Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Franc-maçonnerie et histoire : bilan et perspectives

 | 
Éric Saunier
, 
Christine Gaudin

Franc-maçonnerie et approche interdisciplinaire

Victor Schœlcher et la franc-maçonnerie

Anne Girollet

Texte intégral

  • 1 Plusieurs hommages, notamment dans le cadre de colloques : Nouvelles formes de servitudes à l’aube (...)

1Victor Schœlcher (1804-1893) est surtout connu pour sa participation déterminante à l’abolition de l’esclavage de 1848 mais son républicanisme et son activité maçonnique le sont nettement moins alors qu’il existe aujourd’hui deux loges Schœlcherau Grand Orient de France1.

  • 2 Par exemple, la notice fantaisiste sur Schœlcher dans Raphaël Aurillac, Guide du Paris maçonnique,(...)

2Sa lutte contre l’esclavage s’inscrivait, chez lui, dans une défense humaniste mais non utopique des principes républicains. Plus qu’à une simple proclamation, Schœlcher voulait aboutir à leur application concrète, dans une République démocratique et sociale, vertueuse et philanthrope, en métropole comme aux colonies. C’est pourquoi, lorsqu’il devint franc-maçon, il fut initié à la fraction la plus militante de la franc-maçonnerie. Cependant, son activité maçonnique ne fut pas continue, selon nous, en raison de son refus de se laisser enfermer par une doctrine : comme en politique, il prit ce qui lui semblait être le meilleur sans se sentir obligé d’adhérer complètement à un courant précis. Sur le plan des sources, les archives sont très lacunaires et de nombreuses erreurs sont commises2. De plus, après le coup d’État de 1851, Ernest Legouvé, son ami le plus intime, brûla une partie de sa correspondance qu’il jugea trop compromettante. Malgré ces difficultés, il ressort que l’engagement maçonnique de Schœlcher relevait de son républicanisme, et ce, dès la Restauration.

1. L’antimonarchisme de Schœlcher et son adhésion à la fraction militante de la franc-maçonnerie

  • 3 Jules Clere,. Biographie des députés avec leurs principaux votes depuis le 8 février 1871 jusqu’au (...)
  • 4 Nous n’avons retrouvé aucune trace de sa présence dans les listes des membres mais celles-ci étaie (...)
  • 5 Jules Clere. Biographie des députés..., op. cit.
  • 6 Bib. nat. de France, département des manuscrits, Fonds maçonnique FM Impr. 2693., Fol 8, p. 30. Un (...)

3Alors qu’il terminait ses études, à la fin des années 1810, au lycée Louis-le-Grand de Paris, Schœlcher allait devenir membre de la société secrète La Compagnie franche des Ecoles3. Quelques années plus tard, d’après les recoupements que nous avons pu faire, en 1822 – il n’avait alors que 18 ans – il fut initié à la loge Les Amis de la Vérité4. Schœlcher fréquenta également, la société secrète Aide-toi, le ciel t’aidera et plus tard, la Société des Droits de l’homme5. Selon le fichier Jean-Bossu de la Bibliothèque Nationale, Schœlcher côtoya, en 1822, la loge de L’Ecole de la Sagesse et du Triple Accords Réunis à Metz, mais il s’agissait en réalité de son frère Marc-Antoine6.

  • 7 Ernest Legouve, Soixante ans de souvenirs, tome 3, Paris, Hetzel, 1888, p. 139 141.
  • 8 Pierre-Arnaud LAMBERT, La Charbonnerie Française 1821 1823. Du secret en politique, Lyon, Presse u (...)

4Reprenons le fil des événements. Les premières initiations des Amis de la Vérité semblaient s’être déroulées en 18187, même si les tableaux n’apparurent qu’en 1820. L’atelier prit rapidement ses libertés en matière de rituel et devint très politique. Si la plupart des loges maçonniques regroupaient des hommes de convictions politiques rivales, certains ateliers étaient ouvertement opposés au régime : Les Trisonophes, Les Amis de la Vérité et Les Amis de l’Armorique. La maçonnerie devint ainsi un foyer du libéralisme8. Les deux dernières loges regroupaient notamment des étudiants, attachés aux idéaux de 1789, certains étaient d’authentiques républicains, d’autres restaient attachés à une monarchie constitutionnelle et modérée.

  • 9 André Combes, Histoire de la Franc-Maçonnerie au XIXe siècle, tome 1, Paris, Éditions du Rocher, 1 (...)

5Les Amis de la Vérité, souligne André Combes, inaugurèrent « une tradition : celle de la Loge à finalité révolutionnaire »9, même si de nombreux francs-maçons auraient été scandalisés en ayant eu connaissance de son existence. La loge clandestine prit contact avec des mouvements comme le Bazar français constitué de bonapartistes, L’Union fondée par Joseph Rey, et la Société des Amis de la Presse. Ils organisèrent en 1820 un groupe armé, La Compagnie franche des Écoles. Les Amis de la Vérité participèrent à la manifestation contre la loi du double vote de 1820 et prirent contact avec Les Amis de l’Armorique, loge encore clandestine. Les deux s’allièrent avec des groupuscules bonapartistes et orléanistes pour tenter le complot d’août 1820, mais la conjuration fut trahie.

