Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Franc-maçonnerie et histoire : bilan et perspectives

 | 
Éric Saunier
, 
Christine Gaudin

Franc-maçonnerie et histoire des « réseaux »

Franc-maçonnerie et réseaux familiaux : l’exemplarité des Pelletan ?

Paul Baquiast

Texte intégral

  • 1 Outre l’étude pionnière de Mattei Degan (Les filières de la carrière politique, Revue française de (...)
  • 2 Même s’ils sont mieux connus depuis quelques années, grâce aux travaux des historiens gravitant au (...)

1Soigneusement étudié depuis une quinzaine d’années, le phénomène dynastique au cœur de la République est maintenant bien connu1. Au temps de la maçonnerie d’Etat, les dynasties républicaines ont aussi été des dynasties maçonniques. Le phénomène est connu, mais a été jusqu’ici moins étudié. Sur l’arbre généalogique des Pelletan2 figurent (ce sont souvent les mêmes) six ministres, une dizaine de parlementaires, deux hauts fonctionnaires et neuf francs-maçons.

2Pourquoi un tel engagement maçonnique des Pelletan ? Quel a été la place et le rôle de la famille dans cet engagement ? C’est à ces questions que nous allons tenter de répondre en nous attachant à trois périodes : celle du XVIIIe et du début du XIXe siècles, qui est l’époque des origines de la dynastie ; celle du second Empire, qui est l’époque de son envol, autour du personnage d’Eugène Pelletan ; celle de son plein épanouissement, sous la troisième République, autour du personnage de Camille Pelletan.

1. Les Réseaux maçonniques familiaux en Saintonge au XVIIIe et au début du XIXe siècles

  • 3 Francis Masgnaud, Franc-maçonnerie en Aunis et Saintonge, tome 1, Rumeur des âges, 1989.

3On sait, depuis les travaux de Francis Masgnaud, combien les réseaux maçonniques étaient développés en Saintonge, dès l’Ancien régime3. C’est dans cette région et à cette époque que débute l’histoire maçonnique des Pelletan.

Jean et Achille Pelletait

4Les Pelletan sont signalés en Saintonge dès le XVIIe siècle. Avant la révocation, la plupart sont protestants. Après ledit de Fontainebleau, les uns restent fidèles à leur foi, les autres retournent à la religion catholique. C’est dans l’une des branches de Nouveaux Convertis que naît Jean Pelletan, le grand-père paternel d’Eugène Pelletan, en 1744. Il s’installe à Saint-Thomas de Cosnac, comme notaire royal. En 1783, à 39 ans, il est initié à la loge La Réunion des Elus, Orient d’Aulnay, qui a été constituée deux ans plus tôt, en 1781. En 1784, il est élevé au grade de maître. Dès 1785, deux ans seulement après son initiation, il disparaît des registres de la loge, sans qu’on sache pourquoi. On retrouve sa trace au printemps 1789, alors qu’il se voit confié la rédaction des cahiers de doléances de Saint-Thomas-de-Cosnac.

  • 4 Georges Touroude, De l’oppression à la liberté : Histoire des communautés saintongeaises huguenote (...)

5Son épouse, Elisabeth Phellipon, met au jour un petit garçon, baptisé à Saint Thomas de Cosnac le 19 novembre 1780, sous le prénom d’Achille. Comme son père, Achille devient notaire, à Royan, où il achète une étude en 1806. A en croire le regretté Georges Touroude, trésorier de l’AECP, décédé en septembre dernier, il aurait existé une loge sauvage à Royan à laquelle Achille aurait pu appartenir4. Dès 1807, Achille entre au conseil municipal de Royan, dont il est nommé maire de 1808 à 1809, puis lors de la première Restauration et les Cent Jours. En 1831, il est désigné premier adjoint et suppléant au juge de paix. Notable local engagé dans la voie du progrès, il figure parmi les actionnaires de la Société des bains de mer. En 1851, il est l’un des sept membres du conseil municipal (sur 21) qui applaudissent au coup d’Etat du 2 décembre.

