Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Franc-maçonnerie et histoire : bilan et perspectives

 | 
Éric Saunier
, 
Christine Gaudin

Idéologies et pratiques (xviiie-xxe siècles)

Les rites maçonniques au regard de Making a Freemason de Richard Newton ou l’art de la caricature

Pascal Dupuy

Texte intégral

L’auteur souhaite vivement remercier pour leurs indications bibliographiques et leurs précieux conseils dans l’élaboration de cet article : Pierre-Yves Beaurepaire, Cécile Révauger et Eric Saunier.

  • 1 Sur tous ces points, cf. Pascal DUPUY, « Aux sources iconographiques de l’historiographie anglo-sax (...)

1Longtemps méprisée par les historiens de l’art, peu abordée par les historiens mal à l’aise devant la source iconographique, la caricature a été récemment redécouverte, tout d’abord et en partie, grâce aux historiens français de l’époque moderne et plus singulièrement par ceux du moment révolutionnaire de 1789. La production des années 1780-1800 est à présent assez bien connue, sous l’impulsion des travaux de Michel Vovelle, Annie Duprat ou Claude Langlois entre autres. En ce qui concerne la production anglaise les conclusions sont à la fois semblables et différentes. Semblable, dans le sens où les historiens de langue anglaise ont longtemps tardé à investir le champ de la satire graphique et s’engagent encore aujourd’hui avec réticence dans l’étude de la caricature en tant que source autonome. Différent, dans la mesure où les historiens de l’art anglo-saxons se sont, quant à eux, libérés des préjugés qui ont marqué, ou marquent encore, leurs collègues français, et se sont attachés à comprendre l’intérêt, la portée, souvent polysémique, l’influence ou l’inspiration, de la caricature.1 En outre, pour la période qui nous intéresse, soit la deuxième moitié du dix-huitième siècle, la production anglaise est véritablement à son apogée. Elle possède, en effet, des artistes de grand talent, des marchands avisés, un solide réseau de diffusion et un large public. En fait, elle ressemble, avec trente à quatre-vingts ans d’avance, à la production graphique satirique française du dix-neuvième siècle qui, elle-même, de par son importance et son envergure, a longtemps accaparé l’attention des historiens et des historiens de l’art, rejetant la caricature révolutionnaire dans les hors-textes de l’histoire. Même si elle fut souvent cantonnée dans un registre illustratif, la production satirique graphique anglaise n’a donc pas véritablement connu les mêmes déboires que sa cousine française et de nombreux ouvrages parus en particulier depuis une trentaine d’années en Angleterre, aux Etats-Unis, en France et en Allemagne notamment, s’attachent à comprendre, apprécier ou analyser le contenu, les formes, les partis pris, les dits et les non dits de la caricature anglaise contemporaine du moment révolutionnaire français.

  • 2 Cf. Pascal Dupuy, « L’Angleterre face à la Révolution : la Représentation de la France et des Franç (...)

2Fort de ces études, dont nous sommes nous-mêmes partie prenante2, et dans le cadre d’un colloque centré sur la franc-maçonnerie, nous avons souhaité nous attarder sur un artiste et une de ses estampes qui résume de manière grotesque et outrée quelques-unes des méthodes emblématiques de la caricature de la fin du dix-huitième siècle en une sorte d’abécédaire comique et satirique classique. En outre, cette œuvre, si elle renvoie de manière satirique aux initiations maçonniques par son titre et son contenu fait également référence par allusion à la France, à son moment révolutionnaire, et croyons-nous, par rebond, à l’attitude des maçons anglais envers les événements révolutionnaires français. Nous diviserons notre présentation en trois points, tout d’abord une présentation de l’œuvre et du parcours de R. Newton, ensuite les quelques caricatures qui abordent la franc-maçonnerie et enfin l’analyse de Making a Freemason.

1. Richard Newton : un parcours fulgurant

  • 3 Voir David Alexander, Richard Newton and English caricature in the 1790s, Manchester University Pre (...)

