Version classiqueVersion mobile

Franc-maçonnerie et histoire : bilan et perspectives

 | 
Éric Saunier
, 
Christine Gaudin

Les sources de l'histoire maçonnique

Sortir de l’impasse « maçonnologique » : les sources d’une histoire interculturelle de la franc-maçonnerie européenne

Pierre-Yves Beaurepaire

Texte intégral

1. Enlisement et marginalisation

1Chaque année la bibliographie maçonnique s’enrichit en France de plusieurs dizaines de titres. Si l’on retranche d’emblée les dossiers racoleurs d’hebdomadaires en mal de tirages élevés sur les « réseaux d’influence maçonnique » ou les travaux rédigés en dehors de tout sérieux scientifique, la moisson n’en demeure pas moins abondante. Pourtant, la recherche maçonnique reste encore largement en France en marge des champs de recherche « légitimes » de la corporation historienne et du coup, à l’écart de la reconnaissance académique. La création d’une chaire d’études maçonniques paraît plus qu’improbable (est-elle d’ailleurs souhaitable ?) à l’heure où les universités de Leyde et de Sheffield viennent d’inaugurer les leurs. Surtout, le contraste est saisissant avec l’Allemagne et l’Autriche, où d’amples programmes de recherche sont notamment coordonnés par Monika Neugebauer-Wölk et Helmut Reinalter.

  • 1 La liste des travaux de Daniel Ligou est accessible dans les Mélanges qui lui ont été offerts en 1 (...)
  • 2 Gérard Gayot, « Les francs-maçons à l’orient de Charleville (1744-1815) », Lille, Faculté des Lett (...)
  • 3 Gérard Gayot, La Franc-maçonnerie française, textes et pratiques (XVIIIe-XIXe siècles), Paris, Gal (...)
  • 4 Leurs thèses respectives sont bien présentées dans : Fred E. Schrader, Augustin Cochin et la Répub (...)
  • 5 Ran Halevi, Les loges maçonniques dans la France d’Ancien Régime. Aux origines de la sociabilité d (...)

2On nous rétorquera que Jacques Brengues était titulaire d’une chaire de maçonnologie à l’Université de Rennes dans les années 1970, et que dans le domaine historique, deux historiens modernistes, Pierre Chevallier et Daniel Ligou, ont été les pionniers de l’étude universitaire du fait maçonnique1. On ne saurait le nier, mais force est de constater que la chaire rennaise de maçonnologie - ou plus exactement et modestement le séminaire de maçonnique - a disparu et que Pierre Chevallier a bâti l’essentiel de son œuvre dans les années 1960. L’auteur des Ducs sous l’acacia est mort en 1998 et Daniel Ligou n’est plus actif dans le domaine de la recherche maçonnique. Par ailleurs, certains universitaires qui ont consacré leurs premiers travaux voire leur thèse de doctorat à la Franc-maçonnerie se sont ensuite orienté vers d’autres champs de recherche. Citons seulement le cas de Gérard Gayot, auteur d’une monographie exemplaire sur Les francs-maçons à l’orient de Charleville dès 1965, puis d’articles novateurs2. Le précieux recueil de textes publié par l’auteur dans la collection « Archives » chez Gallimard et Julliard en 1980 a certes été réédité onze ans plus tard3, mais Gérard Gayot s’est refusé à répondre aux critiques de Ran Halévi4 et consacre l’essentiel de ses travaux depuis vingt ans au moins à la manufacture sedanaise. En 1984, la publication partielle dans la collection des Cahiers des Annales de la thèse de Ran Halévi pouvait laisser espérer un effet d’entraînement important5. Marqué par la lecture d’Augustin Cochin et l’enseignement de François Furet, l’auteur revisitait le maillage maçonnique du XVIIIe siècle à partir de son inscription dans l’espace et l’armature urbaine. Présentant la loge comme laboratoire de la sociabilité « démocratique », Ran Halévi annonçait un travail beaucoup plus ambitieux. Mais vingt ans plus tard, ce chantier paraît avoir été abandonné par l’auteur, qui lui aussi a réorienté ses recherches.

  • 6 Alec Mellor revendique la paternité de la maçonnologie : « Nous-même, dans notre Franc-maçonnerie (...)

