Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Franc-maçonnerie et histoire : bilan et perspectives

 | 
Éric Saunier
, 
Christine Gaudin

Franc-maçonnerie et approche interdisciplinaire

Les maçons parlent aux maçons...

François Gaudin et Pierre Auger

Texte intégral

Introduction

1Lorsque les organisateurs m’ont fait part de leur désir d’introduire un éclairage méthodologique venu des sphères des sciences du langage, j’ai aussitôt pensé à une analyse automatique de corpus, les historiens étant confrontés, tout comme les linguistes, à des textes.

2N’étant pas spécialiste de ces questions, j’en ai parlé à mon collègue Pierre Auger, de l’Université Laval à Québec, dont le laboratoire utilise de nombreux logiciels et en développe. Il a accepté cette proposition, mais les événements ont conduit ce cher collègue à annuler tous ses voyages, et c’est donc seul que je vais tenter de vous présenter quelques résultats chiffrés qui, une fois n’est pas coutume en sciences du langage, relèveront du plus grand empirisme.

3Dans un premier temps nous faisons établir des résultats par des logiciels qui travaillent non sur des signes linguistiques, mais sur des formes, des suites de caractères. Ce qui pose des problèmes techniques, notamment lorsque l’on souhaite réduire les formes, l’ensemble des formes rencontrées, les occurrences, à des types et, par exemple, recenser toutes les occurrences des formes du verbe fermer et non toutes les formes fléchies prises individuellement. La polysémie et l’homonymie viennent compliquer ces comptages car comment le logiciel pourra-t-il nous éviter de rassembler avec fermions et fermerez l’adjectif ferme, le nom ferme, pour ne rien dire de Fermat et de son théorème... Notre corpus étant de petite taille nous avons choisi de travailler sur les occurrences, ce qui évitait les erreurs de catégorisation. Retenons de ces difficultés que ce n’est qu’à l’analyse que ces suites de caractères deviennent des données sémantiques.

4Notre idée était simple, il s’agissait de prendre un petit corpus, a priori très stéréotypé, et de voir si, malgré ce caractère répétitif, l’analyse logicielle, permettait de saisir des faits qui seraient restés inaperçus d’un lecteur.

1. Présentation du corpus et des outils

1.1. Le corpus

5Notre corpus est constitué par les textes d’un Recueil de cantiques maçonniques, dédiés à la loge des Amis Réunis à l’Orient du 9e Régiment d’infanterie légère, publié à l’Orient de Longwy, de l’imprimerie du Frère Verronais, à Metz, 5810. Cet opuscule compte 73 pages.

Liste des pièces

6L’UNION DE LA SAGESSE ET DU PLAISIR Cantique pour le Jour de Saint-Jean, Air : Vive Henry, Vive Henry,

7AVERTISSEMENT

8LES REGLEMENS MACONNIQUES, (no 1), Air : Nous n’avons qu’un tems à vivre...

9LE PORTRAIT DU MACON, (no 2), Air : Gué, gué, gué, mon Officier.

10COUPLETS, (no 3), Air : Jupiter un jour en fureur

11CHANSON MACONNIQUE, (no 4), Air : A faire

12COUPLETS, (no 5), Air : Du Réveil du Peuple

13A LA PAIX, (no 6), Air : Du petit Matelot, ou la Pipe de tabac

14LE BONHEUR DE LA MACONNERIE, (no 7), Air : Femmes, voulez vous éprouver ?

15HOMMAGE A L’EMPEREUR, (no 8), Air : Femmes, voulez vous éprouver ?

16TABLEAU D’UNE LOGE, (no 9), Air : Femmes, voulez vous éprouver ?

17CANTIQUE (no 10), Air : Du réveil du Peuple

18CANTIQUE POUR LE BANQUET DE LA SAINT-JEAN, (no 11), Air : Bouton de Rose.

19TABLEAU DE LA MACONNERIE, (no 12) Air : Du Vaudeville de Jean Monnet

20COUPLETS (no 13) Air : Du Vaudeville de Jean Monnet

21CANTIQUE pour la Chaîne et la Fermeture des Trav. de table (no 14), Sur l’Air consacré : Frères et Compagnons

22BENEDICITE (no 15) Air : Aussitôt que la lumière, etc.