3La carrière de Newton3 est passionnante, mais bien trop courte ! Né en 1777, il meurt en 1798 à l’âge donc de 21 ans. Il commence à dessiner et à graver dans l’atelier de William Holland dès 14 ans et prend la succession de Frederick George Byron qui disparaît pendant l’hiver 1791 lui aussi de manière précoce, à l’âge de 27 ans. Dès 1792, Richard Newton devient l’un des principaux artistes de la maison Holland, éditeur aux penchants politiques radicaux, et, fait remarquable et surprenant pour un garçon si jeune, publie, en tant qu’éditeur, quelques gravures ! Toujours en 1792, il grave des estampes de plus grand format et aux sujets plus ambitieux. A la suite de l’arrestation de Holland, pour publication d’estampes et de pamphlets subversifs, il semble continuer de s’occuper de la boutique de son éditeur qu’il visite à plusieurs reprises en prison, ce qui lui fournira le sujet de plusieurs estampes. Après un ralentissement de sa production en 1793, il exécute plus de cent gravures entre le printemps 94 et l’hiver 96. En 1797, il publie ses œuvres à partir de sa propre boutique et mélange satire de mœurs et satire politique, en particulier de nombreuses gravures anti-Pitt. Au printemps 98 son activité connaît une grande parenthèse probablement due aux premiers signes de la maladie. Il meurt le 8 décembre de la même année.

  • 4 Filon, Histoire de la caricature en Angleterre, Paris, Hachette, 1902.
  • 5 T. Wright, Histoire de la caricature et du grotesque dans la littérature et dans l’art, Paris. 1866 (...)
  • 6 John A. Lent, Comic Art of Europe. An international comprehensive bibliography, Wesport Greenwood P (...)
  • 7 Mary D. George, English Political Caricature. A study of opinion and propaganda, Oxford, Clarendon (...)
  • 8 David Alexander, Richard Newton and English caricature in the 1790s, Manchester University Press, 1 (...)
  • 9 Id, p. 8.
  • 10 Voir également Pascal Dupuy, « La caricature anglaise face à la France en révolution (1789-1802) »,(...)

4Les historiens de la caricature anglaise ont tardé, peut-être à cause de son parcours fulgurant, à reconnaître ou envisager ses mérites. A. Filon4 dans son Histoire de la caricature en Angleterre, publiée au début du vingtième siècle, ne le cite pas, ni ne commente aucune de ses gravures. De même, avant lui, Thomas Wright5, dans un ouvrage plus général, sur l’Histoire de la caricature et du grotesque, mais toutefois largement ouvert à la production anglaise du dix-huitième siècle, l’ignore également. Pour toutes ces raisons, on ne trouve aucune entrée à son nom dans le recueil bibliographique sur l’art comique en Europe publié sous la direction de John A. Lent en 19946. Malgré tout, un certain nombre de spécialistes avisés ont relevé son nom et son talent. Ainsi, Mary Dorothy George, qui a classé et commenté une grande partie des caricatures conservées au British Museum avant et après la seconde guerre mondiale, remarquait dans le premier volume de sa somme sur la caricature politique anglaise publiée en 1953 que « sa mort prématurée avait probablement privé l’Angleterre d’un grand caricaturiste7 ». Elle relève aussi son esprit joyeux, son humour qualifié de puéril, son don pour le grotesque et pour le dessin audacieux. Enfin, elle qualifie son trait de réaliste, charmant, presque gracieux, probablement en raison de son jeune âge ce qui ne l’empêcha pas, ajoute-t-elle, de produire de nombreuses caricatures politiques acérées. Il faudra cependant attendre 1996 et un mémoire de maîtrise ayant pour objet son œuvre ainsi qu’une exposition en 1998 pour prendre véritablement conscience de la valeur et de l’intérêt de la production satirique graphique de Richard Newton. David Alexander, qui a organisé l’exposition et rédigé son catalogue, parle à son propos d’un maître du burlesque et d’un style extraordinairement vigoureux et inventif8. Il souligne également que Newton a été le seul artiste à nous avoir laissé une aquarelle représentant une salle d’exposition de caricatures9, le plus souvent attenante aux magasins d’estampes, pour l’occasion celui de l’éditeur, dont il a déjà été question, William Holland sur Oxford Street. On y distingue en effet Newton lui-même, mais aussi et surtout la bonne société londonienne qui s’est déplacée afin d’admirer l’exposition et enfin de nombreuses caricatures accrochées aux murs, certaines de la main de Newton, toutes, évidemment, publiées par William Holland. Certaines de ces œuvres, ainsi que celles que l’auteur a volontairement choisi de censurer, peuvent nous permettre de définir les principaux procédés et thèmes ainsi que les grandes caractéristiques de la caricature de cette époque10.

