confréries et la maçonnerie a pu influencer les rapports des nouveaux Etats-Nations avec les groupes religieux minoritaires.

Conclusion

10Les doutes et les incertitudes des sociétés modernes quant à leurs systèmes de valeur fondamentaux face à la rapidité de la sécularisation n’ont pas abouti dans le cas de la maçonnerie à tirer un trait sur de vieilles querelles devenues incompréhensibles mais à modifier la grille de perception tout en amplifiant l’écho. Aussi l’évolution technique de l’historiographie maçonnique et antimaçonnique est hypothéquée par la pression extérieure, le phénomène qui a touché l’historien ou le sociologue des sectes peut gagner l’ensemble du monde maçonnique, voire religieux, mêlant dans les mêmes définitions catégorielles l’hostilité du chrétien progressiste contre l’Opus Dei à celle du maçon rationaliste envers une Loge occultisante. Finalement, la confusion dominante rapproche et juxtapose anticléricalisme et antimaçonnisme sans les confondre à la façon dont les Chinois des siècles derniers associaient dans une méfiance commune Taoïstes, moines bouddhistes et fonctionnaires impériaux confucianistes. Ils juxtaposaient des images de moines paillards, danger pour la femme chinoise, à celle de vagabonds taoïstes voleurs, la plaie des commerçants, et de confucianistes abusant de l’autorité morale que leur position dans l’Etat leur conférait.

Notes

1 Pierre Boutin, La franc maçonnerie, l’Eglise et la fraternité, Paris, Desclée de Brouwer, 1998.

2 A la mort de Joseph Smith (1844) qui avait développé sa nouvelle église des Mormons dans le cadre de loges maçonniques, le Grand Maître ayant coupé à l’entreprise, la rupture entre les Mormons fut consommée. L’exclusion de la maçonnerie des Mormons a été prononcée dans l’Utah en 1927, en 1958, en 1965 puis en 1983, avant un revirement en 1984).

3 André Combes, Histoire de la franc-maçonnerie au XIXe siècle, Paris-Monaco, Ed. Rocher, 1998-1999, 2 volumes.

Auteur

Professeur de Sociologie religieuse à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540