Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Franc-maçonnerie et histoire : bilan et perspectives

 | 
Éric Saunier
, 
Christine Gaudin

Les sources de l'histoire maçonnique

Extraits des discussions

Texte intégral

1[Suite aux communications de Dominique MORILLON et de Charles PORSET]

2Laurence Chatel de Brandon

3Où sont les archives venant du KGB maintenant ?

4Charles Porset

5Physiquement, elles sont 16, rue Cadet, pour les archives qui concernent le Grand-Orient, et pour celles qui concernent la Grande Loge de France, elles sont rue de Puteaux. Il y en a encore quelques-unes au ministère ; quelques dossiers contestés : par exemple le dossier des Philalèthes.

6Laurence Chatel de Brandon

7Et l’inventaire qui sera utilisé est-il celui qui a été constitué par le KGB ?

8Charles Porset

9Il a été traduit en français, donc on sait maintenant retrouver facilement les documents qui sont conservés.

10Pierre Mollier

11Il faut dire qu’il y a un certain nombre de dossiers qui sont encore à Moscou parce qu’ils font l’objet d’un contentieux. Et le cas des Philalèthes est très éclairant puisque ces Philalèthes avaient fait une sorte d’enquête internationale. Il y a donc des documents qui sont en Anglais, en Allemand et qui ont été envoyés aux Philalèthes. C’est un argument pour faire monter les enchères que de dire qu’il y a des documents qui doivent revenir à l’Angleterre ou à l’Allemagne. Mais c’est un faux argument.

12Pour vous donner un autre exemple : les institutions juives ont aussi du mal à faire revenir les documents parce qu’on leur dit qu’ils sont en Hébreu et qu’ils doivent donc retourner en Israël... même quand il est marqué « Association des Israélites du Marais », ou quelque chose de ce genre. C’est donc de la mauvaise volonté.

13Aussi sommes-nous très attentifs aux visites des ministres français en Russie. D’ailleurs, à chaque retour de l’un d’eux, il y a des bonnes nouvelles après. Donc, théoriquement, le fonds des Philalèthes devrait revenir en février ou en mars. Mais il faut être patient…

14Une deuxième chose est que les négociations ont porté sur les documents signalés par les Russes. Et nous pensons qu’il y a d’autres choses, le problème étant de les identifier et d’avoir des éléments pour négocier ensuite. Enfin, quand les nazis pillaient les loges, ils ne prenaient pas que les archives mais aussi les objets, les peintures. Selon les conservateurs du Musée des Cultes à Sainty-Petersbourg, il y aurait plusieurs dizaines de peintures maçonniques françaises dans les réserves (c’est-à dire-dans les caves). Il y a donc tout un travail d’identification à faire, un travail de longue haleine.

15A l’heure actuelle, c’est le Grand Orient qui a récupéré le plus d’archives privées, avec la Ligue des Droits de l’Homme... alors que le Parti Socialiste n’a récupéré que quarante boîtes d’archives, ce qui montre bien le côté aléatoire des saisies. Le travail effectué par Charles Porset dans les années 95 a été essentiel pour négocier la restitution, puisqu’il a permis d’identifier ce qui devait être rendu.

16Sudhir Hazareesingh

17Une question à propos de Gallica : est-ce que la Bibliothèque Nationale a l’intention de numériser les archives du Fonds maçonnique ?

18Dominique Morillon

19Gallica, c’est, en théorie, la constitution de la Bibliothèque Idéale. Chaque pays a pour mission de numériser ce qui est représentatif de sa culture. C’est un choix de titres délibéré et on ne peut numériser que des ouvrages tombés dans le domaine public. Si, par exemple, vous écrivez un ouvrage sur les Constitutions d’Anderson, on ne peut pas le diffuser sur Gallica pour une question de droit. Vos écrits entraînent en effet une réserve de communication. L’Encyclopédie de Diderot est numérisée, comme beaucoup d’ouvrages du XIXe siècle.

20Il faut vérifier avant de se rendre à Tolbiac que l’ouvrage n’est pas numérisé.

21Jacques-Olivier Boudon

22Mais est-ce qu’un projet de numérisation du fonds maçonnique est envisageable ?

23Dominique Morillon

24Pas au niveau national, non.