  • 10 Cf. Edouard Bœglin, Anarchistes, francs-maçons et autres combattants de la liberté, Graffic, Éditi (...)

6Après cet échec, la nécessité d’une organisation plus vaste et unie se fit sentir : la Charbonnerie française allait être constituée. Dugied, initié à la Carboneria, membre des Amis de la Vérité, réunit quelques frères parmi les plus solidement républicains de son atelier et codifia les statuts de la Charbonnerie française : « L’association ne peut ni ne veut usurper le droit d’imposer à la France aucune forme de gouvernement. Son but spécial est de lui rendre l’exercice de ce droit »10. La Charbonnerie tenta diverses insurrections à Belfort et dans le Val de Loire, mais ce fut un nouvel échec.

  • 11 André Combes, Histoire de la Franc-Maçonnerie..., t. 1, op. cit., p. 148.

7Le Grand Orient, de son côté, était resté étranger aux activités de ces loges et sociétés. Finalement, seules cinq loges du Grand Orient furent ouvertement hostiles aux Bourbons : Les Amis de la Vérité, Les Amis de I Armorique, Saint-Louis de France, Les Trisonophes et Les Sectateurs de Zoroastre11. Fin 1827, une fraction de l’atelier des Amis de la Vérité participa à la constitution de la société Aide-toi, le ciel t’aidera, dont Schœlcher faisait également partie, société fondée par Guizot, pour coordonner Faction des libéraux dans les élections.

  • 12 Ibid., p. 160 et 171.
  • 13 Edouard Bœglin, Anarchistes, francs-maçons..., op. cit., p. 184.

8La participation des francs-maçons aux Trois Glorieuses de juillet 1830 fut soulignée par L’Abeille maçonnique. Les Amis de la Vérité, loge à laquelle Schœlcher appartenait encore, avaient organisé un grand défilé maçonnique et placardé une proclamation républicaine hostile au roi. Certains membres créèrent la Société des Amis du Peuple, mais Schœlcher ne semblait pas en faire partie. En 1832, la société Aide-toi, le ciel t’aidera relança l’agitation12. Les Amis du Peuple furent absorbés par la Société des Droits de l’Homme, dont Schœlcher était membre. Son programme était représentatif de l’idéologie des francs-maçons républicains : la gratuité de l’éducation, l’association coopérative des travailleurs. La société, afin de ne pas tomber sous le coup de l’interdiction d’association de plus de vingt personnes, fut divisée en sections. Elle compta plus de trois mille membres à Paris. Sans être maçonniques, les réunions se déroulaient selon un rituel proche d’une loge13. La Société des droits de l’homme, très influente en 1832-1833, eut aussi bien recours à l’action légale qu’à l’action violente et elle fut accusée de complot. Le gouvernement fit voter en février 1834 une loi interdisant les associations divisées en sections afin de décapiter ce type de sociétés, loi qui provoqua une insurrection, écrasée en avril 1834. Même si la franc-maçonnerie n’était pas directement visée par cette loi, elle restait sous haute surveillance.

  • 14 Anderson’s Constitutions. 1723, traduction et notes par Daniel Ligou, Paris, Lauzeray Internationa (...)
  • 15 Ernest Legouve, Soixante ans de souvenirs, op. cit., p. 138.

9Nous n’avons pas de preuves directes de la contribution de Schœlcher à l’ensemble de ces activités. Cependant, d’après les différents éléments, il est indéniable qu’il a participé aux loges et aux sociétés paramaçonniques les plus politisées (voire à la Charbonnerie française), engagées contre le monarchisme et qui donc ne suivaient pas les directives des Constitutions d’Anderson, « Le Maçon est un paisible sujet vis-à-vis des pouvoirs civils, en quelque endroit qu’il réside ou travaille, et ne doit jamais se mêler aux complots et conspirations contre la paix ou le bien-être de la Nation, ni manquer à ses devoirs envers les magistrats inférieurs »14. D’ailleurs, à propos du magasin de porcelaine, Legouvé, se moquant des piètres qualités de commerçant de Schœlcher, le considérait davantage comme un parloir de journal permettant de « proposer la mise en accusation de quelque ministre, [d’]ébaucher çà et là quelque petit plan de conspiration républicaine »15. L’antimonarchisme de Schœlcher s’exprimait également dans ses écrits et dans sa participation à la fondation de journaux républicains comme La Revue Républicaine, La Revue Indépendante, Le Journal du Peuple et La Réforme.

2. L’affaire Clavel et la radiation de Schœlcher de La Clémente Amitié

  • 16 Annuaire des trois ateliers, loge, chapitre et conseil, sous le titre distinctif de la Clémente Am (...)
  • 17 Le Franc-Maçon, octobre 1848, p. 138-142.

