Version classiqueVersion mobile

Jean Lorrain, « produit d’extrême civilisation »

 | 
Éric Walbecq
, 
Jean De Palacio

Résumés/Abstracts

Texte intégral

1– Liana Nissim, « Il n’y a plus d’Orient » : l’exotisme perverti de Jean Lorrain

2Cet essai propose une analyse approfondie d’une œuvre peu étudiée de Jean Lorrain, Heures d’Afrique (1899), qui réunit les chroniques des trois voyages africains de l’auteur, publiés précédemment dans les journaux. Une telle analyse permet d’envisager comment Lorrain traite le thème de l’exotisme, son esthétique et sa vision du monde.

3This essay presents a deep analysis of Heures d’Afrique (1899), a work by Jean Lorrain, which is not frequently studied by critics. This book collects the records of the three African voyages of the author that were previously published in newspapers. This analysis points out how Lorrain deals with exotism, his aesthetics and his worldview.

4– Catriona Seth, Du Masque de la mort rouge à La Vengeance du masque. Poe, Lorrain et le spectre de la variole

5L’article tente de montrer, à partir d’une célèbre nouvelle de Poe, comment Jean Lorrain réinvestit un topos littéraire bien connu pour le renouveler. Dans La Vengeance du masque, l’auteur normand se sert du déguisement carnavalesque pour montrer une mort qui arrive de manière subreptice, comme une subtile vengeance sans appel. Avec la figure de l’étranger qui contamine de la petite vérole, il se situe dans la représentation de hantises qui n’ont pas disparu de nos jours.

6Taking a famous short story by Poe as its starting point, the article attempts to show how Jean Lorrain renews a well-known literary topos. In La Vengeance du masque, the Normand author uses carnival disguises to show death arriving surreptitiously like a subtle and unavoidable vengeance. With the figure of a stranger who communicates smallpox, he takes his place in a tradition of the representation of fears which still have currency nowadays.

7– Marie-France David-de Palacio, Coins de Rome… et de Byzance : la référence à l’antique chez Jean Lorrain

8L’antiquité est très présente dans l’œuvre de Jean Lorrain, mais c’est une antiquité choisie : latine, décadente, et... fantaisiste. Lorrain reprend les stéréotypes fin-de-siècle (prédilection pour Messaline, les statuettes de Tanagra, Pompéi et Héliogabale), mais au-delà de cette mosaïque de références antiques, son imaginaire se fixe sur les cités de Rome et de Byzance, capitales de sa géographie personnelle. En définitive, ces Coins de Byzance ne sont plus à Nice, mais dans un univers où l’antique, le moderne et le merveilleux s’harmonisent : celui du conte de fées.

9The place given to Antiquity in Jean Lorrain’s work is a prominent one, but this antiquity is of a peculiar kind: at once Latin, decadent, and fanciful. Lorrain resumes end – of-century stereotypes such as Messalina, Tanagra statuettes, Pompeii and Heliogabalus. Beyond this mosaic of antique references, however, his imagination essentially rests on the cities of Rome and Byzantium, capitals of a geography of his own. Ultimately, these Coins de Byzance are no longer located in Nice, but in a world where the antique, the modern and the supernatural are in perfect tune: that of the fairy tale.

10– Isabelle Bétemps, Jean Lorrain et Jean d’Arras : « Mélusine enchantée », Mélusine retrouvée. Une métamorphose inverse

11Cette communication s’interroge sur la façon dont Jean Lorrain réécrit le mythe de Mélusine dans le conte « Mélusine enchantée », qui appartient au recueil Princesses d’ivoire et d’ivresse. À partir du roman médiéval de Jean d’Arras, Mélusine ou la Noble Histoire de Lusignan, composé à la fin du XIVe siècle, l’étude montre comment Jean Lorrain reprend la structure du conte mélusinien, joue avec elle, produit une métamorphose inverse, peut-être ironique, qui redistribue les rôles de la fée-serpente et de son époux mortel, Raymondin. Mais la nouvelle de Lorrain s’intéresse moins à Mélusine qu’à « Raymondin enchanté », qui, lui, présente de troublantes ressemblances avec la fée médiévale. « Mélusine enchantée » ne fait-elle pas alors le portrait de Raymondin-Lorrain ?

12How Jean Lorrain rewrites Mélusine’s myth in the fairy tale «Mélusine enchantée» which is part of the collection Princesses d’ivoire et d’ivresse is the subject of this lecture. Based on the medieval novel by Jean d’Arras, Mélusine ou la Noble Histoire de Lusignan, written at the end of the 14th century, this essay shows how Jean Lorrain uses the same structure as the Mélusine tale, plays with it, produces a reverse metamorphosis, perhaps ironical, which reallocates the parts of the snake-fairy and her mortal husband, Raymondin. But, Lorrain’s tale is less concerned with Mélusine than «Raymondin enchanté», who reveals strange similarities with the medieval fairy. Isn’t «Mélusine enchantée» in fact Raymondin-Lorrain’s portrait?

