Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Franc-maçonnerie et histoire : bilan et perspectives

 | 
Éric Saunier
, 
Christine Gaudin

Les sources de l'histoire maçonnique

Cambacérés et la franc-maçonnerie : les apports des fonds japonais

Laurence Chatel de Brancion

Texte intégral

  • 1 François Collaveri, La Franc-maçonnerie des Bonaparte, Paris, Edimaf, 1982.
  • 2 Pierre Chevallier, Histoire de la Franc maçonnerie française, Paris, Fayard, 1974, 3 vol.
  • 3 Pierre-François Pinaud, Cambacérès, le premier surveillant de la franc-maçonnerie impériale, Paris (...)

1François Collaveri dans La franc-maçonnerie des Bonaparte1, ou Pierre Chevallier dans son Histoire de la franc-maçonnerie française2, ont décrit le mouvement maçonnique sous l’Empire. Pierre-François Pinaud a voulu cerner l’action de celui qui patronne l’institution dans Cambacérés, le premier surveillant de la franc-maçonnerie impériale3.

2Il se dégage de ces études un sentiment commun : celui que l’ensemble des mouvements maçonniques dans la période 1805 1815 est devenu une sorte d’association vouée à l’approbation de l’action du gouvernement et aux jouissances surtout mondaines et gastronomiques des banquets et que son Grand Maître, Cambacérés, archichancelier et deuxième personnage de l’Empire, est placé là comme en d’autres fonctions parce que l’Empereur a besoin de lui.

3Il semble que l’on puisse, à la lumière de documents retrouvés récemment, en particulier au Japon, porter une autre appréciation sur la réalité maçonnique de l’époque.

1. Que sont ces fonds découverts ?

4Brièvement, de quoi s’agit-il ? J’ai pu retrouver la quasi-totalité des 2 000 dossiers de Cambacérés que les Archives nationales n’avaient pas achetés en 1974, et qui ont été dispersés entre les Etats-Unis, la Hollande, et surtout le Japon, où une université en a acquis plus des deux tiers. Quatre-vingt-trois références, pouvant comporter chacune plusieurs éléments, ont trait à l’activité maçonnique de Cambacérés.

5Il s’agit de documents de travail que l’on peut classer comme suit :

  1. Les dossiers qui concernent la tentative de fusion des diverses obédiences autour du Grand Orient. Ce sont des rapports historiques sur les divers mouvements, des notes d’explication sur leurs rites, leurs grades. Ce sont aussi les textes eux-mêmes des projets de rapprochement et les échanges épistolaires qu’ils ont suscités avec les responsables de ces obédiences.
  2. Les rituels détaillés auxquels Cambacérés préside puisque porté successivement à la tête de toutes ces obédiences à partir de 1805, tels ceux du régime de la Franc-maçonnerie rectifiée ou le rite de réception au 33e degré, ou au Suprême Grand Conseil. Certains documents concernent d’ailleurs le Grand Chapitre du Grand et Sublime Ordre de Heredom, séant à Rouen. La cérémonie d’intronisation de Cambacérés à la tête de cet Ordre fait l’objet d’un compte-rendu détaillé, comme sa nomination à la tête du chapitre de la Toison d’Or à Montpellier, que signe le préfet Nogaret. On trouve des indications des phases de la cérémonie que Cambacérés va diriger ou les notes musicales de la batterie à lancer, des projets de discours de Cambacérés.
  3. Des documents administratifs. Ce sont des tableaux des officiers du Grand Orient, ou des autres obédiences et les minutes de lettres de Cambacérés indiquant précisément les candidats à nommer, des nouvelles des différents chapitres, des échanges sur des affaires particulières qui agitent la maçonnerie telle celle de la loge du Père de Famille d’Angers, des procès-verbaux de délibérations, enfin des correspondances avec des chapitres étrangers, en particulier en Italie. Les recours au Suprême conseil sont également évoqués avec l’envoi par Cambacérés de commissaires dans des affaires douteuses. Certains de ces documents sont en écriture maçonnique ou annotés ainsi.
  4. Enfin quelques documents, accords, brevets, exceptionnels à cause de leur présentation et des sceaux qu’ils comportent, et... la démission de Cambacérés en juin 1814.

6Quatre-vingt-trois dossiers donc sur une période allant de 1805 à 1814, évidemment peu de choses comparé à l’immense masse de documents émis par l’ensemble des loges durant la même période, mais ce sont ceux du Grand Maître de toutes les obédiences, permettant d’appréhender toutes les facettes : celles de l’organisation elle-même et les commentaires de chacun des composants sur l’organisation et sur ses participants.

