Version classiqueVersion mobile

Droit privé et Institutions régionales

 | 
Société d'histoire du droit et des institutions des pays de l'Ouest de la France

Quelques observations au sujet des débuts du « duché » de Normandie

Karl Ferdinand Werner

Note de l’éditeur

L’édition papier de cet ouvrage comportait une note de bas de page « 30 bis ». Cette note a été transformée par l’édition électronique en note « 31 ». Au-delà de la note de bas de page « 30 », la numérotation des notes est donc décalée d’une unité dans l’édition électronique par rapport à l’édition papier.

Texte intégral

  • 1 J. Flach, Les origines de l’ancienne France, Xe et XI siècles, t. IV, Paris, 1917, p. 109, n. 1.
  • 2 J. Yver, Les premières institutions du duché de Normandie, dans : Settimane di studio del centro it (...)

1Les manuels scolaires nous apprennent comme date de fondation du duché de Normandie l’an 911. Cette tradition qui fait parler du duché et des ducs de Normandie dès les règnes de Rollon et de son fils Guillaume Longue Epée se retrouve dans des ouvrages scientifiques, même récents. Pourtant, le titre de dux ou Nortmannorum dux ne se rencontre dans les textes contemporains que sensiblement plus tard, fait qui n’est nié par aucun spécialiste sérieux. En 1917, Jacques Flach le rappelait à ceux qui auraient tendance à l’oublier : « Le millénaire qui a été célébré récemment à Rouen... n’est pas, à vrai dire, celui de la naissance du duché de Normandie... »1 Jean Yver, l’éminent historien des institutions normandes auquel ces pages sont dédiées, a consacré, dans le cadre d’une étude magistrale, un paragraphe intitulé « Nature et titre du pouvoir ducal » au problème de la première apparition du titre ducal en Normandie. Il conclut « qu’à partir de Richard II [996-1026] s’introduit, non sans hésitation peut-être, et pour ne s’imposer définitivement que dans la deuxième moitié du XIe siècle, le titre plus honorifique de duc »2. Selon M. Yver, donc, ce titre assez tardif n’est que « plus honorifique » que ceux portés auparavant par les princes normands. Etant donné que ces derniers disposaient de toutes les prérogatives essentielles longtemps avant le règne de Richard II, le titre ducal ne semble pas toucher à l’essentiel de la charge et du pouvoir de son porteur. Mais, dans ces circonstances, est-il permis d’appeler « pouvoir ducal » un ensemble de droits qui n’a visiblement pas besoin d’être exercé par un dux ? Sinon, quel est le véritable caractère et la bonne dénomination de ce pouvoir ?

  • 3 Sur l’exclusivité du titre ducal à partir d’Henri Ier, voir Walther Kienast, Der Herzogstitel in Fr (...)
  • 4 L’acte de 1006 est édité en dernier lieu par Marie Fauroux, Recueil des actes des ducs de Normandie (...)
  • 5 F. Lot, Fidèles ou vassaux ? Paris, 1904, p. 190, n. 2 (Dudon de SaintQuentin, De moribus et actis (...)
  • 6 Comme le signale avec raison Mme Fauroux, op. cit., p. 49. Voir, sur Dudon, en dehors de M. Manitiu (...)
  • 7 Sur le mariage prétendu de Rollon et Gisèle, fille de Charles III : K. F. Werner, Die Nachkommen Ka (...)
  • 8 Guillaume de Jumièges, Gesta Normannorum ducum, éd. J. Marx, Rouen, 1914 ; Orderici Vitalis, Histor (...)
  • 9 J. Flach, op. cit., t. IV, p. 127 sqq. ; Kienast, op. cit., p. 111 sqq., 119 sqq., 127 sqq. Voir ég (...)