Les réseaux protestants et maçonniques de Jean Jarousseau

6En 1806, Achille Pelletan épouse au temple (ce qui en dit long sur la profondeur de ses sentiments catholiques !) Elisabeth Jarousseau, la fille du pasteur de Saint-Georges-de-Didonne. Jean Jarousseau est une forte personnalité, très appréciée de ses ouailles, pour son courage, sa bonté et sa tolérance. Son grand-père et son père, prédicants protestants, ont été victimes de la persécution catholique. Lui-même, après des études au séminaire français de Lausanne achevée en 1761, a connu la vie difficile des pasteurs du désert, jusqu’à l’Edit de tolérance de 1787. Eugène Pelletan, son petit-fils, répandra plus tard, dans un livre célèbre, une tradition familiale selon laquelle le brave homme se serait lui-même rendu à Versailles pour demander au bon roi Louis XVI un état civil pour les protestants.

7A la fin du XVIIIe siècle, les protestants de Saintonge sont nombreux à être franc-maçons. Si Jarousseau lui même ne l’est pas, nombre de ses proches le sont : d’après Georges Touroude, ce serait le cas de trois de ses futurs gendres (Achille Pelletan, Benjamin Ardouin, Thomas Tondut - mais seul l’adhésion de ce dernier, à L’Union Rétablie, Orient de Saintes, est attestée-), comme de son propre fils.

8Petit-fils de Jean Jarousseau, fils d’Achille Pelletan, Eugène Pelletan est issu d’un milieu de petits notables provinciaux, marqués par le protestantisme et la Franc-Maçonnerie. C’est lui qui va donner à la dynastie Pelletan son envol et son envergure nationale.

2. Le réseau maçonnique familial d’Eugène Pelletan, sous le second Empire

Eugène Pelletan

9Eugène Pelletan est né en 1813, en Charente-Inférieure, dans une métairie isolée, dite La Barraque. Il grandit entre Royan et Saint-Georges-de-Didonne. Très proche de sa mère, dont la tendresse contraste avec le dureté paternelle, il hérite d’elle un fort attachement au protestantisme, religion pour laquelle il gardera plus tard une forte sympathie, alors même qu’il se sera détaché de toute confession religieuse, tout en restant déiste et spiritualiste.

  • 5 Sudhir Hazareesingh, « Eugène Pelletan, un républicain saint-simonien », (sld) Paul Baquiast, L’âg (...)

10En 1833, Eugène vient étudier le droit à Paris. Il est alors enthousiasmé par le bouillonnement intellectuel dont frémit encore la capitale, dans le prolongement des Trois Glorieuses de juillet 1830. Ce qu’il voit le marque à jamais. Toute sa vie il restera, par certains aspects, un romantique de 1830. Le saint-simonisme, notamment, comme l’a récemment montré Sudhir Hazaresingh5, le marque profondément.

11Sous l’influence de Lamartine, il se lance dans la vie politique. Républicain modéré, il échoue par deux fois, en 1848 et 1849, dans ses tentatives d’être élu député de Charente-Inférieure. C’est la lutte contre le second Empire qui va le faire accéder au succès politique et à la notoriété intellectuelle.

12En 1854, il publie son œuvre la plus connue sur le plan philosophique, Profession de foi du XIXe siècle, dans laquelle il se fait l’apôtre du progrès indéfini et continu. En 1861, il est condamné à trois mois de prison et 2000 francs d’amende pour délit de presse. En 1863, année qui marque le réveil de l’opposition républicaine dans les grandes villes, il est élu député de la 9e circonscription de la Seine.

13C’est alors qu’il est initié, le 24 février 1864, à 51 ans. De moins en moins religieuse, la franc-maçonnerie est alors très attractive. En l’absence de droit d’association et de réunion, elle offre aux républicains une tribune. Eugène Pelletan entre à la loge L’Avenir, créée huit mois auparavant au sein du Grand Orient de France par des frères progressistes et frondeurs. Son initiation est un véritable événement. Fraîchement élu député de Paris, il est alors l’un des principaux chefs du parti républicain. Sa notoriété attire d’illustres visiteurs, parmi lesquels Rousselle, conseiller de l’Ordre, l’un des représentants les plus notoires du courant laïque, alors minoritaire dans l’Obédience. Alors même qu’il n’est encore revêtu d’aucune dignité maçonnique, il est, fait exceptionnel, immédiatement désigné comme délégué de sa loge au sein du Grand Orient.

