Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Franc-maçonnerie et histoire : bilan et perspectives

 | 
Éric Saunier
, 
Christine Gaudin

Franc-maçonnerie et histoire des « réseaux »

Entre complémentarité et concurrence de réseaux : la philanthropie républicaine et la franc maçonnerie à Rouen à la fin du xixe siècle

Yannick Marec

Texte intégral

  • 1 Marec, « Bienfaisance communale et protection sociale sous la Troisième République : le « système r (...)

1Avec l’affirmation du régime républicain dans le dernier quart du XIXe siècle, l’action menée par la franc-maçonnerie en direction des œuvres de bienfaisance a connu un réel développement. On peut même affirmer qu’elle s’est élargie dans la mesure où l’engagement des frères dans les affaires de la cité a souvent été déterminante. C’est particulièrement évident dans une ville comme Rouen où se met en place, à partir du début des années 1880, une organisation originale de l’assistance publique, le « système rouennais » qui a pu apparaître comme un modèle communal de protection sociale en France au tournant des XIXe et XXe siècles1.

2Il serait pourtant réducteur de penser qu’il y a eu une sorte d’alignement des initiatives communales d’assistance publique sur les propositions de la franc-maçonnerie en matière sociale. A l’occasion, il a même pu y avoir des confrontations sérieuses entre les frères ayant en charge la bienfaisance maçonnique et les administrateurs des institutions publiques d’assistance.

3C’est ce que nous voudrions mettre en évidence en nous appuyant principalement sur l’évocation d’un différend qui, au début des années 1880, a opposé la franc maçonnerie rouennaise aux responsables du Bureau de Bienfaisance local au sujet de la perception du « droit des pauvres ».

4Dans un premier temps nous chercherons à situer le contexte dans lequel s’est développée la bienfaisance maçonnique au début de la Troisième République. Cela nous conduira à préciser le rôle joué par les frères dans l’affirmation républicaine à Rouen.

5Dans un second temps nous verrons quelles ont été les relations entretenues par la bienfaisance maçonnique avec la nouvelle organisation de l’assistance publique rouennaise en gestation. Nous serons ainsi amené à évoquer plus particulièrement le différend de janvier 1882.

1. Franc-maçonnerie et République modérée

6L’étude des rapports entre l’assistance publique républicaine et la bienfaisance maçonnique suppose, au préalable de donner quelques indications sur le rôle joué par la franc-maçonnerie dans l’affirmation républicaine à Rouen, ville gagnée au nouveau régime au début des années 1870. Comme au niveau départemental, l’appui apporté par la franc-maçonnerie à la République modérée a en effet été déterminant.

  • 2 J.-P. Aubert, « Comment la Seine-Inférieure est devenue républicaine (1871-1876) », Etudes Normande (...)
  • 3 Bibl. nat. de France, Fonds maçonnique, Res FM2 107, Rouen, Les Arts Réunis, correspondance diverse (...)

7Pour l’ensemble du département de la Seine-Inférieure, l’élection du général Letellier-Valazé en novembre 1873, lors d’une élection partielle, a constitué un tournant important. Ce collaborateur de Thiers pour l’Histoire du Consulat et de l’Empire, sous-secrétaire d’Etat à la guerre en 1871 et ancien commandant de la 2e division militaire de Rouen était en effet un ancien orléaniste rallié à la République2. En dépit de fortes réticences, les radicaux ont accepté de soutenir cette candidature dont l’idée avait été émise par le docteur Amédée Le Plé, membre du conseil d’arrondissement de Rouen depuis 1871 et affilié à la loge Les Arts Réunis de Rouen, dont il fut d’ailleurs vénérable à partir de 18763.

8La victoire du général Letellier-Valazé qui était également franc-maçon s’est prolongée, l’année suivante, par un renforcement de l’implantation républicaine dans l’ensemble du département et plus précisément au chef-lieu et dans son arrondissement.

  • 4 Notice biographique sur A. Cordier (1820-1897) par Jean-Pierre Chaline dans : Jean-Marie Mayeur et (...)