2Avant d’entrer dans ce débat, rappelons encore quelques détails concernant la dignité ducale normande. Ce n’est qu’au XIIe siècle, sous Henri Ier, que dux Nortmannorum, utilisé d’abord en concurrence avec d’autres titres dont nous parlerons, devient la seule titulature pour le chef normand. Quant aux Capétiens, rois de France, ils n’ont jamais reconnu, dans un diplôme, le titre ducal normand et ont continué de parler du comes Nortmannorum, jusqu’à ce que la Normandie devint domaine capétien3. Quant à la première apparition du titre ducal dans un acte en provenance de la Normandie, on est d’accord, actuellement, pour la voir dans le privilège accordé par Richard II à l’abbaye de Fécamp, et datant du 30 mai 1006. Cet acte est conservé en original, tandis que d’autres documents qu’on a voulu présenter comme preuve d’une utilisation antérieure de la nouvelle titulature sont ou des copies douteuses, postérieures à la date qu’elles portent, ou des faux4. Dès 1904, Ferdinand Lot proposait de voir en Dudon de Saint-Quentin et son histoire des ducs de Normandie, écrite vers 1015, le premier témoin de la titulature ducale en dehors des actes normands5. Coïncidence chronologique curieuse, d’autant plus qu’on se rappelle que ce même Dudon était chapelain et « chancelier » de Richard II, c’est-à-dire de ce prince qui était le premier à se nommer duc, en Normandie. Toutefois, il ne semble pas que Dudon soit celui qui ait introduit le nouveau titre à la cour normande, car le document authentique cité de 1006 est signé par le notaire Wido qui est antérieur au notariat de Dudon6. Mais le chapelain de Richard II ne s’est pas contenté d’appeler duc son maître. Dans son histoire « des ducs », il étend ce titre tout simplement à tous ses devanciers ! De même, il fait donner à Rollon, c’est-à-dire au « premier des ducs », selon lui, par le roi Charles III (« le Simple » dans une tradition postérieure), avec la main d’une fille du roi, toute la Normandie comme elle se présente à l’époque où écrit Dudon, avec, en plus, la suprématie reconnue sur les Bretons et une reconnaissance d’une indépendance de fait du prince normand et de son peuple envers la royauté7. Ce qui était un but politique de Richard II, Dudon a réussi à en faire un prétendu « héritage historique » remontant au début du Xe siècle, sur lequel les prétentions et les revendications pouvaient s’appuyer. Cette tradition historiographique devait beaucoup plaire aux Normands ; elle a été reprise et répandue par des auteurs de la seconde moitié du XIe et du XIIe siècle, comme Guillaume de Jumièges et Orderic Vital8. C’est donc par une tradition « littéraire » qui n’était pas sans buts politiques qu’est née notre façon de parler du « duché de Normandie » dès 911, et elle a résisté à toutes les critiques. On sait bien que le territoire de la Normandie n’a été obtenu qu’en trois phases successives, et non d’un seul coup. Pour le reste, on discute toujours sur le crédit plus ou moins grand à donner au récit de Dudon. Quant au titre dux, le chercheur moderne sait bien qu’aucun document contemporain ne le reconnaît pour Rollon, Guillaume Longue Epée, Richard Ier, mais il hésite à en tirer des conclusions trop précises. N’est-ce pas une faute vénielle d’être indulgent envers une tradition presque millénaire quand on doit admettre que l’autorité des chefs normands n’a pas dû attendre l’apparition effective du titre ducal pour se manifester ? Cette négligence dans l’emploi de la titulature par les historiens modernes, ne trouve-t-elle pas son excuse dans le manque apparemment total de rigueur dans l’emploi des titres par les contemporains des Xe -XIe siècles ? Après Jacques Flach et d’autres, c’est Walther Kienast qui, récemment, a souligné cette observation avec des listes impressionnantes des différents titres portés par les « ducs » normands d’une manière cumulative ou interchangeable9. Quand on trouve comes, consul, princeps, marchio, marchisus, patricius, dux utilisés sans distinction visible et quelquefois dans le même acte, comment veut-on arriver à une hypothèse valable concernant l’histoire de l’institution ducale au début de l’histoire normande ?

3En face de ce raisonnement, nous posons une question de méthode. Cet « arrangement » de l’érudition moderne avec une tradition vénérable, il est vrai, mais malheureusement point contemporaine aux événements du Xe siècle, comporte indéniablement des dangers pour une restitution précise et cohérente des faits institutionnels et politiques. Il nous empêche de cerner le sens exact des titres, mais aussi des dénominations de territoires (« duché de Normandie ») à un moment donné, ainsi que des changements dont il a pu être l’objet. N’est-il pas indispensable de se limiter d’abord aux sources strictement contemporaines, et de placer tout ce que nous y trouverons dans le cadre général des institutions du monde carolingien et post-carolingien ? Car, les titres ne valent que par la position relative qu’ils expriment dans l’ensemble du système social. Il est donc indispensable de voir la situation institutionnelle de « la Normandie » en face des autres entités politiques de la période de ses origines. Cet examen rigoureux permettra également de vérifier si, vraiment, les contemporains n’ont pas su ni voulu distinguer les titres, soit par négligence, soit à cause d’une « anarchie » générale de la situation politique et de la pensée politique. De tout cela, nous ne pouvons donner ici qu’une esquisse rapide, pour en dégager les points essentiels.

  • 10 J. Lair, Le siège de Chartres par les Normands (911), Caen, 1902. Meilleure appréciation de cet évé (...)
  • 11 Appuyé politiquement par les vainqueurs de Chartres, le roi qui allait, la même année, mettre la ma (...)
  • 12 Voir la carte dans : Histoire de la Normandie, publication sous la direction de M. de Bouard, Toulo (...)
  • 13 L’analogie frappante de cette construction juridique avec celle établie par Charles le Chauve au su (...)
  • 14 Cela ressort de deux passages très importants de Flodoard, Annales a. 923, éd. Lauer, op. cit„ p. 1 (...)
  • 15 Ragenoldus princeps Nordmannorum qui in fluvio Ligeri versabantur ; Ragenoldus cum suis Nordmannis, (...)
  • 16 Flodoard, Annales, a. 923, p. 15, 1. 15 ; a. 925, p. 29, 1. 10, déjà cité. Notons que Dudon de Sain (...)
  • 17 Rögnvald princeps, voir ci-dessus, note 15. — Rollo princeps eorum (sc. Nordmannorum) Flodoard, Ann (...)
  • 18 Complainte sur la mort de Guillaume Longue Epée, éd. par Ph. Lauer, Le règne de Louis IV d’Outre-Me (...)
  • 19 Au titre de « comte de Rouen », on assimile, à juste titre, comme nous croyons, l’expression que no (...)
  • 20 Fauroux, Recueil, no 14 bis, p. 92, 1. 9 sq.
  • 21 Lauer, Louis IV (voir n. 18), p. 131 sqq.

