Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Franc-maçonnerie et histoire : bilan et perspectives

 | 
Éric Saunier
, 
Christine Gaudin

Idéologies et pratiques (xviiie-xxe siècles)

Les organisations antimaçonniques en France (1899-1914)1

Michel Jarrige

Texte intégral

  • 1 SIGLES UTILISES - B : La Bastille : FA : La France antimaçonnique ; FC : La France chrétienne ; FCA (...)
  • 1 Roger Mennevee, L’Organisation antimaçonnique en France (de 1900 à 1928), Paris, Les Documents poli (...)
  • 2 Emile Poulat, Intégrisme et catholicisme intégral. Tournai, Casterman, 1969, p. 279-282.
  • 3 Marie-France James, Esotérisme et christianisme autour de René Guénon, Paris, Nouvelles Editions La (...)
  • 4 Henry Coston, La République du Grand Orient, Paris, Publications Henry Coston, 1995, p. 144-149.

1A Roger Mennevée revient le mérite d’avoir le premier abordé l’étude de l’antimaçonnerie française de 1900 à 1928. Dans son ouvrage L’Organisation antimaçonnique en France il consacre trent et une pages à la période 1900-19141. Emile Poulat rectifie les inexactitudes de Mennevée et brosse en quatre pages un tableau précis des organisations antimaçonniques dans Intégrisme et catholicisme intégral2. Marie-France James, dans Esotérisme et christianisme autour de René Guénon, affecte au mouvement antimaçonnique quatre pages inspirées de l’ouvrage d’Emile Poulat3. Henry Coston, qui ne cite pas ses sources, évoque en six pages la question dans La République du Grand Orient4.

2Alors, pourquoi une nouvelle étude sur ce sujet ? Tout d’abord, le travail de Mennevée, essentiellement descriptif, néglige l’analyse des idées. Ensuite, cet auteur postule une organisation unitaire de l’antimaçonnerie. Enfin, Mennevée utilise La Bastille, La Revue antimaçonnique, la Revue internationale des Sociétés secrètes et La Franc-Maçonnerie démasquée. En revanche, il laisse pratiquement de côté La France chrétienne. Marie-France James se sert de cette revue, devenue La France antimaçonnique, mais uniquement pour les articles de René Guénon parus en 1913-1914. La France chrétienne s’offrait donc tout naturellement à nous comme un matériau intéressant à exploiter. Trois documents inédits, figurant au Département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, apportent, de plus, une lumière nouvelle sur la tentative de fédération antimaçonnique de 1913.

3Ayant énoncé nos sources, il nous faut à présent légitimer les limites chronologiques de notre travail. L’année 1899 marque un tournant avec l’arrivée de Waldeck-Rousseau au pouvoir et la recrudescence du conflit entre l’Etat et l’Eglise. Par ailleurs, entre 1914 et 1916, trois revues antimaçonniques disparaîtront. La Franc-Maçonnerie démasquée agonisera jusqu’en 1924. Seule la Revue internationale des Sociétés secrètes survivra à ce naufrage. La période 1899-1914 correspond à la Belle Epoque de l’antimaçonnisme.

4Interrogeons-nous maintenant sur les divisions, réelles ou supposées, de ces organisations. Commençons par étudier les antagonismes entre les personnes. Nous examinerons ensuite les désaccords dans les idées.

1. Les antagonismes entre les personnes

De la Rive, sa revue, son groupement

  • 5 FC, no 25, 18 juin 1908, p. 262.

5La revue La France chrétienne a été fondée en 1887 par Léo Taxil. En 1896, le publiciste Abel Clarin de la Rive, de son vrai nom Viven-Pierre-Albert Clarin5 (1855-1914), en a pris la direction. Revue bimensuelle en 1899, hebdomadaire en 1900, promue alors au rang d’organe officiel de l’Union des Patriotes Catholiques, La France chrétienne devient, en 1902, celui du Conseil Antimaçonnique de France. Du 16 juin 1910 à la fin de l’année, la publication s’intitule La France chrétienne antimaçonnique. Le 5 janvier 1911, la revue adopte son titre définitif La France antimaçonnique. Dans sa livraison du 16 juillet 1914, l’hebdomadaire annonce le décès de son directeur. La France antimaçonnique cesse de paraître la semaine suivante, entraînant la disparition du Conseil Antimaçonnique de France dont le défunt était délégué général. Le cas de Clarin de la Rive nous semble exemplaire. Un homme, généralement un journaliste, fonde ou reprend la direction d’une publication antimaçonnique, puis crée un groupement dont la revue devient l’organe. Tous les autres chefs de file de l’antimaçonnerie s’inscrivent dans ce cas de figure, à commencer par les responsables de La Franc-Maçonnerie démasquée.

