Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Franc-maçonnerie et histoire : bilan et perspectives

 | 
Éric Saunier
, 
Christine Gaudin

Franc-maçonnerie et approche interdisciplinaire

Extraits des discussions

Texto completo

1[Suite aux communications d’Anne GIROLLET, François GAUDIN et Pierre MOLLIER]

2 André Combes

3Au sujet des sceaux, je recommande à tous le dernier numéro de la Revue d’Histoire de la Fédération du Droit Humain. On y trouve tous les sceaux de toutes les loges créées par cette Obédience. C’est vraiment une source magnifique.

4Michel Nouvellon

5Il me semble que l’esthétique maçonnique, qui est très ésotérique, n’a aucune correspondance avec l’histoire de l’art. On a l’impression que l’Ordre est totalement indifférent aux courants artistiques qui l’environnent. J’irais même jusqu’à parler d’une inculture des francs-maçons en matière d’art.

6Pierre Mollier

7Au contraire, pour le XVIIIe siècle en particulier, l’esthétique et la sigillographie maçonniques sont en osmose avec les courants artistiques. Mais il reste à le démontrer à l’aide de corpus. Pour l’Empire, on note une nette correspondance entre l’héraldique ou l’esthétique et les décorations maçonniques. On retrouve d’ailleurs les mêmes artistes, comme Isabey par exemple.

8Par contre ce qui est vrai dans ce que vous dites, c’est qu’il y a des temps fondateurs et des périodes de dégénérescence pendant lesquelles on se contente de reproduire un modèle. Pour la période contemporaine, le problème est surtout lié à une méconnaissance de ce qui se produit. Je viens d’un colloque dans lequel j’ai entendu une communication très intéressante sur Mucha. J’ai découvert des collections de bijoux maçonniques « art déco » absolument magnifiques mais totalement inconnues.

9Je pense donc que l’on ne peut pas porter un jugement global : la qualité de l’esthétique maçonnique varie selon les époques.

10Laurence Chatel de Brancion

11Vous avez parlé d’une « médiévalisation » de la maçonnerie au XVIIIe siècle. Or elle est réduite aux Ordres de Chevalerie, ce qui ne correspond pas à l’esprit du Moyen Age de façon générale.

12Pierre Mollier

13Cela ne correspond pas évidemment au vrai Moyen Age, mais à celui qui est représenté au XVIIIe siècle.

14Laurence Chatel de Brancion

15Oui, mais encore une fois, il s’agit d’une représentation de l’Ordre de la Chevalerie, dans ses dimensions internationales et hospitalières.

16Cécile Revauger

17Au sujet de l’œuvre de Schoelcher, je voudrais faire une remarque de simple citoyenne, et non de chercheuse. On a l’impression aujourd’hui qu’il est oublié en Martinique, au profit d’autres figures comme Bissette (qui est mulâtre et franc-maçon aussi). Et lorsqu’on visite le Musée de la Canne, on nous explique que si Schoelcher a tant lutté contre l’esclavage, c’est parce qu’il avait des intérêts dans la production de betterave.

18Anne Girollet

19C’est vrai qu’en ce moment il y a un courant de dénigrement de l’œuvre de Schoelcher. On lui reproche d’avoir « cueilli un fruit mûr ». L’argument de la betterave est une aberration totale : Schoelcher n’avait aucun lien avec l’agriculture. Il s’occupait de porcelaine de luxe, il était rentier. La polémique avec Bissette a commencé en 1830. Elle a été relayée dans les loges aux Antilles, le parti de Bissette représentant le parti de l’Ordre et les Schoelchériens s’apparentant à « la Montagne ».

20André Combes

21L’initiation de Bissette au Grand-Orient a eu lieu dans la loge des Trinosophes. Elle a été un événement considérable, au point que tous les visiteurs n’ont pas pu être reçus. Cela prouve que la lutte contre l’esclavage était populaire dans le milieu maçonnique parisien.

22Jean-Pierre Laurant

23Parmi les pistes en matière de sigillographie, il y aurait peut-être les marques des imprimeurs à la Renaissance dans lesquelles on trouve déjà l’association du Compas et de l’Equerre.

24Pierre Mollier

25C’est vrai que l’héraldique maçonnique est faite de beaucoup d’emprunts et de syncrétismes. On trouve en maçonnerie des références à une emblématique plus ou moins hermétisante de la Renaissance.

26Jacqueline Lalouette

27Je voulais faire remarquer à Pierre Mollier que Maurice Agulhon a beaucoup travaillé sur la symbolique au XIXe siècle, notamment sur tous les sceaux de la République et les représentations de la République sur les médailles du Sénat, de l’Assemblée Nationale... C’est donc un domaine qui n’est pas totalement inconnu pour l’histoire contemporaine.

