Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Franc-maçonnerie et histoire : bilan et perspectives

 | 
Éric Saunier
, 
Christine Gaudin

Les sources de l'histoire maçonnique

La fréquentation des fonds maçonniques de la BNF : bilan et perspectives

Dominique Morillon

Texte intégral

1C’est en tant que bibliothécaire-archiviste, maintenant honoraire depuis le 1er septembre, du fonds maçonnique des Manuscrits, que Christine Gaudin et Eric Saunier m’ont demandé de vous parler de la fréquentation des fonds maçonniques de la Bibliothèque nationale de France : son bilan, ses perspectives.

2A la lecture du programme de ces deux journées où d’éminents spécialistes vont aborder la méthodologie et l’évolution de la recherche maçonnique, je me contenterai d’exposer devant vous - tous lecteurs de la BNF ou presque - comment, au fur et à mesure des accroissements de ce fonds qui représente près d’un kilomètre linéaire à ce jour, j’ai pu percevoir l’évolution de son lectorat que j’ai côtoyé pendant plus de trente ans.

3Ce sont les dons, les acquisitions ou les legs qui ont modifié la fréquentation des fonds. Ne pouvant citer tous les chercheurs qui ont travaillé à la Bibliothèque, je m’en tiendrai aux pionniers ou aux personnages particulièrement marquants.

4Quand, en 1944, la maçonnerie entre dans le patrimoine national, aux spécialistes maçons s’ajoutent des historiens non-maçons tels Pierre Chevallier ou Alain Le Bihan puis des universitaires avec le don de la collection Baylot et l’acquisition de fonds antimaçonniques comme ceux de l’abbé de Bessonies, l’abbé Joseph ou Mgr Jouin, et enfin le fichier Bossu qui a agrandi définitivement le cercle des chercheurs jusqu’aux généalogistes.

1. Historique du fonds maçonnique des Manuscrits

  • 1 Il s’agit d’Arthur Groussier, président du Conseil de l’Ordre du GODF, de René Raymond, Grand Comma (...)
  • 2 Florence de Lussy, « 1600 caisses d’archives : vicissitudes des archives maçonniques françaises sou (...)

5Effectivement, c’est en 1944, considérant l’état de faiblesse de leurs obédiences après cinq années de persécution, que les dignitaires1 du Grand Orient de France (pour toutes leurs archives antérieures à 1875) et de la Grande Loge de France (pour les archives centrales du Suprême Conseil de France) décident d’en faire don à la Bibliothèque Nationale.2

6L’accord signé le 14 septembre 1944 précisait que ces documents pourront être consultés :

  1. par les membres des obédiences maçonniques dûment accrédités auxquels le Secrétariat de la BN délivrera une carte de lecteur sans condition de titres ;

  2. par les lecteurs admis après avis des donateurs sans que cette autorisation puisse revêtir un caractère permanent.

7Cette ouverture était donc double : les maçons entraient par la grande porte du Cabinet des Manuscrits à la BN et les profanes pouvaient accéder à des archives considérées jusque-là comme privées donc réservées à l’Institution et à ses membres.

  • 3 Roger Priouret, La Franc Maçonnerie sous les lys, Paris, Grasset, 1959.
  • 4 Douglas Knoop et G. P. Jones, The Genesis of freemasonry, Manchester, Manchester University Press, (...)

8Lecteurs de la première heure, dès 1954, Roger Priouret3 et Paul Leuilliot reprennent dans leurs ouvrages la préface de Knoop et Jones4 comme quoi « l’histoire de la franc-maçonnerie est une branche de l’histoire sociale ».

  • 5 Paul Leulliot, « Bourgeoisie d’Alsace et franc-maçonnerie aux XVIIIe et XIXe siècles, le recrutemen (...)

9Paul Leuilliot ajoute dans la préface de son étude sur le milieu alsacien5 :

10« Depuis que les documents maçonniques [...] sont accessibles [...] nous pouvons espérer qu’une érudition objective aboutisse un jour à des résultats scientifiquement valables ».

11Paul Leuilliot, directeur à la VIe Section de l’Ecole pratique des Hautes Etudes, dirige les travaux d’un jeune étudiant : Alain Le Bihan qui, en 1952, entreprend un diplôme d’Etat sur la franc-maçonnerie : Les Loges de Paris du Grand Orient de France au XVIIIe siècle.

12Il commence un dépouillement systématique et méticuleux, pièce à pièce, des archives maçonniques. Ce travail l’entraîne bien vite au-delà du sujet de sa thèse.