9En ce qui concerne le chef-lieu, la personnalité la plus connue à l’époque est incontestablement Alphonse Cordier (1820-1897), indienneur à Déville et élu du 5e canton de Rouen. Longtemps, il fut le modeste second de Pouyer-Quertier, le champion du protectionnisme sous le second Empire. Personnage discret et efficace, affilié à la maçonnerie et auteur de nombreuses publications à caractère économique et social, A. Cordier est élu en 1871 représentant de la Seine-Inférieure à l’Assemblée Nationale en cinquième position juste après Pouyer-Quertier, ministre des finances en 1871-1872. Mais alors que ce dernier évolue vers le monarchisme, à l’inverse, le conseiller général du 5e canton entame une carrière politique dans le camp républicain. Elle devait le conduire à la Chambre Haute, comme sénateur inamovible à partir de 1875 et à la présidence du conseil général de la Seine-Inférieure en 1880, son élection marquant le basculement définitif de 1’assemblée départementale du côté de la République4.

  • 5 S. Legentil, « La politique sociale du conseil d’arrondissement de Rouen au XIXe siècle (1842 1914) (...)

10Parmi les candidats proposés comme représentants de Rouen au Conseil d’arrondissement, outre l’architecte Duperray et surtout Dieutre, un franc-maçon affilié à la loge La Persévérance Couronnée, qui deviendra maire provisoire de Rouen au début et à la fin des années 1880, on retrouve le docteur Amédée Le Plé. C’est précisément à partir de 1874 que celui-ci devient président de cette assemblée et le demeure sans discontinuité jusqu’en 1891. Dès le milieu des années 1870, les républicains sont en effet devenus majoritaires au sein du Conseil d’arrondissement de Rouen5. Significativement, aux élections d’octobre 1874, tous les candidats proposés par le Comité républicain, à l’exception d’Evode Chevalier pour le canton de Clères, ont été élus et cela dès le premier tour.

  • 6 C. Barnet, « La composition sociale des loges maçonniques de Rouen (1845-1875) », mémoire de maîtri (...)

11L’arrondissement de Rouen est donc gagné par le républicanisme dès le début des années 1870. A partir de 1874, seules les campagnes, surtout celles qui bordent le Pays de Caux, restent favorables aux conservateurs. Dès cette époque, les principales villes du département sont passées du côté de la République. Cependant, au chef lieu, la transition avec l’Empire s’est faite de manière progressive. La liste soutenue par le comité républicain de la Seine-Inférieure aux élections municipales de novembre 1874 est élue en entier dès le premier tour. L’esprit de modération et de conciliation qui a présidé à sa constitution a certainement contribué à son succès. En effet, les candidats les mieux élus sont pour la plupart des conseillers sortants. Certains sont connus pour l’ancienneté de leur engagement républicain, tout particulièrement Frédéric Deschamps, le premier de la liste élue, ancien commissaire du gouvernement provisoire en 1848. Il devance les trois candidats placés en tête de liste par le comité à savoir l’ancien député Louis-Philippe Desseaux, préfet de la Seine-Inférieure en 1870, et deux conseillers sortants : Cordier dont nous avons évoqué l’évolution politique et Nétien, un opposant à l’Empire, maire depuis le 4 septembre 1870. On peut remarquer que parmi ces quatre personnalités rouennaises de premier plan, l’appartenance à la franc-maçonnerie est avérée pour Deschamps, Desseaux et Cordier. Si l’on s’en tient aux indications fournies par les listes municipales, on comptabilise au total neuf francs-maçons, soit le quart de l’ensemble du conseil municipal6. Cependant, il ne s’agit là que d’un minimum, certains conseillers ayant pu être initiés dans des loges extérieures à Rouen ou être demeurés « en sommeil », voire appartenir à d’autres obédiences que celles du Grand Orient. De plus, certains des frères ainsi repérés ont joué un rôle important dans la vie politique locale notamment le docteur Le Plé et le futur maire Dieutre ou encore Eugène Duvivier, successeur de Desseaux, comme député de Rouen à partir de 1881. L’influence de la franc-maçonnerie dans l’avènement de la première municipalité rouennaise véritablement républicaine est donc incontestable.