25[Suite aux interventions de Laurence Chatel de Brancion et de Pierre-Yves Beaurepaire |

26Cécile Révauger (s’adressant à Pierre-Yves Beaurepaire)

27Je partage tout à fait ton analyse. Moi non plus je n’aime pas le terme de « maçonnologie » qui signifie un certain enfermement. Mais je voudrais dire que notre difficulté, aujourd’hui, est de trouver des étudiants en D.E.A. ou en thèse sur la franc-maçonnerie. Il y a une césure, malheureusement, entre la recherche universitaire, et la recherche locale menée par les maçons qui ne rendent pas toujours compte de leurs travaux. Heureusement, il y a les Instituts d’Etudes et de Recherches Maçonniques (à Paris et en province). Ce serait une très bonne chose s’il y avait davantage de passerelles entre les jeunes chercheurs, les études locales et les grands travaux que tu as cités. Beaucoup d’étudiants hésitent parce qu’ils ont l’impression qu’ils n’auront pas accès aux sources. Il faudrait les encourager à rencontrer les membres de l’Iderm.

28Pierre-Yves Beaurepaire

29C’est vrai que beaucoup de gens, malgré ce qu’on a pu dire depuis des années, sont encore persuadés que les archives sont inaccessibles, alors que c’est entièrement faux.

30Cécile Révauger

31De plus, on méprise souvent les travaux menés au sein des sociétés savantes en province. Et là encore, il n’y a pas suffisamment de passerelles entre les universités et ces sociétés dont les chercheurs ont souvent du temps, des introductions et qui font un travail très remarquable. Et les collaborations qui pourraient être montées à ce niveau seraient beaucoup plus enrichissantes qu’on ne le croit généralement.

32Jean Pierre Laurant

33Est-ce que M. Beaurepaire considère que le symbolisme est essentiel dans la création du lien social ? Je pense aux travaux faits à l’Ecole des Hautes Etudes par Antoine Faivre et moi-même pendant 25 ans où il était beaucoup question de maçonnerie. Mais on a le sentiment qu’il n’y a pas eu de répercussion sur l’ensemble des recherches, et l’on a un sentiment d’in-aboutissement... Finalement, est-ce que ce n’est pas le système universitaire français qui est responsable de ce type de partition ?

34Pierre-Yves Beaurepaire

35Certainement. Il y a des cloisons étanches alors que le symbolisme paraît essentiel, en effet, pour la compréhension du lien social que vous évoquiez.

36Pierre Mollier

37A propos de Cambacérés d’abord : 83 documents réunis, c’est effectivement très captivant. Vous avez eu la gentillesse de m’en montrer quelques-uns, et s’ils sont représentatifs de l’ensemble, ces sources nous apprendront beaucoup de choses. Ce qui m’avait frappé à leur lecture, c’est la minutie des notes de Cambacérés et son sérieux. Il était vraiment très bien documenté. Je me demandais aussi si, en ce qui concerne les notices sur les rites, on pouvait faire des rapprochements avec Thory, s’il y avait une sorte de circuit... J’espère qu’on pourra faire revenir ces documents en France. Rétrospectivement, je trouve terrible qu’ils aient été mis en vente et que personne en France ne les ait achetés.

38Dans cet ensemble, il y a un sujet tout particulièrement intéressant, c’est celui des nominations mais comment les analyser ? Elles sont en effet très précises : tel nom donné pour telle fonction. Etant donné le temps que devait prendre ce type de décision, il devait y avoir des enjeux. Mais lesquels ? Sans doute des informations administratives aussi précises nous apprendraient beaucoup sur le rôle de la maçonnerie d’Empire.

39Je reviens en outre sur le problème des études maçonniques. C’est une des caractéristiques des chercheurs aujourd’hui d’avoir horreur du mot « maçonnologie » qui est très laid et qui a été inventé par Mellor.

40Dans ma pratique, je vois souvent des étudiants qui viennent me voir en me disant que, malheureusement, dans leur université il n’y avait pas de spécialiste de la franc-maçonnerie. Alors je leur dit : on a dû faire des travaux sur les ordres monastiques par exemple, est-ce qu’il y a un théologien ? Et l’on me répond qu’au niveau universitaire le sujet relève de l’histoire sociale. On se trouve alors confronté à des blocages des enseignants eux-mêmes alors que pour l’essentiel, en histoire de la maçonnerie, on utilise des méthodes courantes en histoire sociale.

41En ce qui concerne les archives, c’est quand même vrai qu’il y a un problème d’accès. Le fonds de la Bibliothèque Nationale contient surtout des pièces administratives, avec des séries qui sont souvent incomplètes, comme par exemple pour les livres d’architecture des loges témoignant de leur vie quotidienne.

42Au niveau des archives familiales, qui représentent un formidable gisement, il y a encore des blocages qui peuvent être pénibles. Cela m’est déjà arrivé de proposer une expertise, gracieuse et discrète cela va de soi, à des particuliers qui, manifestement, possédaient des archives maçonniques et me demandaient des informations à leur sujet. Et malgré mon esprit diplomatique, il n’y a jamais eu de suite à mes propositions. Cela est bien emblématique de la fermeture, tout à fait regrettable, des fonds privés.