4Après la grave défaite infligée par Robert de Neustrie et Richard de Bourgogne à une armée de Normands assiégeant Chartres, le 20 juillet 91110, un de ses chefs, Rollon, s’avisa de traiter avec le roi Charles III11. Il en résulta un foedus par lequel Rollon, seul représentant des Normands reconnu par le roi, reçut le comitatus de la civitas de Rouen, les pagi qui en dépendaient et quelques territoires annexes12. En recevant le pouvoir comtal franc, Rollon devenait également le seul représentant légal du roi dans le territoire qu’on venait de lui céder, et cela aussi pour les habitants gallo-francs de ce territoire13. En contrepartie, les Normands — tout en se christianisant, du moins en principe — prirent l’obligation de défendre le royaume contre d’autres envahisseurs et de ne pas franchir les limites de leur territoire, ce qui était également défendu, dans le sens inverse, aux armées franques14. Flodoard de Reims, source contemporaine d’une précision remarquable, distingue parfaitement les Normands de Rollon, entrés dans le système franc, de ceux restés en dehors et qui, comme Rognvald et les siens, n’avaient pas encore reçu un territoire en Gaule15. Or, en face de ces Normands « de la Loire », ceux de Rollon ne sont plus simplement les Normands « de la Seine », comme auparavant, mais bien Nordmanni de Rodomo ou bien ex Rodomo16. Rollon est le chef incontesté, dans les yeux de Flodoard et des Francs, des Normands « de Rouen », et on l’appelle pour cela, comme son fils Guillaume, princeps Nordmannorum. Rognvald aussi est le chef de ses Normands, princeps Nordmannorum, mais il n’est pas en même temps, comme Rollon, comes17. Tout cela exprime parfaitement la position légale que Rollon occupe, comme seul chef légitime des Normands christianisés et « alliés », mais également comme comte franc de Rouen, et seul comte parmi les Normands. Personne ne parle encore d’un marchio, moins encore d’un dux normand. Quand, en 942, Guillaume Longue Epée fut la victime d’un assassinat fomenté par Arnoul, comte de Flandre, un moine de Jumièges, abbaye restaurée par Guillaume, composa une plainte sur la mort du bienfaiteur. Ce document précieux et parfaitement contemporain, loin d’adresser ses louanges aux mérites d’un duc, ce qu’il n’aurait pas manqué de faire si Guillaume en était un, s’adresse au fils (Richard Ier) du défunt avec ces mots : Salve comes Rodomensis, o Ricarde comitatus princeps18... La limitation du pouvoir et du titre par la dignité comtale, la liaison de celle-ci à la cité importante de Rouen, et la position de princeps, tout cela trouve ici une expression et une confirmation parfaites19. Encore en 1012 quand on rappelle, dans un acte ducal, Guillaume Longue Epée et son épouse Ledgarde, la fille du comte Héribert II de Vermandois, on est très précis :... extitit nobilissimus comes Willelmus Rothomagensis civitate, qui uxorem habuit Leyardam20. Dans cette première période de 1’« Etat normand », nous ne rencontrons aucun mélange anarchique de titres, mais seulement le rappel exact des deux fonctions essentielles de Rollon et de Guillaume, ainsi que de Richard Ier : ils sont comtes de Rouen, et ils sont chefs des Normands sans que la royauté puisse s’immiscer dans les relations de ce chef avec ses Normands. C’est par ce compromis qu’on a combiné l’unité normande et l’unité de l’administration franque. On sait que Louis IV a essayé de profiter de la mort de Guillaume pour asseoir plus directement le pouvoir royal en Normandie, mais on en connaît aussi les conséquences graves pour le monarque qui a complètement échoué21.

  • 22 Sur la position des Robertiens en Neustrie, nous nous permettons de renvoyer nos lecteurs à notre o (...)
  • 23 Recueil des Historiens, t. IX, p. 731 sq. Edition plus critique par Fauroux, Recueil, no 3, p. 71 : (...)
  • 24 Hugues le Grand est nommé dux Francorum en 936 par Louis IV qui, grâce à lui, a retrouvé la dignité (...)
  • 25 L. Halphen, F. Lot, Recueil des actes de Lothaire et de Louis V, Paris, 1908, no XXIV, p. 56.
  • 26 Pour l’édition de cet acte de 968, voir ci-dessus, note 23.