12Cela a-t-il signifié un alignement de la politique municipale d’assistance publique sur les initiatives de la bienfaisance maçonnique ? C’est ce que nous voudrions maintenant examiner en nous attachant aux relations entretenues par les francs-maçons avec la bienfaisance communale rouennaise, au moment où celle-ci entrait dans une phase de complète réorganisation.

2. Franc maçonnerie et « système rouennais » d’assistance publique.

  • 7 Eric Saunier, Révolution et Sociabilité en Normandie au tournant des dix-huitième et dix-neuvième s (...)

13Un premier élément d’appréciation peut être fourni par le fort investissement des frères dans les actions de bienfaisance. En effet, à Rouen, l’engagement social des francs-maçons est ancien et on peut le percevoir dès la fin du XVIIIe siècle7. Pour ce qui est des débuts de la Troisième République, nous disposons de quelques indications sur les initiatives sociales des loges rouennaises. Elles peuvent concerner en priorité les frères en difficulté. Cependant, de nombreux exemples indiquent que les loges ont cherché à élargir le cadre de leur bienfaisance en direction du monde profane. Ainsi l’incendie du Théâtre des Arts, le 25 avril 1876, qui a fait huit morts et une douzaine de blessés graves, a été à l’origine d’un grand élan de solidarité où la franc-maçonnerie rouennaise a été largement représentée par le biais notamment de sa caisse centrale de secours maçonnique. Cette structure de coordination existait à Rouen depuis 1844. Trois années plus tard, les loges rouennaises fondaient la première crèche, la crèche Saint-Jean située dans le quartier Saint-Sever. En 1865, une bibliothèque populaire de circulation était installée dans le même local. Dix-sept années plus tard, jour pour jour, le 16 novembre 1882, des cours gratuits de mécanique élémentaire et de géométrie appliquée étaient mis sur pied dans le même faubourg Saint-Sever.

  • 8 Bibl. nat. de France, Fonds maçonnique : Res FM2 107, chapitre Les Arts Réunis de Rouen, Résumé des (...)

14Pour l’année 1882, il existe un résumé des travaux du chapitre Les Arts Réunis de l’Orient de Rouen où l’on fait une sorte de bilan des actions bienfaisantes des loges8. On y apprend qu’au 20 octobre 1882, l’actif net de la caisse centrale de bienfaisance maçonnique s’élevait à la somme totale d’environ 12 800 francs. Parmi les bénéficiaires des secours, on trouve notamment le cercle rouennais de la Ligue de l’Enseignement, la loterie organisée par cette même Ligue de l’Enseignement pour le sou des écoles ainsi que celle des dames protestantes. Par ce biais, on perçoit les affinités qui existaient à l’époque entre la franc-maçonnerie et des œuvres laïques mais aussi avec le protestantisme local. Au total, en intégrant l’action des autres œuvres maçonniques comme la crèche Saint Jean, les dépenses engagées par les loges rouennaises pour les œuvres de bienfaisance traditionnelles depuis la création de la caisse centrale ont dépassé 300 000 francs, somme considérable à l’époque.

15Le bilan de l’année 1882 apparaît donc très positif et l’action sociale de la franc-maçonnerie semble appelée à se développer d’autant plus que les bonnes relations entretenues avec la mairie et la préfecture constituent des atouts indéniables.

  • 9 Philippe Daveau, op. cit. ; Jean-Pierre Chaline et Anne-Marie Sohn (sous la dir.) Dictionnaire des (...)
  • 10 Sur Dieutre, voir la notice qui lui est consacrée dans le classeur des membres du conseil municipal (...)
  • 11 Bibl. nat. de France, Fonds maçonnique, Res FM2 109, Loge La Constance Eprouvée de Rouen, tableau d (...)

