Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Franc-maçonnerie et histoire : bilan et perspectives

 | 
Éric Saunier
, 
Christine Gaudin

Franc-maçonnerie et histoire des « réseaux »

Extraits des discussions

Texte intégral

1[Suite aux communications de Paul BAQUIAST, Yves HIVERT-MESSECA et Yannick MAREC]

2Pierre Mollier

3On pourrait revenir sur cette question d’identité : qu’est-ce qu’un protestant ? et qu’est-ce qu’un franc-maçon ? Un jour j’ai été en contact avec un pasteur libéral de Nîmes qui me disait qu’il était du village du pasteur Desmons. Je lui demande alors comment il était considéré sur place par les protestants. Et ce monsieur me répond que pour ses vieilles tantes, ce n’était plus un pasteur du tout, que c’était le Diable ! En maçonnerie pourtant, on continue à le désigner comme pasteur. Cela fait ainsi partie de la mythologie maçonnique.

4Gérard Mangin

5Aujourd’hui, il y a des maçons, dans toutes les Obédiences, qui s’affirment catholiques. Il semblerait à vous entendre qu’à cette époque ce soit des espèces rares.

6Yves Hivert-Messeca

7Evidemment.

8Gérard Mangin

9C’est parce qu’il y a eu les excommunications. Les protestants régnaient-ils donc en maîtres dans les loges ?

10Yves Hivert-Messeca

11Pas du tout.

12Gérard Mangin

13Quelle proportion représentaient-il alors, « moitié moitié » ?

14Yves Hivert-Messeca

15Même pas. Une poignée. J’ai d’ailleurs fait un calcul : ils représentent entre 4 et 5 % des francs-maçons. Ils sont cependant surreprésentés en maçonnerie parce qu’ils sont à peine 2 % des croyants en France.

16Gérard Mangin

17Oui mais les catholiques, eux, étaient pratiquement absents ?

18Yves Hivert-Messeca

19Quand ?

20Gérard Mangin

21Disons... pendant la période allant de 1850 à 1900.

22Yves Hivert-Messeca

23En 1850, il y a encore des catholiques.

24Claude Mazauric

25Il faut aussi faire attention de bien distinguer les catholiques et l’Eglise catholique. Il y avait en effet des catholiques contestataires, non pratiquants. Le problème n’est pas celui de la Foi, mais celui de l’institution catholique, de la hiérarchie. Ce qui valorise les protestants, c’est précisément qu’ils échappent à l’autorité de l’Eglise. Et ils sont supposés être porteurs de toutes les libertés parce qu’ils ont été victimes des persécutions de l’Eglise catholique en France.

26Jacqueline Lalouette

27Vous dites que Magnan a été enterré à l’église catholique. Soit. Mais depuis la Monarchie de Juillet, le clergé refuse très souvent la présence des insignes maçonniques sur les cercueils.

28André Combes

29Je pense que l’on peut dire que majoritairement les maçons, entre les années 1830 et 1870, sont des personnes d’origine catholique qui ne croient plus tellement mais qui conservent l’idée que Dieu pourrait exister. C’est ce qui explique pourquoi le Grand Architecte de l’Univers a subsisté jusqu’en 1877. Après, effectivement, un courant athée, libre-penseur ou agnostique devient largement majoritaire jusqu’après la Première Guerre mondiale.

30Sudhir Hazareesingh

31Je voulais revenir sur une distinction qu’Yves Hivert-Messeca a faite entre le protestantisme et ce qu’on peut appeler la culture protestante, qui prend la forme d’une nébuleuse. C’est vrai que les protestants sont en nombre limité dans les loges mais leur influence déborde largement le nombre.

32Toutefois, la difficulté d’un point de vue conceptuel est de théoriser la notion de nébuleuse. Parce qu’il y a des éléments de cette culture qui ne sont pas propres seulement au protestantisme....

33Laurence Chatel de Brancion

34Il faut prendre également en compte l’anglophilie qui s’empare de la France à partir de l’arrivée de Louis-Philippe jusqu’au Second Empire.

35Claude Mazauric

36Il faut peut-être alors reprendre la méthode d’Olivier Bloch pour l’étude des matérialistes. Elle consiste à distinguer ceux qui se disent protestants, qui ont un affichage public d’opinion ou de croyance, et ceux qui existent dans le regard des autres comme tels (du fait de leurs origines familiales, de leur « exotisme » en quelque sorte). S’établit alors un horizon culturel qui n’est pas l’horizon confessionnel. Il y a un écart considérable et, en France, il est extrêmement fort en ce qui concerne le protestantisme.

37L’affichage et le regard constituent en effet deux formes de sociologie croisées. La même chose vaut pour les francs-maçons avec un effet de miroir : il y a ce qu’on dit des francs-maçons et ce que les francs-maçons affirment être, y compris en fonction de l’opinion publique....

38Yves Hivert-Messeca

39Effectivement, il y a quatre niveaux qu’il n’est pas facile d’articuler :

  • ceux qui sont protestants avérés, selon des critères objectifs ;
  • ceux qui se prétendent protestants ;
  • ceux que l’on voit comme protestants ;
  • et, dans le philo protestantisme, il y a aussi un ratissage très large : on admet comme protestantes des attitudes ou des positions très contradictoires.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540