28Pour ce qui concerne la Société des Droits de l’homme mentionnée par Anne Girollet, c’est vrai que les réunions se tenaient au départ du moins au Grand-Orient. Mais il n’y avait pas que des maçons dans cette société. Ce que je veux dire, c’est que Schoelcher s’est souvent trouvé en conformité de pensée ou d’opinion avec des maçons, mais aussi avec plein d’autres, qui étaient profanes. Tout ce que vous avez dit sur Schoelcher pourrait être transposé à beaucoup d’hommes politiques du XIXe siècle.

29Schoelcher appartient à cette grande nébuleuse qui agit dans le sens du rapprochement de la maçonnerie et de la République.

30Anne Girollet

31Au sujet de la Société des Droits de l’Homme, je voulais juste souligner l’usage d’un local du Grand-Orient. Evidemment, ce groupement admettait aussi des profanes. Beaucoup d’autres républicains en effet avaient les même liens avec la maçonnerie que Schoelcher. A cette différence près qu’il était un maçon militant.

32M. Charpentier

33Il se trouve que mon frère est le principal du collège Victor Schoelcher à Champagney (Haute-Saône). Cette petite commune est exceptionnelle parce qu’elle a un musée de la négritude et des droits de l’homme. Ce musée est né d’un vœu des habitants de Champagney au moment de la Révolution française. Ils furent les premiers à demander l’abolition de l’esclavage. Ils ont agi sous l’impulsion d’un châtelain qui faisant partie d’une société parisienne : la Société des Amis des Noirs.

34Anne Girollet

35Il y avait des francs-maçons dans cette société, Mirabeau par exemple.

36Claude Mazauric

37On connaît bien maintenant la Société des Amis des Noirs, les archives viennent de paraître avec les listes de noms. Ce qui est plus intéressant à savoir, pour nous, ici en Normandie, c’est que Champagney est dans une région qui n’a rien à voir avec l’esclavage ou le commerce avec la Nouvelle France et que c’est à l’initiative d’un membre de la Société des Amis des Noirs que, pour la première fois, une société populaire a demandé l’abolition de l’esclavage. J’ajouterais que le député à la Convention, le Docteur Siblot de Lure (ville voisine de Champagney), a été représentant en mission ici en Seine-Inférieure, à Rouen et au Havre en 1793. Il a mené une sainte bataille dans la ville du Havre qui était alors le deuxième port de trafic du « bois d’ébène » et a organisé des manifestations populaires dans les deux villes. Il y a là une trajectoire assez extraordinaire entre la Haute-Saône et la Seine-Inférieure autour de cette question de l’abolition. Siblot était franc-maçon.

38La question que je voulais poser porte sur les trois communications : elle concerne le modèle maçonnique. Le modèle iconographique d’abord : on ne peut ignorer les sceaux de profession à métiers jurés, c’est le cas à Rouen. On a publié ici un ouvrage admirable sur les communautés de métiers (il y en avait 57). Chacune possédait un sceau avec des symboles préfigurant ceux utilisés en maçonnerie. Il y a donc une antériorité incontestable des communautés de métiers.

39Le modèle maçonnique fonctionne à plein pendant la Révolution française. On le retrouve dans les sceaux et les vignettes. Les correspondances des institutions (directoires de district, communes, même le Comité de Surveillance...) reprennent des éléments de l’appareil iconographique maçonnique : on retrouve le compas, le niveau, l’œil... Tout cela se retrouve « bricolé », dans une acception, au début, monarchiste constitutionnelle, puis républicaine, directoriale et consulaire, en tous cas, laïcisée.

40Il y a donc un modèle maçonnique qui s’impose à la société englobante. Au moins autant que le mouvement inverse. C’est l’échange bilatéral qui est intéressant.

41Pierre Mollier

42En fait c’est plus compliqué que cela. On peut dire que la symbolique révolutionnaire s’inspire de la maçonnerie. Mais en fait il faut remonter à l’emblématique de la Renaissance qui était largement diffusée. Il y aurait une étude très poussée à faire sur ce sujet. L’œil rayonnant par exemple, renvoie bien sûr à la maçonnerie, mais pas seulement. Les emprunts sont très nombreux et diversifiés. Ce qui complique plus encore les choses, c’est que les maçons ont récupéré la similitude des symboles pour dire que la maçonnerie avait fait la Révolution. Maintenant, en ce qui concerne l’emblématique des communautés de métiers, elle existe mais elle est différente.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540