Les rapports tendus avec La Franc-Maçonnerie démasquée

  • 6 FC. no 30, 27 juillet 1905, Charmante Confraternité, p. 365.

6Cette revue, fondée en 1884 sous les auspices de Mgr Fava (1826-1899), évêque de Grenoble, est animée depuis 1893 par l’abbé Gabriel de Bessonies dit Soulacroix (1859-1913), rejoint en 1897 par l’abbé Henry Joseph dit Tourmentin (1850-1931). Ce dernier dirige également le Comité Antimaçonnique de Paris dont il est le créateur. En 1899, coexistent donc deux revues antimaçonniques, La France chrétienne et La Franc-Maçonnerie démasquée. Dans un premier temps les relations entre les deux rédactions semblent des plus courtoises. Puis, à partir de 1902, la situation se dégrade. La transformation, en 1904, du Comité Antimaçonnique de Paris en Association Antimaçonnique de France, dont La Franc-Maçonnerie démasquée devient la revue officielle, avait de quoi, en effet, irriter de la Rive contre Tourmentin, auquel le directeur de La France chrétienne fait grief de son arrogance et de son manque de confraternité6.

Les relations amicales avec A bas les Tyrans/La Bastille

  • 7 La Bastille avait cessé de paraître depuis le 12 octobre 1901.
  • 8 FC, no 9, 26 avril 1900, « A bas les Tyrans », p. 70-71 ; id., no 40, 29 novembre 1900, M. P. Copin (...)
  • 9 FCA, no 26, 30 juin 1910, L’Affaire Copin-Albancelli, p. 258.

7Dès sa parution, en avril 1900, l’hebdomadaire antimaçonnique A bas les Tyrans !, fondé par Paul Copin, dit Copin-Albancelli (1851-1939), secondé par André Baron, dit Louis Dasté, reçoit le meilleur accueil dans les colonnes de La France chrétienne. Deux ans plus tard, le 3 avril 1902, de la Rive apprend à ses lecteurs la suspension provisoire d’A bas les Tyrans ! qui vient de fusionner avec les Annales de la Patrie française7. Le 26 novembre 1902, l’hebdomadaire reparaît sous le titre La Bastille. Cette fois, de la Rive observe une prudente réserve. D’autant que, si Louis Dasté affiche des opinions catholiques, Copin-Albancelli, un ancien franc-maçon, se déclare libre penseur. En 1905, La Bastille devient l’organe de la Ligue de Défense Nationale contre la Franc-Maçonnerie, précédemment Union Française Antimaçonnique. En 1906, de la Rive révèle son adhésion à la Ligue de Défense Nationale contre la Franc-Maçonnerie8. Dès lors, La France chrétienne milite en faveur du rapprochement, vivement souhaité par Copin-Albancelli, de toutes les organisations antimaçonniques. Celles-ci sont maintenant au nombre de quatre depuis que le commandant Driant a créé la Ligue Antimaçonnique Française qui dispose d’une filiale féminine - la Ligue Jeanne d’Arc-, mais ne possède pas de revue. En 1907 la Ligue Française Antimaçonnique naît de la fusion de la Ligue de Défense Nationale contre la Franc-Maçonnerie avec la Figue Antimaçonnique Française. La Ligue Jeanne d’Arc devient la section féminine de la nouvelle formation dont Copin-Albancelli et Driant assurent conjointement la présidence avec le commandant Cuignet. Que le Conseil Antimaçonnique de France soit resté à l’écart du mouvement peut nous paraître étonnant puisque de la Rive poussait à l’entente. Justement, l’entente, et non pas la fusion. Néanmoins, le publiciste devient membre, à titre personnel, de la section parisienne du VIe arrondissement de la nouvelle ligue, section à laquelle il accorde l’hospitalité des locaux de son journal9.

Le schisme de 1910

  • 10 FC, no 19, 13 mai 1909, Lettre de Rome, p. 161 163 ; id., no 10, 10 mars 1910, Un manque de loyauté (...)
  • 11 B, no 395, 18 juin 1910, Un épisode de la guerre antimaçonnique, p. 1-4 ; FCA, no 26, 30 juin 1910, (...)