14Quelques temps plus tard, sur sa proposition, la batterie « Vivant ! Vivant ! Semper Vivant ! » est remplacée par « Liberté ! Egalité ! Fraternité ! » Le 13 décembre 1865, dix-neuf mois après son initiation et un an après son élévation au grade de maître, il est élu vénérable de son atelier, quelques mois avant d’entrer au Conseil de l’Ordre. Le jour de son élection comme vénérable, la loge L’Avenir fait savoir qu’elle n’enverra pas de délégation à la cérémonie funèbre donnée en l’honneur du Grand Maître défunt, le maréchal Magnan, au motif que ce dernier a été imposé et non élu. Ce n’est encore là qu’une entrée en matière. Le 26 juin 1866, la loge organise une grande tenue solennelle, pour y présenter et discuter la création, au sein de l’atelier, d’un « Comité des libres-penseurs », dont l’objectif est de promouvoir la pratique des enterrements civils et de la garantir à chacun de ses membres. Lors de la même tenue, il est décidé d’adresser une protestation au nouveau Grand Maître, le général Mellinet, qui a entrepris d’affirmer son autorité en inspectant les travaux philosophiques des ateliers.

  • 6 Cf. Pierre Chevallier, Histoire de la Franc-maçonnerie française, t. II, Paris, Fayard. 1974, p. 4 (...)

15C’en est bien sûr trop. Le 1er juillet, la loge L’Avenir est suspendue à titre provisoire. Le Conseil de l’ordre se réunit pour statuer sur son sort le 23 juillet. Pelletan tente de défendre son atelier, au nom de la liberté de conscience. Il a le soutien de Massol, chef de file du courant laïque. En revanche, Fauvety parle d’un « drapeau d’intolérance »6 au sujet du projet de Comité des libres-penseurs. La suspension de la loge est confirmée, pour une durée de six mois. Pierre Chevallier a fait remarquer qu’en d’autres temps le Conseil aurait démoli la loge. Sa relative clémence témoigne des positions progressivement gagnées au sein de l’Ordre par le courant laïque et moderniste.

16A la reprise des travaux, Eugène Pelletan n’est pas réélu vénérable. Quelques mois plus tard, en juillet 1867, il démissionne du conseil de l’Ordre et intègre une autre loge, elle aussi de création récente et réputée pour ses doctrines subversives, qui lui ont valu les remontrances du Grand Maître : L’Ecole Mutuelle. Cet atelier est connu pour la qualité des propos qui y sont tenus, et qui attirent de nombreux visiteurs. Eugène Pelletan prend fréquemment la parole. Il anime notamment, le 14 avril 1868, une Tenue Blanche Fermée sur l’accès des femmes aux mêmes professions que les hommes.

17L’Ecole Mutuelle est une sorte de pépinière, d’où sortiront nombre de cadres de la troisième République. Outre Eugène Pelletan qui, le 4 septembre 1870, entre dans le gouvernement de la Défense Nationale comme ministre sans portefeuille, on peut citer les deux futurs présidents du Conseil, Emmanuel Tirard et Jules Méline. On se doit également de nommer Georges Coulon, vénérable de l’atelier en 1868, secrétaire de Jules Favre, futur préfet de la Défense Nationale, futur vice-président du Conseil d’Etat, et futur... gendre d’Eugène Pelletan !

Georges Coulon

18Georges Coulon est né le 11 mars 1838, dans un milieu d’hommes et de femmes de théâtre qui, tout comme le père d’Eugène Pelletan, applaudit au Coup d’Etat du 2 décembre. En rupture avec son milieu, Georges Coulon se sentit républicain dès l’âge de 12 ans. En 1862, il rencontre Jules Favre, dont il devient le secrétaire. Georges Coulon ressent, dans ses années de jeunesse, une bouillonnante curiosité pour les choses philosophiques. A 28 ans, il profite de ses vacances pour rédiger un mémoire de 45 pages, intitulé Buts et moyens : vocabulaire philosophique. L’idée générale en est que l’homme est d’autant plus heureux qu’il est plus libre. Ses réflexions le mènent également à renoncer à l’existence de Dieu, mais aussi à l’existence de principes autres que subjectifs.

  • 7 Rapport fait à la loge L’Ecole Mutuelle sur sa situation au 1er janvier 1869 et signé du 19 janvie (...)