13Il compulse tous les dossiers de loges (série FM2) mais aussi la série des archives d’administration centrale (série FM 1) où il puise des indications distillées dans les procès-verbaux des assemblées (Collection Chapelle pour l’ancienne Grande Loge de France ou les tenues des Chambres d’Administration, Symbolique, de Province, de Paris pour le Grand Orient de France).

  • 6 Alain Le Bihan, Francs-maçons parisiens du Grand Orient de France (fin du XVIIIe siècle, Commission (...)

14Ses ouvrages fondamentaux6 sont, en quelque sorte, les « index et répertoires » de ses recherches et il avoue volontiers qu’au-delà de ses trois ouvrages publiés, il en a autant - si ce n’est plus - en préparation !

15Dans un même temps, Pierre Chevallier entreprend une thèse de doctorat sur les ordres monastiques en France dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

  • 7 Pierre Chevallier, De l’histoire des ordres monastiques à l’histoire de l’ordre maçonnique ou le Pa (...)

16Au bout de quelques années de recherche, il rencontre sur son chemin l’Ordre maçonnique. Rétrospectivement, il avoue que le « fait était pourtant inévitable si l’on prend en compte la large diffusion de l’Art Royal dans l’Europe éclairée de ce temps. Mais ce ne fut que peu à peu, à l’occasion de la découverte de quelques textes que le cheminement d’une nouvelle démarche dans le labyrinthe de l’histoire maçonnique commença et prit corps ».7

17En 1964, paraissent donc Les Ducs sous l’acacia, complétés par un article des Annales de l’Est paru en 1966 sous le titre Nouvelles recherches sur les francs-maçons parisiens et lorrains.

  • 8 Le prix est obtenu pour les deux tomes de Loménie de Brienne et l’ordre monastique parus en 1959-60

18Pierre Chevallier pense qu’il aurait pu reprendre le chemin des cloîtres mais le 22 mai 1967, Pierre Gaxotte, académicien, qui lui avait obtenu un prix8, lui envoie le petit mot suivant :

19« Cher ami,

20Voici une très sérieuse proposition. Feriez-vous pour Fayard, dans la collection des Grandes Etudes historiques, une Histoire de la Franc-maçonnerie ? Nos contrats sont honnêtes. Personne ne connaît le sujet mieux que vous. Dites-moi ce que vous en pensez. Je retourne à Amboise demain, mais mon courrier suit.

21Toutes mes amitiés ». Pierre Gaxotte

22Une correspondance animée va s’échanger entre les deux hommes pendant les sept années qu’il faudra à Pierre Chevallier pour rédiger les trois volumes de son Histoire de la Franc-Maçonnerie française.

23Ainsi le 6 juillet 1970, P. Gaxotte écrit à Pierre Chevallier : « Augustin Cochin ne disait pas que la Franc-maçonnerie avait voulu et préparé la Révolution. Il dit même plusieurs fois qu’il n’y avait pas de complot, ni de sentiment anti-monarchiste. Ce qu’il démontre et, me semble-t-il de façon irréfutable, c’est qu’il s’est formé en France, dans la seconde moitié du siècle surtout, en face du pouvoir légal, un nouveau pouvoir, un pouvoir d’opinion ou plus exactement un pouvoir qui, pratiquement, se donnait pour but d’agir sur l’opinion, de la manipuler et de se présenter lui-même comme étant l’opinion. Il a donc parfaitement raison de ne pas se limiter aux loges, mais d’associer tout ce qui était assemblées parlantes, écrivantes, délibérantes, sociétés diverses, mais formant en marge de la monarchie, une classe d’hommes dressés à la propagande, aux débats, au maniement des électeurs et des assemblées...

24Il me semble impossible de ne pas signaler fortement cet aspect des choses : le jeu des surenchères et des épurations faisant ensuite le reste. Si vous taisez cela, la maçonnerie n’apparaît plus que comme un divertissement sans conséquence et le lecteur se demandera : pourquoi de gros livres sur un rien ?

25Soyez assez bon pour réfléchir à cela... »

26Le 28 août 1970, après quelques réflexions, P. Chevallier répondait :

27« Alors, comme vous l’écrivez, dans une formule topique : un gros livre sur rien. Je me suis posé la question, je l’avoue. Mais je pense que pour mieux juger et décider, il faut avoir une vue d’ensemble. Quel est l’intérêt d’une histoire de la maçonnerie en France ? Au XVIIIe siècle, elle a fait triompher dans les faits le droit d’association et elle a été une école de formation de l’opinion publique (mais pas la seule)... Voilà, mon cher Maître, les quelques réflexions que m’a suggérées votre lettre dont j’ai apprécié l’acuité critique et dont je vous remercie... »

28La discussion s’arrêtera le 16 mars 1973, quand Pierre Gaxotte écrira :

29« Cher Monsieur,

30On va déposer chez vous au début de la semaine prochaine les quatre dossiers. Le livre sera formé par les trois premiers... Dès que vous aurez revu le manuscrit et arrangé la typographie, soyez assez bon pour le faire déposer chez Fayard...