  • 11 Voir Annie Duprat, « Humour et caricatures politiques (XVI-XXe siècles) », L’Humour Graphique (Cahi (...)
  • 12 Mikhaïl Bakhtine, L’œuvre de François Rabelais et la culture populaire au Moyen Age et sous la Rena (...)
  • 13 Sigmund Freud, Le mot d’esprit et sa relation à l’inconscient, Paris, 1988, p. 202.
  • 14 David Alexander, Richard Newton and English caricature in the 1790s, Manchester University Press, 1 (...)
  • 15 Ibid., p. 124.

5Tout d’abord, notons qu’à l’inverse de la production française, les graveurs anglais utilisent très peu la technique de l’animalisation, de la mythologisation et se servent avec modération du jeu de mots11. En revanche, ils utilisent abondamment les effets de contrastes, dans la lignée graphique de William Hogarth. Dans ces jeux de poids et de démesure, les oppositions peuvent être visuelles et explicites, le plus souvent, mais également implicites par les rapports de l’image et du texte de la légende ou de la lettre. Fast Day de Newton, qui comme Making a Freemason date de 1793 époque à laquelle Holland était en prison, ridiculise le clergé qui, gros, gras et ventru, jeûne avec abondance, mais raille également George III qui avait instauré chaque 19 avril un jeûne national. Ce qui nous amène à une autre dimension de la caricature anglaise de la fin du dix-huitième siècle, à savoir son caractère politique, relevant et accentuant aussi bien les préjugés contre le pouvoir que contre l’opposition radicale ou modérée en une vision le plus souvent anglo-anglaise. Ces attaques visent ce qui fait immédiatement sens et provoque le rire : le corps. George III, Fox, Pitt, Burke en feront particulièrement les frais côté anglais, Bonaparte, puis Napoléon paiera lui aussi de sa personne dans les caricatures de Gillray, Cruikshank, père et fils, et bien sûr Newton. Ainsi Buonaparte establishing is French Quarters in Italy propose en novembre 1797 un général grotesquement et péjorativement stéréotypé, un ogre botté, à la moustache et au sabre désespérément longs, qui muni des symboles révolutionnaires français se fait baiser le cul par le pape devant les yeux en larmes de Pitt, le prochain à y passer, et les acclamations de Fox. La satire politique, dans un à propos dégradant, se mêle aux procédés avilissants issus de la culture et de la fête populaires. Le derrière remplace la tête, ce qui est d’ailleurs souligné dans le titre et dans le phylactère. Il est aussi intéressant de remarquer que, comme le rapporte Bakhtine, « dans la légende qui entoure Rabelais : Rabelais reçu un jour chez le pape, aurait proposé de baiser le visage à l’envers du Souverain pontife, à la condition qu’il fut bien lavé12 ». Ici, le monde est véritablement à l’envers puisque c’est le pape qui baise le derrière, l’inverse du visage, de l’ogre français ! La verve grotesque, par l’héritage ancien qu’elle véhicule dans l’écrit comme dans l’image, légitime le rire et renforce le message péjoratif. La scatologie, le rabaissement, le blasphème, la mort symbolique sont alors réunis et dirigés vers des cibles renversées et subtilement mêlées : le corps et le visage grotesque du général républicain français, le baiser du pape, les larmes de Pitt dans la perspective d’un avenir peu réjouissant et enfin les acclamations des leaders de l’opposition. Pour résumer, Newton illustre par avance dans cette gravure le mot de Freud à propos de la caricature : « la révolte contre l’autorité »13. Autre propos privilégié, la xénophobie qui d’ailleurs s’exprime en partie dans la gravure précédente à l’encontre de Bonaparte comme du pape. On trouve de nombreux exemples de satires graphiques ayant pour objet de ridiculiser le Français ou l’Espagnol, tandis que les noirs, et particulièrement les femmes noires, sont moins fréquemment, mais beaucoup plus grotesquement, représentés en un objet de désir sexuel et de fantasme pervers (voir par exemple14 R. Newton, The full moon in eclipse). La sexualité, la perversion apparaissent donc souvent dans ces caricatures, cachées par le voile pudique de l’humour et de la dérision, mais chargée de sens, de pratiques interdites ou d’érotisme. Dans la caricature anglaise, comme dans les collèges d’enseignement du XVIIIe siècle où l’on ne parle pas de sexe, il y est toutefois toujours présent, implicitement, subtilement ou par allusion, mais toujours délibérément. Dans ce même cadre qui touche interdits et pulsions, on relève de nombreuses gravures jouant sur la cruauté et le sadisme. La mort, symbolique ou personnifiée, pensée ou avérée, transparaît également dans le cadre tragique et politique de la Révolution française ou dans celui plus bon enfant d’études de mœurs. Newton s’y est tout particulièrement intéressé, soit comme un sujet porteur ou inconsciemment comme une image obsessionnelle. Sa mort prématurée pourrait laisser envisager la seconde interprétation mais il s’agit bien sûr d’une thèse invérifiable comme le souligne David Alexander15.