43Claude Mazauric

44Je voudrais discuter la communication tout à fait intéressante de Pierre-Yves Beaurepaire et poser quelques questions de fond. Je trouve tout d’abord que son constat est un peu pessimiste sur les impasses de la recherche en maçonnerie ; on l’a également produit pour d’autres formes de sociabilités ou de réunions sociales : pour le protestantisme, pour le socialisme, pour le communisme... En faisant même une critique plus radicale à partir d’une même interrogation : faut-il être communiste pour faire l’histoire du communisme ? Etre catholique pour travailler sur le catholicisme ? Et la réponse est bien évidemment : non. Cela ne veut pas dire que le regard extérieur est forcément plus pertinent. Cela veut simplement dire qu’il n’y a pas d’abord à poser la question du regard subjectif pour juger de la pertinence de travaux scientifiques. Et de ce point de vue, on peut faire un constat positif : c’est admis partout. Au moins dans le discours officiel.

45Pierre-Yves Beaurepaire

46Je peux vous répondre avec une anecdote pour vous montrer que malgré tout il subsiste des problèmes. L’an dernier, dans mon université, j’ai organisé un colloque sur les réseaux de correspondance. Un collègue philosophe dix-huitièmiste a fait une communication fort intéressante. Il a cité de Lessing « Dialogues pour des francs-maçons entre Ernst et Falk », un écrit très célèbre donc du dix-huitième siècle. Pour la publication, il m’a demandé de corriger le titre de l’ouvrage pour que n’apparaisse pas « dialogues des francs-maçons ».

47Claude Mazauric

48C’est un philosophe, connu de surcroît.

49Pierre-Yves Beaurepaire

50Oui.

51Claude Mazauric

52Mais je pense que chez les historiens, aujourd’hui, l’interdit de la « non-confessionalité », si j’ose dire, du chercheur avec son objet est levé. Et ceci relativise ton constat critique car il s’applique à l’ensemble du champ historique et historiographique français. Du même coup, je me pose une question qui est d’ordre culturel : pourquoi est-ce qu’en France on a tant de difficulté à sortir précisément de cette confessionnalité ? Alors que cela semble plus facile en Autriche ou en Allemagne. Peut-être parce qu’en France, il y a une grande concurrence, une grande vivacité des enjeux de caractère politique, culturel, idéologique... Toutes sortes de surdéterminants qui font que c’est extrêmement difficile. Pour l’histoire du communisme, on l’a vu de façon exemplaire. Mais Jacques-Olivier Boudon sait également à quel point cela a été difficile pour l’histoire de l’Eglise aussi de la soumettre au jugement de tous les historiens et non pas seulement à ceux qui s’inscrivent dans les tendances internes à l’Eglise.

53C’est une question que je pose pour nous comprendre nous-mêmes, pour comprendre les difficultés dans lesquelles nous sommes en France.

54J’aurais également une critique à te faire, pour stimuler la discussion. Je ne suis pas pour qu’on oppose la sociométrie rétrospective ou la sociabilité comme objet (qu’on présenterait comme désuète ou dépassée) et une sorte de sociologie moderne (celle de la constitution des réseaux en maillages avec l’étude de la trajectoire des protagonistes). Parce que je ne pense pas que les deux approches soient à ce point alternatives : elles se suivent chronologiquement. On voit bien que la deuxième s’impose maintenant grâce à l’EHESS, à l’Université Européenne de Florence... parce que les thèmes s’imposent presque institutionnellement. Mais je ne vois pas pourquoi on crée ce phénomène de polémique. En fait, on voit bien qu’il y a des enjeux méthodologiques, théoriques et conceptuels, philosophique, peut-être philosophiques derrière tout cela.

55Pendant très longtemps nous avons vécu sur l’idée que l’histoire sociale consistait à étudier des groupes cohérents, des catégories, mais où la société est un peu considérée, pour reprendre l’expression d’Althusser, comme un « procès sans sujet ». Aujourd’hui c’est tout le contraire, c’est le retour du sujet. C’est le protagoniste qui passe devant, et du même coup, on voit bien pourquoi il est important d’étudier les maillages, les réseaux. Et je suis d’accord pour que cette entreprise ait lieu. Ce contre quoi je proteste, c’est la présentation d’une alternative qui, à mon sens, est une manière un peu dogmatique d’imposer son point de vue.