31...Soyez assez bon pour excuser mes observations de lecteur, mais il serait fâcheux d’introduire dans la collection des Grandes Etudes un volume important que la critique résumerait ainsi : « La maçonnerie, ce n’est rien. Elle n’a rien fait », alors qu’elle a contribué à former un type d’homme.

32Mille amitiés. »

33Pierre Gaxotte finira par publier lui-même une édition universitaire intitulée La Révolution française en rendant hommage à Pierre Chevallier, reconnaissant qu’il « a accompli un travail gigantesque, en totale indépendance [...] en homme qui domine son sujet et qu’aucun préjugé n’effleure... ».

34La copie de ces lettres m’a été confiée par Pierre Chevallier en 1990. Je les ai déposées avec ses manuscrits autographes qui sont conservés avec les autres auteurs dans la série FM6 du fonds maçonnique, en cours de classement.

  • 9 Christine Naslin, « Sociabilités musicales et sociabilités maçonniques au XIXe siècle », Thèse de D (...)

35Christine Gaudin connaît bien cette série qui lui avait fourni quelques partitions musicales instrumentales pour sa thèse9.

36Ce sont ces premiers regards profanes jetés sur des archives réservées jusque-là aux membres de l’Institution qui vont transformer la recherche maçonnique. Par complémentarité on va voir éclater des travaux à l’érudition croissante : "L’érudition finit parfois par devenir quelque chose d’irritant, mais comment ne pas se soumettre aux exigences qu’elle entraîne " (lettre de P. Chevallier, 13 novembre 1997).

  • 10 Pierre-Yves Beaurepaire, L’autre et le Frère. L’étranger et la franc-maçonnerie au XVIIIe siècle, P (...)

37Ce n’est pas Pierre-Yves Beaurepaire qui le contredira, lui qui a conduit cette érudition au grand jour, au vu et au su du monde profane en recevant le prix Le Monde pour sa thèse L’Autre et le frère10... et qui va nous parler tout à l’heure de cette évolution beaucoup mieux que je ne pourrais le faire.

38Cette mutation de lectorat ne se démentira jamais, accentuée par les entrées successives qui vont modifier notablement et définitivement les « usagers » de la Bibliothèque nationale.

  • 11 L’ordonnance du 28 décembre 1537 enjoint aux éditeurs de déposer à la librairie du château de Blois (...)

39Le don de 1944 avait été éclaté entre les différents départements de la BN : revues aux Périodiques, brochures aux Imprimés où elles allèrent rejoindre celles qui étaient rentrées par dépôt légal11 et où elles étaient conservées sous une cote globale dans la section « Religion ». On trouvait donc les statuts de la Société immobilière du Grand Orient de France à côté de la vie de Sainte Thérèse et autres textes de littérature religieuse populaire. Depuis, ces brochures ont été transférées dans le fonds maçonnique, répertoriées une à une dans BN-Opale (Catalogue général informatisé des Imprimés).

  • 12 Johel Coutura publiera de nombreux ouvrages sur la Franc-Maçonnerie en Aquitaine, des éditions de t (...)

40De nombreuses médailles furent données au Département des Monnaies, médailles et antiques. Certaines furent exposées par Johel Coutura12, à Bordeaux, en 1994.

  • 13 Daniel Ligou « Une source importante de l’histoire du XVIIIe siècle : le fonds maçonnique de la Bib (...)

41Les manuscrits furent confiés à Roger Lecotté qui géra le fonds13, en distribuant selon les compétences les sujets à traiter. A sa retraite, en 1965, Madame de Lussy prend la direction du fonds maçonnique et commence un inventaire et une cotation suivant les sections définies par Roger Lecotté par type de documents : correspondance, diplômes, rituels, etc. Un catalogue sur fiches installé dans la salle de lecture va être mis à jour en permanence mais volontairement non consultable à distance puisque soumis à autorisation.

42Les études resteront confidentielles si elles ne sont pas publiées, les lecteurs demeureront des chercheurs anonymes s’ils trouvent leur cote au fichier.

43L’entrée de la collection Baylot dans le fonds maçonnique va considérablement modifier et diversifier le public qui viendra consulter ces documents. Totalement classée, elle apparaît dans le fichier qui reprend les grandes séries mais avec une mention spéciale : Baylot.

2. La Collection Jean Baylot

  • 14 Son carnet de croquis, précieux pour la connaissance de l’art gothique de l’époque, conservé au Dép (...)