13– Jean de Palacio, Un roman inédit de Jean Lorrain : Les Pelures

14À la fin de 1885, Jean Lorrain travaille à « un vrai roman » dont il a choisi le titre : Les Pelures. Il entend par ce terme, dont il n’est pas l’inventeur, une société interlope de gens compromis, appartenant « toujours de loin ou de près au monde des lettres et des arts ». Ce « roman de mœurs parisiennes », manifestant chez Lorrain une ambition précoce d’historien des mœurs, ne fut apparemment jamais achevé et demeure inédit. Seuls, quatre chapitres subsistent, dépeignant les intrigues nouées dans un atelier de sculpture proche du parc Monceau, et d’où émerge la figure peut-être autobiographique du peintre Pierre Sargis. On retrouvera plus tard, en 1891 et en 1901, certains traits de ce roman de jeunesse : peinture d’une douteuse bohème, opposition entre Paris et la Normandie, comparaison entre Paris, Babylone et Byzance. En ce sens, Les Pelures a peut-être lointainement servi à la genèse de Monsieur de Phocas.

15At the end of 1885, Lorrain is working away at «a true novel», the title of which is already chosen: Les Pelures, thereby meaning a dubious coterie of compromised reputation and honour, belonging «far and near to the world of literature and the fine arts». That novel «of Parisian morals» was left unfinished and remains unpublished to this day. Only four chapters were drafted, describing entangled plots in a sculptor’s studio located in a fashionable district of Paris, with special reference to the possibly autobiographical portrait of a painter named Pierre Sargis. Paris appears as the counterpart of such corrupted cities as Babylon or Byzantium, showing some distant affinity with the later famous novel Monsieur de Phocas (1901).

16– Paul Edwards, Lorrain et l’illustration par la photographie

17Des illustrations photographiques accompagnent plus d’une douzaine de textes et ouvrages de Lorrain (contes, articles, nouvelles ou recueils). L’image est tantôt un document, tantôt une fiction, c’est-à-dire une mise en scène ou un collage, imitant et se substituant à l’art du dessinateur. Alors que les mises en scène d’acteurs photographiés n’ajoutent que peu aux textes de Lorrain qu’elles illustrent, l’idée même de la photographie suscite une réflexion chez l’auteur sur la nature de cet art. Dans Maison pour dames, Lorrain analyse d’une manière parodique et pédagogique le portrait d’auteur dans les revues illustrées telle que Femina, montrant comment le photojournalisme fabrique l’image d’un auteur, fausse la perception de son œuvre et peut nuire à sa carrière littéraire.

18More than a dozen texts by Lorrain are illustrated with photographs, even whole books. Though sometimes mere documents, they are frequently little fictions in themselves, theatrical reconstructions or collages in the style of the engravings they have replaced with the coming of age of mechanical reproduction. Whilst the scenes with costumed actors add little to our knowledge of Lorrain, the presence of photographic illustrations in his books and in modern magazines clearly prompted him to reflect on the nature of the medium. In Maison pour dames, Lorrain dwells at length on the role of the literary portrait photograph. Using the context of a supposedly feminist revue, he parodies the way magazines instrumentalize the portrait and supplies insider knowledge about how the sensational journalism that surrounds such images can pervert literary criticism and harm a literary career.

19– Thalie Rapetti, Le portrait de Lorrain en Dorian Gray

20Après une rapide évocation du statut de Jean Lorrain en tant que critique d’art et de son esthétique, largement dominée par le symbolisme, cet article propose une étude de deux portraits de l’écrivain par Antonio de La Gandara, portraitiste mondain très prisé de la fin du XIXe siècle.

21Following a brief evocation of Jean Lorrain as an art critic and of his aesthetic, for the main part symbolist, this paper proposes a study on two portraits of the writer by Antonio de La Gandara, fashionable portrait painter highly appreciated at the end of the nineteenth century.

22– Stéphanie Champeau, Jean Lorrain et les Goncourt

23De 1883 – date à laquelle Jean Lorrain envoie à Edmond de Goncourt un exemplaire de son premier recueil poétique, La Forêt bleue, avec une dédicace l’assurant de sa « profonde et dévote admiration » –, jusqu’à la mort de Goncourt en 1896, une relation de plus en plus intime et amicale au fil du temps va unir le jeune écrivain normand et l’auteur de Germinie Lacerteux. L’objet de cette communication est d’envisager les différents aspects de cette relation, en évoquant tout d’abord le regard que Goncourt porte sur Lorrain, puis la façon dont, à l’inverse, ce dernier considérait son aîné, et à rappeler, enfin, le lien artistique privilégié qui est le leur, en montrant notamment l’influence de l’œuvre du plus âgé sur celle du plus jeune.