19Le goût des spéculations intellectuelles et la recherche d’une tribune républicaine mènent naturellement Georges Coulon à frapper à la porte du temple. Il est initié en 1863, à 25 ans, dans la loge La Renaissance par les émules d’Hiram, alors dirigée par Massol. Quelques mois plus tard, le 18 janvier 1864, il est élevé aux grades de compagnon et de maître. Le 20 mai 1865, il compte parmi les fondateurs de l’Ecole Mutuelle, dont il est successivement orateur (1866), premier surveillant (1867), puis vénérable (1868). Sous son vénéralat, la loge entreprend de retirer du rituel tout ce qui entraîne « une perte de temps » et entretient « dans les esprits la superstition et la vanité »7.

20Plus qu’au patronage d’Eugène Pelletan, c’est vraisemblablement à celui de Jules Favre (qui ne sera maçon qu’en 1877), que Georges Coulon doit d’être nommé, en septembre 1870, préfet de la Défense Nationale en Vendée. Alors que l’activité maçonnique d’Eugène Pelletan devient peu intense après 1870 (il disparaît d’ailleurs des listes de L’Ecole Mutuelle dès 1869 1870), celle de Georges Coulon se prolonge au moins jusqu’en 1889, date à laquelle il démissionne de sa loge, après 24 années de présence.

  • 8 Manuscrit autobiographique de Georges Coulon, archives Valette.

21A l’approche de ses 42 ans, Georges Coulon songe à quitter le célibat. Il est embarrassé car, comme il l’écrira plus tard, dans la société bourgeoise du temps, « pour se marier il faut se connaître et pour se connaître il faut se marier. »8 Il décide de demander conseil à un pasteur libéral, qui lui recommande le nom de la fille d’Eugène Pelletan, Geneviève. La qualité de franc-maçon de son futur beau-père apparaît à Georges Coulon comme un gage de bonheur conjugal :

  • 9 Ibid.

« Je m’étais souvent rencontré avec son chef dans des réunions maçonniques que nous fréquentions sous l’Empire et je m’étais toujours rencontré avec lui en parfaite communauté d’idées. Je pensais que la famille d’un libre penseur tel que lui ne pouvait porter ombrage à mon esprit d’indépendance et j’accueillis avec plaisir l’indication qui m’était donné. »9

22Georges Coulon n’est pas le premier gendre d’Eugène Pelletan. En 1864, sa fille aînée, Hélène, a épousé Edmond Mocqueris qui, quatre ans après son mariage, devient à son tour franc-maçon.

Edmond Mocqueris

23Edmond Mocqueris est né à Troyes, en 1836. C’est un libre penseur athée et fortuné qui, bien qu’avocat, se contente de vivre de ses rentes. Il est initié le 13 avril 1868, dans la loge La Mutualité 190, du Suprême Conseil. Si cette obédience a une organisation du type absolutiste, son recrutement est alors en grande partie populaire et républicain. La Mutualité est une loge très à gauche, de fondation récente (1867), qui compte parmi ses membres le futur président du Conseil radical, Henri Brisson, et un futur communard, Leroy.

  • 10 Vincent Wright, Francs-maçons, Administration et République : les préfets de la Défense Nationale (...)

24Le 29 janvier 1871, il est nommé préfet de la Défense Nationale dans l’Aube, en remplacement de l’ancien quarante-huitard Ligny-Pougy. Vincent Wright a calculé que 29 % des préfets de la Défense Nationale sont des maçons10. Plus que son appartenance à la franc-maçonnerie, nul doute que le facteur déterminant, dans le choix d’Edmond Mocqueris, soit son lien de parenté avec Eugène Pelletan, membre du gouvernement. Quoiqu’il en soit, son rôle est limité étant donné le caractère très tardif de sa désignation.

25Le 8 octobre 1871, Mocqueris est élu conseiller général d’Aix en Othe, dans l’Aube. Il n’entreprend pas, cependant, de véritable carrière politique, se contentant d’arrondir sa fortune, grâce, notamment, aux actions Suez qu’il a achetées dès l’origine. A sa mort, le 5 mai 1918, il laisse à ses trois enfants une succession considérable, évaluée à 5 millions de francs or.

26La loge de Mocqueris est celle-là même où son beau-frère, Camille Pelletan, de dix ans son cadet, va être initié, le 11 avril 1870.