6Pour conclure cette mise en perspective, je dirai que l’œuvre de Newton à partir de ces quelques exemples résume dans ses grands traits les axes principaux suivis par la caricature anglaise dans la seconde moitié du dix-huitième siècle. La méthode repose sur l’opposition, le contraste visuel ou verbal, la ressemblance et la déformation, caractéristiques larges ensuite lourdement aggravées par des procédés reposant sur un passé ancien constitué allégoriquement et péjorativement par la scatologie, la mort, le sombre, la part du diable, la sexualité, le sadisme et la cruauté auxquels on peut ajouter un désir de révolte, l’attaque au corps et aux corps constitués, la xénophobie et la peur de la nouveauté dans son aspect technique, idéologique, social ou culturel ; bref sous toutes ses formes.

2. Des gravures satiriques et de la Franc-maçonnerie

  • 16 K. F. Kay, Dr John Brown, 1786, BMC 7022.
  • 17 Système hypothétique de biologie, d’après lequel, la vie étant produite par l’excitabilité, les mal (...)
  • 18 Anonyme, The wapping concert, publié le 28-02-1786, BMC 7067.

7Dans cette optique, on peut s’étonner du nombre relativement limité dans les années 1780-1800 de gravures concernant la Franc-maçonnerie. Nous n’en avons relevé que quatre. Trois publiées en 1786 et bien sûr la gravure de Newton, déjà évoquée, qui date de 1793. Entre 1800 et 1810, le British Museum ne possède que deux caricatures sur le même sujet. Six témoignages entre 1780 et 1810, un ensemble donc assez réduit, d’autant que deux des caricatures de 1786 n’évoquent qu’allusivement la franc-maçonnerie. Dr John Brown, une vignette16 de John Kay (1742-1826), ex-barbier, puis artiste-éditeur-marchand d’Edimbourg, miniaturiste, portraitiste remarquable et de sensibilité radicale, nous montre ainsi le docteur John Brown, médecin écossais fondateur du Brownisme17, en train de regarder l’insigne d’une loge (Lodge of the Roman Eagle) fondée par ses propres soins. L’autre gravure18 d’un artiste anonyme dépeint les concerts polémiques de Madame Mara qui, souffrant de rachitisme dans sa tendre enfance, était obligée de s’asseoir pendant ses récitals. Elle est représentée assise dans un fauteuil décoré de symboles maçonniques et dans son dos on remarque le portrait d’un homme vêtu d’un habit maçonnique. La lettre de l’estampe donne l’explication de cette présence symbolique, la cantatrice donnant actuellement des concerts dans une salle appartenant à des francs-maçons.

  • 19 John Gillray, Anecdote maçonnique. A masonic anecdote, Publié le 21-11 1786, BMC 7010.
  • 20 Eric Saunier (s.l.d.), Encyclopédie de la Franc-Maçonnerie, Paris, Le Livre de Poche, 2000, p. 120.
  • 21 John Gillray, Anecdote maçonnique. A masonic anecdote, op. cit. Traduction de l’auteur.