3Le projet d’ouverture d’un musée d’art et d’histoire de la Franc-maçonnerie à Tours, ville marquée par une forte densité maçonnique et la présence du Musée du Compagnonnage, est tout à fait symptomatique de la posture inconfortable de la recherche maçonnique en France, sans compter que le projet contrarie le programme ambitieux de triplement de la surface du Musée du Grand Orient à Paris. Après une exposition maçonnique mémorable, l’association 5997 et en son sein l’EREM (Espace de recherches et d’échanges maçonnologiques) organisent en mai 2001 une première rencontre d’études maçonnologiques6. La manifestation bénéficie d’une visibilité publique - elle se tient au Palais des Congrès de la ville, non dans le retrait d’un temple-, du soutien des autorités politiques et administratives - le maire de Tours et le Préfet sont présents. Des universitaires français et étrangers apportent leur concours. Mais, la raison sociale de l’association de préfiguration du Musée est ouvertement maçonnique, bien qu’interobédientielle, les universitaires présents sont soit francs-maçons soit liés aux cercles d’études maçonniques, aucune Université ou centre de recherches n’est associée ès-qualités. Le thème retenu : « La lecture des symboles à l’heure de l’écrit et à l’heure de l’image », quel que soit son intérêt, ne peut que susciter le scepticisme académique. Celui de 2002, « secret et transparence maçonnique » pose le même problème. Cette seconde rencontre a certes lieu dans l’enceinte universitaire, au sein de l’Université Libre de Bruxelles, mais quand l’on sait que l’ULB a été créée à l’initiative de Pierre Théodore Verhaegen, Vénérable des Amis Philanthropes, orient de Bruxelles, tout comme le parti libéral belge d’ailleurs, et qu’elle entretient encore une relation intime avec le Grand Orient de Belgique, cette hospitalité prend tout son sens et montre les limites de l’ouverture à la sphère extra-maçonnique.

  • 7 On en a une belle illustration avec la précieuse synthèse de Dominique Poulot sur Les Lumières, Pa (...)
  • 8 Maurice Agulhon, Pénitents et Francs-Maçons de 1 ancienne Provence. Essai sur la sociabilité mérid (...)
  • 9 Maurice Agulhon, Le cercle dans la France bourgeoise 1810-1848, étude d’une mutation de sociabilit (...)
  • 10 Daniel Roche, Le siècle des Lumières en province. Académies et académiciens provinciaux, 1680-1789 (...)
  • 11 Jürgen Habermas, L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la s (...)
  • 12 Françoise Thelamon dir., Sociabilité, pouvoirs et société, actes du colloque de Rouen des 24-26 no (...)
  • 13 Etienne François dir., Sociabilité et société bourgeoise en France, en Allemagne et en Suisse, 175 (...)
  • 14 Dans la préface à la troisième édition de Pénitents et francs-maçons, Maurice Agulhon précise qu’i (...)

4La maçonnologie revendiquée par Alec Mellor dans les années 1960 se serait-elle donc révélée une impasse ? Force est en tout cas de constater que, dès cette époque, la maçonnologie s’est enfermée dans un modèle historiographique dépassé, enlisée, et de fait coupée d’un champ de l’histoire sociale et culturelle alors en plein renouvellement et qui lie pourtant intimement la loge maçonnique d’Ancien Régime à l’étude de la « ville sociable » des Lumières7. Il faut insister sur ce paradoxe. Laboratoire pionnier d’observation et d’élaboration des structures et des pratiques de la sociabilité urbaine, miroir des élites, de leurs réseaux, de leurs stratégies et trajectoires sociales, culturelles et politiques, la loge - plus que la Franc-maçonnerie elle-même d’ailleurs - est en effet au cœur des travaux qui ont jalonné l’étude de la sociabilité aux XVIIIe-XIXe siècle : Pénitents et francs-maçons de Maurice Agulhon8, puis Le cercle dans la France bourgeoise du même auteur9 ; Le siècle des Lumières en province de Daniel Roche10, L’Espace public de Jürgen Habermas11, le colloque de Rouen en 1983 sur Sociabilité, pouvoirs et société marqué par une investigation tous azimuts d’un front alors pionnier12, celui de Bad Homburg sur Sociabilité et société bourgeoise13. Il faut également souligner l’influence inégale sur les historiens français de Georg Simmel14 et de Jürgen Habermas qui tous deux ont placé la loge maçonnique au cœur de leur réflexion sur la sociabilité et la constitution d’une sphère publique autonome.