10La loge Les Amis de la Vérité étant dissoute officiellement en 1833, nous ne trouvons plus de trace de Schœlcher au sein de la franc-maçonnerie jusqu’en 1844, date à laquelle il fut affilié, le 27 février16, à La Clémente Amitié (il avait alors le grade de Maître). Ce n’est peut-être pas un hasard s’il fut affilié à cet atelier : il connaissait certains membres (Pagnerre a certainement été son parrain) ; de plus, cette loge tissait des liens avec les Antillais. D’ailleurs, en 1848, la loge initia le député noir Louisy Mathieu17 (Schœlcher, élu en 1848 dans les deux colonies antillaises, lui laissa la place pour le siège de député de la Guadeloupe en optant pour la Martinique). La participation de Schœlcher à cette loge allait être de courte durée car il fut radié, à la fin de la même année, après l’affaire Clavel.

  • 18 André Combes, op. cit., p. 228-230.

11L’affaire commença par la publication de l’ouvrage de Clavel intitulé Histoire pittoresque de la Franc-Maçonnerie qui souleva quelques polémiques, notamment sur la question du secret maçonnique et la proposition d’une refonte complète des Statuts18. Ce soutien se concrétisa par le lancement d’une revue qui devait s’appeler au départ Le Grand Orient et qui présenta le projet élaboré en loge La Clémente Amitié, sur la refonte des Statuts. Louis-Théodore Juge accusa Clavel d’avoir envoyé cette circulaire sans l’autorisation de la loge. Clavel et Pagnerre furent suspendus.

12En juillet 1844, une lettre du préfet de police dénonça au Grand Orient la loge La Clémente Amitié, pour activités politiques. Une commission d’enquête fut nommée et la loge convoquée le 3 août. L’affaire fut évoquée devant le Sénat maçonnique et Clavel, accusé de vouloir prendre le contrôle de l’Obédience, se vit interdit de publier tout journal maçonnique.

  • 19 L’Orient. Revue Universelle de la Franc-Maçonnerie, 1844 1845, p. 70, 103-106 et 161-169.

13Clavel a malgré tout fondé une revue intitulée L’Orient19 qui précisa qu’il fut appelé par la loge pour pallier l’absence de direction de Louis-Théodore Juge, et plus tard, d’accepter le vénéralat de la loge. La revue précisa que Clavel s’attacha alors à fortifier le personnel de la loge, et fit successivement affilier ou initier un nombre conséquent d’éminents hommes dont Schœlcher et Pagnerre. La revue affirma également que Juge aurait tenté de comploter contre le Grand Orient. Pagnerre et Clavel ayant refusé de le suivre, la rancune de Juge provoqua la fameuse affaire Clavel. Effectivement, Juge, en février 1844, voulait fonder une Grande Loge pratiquant un Rite éclectique, mais Clavel et Pagnerre, notamment, refusèrent.

14Finalement, Clavel fut condamné à six mois de privation de ses droits maçonniques. Il protesta et démissionna. La Chambre Symbolique, le 5 novembre 1844, prononça la démolition de La Clémente Amitié, peine ensuite réduite à deux mois de suspension par la Chambre du Conseil. Dix-sept membres furent radiés, dont Schœlcher.

3. Schœlcher, un Quarante-huitard

15Sous la IIe République, Schœlcher ne fut affilié à aucune loge. Par contre, il garda certains liens. En dehors de son œuvre abolitionniste, Schœlcher fut à l’origine ou soutint différentes propositions afin de lutter pour une République sociale. Il fit abolir les châtiments corporels dans la Marine, milita notamment contre la peine de mort, pour des conditions décentes pour les prisonniers, contre la déportation, pour l’instruction des détenus, pour la suppression de la mort civile, pour des conditions décentes de transport (train et paquebot), pour une instruction publique gratuite et obligatoire, pour l’organisation d’un secours public, pour un plus grand accès à la culture (presse, bibliothèque, musée), pour l’amnistie des insurgés de Juin, etc.

  • 20 Elisabeth Escalle, Mariel Gouyon Guillaume. Francs-Maçons des Loges françaises « aux Amériques » 1 (...)

16L’œuvre majeure de Schœlcher fut son combat sans relâche contre l’esclavage. Si la traduction des principes maçonniques aurait dû emporter la pleine adhésion à l’abolition de l’esclavage, la franc-maçonnerie n’eut de position ni unanime, ni officielle. Des abolitionnistes étaient francs-maçons comme Brissot ou Mirabeau, mais d’autres ne l’étaient pas comme Condorcet, Robespierre, Ledru-Rollin ou Tocqueville. Certains francs-maçons n’étaient pas favorables à l’abolition immédiate, comme Dupin, Moreau de Saint-Méry ou Mérilhou. De plus, aux colonies20 existaient des loges esclavagistes, comme La Concorde de Saint-Pierre. Il est vrai que d’autres loges étaient abolitionnistes comme La Trigonométrie de Fort-Royal, et certainement Les Émules d’Hiram de Pointe-à-Pitre.

  • 21 Victor Schœlcher, Histoire de l’esclavage pendant les deux dernières années, Paris, Pagnerre, 1847 (...)

17La seule référence faite par Schœlcher à la franc-maçonnerie fut sa dénonciation en 1846 d’une fermeture d’une loge de francs-maçons mulâtres aux Antilles. Il s’agirait certainement de La Trigonométrie, loge anti-esclavagiste et républicaine, fermée par le gouverneur pour propagande républicaine avec l’accord du Grand Orient21.