23BENEDICITE (no 16) Air : Veillons au salut de l’Empire

24CANTIQUE POUR LA 1re SANTE (no 17) Air : De la Pipe de tabac

25CANTIQUE (no 18) Air : La Fanfare de St.-Cloud

26AUTRE (no 19) Air : Je suis Lindor

27AUTRE (no 20) Air : La Pipe de Tabac

28CANTIQUE POUR LA 2e SANTE (no 21) Air : Il faut des Epoux assortis, etc.

29AUTRE (no 22) Air : De Philippe-Ville

30CANTIQUE POUR LA 3e SANTE (no 23) Air : De Philippe-Ville ou La Pipe de Tabac

31AUTRE (no 24) Air : Réveil du Peuple

32AUTRE (no 25) Air : Femmes voulez vous, etc.

33AUTRE (no 26) Air : De Philippe-Ville

34CANTIQUE POUR LA 4e SANTE (no 27) Air : Mon père était pot... etc.

35AUTRE (no 28) Air : Femmes, voulez vous éprouver ?

36AUTRE (no 29) Même air que le dernier

37CANTIQUE POUR LA SANTE DE NOTRE B. P. (no 30) Même air

38CANTIQUE POUR LA SANTE DES FF. V. (no 31) Air : Réveil du peuple

39CANTIQUE POUR LA SANTE D’UN F. (no 32) Air : Après des pénibles combats

40CANTIQUE (no 33) Air : Un soir de cet automne

41CANTIQUE MACONNIQUE (no 34) Air : Réveillez-vous, belle endormie

42LE BONHEUR DU MACON (no 35) Air : La République vous appelle

43L’AMITIE FRATERNELLE (no 36) Air : De la piété filiale

44LE MODELE DU MACON (no 37) Air : Aussitôt que la lumière

45GAIETE MACONNIQUE (no 38) Air : Eh ! gai, gai, mon Officier

46SANTE DE L’EMPEREUR (no 39) Air : J’ai vu partout dans mes voyages

47ELOGE DE LA MACONNERIE (no 40) Même Air que le dernier, ou Air de la Pipe

48CANTIQUE DE CLOTURE (no 41) Air : Des Maçons

49CANTIQUE DE CLOTURE (no 42) Air : Veillons au salut de l’Empire

50CLOTURE (no 43) Air : d’Henry IV

51Cet ensemble de textes constituait selon nous un objet intéressant à étudier pour mesurer l’apport et les limites d’une investigation automatique. Nous étions prêts à vous exposer des résultats décevants, l’important à nos yeux était de mener l’enquête au plan de la méthode. Or, vous en jugerez, mais l’enquête n’est peut-être pas aussi infructueuse que nous l’avions envisagé.

1.2. Les outils

52Les textes ont fait l’objet de deux traitements. Au Québec, ils ont été analysés grâce au programme WordSmith d’Oxford Press (UK). Il s’agit d’un programme d’assistance à la lexicographie comprenant un générateur de listes et un concordancier. En France, ils l’ont été avec Alceste, logiciel d’analyse textuelle.

53Le premier traitement permet de connaître les fréquences des formes apparaissant dans un corpus particulier, le second vise l’analyse des discours, vus sous l’angle de leur organisation interne. Dans ce second traitement, à partir d’un corpus global, nous récupérons des sous-ensembles établis automatiquement en fonction des voisinages des mots entre eux. Par exemple, on peut avec ce type de logiciel, analyser des textes politiques en vrac et voir si les rapprochements effectués en termes de fréquence sont plutôt thématiques, regroupant alors des candidats porteurs d’idéologies affrontées, ou idéologiques, la langue de chacun se distinguant des autres.

54En bref, le décompte permet de savoir de quoi est constitué un ensemble de textes, l’analyse des voisinages permet de repérer des régularités qui échappent à l’œil du lecteur.

2. Présentation des résultats

2.1. Les fréquences (Word Smith)

55Tout d’abord, regardons la liste de fréquences des mots. Elle donne peu d’informations en sa tête : les prépositions, les adverbes, les pronoms relatifs apportent peu d’informations thématiques.

56En revanche, l’apparition des premiers pronoms personnels nous et vous, au rang 7 et 9, signale que ces discours sont avant tout l’émanation de collectifs. L’ancrage personnel est important : l’analyse d’articles scientifiques donnerait des résultats tout différents. On pouvait s’en douter, certes, mais le fait qu’ils arrivent avant la préposition à ou les articles des et du montre l’importance de cet ancrage personnel, énonciatif.

