Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Franc-maçonnerie et histoire : bilan et perspectives

 | 
Éric Saunier
, 
Christine Gaudin

Les sources de l'histoire maçonnique

Un nouveau massif de sources : les archives du KGB

Charles Porset

Texte intégral

1La recherche, en maçonnologie, transite bien souvent par l’exploitation de fonds d’archives ; ceux-ci ne manquent pas, et pour le domaine français, tout le monde connaît ou a fréquenté le riche fonds du Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque Nationale de France, où le Grand Orient qui avait été spolié de ses archives en novembre 1940, y a maintenu après la guerre l’ensemble des pièces qu’il avait conservé jusque-là en son Hôtel de la rue Cadet.

2On n’imaginait pas il y a peu qu’un fonds d’une importance sensiblement équivalente ait pu exister ailleurs ; or voici que, à la suite de l’effondrement du mur de Berlin et à la normalisation des relations de la Russie avec ses partenaires occidentaux, l’on a découvert l’existence à Moscou d’archives maçonniques dont la richesse est proprement stupéfiante puisqu’il rassemble rien moins que 27 000 dossiers couvrant l’histoire de l’Ordre des origines à 1940.

3Comment ces dossiers ont-ils achevé leur course à Moscou ? Tout simplement parce qu’après la défaite du Reich, les Soviétiques se sont emparés des archives prélevées par les nazis dans les temples maçonniques, et, après avoir transité par la République Démocratique Allemande, le KGB les a stockés à la périphérie de Moscou où j’ai pu les consulter. Cette prise de contrôle par le KGB n’est pas indifférente, et paraît indiquer que l’intention des Soviétiques - comme ça avait été celle des Allemands auparavant-, était de les exploiter à des fins politico-policières en identifiant les francs-maçons. Si Pétain avait écarté les francs-maçons de la vie publique, en demandant à tous ses fonctionnaires de déclarer sur l’honneur n’avoir jamais appartenu à une Obédience, puis en publiant au Journal Officiel de longues listes de Frères (15 000 noms), et, finalement en confectionnant un important fichier établi à partir des tableaux de loges où le cursus de chaque Frère était retracé - fichier aujourd’hui conservé rue Cadet sous le nom de « Fichier Allemand » -, l’intention des Soviétiques, après la victoire, était de nature différente. Certes, les services spéciaux soviétiques entendaient toujours savoir qui était qui, mais la présence dans ces mêmes archives de très nombreux documents concernant le mouvement ouvrier, les formations anarchistes, les partis politiques, devaient leur permettre de croiser les informations, et de savoir quels étaient les liens que certains membres des « partis frères » ou du mouvement syndical européen entretenaient ou avaient entretenu avec la franc-maçonnerie. On sait que le Parti communiste français avait jugé incompatible la double appartenance, et que, sommés par le rapport du IVe Congrès de l’Internationale communiste de choisir entre le parti ou la loge, Frossard, Morizet, Pevet, Antonio Coen quitteront le parti - quand d’autres s’y maintiendront, mais quitteront la maçonnerie.

4L’intérêt des archives de Moscou est double : d’une part, par leur masse (27 000 dossiers, dont 17 000 concernent le Grand Orient), les documents conservés et soigneusement classés représentent une source historiographique de premier ordre ; d’autre part, et c’est ce qui intéressera au premier chef le chercheur, c’est qu’on a affaire à des documents qui n’ont jamais été exploités. Les travaux relatifs à l’histoire de la maçonnerie sont de deux types : ou monographiques (sur une loge, un Orient, une région), ou généraux. Les monographies, fort nombreuses, ont été en général rédigées par des Frères, ou des érudits locaux, écrivant en général des textes ad usum delphini, ou, lorsqu’on a affaire à des anti-maçons, cherchant à dénigrer l’Ordre, en pointant l’attention du lecteur sur des noms de Frères qu’on identifie et, du même coup, dénonce. Ces listes, jamais inutiles certes, sont cependant d’un intérêt assez limité, sauf à être contextualisées, ce qui est rarement le cas. Pour être exploitables, il serait nécessaire qu’elles fussent exhaustives et rigoureusement traitées. C’est ce qu’a fait Le Bihan pour les Francs-maçons parisiens du Grand Orient de France de la fin du dix-huitième siècle - et chaque chercheur sait ce qu’il lui doit. Il existe à la BNF un fichier manuel établi par Jean Bossu qui a dépouillé un nombre considérable de Tableaux de Loges et de publications qui rassemble 150 000 noms de Frères de 1750 à 1850 (l’ouvrage de Le Bihan a été intégré) ; mais ces fiches manuelles sont, pour d’évidentes raisons, inconsultables. Cependant un traitement informatique est à l’étude, et l’on peut espérer qu’il en résultera à terme un CD-Rom qui permettra enfin, à partir de très larges bases, des recherches croisées. - Mais, je reviens aux deux types d’ouvrages évoqués plus haut. Les ouvrages généraux, je pense à ceux de Lantoine, de Gaston Martin, de Félix Marcy, ou, plus près de nous, d’André Bouton, du regretté Pierre Chevallier, se construisent en général sur deux types d’informations : les sources imprimées d’une part, et la plupart du temps sur les archives centrales conservées maintenant à la Nationale ; rarement sur les archives que les loges conservaient jalousement dans leurs Temples ou que les Vénérables successifs s’étaient appropriés, et qu’on retrouve maintenant au hasard d’une vente. Or, ce qu’il est important de souligner, c’est que ces archives centrales rassemblent pour l’essentiel des correspondances administratives (Tableaux, procès maçonniques, circulaires,...), et assez rarement des documents témoignant du vécu de la loge et du travail qui y était mené. Certes, on trouve des rituels et, parfois des morceaux d’architecture qu’un maçon zélé a cru devoir transmettre au Grand Orient ; mais les Livres d’architecture, propriété de la Loge, demeurent assez peu nombreux, sauf peut-être pour certaines Loges parisiennes.