3. Le réseau maçonnique familial de Camille Pelletan, sous la troisième République

Camille Pelletan

27Camille Pelletan naît à Paris, le 23 juin 1846. Elevé dans un milieu profondément républicain, il est voué à le devenir lui-même dès le plus jeune âge. Alors que son père, Eugène, est déiste et spiritualiste, lui devient athée au terme de son année de philosophie, lors de laquelle on tente, en vain, de lui démontrer l’existence de Dieu et de l’âme.

28Sa jeunesse se déroule dans le milieu de la bohème parnassienne, parmi les poètes Paul Verlaine, Arthur Rimbaud et Charles Cros, pour ne citer que les plus célèbres d’entre eux. Comme il lui faut vivre, il intègre la rédaction du Rappel, où il acquiert la notoriété.

29Républicain, journaliste en vue, fils de maçon, la maçonnerie semble lui tendre les bras. Il y rentre le 11 avril 1870, au Rite Ecossais, dans la loge de son beau-frère, La Mutualité no 190. Contrairement à une idée trop souvent répandue, les activités maçonniques de Camille Pelletan sont particulièrement peu intenses. Alors même qu’il est courant, dans la maçonnerie de l’époque, de s’élever rapidement d’un grade à l’autre (onze mois suffisent à son père pour devenir maître), il lui faut vingt-deux ans pour devenir compagnon et vingt-cinq pour devenir maître ! Dès le 31 octobre 1870, soit six mois seulement après avoir été initié, en plein siège de Paris, il est placé en congé illimité de la Mutualité. On retrouve sa trace au Grand Orient, dans la prestigieuse Clémente amitié, à laquelle il est affilié le 6 janvier 1892, jour de son élévation au grade de compagnon. Honoraire de la loge un peu moins de quatre ans plus tard (novembre 1895, juste après avoir été exalté à la maîtrise), il s’affilie à L’Unité, en son fief électoral de Salon-de-Provence, alors qu’il est ministre de la Marine, le 30 août 1904. Présent dans les Bouches-du-Rhône quelques semaines par an seulement, on ne devait pas l’y voir bien souvent. Il en devient honoraire en 1913, deux ans avant de mourir et de disparaître des tableaux de La Mutualité.

30Maçon peu actif, mais républicain en vue et député, il participe volontiers aux événements maçonniques de sa circonscription. Ainsi, le 11 octobre 1885, à Salon de Provence, il assiste à l’installation de La Parfaite Unité (en 1904, la loge va se fondre avec L’Unité). Le 16 avril 1899, puis à nouveau le 4 octobre 1908, il participe, à Miramas, aux fêtes solsticiales de L’Etoile de la Crau. Il lui arrive aussi de donner des conférences : le 7 décembre 1892, dans sa loge ; La Clémente amitié, en 1894, aux Inséparables du Progrès, ou en 1900, à Union et bienfaisance. Très populaire parmi les militants radicaux, il l’était également parmi ses frères francs-maçons, en dépit de son manque d’assiduité.

  • 11 Lettre de Camille Pelletan à Emile Combes, 17 novembre 1904, Archives Départementale de Charente-M (...)
  • 12 Camille Pelletan, manuscrit d’un article rédigé à l’occasion de la mort du général André (1913), A (...)

31On sait que les liens entre radicalisme et République, au début du siècle, sont nombreux. En témoigne la fameuse Affaire des fiches, au temps du ministère Combes, dans lequel Camille Pelletan tient le portefeuille de la Marine. Dès le premier jour, Camille Pelletan prend la défense de son collègue de la guerre, le général André, qui a utilisé des renseignements réunis par le Grand Orient pour freiner la promotion des officiers catholiques. Le 17 novembre 1904, il écrit à Combes : « autant il était ridicule et déplorable d’introduire le Grand Orient au cabinet du ministre de la Guerre, autant il était légitime, pour tous ceux qui savaient quels étaient les officiers dangereux, de mettre la République à l’abri de leurs atteintes »11. Rappelons qu’à la suite des prolongements de l’Affaire Dreyfus et des réactions d’une partie de la droite, nombreux sont alors les républicains qui redoutent un coup d’Etat militaire. Plus tard, Camille Pelletan écrira que s’il n’avait pas, lui aussi, organisé un système de surveillance des officiers de Marine, c’est qu’il n’avait pas eu à craindre « qu’un amiral, si clérical, si monarchiste qu’il fût, amena une escadre dans Paris, au pont de la Concorde, devant la Chambre des députés. »12

32Camille Pelletan meurt en juin 1915. Un an plus tôt, son beau-frère, Paul Denise, a reçu à son tour la lumière.