5Les événements auxquels nous venons de faire allusion ont fait apparaître qu’à côté du roi il y avait un autre personnage susceptible d’exercer un pouvoir sur le comte de Rouen ou plutôt représenter, en face de lui, l’Etat franc. Nous parlons de Robert, marchio du royaume de Neustrie (regnum Neustriae) et comme tel, en principe, chef de tous les comtes de cette région22. C’est de lui que Rollon a pris son nom chrétien, Robert, qui entre ainsi dans la dynastie normande. C’est à son fils, Hugues le Grand, que les Normands livrent le roi Louis IV sur lequel ils ont mis la main. Par un acte de 968, sur lequel nous reviendrons, nous savons que Hugues Capet, fils de Hugues le Grand, est le seigneur de Richard Ier23. Tout cela nous permet de supposer que le chef normand a été le vassal, non seulement du roi carolingien, mais aussi du Robertien de Neustrie, depuis une date assez reculée. Il suffit de rappeler cette position du comte de Rouen dans l’ensemble de la Neustrie pour se convaincre qu’il n’était absolument pas question pour lui de s’appeler marchio ou même dux ! Cela change, ou mieux, cela peut être changé à partir du moment où le chef robertien de la Neustrie réussit à se faire reconnaître définitivement par le roi carolingien, dux Francorum24. Et voilà que nous voyons désigné Richard Ier, dans un acte du roi Lothaire daté du 7 février 966, Nortmannorum marchisus, et encore eiusdem regni marchisus25. Deux ans plus tard, nous le retrouvons dans un acte qu’il accorde aux moines de Saint-Denis, comme Normannorum... marchio qui parle de ses fidèles in regno nostro26, tout en se reconnaissant être le vassal du dux Francorum, Hugues Capet qui était présent, ce 18 mars 968, à Berneval, lors d’une entrevue entre Normanni et Franci, dont a profité l’abbaye sandionysienne. Le fait (signalé par M. Yver) que Flodoard, si précis dans l’application des titulatures officielles, et dont les Annales s’arrêtent brusquement au début de l’année 966, ne parle jamais de marchio ou de marchisus au sujet des chefs de la Normandie, nous fait penser que ce nouveau titre, mentionné, comme nous l’avons vu, dans un acte royal du 7 février 966, était, à ce moment-là, de création tout à fait récente.

  • 27 Sur l’évolution de la charge du marchio dans le monde franc des IXe et x siècles voir K. F. Werner, (...)

6Nous voilà donc en face d’une deuxième phase de l’évolution du rang occupé, par le comte de Rouen, dans la société et politique franques du xe siècle. Pour être bien comprise, cette nouvelle situation du chef normand appelle quelques observations :10 Marchio/marchisus est un titre supplémentaire — il ne remplace ni cornes Rothomagensium (ou consul, titre qui, à l’époque, est simplement l’équivalent de cornes), ni princeps Normannorum. Cela n’est pas du tout une particularité normande, mais au contraire la règle (négligée par la recherche moderne) dans le monde franc du IXe et du Xe siècle. Les hauts fonctionnaires sont tous des comites, et ils le restent, même quand ils arrivent à être nommés marchiones. Le marchio, ou marchisus, était celui qui commandait aux comtes, d’abord dans les marches de l’Empire, ensuite également comme chef militaire suprême de tout un regnum (royaume partiel) de l’Empire. Or, ces comtes, d’abord mis sous le commandement d’un chef militaire, deviennent ensuite ses vassaux. D’ailleurs, le marchio conserve toujours, et dans la marche, et dans tout un regnum, plusieurs comtés importants dont il reste effectivement le cornes, tandis que les autres comtés appartiennent à des comtes vassaux. Voilà l’explication pourquoi, en Normandie comme ailleurs, le titre de marchio (que l’on ne devrait pas traduire, dans ces circonstances, par « marquis ») est lié au fait qu’il dispose d’un regnum. Dans celui-ci, il est le chef des comtes et, au Xe siècle, peut même nommer un comte, remplaçant, dans cette prérogative, le roi, dont il est le « vice-roi » pour le regnum27.

  • 28 Lors d’un colloque, organisé à Rouen par la Société d’histoire du Droit et la Société d’histoire du (...)
  • 29 Voir, à ce sujet, David Douglas, The earliest Norman counts, dans : English Historical Review, t. 6 (...)

72° Avant 966, le comte de Rouen devait nécessairement rester le seul comte en Normandie. Il pouvait seulement, dans les différents pagi sous ses ordres, nommer des vicecomites, ce qui explique cette institution « normande ». On la retrouve ailleurs28, étant donné que chaque comte carolingien pouvait nommer son propre vicomte, mais une telle étendue de la charge vicomtale présentant les lieutenants d’un comte souvent lointain, est une particularité issue de la situation spéciale du comte de Rouen. A partir de 966, le marchio normand pouvait, en principe, nommer des comtes-vassaux, comme l’avaient fait les Robertiens quand ils étaient marchio de la Neustrie. Que les princes normands aient longtemps hésité avant de choisir les premiers comtes parmi les membres de leur propre famille, cela est une autre histoire qui relève du domaine de la politique, non pas de celui des institutions29.

  • 30 Flodoard, Annales, a. 924, éd. Lauer, p. 24 ; a. 933, p. 55 ; s’il y a eu, certes, une conquête nor (...)

83° Il ne faut pas oublier qu’il y avait eu un changement politique important dans le monde normand, depuis que Richard Ier avait pris la succession de Guillaume Longue Epée. La partie occidentale de la Normandie actuelle, si elle était cédée aux Normands de Rouen en partie en 924 et, pour le reste, en 933, était loin d’être effectivement soumise à la domination directe du comte de Rouen. C’est seulement Richard Ier qui réussit à la soumettre, aidé en cela d’ailleurs par son allié et suzerain, Hugues le Grand30. Que le premier diplôme qui l’appelle marchisus concerne l’abbaye du Mont Saint-Michel dans l’extrême Ouest de la Normandie est, dans ces conditions, symbolique. Richard Ier est le premier véritable chef de tous les Normands installés sur le continent quand il est nommé marchisus.