8Le 13 mai 1909, La France chrétienne, reprenant un article de La Bastille, dénonce la campagne de déstabilisation orchestrée contre Copin-Albancelli auprès des évêques français par Tourmentin et Soulacroix. Parallèlement, Flavien Brenier, secrétaire général de la Ligue Française Antimaçonnique, intrigue contre Copin Albancelli10. Après avoir démissionné de la présidence, Copin-Albancelli, accusé, entre autres, de malversations, est exclu de sa ligue. De la Rive prend parti pour son ami. Copin-Albancelli reconstitue la Ligue de Défense Nationale contre la Franc-Maçonnerie, puis, lance France d’hier et France de demain, un hebdomadaire destiné à remplacer temporairement La Bastille, devenue objet de contentieux avec Brenier. Le nouvel organe de presse disparaîtra à la fin de 1911, une fois sa mission remplie11. En 1910, l’antimaçonnerie se retrouve donc fragmentée en quatre organisations, ayant chacune son homme fort et son organe de presse. Et nous arrivons maintenant à l’année 1913, pour connaître un nouvel épisode de tentative d’unification antimaçonnique.

L’Episode antimaçonnique de 1913

  • 12 FA, no 31, 1er août 1912, Bonne confraternité, p. 341-342.

9Du 15 février 1912 au 27 novembre 1913, La France antimaçonnique publie régulièrement le sommaire de la Revue internationale des Sociétés secrètes, mensuel fondé en janvier 1912 par le chanoine Ernest Jouin (1844-1932), curé de Saint-Augustin, à Paris. De la Rive salue la marche ascensionnelle de cette revue devenue bimensuelle en 191312.

10L’échec du projet de fédération antimaçonnique de l’abbé Jouin est connu par la polémique qui s’en est suivie entre Charles Nicoullaud (1854-1925), le bras droit du chanoine Jouin, et Copin-Albancelli. Sur ce sujet, de la Rive reste muet. Du côté de La Franc-Maçonnerie démasquée et de la Revue antimaçonnique, rien ne filtre de l’événement. Par bonheur, les Archives Bessonies Tourmentin (bien connues de Dominique Morillon) nous apportent une précieuse contribution grâce aux dossiers confectionnés par Tourmentin sur cette affaire. Numérotés de 1 à 45, allant du 8 juin 1913 au 15 mars 1914, ces papiers nous ont permis de reconstituer cet épisode antimaçonnique.

  • 13 Dossier no 16 bis.
  • 14 FMD, 10 août 1912, La Ligue Militaire, p. 228-231 ; id., 10 juillet 1913, Œuvre française et chréti (...)

11Début 1913, l’abbé Jouin conçoit l’idée de fédérer officiellement les organisations antimaçonniques, et semble-t-il, secrètement de les unifier. Il s’en ouvre à André Baron, un ami de sa famille, ainsi qu’à Jean Bidegain, un collaborateur de Tourmentin. Mis au courant, Copin-Albancelli, échaudé par sa mésaventure de 1910, préfère prendre les devants. Par son article « La division créée par les mauvais procédés », paru dans La Bastille du 19 avril, il dévoile prématurément le projet, en assurant ainsi l’échec aux dires de Nicoullaud. Alerté, Brenier, qui craint pour l’indépendance de sa ligue, écarte toute idée de fusion, accuse Bidegain et Nicoullaud d’orchestrer un complot maçonnique, et met au courant Tourmentin qu’il sait également très attaché à l’autonomie de son association. Tourmentin réalise qu’il a été tenu sciemment à l’écart par Jouin qui le considérait comme un obstacle au bon déroulement de son scénario. « Je souffre de cet ostracisme ; j’en suis écoeuré et, je l’avoue, irrité. C’est “l’ôte-toi de là que je m’y mette” dans tout son cynisme13 », écrit Tourmentin qui conclut avec Brenier une « entente cordiale » destinée à faire pièce à la fédération. Or, les présidents de la Ligue Française Antimaçonnique et de l’Association Antimaçonnique de France, le commandant de Fraville et le général de Kerdrel, celui-ci secondé par Bidegain, marchaient avec Jouin. L’opposition farouche des secrétaires généraux de ces deux groupements, Brenier et Tourmentin, entraîne l’échec de ceux qu’ils considéraient comme des conspirateurs, l’abandon du projet et l’éviction des deux présidents. La coalition envisagée devait s’appeler « Fédération des ligues contre les sociétés secrètes et leurs filiales ». Elle aurait dû regrouper l’Association Antimaçonnique de France, la Ligue Française Antimaçonnique, la Ligue Franc-Catholique - créée tout exprès par Jouin afin de pouvoir adhérer à la fédération-et la Ligue Militaire. Composée d’officiers démissionnaires ou retraités, cette dernière était une organisation de défense des militaires d’active, tenus au silence par leur statut. Présidée par le commandant Driant, elle regroupait plus de cent généraux et de mille officiers14. Nous ne trouvons plus mentionnée la Ligue Militaire dans la suite de cette affaire. Voyant son plan rejeté par les deux premiers groupements, le promoteur a sans doute renoncé à une démarche devenue inutile auprès de Driant. Remarquons, au passage, qu’il n’est plus question de la ligue de Copin-Albancelli. D’une part, parce que lui-même ne voulait pas entendre parler de fédération, et de l’autre parce que sa non participation était posée comme condition préalable à toute négociation par Brenier.