Paul Denise

33Paul Denise est né le 19 mai 1863, dans une famille catholique et bonapartiste. C’est à l’occasion de ses études qu’il rencontre l’idée républicaine. Huissier de justice à Paris entre 1890 et 1893, il fait la rencontre de Camille Pelletan. Alors que ce dernier, suite à des difficultés financières, est menacé d’une saisie, Paul Denise met un point d’honneur à s’acquitter lui-même de la dette de l’illustre chef radical. Le 20 août 1903, la sœur de Paul Denise, Joséphine, épouse Camille Pelletan, de 24 ans son aîné et alors ministre de la Marine.

34Bien introduit dans le milieu radical, Paul Denise devient l’un des organisateurs de la fédération radicale du Var, qu’il préside de 1914 à 1919. Durant cette période, il réside, en réalité, bien peu dans le Var puisque, engagé volontaire à 51 ans, il passe toute la guerre aux armées. Le 5 mai 1918, six mois avant l’armistice, il est initié à la loge La Réunion, Orient de Toulon. Il est alors âgé de 55 ans. Cet âge tardif pourrait s’expliquer par son désir de ne pas contrarier sa mère de son vivant. Très catholique, elle était déjà tombée malade à la suite du mariage de sa fille avec Camille Pelletan. Paul Denise démissionne de sa loge en 1932, à 69 ans. Les dernières années, il n’y a sans doute guère été assidu, puisque domicilié dans le Nord depuis 1925. Elu député radical du Var sur une liste Bloc national en 1919, il devient vice-président du Parti radical de 1923 à 1925. En 1924, cependant, il ne retrouve pas son siège de député, pas plus qu’en 1928. Tout en mettant un point d’honneur à défendre la mémoire de Camille Pelletan, Paul Denise défend une ligne politique fort éloigné de la formule « pas d’ennemi à gauche » de son beau-frère. C’est ainsi qu’il est hostile au Cartel des gauches, puis favorable à la politique de Poincaré. Il meurt le 28 juillet 1936, à 73 ans, dans les premiers mois du Front populaire.

André Pelletan et Dyonis Ordinaire

35André Pelletan, le frère cadet de Camille, est né en 1848. S’il est de convictions républicaines, il ne fait pas de politique. Professeur à l’Ecole des mines, il en devient sous-directeur en 1901. A en croire le Tout Paris maçonnique, paru en 1896, il est franc-maçon, affilié à la loge La Prévoyance. L’information n’est pas vérifiable, les archives de la loge étant très incomplètes.

36En 1890, à l’âge de 42 ans, il se marie avec une jeune femme, dont il est l’aîné de seize ans, Thérèse Ordinaire. Le père de cette dernière, Dyonis Ordinaire, a été un proche de Gambetta. Initié à la loge Le Progrès, Orient de Paris, en 1879, il est élu député de Pontarlier, un an plus tard. Il le reste jusqu’à sa mort, en 1896. Son fils, Maurice, lui succède, mais ne semble pas adhérer à la franc-maçonnerie. Pas plus que le gendre d’André Pelletan et de Thérèse Ordinaire, Georges Bonnet, qui compte pourtant parmi les hommes politiques majeurs de l’entre-deux-guerres.

Conclusion

37L’engagement maçonnique de la famille est antérieur à la Révolution, et à mettre en relation avec son adhésion au protestantisme ou au catholicisme libéral.

38Plus qu’une véritable attirance pour la voie initiatique, la franc-maçonnerie semble séduire les membres de la famille Pelletan par l’idéal qu’elle incarne, le label de républicain libre penseur qu’elle octroie, le réseau de relations qu’elle fournil et la convivialité qu’elle procure.

39Idéal : « Fils de la Révolution », les Pelletan et leurs alliés retrouvent dans la Franc-maçonnerie un idéal progressiste et humaniste qui n’était autre que celui de la République.

40Label de républicain libre penseur et réseau de relations : la maçonnerie offre à Eugène Pelletan une consécration, après son élection comme député, et lui offre une tribune politique. Bien que maçon peu actif, Camille Pelletan ne néglige pas de s’affilier dans une loge de sa circonscription. Dyonis Ordinaire entre tardivement en maçonnerie, mais peu avant de se faire élire député. Quant à Paul Denise, s’il reste membre d’une loge de Toulon jusqu’en 1932, alors même qu’il a quitté le Midi pour le Nord en 1925, c’est sans doute parce qu’il ne renonce pas à reconquérir son siège de député, perdu en 1924.