8La troisième caricature19 de 1786 est bien plus intéressante mais aussi plus connue, puisqu’on la trouve en partie reproduite dans l’Encyclopédie de la franc-maçonnerie très récemment publiée sous la direction d’Eric Saunier20. La gravure est l’œuvre du grand James Gillray, le prince de la caricature des années 1780-1810, probablement d’après le dessin d’un amateur. Elle met en scène une « Anecdote Maçonnique », soit la visite de Balsamo à la Loge Maçonne de l’Antiquité et son départ précipité à la suite de remarques insinuant son charlatanisme. La caricature contraste avec l’accueil qui lui fut réservé à Londres où, d’une certaine manière, il put passer pour une victime de la tyrannie politique française. Gillray, pourtant peu enclin à défendre le régime Français, nous présente Balsamo comme un charlatan, un faiseur malhonnête que les français ont vénéré puis ont fini par chasser. La lettre précise même qu’il fut « un peintre ignorant [...], un imposteur errant » et « que beaucoup de gens ont avalé les poudres, les pilules du charlatan qui leur parlait ainsi21 ». Finalement, l’œuvre semble engager les maçons anglais à ne pas suivre leurs frères français, naïfs et crédules, qui pour certains reprennent les traits du French Fop, l’archétype du Français fat, obséquieux et insolent. La dernière caricature de la séquence 1780-1800 est l’œuvre de Richard Newton et date de 1793, elle sera l’objet de notre dernière partie.

  • 22 Woodward & Roberts, Making a Sailor a Free Mason, Publiée en 1807, BMC 10891. Voir Eric Saunier (s. (...)

9Pour conclure, nous pouvons enfin évoquer les deux œuvres relevées plus haut, publiées respectivement en 1804 et 1807 et relatives toutes deux à la franc-maçonnerie. La première fait partie d’une série de gravures à connotation plus sociale que politique. Flow to make a Mason expose satiriquement les étapes initiatiques du maçon que l’on marque, comme un condamné, d’un fer rouge. L’ensemble de l’œuvre fourmille de références à la symbolique maçonne. La seconde caricature22 dans un esprit semblable, est l’œuvre conjointe de Woodward et de Roberts, deux satiristes très prolifiques de la fin du dix-huitième siècle. Une fois de plus, ils mettent en scène le caractère secret de l’initiation, des serments et des rites qui entourent les règles d’admission franc-maçonne et renvoie directement à la gravure de Newton que nous allons à présent disséquer.

3. Richard Newton, Making a Freemason

  • 23 Eric Saunier (s.l.d.), Encyclopédie de la Franc-Maçonnerie, op. cit., p. 433.
  • 24 « Upon the whole, it appears evident from the history of Free Masons, from their vices and follies, (...)
  • 25 « The usages and customs amongst Masons, have ever corresponded with those of their antient Egyptia (...)
  • 26 « Masons have more frequent meetings than other societies, and are generally addicted to drinking a (...)
  • 27 Voir par exemple, Margaret C. Jacob, Living the Enlightenment. Freemasonery and Politics in Eightee (...)
  • 28 « This unaccountable prelude being acted, the culprit is placed in the posture for receiving the oa (...)
  • 29 « To all these charges (crimes...) may be added a strong attachment to the diabolical art of necrom (...)

