Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Franc-maçonnerie et histoire : bilan et perspectives

 | 
Éric Saunier
, 
Christine Gaudin

Introduction

Eric Saunier

Texte intégral

  • 1 Alec Mellor voulait en effet, en créant cette expression donner une impulsion en faveur de la rech (...)

1Ce colloque s’inscrit selon nous à un moment crucial dans l’évolution des relations existant entre la franc-maçonnerie et l’histoire. Chacun connaît en effet les difficultés rencontrées par celles-ci durant plus d’un siècle en France où, plus qu’ailleurs, les études maçonniques ont été proprement détachées des champs de la recherche universitaire. Mais le temps du splendide isolement des maçonnologues qui répondait à la curiosité amusée des universitaires face à la « chose maçonnique » semble aujourd’hui en voie d’être révolu. La réticence croissante des historiens à employer le terme de maçonnologie, dont l’emploi généralisé fut paradoxalement1 de contribuer à ancrer un peu plus l’idée fausse selon laquelle la maçonnerie serait un objet de recherche d’une originalité telle que les méthodes et les concepts apportés par l’histoire universitaire ne pouvaient être appliqués à son étude, en est d’ailleurs le symptôme le plus éclatant.

  • 2 On rappellera ici le caractère pionnier des travaux d’André Bouton (Les francs-maçons manceaux et (...)

2Bien que lancé il y a maintenant plus de quarante années2, ce mouvement d’historicisation de la maçonnerie a cependant une accélération significative depuis une quinzaine d’années. Celle-ci se perçoit par l’amélioration sensible du savoir objectif et par la systématisation des méthodologies ad hoc aboutissant peu à peu à l’abandon définitif des présupposés stérilisants véhiculés par une culture « romantique » qui, parce qu’elle était dominante, lestait la recherche maçonnique d’un lourd fardeau de tentatives d’explication des mythes ou de préoccupations internes à « la maison ».

  • 3 David STEVENSON, Les Origines de la Franc-Maçonnerie. Le siècle écossais 1590-1710, traduction, Pa (...)
  • 4 Roger DACHEZ, « Les origines de la maçonnerie spéculative en Grande-Bretagne », Renaissance Tradit (...)

3Du fait de cette conversion aux méthodes scientifiques ont surgi bien des éclairages proprement fondamentaux. Parmi les plus spectaculaires, on pense aux mises au point de David Stevenson3 ou de Roger Dachez4 sur la difficile question des origines, plus particulièrement sur les relations entretenues entre la maçonnerie de métier et la maçonnerie spéculative ou, de manière plus globale, aux apports issus de la contextualisation de l’histoire de la franc-maçonnerie avec l’histoire générale et du choix de l’approche positiviste dont les travaux de Charles Porset et d’André Combes, véritables cheville-ouvrières de l’I.D.E.R.M., sont les exemples les plus connus. Diversité des influences exercées par les courants de pensée sur la franc-maçonnerie des XVIIIe et XIXe siècles, reconstitution des parcours des maçons dévoilant au passage les fausses appartenances, la survalorisation des carrières ou les négligences concernant de vraies figures de la maçonnerie longtemps ignorées du plus grand nombre et souvent des maçons eux-mêmes, telles sont ainsi des conquêtes quasi-quotidiennes auxquelles le public peut accéder aisément.

  • 5 Thierry ZARCONE, Mystiques, Philosophes et Francs-maçons en Islam, Paris, Jean Maisonneuve Editeur (...)
  • 6 Cf. Pierre-Yves BEAUREPAIRE, L’Europe des francs-maçons. XVIIIe-XXIe siècles, Paris, Belin, 2002, (...)

4Hors du champ de la recherche française, les lumières se sont également allumées dans des territoires qui constituaient il y a peu de véritables friches. On rappellera simplement, à titre d’exemple, les acquis issus de la quête du manuscrit entreprise dans les fonds d’archives de l’ancien Empire ottoman5 ou les apports liés à l’exploitation récente des archives secrètes de Berlin6... avant même l’exploitation future des archives venues du froid.

5Pourtant, malgré cette accélération, un déficit demeure au niveau de l’acceptation d’une histoire conceptuelle qui fut, paradoxalement, à la source de ce renouveau d’ensemble entamé il y a quarante ans. Les travaux pionniers de Maurice Agulhon sur la sociabilité provençale avant ceux de Daniel Roche sur la sociabilité des élites, parallèlement à la diffusion de la réflexion de Jurgen Habermas sur la fonction des lieux de sociabilité dans le processus de mise en place de l’espace public dans lequel s’épanouissent les sociétés contemporaines, chacun sait aujourd’hui ce que l’histoire de la franc-maçonnerie doit aux apports d’une histoire sociale et culturelle dépassant de loin les limites du Temple.

  • 7 Cf. Charles Porset et Cécile Revaucer, Franc-maçonnerie et religions dans l’Europe des Lumières, P (...)

6Mais, à ce niveau, on doit constater que la recherche maçonnique semble encore un peu courir après son retard. Il suffit pour s’en convaincre de constater l’absence d’attention portée envers les caractères les plus novateurs de l’historiographie actuelle par les travaux historiques portant sur la maçonnerie. Manque d’intérêt pour l’approche interdisciplinaire, réticence à s’échapper du manuscrit, faible goût pour l’étude pourtant ô combien approprié à l’objet maçonnique - des phénomènes générationnels, timidité des approches prosopographiques ou des conquêtes de l’histoire des représentations malgré un patrimoine iconographique exceptionnel, frilosité à adopter une démarche comparative pour un genre qui préfère la tranquillité de la monographie : les symptômes de l’atonie sont nombreux. Signe de cette difficulté à s’adapter aux évolutions de l’histoire : le colloque universitaire qui réunit aujourd’hui vingt-cinq historiens s’étant frottés, sous des formes différentes, à l’objet maçonnique n’est que le second du genre7. C’est pour remédier à cette carence qu’il semblait urgent d’engager une rencontre favorisant l’échange entre les différents lieux de recherche. Par l’identité des participants autant que par le choix des axes programmatiques, ce colloque a ainsi comme objectif de contribuer à faire sortir un peu plus de l’ornière maçonnologique l’histoire de l’Art royal.

Notes

1 Alec Mellor voulait en effet, en créant cette expression donner une impulsion en faveur de la recherche historique sur la franc-maçonnerie.

2 On rappellera ici le caractère pionnier des travaux d’André Bouton (Les francs-maçons manceaux et la Révolution, Le Mans, Monnayer, 1958).

3 David STEVENSON, Les Origines de la Franc-Maçonnerie. Le siècle écossais 1590-1710, traduction, Paris, éd. Télètes, 1993.

4 Roger DACHEZ, « Les origines de la maçonnerie spéculative en Grande-Bretagne », Renaissance Traditionnelle, no 77, janvier 1989, p. 1-45

5 Thierry ZARCONE, Mystiques, Philosophes et Francs-maçons en Islam, Paris, Jean Maisonneuve Editeur, Librairie d’Amérique et d’Orient, 1993.

6 Cf. Pierre-Yves BEAUREPAIRE, L’Europe des francs-maçons. XVIIIe-XXIe siècles, Paris, Belin, 2002, 320 p.

7 Cf. Charles Porset et Cécile Revaucer, Franc-maçonnerie et religions dans l’Europe des Lumières, Paris, Honoré Champion, 1998, 211 p.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540