  • 31 C’est si vrai que nous voyons Dudon de Saint-Quentin, ayant inventé un dux normand au Xe siècle, ob (...)

94° Etant donné que le Robertien était depuis la fin du IXe siècle le chef incontesté de toute la Neustrie carolingienne, c’est-à-dire du pays d’entre Seine et Loire, et que le chef des Normands était son vassal, tout en sauvegardant sa position de princeps Normannorum en face des Robertiens et des rois, il ne pouvait pas être question qu’un marchio normand existât, dans cette région, en même temps que le marchio robertien. Nous avons vu que la nomination de ce dernier comme dux Francorum était la condition préalable pour qu’un marchio normand puisse être nommé. Or, de même manière, il était impensable qu’un titre ducal existe, en Neustrie, en même temps que celui du Robertien31. Dans la hiérarchie, le marchio de la Normandie devait céder le pas au dux robertien. Ce n’est donc pas avant l’accès à la dignité royale des Robertiens, en 987, que la condition préalable d’une dignité ducale normande était donnée — la condition, mais pas encore nécessairement la possibilité d’une réalisation. A partir de ce moment, où il n’y avait plus de dux en Neustrie, les princes normands pouvaient avoir le dessein de se faire considérer comme les premiers princes, les plus importants, en Neustrie, et ce n’est certainement pas un hasard que cette dernière notion a pris, dans les siècles à venir, le sens de Normandie.

  • 32 Richer, Historiarum libri IIII, éd. R. Latouche, 2 vol., Paris, 1930-1937, t. II, p. 328 (lib. IV, (...)
  • 33 Helgaud de Fleury, Vie de Robert II, éd. R.-H. Bautier, Paris, 1965, p. 90 (chap. 16), texte écrit (...)
  • 34 Texte complet du diplôme, d’après l’original conservé à Fécamp, publié par J. F. Lemarignier, Etude (...)

10La prise du titre ducal, par le princeps et marchio de Normandie, se place donc nécessairement entre 987 et 1006, date du premier document authentique qui le mentionne. Est-ce qu’il y a des moyens de parvenir à une précision plus grande ? Si l’on consulte l’historiographie, on constate qu’elle ne connaît pas de duc normand avant le XIe siècle, qu’elle est donc beaucoup plus exacte dans ses indications de titulatures que des observateurs modernes nous ont fait croire. A ce constat, il y a une seule exception : Richer, moine de Saint-Rémi de Reims. Dans son histoire des Gaules, écrite vers 994, à la fin du siècle, il parle, dans une note additive concernant l’année 996, de la mort de Richard Ier dans les termes suivants : Richardus pyratarum dux apoplexia minore periit. Seulement Richer, auteur très « rhétorique », n’est pas un témoin très valable, surtout dans le domaine des notions et termes techniques. Chez lui, déjà Guillaume Longue Epée se voit appelé pyratarum dux32. Toutefois, l’emploi prolongé du mot dux au sujet des princes normands chez un auteur de la fin du Xe siècle, c’est-à-dire après 987, n’est pas un fait négligeable. Il montre que dorénavant la voie était libre, pour le chef puissant de l’Etat normand, et, ne l’oublions pas, l’allié de la royauté capétienne encore mal assise, de prétendre à la dignité suprême en dessous de la royauté. Pour une période plus avancée, nous pouvons affirmer que le titre ducal, pris au plus tard en 1006, ne choquait plus tellement des milieux proches au roi Robert II. En effet, le moine Helgaud de Fleury (Saint-Benoît-sur-Loire) qui avait connu personnellement le roi, n’hésite pas, dans sa biographie de Robert II, de mentionner comme duc Richard II, c’est-à-dire celui-ci qui a pris ce titre : a duce Normannorum Richardo33. Cela ne nous apprend évidemment pas comment Robert II, dès son vivant, a réagi devant les prétentions normandes. Heureusement, l’acte même qui montre, le premier, le titre ducal de Richard II, nous permet, par un examen approfondi, de conclure que Robert II n’était pas tout à fait étranger au changement de titre ou, pour rester dans la réalité des titulatures de l’époque, à l’addition du titre ducal aux autres titres du prince normand. Car, cette charte de 1006 pour l’église de Fécamp, elle a été donnée en présence du roi Robert II qui a délivré le même jour, à Fécamp, un diplôme confirmant les stipulations de l’acte de Richard II. Or, dans le texte complet de ce diplôme, texte qui ne se trouve pas dans toutes les éditions, et à un endroit peu remarqué, parmi les « formules », le diplôme mentionne dans l’ordre ceux qui ne doivent pas enfreindre les droits de l’abbaye : rex, dux, pontifex, comes, vicecomes...34 On parle ici, concernant l’abbaye normande, du roi (de France), du duc (de Normandie) et de l’archevêque (de Rouen). A cet endroit, le roi a donc fait reconnaître, implicitement, la dignité ducale normande, exprimée déjà dans l’acte qu’il vient de confirmer. On trouve une explication de cette attitude peut-être dans les circonstances politiques en 1006. Le roi était en lutte, comme allié d’ailleurs de Henri II, roi germanique, contre le très puissant comte de Flandre qui, lui, était, quasi héréditairement, un ennemi du prince normand. Tout cela n’a pas empêché, comme nous l’avons vu plus haut, la résistance de principe que la chancellerie capétienne a opposée au titre dux Normannorum. Mais le résultat de cette petite enquête nous fait pencher vers l’hypothèse que ce titre, possible en Neustrie seulement après 987, est né seulement en 1006 ou peu de temps auparavant, et que l’utilisation de ce nouveau titre n’était pas une simple usurpation mais s’est faite au moins avec un consentement plus ou moins tacite (nous venons d’en faire le constat) du roi Robert II.