  • 15 Charles Nicoullaud, Episode antimaçonnique, Paris, RISS, 1914, p. 66 et 69.
  • 16 RA. no 2-3, décembre 1913-janvier 1914, p. 3.

12Et de la Rive, dans tout cela ? Le 21 mai, l’abbé Jouin envoie à de la Rive une lettre dans laquelle le signataire regrette de n’avoir pas eu le temps de mettre son correspondant au courant du projet eu égard à l’indiscrétion calculée de Copin-Albancelli. De toute façon, le Conseil Antimaçonnique de France n’existait plus que sur le papier15. Par contre, en 1913, la Ligue Française Antimaçonnique revendiquait 49 sections et 2000 adhérents16. Dans les Archives Bessonies-Tourmentin, deux documents nous renseignent sur l’importance de l’Association Antimaçonnique de France. Dans le Fichier des sections nous avons compté 31 sections. Dans le Memento des abonnés à La Franc-Maçonnerie démasquée, établi en 1916, nous avons relevé 1018 noms. Dès lors on comprend pourquoi ni Brenier, ni Tourmentin, ne tenaient à faire cadeau à Jouin des deux plus grosses organisations antimaçonniques sur lesquelles les deux secrétaires généraux régnaient sans partage.

13Au total, l’antimaçonnerie aborde l’année 1914 déchirée comme jamais auparavant. Les querelles entre les personnes étaient vives dans le mouvement antimaçonnique. Les désaccords dans les idées ne l’étaient pas moins.

2. Les désaccords dans les idées

La polémique sur le « Pouvoir occulte »

14A peine enterrée la tentative de fédération de l’abbé Jouin, La France antimaçonnique, jusque-là très discrète, se lance à son tour dans une polémique avec la Revue internationale des Sociétés secrètes dans laquelle Nicoullaud réglait ses comptes avec Copin-Albancelli qui rendait coup pour coup dans La Bastille. Cependant, cette fois, on passe du terrain des rivalités de personnes et des querelles de groupements au domaine des divergences idéologiques. Donc, dans la livraison du 18 décembre 1913, dans l’article « A propos des Supérieurs Inconnus et de l’Astral », René Guénon, signant « Le Sphinx », s’attaque à un article de Nicoullaud paru, sous le pseudonyme de Martigue, dans la Revue internationale des Sociétés secrètes. Avec une logique serrée, Guénon unit dans une même critique Nicoullaud et Gustave Bord, le premier pour avoir soutenu le second dans sa condamnation du livre de Benjamin Fabre, Un Initié des Sociétés Secrètes supérieures : Franciscus, Eques a Capite Galeato, qui défendait la thèse chère à Copin-Albancelli, préfacier de l’ouvrage, de l’existence dans la franc-maçonnerie de dirigeants occultes.

15De la Rive, lui aussi, et depuis longtemps, avait complètement adhéré aux idées de son ami. C’est en 1908 que débute la querelle opposant Copin-Albancelli à Tourmentin au sujet du Pouvoir occulte. Entre 1908 et 1913, La France chrétienne va publier sur le sujet pas moins de quinze articles, tous repris de La Bastille. De quoi s’agit-il ? Copin-Albancelli défend l’existence d’un pouvoir occulte, actionné par les juifs, contre Tourmentin qui soutient l’opinion contraire en avançant deux arguments. En premier lieu, cette thèse est disqualifiée car elle reprend, en l’habillant d’une autre façon, celle de Léo Taxil. En second lieu, Copin-Albancelli se voit reprocher le manque de preuves documentaires pour étayer une assertion à laquelle il ne parvient que par le raisonnement. Copin-Albancelli balaie l’objection. Un Pouvoir qui veut rester invisible ne laisse pas traîner de documents. L’arme du raisonnement demeure seule disponible pour l’appréhender. En l’occurrence, la méthode scientifique utilisée par Tourmentin se révèle donc inadéquate.

16Séparés sur le plan doctrinal, les deux hommes voyaient porter contre eux la même accusation de connivence avec la franc-maçonnerie.

Les soupçons d’infiltrations maçonniques dans l’antimaçonnerie

  • 17 FC, no 38, 23 septembre 1909, Les FF\ J. Desjobert, R. Guénon et A. Thomas, p. 329-330 ; id. no 47, (...)