10Tout d’abord, comme nous l’avons déjà souligné, on retrouve dans cette œuvre un résumé des quelques axes principaux de la technique de la caricature. En premier lieu, on peut remarquer que la lettre de la gravure renvoie directement à l’initiation maçonnique auquel on préfère en Angleterre l’expression « faire un maçon déjà attestée au XVIe siècle23 » et que l’on retrouve dans le titre de trois gravures. L’effet de déformation repose toujours sur des faits réels et le comique se situe dans la juste distance entre réalité avérée et déformation. D’ailleurs, à cette époque et depuis 1730, on connaît assez bien les secrets maçonniques grâce aux divulgations du livre de Samuel Prichard. La gravure distille donc un certain nombre de symboles et d’objets utilisés par les loges lors des initiations comme les catéchismes, le compas ou les bougies évoquant la lumière. Les rites sont donc connus et peuvent être adaptés satiriquement à partir d’une littérature maçonnique et antimaçonnique qui met en exergue les « vices et les folies des maçons24 ». Ainsi, le livre que l’impétrant déchiffre avec difficulté rappelle les métaphores utilisées afin d’évoquer le caractère secret des rites francs-maçons. Un ouvrage25 publié à peu près à la même époque que la caricature de Newton compare lui aussi les usages et les coutumes maçonniques aux secrets des hiéroglyphes égyptiens. Newton illustre grotesquement cette image littéraire. Mais Making a Freemason joue également sur les contrastes entre des personnages gras et maigres, plus généralement les frères (souvent taxés du pêché de gourmandise dans la littérature anti-maçonnique26) qui participent activement à la « constitution » de l’impétrant aux formes plus fluettes mais doté toutefois, pour les besoins du grotesque, d’un postérieur bien en chair ! Ce postérieur va recevoir dans un mélange de cruauté, de sadisme et de référence (homo)sexuelle un pieu énorme taillé en pointe qui devrait satiriquement participer à l’initiation intérieure du maçon en devenir. On pourrait comme David Alexander ou Mary Dorothy George interpréter cette image comme relevant uniquement d’un humour puéril. On pourrait aussi y déceler des éléments du burlesque où l’on parle d’un sujet élevé dans les termes graphiques les plus bas. On pourrait encore rapprocher cette évocation des charges de sodomie et de libertinage dont les maçons furent les victimes pendant tout le dix-huitième siècle comme l’ont remarqué nombre d’auteurs27. Enfin, on pourrait évoquer les récits des initiations tels qu’ils circulaient dans la production pamphlétaire anti-maçonnique. Ainsi, Masonry, the way to Hell28 rappelle par exemple que l’impétrant était accueilli par des armes pointues qui lui étaient présentées de la manière la plus menaçante qui soit ! Mais, ce qui nous semble intéressant ici, outre l’adéquation entre les obsessions de Newton (pour la mort par l’intermédiaire du cercueil) et les récits anti-maçonniques en circulation (sur la nécromancie29 supposée des maçons), outre les gimmicks de l’artiste, somme toute, naturels pour un graveur qui travaille le plus souvent dans la précipitation de l’idée, du sujet et du dessin, le tout dans le cadre étouffant de la médiation commerciale, ce sont ses rapports avec la politique anglaise et la Révolution française. Comme Gillray, mais de manière moins éloquente, Newton s’en prend tout autant aux loges maçonniques anglaises que l’on sait fréquentées par les plus grands noms du royaume mais également à la France qui est en train, en juin 1793, de se composer un nouveau visage politique. L’allusion directe à la France vient du frère initié qui déclare devant l’ésotérisme du livre qui lui est présenté « qu’il ne sait pas lire le français » ! On a là un élément satirique classique à l’égard de la culture et de la langue de Voltaire éloignées au plus loin de la culture et de la langue de Shakespeare, mais également, croyons-nous, un moyen d’évoquer le conservatisme et les réactions contre-révolutionnaires de la franc-maçonnerie anglaise. Si ce que font subir ces maçons en Angleterre à leurs apprentis sont pour Newton la transposition dans la douleur et dans la cruauté, de ce qui se passe en France où un roi vient d’être guillotiné et où l’on vient de voter une nouvelle constitution qui pour beaucoup d’Anglais est tout aussi incompréhensible que le livre indéchiffrable proposé à l’impétrant, il n’en reste pas moins vrai que pour Newton les francs-maçons anglais, s’ils mènent un combat acharné contre la Révolution française, n’en demeurent pas moins une société de gens cruels, soumis à des pratiques contestables, morbides et sadiques, le tout bien sûr enveloppé dans un écrin d’humour grotesque. En d’autres termes, la violence reprochée à la Révolution française se révèle dans les loges maçonniques au cœur même de la bonne société anglaise, fréquentée par pratiquement tous les fils de George III. Si la société que la France propose est plutôt inquiétante, et d’autres caricaturistes que Newton le martèleront à coup d’images chocs, derrière la bienséance, en Angleterre, se révèle un monde obscur, grotesque sans nul doute, mais tout aussi cruel.

  • 30 Marie-Cécile Revauger, Le fait maçonnique au XVIIIe siècle en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis, Pa (...)
  • 31 Cf. Pascal Dupuy, « L’Angleterre face à la Révolution : la Représentation de la France et des franç (...)