16Depuis la fin de l’année 1881, le maire de Rouen est Louis Ricard, personnalité politique qui a évolué de l’opportunisme vers le radicalisme modéré à partir de la fin des années 1880. Cependant une des constantes de son engagement a été l’attention portée aux questions sociales. Si nous avons émis des doutes sur son affiliation à la franc-maçonnerie, il n’en demeure pas moins que le nouveau maire se situait résolument du côté des partisans d’une République laïque et sociale. Dans la municipalité Ricard siègent des francs-maçons notoires tel l’ancien maire Dieutre ou encore le successeur de Ricard, Maurice Lebon9. Ensemble ces deux premiers magistrats ont impulsé la réforme de l’assistance publique rouennaise engagée depuis juin 1881 durant la première municipalité Dieutre10. La réorganisation de la bienfaisance communale qui devait aboutir à la mise en place du « système rouennais » à partir de 1886 a été effectuée avec le soutien du préfet Ernest Hendlé en poste à Rouen du 1er juin 1882 jusqu’à son décès le 7 février 1900. Entré comme apprenti à la loge L’Ecole Mutuelle de l’Orient de Paris le 21 janvier 1868, ce haut fonctionnaire qui faisait partie de ces « juifs d’Etat », dont Pierre Birnbaum a montré l’indéfectible attachement au régime républicain, a ensuite été affilié à la loge La Constance éprouvée de Rouen11.

17A priori, les rapports entre la bienfaisance maçonnique et l’assistance publique rouennaise semblaient donc devoir se situer dans le domaine de la complémentarité. On aurait même pu supposer une sorte de communauté de vues entre les responsables des loges et les administrateurs des institutions de bienfaisance.

18En réalité les finalités différentes de la bienfaisance maçonnique et du service public d’assistance en voie de constitution ont entraîné des difficultés liées à des conflits d’intérêt et à des orientations contradictoires.

19En effet, avant même l’application complète du « système rouennais » d’assistance publique, à partir de 1886, les administrateurs du Bureau de Bienfaisance se sont attachés à trouver de nouvelles recettes. Celles-ci devaient permettre de faire face au développement prévisible des activités de 1’institution dont ils avaient la charge, dans la mesure où la réforme engagée devait donner une priorité aux secours à domicile sur l’assistance hospitalière.

20Au tout début des années 1880, les responsables du Bureau de Bienfaisance entreprennent donc d’améliorer le rendement du droit des pauvres perçu sur les spectacles. Parti d’un niveau avoisinant 16 000 francs en 1881, le résultat de la perception de ce droit atteint près de 50 000 francs dès l’année suivante pour ensuite se stabiliser aux environs de 80 000 francs par année soit environ 15 à 20 % des recettes de l’institution au milieu des années 1880, contre moins de 6 % cinq ans plus tôt. Cette augmentation considérable des sommes provenant du droit des pauvres s’explique par la réorganisation de son mode de perception. Jusqu’alors, la redevance était fixée à l’amiable avec les organisateurs de spectacle, ce qui entraînait un certain arbitraire et surtout des rentrées moindres. Les administrateurs décidèrent lors de la séance du 28 janvier 1882 que désormais le contrôle serait exercé pour tous les concerts, bals, fêtes, représentations et qu’un prélèvement minimum de 10 % sur la recette brute serait appliqué, jusqu’à ce que la commission ait trouvé des éléments sérieux d’appréciation. Par souci d’accommodement, les administrateurs abaissèrent au onzième de la recette brute le prélèvement sur les pièces de théâtre et sur les concerts quotidiens en mai 1882. En revanche, ils refusèrent d’abaisser à 5 % ce droit des pauvres, comme le souhaitait le maire Louis Ricard, soucieux de ménager les responsables des spectacles locaux, lorsqu’il fit cette demande en janvier 1884.