18Si Schœlcher suivait l’actualité maçonnique, son combat contre l’esclavage ne s’inscrivait pas dans ses relations maçonniques mais dans sa lutte pour l’application des principes républicains. Dans ce sens, Schœlcher fut assimilationniste et il réussit à imposer, dans le cadre des quatre vieilles colonies (Martinique, Guadeloupe, Guyane, La Réunion), la citoyenneté pleine et entière pour tous les habitants de ces colonies.

  • 22 Edouard Bœglin, « Sarda-Garriga, cet inconnu », Humanisme, n° 243, décembre 1998, p. 25-28.

19L’abolition décrétée à Paris le 27 avril, il s’agissait de la faire appliquer aux colonies. Le décret prévoyait un délai de deux mois, mais, en Martinique et en Guadeloupe, la révolte des esclaves précipita l’abolition qui fut proclamée fin mai. À La Réunion, Sarda-Garriga fut chargé de cette mission. Franc-maçon22, Sarda Garriga avait également adhéré à la Société des Droits de l’Homme. L’abolition n’y fut effective que le 20 décembre 1848.

  • 23 Nelly Schmidt, Victor Schœlcher et le processus de destruction du système esclavagiste aux Caraïbe (...)
  • 24 André Combes, Histoire de la Franc-Maçonnerie..., t. 1, op. cit., p. 117.

20Dès lors, Schœlcher, dans les colonies, notamment aux Antilles, symbolisa l’abolition de l’esclavage et l’égalité des droits. Dès 1848, le mythe se forgea. Son rayonnement aux Antilles fut très vaste. Nelly Schmidt a étudié le courant Schœlcheriste, développé là-bas dès 1848, indépendamment de la volonté de Schœlcher qui n’y retourna plus, ce courant allant souvent au-delà de ses idées. Il fut relayé par des loges maçonniques, notamment celle des Émules d’Hiram et la loge Saint-Jean d’Ecosse, par le journal Le Progrès, ou encore par la Société des femmes Schœlcheristes de Fort-de-France23. L’opposition politique aux colonies entre les républicains et le parti de l’ordre se manifestait par une opposition entre les Schœlcheristes et les bissettistes, divisions qui devaient se retrouver au sein des loges. (Bissette fut initié avec Louis Fabien, en 1828, à Paris, à la loge militante Les Trisonophes, initiation qui attira de nombreux visiteurs24).

  • 25 Ibid., p. 279.

21Du côté de l’Hexagone, l’enthousiasme des débuts de la IIe République ne dura qu’un temps. Le Grand Orient resta prudent dans ses déclarations lors de la répression l’insurrection déclenchée par la fermeture des ateliers nationaux. D’ailleurs, les francs-maçons s’étaient retrouvés dans les deux camps25.

22Quant à Schœlcher, lui qui prônait le droit à l’insurrection et la résistance à l’oppression, il adopta, ici, la neutralité ! Il s’opposa aux insurrections sous la République tant que le régime ne se transformât pas en tyrannie. On retrouve ici toutes les contradictions entre la reconnaissance d’un droit d’insurrection et la volonté d’assurer la stabilité d’un régime politique : sous la République, les vœux et griefs devaient être présentés par l’intermédiaire du suffrage universel : la République était jugée conciliatrice car elle était démocratique.

  • 26 Le Franc-Maçon, octobre 1848, p. 180 186.

23Si Schœlcher n’était pas favorable à l’insurrection de Juin 1848, il dénonça cependant la répression et les procédures d’exception et demanda à l’Assemblée nationale l’amnistie des insurgés. Bien que n’étant plus franc-maçon, il signa L’Appel à l’amnistie en faveur des vaincus de Juin, propagé à 4 000 exemplaires par la revue Le Franc-Maçon26.

  • 27 André Combes André, Histoire de la Franc-Maçonnerie..., t. 1, op. cit., p. 301 ; Daniel Licou (dir (...)

24L’élection présidentielle de décembre 1848 et celles de l’Assemblée de 1849 ouvrirent la voie au parti de l’ordre. La franc-maçonnerie allait être à nouveau sous une étroite surveillance et les autorités publiques obtinrent des fermetures au motif d’activités subversives27. Le Grand Orient, qui prenait un orléaniste comme Grand Maître adjoint, réussit à éviter la dissolution de plusieurs ateliers. Le 10 août 1849, il se dota pour la première fois d’une Constitution.

4. L’exil de Schœlcher à Londres

25Lorsque survint le coup d’État, Schœlcher n’hésita pas un instant à participer physiquement à la lutte contre les hommes du 2 décembre sur la barricade Saint-Antoine aux côtés de Victor Hugo, Carnot, Favre, Flotte, Michel de Bourges, Madier de Montjau et Bodin. La résistance ayant échoué, Schœlcher fut alors contraint de s’exiler, son combat se poursuivit par la plume. Pendant cette période, il n’eut guère de liens avec la franc-maçonnerie, excepté peut-être avec la loge Les Philadelphes de Londres.

  • 28 Sur la proscription, cf. Alvin R. Calman, Ledru-Rollin après 1848 et les proscrits français en Ang (...)