7Que retient-on de cette masse nouvelle de sources pour l’Histoire et l’histoire de la maçonnerie ?

2. Des apports importants

8Ces documents éclairent les difficultés internes du mouvement maçonnique que la Révolution a fortement désorganisé en décapitant des loges et en brassant des populations ce qui ne permit pas facilement le transfert des savoirs, dans beaucoup de cas semble-t-il, oraux, et par voie de conséquence, le contrôle aisé des affirmations de ceux qui voulaient asseoir leur pouvoir précisément par leur connaissance. Il n’est qu’à lire un passage comme celui-ci, tiré d’un des rapports faits à Cambacérés, pour le comprendre : « Aussi pénétré de la nécessité de tenir au tronc de la maçonnerie et bien convaincu qu’il est plus facile de se créer corps souverain maçonnique en France que d’imaginer et créer la théorie d’une nouvelle maçonnerie, d’en fixer et régler la pratique, le Grand Orient vient de reconnaître la nécessité de s’écossiser, mais il n’a pas donné une haute idée de ses connaissances maçonniques, ni de la fiabilité de la science et encore moins de sa fermeté de caractère, par la maladresse avec laquelle il s’est laissé enlever sa puissance et sa suprématie par une foule de maçons soi-disant écossais qui l’ont induit en erreur, en donnant des qualifications qu’ils n’avaient pas, en offrant une réunion de tous les rites qu’ils ne connaissaient pas, et qui, tout en paraissant ne vouloir que partager les pouvoirs suprêmes, lui en ont enlevé la totalité au point de vouloir le tenir sous leur dépendance. Ceci exige quelques détails pour jeter un jour suffisant sur l’état actuel de la maçonnerie et pour indiquer quelques mesures à prendre pour lui rendre son éclat, sa forme et son utilité pour tous les bons maçons. Mais ce n’est qu’après la discussion du nouveau plan du Grand Orient qu’il sera possible de donner des réflexions sur son contenu. » La véritable crise que subit le Grand Orient, et de façon plus générale la maçonnerie, est la perte du savoir qui a permis l’éclosion de loges dans une anarchie théorique. Cambacérés y voit de suite le double risque : celui de la dispersion des maçons conduisant à l’anéantissement du mouvement, et celui, pour le gouvernement, de l’éclosion d’une nuée de sociétés secrètes que la rigueur rituelle ne retiendrait pas. Il va donc œuvrer pour ordonner et coordonner l’organisation, et renforcer son support théorique.

  • 4 Pierre-François Pinaud, op. cit., p. 91.

9Le premier apport des fonds japonais est la série d’études sur les obédiences. Dès 1805, pour mener à bien, dans le respect de chacun, cette opération, Cambacérés fait établir des historiques de chacune des obédiences, préciser les rituels, et demande aux responsables d’exprimer leurs revendications D’où cette série d’études qui nous renseignent aujourd’hui sur la réalité de ces organisations, leurs pratiques, leur implantation, ainsi celle du Rite Heredom à Rouen, que les historiens comme P. F. Pinaud, croyaient perdu. « Lors du célèbre Convent des Philalèthes de Paris, le frère Mathéus bardé de ses certitudes et de son bon droit fut présent pour la première fois afin de donner quelques explications sur l’origine du Rite Heredom de Kilwinning lors de la séance du vendredi 8 juin 1789. Il déclara qu’il ne pouvait dévoiler des origines aussi anciennes au premier frère venu. Mais qu’il ne manquerait pas de faire parvenir une notice sur l’origine de son Rite. Las le Convent et les historiens attendent toujours la réponse. »4 La réponse est là : Cambacérés n’était pas le premier frère venu et la notice est dans ses papiers !

  • 5 Cité par P. Vialles, Etudes historiques sur la Cour des comptes, aydes et finances de Montpellier (...)
  • 6 J. Bourdon, La magistrature sous le Consulat et l’Empire, Rodez, 1942.