44Jean Baylot (1897-1976) fonde en 1964 la Loge de recherche Villard de Honnecourt de la Grande Loge Nationale Française, du nom du célèbre architecte français du XIIIe siècle14.

45Il publie, en 1968, La Voie substituée mais surtout en cinquante ans de maçonnerie constitue une collection d’objets, de documents manuscrits et de livres d’une qualité exceptionnelle.

46Madame Baylot pour réaliser le souhait que toute la collection aille dans des fonds publics, concrétisera le 28 juin 1979 ce vœu en donnant tous les documents écrits à la Bibliothèque nationale. Les objets ne trouveront pas la structure nationale qui aurait pu accueillir et former le noyau d’un musée de la Franc-maçonnerie ; ils seront dispersés les 30 juin et 1er juillet 1984 à Paris, Nouveau Drouot par l’étude Guy Loudmer. Pierre Amrouche, expert, viendra à la BN pour rédiger le catalogue de cette vente.

47Cette collection, extrêmement variée est le résultat d’une quête permanente de documents qui ne concerneront plus seulement le Grand Orient de France et son histoire mais tout ce qui touche à la maçonnerie de près ou de loin.

48C’est d’ailleurs dans le même esprit que la Bibliothèque acquerra un ensemble complet d’archives concernant l’Ordre maçonnique oriental de Misraïm de 1867 à 1899, provenant du libraire Henri Chacornac.

49De nombreux libraires de Paris ou de province avertissaient de toute rentrée pouvant intéresser ce collectionneur. A tel point que souvent Jean Baylot n’avait pas connaissance de toutes les richesses conservées dans sa collection.

50Ainsi Robert Amadou découvrira à la fin d’un volume Des Erreurs et de la Vérité de Louis-Claude de Saint-Martin un manuscrit inédit qu’il publiera sous le titre : Instructions aux hommes de désir en dix leçons.

51La condition de cette donation était la non-répartition des documents contrairement à ce qui s’était produit pour la donation du Grand Orient.

52Le fonds maçonnique des Manuscrits fut donc enrichi d’un fonds iconographique ayant pour la première fois des gravures, aquarelles et recueils. Pour une meilleure conservation, nous avons effectué un classement par formats et rédigé un fichier analytique consultable sur demande pour ne pas sortir des pièces fragiles par simple curiosité.

  • 15 Bibl. nat., de France, fonds FM : F. M. Iconogr. Atlas 1.
  • 16 René Desaguliers, « François-Nicolas Noël, franc-maçon et enlumineur », Renaissance Traditionnelle,(...)

53La pièce la plus insolite fut la Géométrie du maçon15 par François-Nicolas Noël16, un manuscrit réalisé en 1812 à Cléry, de 60 pages aquarellées, ornées d’enluminures dans le texte et hors texte.

  • 17 Bibl. nat, de France, fonds FM : F.M. Iconogr. Atlas 2.

54Un peu moins de trois ans plus tard, le 28 avril 1982, un paquet arrive d’Afrique du Sud chez l’Administrateur de la Bibliothèque. L’envoi vient de Johannesbourg et contient la Physique du maçon17, par le même François-Nicolas Noël : manuscrit d’alchimie et de haute maçonnerie philosophique divisé en deux parties : 1°) la Physique du Maçon, 2°) l’Alchimie du Maçon...

55Julien Missak, ami de Jean Baylot, avait légué par testament son manuscrit à la BN.

  • 18 Mélanges François Secret, Genève 2001.

56Par le souhait de ces deux donateurs ces manuscrits complémentaires se retrouvaient dans un même lieu à la disposition des lecteurs. Ces manuscrits serviront de support de cours et seront l’objet d’une visite annuelle des élèves de l’EPHE et de leur professeur Jean-Pierre Laurant18 pendant plusieurs années.

57Un dossier appelé « Léo Taxil » constitué par Emmanuel Bon attise notamment la curiosité des chercheurs et complète quelques lettres adressées à Jean Bidegain par l’abbé de Bessonies conservées dans le fonds général des manuscrits français.

58C’est le point de départ d’un attrait nouveau pour les fonds antimaçonniques ou plus exactement des fonds maçonniques constitués par des adversaires de la Franc-Maçonnerie.

  • 19 Devenu journaliste, F. Hervieu publiera de nombreux articles dans les Chroniques d’histoire maçonni (...)

59Le premier étudiant qui viendra s’intéresser au mouvement antimaçonnique fut Fabrice Hervieu19 qui, à ma grande surprise, m’a demandé de définir son sujet de maîtrise. Je n’eus pas de meilleure idée que le mettre en contact avec Pierre Chevallier qui lui conseilla d’étudier les éditoriaux du journal La Croix. Un an après, en 1987, il déposait un exemplaire de son travail.