11L’œuvre entière de Newton peut se lire dans cette ambivalence, dans ce revers toujours maîtrisé. Pour Newton, mais aussi pour James Gillray avant qu’il ne tombe un temps, grâce à une pension, entre les mains du gouvernement, réussir une bonne caricature, c’est faire exister un degré de réaction interne, c’est mener un combat qui ne réagisse pas à une propagande simpliste ou monolithique mais qui au contraire attaque tous les partis, dirige ses flèches sans modération et sans épargner quiconque. Si la caricature anglaise a pu souvent tomber à l’époque de la Révolution française dans une hargne haineuse et dans une propagande contre-révolutionnaire simpliste, l’œuvre de Newton, en raison de son travail pour William Holland, lui-même proche des milieux radicaux mais probablement aussi en raison de motivations personnelles encore mal connues, rappelle qu’il ne faut pas généraliser à la hâte. Néanmoins, le vide quasi complet pendant la séquence révolutionnaire française d’images contre les milieux maçonniques montre bien qu’à une époque de défense nationale et de menace française, il était mal venu ou même indécent de s’attaquer à des sociétés en phase avec les idées largement défendues par la production satirique graphique, Newton, faisant ici presque figure d’exception. Dans cette perspective, il est intéressant de rappeler que l’illustration reprise dans le livre de Cécile Révauger30 publiée comme elle l’indique en mars 1793 dans le Sentimental and Masonic Magazine et qui montre Louis XVI faisant le signe de Compagnon au bord de l’échafaud, est une gravure, qui n’a rien de satirique, mais qui est l’œuvre d’Isaac Cruikshank, caricaturiste de renom et au crayon acéré contre la Révolution française31.

12On le voit lorsque la caricature anglaise entre 1789 et 1800 s’empare de la franc-maçonnerie, elle se complaît dans le discours dominant et dans la rhétorique contre-révolutionnaire. La gravure de Newton, qui dans sa forme n’a pourtant rien de nuancée, s’inscrit donc de manière tout à fait originale et traditionnelle dans le paysage grotesque de la caricature anglaise de la fin du dix-huitième siècle.

Notes

1 Sur tous ces points, cf. Pascal DUPUY, « Aux sources iconographiques de l’historiographie anglo-saxonne. L’histoire des îles britanniques par les images, (1680-1830) », F. Lachaud, I. Lescent-Gileset F.-J. Ruggiu (s.l.d.), Histoires d’Outre-Manche. Tendances récentes de l’historiographie britannique, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2001, p. 139-164.

2 Cf. Pascal Dupuy, « L’Angleterre face à la Révolution : la Représentation de la France et des Français à travers la caricature, 1789-1802 », Thèse de Doctorat (NR) préparée sous la direction de Claude Mazauric, Université de Rouen, 1998, 3 tomes.

3 Voir David Alexander, Richard Newton and English caricature in the 1790s, Manchester University Press, 1998 et Simon Turner, « English Political Graphic Satire in the 1790s : The case of Richard Newton » MA dissertation, History of Art Dept., University College, Londres, 1996.

4 Filon, Histoire de la caricature en Angleterre, Paris, Hachette, 1902.

5 T. Wright, Histoire de la caricature et du grotesque dans la littérature et dans l’art, Paris. 1866, 1er édition, Londres, 1864.

6 John A. Lent, Comic Art of Europe. An international comprehensive bibliography, Wesport Greenwood Press, 1994.

7 Mary D. George, English Political Caricature. A study of opinion and propaganda, Oxford, Clarendon Press, 1959, vol. I, p. 173. Traduction de l’auteur.

8 David Alexander, Richard Newton and English caricature in the 1790s, Manchester University Press, 1998, p. 7-9.

9 Id, p. 8.

10 Voir également Pascal Dupuy, « La caricature anglaise face à la France en révolution (1789-1802) », Dix-Huitième Siècle, no 32, 2001, p. 307 320.

11 Voir Annie Duprat, « Humour et caricatures politiques (XVI-XXe siècles) », L’Humour Graphique (Cahiers de Recherche de CORHUM-CRIH, no 5, 1997), p. 83 96.

12 Mikhaïl Bakhtine, L’œuvre de François Rabelais et la culture populaire au Moyen Age et sous la Renaissance, Paris, 1970, p. 371, note 1.

13 Sigmund Freud, Le mot d’esprit et sa relation à l’inconscient, Paris, 1988, p. 202.

14 David Alexander, Richard Newton and English caricature in the 1790s, Manchester University Press, 1998, no 56.

15 Ibid., p. 124.

16 K. F. Kay, Dr John Brown, 1786, BMC 7022.

17 Système hypothétique de biologie, d’après lequel, la vie étant produite par l’excitabilité, les maladies étaient attribuées à un défaut ou à un excès de cette excitabilité.