57Ensuite, le premier nom est caractéristique du corpus, il s’agit d’air et à sa suite on trouve bis ! On trouve ensuite aux places 26, 37 et 41 les mots maçon, maçonnerie et maçons sans oublier FF au rang 40, frère et frères aux rangs 54 et 55. Il s’agit donc d’un discours très fortement autoréférentiel : les maçons parlent aux maçons...

58L’adjectif le plus fréquent est gai (30), il faut ensuite descendre aux rangs 85 et 87 pour rencontrer vive et doux. La tonalité d’ensemble des rares qualificatifs est donc positive. Nous écartons l’adjectif franc qui ne qualifie que des maçons et ne possède pas l’autonomie syntaxique de l’adjectif. Il s’agit d’un biais de l’analyse.

59Les verbes les plus fréquents sont peu pertinents : les auxiliaires être, avoir, le verbe faire. L’importance du sentiment de devoir se trouve illustrée par le rang de doit. Ces premières formes verbales ne renvoient pas à des actions. Il faut attendre le rang 82 pour trouver la forme chantons, suivie de travaillons. Le discours est donc déconnecté de toute prise sur le réel et travailler est construit le plus souvent de façon absolue. Les maçons travaillent, mais ne disent pas à quoi. En témoigne ce refrain : « En loge on chante, on travaille/Et l’on s’instruit parfaitement. »

60Donc, si nous voulions résumer l’information, nous pourrions dire : les maçons parlent aux maçons ; ensemble ils chantent et travaillent.

61Cette importance des notions collectives et positives se trouve confirmée par les noms abstraits les plus cités : amitié (66) et bonheur (59). Viennent ensuite : vertus (73), lumière (77), plaisir (78), sagesse (83) et paix (100) qui n’apportent aucune discordance. Le caractère d’autocélébration se traduit par une tonalité très nettement positive : le cantique est gai ; il célèbre le bonheur de l’amitié.

62Pour leur part, les noms concrets que nous trouvons dans la centaine de mots les plus fréquents renvoient à la situation d’énonciation : il s’agit de loge (67), cantique (70) et temple (83). Les maçons parlent d’eux-mêmes et de là où ils sont. Discours fortement autocentré !

Liste des 100 premiers mots (sur 1899 formes)

1

DE

508

3,64

2

LA

454

3,25

3

LE

338

2,42

4

ET

236

1,69

5

QUE

196

1,40

6

LES

178

1,27

7

NOUS

178

1,27

8

À

168

1,20

9

VOUS

162

1,16

10

UN

150

1,07

11

NOS

138

0,99

12

EN

136

0,97

13

DANS

132

0,94

14

DES

126

0,90

15

POUR

126

0,90

16

DU

120

0,86

17

EST

120

0,86

18

CE

116

0,83

19

JE

114

0,82

20

IL

110

0,79

21

QUI

104

0,74

22

AIR

100

0,72

23

BIS

96

0,69

24

C’EST

86

0,62

25

N

86

0,62

2G

MAÇON

84

0,60

27

SON

82

0,59

28

NE

80

0,57

29

ETC

78

0,56

30

GAI

78

0,56

31

A

70

0,54

32

NOTRE

72

0,52

33

ON

70

0,50

34

BON

68

0,19

35

PLUS

66

0,47

36

SI

66

0,47

37

MAÇONNERIE

62

0,44

38

PAR

62

0,44

30

SANS

58

0,42

40

FF

54

0,39

41

MAÇONS

52

0,37

42

SA

52

0,37

13

AU

50

0,36

44

AUX

50

0,36

45

EH

50

0,36

46

MAIS

18

0,34

47

PAS

18

0,34

48

LUI

16

0,33

49

TOUJOURS

46

0,33

50

TOUS

46

0,33

50

TOUS

46

0,33

51

BIEN

44

0,31

52

SUR

44

0,31

53

AVEC

42

0,30

54

FRÈRE

40

0,29

55

FRÈRES

40

0,29

56

MES

40

0,29

57

QU’IL

40

0,29

58

TU

38

0,27

59

BONHEUR

36

0,26

60

VOS

36

0,26

61

AMIS

34

0,24

62

D’UN

34

0,24

63

ELLE

34

0,24

64

FAIRE

34

0,24

65

FRANC (biais fm)