26En effet, un comité de secours pour les exilés fut mis en place : la Société fraternelle des proscrits. Les fonds recueillis en France étaient envoyés à Londres chez Schœlcher et en Belgique ou en Suisse, la somme était ensuite répartie28. Les divisions politiques entre les différents membres étaient telles, que le secours eut beaucoup de mal à s’organiser. Des polémiques éclatèrent, notamment entre Schœlcher, chargé de la répartition, et Félix Pyat ; les accusations de détournement de fonds allaient bon train. Schœlcher, excédé, abandonna son rôle dans le secours aux proscrits fin 1852.

  • 29 André Combes, Histoire de la Franc-Maçonnerie… t. 1, op. cit., p. 436.

27Parallèlement, pendant la même période, Schœlcher et Félix Pyat auraient été membres de la loge Les Philadelphes29, à Londres, selon les dires d’un indicateur de police. Cette loge aurait joué un certain rôle dans l’émigration. Cependant, les divisions entre les proscrits l’empêchèrent d’être fédératrice.

  • 30 [Lettre de Schœlcher], Le Rappel, 1er mai 1870.

28En mai 1870, le loge Les Philadelphes organisa un banquet pour une « réunion républicaine démocratique et socialiste ». Schœlcher, dans Le Rappel, s’excusa de ne pouvoir y assister mais voulait faire connaître son adhésion car ce banquet était une « protestation de plus contre le pouvoir du Décembriseur qui opprime et dégrade la France »30.

29Nous ne savons pas si Schœlcher fut invité en tant que membre de la loge ou en tant que républicain. Cette éventuelle affiliation avec Les Philadelphes est le seul lien que nous ayons trouvé entre Schœlcher et la franc-maçonnerie pendant l’exil.

5. Schœlcher, une vieille barbe militante

30En 1870, Schœlcher avait 66 ans, mais il ne perdait pas de sa virulence. Colonel d’État-major général des Gardes Nationales de la Seine pendant la guerre franco-allemande, représentant dès février 1871 et sénateur inamovible en 1875, il se présenta plus que jamais comme un fervent défenseur de la République, des principes républicains, de l’humanisme et de la philanthropie. Son activité politique se situa dans la même lignée que celle de 1848. Comme sous la IIe République, Schœlcher semblait entretenir des relations avec des francs-maçons sans pour autant être affilié à l’une ou l’autre loge.

  • 31 André Combes, Histoire de la Franc-Maçonnerie au XIXe siècle, tome 2, Paris, Éditions du Rocher, 1 (...)

31Au lendemain de la défaite de Sedan s’organisa une manifestation à Paris, c’était la journée révolutionnaire du 4 septembre. La République fut proclamée et un gouvernement de la Défense nationale constitué, sous la présidence du général Trochu. Sept membres sur douze étaient francs-maçons et de nombreux maçons appartenaient à la garde nationale, aux comités républicains ou aux préfectures et mairies31.

  • 32 Victor Schœlcher, « Proposition d’un traité de paix » ; « Proposition d’une ligue de la paix », Le (...)

32En avril 1871, Schœlcher rendit publiques dans le Rappel, le Temps et l’Avenir national, deux propositions de conciliation32 entre le Comité central et le gouvernement mais elles furent rejetées par les deux parties, ce qui lui a d’ailleurs valu quelques jours d’arrestation par la Commune.

  • 33 André Combes, Histoire de la Franc Maçonnerie..., tome 2, op. cit., p. 91-114.

33Dans le même temps, malgré les divisions partisanes, la franc-maçonnerie entreprit une démarche conciliatrice en organisant le défilé du 29 avril 1871, pour contraindre Versailles à négocier. Auparavant, une délégation fut reçue par Jules Simon, le 11 avril : au nom des principes patriotiques et maçonniques, elle invita les adversaires à poser les bases d’une paix définitive, mais elle ne proposa pas de programme. Le texte, daté du 8 avril, fut signé par deux conseillers de l’Ordre et par treize vénérables dont un relevait du Rite Ecossais. Selon certaines sources, elle aurait également rencontré Thiers mais aucune mention ne figurait dans le compte rendu exposé en loge le soir même. Le ministre aurait conseillé aux maçons d’adresser leurs récriminations à la Commune. L’organisation du défilé provoqua un grand engouement. Certains craignaient un dérapage. La veille, le 28 avril, une réunion restreinte se tint comprenant six conseillers de l’Ordre et une vingtaine de vénérables de loges des deux rites. Une majorité se prononça contre le défilé et il fut décidé de placarder une motion rappelant que seule une réunion de toutes les Loges pouvait prendre le titre d’Assemblée générale de la maçonnerie française et que le Grand Orient n’était pas lié par la décision prise à la réunion du Châtelet. Malgré tout, le nombre de participants fut évalué à 10 000, nombre exagéré selon André Combes, même si la base maçonnique fut bien présente. Le cortège fut accueilli par la Commune. Le soir, seuls Thirifocq et Fabreguette étaient autorisés à franchir les lignes versaillaises. On leur accorda une trêve le temps pour eux d’aller jusqu’à Versailles. L’entretien avec Thiers n’aboutit pas. Après ces événements, les francs-maçons et les compagnons favorables à la Commune formèrent une Fédération, qui fut réprimée par les Versaillais33.