  • 15 Outre les travaux déjà mentionnés de Maurice Agulhon et de Daniel Roche, la plupart des thèses de (...)
  • 16 Paul Leuilliot, « La Franc-maçonnerie, fait social », Annales Economies, Sociétés, Civilisations, (...)
  • 17 Les colloques organisés par Renaissance Traditionnelle ont eu depuis 1995 un réel succès au sein d (...)

5Mais ces travaux n’ont pas modifié sensiblement la perception de la sociabilité maçonnique et de ses enjeux au sein de la communauté des maçonnologues. Ils sont pour la plupart l’œuvre de chercheurs extérieurs aux milieux de la recherche maçonnique15. Ils ont ouvert les archives des loges avec leurs propres objets et programmes d’enquête. C’est sans doute pourquoi ils ne se sont pas enfermés dans l’impasse maçonnologique mais ont su au contraire restituer de manière convaincante le lien maçonnique, ses protagonistes, leurs stratégies, leurs discours et représentations dans leur environnement social, culturel, familial, confessionnel et politique. Mais de ce fait même, leurs travaux n’ont eu qu’un impact très limité sur la recherche maçonnique proprement dite, alors que le fait maçonnique n’a de sens que restitué et articulé dans son contexte profane. Le retard accumulé est aujourd’hui manifeste, si l’on songe que Paul Leuilliot suggérait dès 1953 dans les Annales Economies, Sociétés, Civilisations, organe phare de la nouvelle histoire et de la refondation des problématiques historiques, d’étudier la Franc-maçonnerie comme un « fait social »16. Malgré le sérieux et les progrès d’une revue comme Renaissance traditionnelle17, les efforts remarquables de l’Institut d’Etudes et de Recherches maçonniques du Grand Orient de France, relayés en province par l’IDERM Septentrion à Lille, l’Institut Lorrain d’études maçonniques, ses confrères toulousain et varois et leurs différents bulletins, la France ne bénéficie pas de la loge de recherche allemande Ars Quatuor Coronati no 808 à Bayreuth dont le Quatuor Coronati Jahrbuch est un modèle de rigueur et de probité scientifiques – on ne peut malheureusement plus en dire de même de son homologue britannique Ars Quatuor Coronatorum dont le niveau des articles est en chute libre depuis quelques années.

  • 18 David Stevenson, The origins of Freemasonry. Scotland’s century, 1590 1710, Cambridge, Cambridge U (...)
  • 19 André Kervella, Aux origines de la Franc maçonnerie française (1689-1750). Exilés britanniques et (...)
  • 20 Alain Le Bihan, Franc- maçons parisiens du Grand Orient de France (fin du XVIIIe siècle), Commissi (...)

6Nombre d’historiens de la Franc-maçonnerie s’épuisent encore dans la vaine quête des origines de l’Ordre, et renoncent difficilement à ses légendes de fondations, sans jamais les étudier comme constructions mythiques, à la manière des ethnologues ni présenter une étude qui puisse soutenir la comparaison avec les travaux de David Stevenson pour F Écosse18. C’est le cas des travaux récents d’André Kervella19, nouveau venu dans la nébuleuse de la recherche maçonnique. S’il met incontestablement au jour de nouvelles sources documentaires, l’auteur balaie en quelques lignes assassines les travaux de ses devanciers pour bâtir le scénario hasardeux de l’implantation de la Franc-maçonnerie en France à partir de témoignages parfois douteux ou sollicités, et trop souvent de vagues soupçons transformés en déclaration assumée de paternité. Pour reprendre l’expression de Charles Porset, ces auteurs agissent en « croyants », et ce faisant disqualifient leur objet d’étude du point de vue scientifique. Dans ces conditions, il n’est pas difficile de comprendre que les travaux de Pierre Chevallier et d’Alain Le Bihan demeurent les piliers d’une histoire scientifique de la Franc-maçonnerie française20 conforme aux canons universitaires. Or, ils datent des années 1960 et ont été écrits à l’écart du chantier de l’histoire sociale et culturelle évoqué plus haut. La rencontre entre cette histoire érudite de la Franc-maçonnerie, aux méthodes héritées de l’école méthodique et les grandes enquêtes d’histoire sociale et culturelle menées par et dans l’orbite de l’école des Annales - qui s’est précisément affirmée en rupture avec l’histoire positiviste - n’a pas eu lieu. Ce décalage chronologique et épistémologique d’un demi-siècle au moins a empêché toute fécondation mutuelle.

  • 21 Comme sous la plume des auteurs d’un ouvrage « journalistique » qui fait grand bruit dans les médi (...)