34

0,24

66

L’AMITIÉ

34

0,24

67

LOGE

34

0,24

68

SES

34

0,24

69

TES

34

0,24

70

CANTIQUE

32

0,23

71

JOUR

32

0,23

72

LEUR

32

0,23

73

VERTU

32

0,23

74

CHEZ

30

0,21

75

DOIT

30

0,21

76

JAMAIS

30

0,21

77

LUMIÈRE

30

0,21

78

PLAISIR

30

0,21

79

SE

30

0,21

80

TEMPLE

30

0,21

81

CETTE

28

0,20

82

CHANTONS

28

0,20

83

SAGESSE

28

0,20

84

TOUT

28

0,20

85

VIVE

28

0,20

86

CES

26

0,19

87

DOUX

26

0,19

88

FAIT

26

0,19

89

O

26

0,19

90

UNE

26

0,19

91

CŒUR

24

0,17

92

ME

24

0,17

93

MON

24

0,17

94

TRAVAILLONS

24

0,17

95

CET

22

0,16

96

CŒURS

22

0,16

97

DONT

22

0,16

98

LEURS

22

0,16

99

MAIN

22

0,16

100

PAIX

22

0,16

Tableau des voisinages

Tableau des voisinages

2.2. Analyse par Alceste

63Les analyses données par Alceste comportent trois types de données : un tableau spatial divisé en quatre quadrants regroupant les termes les plus saillants, les segments répétés et une analyse en classes.

64Le tableau donné par Alceste est construit de façon opaque ; pour mieux comprendre la pertinence et les limites des résultats, nous avons interrogé le fabricant, qui nous a répondu de prendre les résultats tels quels. C’est un peu regrettable. Ce tableau comporte des éléments groupés que nous retrouverons dans des classes tout à l’heure, notons-le, mais là n’est pas l’essentiel. Par exemple, amour, jour, lumière, loi occupent une place centrale ; ils appartiennent tous à la classe 6. Ils voisinent avec le terme frère. Ce terme, central, permet de remarquer que l’on doit distinguer très nettement les emplois des différents synonymes : franc-maçon, frère et maçonnerie sont placés à des endroits bien distincts.

65On trouve également au centre le terme amour, on voit que ses voisins sont très différents de ceux d’amitié : l’amour appelle la loi et la sagesse ; l’amitié, le plaisir et le bonheur. Dans le même voisinage, on retrouve l’association de main et de cœur.

66On peut repérer, en bas à gauche du tableau, le regroupement de chanter, canon, feu, plein, maçonnique et loge, série dont la compréhension impose de prendre en compte le sens particulier à la maçonnerie de canon ou de feu. Les voisinages doivent donc être interprétés en tenant compte des particularités sémantiques du vocabulaire étudié. Mais on ne peut pour autant dire que l’on procède à une analyse circulaire, car si l’on comprend mieux de telles séries quand on est averti, l’analyse repère ces faits. Il y a donc des particularités langagières propres aux maçons qui sont repérées sur des critères purement formels. La simple comparaison avec un corpus de référence tiré de la langue générale mettrait en relief ces spécificités.

67Temple et cantique, termes cultuels, voisinent avec boire, santé, ff., et travail. Et ces associations montrent qu’il s’agit d’une élévation qui n’est guère eucharistique. A l’inverse, on peut noter l’association de profane, de sublime et de juge. Or entre profane et sublime, il s’agit d’une relation d’opposition, comme dans cet extrait : « Va ! profane ignorant, Critique, si tu veux, notre Ordre grand, sublime... » Les relations, si elles structurent le lexique mis en action par les auteurs maçons, ne sont donc pas toujours des relations associatives. La forte tonalité identitaire impose que l’on procède à des marquages de l’autre, qui n’est pas ici le prochain, figure de la charité chrétienne, mais le profane, tenu en lisière par les initiés.

68Les segments répétés

69Le logiciel Alceste permet de récupérer les segments répétés contenus dans le corpus. Cette fonction est pertinente surtout pour des corpus importants. Regardons toutefois les quelques segments contenant des noms et des verbes : on trouve parmi les vingt premiers segments :

701’amitie+

71nos canon+

72vive+

73maconnerie

74mes ff

75vrai+ macon+

76nos mystere+

77leur accord+ sublime+

78Et si l’on cherche dans le détail des éléments qui constitueraient des esquisses de phrase on trouve :

79en loge+ on chant+er

80macon+ devoir. vivre.