10Cambacérés avait-il la compétence pour mener à bien cette opération ? Oui c’est un maçon confirmé et expérimenté, contrairement à l’image habituellement véhiculée d’un maçon mondain. Et ceci constitue le deuxième apport des fonds japonais qui viennent confirmer ce que d’autres archives laissaient déjà supposer. En effet, une lettre de Cambacérés en 1772, au moment des troubles dans la maçonnerie qui amèneront la création du Grand Orient, prouve qu’à 19 ans il appartenait à une loge de rite écossais à Montpellier et qu’il s’intéresse vivement au devenir de l’Ordre5. Il rejoint une loge affiliée au Grand Orient, entité fédératrice en cours de création, pour échapper à l’influence de l’illuminisme allemand. Cette loge est présidée par son cousin d’Aigrefeuille, chevalier de Malte, qui fonde par ailleurs l’Académie des Vrais Maçons, selon le Rite Ecossais Philosophique, qui deviendra le chapitre de la Toison d’Or. Par ailleurs Cambacérès cousine avec Chef de bien d’Armissan, fondateur à Narbonne du rite primitif dit des Philadelphes. Ceci explique la connaissance que Cambacérés a des différentes obédiences, et l’attitude ouverte qu’il adoptera. On doit d’ailleurs souligner que l’appartenance de Cambacérés à la franc-maçonnerie et l’intérêt qu’il y portait étaient de notoriété publique, et la lecture des lettres de candidatures aux postes de la magistrature nouvelle au début du Consulat, sur laquelle chacun savait que Cambacérés avait la haute main, est révélatrice : les signatures s’accompagnent souvent des signes de reconnaissance maçonnique6.

11L’analyse des rituels et des notions de grades est certes le troisième apport des fonds japonais. Il est évident que seul un maçon expérimenté comme Cambacérés pouvait en faire son profit. On retrouve aussi dans sa bibliothèque, même si la liste donnée en annexe venant d’une vente relativement récente, est très incomplète, une confirmation de son intérêt. Pour le profane ces documents retrouvés au Japon, citant les titres de Chevalier du Soleil, du Serpent d’Airain ou de la Cité Sainte, ou le Souverain prince du Royal Secret sont étranges. Mais les titulaires sont Lacépède, savant mathématicien Grand Chancelier de la Légion d’Honneur, François de Neufchâteau, président du Sénat, Muraire président de la Cour de Cassation, la quasi-totalité des présidents de Cour d’Appel, quelques régents de la Banque de France, etc.

12L’action de la franc-maçonnerie impériale apparaît clairement dans ces sources nouvelles. Deux axes particuliers lui ont désormais été indiqués par le Grand Maître.

  • 7 Carnbacérés, qui avait défendu des communautés juives sous le Directoire, entretenait des liens ét (...)

13Il engage les loges dans une œuvre humanitaire, comme en témoigne une longue note : « La maçonnerie en France est peu bienfaisante ; elle a une tendance vers le luxe des fêtes et des banquets, mais ses temples ne sont plus un asile où le malheur non mérité puisse trouver des secours [...] Le Grand Orient est trop parcimonieux dans la distribution de ses bienfaits. Il devrait consacrer des institutions hospitalières par des établissements capables d’honorer la vieillesse indigente et former les orphelins à la pratique des vertus qui élèvent l’âme, à celle des arts et matières qui apprennent à se préparer des réponses contre l’infortune. » Doit-on mettre sous le même registre les interventions constantes sous l’impulsion du Grand Maître, en faveur des juifs ?7 Cette direction humanitaire donnée à la maçonnerie est mal connue et mériterait d’être étudiée.

14L’autre direction indiquée est évidemment l’ouverture à l’étranger, ce qui a été divulgué par les compte rendus des réceptions célèbres comme celle de Ashkeri Khan, mais doit être analysé peut-être différemment à partir des documents retrouvés. Cambacérés l’exprime dans l’article premier de son projet : « L’universalité des maçons à quelque rite qu’ils appartiennent, réunis en ateliers régulièrement constitués, composent l’Ordre maçonnique » qui définit sa vision d’une organisation qui ne s’intéresse qu’aux valeurs fondamentales, et donc pas aux frontières et aux nationalités - ce qui dans un pays en guerre montre l’originalité maçonnique - et il précise dans un autre document : « Les maçons jouiront d’une unité de régime propre à [...] entretenir l’harmonie avec les Orients étrangers et à propager les lumières dans les lieux où aucun Orient n’aurait ouvert les travaux de la sagesse. » Il est d’autant plus désireux d’aboutir à un mouvement cohérent que la maçonnerie est à l’évidence une aide à l’intégration dans le Grand Empire. Très rapidement il établit des liens avec les organisations étrangères, dont témoigne un échange de lettres entre Cambacérés et Mascati, du Grand Orient italien, instaurant une correspondance entre les institutions de chaque pays et conférant à Cambacérés le droit d’inspecter les loges italiennes comme il le fait en France. Très significatif aussi est ce procès-verbal qui nous apprend l’initiation de Caulaincourt dans la loge de la Grande Maçonnerie qui siégeait dans le palais de Carnbacérés, an début de 1813, juste avant qu’il ne prenne en charge des missions diplomatiques. Cette initiation de Caulaincourt à elle seule montre que l’appartenance à la maçonnerie n’était pas un vain mot en Europe, ce qui combat l’idée trop répandue d’une simple association mondaine, car en 1813, le temps des mondanités avait disparu dans les neiges russes.