7Si l’usage du terme de « sociabilité » ou de « réseau maçonnique » s’est diffusé, il n’en demeure pas moins le plus souvent métaphorique ou pire fantasmatique21. Pourtant, depuis quelques années, la situation paraît s’éclaircir la reprise des travaux universitaires et la tenue même de ce colloque l’attestent, de même que le renouvellement des générations-, ce qui permet d’envisager la relance des études maçonniques, dès lors qu’on ne fait plus l’économie d’une réflexion en termes de stratégies et de partenariats académiques et universitaires sans quoi aucune institutionnalisation comparable à celle obtenue en Allemagne, en Autriche, en Italie, en Espagne ou en Belgique n’est véritablement possible. Pour réussir aujourd’hui cette rencontre manquée il y a quarante ans, il importe de poser la question des sources utilisées pour appréhender le projet et la sociabilité maçonniques.

2. Nouvelles sources, nouvelles approches

8Longtemps, les études maçonniques ont pâti des effets pervers de la mono-exploitation paresseuse et aux rendements décroissants d’une source facile d’accès, les tableaux de membres adressés par les loges à l’obédience et conservés au Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, à Paris. Le simple relevé des noms « de ceux qui en sont », au mieux une sociographie descriptive ont tenu lieu d’étude approfondie. L’absence de prosopographie des élites maçonniques - soit une fraction non négligeable de la major et sanior pars d’Ancien Régime - se fait encore cruellement sentir et tranche sur la qualité des travaux menés en Allemagne ou en Autriche notamment. Plus grave encore, en privilégiant une source administrative, dont le contenu est orienté par les comptes rendus d’une loge à son obédience, nombre d’auteurs se sont interdit d’appréhender la sociabilité maçonnique pour elle-même, c’est-à-dire non pas comme une structure, comme une société formalisée, instituée, mais comme un espace de rencontres, de transactions, d’échanges entre « des hommes qui sans cela seraient restés à perpétuelles distance » selon les termes des Constitutions de 1723. L’ensemble des pratiques maçonniques antérieures à la constitution officielle ou parallèles, sans compter les noyaux maçonniques qui n’ont jamais recherché de reconnaissance, s’efface ainsi, alors qu’il est essentiel.

  • 22 Citons notamment Juan Luis Castellano et Jean-Pierre Dedieu dir., Réseaux, familles et pouvoirs da (...)
  • 23 Jacques Revel « L’Histoire au ras du sol », préface à Giovanni Levi, Le pouvoir au village. Histoi (...)

9La sociographie descriptive qui classe les membres déclarés des loges en groupes socio professionnels gomme l’importance de la trajectoire individuelle au sein de la nébuleuse maçonnique, le choix de tel atelier plutôt que de tel autre, la pratique volontaire de tel grade - d’essence chevaleresque et chrétienne notamment - plutôt que de tel autre, au profit de la détermination par l’appartenance sociale. La sociabilité devient alors une structure déterminée par un lien social contraignant pour les individus parce qu’extérieur à eux, selon la définition d’Emile Durkheim. Les individus s’effacent derrière les groupes sociaux qui sont les véritables acteurs. Or, depuis quelques années l’essor des recherches sur les réseaux sociaux permet d’envisager un renouvellement de l’approche de la sociabilité maçonnique et des trajectoires et dispositifs individuels qui s’inscrivent dans son champ22. On appréhende à présent des relations interpersonnelles qui ne doivent pas être prises isolément mais comprises comme un espace de rencontres, de transactions - c’est-à-dire d’échanges matériels, symboliques, d’informations etc., d’affirmation et de consolidation du pouvoir ; espace de rencontres mais aussi tissu de relations dont on peut étudier le maillage, la trame, pour dévoiler l’étendue des comportements possibles. De même, la microhistoire telle qu’elle est définie par Jacques Revel dans L’Histoire au ras du sol : « étudier le social non pas comme un objet doté de propriétés, mais comme un ensemble d’interrelations mouvantes à l’intérieur de configurations en constante adaptation »23, offre l’opportunité de replacer l’individu au cœur de la sociabilité - sans pour autant passer d’un excès à l’autre, abandonner sur pied les fruits des études sociologiques fines, et nourrir l’illusion de l’indépendance absolue de l’individu par rapport au groupe.