60Là aussi, il fallut créer une section pour répertorier les maîtrises, thèses et divers tapuscrits non publiés. J’ai donc ouvert une série : « Fac-simile », qui ne peut être reproduite mais qui est consultable et peut rendre service aux autres lecteurs.

61Depuis cette date, à chaque rentrée universitaire, des étudiants, parfois accompagnés de leur professeur, viennent chercher leur sujet ou le finaliser au vu des inventaires.

3. Les fonds antimaçonniques de la BNF

62L’EPHE était entrée à la Bibliothèque à l’occasion d’une découverte complètement inattendue qui provoquera l’arrivée d’un nouveau public et inscrira définitivement le fonds maçonnique comme recherches universitaires à part entière.

63* Archives Bessonies - Joseph ou la revue La Franc-maçonnerie démasquée

64C’est en 1984, en me promenant un dimanche après-midi dans une brocante de Seine-et-Marne, que j’ai découvert les archives de l’abbé Joseph dit l’abbé Tourmentin et de l’abbé de Bessonies. J’ai eu la chance de pouvoir aller les chercher près de Coulommiers directement chez le brocanteur où j’ai pu les arracher de la destruction une fois par le feu (M. Lesage avait commencé à brûler la correspondance de délation et dénonciation des correspondants pour la rédaction de La Franc-Maçonnerie démasquée) et une fois par l’eau (le subsistant étant stocké dans un cagibi à claire voie au fonds du jardin).

65Pour connaître l’intérêt de ce lot, j’avais rencontré M. Rancœur, conservateur en chef honoraire et grand spécialiste de l’histoire des religions. Il n’hésita pas une seconde, rappelant qu’il était très rare de trouver des archives antimaçonniques sur le marché, celles-ci étant généralement jalousement gardées au secret dans des monastères ou détruites délibérément. Ces archives furent donc acquises.

  • 20 Michel Jarrige, L’Eglise et les francs-maçons dans la tourmente. Croisade de la Revue La Franc-Maço (...)

66M. Rancœur signala leur présence à Jean-Pierre Laurant qui, depuis ce temps vint lui-même régulièrement consulter les fonds et envoya des étudiants qui firent leur chemin je ne citerai que Michel Jarrige20 qui travailla directement sur ces archives et un certain Pierre Mollier qui à l’occasion de la définition de son sujet de DEA rencontra René Guilly. Ce dernier, plus qu’un lecteur, un ami, viendra pendant plus de six ans classer plus de 1200 rituels manuscrits du XVIIIe siècle. Il est plus connu sous son pseudonyme René Désaguliers, fondateur de la revue Renaissance Traditionnelle. Cette revue servira de support à un très grand nombre d’articles découlant de ses découvertes.

67Que ce soit à la gloire de l’Institution ou dans un souci de lui nuire et de la détruire, la démarche est la même : accumuler un maximum d’informations, de documents, et partir des sources. Cette constatation va se confirmer dans l’acquisition toute récente des archives de Mgr Jouin.

68* Archives Jouin, fondateur de la Revue internationale des sociétés secrètes.

  • 21 Chanoine Sauvetre, Un bon serviteur de l’Eglise : Mgr Jouin, protonotaire apostolique, curé de Sain (...)

69Ernest Jouin21 crée en 1912 la R.I.S.S. (6 vol. jusqu’en 1922) et en 1913 la Ligue franc-catholique. Sa lutte acharnée contre la franc-maçonnerie va le conduire à former un fonds que nous avons pu évaluer à 380 mètres linéaires environ.

70Conservée dans le pigeonnier de l’abbaye de Solesmes depuis 1945, cette collection contient :

  • les archives proprement dites de la R.I.S.S. (correspondances, dossiers de fabrication et de documentation...),

    • 22 Mgr Jouin traduira lui-même le livre des Constitutions d’Anderson, à Paris, en 1930. Ce sera d’aill (...)

    une bibliothèque maçonnique (avec toutes les constitutions d’Anderson22 de 1723 à 1819 par exemple, mais aussi des livres anglais, allemands),

  • une bibliothèque ésotérique qui commence au XVIe siècle (sur la magie, l’alchimie, les Rose-Croix, les judaïca,...),

  • des périodiques français et étrangers (environ 200 mètres), Ces derniers seront traités à Tolbiac, tandis que Sylvie Bourel, ma remplaçante, conservateur-chartiste, aura en charge toute la gestion de ce fonds. Tout sera catalogué dans BN-Opale.