17Tourmentin, apparemment adversaire de la théorie du Pouvoir occulte, ne serait-il pas en réalité un agent infiltré par ce Pouvoir occulte dans l’antimaçonnerie ? Telle est la question que certains francs-maçons n’hésitent pas à poser publiquement, en 1909-1910. Tout commence, dans La France chrétienne le 23 septembre 1909, à l’occasion de l’exclusion de Guénon des organisations ésotériques animées par Papus. Des articles de Hiram, revue maçonnique de la mouvance papusienne, sont reproduits à compter de cette date. Ils révèlent qu’une entente existe entre Tourmentin et le Grand Orient. L’abbé, contrairement à ce qu’il prétend, ne dispose d’aucun espion dans les loges. En réalité, les renseignements publiés dans son journal proviendraient directement de la rue Cadet. L’intéressé qualifie l’allégation d’élucubration. Afin de prouver le sérieux de ses informations, Hiram donne des précisions inconnues du public, comme le nombre des abonnés à La Franc-Maçonnerie démasquée qui s’élève à 1109. Ce qui semble exact, si nous comparons avec le Memento des abonnés de 1916 cité plus haut. Hiram finit par indiquer ses sources. A l’affût dans une pièce voisine des locaux de La Franc-Maçonnerie démasquée, les amis de Papus tendent l’oreille à travers la cloison. Ceci nous paraît très vraisemblable car le journal de Tourmentin recoupe involontairement l’information en annonçant, moins de deux mois plus tard, le transfert de ses bureaux17.

  • 18 Roger Mennevee, op. cit., p. 52, note 2 ; H. Coston, op. cit., p. 151 152.

18Par contre, si Tourmentin avait établi des contacts suivis avec des francs-maçons c’était pour en obtenir, moyennant finances, des informations. Rien à voir avec une quelconque convergence idéologique. Mennevée conforte cette opinion en citant Philipparie et Coston fait de même avec Sémelet18. Ces deux francs-maçons renseignaient Tourmentin. Quoi qu’il en soit, ce dernier soupçonna Copin-Albancelli d’avoir documenté Hiram. En quoi il se trompait, mais il n’était pas le seul.

  • 19 RA, no 4-5 6, février-mars-avril 1914, Notre Attitude, p. 103-104 ; Ch. Nicoullaud, op. cit., p. 81 (...)
  • 20 Cf. Jacqueline Lalouette, Les Mouvements de la Libre Pensée pendant la IIIe République, 1870-1940, (...)

19Brenier et Nicoullaud, tous deux antimaçons, catholiques et royalistes, soupçonnent eux aussi l’ancien franc maçon, toujours libre penseur et républicain, d’avoir été infiltré dans leurs rangs par la franc-maçonnerie. Le premier, en 1910, après avoir fait exclure Copin-Albancelli de la Ligue Française Antimaçonnique, fit adopter une disposition additionnelle aux statuts. La nouvelle clause prévoyait qu’un ancien franc-maçon ne pouvait pas accéder à un poste de responsabilité dans l’organisation. Le second ne reproche pas tant à Copin-Albancelli d’avoir été franc-maçon que d’être demeuré libre penseur, c’est-à-dire de continuer à faire partie d’« une autre section de la secte19 ». A cet égard, Jacqueline Lalouette a bien montré, dans sa thèse, les rapports unissant la franc-maçonnerie et la libre pensée20.

Les divergences politiques

  • 21 FC, no 11, 1er juin 1899, L’Egalité devant la loi, p. 121 ; id., no 12, 15 juin 1899, Pétition cont (...)
  • 22 FC, Nouvelles catholiques, no 1, 1er mars 1900, Ce que nous voulons, p. 1-2 ; id., no 17, 21 juin 1 (...)

20Pour de la Rive l’abaissement de la franc-maçonnerie passe par un changement de majorité parlementaire. En 1899, se laissant porter par la vague nationaliste, il prend position, par pure tactique, en faveur de la Ligue de la Patrie française21. Mais, dès 1900, il entend agir du seul point de vue catholique. Républicains modérés ou nationalistes, royalistes ou bonapartistes, peu importe. L’important est de faire barrage aux candidats francs-maçons aux élections de 190222.

  • 23 Il s’agit des sénateurs de Marcère et de Las-Cases, ainsi que des députés Amédée Reille, de Ludre e (...)
  • 24 FA, no 38, 19 septembre 1912, Nouvelles Précisions sur les Instructions de la Papauté en matière po (...)