10Mais quelles que soient les qualités heuristiques de la théorie des réseaux sociaux - dès lors que l’usage du réseau n’est pas seulement métaphorique et paresseux mais éprouvé, au sens fort du terme, par l’étude des relations, des échanges qu’il supporte dans le temps et dans l’espace-, il importe de mobiliser d’autres sources documentaires. Car en fin de compte, que nous apprend un nom relevé sur un tableau de membres d’une loge maçonnique ? Peut-on vraiment en déduire, quasi-mécaniquement, l’adhésion de l’intéressé aux idéaux des Lumières ? et si oui de quelles Lumières et de quels idéaux s’agit-il ? Quel parcours le conduit à demander la lumière de l’initiation ? dans quel environnement amical, familial, professionnel, culturel et confessionnel ? Comment s’approprie-t-il le projet maçonnique ? Que recherche-t-il dans la taille symbolique de la pierre brute ? Faute d’« inventer » de nouvelles sources, il est impossible de répondre à ces questions fondamentales et les sociographies élémentaires des ateliers continueront à s’accumuler sans enrichir ni la réflexion ni mettre à profit l’observatoire maçonnique pour affiner notre connaissance des élites urbaines des XVIIIe-XXe siècles.

  • 24 Pierre-Yves Beaurepaire (éd.), La Plume et la Toile. Pouvoirs et réseaux de correspondance dans l’ (...)

11Parmi ces sources à inventer, les egodocuments (correspondances, mémoires et journaux particuliers - ce néologisme a été forgé en 1969 par le chercheur néerlandais Jacob Presser) sont essentiels car malgré la discrétion des frères sur tout ce qui touche à l’Art Royal, ils permettent d’appréhender la démarche individuelle et l’inscription de l’adhésion maçonnique dans un espace et un dispositif de sociabilité - organisés ou non en réseaux. La quête est difficile mais les recherches en cours sont encourageantes. C’est le cas notamment des travaux du Réseau scientifique européen pour l’étude de la communication dans l’Europe moderne qui à partir de l’instrumentation électronique des correspondances huguenotes, maçonniques et philosophiques visent à réaliser un atlas des réseaux de communication, et à restituer de manière dynamique - dans le temps et l’espace - les réseaux de sociabilité qui maillent l’Europe des Lumières24. L’édition et l’instrumentation électronique d’egodocuments de francs-maçons porte également ses premiers fruits.

  • 25 Pierre-Yves Beaurepaire et Dominique Taurisson, 2001, Edition électronique du Journal de Marie-Dan (...)
  • 26 Bourrée de Corberon y reçoit un nouveau grade dans son propre bureau, preuve que l’espace maçonniq (...)
  • 27 Daniel Roche, « Voyages, mobilités, Lumières », Circulation et cosmopolitisme en Europe, Revue de (...)

12Parmi d’autres exemples (Le Journal de voyage de Johann Joachim Christoph Bode, les egodocuments d’Ignaz von Born ou de Lriedrich Münter), j’évoquerai ici le Journal du chevalier puis baron Marie-Daniel Bourrée de Corberon25, dont je réalise une édition électronique à Montpellier avec Dominique Taurisson dans le cadre du Centre d’étude du XVIIIe siècle. Médiateur culturel entre la France et la Russie, diplomate, Corberon est un fin connaisseur de la nébuleuse ésotérique et du dédale des allées du mystère dans le Paris et le Saint-Pétersbourg de la tombée des Lumières. Son Journal, sa correspondance, permettent de restituer son « univers relationnel », à différents moments de sa vie profane et d’initié, de matérialiser ses réseaux de relations et d’apporter la preuve que le lien maçonnique favorise et fluidifie les échanges, les articule et favorise leurs interconnexions. Le Journal témoigne de l’extension européenne prise par la Maçonnerie de société - avec ses bals, concerts et théâtre amateurs, loges particulières - : à Paris, où Bourrée de Corberon fréquente en famille les loges huppées et cosmopolites (Amis Réunis, Société Olympique entée sur la loge de l’Olympique de la Parfaite estime), mais aussi à Varsovie où le noble courlandais Karl von Heyking et les comtes de Brühl et de Thun l’introduisent dans les différents ateliers d’une capitale maçonnique bouillonnante26, puis à Saint Pétersbourg. Le Journal témoigne aussi de l’articulation intime et remarquable de la sociabilité maçonnique avec la « culture de la mobilité » (Daniel Roche) chère aux noblesses européennes27. Il évoque la séduction qu’exercent sur une fraction de la noblesse dont l’importance est encore trop sous-estimée, les pratiques alchimiques et les nombreux cercles ésotériques qui s’épanouissent et se disputent ces membres de qualité à la tombée des Lumières. À son retour en France, Corberon sert d’introducteur aux nobles russes dans les loges maçonniques parisiennes et de guide dans les allées du mystère : cénacles hermétistes et occultistes, jusqu’en Avignon où convergent des quatre coins de l’Europe les Illuminés - à ne pas confondre avec les Illuminaten de Weishaupt, Knigge et Bode. Parallèlement, il s’affirme comme l’un des principaux diffuseurs du mesmérisme à Paris et auprès des nobles francs-maçons. Au fur et à mesure de l’enquête, émergent d’autres sources comme les Réminiscences ou mémoires de son ami l’aristocrate courlandais Karl Heinrich von Heyking (Bibliothèque universitaire de Varsovie), ou les correspondances berlinoises de ses belles-sœurs ; d’autres relations s’éclairent, se complètent, se nuancent ou se contredisent.