34Sous la IIIe République, Schœlcher poursuit ses combats menés sous la IIe République et en entreprend de nouveaux : contre la bastonnade dans les bagnes, la réhabilitation du pardon pour certains délits, pour la défense des droits civils de la femme (sans jamais demander le droit de vote pour les femmes), le rétablissement du divorce sans discrimination envers les femmes, pour la protection des nourrissons, le rétablissement des tours (accueillant les enfants abandonnés) et la protection des enfants notamment dans le travail, pour la diminution des heures de travail, contre l’institution des sénateurs inamovibles dont il faisait partie, et bien entendu, pour une instruction publique, gratuite, obligatoire et laïque.

35Athée et anticlérical, Schœlcher milita, au nom de la liberté de conscience, pour les enterrements civils, la crémation, contre le serment religieux devant la justice, contre toute immixtion des églises dans les affaires publiques notamment dans l’instruction, et fit même, à titre de provocation qui déclencha un tollé général, une déclaration publique d’athéisme lors d’une séance du Sénat en 1882.

  • 34 Nelly Schmidt, Victor Schœlcher et l’abolition de l’esclavage, Paris, Fayard, 1994, p. 62.
  • 35 La Chaîne d’Union, juillet 1875, p. 543-563.

36Ses liens avec la franc-maçonnerie sont bien minces. Il aurait fréquenté dans les années 1870, la loge La Renaissance des émules d’Hiram34 et, en 1875, la loge La Clémente Amitié pour assister à l’initiation maçonnique de Littré et de Jules Ferry. Cependant, nous n’avons trouvé aucune trace de Schœlcher dans les archives de ces loges. De plus, La Chaîne d’Union35, qui relatait les faits en détail, ne le cita pas.

  • 36 Janine Alexandre-Debray, Victor Schœlcher ou la mystique d’un athée, Paris, Perrin, 1983, p. 310.
  • 37 La Chaîne d’Union, janvier-février 1882, p. 30.
  • 38 Gisèle et Yves Hivert-Messeca, Comment la Franc-Maçonnerie vint aux femmes. Deux siècles de Franc (...)
  • 39 Archives de la préfecture de police, dossier Victor Schœlcher des renseignements généraux (58621), (...)

37Selon Janine Alexandre-Debray, Schœlcher aurait aidé l’ardente féministe, Maria Deraismes à se faire initier en 1882 à la loge des Libres Penseurs du Pecq36. Là encore, nous n’avons trouvé aucun élément corroborant cette affirmation et Schœlcher n’était cité ni par La Chaîne d’Union37 rapportant l’initiation qui suscita les passions, ni dans l’ouvrage de Gisèle et Yves Hivert Messeca38. Il est vrai cependant que Schœlcher connaissait bien Maria Deraismes. En effet, Schœlcher assista au banquet de l’Avenir des Femmes au Palais-Royal (9 décembre 1872), il adhéra à la Société pour l’amélioration du sort des femmes (1875), il présida la réunion annuelle de la Société nationale des Amis de l’enfance (1878), il fut membre de la commission d’initiative au Congrès du Droit des femmes (1881) et présida le Congrès anticlérical (dont Maria Deraismes est vice-présidente) qui se tint au Grand Orient de France39, et enfin, en 1882, Schœlcher fut le premier à adhérer à la Ligue française pour le droit des femmes.

  • 40 André Combes, Histoire de la Franc-Maçonnerie..., t. 2, op. cit., p. 223.

38Le dernier lien avec la franc-maçonnerie semble se situer lors de la crise boulangiste. La maçonnerie, souligne André Combes, entra pour la première fois, dans une bataille politique ouverte. Le Conseil de l’Ordre se vit contraint d’adopter, le 14 mai 1888, une motion antiboulangiste : « Rappelant aux Maçons qu’ils ont toujours à s’inspirer dans leurs actes de citoyens des principes de liberté, d’égalité et de fraternité qui ont fait et font la force de notre institution et à rester les fidèles et énergiques défenseurs de la République, les adversaires résolus de la politique plébiscitaire et césarienne qui menace aujourd’hui la véritable démocratie. Recommande expressément aux francs-maçons, conformément à l’article 15 de la Constitution d’éviter, dans les réunions purement maçonniques, les débats irritants que peuvent y soulever les questions politiques et particulièrement les questions de personnes »40.

39Le même jour, dans les locaux du Grand Orient, les radicaux, maçons et profanes, formèrent une ligue des droits de l’homme. Certains conseillers firent la navette entre les deux réunions. Schœlcher participa à la création de cette nouvelle Société des Droits de l’Homme (qui diffère de la Société secrète de la monarchie de Juillet). Pour des raisons de santé (il avait 84 ans), il en refusa la présidence qui revint alors à Clemenceau.

  • 41 Ibid., p. 158 et 257.