21Dans ces conditions, de la Rive allait-il rejoindre le nouveau parti des catholiques ralliés, l’Action Libérale Populaire de Jacques Piou ? Nous avons comparé la composition des comités directeurs de l’Association Antimaçonnique de Prance et de l’Action Libérale Populaire. Cinq députés et sénateurs appartiennent simultanément aux deux organismes23. C’est dire si les liens étaient étroits. La France chrétienne manifesta à l’égard des Ralliés une hostilité croissante, allant de pair avec la guerre ouverte menée par de la Rive contre Tourmentin. A partir de 1906, le parti de Piou n’est plus nommé que « l’Action dite Libérale Populaire », puis « l’Action Libérale Impopulaire ». En 1909, il est question de « l’Action non libérale et encore moins populaire ». En 1911, enfin, « l’Action non Libérale et absolument Impopulaire » semble la dernière appellation peu amène à être utilisée dans les colonnes du journal. Depuis 1912, en effet, le parti de Piou, diminué, et même divisé à la Chambre, ne bénéficiait plus des faveurs exclusives de l’Eglise. Le pape avait demandé aux catholiques français de s’unir sur le seul dénominateur commun de la défense religieuse. Les monarchistes pouvaient relever la tête. Visiblement, de la Rive était du nombre24.

  • 25 FC, no 51, 17 décembre 1903, La Royauté Nationale, p. 4549-4550 ; id., no 14, 7 avril 1910, Bourbon (...)
  • 26 FC, no 26, 27 juin 1907, M. le duc d’Orléans, p. 331.
  • 27 FA, no 34, 24 août 1911, Un prêtre prétendant à la couronne de France, p. 370-372.
  • 28 FA, no 16, 16 avril 1914, A mes Confrères de l’Association de la Presse Monarchique et Catholique, (...)

22Examinons cela d’un peu plus près. En 1903, La France chrétienne informe ses abonnés de la parution de La Royauté nationale. Ce journal soutient la cause de François de Bourbon, duc d’Anjou qui, de Madrid, revendique l’héritage politique du comte de Chambord25. Les références à Charles Maurras et à son œuvre paraissent des plus minces dans La France chrétienne. Quatre articles en tout et pour tout, à partir de 1907. Au demeurant, de la Rive se montre circonspect envers le duc d’Orléans, Philippe VIII pour ses partisans. Le publiciste reproche à ce prince, en 1907, de n’offrir que sa version personnelle de la monarchie26. En 1911, trois copieux articles sont consacrés à la question Louis XVII-Naundorff. La même année, de la Rive recense un nouveau prétendant à la couronne de France en la personne de Félix de Valois, un prêtre interdit qui se présente comme le descendant du Masque de Fer27. Enfin, en 1914, La France antimaçonnique publie un long communiqué de l’Association de la Presse Monarchique et Catholique28. Deux autres indices ne laissent aucun doute sur les attaches royalistes de Clarin de la Rive. D’abord, à partir de 1911, des fleurs de lis ornent par endroits la revue. Ensuite, en 1914, des maximes apparaissent sous le titre de « Vérités Françaises ». Nous en avons relevé neuf comme étant ouvertement, soit hostiles à la république, soit favorables à la monarchie.

23On l’aura compris, le directeur de La France antimaçonnique ne soutenait pas la cause du duc d’Orléans. Il ne partageait pas non plus les vues de l’Action Française. A défaut de pouvoir se mettre au service d’un prétendant ou d’une idéologie, ce légitimiste gardait sa fidélité à une tradition.