Conclusion

  • 28 Luis P. Martin, Les francs-maçons dans la cité. Les cultures politiques de la Franc-maçonnerie en (...)
  • 29 Voir dans ce sens, Pierre-Yves Beaurepaire, L’Europe des francs-maçons, Paris, Belin, Europe et Hi (...)

13Enfin, comment ne pas conclure ce bref état de la recherche maçonnique en France, sans évoquer les possibilités offertes par le retour des milliers de documents des Archives spéciales centrales d’Etat de Moscou à Paris - quelque 120 mètres linéaires-, au siège du Grand Orient de France et leur ouverture aux chercheurs en janvier 2002 ? La lecture du livre d’architecture de la loge écossaise de l’Union, orient de Berlin-tenu à partir du 30 novembre 1742, éclaire les mécanismes et vecteurs de la diffusion de la Franc maçonnerie dans l’espace germanique-, que nous avons pu y faire en décembre 2001 grâce à la libéralité de Pierre Mollier, donne une idée des richesses d’un tel gisement de sources. Son exploitation est donc l’occasion unique de débuter un nouveau chantier de recherches muni des outils scientifiques les plus affûtés et au fait des problématiques de l’histoire sociale, culturelle et politique. Elle doit aussi coïncider pour les chercheurs français avec une ouverture sur l’Europe et les Etats-Unis gage d’échanges fructueux, comme l’attestent la parution en 2000 de l’ouvrage collectif sous la direction de Luis P. Martin sur Les francs-maçons dans la cité. Les cultures politiques de la Franc-maçonnerie en Europe XIXe-XXe siècle28, prolongé par la perspective d’un Groupe de recherches européen, et la rencontre organisée en juin 2001 à l’Université de Californie à Los Angeles par Margaret C. Jacob et Paolo Fabbri sur The Masonic Legacy as Myth and Reality29.

Notes

1 La liste des travaux de Daniel Ligou est accessible dans les Mélanges qui lui ont été offerts en 1998 : Studia Latomorum & Historica. Mélanges offerts à Daniel Ligou, colligés par Charles Porset, Paris, Honoré Champion, collection Varia, 1998, p. 15-26.

2 Gérard Gayot, « Les francs-maçons à l’orient de Charleville (1744-1815) », Lille, Faculté des Lettres, Diplôme d’Etudes supérieures, 1965, XXVI+352 p. ; « Les problèmes de la double appartenance : protestants et francs-maçons à Sedan au XVIIIe siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, XVIII, juillet-septembre 1971, p. 415-29.

3 Gérard Gayot, La Franc-maçonnerie française, textes et pratiques (XVIIIe-XIXe siècles), Paris, Gallimard, 1980, éd. 1991, folio histoire, 251 p.

4 Leurs thèses respectives sont bien présentées dans : Fred E. Schrader, Augustin Cochin et la République française, traduction française par Marie-Claude Auger, Paris, Le Seuil, L’Univers historique, Paris, 1992, chapitre VII « Sociétés de pensée : de l’actualité d’une problématique », p. 177-211.

5 Ran Halevi, Les loges maçonniques dans la France d’Ancien Régime. Aux origines de la sociabilité démocratique, Cahier des Annales no 40, Paris, 1984, 118 p.