5Or voilà ce que nous offrent les archives de Moscou ; elles nous offrent le complément obligé des archives centrales ; c’est en cela qu’elles sont essentielles, elles n’ont jamais été exploitées pour la raison que la maçonnologie est une jeune discipline historique, et que les monographies locales, quand elles existent, sont plus généralement édifiantes que rigoureuses. Pour pointer votre attention sur l’intérêt exceptionnel de ces fonds, je m’attacherai à deux exemples, concernant le dix-huitième siècle, qui est la période que je connais le moins mal. Mais je ne doute pas qu’on puisse extrapoler et, mutatis mutandis, les retrouver aux dix-neuvième et vingtième siècles.

6J’ai travaillé il y a quelques années sur les Philalèthes et les Convents de Paris. Leur étude avait jusque-là été négligée, et, malgré les travaux déjà anciens de Le Forestier, on en était resté à l’idée que les Philalèthes étaient des occultistes attardés plutôt crédules. L’on disposait pourtant des Actes de ces Convents qui avait réuni les lumières maçonniques de l’Europe en 1784 et 1787, autour de Savalette de Langes, garde du Trésor royal, et membre influent du Grand Orient de France ; ils avaient été publiés, à partir d’une copie manuscrite, conservée dans une Loge de Fécamp, mais aujourd’hui disparue. Un chercheur allemand, Hermann Schüttler, avait signalé, que deux copies en étaient conservées, l’une à La Haye, dans le fonds Kloss, et l’autre dans les archives de la Grande Loge Nationale du Danemark à Copenhague. Renseignements pris, il n’en était rien, si bien que pour établir mon texte j’ai dû me contenter des Actes tels que les avait publiés Caubet dans le Monde maçonnique, en les comparant avec des extraits qu’avait donné Claude-Antoine Thory dans ses Acta Latomorum. Pareillement, les nombreux mémoires répondant aux Proponenda du Convent, eux aussi avaient disparu ainsi que des petits textes, recopiés au dix-neuvième siècle par Kloss, dont aucune bibliothèque ne conservait la trace.

7Or, qu’elle n’a pas été ma surprise quand, rendu à Moscou dans cette banlieue froide et lointaine où sont conservées les archives, je découvris un recueil factice, petit in-folio, monté au dix-neuvième siècle, rassemblant, non seulement des pièces connues, mais aussi tel petit texte imprimé naguère signalé par Kloss - dont c’est peut-être l’unique exemplaire - et, surtout de nombreux manuscrits relatifs au Convent, dont une partie des Actes, les réponses de Le Normand, Savalette de Langes, Daubermesnil, et de Beyerlé - mais on en connaissait déjà un exemplaire conservé à Zurich dans les Archives de la Loge Modestia cum libertate. Fort heureusement, si je puis dire, ces documents ne bouleversent pas la thèse générale de mon ouvrage et l’interprétation que je propose de ce Convent qui marque la prise de contrôle des hauts grades maçonniques par le Grand Orient, mais ils la complètent, et le chantier que je croyais avoir bouclé demeure ouvert.

8Autre exemple : j’ai travaillé, il y a une dizaine d’années sur la loge des Neuf Sœurs qui, vous le savez, accueillit Voltaire. Mon objet était de rééditer l’ouvrage classique de Louis Amiable et de procéder à un aggiornamento. En avançant dans mon commentaire, je m’apercevais qu’Amiable avait travaillé sur des documents qui avaient maintenant disparu. En particulier, comme le titre distinctif de la Loge avait été discuté par le Grand Orient choqué par cette référence païenne, les Frères avaient écrit un plaidoyer pour justifier leur allégeance aux neuf Muses. Or ce texte, avec d’autres pièces sur la Loge, se trouve à Moscou !

9Un dernier exemple : dans la liste des documents relatifs au dix-huitième siècle conservés à Moscou liste imparfaite et qui n’est pas exempte d’erreurs - que j’ai donnée dans Humanisme (« 27 000 dossiers gelés à Moscou », mars 1997, no 232-233, p. 157-163), puis dans mon Hiram Sans-Culotte ? (Paris, 1998, p. 16-23) - liste qui servira aux négociations ultérieures avec les Russes-, on remarquera que les archives émanant des loges bordelaises sont sur représentées : des dizaines et des dizaines de dossiers - chaque dossier pouvant dépasser les trois cents folios.