  • 35 Fauroux, Recueil, no 18, p. 101.
  • 36 Normalement, les actes de Richard II, de Richard III et de Robert, c’est-à-dire des premiers ducs a (...)
  • 37 Fauroux, Recueil, no 12, p. 85.
  • 38 Parmi les actes authentiques de Richard II dont le texte a été conservé et qui représentent, dans l (...)
  • 39 David Douglas, dans l’étude citée ci-dessus, note 29, ne voit pas des comtes en Normandie, en dehor (...)

11Au début, le nouveau duc semble avoir distingué le rang inférieur de son père de celui, plus élevé, qu’il porte lui-même dorénavant. Preuve cette charte de 1015, dans laquelle il déclare :...me qui nuncupor Ricardus, felicissimi comitis ( !) Ricardi filius, dicorque gratia summe individueque Deijice Trinitatis Nortmannorum licet indignus dux et patritius35. Plus tard, on glissait, insensiblement ou volontairement, de « Richard le second (de ce nom) » à « Richard le second (duc) », en faisant d’abord du père homonyme, ensuite de tous les prédécesseurs, des « ducs »36. Une autre « pensée politique expansionniste » consistait à prétendre à la première place dans « toute la Neustrie », délaissée involontairement par le duc robertien devenu roi. Nous l’observons dans un acte de 1009, dans lequel Richard II s’intitule : Ricardus Dei dispositione princeps et marchio totius Neustriae ( !) provinciae37. De tout cela, et de la plupart des actes solennels donné par Richard II, ressort une conscience très grande de l’importance des titulatures et de leurs implications politiques38. Le nouveau duc qui, depuis environ 1010 au plus tard, nomme des comtes en Normandie39, désire être le chef seul et incontesté de tout son regnum et des églises épiscopales y faisant partie. Pour lui, ce titre suprême en dessous du titre royal est comme la conclusion d’un long chemin, comme l’accomplissement dans la construction d’une Normandie autonome gouvernée par un pouvoir fort que, dorénavant, on pourra appeler pouvoir ducal. Par cette conscience très claire et forte s’explique l’importance que Dudon de Saint-Quentin, le chapelain du duc, a donné à la titulature ducale. On avait atteint le but, il fallait écrire l’histoire de cette réussite, tâche à laquelle s’appliquait Dudon, quitte à embellir les choses et surtout à donner plus d’âge à des titres et des succès politiques beaucoup plus récents.

  • 40 Fauroux, Recueil, no 14, p. 90.
  • 41 J. Yver (voir ci-dessus, l’article cité note 2), p. 316, n. 40.
  • 42 Fauroux, Recueil, no 14 bis, p. 92, ligne 26.

12Nous ne voulons pas terminer ces pages sans avoir rappelé, brièvement, la réaction des autres cours de l’époque, en dehors de la réaction capétienne dont nous avons parlé. Dans les autres principautés de la France des premiers Capétiens, on n’a également pas suivi tout de suite l’application du nouveau titre qu’on observe en Normandie même. La réaction des Aquitains est particulièrement intéressante. Le titre ducal aquitain s’applique à un des regna les plus anciens et les plus importants de la France. En 1012, un échange fait entre les monastères de Bourgueil et de Jumièges a besoin d’être confirmé par les deux princes respectifs auxquels appartenaient ces deux établissements, celui d’Aquitaine et celui de Normandie. Dans le document dressé à cette occasion, nous rencontrons une distinction très fine entre le duché très ancien et authentique d’Aquitaine et celui très récent des Normands : per assensum nostrorum principum Guillelmi scilicet Aquitanorum ducis atque Richardi Normannorum marchionis40, titre qui rappelle celui que nous connaissons comme celui qui était reconnu officiellement depuis 966. Jean Yver a déjà noté qu’on puisse ici « peut-être, encore entrevoir la différence de niveau de l’autorité princière en Aquitaine et en Normandie »41. On peut ajouter que ce texte semble donner la version aquitaine, celle des moines de Bourgueil. Heureusement, le texte correspondant provenant de Jumièges nous est également conservé. Là, nous voyons que les moines normands évitent le titre ducal pour leur prince, sachant qu’il n’est pas reconnu par leurs partenaires de contrat, les Aquitains. En revanche, ils n’hésitent pas à bien souligner qu’ils mettent leur propre prince au même rang que celui de l’Aquitaine, en désignant, celui-ci aussi, simplement comme Vuillelmus Pictavorum cornes, ce qu’il était, sans conteste, également42. Et on nous dit que les contemporains négligeaient complètement les titulatures.