6 Alec Mellor revendique la paternité de la maçonnologie : « Nous-même, dans notre Franc-maçonnerie à l’heure du choix (1963), avons appelé de nos vœux l’avènement d’une nouvelle branche historique, que nous avons proposé d’appeler la Maçonnologie, et qui réaliserait enfin l’application à l’histoire maçonnique des méthodes de l’histoire scientifique moderne » [Préface à René Le Forestier, La Franc-maçonnerie templière et occultiste aux XVIIIe et XIXe siècles, Paris Louvain, Aubier-Montaigne éditions Nauwelaerts, 1970, p. 16].

7 On en a une belle illustration avec la précieuse synthèse de Dominique Poulot sur Les Lumières, Paris, PUF, Premier Cycle, 2000, p. 195-207.

8 Maurice Agulhon, Pénitents et Francs-Maçons de 1 ancienne Provence. Essai sur la sociabilité méridionale, Paris, 3e édition, 1984, 454 p. La première édition par « La pensée universitaire » d’Aix-en-Provence remonte à 1966.

9 Maurice Agulhon, Le cercle dans la France bourgeoise 1810-1848, étude d’une mutation de sociabilité, Cahier des Annales no 36, Paris, Armand Colin, 1977, 105 p.

10 Daniel Roche, Le siècle des Lumières en province. Académies et académiciens provinciaux, 1680-1789, Paris-La Haye, Mouton, 1973, 2e édition, éditions de l’EHESS, 1984, 2 volumes 394 p., 520 p.

11 Jürgen Habermas, L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, avec une préface inédite de l’auteur –à la 17e édition allemande, trad.fr. de Strukturwandel der Öffentlichkeit (1962) par Marc B. de Launay, Paris, Payot, 1993, Critique de la politique, 324 p.

12 Françoise Thelamon dir., Sociabilité, pouvoirs et société, actes du colloque de Rouen des 24-26 novembre 1983, Publications de l’Université de Rouen no 110, 655 p.

13 Etienne François dir., Sociabilité et société bourgeoise en France, en Allemagne et en Suisse, 1750 1850, Travaux et mémoires de la Mission historique française en Allemagne, Gottingen Paris, Editions recherche sur les civilisations, 1986, 319 p. Il faut également mentionner l’article de synthèse de Etienne François et Rolf Reichardt, « Les formes de sociabilité en France du milieu du XVIIIe siècle au milieu du XIXe siècle », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 1987, p. 453-472.

14 Dans la préface à la troisième édition de Pénitents et francs-maçons, Maurice Agulhon précise qu’il ne connaissait pas l’existence du texte de Simmel sur la sociabilité - auquel il faudrait ajouter ses études sur le secret - pendant la rédaction de sa thèse complémentaire publiée initialement en 1966. Maurice Agulhon, Pénitents et francs-maçons..., op. cit., p. XII.

15 Outre les travaux déjà mentionnés de Maurice Agulhon et de Daniel Roche, la plupart des thèses de doctorat d’État (dites d’ancien régime) et de nouveau régime consacrées aux élites urbaines, parlementaires, négociantes consacrent un chapitre ou développement aux foyers de sociabilité et notamment aux loges maçonniques. Citons parmi les plus suggestives : Guy Chaussinand-Nogaret, Les financiers de Languedoc au XVIIIe siècle, EPHE VIe section, Centre de recherches historiques, Affaires et gens d’affaires, Paris, Sevpen, 1970, p. 281-304 ; Monique Cubells, La Provence des Lumières, Les parlementaires d’Aix au XVIIIe siècle, Paris, Maloine, 1984, p. 351-355 ; Maurice Gresset dont la thèse sur Le monde judiciaire à Besançon a permis de réunir la matière d’un riche article sur « Le recrutement social des loges bisontines et son évolution dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, dans Studia Latomorum & Historica..., op. cit., p. 139-153 ; et plus récemment René Favier, Les villes du Dauphiné aux XVIIe et XVIIIe siècles, La pierre et l’écrit, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1993, p. 459-461 ; François-Joseph Ruggiu, Les élites et les villes moyennes en France et en Angleterre (XVIIe-XVIIIe siècle), Paris, L’Harmattan, 1997, 356 p. ainsi que Michel Figeac, Destins de la noblesse bordelaise (1770-1830), Bordeaux, Fédération historique du Sud-Ouest, 1996, tome I : p. 254-291.

16 Paul Leuilliot, « La Franc-maçonnerie, fait social », Annales Economies, Sociétés, Civilisations, avril-juin 1953, p. 240-259.