71Une thèse, soutenue en décembre dernier, a peut-être contribué à convaincre les Pères que l’abbaye n’avait pas vocation de servir de centre de recherche dans un domaine profane et donc d’accepter un transfert de ce fonds pour une utilisation scientifique ouverte aux chercheurs qualifiés des deux sexes !

72Une toute nouvelle catégorie de lecteurs va venir s’ajouter aux précédents avec le fichier Jean Bossu.

4. Le fichier Jean Bossu

  • 23 Outre ses ouvrages sur les rues d’Epinal, Jean Bossu répondait à de nombreuses questions dans l’Int (...)
  • 24 Jean Bossu, « Souvenirs d’un collectionneur », Lettres mensuelles, no 8, 15 août-15 septembre 1960, (...)

73Jean Bossu (1911-1985)23 a consacré toute sa vie à la rédaction d’un fichier biographique24.

74Ce fichier comprend un ensemble de plus de 130 000 fiches des origines jusqu’en 1830 poursuivi jusqu’en 1850.

75Avant 1945, J. Bossu a sondé les collections de brochures anciennes, les archives et bibliothèques des départements.

76Depuis 1945, il a puisé avec plaisir, dit-il, aux archives du G.O. données à la BN.

77Frère de la G.L.N.F., en 1962, il reçoit par communication, le grade de compagnon du vénérable de la Loge Marianne qui n’est autre que Jean Baylot, au domicile de ce dernier.

78Au 42, rue de Dantzig qu’il fréquentera jusqu’à sa mort, il aura accès à cette collection avant son entrée dans les fonds publics.

79A Jainvillotte dans sa maison de famille, Jean Bossu avait son grand fichier mais à Epinal, il en conservait un plus réduit, plus condensé où il rassemblait tous les noms à particule et les biographies ainsi que les relevés par loges (Paris et province et étranger classé par villes). Puis un tiroir de fiches « matière » concernant aussi bien des ordres para-maçonniques, que la signification des trois points dans les signatures !

80Un avertissement en tête du fichier :

81« Mon fichier est relativement pauvre sur le plan parisien du XVIIIe siècle. Dès que M. Le Bihan commença sa thèse sur Paris, M. Lecotté, conservateur du fonds FM m’invita à cesser toutes recherches parisiennes. Je me souviens qu’il me fit une scène quand je publiais dans l’Inter[édifier] des chercheurs et curieux le tableau complet de la Société Olympique ; je ne l’avais pourtant pas puisé au fonds F.M.

82Bref, je me suis incliné, mais je l’ai regretté. Je croyais en effet que le répertoire de Le Bihan allait me permettre de nombreuses identifications, avec des maçons des époques postérieures. Mais la chose est rendue difficile du fait que l’auteur ne donne pas les lieux et dates de naissance. Quant aux professions, elles ne sont pas reproduites telles que sur les originaux. Ce n’est pas une critique. Je regrette enfin d’avoir quasiment renoncé aux parisiens du XVIIIe siècle parce que les risques d’oublis auraient été diminués ».

83L’utilité de ce fichier n’est naturellement pas à démontrer, il est évident que lorsque l’on trouve la référence d’un nom dans le fichier, des mois, voire des années de recherche sont épargnées.

  • 25 Elisabeth Badinter demandera la fiche pour la rédaction de la biographie de Condorcet rédigée avec (...)
  • 26 Le président du musée de la magie cherchait les physiciens du Roi qui n’étaient autres que les magi (...)

84Y sont répertoriés les plus célèbres maçons (quinze fiches pour La Fayette), les plus humbles et les non confirmés25 ce qui, au fil des ans, a rendu quasiment universelle la consultation de ce fichier par les maçons, les historiens, les généalogistes... et les autres26.

85Ils sollicitent la consultation de ce fichier :

  • par noms pour retrouver par exemple tous les musiciens ayant côtoyé Liszt, Beethoven, Puccini, la liste des amis de Gambetta, ou leur grand-père...

  • par professions comme la Manufacture de Sèvres qui m’envoya des listes de peintres sur verre, porcelainiers, directeurs artistiques, les archivistes-conservateurs de la MNS et du musée de la céramique, de sculpteurs, architectes, ornemanistes, scientifiques.... Le Musée de la Légion d’honneur, La Banque de France...

86Charles Porset se souvient peut-être de sa demande d’investigation sur une question mise au concours par l’Institut en l’an IX de la République française : comment penser le cimetière en régime républicain ?