24From 1883 — when Jean Lorrain sent to Edmond de Goncourt his first poetical word, La Forêt bleue, with a dedicace telling his «deep and fervent admiration»— to Goncourt’s death in 1896, a relation more and more intimate and friendly united the young norman writer and the author of Germinie Lacerteux. The aim of this communication is to explore the different aspects of this relation, showing first Goncourt’s manner of viewing Lorrain, then Lorrain’s way of looking on his old friend, and to examinate finally the artistic bond between them, and especially the influence of Goncourt’s work on Lorrain’s.

25– Éric Walbecq, Le procès de Jeanne Jacquemin contre Jean Lorrain en mai 1903

26En janvier 1903, Lorrain publie dans Le Journal une chronique sous le titre « Victime », en fait il s’agit d’un portrait assassin à peine voilé de Jeanne Jacquemin, peintre qu’il avait encensée et découverte quelques années plus tôt. Cette dernière intentera un procès à l’écrivain, qui eut lieu en mai 1903 et Lorrain fut condamné à une lourde amende. A travers de nombreux documents, nous verrons comment ce procès occupera la vie de Lorrain toute une année et le poussera à écrire La Maison Philibert, pour financer la procédure.

27In January 1903, Lorrain published an article entitled “Victime” in Le Journal, a barely disguised vitriolic portrait of Jeanne Jacquemin, a painter he had discovered and praised a few years previously. As a result, she started proceedings against the writer. The trial took place in May 1903 and Lorrain was sentenced to pay a heavy fine. Through a number of documents, we shall see how the trial took over Lorrain’s life for a whole year and compelled him to write La Maison Philibert to help him pay the legal fees.

28– Jacques Dupont, Lorrain chroniqueur : un moraliste improbable ?

29Jean Lorrain moraliste ? Sa réputation est celle d’un homme perdu de vices. Le journaliste, homme de l’instant par excellence, réfléchir sur l’homme et sur la vie ? Et pourtant, le Jean Lorrain chroniqueur, observateur distant et lucide des pathologies de la fin du siècle, dont le regard est pénétrant même s’il se cache derrière une désinvolture apparente, est authentiquement un moraliste à sa façon, aussi paradoxal que cela puisse paraître.

30Jean Lorrain as a moralist? He is famous for his vices. The journalist, living on the instant, can not think about man and life. But nevertheless the columnist Jean Lorrain, observing with distance and lucidity the pathologies of the end of the century, whose glance is perceptive even if it is hidden behind an apparent casualness, is authentically a moralist in his own way, as paradoxical as it may appear.

31– Guy Ducrey, Les Spectacles sans verbe. Lorrain chroniqueur de théâtre

32Si le dramaturge que fut Lorrain s’employa à rendre ses droits à la poésie au théâtre, le chroniqueur qu’il fut aussi semble, au contraire, avoir privilégié les formes de théâtre affranchies de verbe : danse, pantomime, acrobatie. Cet article tente d’expliquer ce paradoxe, et montre combien Lorrain est habité par la quête, quasi expressionniste, d’une théâtralité élémentaire qui place le geste au centre de tout.

33As a playwright, Lorrain endeavoured to promote poetry in theatre, whilst as a theatre critic he focussed attention on forms of expression without words: dance, pantomime, acrobatics. This paper attempts to explain this paradox and show how Lorrain was driven by the search of a basic, almost expressionistic form of theatricality that places the gesture at the centre of all.

34– Yann Mortelette, Jean Lorrain et la poésie parnassienne

35Dans ses poèmes et dans son théâtre en vers, Lorrain a d’abord été influencé par le Parnasse, avant d’évoluer vers la Décadence. En tant que critique littéraire, il a souligné ce qu’il y a de potentiellement décadent chez les Parnassiens, tandis qu’eux-mêmes ont deviné ce que sa perversité doit au rêve de pureté de l’art pour l’art. Malgré sa rupture fracassante avec l’éditeur Alphonse Lemerre, Lorrain conserva de bonnes relations avec les Parnassiens, qui lui ont inspiré certains personnages de roman.

36In his poems, as well as in his plays in verse, Lorrain was first influenced by the Parnasse, before turning to the Decadence. As a literary critic, he emphasized what was potentially decadent in the works of the Parnassian poets, while those poets guessed what his perversity owed to the dream of purity involved in art for art’s sake. Despite his resounding break-up with the publisher Alphonse Lemerre, Lorrain kept up good relationships with the Parnassians, who served as models for some of his fictional characters.