24En synthèse, entre 1899 et 1914, nous avons affaire à des organisations antimaçonniques mues par des préoccupations communes. En premier lieu, les adversaires à combattre sont les francs-maçons : c’est l’évidence. Mais aussi leurs alliés, leurs amis, les républicains de gauche, les libres penseurs, les juifs, tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, sont censés faire le jeu de la franc-maçonnerie contre l’Eglise catholique. Car, les militants antimaçons se réclament dans leur immense majorité d’un catholicisme ardent. Des prêtres occupent des postes de responsabilité. Tourmentin, Soulacroix, Jouin se trouvent dans ce cas. La défense de la cause catholique, voilà en effet la deuxième motivation qui cimente le mouvement antimaçonnique. Certes, il existe des antimaçons au sein d’autres écoles de pensée, par contre les organisations spécifiquement antimaçonniques s’affichent toutes ouvertement catholiques, y compris la ligue de Copin-Albancelli, pourtant libre penseur à titre personnel. Ces organisations s’appuient sur une personnalité dirigeante et disposent d’une revue. Un homme, un journal, un groupement, voilà un troisième point commun. Mais d’abord, au nombre de deux en 1899, ces organisations passent à trois en 1900, puis à quatre en 1910, pour finalement se compter cinq en 1913. L’éclatement de ce milieu s’explique par des rivalités personnelles. De la Rive n’aime pas Tourmentin. Ce dernier se méfie de Copin-Albancelli que détestent Brenier et Nicoullaud. Des oppositions politiques aggravent la désunion. De la Rive, nous l’avons démontré, se rattache à la tradition royaliste, de même que Nicoullaud et Brenier. A l’inverse, Tourmentin est un rallié à la république, un proche des amis de Piou. Quant à Copin-Albancelli, il a fondé son combat antimaçonnique sur un engagement exclusif en faveur du nationalisme. De plus, tous se soupçonnent les uns les autres de sombres desseins. On veut leur prendre ce qu’ils considèrent comme leur bien propre, leur organisation, soit en les évinçant, soit au prétexte d’une fédération. Sans compter les réminiscences de l’affaire Taxil, omniprésentes. A cet égard, certains antimaçons éminents sont considérés comme des agents infiltrés par la franc-maçonnerie. Ce cas de figure s’applique à Copin-Albancelli, à Nicoullaud, à Bidegain. D’où l’échec des projets d’union perçus comme des manœuvres d’origine maçonnique. D’où les scissions destinées à sauver tout ou partie de groupements considérés comme menacés. Les antagonismes entre les personnes se doublent de désaccords dans les idées. Une première école regroupe, derrière La Franc-Maçonnerie démasquée, les tenants de l’antimaçonnisme documentaire. Rien ne doit être affirmé sans preuve tangible émanant de sources maçonniques dûment authentifiées. Une deuxième école, autour de La Bastille, base son étude de la franc-maçonnerie sur le raisonnement. Au final, conflits de personnalités, concurrences de journaux, rivalités de groupements, oppositions politiques, divergences d’analyses, mettent à mal la thèse d’un bloc antimaçonnique. Les facteurs de discorde l’emportent largement sur les intérêts communs. La confusion - voire l’anarchie - semble de règle dans un milieu antimaçonnique en proie aux schismes, aux divisions et aux rivalités.

Notes

1 Roger Mennevee, L’Organisation antimaçonnique en France (de 1900 à 1928), Paris, Les Documents politiques, 1928, p. 9-39.

2 Emile Poulat, Intégrisme et catholicisme intégral. Tournai, Casterman, 1969, p. 279-282.

3 Marie-France James, Esotérisme et christianisme autour de René Guénon, Paris, Nouvelles Editions Latines, 1981, p. 123-127.

4 Henry Coston, La République du Grand Orient, Paris, Publications Henry Coston, 1995, p. 144-149.

5 FC, no 25, 18 juin 1908, p. 262.

6 FC. no 30, 27 juillet 1905, Charmante Confraternité, p. 365.

7 La Bastille avait cessé de paraître depuis le 12 octobre 1901.

8 FC, no 9, 26 avril 1900, « A bas les Tyrans », p. 70-71 ; id., no 40, 29 novembre 1900, M. P. Copin-Albancelli et la Maçonnerie, p. 385 ; id., no 10, 8 mars 1906, Solidarité Antimaçonnique, p. 110.

9 FCA, no 26, 30 juin 1910, L’Affaire Copin-Albancelli, p. 258.

10 FC, no 19, 13 mai 1909, Lettre de Rome, p. 161 163 ; id., no 10, 10 mars 1910, Un manque de loyauté dans l’antimaçonnerie, p. 102-107 ; FCA, no 26, 30 juin 1910, l’Affaire Copin-Albancelli, p. 257-259.

11 B, no 395, 18 juin 1910, Un épisode de la guerre antimaçonnique, p. 1-4 ; FCA, no 26, 30 juin 1910, L’Affaire Copin-Albancelli, p. 257-259 ; ibid., no 28, 14 juillet 1910, p. 277-278 ; ibid., no 29, 21 juillet 1910, p. 289-293 ; ibid., p. 297-298 ; id., no 30, 28 juillet 1910, Reconstitution de la Ligue de Défense Nationale contre la Franc-Maçonnerie, p. 298 : id., no 35, 1er septembre 1910, Ligue de Défense Nationale contre la Franc-Maçonnerie, p. 356-357 ; id., no 45, 10 novembre 1910, France d’Hier et d’Aujourd’hui, p. 463-464 ; FA, no 4, 26 janvier 1911, Une Déclaration, p. 37-38 ; ibid., no 5, 2 février 1911, p. 49-50 ; id., no 6, 9 février 1911, L’Union entre Antimaçons, p. 61.