87Ce genre de recherche ne sera possible que lorsque ce fichier sera informatisé et que des recherches croisées seront possibles : interrogations multiples par époques, par lieux, loges, professions, catégories sociales (militaires, religieux, femmes, etc). Il y a plusieurs années, sa saisie a été programmée en vue de la réalisation d’un CD-rom. Cette solution, la seule réaliste et fiable au regard des demandes, a été abandonnée au profit d’un microfilmage après dégraissage des fiches. Je pense qu’il faudra reprendre assez rapidement la réalisation et la commercialisation d’un support informatisé si on ne veut pas laisser perdre toute cette information.

88Les fonds maçonniques de la BNF ne sont pas forcément connus de par le monde mais les demandes sont adressées à la BNF comme une bouteille que l’on jette à la mer en se disant qu’un établissement qui reçoit, depuis François Ier, toute la production imprimée ne peut être que bon conseiller !

  • 27 Transcription d’alphabets mystérieux, décryptage de symboles sur objets divers : billet de banque, (...)
  • 28 Australie, Emirats Arabes Unis, Valise diplomatique.

89Effectivement, tout courrier électronique ou non est orienté vers le service compétent qui s’efforce de donner une réponse. C’est pourquoi des questions distrayantes27 arrivent au fonds maçonnique, provenant de destinations non moins dépaysantes28.

90Ce bilan est loin d’être exhaustif, l’avenir est évidemment à Internet (www.bnf.fr) grace auquel on peut trouver les catalogues informatisés des collections de la BnF : BN-OPALE PLUS, le Catalogue collectif de France (réunion de la BNF, 110 BU, 55 BM ou spécialisées) accessible en ligne sur www.ccfr.bnf.fr (avec 14 millions de notices d’ouvrages et de périodiques et 750 000 références audiovisuelles), la bibliothèque numérique Gallica, bibliothèque « idéale » d’ouvrages tombés dans le domaine public (87 000 livres numérisés dont plus de 50 0000 actuellement disponibles sur http://gallica.bnf.fr).

91Le nombre de lecteurs qui viendront, anonymement, consulter toutes ces notices dans un but lui aussi non dévoilé, est difficilement chiffrable.

92Il a fallu un peu plus de cinquante ans pour constituer à la BNF un fonds spécialisé qui s’ouvre de plus en plus et qui fédère aussi bien les documents que les chercheurs, nous ne pouvons qu’être optimistes sur son avenir.

Notes

1 Il s’agit d’Arthur Groussier, président du Conseil de l’Ordre du GODF, de René Raymond, Grand Commandeur, et de Dumesnil de Gramont, Grand Maître au Suprême Conseil et Grande Loge de France.

2 Florence de Lussy, « 1600 caisses d’archives : vicissitudes des archives maçonniques françaises sous le régime de Vichy (1940 1944) », Humanisme, no 229-230, octobre 1996, p. 99 112.

3 Roger Priouret, La Franc Maçonnerie sous les lys, Paris, Grasset, 1959.

4 Douglas Knoop et G. P. Jones, The Genesis of freemasonry, Manchester, Manchester University Press, 1949.

5 Paul Leulliot, « Bourgeoisie d’Alsace et franc-maçonnerie aux XVIIIe et XIXe siècles, le recrutement social des Loges d’après les documents maçonniques de la Bibliothèque Nationale », La Bourgeoisie alsacienne, Etudes d’histoire sociale, Publications de la société savante d’Alsace et des régions de l’Est, Strasbourg, Istra, 1967, p. 343 376.

6 Alain Le Bihan, Francs-maçons parisiens du Grand Orient de France (fin du XVIIIe siècle, Commission d’histoire économique et sociale de la Révolution française, Mémoires et documents no 19, Paris, 1966, 490 p. ; Loges et chapitres de la Grande Loge et du Grand Orient de France (Z moitié du XVIIIe siècle). Commission d’histoire économique et sociale de la Révolution française, Mémoires et documents no 20, Paris. 1967. XXXIV-456 p., 2e édition. 1990, 456 p. ; Francs-maçons et ateliers parisiens de la Grande Loge de France au XVIIIe siècle (1760-1795), Commission d’histoire économique et sociale de la Révolution française Mémoires et documents no 18, Paris, Bibliothèque Nationale. 1973. 509 p. Il écrira une trentaine d’articles dans le Dictionnaire universel de la Franc-Maçonnerie (sous la dir. de Daniel Ligou). Sans signature, il rédigera notamment les notices sur le Duc d’Orléans et sur Roëttiers de Montaleau. Il est également l’auteur du premier chapitre de l’Histoire des francs-maçons, (sous la direction de Daniel Ligou, Privat, rééd. 2000) et rédige actuellement l’introduction de l’ouvrage posthume de Pierre Chevallier (décédé le 10 avril 1998) sur l’histoire de la loge du Contrat Social (à paraître).