81pour elle macon+ devoir. mourir.

82Ceci serait plus intéressant s’il ne s’agissait pas simplement de séquences tirées de refrains répétés plusieurs fois dans le corpus. L’analyse en classes sera plus pertinente pour notre corpus.

3. Les classes

3.1. Liste des classes

Classe no 1

chi2

vocables

17,15

plus

14,15

nous

10,67

doux

17,67

nature+

23,72

23,87

beau+

chez

Classe no 2

chi2

vocables

41,22

vive

40,85

mourir

32,28

des-qu<

32,28

secourir

32,28

hatons-nous

24,47

appel+er

24,47

jamais

14,48

macon+

14,28

amitie+

12,84

Elle

12,27

bonheur

Classe no 3

chi2

vocables

31,07

je

29,18

monsieur

29,18

jug+e

28,62

vous

28,45

me

24,22

Dire.

23,97

profane+

20,34

devant

16,07

mon

15,84

m

11,91

suis

11,91

instant+

11,91

creanc+e

11,37

venir

10,24

bien

Classe no 4

chi2

vocables

21,59

feu+

14,10

etc

14,10

loge+

14,10

canon+

14,05

tripl+er

14,05

maconnique+

14,05

fort+

10,09

chant+er

10,09

plein+

Classe no 5

chi2

vocables

19,04

nos

18,96

ff

14,80

temple+

14,80

sante+

14,27

cantique+

13,79

zele+

12,80

cœur+

10,01

cette

10,01

vertu+

10,01

main+

Classe no 6

chi2

vocables

24,47

loi+

19,28

prendre.

19,28

amour+

15,59

fait

12,84

lumiere+

12,27

jour+

3.2. Analyse des classes

83Alceste présente une fonction d’analyse par sous-classes, établies selon les voisinages des formes dans les textes. Ce qui permet de repérer des thématiques, ou des associations qui pourraient passer inaperçues aux yeux du lecteur.

84Les six classes établies par Alceste comprennent chacune un nombre limité de mots spécifiques, 39 au plus :

classe 1 :

22

classe 2 :

20

classe 3 :

39

classe 4 :

32

classe 5 :

27

classe 6 :

22

85Pour chacun de ces mots sont donnés l’effectif, le pourcentage et le Chi 2. Ce dernier chiffre est le plus intéressant, car il indique dans quelle mesure l’apparition d’un mot n’est pas due au hasard. Il permet donc d’évaluer la spécificité d’un mot dans sa classe. Nous examinerons ces 6 classes en ne retenant que les mots dont le Chi 2 est égal ou supérieur à 10.

86La classe 1 se caractérise facilement : petite, elle regroupe les aspects élégiaques et conventionnels du style maçonnique : Le nous du discours renvoie aux maçons réunis : il est doux d’être frères, il est doux d’être à table, on subit la plus douce loi, on reçoit le plus doux des salaires, etc. A cette valeur positive est associée l’idée de beau : qu’il s’agisse de beau siècle, de beau titre, de beau mystère. Ce caractère collectif est lié à l’idée de lieu qui explique la présence de chez, car les mots qui suivent réfèrent à la loge : chez nos frères, chez nous. La thématique de la douceur renvoie donc ici à la loge comme lieu refermé sur lui-même, le chez permet de ranger, le lieu « loge » comme une sorte de foyer. Ceci dit, pas de scoop.

87La classe 2 est plus intéressante, dans la mesure où elle est plus dynamique. Dynamique pour deux raisons : d’une part, elle recense une part importante de verbes, d’autre part, elle est dominée par une paire de termes contradictoires : mourir et vivre. Il est éclairant d’examiner dans un premier temps les liens que ces deux verbes entretiennent avec secourir et appeler, car qui peut secourir face à l’affrontement de la vie et de la mort ? Le maçon, qui figure dans la liste. Mais si le mourant est appelé, par qui l’est il ? De façon empirique, cela signifie : quel mot de notre liste est apte à occuper le place de sujet, ce qui évite la métaphysique.

88Ni l’amitié ni le bonheur ne sont des bons candidats : l’amitié nous appelle ? le bonheur nous appelle ? Les deux formules ne sont guère convaincantes, même si la présence dans notre liste de elle plaiderait en faveur de l’amitié. Autre possibilité, le sujet n’est pas nommé.