41Convivialité : à la recherche d’une épouse, Georges Coulon songe à demander la main de la fille de l’un des frères de sa loge, Eugène Pelletan. Quant à Camille Pelletan, il se fait initier dans la loge de son beau-frère, Edmond Mocqueris.

42Au total, la franc-maçonnerie apparaît, chez les Pelletan, comme une tradition de famille au service d’un idéal et d’une ambition politiques.

43On pourra aussi noter qu’il s’agit uniquement d’une affaire d’hommes. Mais cela nous mène sur une autre problématique...

Notes

1 Outre l’étude pionnière de Mattei Degan (Les filières de la carrière politique, Revue française de sociologie, oct.-déc. 1967, VIII 4, p. 468-494), voir : Gilles Le Beguec, « L’entrée au Palais Bourbon : les filières privilégiées d’accès à la fonction parlementaire (1919-1939) », thèse de doctorat préparée sous la direction de René Rémond, Paris X Nanterre, 1989 ; Jean El Gammal, « Recherches sur le poids du passé dans la vie politique française de 1885 à 1900 », thèse de doctorat préparée sous la direction de Philippe Vigier, Paris X Nanterre, 1990 ; Claude Patriat et Jean-Luc Parodi (sous la direction de), L’hérédité en politique, actes du colloque de Dijon des 14 et 15 mars 1991, Paris, 1992 ; Paul Baquiast, Une dynastie de la bourgeoisie républicaine : les Pelletan, Paris, L’Harmattan, 1996.

2 Même s’ils sont mieux connus depuis quelques années, grâce aux travaux des historiens gravitant autour de l’AECP, il n’est peut-être pas inutile de rappeler brièvement qui furent Eugène et Camille Pelletan. Ami de George Sand et de Lamartine, écrivain et parlementaire, Eugène Pelletan fut membre du gouvernement de la Défense nationale (1870-1871) avant de devenir sénateur inamovible. Camille Pelletan, son fils, ami de Verlaine et de Rimbaud, lui-même poète à ses heures, journaliste de talent, député, sénateur, fondateur du Parti radical, ministre de la Marine dans le cabinet Combes (1902-1905), fut l’un des plus ardents animateurs de l’extrême gauche radicale.

3 Francis Masgnaud, Franc-maçonnerie en Aunis et Saintonge, tome 1, Rumeur des âges, 1989.

4 Georges Touroude, De l’oppression à la liberté : Histoire des communautés saintongeaises huguenotes et de leur pasteur du Désert, Jean Jarousseau (1729-1819), Royan, Editions de la Langrotte, p. 92.

5 Sudhir Hazareesingh, « Eugène Pelletan, un républicain saint-simonien », (sld) Paul Baquiast, L’âge d’or des Républicains, Paris, L’Harmattan, 2001, p. 145-158.

6 Cf. Pierre Chevallier, Histoire de la Franc-maçonnerie française, t. II, Paris, Fayard. 1974, p. 447.

7 Rapport fait à la loge L’Ecole Mutuelle sur sa situation au 1er janvier 1869 et signé du 19 janvier 1869. par Georges Coulon, Vénérable sortant, Bibl. nat. de France, fonds FM : Baylot FM2 84 (on en trouvera également un exemplaire dans FM2 615, dossier 1).

8 Manuscrit autobiographique de Georges Coulon, archives Valette.

9 Ibid.

10 Vincent Wright, Francs-maçons, Administration et République : les préfets de la Défense Nationale (1870-1871), Revue Administrative, no 241, 1988, t. 41, p. 5.

11 Lettre de Camille Pelletan à Emile Combes, 17 novembre 1904, Archives Départementale de Charente-Maritime : 13 J 37, cité in : Gérard BAAL, « Le Parti radical de 1901 à 1914 », thèse de doctorat d’Etat préparée sous la direction de Maurice Agulhon, Paris I, 1991, p. 296.

12 Camille Pelletan, manuscrit d’un article rédigé à l’occasion de la mort du général André (1913), Archives Privées Camille Pelletan.

Auteur

Docteur en histoire, chargé de cours à l’Institut catholique de Paris

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540