21Entre temps, la commission administrative n’avait pas hésité à engager une procédure contre la Ligue de l’Enseignement et la caisse centrale de bienfaisance maçonnique qui refusaient d’acquitter la redevance sur des fêtes que ces sociétés avaient organisées.

  • 12 Arch. dép. Seine-Maritime : série X, sous-série 2X : 2X p 33. Compte moral administratif du Bureau (...)

22En effet le 28 janvier 1882, la franc-maçonnerie rouennaise avait organisé un bal public au château Baubet, salle de spectacle située sur l’île Lacroix. Les billets d’entrée étaient payants et le produit devait revenir à la caisse centrale de secours maçonnique. Il s’agissait donc d’un bal de bienfaisance et les loges de Rouen refusaient d’être assimilées à des « entrepreneurs de spectacles et de réjouissances publiques où l’on entre en payant »12. En conséquence, elles estimaient que le prélèvement opéré sur les billets d’entrée pour les pauvres du Bureau de Bienfaisance ne pouvait ni ne devait légalement s’exercer sur leur bal annuel. Cette position paraissait d’autant plus justifiée que jusque-là, l’institution d’assistance n’avait pas fait valoir de tels droits. Il s’y ajoutait la volonté de préserver un fonctionnement régulier aux œuvres de bienfaisance de la franc-maçonnerie.

  • 13 Ibid., p. 11 et suivantes et 2 X p. 206, Droits des pauvres, 1819-1900. Différend avec le Grand Ori (...)

23A l’inverse, les administrateurs du Bureau de Bienfaisance qui se disaient désormais « mieux éclairés » sur leurs droits, invitèrent les organisateurs de la fête à verser une part des recettes réalisées dans la caisse de l’institution d’assistance. Devant le refus de la Franc-maçonnerie rouennaise, ils demandèrent dans un premier temps les avis du Comité consultatif de l’arrondissement et du Conseil municipal. Les loges rouennaises maintenant leur position, le Bureau de bienfaisance porta sa réclamation devant le Conseil de Préfecture qui déclara ses prétentions fondées. Pourtant à l’instigation de Viénot, Vénérable de la loge La Persévérance Couronnée et vice-président du Conseil de l’Ordre, la franc-maçonnerie fit appel devant le Conseil d’Etat. Celui-ci donna finalement raison aux administrateurs dans un arrêt du 20 juillet 188313.

24Les responsables « charitables » avaient ainsi montré leur totale indépendance d’esprit d’autant plus que l’affaire était délicate à traiter. Les Francs-Maçons de Rouen pouvaient en effet fonder leur refus sur le fait que l’ancien maire Dieutre, qui, il est vrai, appartenait à la loge La Persévérance Couronnée, avait écarté en 1881, une première réclamation du Bureau de Bienfaisance.

25A travers cette « affaire » on perçoit combien il serait réducteur de penser qu’il y a eu, particulièrement en période d’affirmation républicaine, une sorte d’alignement des comportements des élites républicaines sur les positions de la franc-maçonnerie dont on a pu écrire qu’elle avait constitué « l’Eglise de la République ».

26Dans le cas précis évoqué, l’administration du Bureau de Bienfaisance n’a pas agi comme un simple relais des obédiences maçonniques. L’évocation du différend de 1882 permet de s’interroger sur la nature des rapports entretenus, dès cette époque, entre la maçonnerie et les institutions en voie de républicanisation. Ce qui pouvait apparaître comme un simple malentendu circonstanciel soulève en réalité la question des rapports entre l’émergence d’un service public et l’existence de réseaux d’influence à la fois complémentaires et concurrents et fonctionnant surtout sur un autre registre que celui des institutions publiques.

Notes

1 Marec, « Bienfaisance communale et protection sociale sous la Troisième République : le « système rouennais » d’assistance publique des années 1870 aux années 1920 », thèse de doctorat d’Etat préparée sous la direction de Michel Pigenet, Université de Paris I Panthéon Sorbonne, 1999, 1485 p., publiée sous le titre Bienfaisance communale et protection sociale à Rouen (1796-1927). Expériences locales et liaisons nationales, Paris, la Documentation française et Association pour l’étude de l’Histoire de la Sécurité Sociale, 2002, 2 volumes.