15Contrairement à l’idée reçue, Cambacérés conserve la Franc-maçonnerie dans ses valeurs. Il limite son engagement politique à leur respect. Ainsi deux exemples sont significatifs. Le choix des officiers, que les minutes de lettres de Cambacérés nous révèlent, est fait dans la droite ligne du système de fusion, la volonté consulaire de combler les fractures révolutionnaires. Ligne du gouvernement certes mais aussi incontestablement ligne maçonnique. La maçonnerie s’inscrit alors dans le système napoléonien. Mais à la fin de l’Empire, lorsque dans les loges apparaissent des discussions révélant des critiques sur le retour du régime à des formes absolutistes, et que quelques bons esprits dénoncent à Cambacérés ces voix divergeantes de la droite ligne gouvernementale, le Grand Maître n’hésite pas à diluer l’affaire. Aucune sanction. Et si à la Saint-Jean d’Hiver de 1812 il obtient de ses frères maçons le financement d’un bon nombre de cavaliers pour permettre à l’Empereur, de retour de la catastrophique aventure russe, de défendre les frontières de la France, à la Saint-Jean d’Hiver de 1813, il ne demandera rien : l’Empereur a renvoyé le Corps Législatif. Les maçons, derrière leur Grand Maître, - qui sera cependant loyal jusqu’au bout envers l’homme Napoléon-, ne cautionneront pas le retour à l’Ancien Régime, et resteront fidèles aux principes qu’ils professent.

16En conclusion, ce fonds d’archives maçonniques de Cambacérés conservé aujourd’hui au Japon apporte bien des éléments nouveaux sur cette période de l’histoire maçonnique. Ils permettent de comprendre la forme d’anarchie dans laquelle la Franc-maçonnerie risquait de se perdre au lendemain de la Révolution, et l’action vigoureuse qui permit de lui rendre sa cohérence. Certes, la Franc-maçonnerie aida le gouvernement impérial, et le meilleur exemple en est peut-être la diffusion du Code Civil dans l’Europe impériale grâce aux discussions en loge. Mais elle l’aida tant que l’Empereur maintint ses valeurs. Pourtant l’histoire maçonnique portera un jugement très défavorable sur l’activité de l’Ordre durant cette époque et accusera son Grand Maître de l’avoir dévoyée.

17Les difficultés qui surgirent sous la Restauration - et qui suscitèrent ces critiques envers la période précédente - ne furent-elles pas dues en réalité à la prééminence donnée par Cambacérés au Grand Orient, obédience de Philippe Egalité, vomi par les frères de Louis XVI ? à l’implication du personnel impérial dans la franc-maçonnerie, alors qu’ils étaient chassés de la fonction publique ? à la maîtrise de Decazes, cible des légitimistes après l’assassinat du duc de Berry ? et, plus largement, au fait que la maçonnerie impériale avait été dirigée par des hommes, Cambacérés le premier, qui s’étaient montrés fervents protecteurs du clergé constitutionnel et ardents défenseurs d’une religion sous tutelle de l’Etat, alors même que le retour des Bourbons s’était opéré à la faveur d’organisations dévouées au pape, et ce faisant à la notion de monarque élu de Dieu et non des hommes ?

18En fait, on transféra sur l’Ordre, les débats politiques qui agitaient la France.

Notes

1 François Collaveri, La Franc-maçonnerie des Bonaparte, Paris, Edimaf, 1982.

2 Pierre Chevallier, Histoire de la Franc maçonnerie française, Paris, Fayard, 1974, 3 vol.

3 Pierre-François Pinaud, Cambacérès, le premier surveillant de la franc-maçonnerie impériale, Paris, Edimaf, « L’Encyclopédie maçonnique », 1998.

4 Pierre-François Pinaud, op. cit., p. 91.

5 Cité par P. Vialles, Etudes historiques sur la Cour des comptes, aydes et finances de Montpellier d’après ses archives privées, Montpellier, 1921, p. 302.

6 J. Bourdon, La magistrature sous le Consulat et l’Empire, Rodez, 1942.

7 Carnbacérés, qui avait défendu des communautés juives sous le Directoire, entretenait des liens étroits avec Abraham Furtado, qui obtint la présidence de l’assemblée réunie par Napoléon en 1806 pour discuter du statut des juifs. Le Grand Maître dut intervenir à plusieurs reprises pour rappeler à des loges qui refusaient leur entrée à des juifs, qu’il suffit d’être né libre et d’être de bonnes mœurs pour devenir Frère (Circulaire du 9 août 1811).

Auteur

Docteur en histoire

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540