89Or, il est très intéressant d’examiner le corpus complet sous ces deux thèmes de la vie et de la mort : nous trouvons au rang 146 vivre, au rang 160 vie, au rang 207 mourir.

90Il faut descendre vers des fréquences bien plus faibles pour recueillir immortalité, immortelle et mortels aux rangs 547, 1199 et 1418. Le mot mort n’est pas utilisé. Il fonctionne visiblement comme un tabou.

91On peut opposer à ce silence l’association de secourir, maçon, amitié et hâtons-nous : face au péril suprême, le maçon s’empresse d’exprimer son amitié par le secours de son frère.

92La classe 3 avec ses je et ses monsieur, son juge et son profane renvoie à une pièce dialoguée, ce dont témoigne la fréquence caractéristique du verbe dire, pièce confrontant un frère démuni face à un créancier, ce qui explique les formes en créanc+e.

93La classe 4 recense un vocabulaire dont la cohérence ne peut être établie qu’en prenant en compte les spécificités d’un lexique propre à la franc-maçonnerie : loge, canon et feu, ce n’est pas la guerre autour du théâtre ! La particularité des associations, leur caractère inattendu du point de vue de l’usage le plus usuel de ces mots, prouve que ce type de méthode permet de mettre en alerte sur des significations particulières à des corpus donnés.

94Ce caractère individué du vocabulaire recensé se retrouve plus faiblement dans la classe 5 : la santé ici, ce n’est pas ce que traduit le silence des organes. Il faut l’associer au doux bruit des verres entrechoqués. Pour le reste, temple et cantique sont spécifiés mais peu déplacés par rapport à leur usage général : l’exercice maçonnique reste mis en mots comme une sorte de culte sans dogme. Mais ce culte n’est pas désigné dans les textes, rien ne renvoie à un rituel Ces mots spécifiques du monde des maçons sont associés à deux noms de qualité : zèle et vertu et au nom, ici toujours abstrait, cœur, siège des sentiments.

95Quant à la main, elle possède ici deux valeurs : il s’agit de la main qui agit, celle qui saisit la truelle ou le canon, et de la main qui relie, celle qui s’ouvre et que l’on serre.

96Enfin, la classe 6 pour petite qu’elle soit, peut retenir l’attention à deux titres : d’une part elle contient un mot important amour ; d’autre part, elle regroupe les mots les plus centraux dans la répartition en quadrants du vocabulaire.

97L’association des termes à valeur positive amour, lumière et jour repose sur une association de deux valeurs de lumière : une valeur concrète (la lumière du jour) et une valeur symbolique (l’amour comme clarté). Mais surtout, cette classe relie deux termes dont l’association est peu attendue : amour et loi. Car souvenez-vous « l’amour n’a jamais jamais connu de loi »... On se trouve donc ici face à un anti-cliché : l’amour du maçon n’est pas du tout enfant de bohème. Et si nous avions baissé d’un point le taux de sélection du Chi 2, nous aurions récupéré quatre mots : grand, éloge, mais surtout ordre et guerre. L’amour dont parlent nos textes est associé à des idées de rigueur. Témoigne de cette curieuse association le distique suivant : « Nos soupirs sont l’éloge / Des douceurs de la loi » qui associe des mots peu souvent réunis.

Conclusion

98Nous pensons que, pour empiriques qu’ils soient, les outils logiciels d’analyse textuelle permettent de repérer des faits caractéristiques de certains corpus et de les observer d’un œil relativement neuf. Nous relèverons un exemple, le cas de mort, qui fonctionne ici comme un tabou.

99Bien entendu, la pertinence de tels résultats devrait être évaluée à l’aune d’une analyse comparative, mais il nous semble que l’intérêt méthodologique de telles procédures est réel, même si on les fait porter sur des textes ressortissant à un genre discursif conventionnel et dont la teneur est a priori limitée par le carcan d’une rhétorique répétitive. Nous espérons pouvoir produire des résultats plus significatifs en analysant le corpus de l’Encyclopédie de la franc-maçonnerie, à laquelle ont contribué les organisateurs. Sur un tel nombre de signes, on devrait obtenir des éléments plus significatifs pour l’étude de la mise en mots du fait culturel qu’est la franc-maçonnerie.

Table des illustrations

Titre Tableau des voisinages
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/12702/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k

Auteurs

Professeur à l’université de Rouen

Professeur à l’université Laval, Québec

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540