7 Pierre Chevallier, De l’histoire des ordres monastiques à l’histoire de l’ordre maçonnique ou le Parcours d’un historien, conférence à l’Institut d’étude des religions et de la laïcité, Université Libre de Bruxelles, 1990.

8 Le prix est obtenu pour les deux tomes de Loménie de Brienne et l’ordre monastique parus en 1959-60.

9 Christine Naslin, « Sociabilités musicales et sociabilités maçonniques au XIXe siècle », Thèse de Doctorat de musicologie (NR) préparée sous la direction du professeur Weber, Université de Paris IV, 1994.

10 Pierre-Yves Beaurepaire, L’autre et le Frère. L’étranger et la franc-maçonnerie au XVIIIe siècle, Paris, Champion, 1998.

11 L’ordonnance du 28 décembre 1537 enjoint aux éditeurs de déposer à la librairie du château de Blois tout livre imprimé en vente dans le royaume (Bruno Blasselle, Jacqueline Melet-Sanson, La Bibliothèque nationale, mémoire de l’avenir, Paris, 1990). Mais le dépôt légal fonctionne très mal pour cette littérature souterraine et c’est plus généralement grâce au dépôt des imprimeurs que ces publications rejoignent les collections nationales (encore aujourd’hui).

12 Johel Coutura publiera de nombreux ouvrages sur la Franc-Maçonnerie en Aquitaine, des éditions de textes du XVIIIe siècle et commencera une bibliographie de tous les ouvrages maçonniques avec leur localisation et leurs côtes. Au moment du décès de Johel Coutura en 1994, presque à son terme, elle est interrompue avec quelques lacunes dans certaines lettres (comme le P) dues aux difficultés de dépouillement des procès-verbaux de loges. Sous forme de disquettes, elle est encore dans un bureau des Archives municipales de Bordeaux.

13 Daniel Ligou « Une source importante de l’histoire du XVIIIe siècle : le fonds maçonnique de la Bibliothèque nationale », Actes du 89e Congrès national des sociétés savantes, vol. 1, p. 31-49. Paris, 1965.

14 Son carnet de croquis, précieux pour la connaissance de l’art gothique de l’époque, conservé au Département des Manuscrits sous la cote Français 19093, a été reproduit en fac-simile notamment dans la revue du même nom.

15 Bibl. nat., de France, fonds FM : F. M. Iconogr. Atlas 1.

16 René Desaguliers, « François-Nicolas Noël, franc-maçon et enlumineur », Renaissance Traditionnelle, no 79, juillet 1989, p. 215-220.

17 Bibl. nat, de France, fonds FM : F.M. Iconogr. Atlas 2.

18 Mélanges François Secret, Genève 2001.

19 Devenu journaliste, F. Hervieu publiera de nombreux articles dans les Chroniques d’histoire maçonnique et un papier sur Léo Taxil dans L’Histoire.

20 Michel Jarrige, L’Eglise et les francs-maçons dans la tourmente. Croisade de la Revue La Franc-Maçonnerie démasquée (1884-1899), Paris, Arguments, 1999.

21 Chanoine Sauvetre, Un bon serviteur de l’Eglise : Mgr Jouin, protonotaire apostolique, curé de Saint-Augustin (1844-1932), Paris, Casterman, 1936.

22 Mgr Jouin traduira lui-même le livre des Constitutions d’Anderson, à Paris, en 1930. Ce sera d’ailleurs une des meilleures traductions que l’on peut trouver.

23 Outre ses ouvrages sur les rues d’Epinal, Jean Bossu répondait à de nombreuses questions dans l’Intermédiaire des chercheurs et des curieux, rédigeait des articles de fond dans Les Lettres Mensuelles, les Travaux de Villard de Honnecourt, Renaissance Traditionnelle. Il est aussi l’auteur des articles « Loges de prisonniers de guerre » et « Maréchaux de l’Empire » dans le Dictionnaire universel de la Franc-Maçonnerie (sous la direction de Daniel Licou).

24 Jean Bossu, « Souvenirs d’un collectionneur », Lettres mensuelles, no 8, 15 août-15 septembre 1960, p. 8-9.

25 Elisabeth Badinter demandera la fiche pour la rédaction de la biographie de Condorcet rédigée avec Robert Badinter.

26 Le président du musée de la magie cherchait les physiciens du Roi qui n’étaient autres que les magiciens de l’époque !

27 Transcription d’alphabets mystérieux, décryptage de symboles sur objets divers : billet de banque, engin en fonte.

28 Australie, Emirats Arabes Unis, Valise diplomatique.

Auteur

Bibliothécaire-honoraire à la Bibliothèque Nationale de France

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540