10- Une anecdote : quand j’avais travaillé, voilà plus de quinze ans, sur la maçonnerie bordelaise sous la Troisième république, j’avais, toujours en quête de documents, pris langue avec de vieux maçons qui avaient vécu les sombres moments de l’Occupation. Relativement aux archives des Loges on m’avait expliqué que fort heureusement, pour les soustraire à l’inquisition nazie, des Frères bien avisés les avaient cachée dans une fosse du cimetière de la Chartreuse, mais que malheureusement, lesdits Frères ne savaient plus dans laquelle ! Je crois que les morts peuvent dormir tranquilles, et que les archives ont très tôt été soustraites à la critique perforante des vers puisque massivement on les retrouve à Moscou !

11Donc des milliers de pages sur les premières loges de Bordeaux qui jusque-là étaient inconnues des historiens-je pense à Johel Coutura, mais aussi à Alain Bernheim et Claude Guérillot -, sont maintenant disponibles. Si j’y insiste, c’est qu’à mes yeux elles n’ont pas seulement une valeur locale, mais parce que Bordeaux ayant joué un rôle moteur dans la constitution de l’écossisme - on pense à la Patente Morin et aux Documents Sharp (eux aussi émanant de Bordeaux) publiés par la revue Latomia - il ne serait pas surprenant que leur lecture attentive, critique, permette de mieux comprendre le passage du Rite de Perfection au Rite Écossais qui déferlera sur l’Europe depuis Charleston. C’est dire que nous avons à faire à une mine, qui sera pour les « maçonnologues », le chantier du siècle à venir.

12Venons-en, avant de conclure, à des propos plus prosaïques. Les archives sont conservées à Moscou depuis 1945. Après la chute du mur de Berlin, un accord de restitution est signé entre la France et la Russie, le 12 novembre 1992. La recherche des héritiers de ces archives privées est engagée auprès de 132 personnes physiques et morales. Des restitutions ont lieu (archives industrielles, archives Marc Bloch, Archives du mouvement ouvrier), mais le transfert est interrompu, en juin 1994, par décision unilatérale des Russes. L’explication officieuse avancée est que peu de temps avant, un camion transportant des documents et son chauffeur, auraient disparus en Europe occidentale - le chauffeur ayant profité de l’occasion pour demande l’asile politique. Vraie ou fausse, cette information provoque l’intervention d’un député de la Douma, qui conduit à classer les archives restantes - dont le fonds maçonnique - comme patrimoine national. Cela a pour effet de geler les négociations.

13Le 16 novembre 1994, Gilbert Abergel, Grand Maître du Grand Orient de France, intervient auprès du quai d’Orsay, mais tout paraît bloqué. Une lettre est adressée le 21 mai 1996 à l’Ambassade de Russie à Paris ; elle provoque une réponse diplomatique de M. Alexei Doulian, Conseiller. Le 11 septembre 1996, Jacques Lafouge, Grand Maître, rencontre le Président Chirac et attire son attention sur les archives en demandant leur restitution : « Le président pense qu’il s’agit d’une affaire politique et nous demande de lui transmettre le dossier que nous avions déjà adressé au Ministère des affaires étrangères ». Ce qui est fait le 19 septembre — à l’attention de M. François Renouard, Ministre plénipotentiaire, Directeur des Archives et de la Documentation. Une lettre est également adressée, le 15 octobre de la même année, au Directeur de Cabinet de Jacques Chirac. Dans sa réponse, il confirme l’existence de trente ( ?) cartons concernant la maçonnerie de 1723 à 1940, et d’un inventaire de quatre cent dix sept pages, rédigé en Russe, qui a été remis aux négociateurs français. Il ajoute que la Douma n’a pas voté de loi sur les biens culturels, ce qui bloque toujours l’affaire. Le Grand Maître Lafouge remercie le directeur de Cabinet le 23 décembre 1996. Enfin, le nouveau Grand Maître Philippe Guglielmi, attire à nouveau l’attention du Président de la République le 25 novembre 1997. Il faut attendre le dégel qui suit le départ de Boris Eltsine, pour qu’en échange de contreparties économiques, le Président Vladimir Poutine accepte, à la demande du ministre Hubert Védrine, la restitution du fonds qui, à quelques dossiers près, a été remis au Grand Orient et, pour une part, à la Grande Loge de France. Un grand pas a donc été franchi. Il reste cependant une zone d’ombre : notre connaissance des documents saisis par les Nazis, puis conservés à Moscou, se fonde essentiellement sur les informations que les Russes ont bien voulu nous transmettre ; sont-elles complètes ? De plus, on ne nous dit rien des bibliothèques maçonniques conservées dans les Loges, ni des décors, des bijoux, du mobilier, des peintures, etc. saisis dans le même temps. Tout cela a aussi disparu. Le dossier n’est donc pas fermé. Affaire à suivre...

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540