40Il est donc difficile de mettre en relief les liens entre la franc-maçonnerie et Schœlcher. Il en est de même pour son activité politique. Les francs-maçons se retrouvaient dans les assemblées législatives, mais il n’y avait pas d’attitude unanime, commune. De plus, pendant les années 1870-1880, les loges n’intervenaient plus dans les affaires publiques. Selon André Combes, la thèse selon laquelle la franc-maçonnerie aurait contribué à rapprocher le centre-gauche et le centre-droit pour faire accepter la République en 1875 est erronée car il n’y a plus de maçons au centre-droit et très peu au centre-gauche. Les loges ont joué un rôle certain dans les campagnes électorales de 1876 et 1877, mais les grandes lois démocratiques, affirme André Combes, sont le fruit, avant tout, des républicains, même si elles répondent aux vœux des loges qui en ont débattu, le Grand Orient ne devenant un « laboratoire législatif » qu’à partir de 189541.

Conclusion

  • 42 Article 1er de la Constitution du Grand Orient de France : « La Franc-Maçonnerie, institution esse (...)

41Si Schœlcher n’a pas toujours eu une activité maçonnique assidue, la devise « Liberté, Egalité, Fraternité », l’humanisme et la philanthropie, ces principes maçonniques, Schœlcher les a non seulement vécus, mais encore défendus de façon acharnée. Sa vie correspond tout à fait à la définition de la franc-maçonnerie42. Schœlcher fut un républicain de la veille, mais tourné vers l’avenir, vers cette idée de progrès, progrès de la raison et de l’espèce humaine. Il prit le parti des personnes désarmées dans le combat quotidien contre les injustices et les inégalités, contre l’oppression aliénant victimes et bourreaux et avilissant la société entière.

42Riche rentier, il aurait pu vivre paisiblement, mais il consacra presque toute sa vie aux droits de l’homme et du citoyen, et ce, avec une étonnante ténacité.

43Le 25 décembre 1893, Schœlcher décéda à Houilles et, contrairement à ses dernières volontés, il ne fut pas incinéré mais inhumé le 5 janvier 1894 au Père-Lachaise.

  • 43 Réunion de la gauche radicale (8 mars 1871), Hugo, Victor. Actes et Paroles, Paris, Lévy, 1872.

44Malgré son transfert au Panthéon le 20 mai 1949 (avec Félix Eboué), il reste encore trop souvent dans l’ombre : lorsque le Président de la République, François Mitterrand, en 1981, posa une rose sur sa tombe, après avoir rendu hommage à Jean Jaurès et à Jean Moulin, les journalistes se demandaient bien qui était cet homme au nom imprononçable, alors que l’œuvre de ce grand humaniste qui, comme le disait Victor Hugo, « a élevé la vertu jusqu’à la gloire »43, nous rappelle que toute utopie n’est pas forcément condamnée à rester lettre morte.

Notes

1 Plusieurs hommages, notamment dans le cadre de colloques : Nouvelles formes de servitudes à l’aube du XXe siècle, Actes du colloque (1993) du Grand Orient de France en hommage à Victor Schœlcher ; La Révolution de 1848 et la IIe République, Actes du colloque (1998) du Grand Orient de France en collaboration avec la Société d’histoire de la révolution de 1848 et des révolutions du XIXe siècle ; Humanisme, « Victor Schœlcher », Edimaf, éd. spéciale, suppl. juin 1998.

2 Par exemple, la notice fantaisiste sur Schœlcher dans Raphaël Aurillac, Guide du Paris maçonnique, Paris, Dervy-Livres, 1998.

3 Jules Clere,. Biographie des députés avec leurs principaux votes depuis le 8 février 1871 jusqu’au 15 juin 1875. Paris, Barnier, 1875.

4 Nous n’avons retrouvé aucune trace de sa présence dans les listes des membres mais celles-ci étaient délibérément présentées de façon incomplète au Grand Orient. Par contre, nous avons trouvé à la Maison Schœlcher (Musée de la Hardt de Fessenheim), le diplôme de l’affiliation aux Amis de la Vérité de Schœlcher, qui était alors nommé au troisième grade symbolique en 1831.

5 Jules Clere. Biographie des députés..., op. cit.

6 Bib. nat. de France, département des manuscrits, Fonds maçonnique FM Impr. 2693., Fol 8, p. 30. Un certain « Schœlcher », sans indication du prénom, lieutenant d’artillerie, est membre honoraire, élu au neuvième grade. Or, Victor n’a pas été lieutenant d’artillerie, qui plus est, à Metz. Le Service historique de l’Armée de terre à Vincennes, ne possède aucun dossier militaire de Victor, mais de son frère Marc-Antoine, élève-lieutenant du génie à Metz en 1818.

7 Ernest Legouve, Soixante ans de souvenirs, tome 3, Paris, Hetzel, 1888, p. 139 141.

8 Pierre-Arnaud LAMBERT, La Charbonnerie Française 1821 1823. Du secret en politique, Lyon, Presse universitaire de Lyon, 1995, p. 84.

9 André Combes, Histoire de la Franc-Maçonnerie au XIXe siècle, tome 1, Paris, Éditions du Rocher, 1998, p. 117.

10 Cf. Edouard Bœglin, Anarchistes, francs-maçons et autres combattants de la liberté, Graffic, Éditions Bruno Leprince, 1998, p. 122.