18 Anonyme, The wapping concert, publié le 28-02-1786, BMC 7067.

19 John Gillray, Anecdote maçonnique. A masonic anecdote, Publié le 21-11 1786, BMC 7010.

20 Eric Saunier (s.l.d.), Encyclopédie de la Franc-Maçonnerie, Paris, Le Livre de Poche, 2000, p. 120.

21 John Gillray, Anecdote maçonnique. A masonic anecdote, op. cit. Traduction de l’auteur.

22 Woodward & Roberts, Making a Sailor a Free Mason, Publiée en 1807, BMC 10891. Voir Eric Saunier (s.l.d.), Encyclopédie de la Franc-Maçonnerie, op. cit., p. 810.

23 Eric Saunier (s.l.d.), Encyclopédie de la Franc-Maçonnerie, op. cit., p. 433.

24 « Upon the whole, it appears evident from the history of Free Masons, from their vices and follies, from their rioting and excesses, from their open contempt, or secret profanation or religion, and from the abuse of reason, on the total prostration of which all their mysteries are founded, that they are both the most weak and most wicked of mankind, and (as I formerly said) that the character of being the mother of abominations is in all respects most applicable to Masonry ». Masonry, the way to hell, a sermon, Londres, Robinson & Roberts, MDCCLXVIII, p. 27.

25 « The usages and customs amongst Masons, have ever corresponded with those of their antient Egyptians : their Philosophers unwilling to expose their Mysteries to vulgar Curiosity, couched their principles of their learning and philosophy, under Hieroglyphical figures and allegorical Emblems, and express their notions of government, by signs and symbols, which they communicated to the Magi, or wise Men only, who were solemny obligated, never to reveal them : Hence arose, the system of Pythagoras, and many Orders of a more modern date... ». J. BROWNE, The master-key through all the degrees of a freemason’s lodge, London, 1794 1798, p. 35.

26 « Masons have more frequent meetings than other societies, and are generally addicted to drinking and gourmandising », Masonry, the way to hell, a sermon, Londres, Robinson & Roberts, MDCCLXVIII, p. 26.

27 Voir par exemple, Margaret C. Jacob, Living the Enlightenment. Freemasonery and Politics in Eighteenth-Century Europe, Oxford et New York, Oxford University Press, 1991, p. 6, p. 70 et p. 121.

28 « This unaccountable prelude being acted, the culprit is placed in the posture for receiving the oath ; when it is reasonable to suppose that he is in such a situation, both of body and mind, as scarcely to know what he is doing. And, in fact, that in many people there is a violent perturbation of the animal oeunomy, is evident from the sudden and unvoluntary discharges which frequently happen at this time. It is the practice of many of these purlieus of Mansonry, to receive the oath blindfolded ; and left the poor candidate’s resolution should be staggered at the tremendous imprecations to be pronounced, sharp pointed weapons are presented to his breast. In others, the oath is taken with the eyes open ; but if the handkerchief is removed, it is only to present to the sight a scene of yet greater horror. The amazed victim beholds now on his right and left a crowd of fanatic wretches with naked swords in their hands, presenting the points towards him with menacing looks, and the venerable master bolding up a large mallet, as if ready to sacrifice him. In this crisis the oath is administered ». Masonry, the way to hell, a sermon, Londres, Robinson & Roberts, MDCCLXVIII, p. 13.

29 « To all these charges (crimes...) may be added a strong attachment to the diabolical art of necromancy, which is apparent from their extraordinary veneration for three, five, and seven, the cabalistic, or Babylonian numbers » Masonry, the way to hell, a sermon, Londres, Robinson & Roberts, MDCCLXVIII, p. 25.

30 Marie-Cécile Revauger, Le fait maçonnique au XVIIIe siècle en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis, Paris, EDIMAF, 1990, p. 128.

31 Cf. Pascal Dupuy, « L’Angleterre face à la Révolution : la Représentation de la France et des français à travers la caricature », 1789-1802, Thèse de Doctorat (NR) préparée sous la direction de Claude Mazauric, Université de Rouen, 1998, 3 tomes.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540