12 FA, no 31, 1er août 1912, Bonne confraternité, p. 341-342.

13 Dossier no 16 bis.

14 FMD, 10 août 1912, La Ligue Militaire, p. 228-231 ; id., 10 juillet 1913, Œuvre française et chrétienne, p. 203-204.

15 Charles Nicoullaud, Episode antimaçonnique, Paris, RISS, 1914, p. 66 et 69.

16 RA. no 2-3, décembre 1913-janvier 1914, p. 3.

17 FC, no 38, 23 septembre 1909, Les FF\ J. Desjobert, R. Guénon et A. Thomas, p. 329-330 ; id. no 47, 25 novembre 1909, Un curieux Episode de la Lutte Antimaçonnique, p. 434 435 ; id., no 48, 2 décembre 1909, Suite d’un Incident de la Lutte Antimaçonnique, p. 445-448 ; ibid., no 49, 9 décembre 1909, p. 450-453 ; ibid., no 50, 16 décembre 1909, p. 465-467 ; ibid., no 51, 23 décembre 1909, p. 475-477 ; ibid., Propos oiseux, p. 477 479 ; id., no 1, 6 janvier 1910, Suite d’un Incident de la Lutte Antimaçonnique, p. 5-6 ; id., no 3, 20 janvier 1910, Trahi par lui-même, p. 22-25 ; ibid., Chez l’Ermite de la Mésangère, p. 25-26 ; id., no 12, 27 mars 1910, Concert antimaçonnique, p. 121-124 ; ibid., Chez l’Ermite de la Mésangère, p. 124-126 : id., no 15, 14 avril 1910, « Hiram » et M. Tourmentin, p. 153-154 ; ibid., Chez l’Ermite de la Mésangère, p. 154-156 ; FMD, 10 juin 1910, Avis. C’est la porte B, p. 161.

18 Roger Mennevee, op. cit., p. 52, note 2 ; H. Coston, op. cit., p. 151 152.

19 RA, no 4-5 6, février-mars-avril 1914, Notre Attitude, p. 103-104 ; Ch. Nicoullaud, op. cit., p. 81, 131, 211 et 241.

20 Cf. Jacqueline Lalouette, Les Mouvements de la Libre Pensée pendant la IIIe République, 1870-1940, Thèse de doctorat d’Etat préparée sous la direction de Maurice Agulhon, Paris 1, novembre 1994, Tome I, p. 209 241.

21 FC, no 11, 1er juin 1899, L’Egalité devant la loi, p. 121 ; id., no 12, 15 juin 1899, Pétition contre la Fr\ Maç\, p. 133 ; id., Nouvelles catholiques, no 2, 8 mars 1900, Aux Catholiques, p. 13-15.

22 FC, Nouvelles catholiques, no 1, 1er mars 1900, Ce que nous voulons, p. 1-2 ; id., no 17, 21 juin 1900, Natiohalisme et Catholicisme, p. 71-72 ; id., no 4, 21 mars 1900, Appel de la « France Chrétienne », p. 17-18 ; FC, 23, 2 août 1900, L’Union des Patriotes Catholiques, p. 178 ; id., no 1, 2 janvier 1902, Appel de la « France Chrétienne » organe de l’Union des Patriotes Catholiques à toutes les bonnes volontés, p. 624-625.

23 Il s’agit des sénateurs de Marcère et de Las-Cases, ainsi que des députés Amédée Reille, de Ludre et de Gailhard-Bancel.

24 FA, no 38, 19 septembre 1912, Nouvelles Précisions sur les Instructions de la Papauté en matière politique, p. 425 ; id., no 38, 19 septembre 1912, Manœuvre Libérale, p. 426 ; id., no 40, 3 octobre 1912, Une note officieuse du Vatican, p. 460 ; id., no 50, 12 décembre 1912, Le Pape et ses directions politiques, p. 572.

25 FC, no 51, 17 décembre 1903, La Royauté Nationale, p. 4549-4550 ; id., no 14, 7 avril 1910, Bourbon contre Orléans, p. 144-145.

26 FC, no 26, 27 juin 1907, M. le duc d’Orléans, p. 331.

27 FA, no 34, 24 août 1911, Un prêtre prétendant à la couronne de France, p. 370-372.

28 FA, no 16, 16 avril 1914, A mes Confrères de l’Association de la Presse Monarchique et Catholique, p. 181-185.

Notes de fin

1 SIGLES UTILISES - B : La Bastille : FA : La France antimaçonnique ; FC : La France chrétienne ; FCA : La France chrétienne antimaçonnique ; FMD : La Franc Maçonnerie démasquée ; RA : La Revue antimaçonnique’, RISS : Revue internationale des Sociétés secrètes.

Auteur

Professeur agrégé d’histoire à l’IUFM de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540