17 Les colloques organisés par Renaissance Traditionnelle ont eu depuis 1995 un réel succès au sein de la communauté des « maçonnologues » - qui elle-même fournissait la totalité des intervenants, mais aucun écho en dehors. Il faut sans doute voir là une des conséquences des thèmes retenus : « Les grands convents de l’histoire maçonnique » (1995) ; « L’histoire et les sources des hauts grades maçonniques au XVIIIe siècle » (1997) ; « De la Maçonnerie opérative à la Franc maçonnerie spéculative : filiations et ruptures » (1999).

18 David Stevenson, The origins of Freemasonry. Scotland’s century, 1590 1710, Cambridge, Cambridge U. P., 1990, 286 p.

19 André Kervella, Aux origines de la Franc maçonnerie française (1689-1750). Exilés britanniques et gentilshommes bretons, Rouvray, Les éditions du Prieuré, 1996, 267 p. ; La Maçonnerie écossaise dans la France de l’Ancien Régime. Les années obscures 1720 1 755, Monaco, Editions du Rocher, 1999, 433 p.

20 Alain Le Bihan, Franc- maçons parisiens du Grand Orient de France (fin du XVIIIe siècle), Commission d’histoire économique et sociale de la Révolution française, Mémoires et documents no 19, Paris. 1966, 490 p ; Loges et chapitres de la Grande Loge et du Grand Orient de France (2e moitié du XVIIIe siècle), Commission d’histoire économique et sociale de la Révolution française, Mémoires et documents no 20, Paris, 1967, XXXIV-456 p., 2e édition, 1990, 456 p. ; Francs-maçons et ateliers parisiens de la Grande Loge de France au XVIIIe siècle (1760-1795), Commission d’histoire économique et sociale de la Révolution française Mémoires et documents no 18, Paris, Bibliothèque Nationale, 1973, 509 p.

21 Comme sous la plume des auteurs d’un ouvrage « journalistique » qui fait grand bruit dans les médias français de 2001 : Ghislaine Ottenheimer et Renaud Lecadre, Les Frères invisibles, Paris, Albin Michel, 360 p. On peut y lire notamment cette phrase reprise dans Le Monde du 14 mai 2001 : « La maçonnerie n’est pas un réseau en soi, c’est une sorte de toile, à l’image d’un Internet privé où les maçons naviguent au gré des opportunités, dans l’ombre, en pratiquant la protection mutuelle ».

22 Citons notamment Juan Luis Castellano et Jean-Pierre Dedieu dir., Réseaux, familles et pouvoirs dans le monde ibérique à la fin de l’Ancien Régime, Paris, CNRS éditions, Amériques-Pays ibériques, 1998, 267 p.

23 Jacques Revel « L’Histoire au ras du sol », préface à Giovanni Levi, Le pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont du XVIIe siècle, traduction française, Paris, Gallimard, Bibliothèque des Histoires, 1989, p. XII.

24 Pierre-Yves Beaurepaire (éd.), La Plume et la Toile. Pouvoirs et réseaux de correspondance dans l’Europe des Lumières, avant-propos de Daniel Roche, Arras, Artois Presses Université, Histoire, 2002.

25 Pierre-Yves Beaurepaire et Dominique Taurisson, 2001, Edition électronique du Journal de Marie-Daniel Burrée de Corberon Paris Saint-Pétersbourg Paris, 1781 1785 : http://www.egodoc.revues.org/corberon avec le concours d’Olivier Lochard (Université Paul-Valéry Montpellier III) créateur de l’instrumentation électronique Arcane.

26 Bourrée de Corberon y reçoit un nouveau grade dans son propre bureau, preuve que l’espace maçonnique se déploie de manière originale et complexe entre la sphère privée et la sphère publique, espace profane et sanctuaire du temple.

27 Daniel Roche, « Voyages, mobilités, Lumières », Circulation et cosmopolitisme en Europe, Revue de Synthèse, numéro coordonné par Henriette Asséo, juin-décembre 2002, 3 4, à paraître.

28 Luis P. Martin, Les francs-maçons dans la cité. Les cultures politiques de la Franc-maçonnerie en Europe XIXe-XX siècle. Rennes, Presses universitaires de Rennes, Histoire, 2000, 205 p.

29 Voir dans ce sens, Pierre-Yves Beaurepaire, L’Europe des francs-maçons, Paris, Belin, Europe et Histoire, 2002.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search