  • 43 Voir Louis Halphen, La lettre d’Eudes 11 de Blois au roi Robert, dans : Revue historique, t. 97, 19 (...)
  • 44 Fulbert de Chartres, Lettres, Recueil des Historiens de France, t. X, p. 443 sqq. Fulbert, dans ses (...)
  • 45 Lettres de Fulbert, ibid., no LXXIX, p. 481 ; voir no LXIX, p. 476 sq. : F. Dei gratia Carnotensium (...)
  • 46 Lettres de Fulbert, ibid., no XVII, p. 451 sq.

13Par ailleurs, nous connaissons cette lettre fameuse par laquelle Eudes II de Blois, en lutte pour la Champagne avec le roi Robert II, propose à ce dernier la médiation de son ami, le prince des Normands. Le titre qu’il lui donne, certainement pas par mauvais estime, est pourtant comes Richardus43. Un auteur de lettres très important et de la même région, Fulbert, évêque de Chartres, ne reconnaît non plus le titre ducal normand. Mais son exemple, avec lequel nous voulons conclure cette étude, montre parfaitement le vrai rang des princes normands du XIe siècle dans la hiérarchie du royaume, et en même temps la précision et même subtilité de l’emploi des titres à cette époque. Pour Fulbert, le maître et en même temps ami est, en dehors du roi Robert II, Guillaume le Grand, duc d’Aquitaine. Quand nous le voyons déployer à son égard les titulatures les plus élogieuses, proches des magnificences royales, nous pouvons donc supposer un certain parti pris en faveur de l’Aquitain44. Mais cela n’empêche pas l’évêque de Chartres, spécialiste, comme on le sait, des questions de droit féodal, de bien distinguer entre un comte quelconque et le prince des Normands. Quand il écrit au comte Foulque d’Anjou, pourtant très puissant, l’évêque se nomme le premier, avant de continuer l’adresse par les mots sobres :... Fulconi comiti salutem45. Quel contraste avec une lettre adressée à Richard II de Normandie : Venerando Normannorum principi Richardo Fulbertus Dei gratia Carnotensium episcopus, salutem et orationum suffragia. Dans le texte de la lettre, Fulbert s’adresse à Richard par les mots optime princeps, et dans la salutation finale, il dit : Vigeat diutissime incolumitas et potentia vestra46. On voit donc, comment était large, même sans reconnaissance du titre ducal, la palette des titres et distinctions, et comment Fulbert de Chartres était conscient de l’importance de la grande principauté normande.

  • 47 Les monnaies normandes du Xe siècle, très nombreuses, portent comme légende, à l’époque de Richard (...)

14N’est-on pas autorisé, en conclusion, à renvoyer dans le domaine de la légende (scientifique, celle-ci) la supposition qu’une anarchie presque absolue aurait régné dans l’usage des titres pendant les Xe -XIe siècles et qu’elle empêcherait, par conséquence, l’érudit moderne de scruter l’histoire des titulatures et, à travers celles-ci, celle des institutions ? Il s’est avéré, au contraire, que les contemporains de cette période, si on les écoute soigneusement, donnent des titres exacts pour les chefs contemporains, et dans les actes, et dans l’historiographie. On ne parle pas d’un marchio normand avant 960-966, ni d’un dux normand avant 987-1006. On appelle les chefs normands correctement, pendant une première phase, princeps Normannorum et comes (Rothomagensium), et l’on ajoute, dans une seconde phase, le titre de marchio après qu’il ait apparu dans un acte royal, en 966. Finalement, dans une troisième phase, on ajoute encore, à tous les autres titres que l’on continue à donner, parce qu’ils sont toujours également valables, le titre de dux Normannorum, et cela seulement après que ce titre soit devenu « possible », c’est-à-dire une fois les ducs robertiens devenus rois de France. Ces observations sont confirmées par ce qui s’est passé dans le domaine des monnaies des princes normands47.

  • 48 Pour J. Yver, voir la citation ci-dessus, note 40, où il parle de « l’autorité princière ». Michel (...)
  • 49 Nous nous permettons ici de renvoyer le lecteur sur un livre que nous préparons, depuis longtemps, (...)
  • 50 Fauroux, Recueil, no 67, p. 202 sqq. Voir également le no 61, p. 186 sq. :... Rotbertus divina ordi (...)