11 André Combes, Histoire de la Franc-Maçonnerie..., t. 1, op. cit., p. 148.

12 Ibid., p. 160 et 171.

13 Edouard Bœglin, Anarchistes, francs-maçons..., op. cit., p. 184.

14 Anderson’s Constitutions. 1723, traduction et notes par Daniel Ligou, Paris, Lauzeray International, 1978.

15 Ernest Legouve, Soixante ans de souvenirs, op. cit., p. 138.

16 Annuaire des trois ateliers, loge, chapitre et conseil, sous le titre distinctif de la Clémente Amitié, Orient de Paris, 5844 (1844), p. 18.

17 Le Franc-Maçon, octobre 1848, p. 138-142.

18 André Combes, op. cit., p. 228-230.

19 L’Orient. Revue Universelle de la Franc-Maçonnerie, 1844 1845, p. 70, 103-106 et 161-169.

20 Elisabeth Escalle, Mariel Gouyon Guillaume. Francs-Maçons des Loges françaises « aux Amériques » 1770-1850. Contribution à l’étude de la société créole, Paris, Escalle et Gouyon Guillaume, 1993, dacty, p. 54, 73 et 80.

21 Victor Schœlcher, Histoire de l’esclavage pendant les deux dernières années, Paris, Pagnerre, 1847 ; rééd. tome 1, Pointe-à-Pitre, Désormeaux, 1973, p. 174.

22 Edouard Bœglin, « Sarda-Garriga, cet inconnu », Humanisme, n° 243, décembre 1998, p. 25-28.

23 Nelly Schmidt, Victor Schœlcher et le processus de destruction du système esclavagiste aux Caraïbes au XIXe siècle, Doctorat d’Etat, Paris IV, dacty., 1991, p. 657 et 1628.

24 André Combes, Histoire de la Franc-Maçonnerie..., t. 1, op. cit., p. 117.

25 Ibid., p. 279.

26 Le Franc-Maçon, octobre 1848, p. 180 186.

27 André Combes André, Histoire de la Franc-Maçonnerie..., t. 1, op. cit., p. 301 ; Daniel Licou (dir.). Dictionnaire de la Franc Maçonnerie, 4e éd. Paris : PUF, 1998 ; Éric Saunier (dir.). Encyclopédie de la Franc-Maçonnerie, Paris, Hachette, Le Livre de Poche, 2000.

28 Sur la proscription, cf. Alvin R. Calman, Ledru-Rollin après 1848 et les proscrits français en Angleterre, Paris, Rieder, 1921, ouvrage qui se réfèrent notamment à la correspondance de Schœlcher sur la proscription, archivée à la B.N. mss, notamment : Documents sur les colonies françaises et l’esclavage et les victimes du coup d’Etat, n.a.Fr. 22135, Fol. 189 et suiv.

29 André Combes, Histoire de la Franc-Maçonnerie… t. 1, op. cit., p. 436.

30 [Lettre de Schœlcher], Le Rappel, 1er mai 1870.

31 André Combes, Histoire de la Franc-Maçonnerie au XIXe siècle, tome 2, Paris, Éditions du Rocher, 1999, p. 94.

32 Victor Schœlcher, « Proposition d’un traité de paix » ; « Proposition d’une ligue de la paix », Le Rappel, 8 et 25 avril 1871.

33 André Combes, Histoire de la Franc Maçonnerie..., tome 2, op. cit., p. 91-114.

34 Nelly Schmidt, Victor Schœlcher et l’abolition de l’esclavage, Paris, Fayard, 1994, p. 62.

35 La Chaîne d’Union, juillet 1875, p. 543-563.

36 Janine Alexandre-Debray, Victor Schœlcher ou la mystique d’un athée, Paris, Perrin, 1983, p. 310.

37 La Chaîne d’Union, janvier-février 1882, p. 30.

38 Gisèle et Yves Hivert-Messeca, Comment la Franc-Maçonnerie vint aux femmes. Deux siècles de Franc Maçonnerie d’adoption, féminine et mixte en France (1740-1940), Paris, Dervy, 1997.

39 Archives de la préfecture de police, dossier Victor Schœlcher des renseignements généraux (58621), Série BA, carton 1268, dossier 4425, 1er mai 1881 ; Le Rappel, 13, 14 et 17 mai 1881.

40 André Combes, Histoire de la Franc-Maçonnerie..., t. 2, op. cit., p. 223.

41 Ibid., p. 158 et 257.

42 Article 1er de la Constitution du Grand Orient de France : « La Franc-Maçonnerie, institution essentiellement philanthropique, philosophique et progressive a pour objet la recherche de la vérité, l’étude de la morale et la pratique de la solidarité humaine. Elle travaille à l’amélioration matérielle et morale, au perfectionnement intellectuel et social de l’humanité. Elle a pour principes la tolérance mutuelle, le respect des autres et de soi-même, la liberté absolue de conscience. Considérant les conceptions métaphysiques comme étant du domaine exclusif de l’appréciation individuelle de ses membres, elle se refuse à toute affirmation dogmatique. Elle a pour devise Liberté, Égalité, Fraternité ».

43 Réunion de la gauche radicale (8 mars 1871), Hugo, Victor. Actes et Paroles, Paris, Lévy, 1872.

Auteur

Maître de conférences en histoire du droit à l’université de Bourgogne - Centre Georges Chevrier, UMR 5605-)

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540