56Pierre-Yves Beaurepaire

57J’avais volontairement forcé un peu le trait. Mais là je trouve que vous le forcez un peu plus que je ne l’ai fait. Il n’est pas question d’alternative car l’intérêt de la sociabilité maçonnique c’est qu’on a les moyens de faire les deux et de croiser les deux.

58Claude Mazauric

59Si on croise, alors je suis d’accord.

60J’avais aussi une question pour Mme Chatel de Brancion. On dit que la maçonnerie s’est reconstituée par en haut sous l’Empire, par l’initiative de l’Etat. Vous apportez là un élément de preuve troublant. Si Cambacérés, archichancelier, en est arrivé à désigner ceux qui occuperont les hautes fonctions, c’est bien une construction par en haut ?

61Laurence Chatel de Brancion

62Je vais reprendre votre argument de tout à l’heure : je pense qu’on ne peut pas dire qu’il y ait une alternative. Les deux phénomènes se sont produits en même temps. Il y a eu reconstruction des loges et réorganisation par le sommet de l’Etat.

63Michel Nouvellon

64Est-ce que Cambacérés avait une opinion sur le Code Napoléon qui a été rédigé, en partie, par M. de Portalis qui était franc-maçon ? Est-ce que cette vision de la femme, sous-tendue dans le code Napoléon, ne correspond pas à celle, très machiste, de la maçonnerie d’Empire ?

65Laurence Chatel de Brancion

66Il faut savoir d’abord que le Code Napoléon est le fruit d’une discussion au Conseil d’Etat sous la gouverne de Cambacérés qui avait déjà produit trois projets sous la Révolution. Dans le premier projet, il avait une vision de la femme tout à fait différente puisqu’il préconisait le divorce aux torts mutuels et l’administration commune des bien des époux ce qui, à l’époque, était extrêmement novateur. Cette partie du Code Napoléon concernant le rôle des femmes dans la société que l’on attribue soit à l’anti-féminisme de Bonaparte, soit à la soi-disant homosexualité de Cambacérés, elle est à pondérer du regard habituel des hommes que l’on retrouve dans les discours tout au long de la Convention, puis dans Le Moniteur (au niveau du Conseil d’Etat). L’anti-féminisme, c’est une vision de la femme qui est tout à fait différente de celle que nous avons aujourd’hui. Il est le fait d’un consensus.

67Dans la maçonnerie impériale, il y a eu des loges féminines. Et Cambacérés va en présider de façon très systématique, en particulier la loge Sainte-Caroline.

68Amin Adel

69Ma question s’adresse à M. Beaurepaire. Vous évoquiez le recours à des archives privées, en alternative à la consultation des archives centrales qui se trouvent à la Bibliothèque Nationale. De la même manière, ne pensez-vous pas qu’il serait pertinent, en particulier pour le XIXe siècle, de recourir à la presse (je pense au Globe, au Moniteur, aux journaux saint-simoniens, etc.) pour envisager le fait maçonnique comme fait social et politique ? C’est peut-être une perspective iconoclaste compte tenu des statuts normatifs de l’Ordre.

70Pierre-Yves Beaurepaire

71Vous dites alternative. Je dirais plutôt complémentarité. On ne doit pas substituer les sources dont vous parlez aux sources habituelles, parce qu’alors on tomberait dans le travers inverse. Je ne suis pas non plus d’accord avec votre affirmation selon laquelle il n’y a pas de référence au rapport politique à l’autre ou au monde. Mon impression est qu’au contraire la maçonnerie (celle du XVIIIe siècle en tous cas), sous couvert de neutralité, recherche une reconnaissance, travaille à son institutionnalisation. C’est vrai en Angleterre, en France, en Prusse, en Scandinavie, etc. La maçonnerie se définit en miroir : quand elle se déclare lieu de concorde et d’harmonie où on tisse un nouveau lien social, c’est précisément parce qu’elle réagit à l’aspect chaotique du monde profane.

72Le passage de la philanthropie à la bienfaisance maçonnique, à la charnière entre le XVIIIe et le XIXe siècle, résulte de l’influence de plus en plus pressante d’une frange libérale de la maçonnerie qui veut forcer l’Ordre à s’engager de plus en plus dans la société et, à terme, dans le combat politique. La maçonnerie est peut-être une sphère autonome, elle n’est en tout cas pas hermétique aux enjeux sociaux et politiques.

73De plus, en ce qui concerne la presse du XIXe siècle, il faut se méfier : on entre ici dans le domaine des représentations. Soit il s’agit d’une presse apologétique, soit d’une presse polémique. Il faut donc être très prudent...

74Amine Adel

75Vous parlez de la presse maçonnique ?

76Pierre-Yves Beaurepaire

77Non, de la presse profane.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540