2 J.-P. Aubert, « Comment la Seine-Inférieure est devenue républicaine (1871-1876) », Etudes Normandes, 1er trimestre 1971.

3 Bibl. nat. de France, Fonds maçonnique, Res FM2 107, Rouen, Les Arts Réunis, correspondance diverse (1870-1887).

4 Notice biographique sur A. Cordier (1820-1897) par Jean-Pierre Chaline dans : Jean-Marie Mayeur et Alain Corbin (sld.), Les immortels du Sénat, 1875-1918. Les cent seize inamovibles de la Troisième République, Paris, Publications de la Sorbonne, 1995, pp. 285 288. Voir aussi Jean Pierre Chaline et Anne-Marie Sohn, Dictionnaire des Parlementaires de Haute-Normandie 1871-1940, Publications de l’Université de Rouen, 2000, p. 90 92.

5 S. Legentil, « La politique sociale du conseil d’arrondissement de Rouen au XIXe siècle (1842 1914) », maîtrise d’Histoire de l’université de Rouen préparée sous la direction de Yannick Marec, Université de Rouen, 1995, 2 volumes, annexes p. 251, notice biographique sur A. Le Plé (1830 1906).

6 C. Barnet, « La composition sociale des loges maçonniques de Rouen (1845-1875) », mémoire de maîtrise de l’Université de Rouen préparé sous la direction de Jean Vidalenc, 1967 ; Philippe Daveau, « Histoire de la Franc-maçonnerie en Seine-Inférieure de 1850 à 1914 », mémoire de maîtrise de l’université de Rouen, s.d. ; Bibl. nat. de France, fonds FM : Res FM2 107, 108 et 1909, FM2 781 (tableaux des loges rouennaises). Les frères repérés sont F. Deschamps, A. Cordier, M. Durand, F. Dieutre, A. Le Plé, L. Ph. Desseaux, E. Baron et E. Duvivier. De plus un doute subsiste pour A. Delamare, un Delamare père né en 1815 mais prénommé Jacques appartenant à La Persévérance Couronnée.

7 Eric Saunier, Révolution et Sociabilité en Normandie au tournant des dix-huitième et dix-neuvième siècles : 6000 Francs-Maçons de 1740 à 1830, Publications des Universités de Rouen et du Havre, 1998, 555 p.

8 Bibl. nat. de France, Fonds maçonnique : Res FM2 107, chapitre Les Arts Réunis de Rouen, Résumé des travaux de l’année 1882, Fondations maçonniques. Rapport de Jules Godefroy, de l’Orient de Rouen, daté du 16 janvier 1883.

9 Philippe Daveau, op. cit. ; Jean-Pierre Chaline et Anne-Marie Sohn (sous la dir.) Dictionnaire des Parlementaires, op. cit.

10 Sur Dieutre, voir la notice qui lui est consacrée dans le classeur des membres du conseil municipal de Rouen déposé aux Archives Municipales de Rouen.

11 Bibl. nat. de France, Fonds maçonnique, Res FM2 109, Loge La Constance Eprouvée de Rouen, tableau des membres actifs. Etat du 1er mars 1894 ; Pierre Birnbaum, Les Fous de la République. Histoire politique des Juifs d’Etat de Gambetta à Vichy, Paris, Fayard 1992, en particulier le chapitre II, De génération en génération : les préfets Hendlé, p. 29-43.

12 Arch. dép. Seine-Maritime : série X, sous-série 2X : 2X p 33. Compte moral administratif du Bureau de Bienfaisance de Rouen pour les exercices 1881 et 1882, p. 10.

13 Ibid., p. 11 et suivantes et 2 X p. 206, Droits des pauvres, 1819-1900. Différend avec le Grand Orient, diverses pièces d’octobre 1882 à août 1883.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540