Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Franc-maçonnerie et histoire : bilan et perspectives

 | 
Éric Saunier
, 
Christine Gaudin

Franc-maçonnerie et approche interdisciplinaire

Les sceaux des loges maçonniques : pour la naissance d’une « science auxiliaire de l’histoire maçonnique »

Pierre Mollier

Texte intégral

1Quiconque se plonge dans les archives des loges ne peut qu’être frappé par l’abondance des sceaux qu’arborent sans modération tous les papiers maçonniques. Si la chose est naturelle au XVIIIe siècle où armoiries et sceaux restent parmi les principaux identifiants sociaux, la persistance de ces usages aux XIXe et, surtout au XXe siècle doit être remarquée. Les Françs-maçons euxmêmes ont toujours eu une tendresse particulière pour les sceaux. Ainsi, lorsque le Grand Orient fonde sa bibliothèque en 1839, il invite les ateliers à lui faire parvenir « l’empreinte de leurs sceaux et timbres et les vignettes de leurs planches, colonnes et balustres ». Dans les années 1860, il fait réaliser un vaste relevé des sceaux des loges anciennes. Aujourd’hui encore, comme il y a deux siècles et demi, l’une des premières formalités à laquelle doit se soumettre une nouvelle loge est le dépôt de son sceau auprès de son obédience.

2Numismatique, héraldique, sigillographie... l’érudition classique connaît des « sciences auxiliaires » de l’histoire. Lorsque l’on s’interroge sur les nouvelles méthodologies que les chercheurs pourraient mettre en oeuvre pour mieux cerner le fait maçonnique, ces « sciences auxiliaires » peuvent-elles être d’une quelconque utilité ? Il faut d’abord rappeler que leur champ d’application privilégié est le Moyen Age où elles sont principalement utilisées pour des problèmes d’identification. Alors, en quoi ces outils du médiéviste pourrait aider l’historien de la Franc-maçonnerie dont le territoire s’étend du XVIIe au XXe siècles ?

3L’un des enjeux actuels de l’historiographie maçonnique – et notre interrogation d’aujourd’hui sur d’autres méthodologies y participe – est donc de mieux saisir la nature du fait maçonnique, dans toute sa complexité, dans l’histoire moderne française. Au delà de 1’histoire factuelle, pour saisir cette identité, les archives classiques des loges maçonniques montrent vite leurs limites. Ainsi on sent bien le côté stéréotypé des procès-verbaux des livres d’architecture, des registres de comptes rendus des loges, ou même des discours maçonniques. Derrière les discours, comment mieux cerner l’idéologie, l’imaginaire, les aspirations voire les rêves de cette sociabilité singulière. L’iconographie dont le sceau est le support nous paraît un champ de recherche à explorer. En effet, le sceau affiche l’image à laquelle les maçons veulent s’identifier. Une étude de l’identifiant peut naturellement éclairer l’identité. Imaginaire chevaleresque, rêve hermétique, symbolique opérative, l’étude des sceaux maçonniques peut révéler les courants souterrains à l’œuvre dans la sociabilité maçonnique. Bien sûr ces images ne sont pas sans signification, cette iconographie revendiquée ouvre un autre regard sur l’identité maçonnique. L’objet de cette « science auxiliaire de l’histoire maçonnique » que nous soumettons au débat serait donc assez différent de celui de la sigillographie classique. Elle aurait ainsi peu à faire avec les questions d’identification des personnes si centrale pour le médiéviste. En revanche, elle s’inscrirait dans le prolongements des travaux initiés il y a une trentaine d’années par Michel Pastoureau. Le sceau comme miroir des mentalités.

4Si cette « science auxiliaire de l’histoire maçonnique », cette sigillographie des loges, que nous appelons de nos voeux aurait donc des objectifs sensiblement différents de la sigillographie traditionnelle du médiéviste, ses méthodes en revanche seraient très semblables. La première étape incontournable est bien sûr la constitution d’un corpus de sceaux maçonniques, corpus structuré selon les époques et le type d’ateliers (loges symboliques, ateliers de hauts grades, etc.). La réalisation de ce corpus permettrait ensuite de constituer des échantillons autorisant avec un minimum de pertinence une étude des sources iconographiques. L’hypothèse qui sous-tend cette démarche est que ces emprunts iconographiques peuvent être de véritables « tracteurs » d’emprunts plus substantiels à d’autres formes de sociabilité (ordre de chevalerie, confréries, etc.). Emprunt/empreinte... le sceau qui matérialise l’identité de la loge maçonnique se révèlera alors comme une véritable empreinte de ses références idéologiques et imaginaires. Ce type d’analyse vise à élargir l’étude de la franc-maçonnerie au-delà de l’histoire, fut-elle des idées, voire des mentalités, à un regard presque anthropologique du fait maçonnique.

Pour la naissance d’une « science auxiliaire de l’histoire maçonnique » : sceau de l’Etoile Polaire (Orient de Paris, XVIIIe siècle)

Pour la naissance d’une « science auxiliaire de l’histoire maçonnique » : sceau de l’Etoile Polaire (Orient de Paris, XVIIIe siècle)

Musée de la Franc-Maçonnerie (coll. GODF).

Table des illustrations

Titre Pour la naissance d’une « science auxiliaire de l’histoire maçonnique » : sceau de l’Etoile Polaire (Orient de Paris, XVIIIe siècle)
Légende Musée de la Franc-Maçonnerie (coll. GODF).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12711/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 170k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540