37– Noëlle Benhamou, Très Russe : du roman à la pièce

38Deuxième roman de Jean Lorrain publié en 1886, Très Russe, dont l’action se déroule sur la côte normande, notamment à Yport et Fécamp, a fait l’objet d’une adaptation scénique. La pièce de théâtre tirée du récit et écrite en collaboration avec Oscar Méténier, ami de l’écrivain fécampois et futur fondateur du Grand-Guignol, fut représentée le 3 mai 1893 au Théâtre d’Application et publiée la même année chez Charpentier et Fasquelle. La pièce Très Russe laisse apparaître de multiples modifications par rapport au roman (choix et changements opérés sur la narration originelle, les personnages et les lieux) ce qui en fait une œuvre théâtrale spécifique. Les importants bouleversements de l’intrigue, resserrée autour de Mme Livitinof et qui s’achève dans le sang, portent la patte de Méténier qui avait déjà eu du succès seul dans des pièces réalistes. D’un roman à clé, sentimental et mondain, peinture au vitriol de la société normande de son époque, Jean Lorrain et son collaborateur tirent un drame fin de siècle bien éloigné de l’œuvre originale (des allusions à Maupassant et à la Potocka sont gommées au profit du symbole et du tragique). Plus qu’une adaptation, cette nouvelle œuvre met en scène une Célimène moderne, sortie du Misanthrope écrit par Racine plutôt que par Molière, qui manipule les hommes.

39 Très Russe, the second novel of Jean Lorrain, published in 1886, takes place on the Normandy coast, mainly in Yport and Fécamp. The author subsequently adapted it for the stage in a play he wrote in collaboration with a friend, Oscar Méténier, the future founder of the Grand-Guignol theatre. The play opened on May 3, 1893 at the Théâtre d’Application and its script was published by Charpentier and Fasquelle in the same year. Très Russe betrays several alienations from the original novel (changes to the original narration, characters and locale) all of which make it a separate theatrical work. The important plot upheavals, centred on Mme Livitinof and ending up in bloodshed, show the influence of Méténier, who had already had some success alone in realistic plays. From a sentimental and worldly roman à clef, a vitriolic picture of Norman society of his time, Lorrain and his collaborator create an end-of-the-century drama quite different from the original novel (allusions to Maupassant and Potocka in the novel are replaced by symbols and tragedy). More than an adaptation, this new work puts on the stage a modern Célimène, inspired by Le Misanthrope but with a personality created more by Racine than by Molière, a woman who controls and manipulates men.

40– Sophie Lucet, Lorrain et Maeterlinck, ou « l’autre pays »

41Le volume des Serres chaudes (1889) du poète belge Maurice Maeterlinck exerça, on le sait, une puissance de fascination durable sur Lorrain qui lui rendit le singulier hommage d’un beau plagiat dans son roman de 1897, Monsieur de Bougrelon. L’importance de cette rencontre littéraire se mesure plus nettement encore dans le domaine du théâtre, où il semble que la découverte des féeries tristes de Maeterlinck ait constitué une sorte de révélation pour Lorrain, venant réactiver son rêve d’un théâtre poétique et légendaire, en lui offrant les moyens de renouveler la formule de ses contes théâtraux en vers. Précisant et analysant les termes de l’accueil très favorable que le chroniqueur Lorrain réserva dans la presse à La Princesse Maleine en 1890, et à Pelléas et Mélisande en 1893, cette étude montre plus largement comment l’œuvre de Maeterlinck entrait en écho avec les tentatives menées jusque là par Lorrain, dans ses essais de théâtre (dans Yanthis, tout particulièrement, composé en 1885-1886), et comment il conçut, en partie sous influence maeterlinckienne, l’adaptation théâtrale du conte de La Mandragore, – un exercice paradoxal à certains égards, et révélateur à la fois de la force et des limites du rapport de fascination de Lorrain à Maeterlinck.

42As we know, the Belgian poet Maurice Maeterlinck’s volume Serres chaudes (1889) made a long lasting impression on Lorrain, who, in turn, ambiguously paid homage by plagiarizing Maeterlinck in his own novel Monsieur de Bougrelon. The repercussions of this literary exchange were to be more strongly felt in the field of theater where Lorrain’s discovery of Maeterlinck’s fairy tragedies constituted something of a revelation for the latter. Most strikingly, this particular form of stage art rekindled Lorrain’s dream of a poetical theater that dramatized legends in verse. Starting with the study of the hearty reviews that Lorrain, in the newspapers, gave of Princesse Maleine in 1890, and of Pelléas et Mélisande in 1893, this paper shows more widely how the work of Maeterlinck reverberated within Lorrain’s own theatrical attempts – particularly in Yanthis written in 1886 – and how, under Maeterlinck’s influence, Lorrain composed the theatrical adaptation of the short story La Mandragore, – which is, in many respects, a paradoxical endeavor, a revelation at the same time into the power and limits of fascination of Lorrain for Maeterlinck.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search