15Revenons donc à notre question initiale. Quel est le véritable caractère du pouvoir exercé par les premiers chefs normands à Rouen et quelle est la bonne dénomination de ce pouvoir ? Si la première phase de la transformation du pouvoir d’un roi (« Seekonig »), chef de Normands païens formant sa suite, en celui d’un administrateur légitime, chrétien, établi en terre franque a été exprimée par les titres princeps Nortmannorum et comes Rothomagensium, elle a également jeté les bases de l’idée d’une « terre normande », d’un territoire dont l’accès était normalement interdit aux armées franques. De rang inférieur, le prince normand avait acquis un pouvoir comparable à des princes beaucoup plus importants, des marchiones et duces qui commandaient aux comtes à la place du roi dans des regna de l’empire carolingien, et finalement arrivaient même à les nommer et en faire des vassaux. Le but politique des princes normands dans ces circonstances devait être de s’assurer, d’abord, le pouvoir sur tous les Normands habitant le royaume franc, ce qui était chose faite sous Richard Ier ; ensuite, d’arriver à être reconnu comme l’égal des marchiones du royaume, en disposant d’un regnum, dans lequel tous les comtes et toute la population étaient soumis à l’autorité d’un chef reconnu comme tel par le roi. C’était chose faite en 966, et l’on sait, que Richard Ier a habilement profité des rivalités entre le roi carolingien et le marchio, puis dux robertien, dont il était également le vassal. Le prince normand est dorénavant marchio, disposant d’un regnum (Normannorum), et il cède le pas seulement au dux Francorum qui reste, en dessous du roi, le chef de toute la Neustrie, entre Seine et Loire. Quand le Robertien devient roi, le prince normand, dans la personne de Richard II, profite de l’occasion pour prétendre au titre suprême en dessous du roi, ce qui lui donne en même temps la première place en Neustrie. Ce titre, il l’utilise surtout dans son regnum, rarement en relation avec des voisins francs, jamais quand il s’agit de contacts directs avec la cour royale qui l’intitule toujours, au moins officiellement, comes Normannorum. Même pour d’autres princes et évêques, le prince normand n’est pas toujours reconnu comme duc, mais ils respectent sa position de prince puissant et son titre officiel qui reste, pour eux, celui de comes et marchio. L’essence donc du pouvoir des successeurs de Rollon était la combinaison de leur autorité, limitée, comme chef normand avec celle de l’autorité comtale franque d’abord, celle d’un marchio ensuite. Elle a toujours trouvée son expression dans le titre princeps Nortmannorum qui est le seul commun à tous ces princes jusqu’à l’époque où Henri Ier d’Angleterre faisait du titre ducal le seul valable. Il est donc préférable de parler d’un « pouvoir princier » que d’un pouvoir ducal. Jean Yver et Michel de Bouard ont déjà utilisé cette expression48, un peu étrange, il faut l’avouer, pour des Français pour lesquels le sens du mot « prince » et « princier » s’était éloigné considérablement de ce qu’était princeps et principatus au Xe siècle. Or, le marchio et le dux étaient, dans ce siècle, plus que de simples comtes ayant réuni plusieurs comtés. Ils étaient dans une position de vice-roi, en exerçant des prérogatives royales à la place du roi. C’est pour cela que la terre qui leur était soumise s’appelait regnum et non plus seulement comitatus. En réunissant l’emprise qu’ils avaient sur leurs compatriotes normands, et les possibilités de la principalis potestas des marchio/dux49, ils ont pu créer ce qu’on appelle l’Etat normand. Il y a un acte, émané du duc Robert, le père de Guillaume le Conquérant, entre 1028 et 1033, qui nous montre d’une manière particulièrement saisissante comment la pensée politique s’attachant à la titulature d’un pouvoir suprême nonroyal, a recours à l’idée d’un regnum appartenant au princeps non-royal, et cela jusque dans le domaine de l’église normande, dont nous savons qu’elle était sous l’autorité ducale. L’acte est donné en commun par le duc Robert et l’archevêque de Rouen du même nom et de la même dynastie. Nous citons quelques passages d’un texte qui se donne l’allure d’un diplôme royal50 :

In nomine sancte et individue Trinitatis. Robert us, divina favente clemencia Normannorum dux...

... conjidimus, Deo auctore, regnum nostrum tranquilliori pace premuniri...

... placuit nobis res sancte ecclesie Rothomagensis, que caput et metropolis est regni nostri...

ut, si quid occasione temporum aut incuria principum ex his male sublata aut imminuta fortasse reperiantur, nostre majestatis auctoritate ad predictam matrem ecclesiam juste revocentur...

16A cette conception, Dudon de Saint-Quentin a donné, à sa manière, une expression historiographique dont nous avons rappelé l’efficacité. Quant aux princes de cette dynastie, après avoir cherché les magnificences presque royales de la dignité d’un princeps du XIe siècle, ils réussirent, finalement, à devenir des rois, en Angleterre, il est vrai, et non pas en France. Leur position dans ce dernier royaume restait liée, malgré leur dignité royale anglaise, aux conditions politico-sociales du regnum Francorum, comme elle l’était, nous venons de le constater, au Xe siècle. C’est ce contexte seulement qui permet de bien saisir l’évolution des différentes principautés issues de l’Etat carolingien qui ont donné naissance aux provinces de la France.

Notes

1 J. Flach, Les origines de l’ancienne France, Xe et XI siècles, t. IV, Paris, 1917, p. 109, n. 1.

2 J. Yver, Les premières institutions du duché de Normandie, dans : Settimane di studio del centro italiano di studi sull’alto medioevo, t. XVI, Spolète, 1969, p. 312 sqq., la citation p. 315 sq.

3 Sur l’exclusivité du titre ducal à partir d’Henri Ier, voir Walther Kienast, Der Herzogstitel in Frankreich und Deutschland (9. bis 12. Jahrhundert), Munich-Vienne, 1968, p. 134 sq. et p. 139. Les Capétiens ne reconnaissent pas le duc de Normandie : même à l’époque de la royauté anglaise de Guillaume le Conquérant, celui-ci reste, quant à la Normandie, comte pour la chancellerie royale : Guillelmum, regem Anglorum et comitem Nortmannorum, exemple cité par Yver, op. cit., p. 316, n. 40, en renvoyant à M. Prou, Recueil des actes de Philippe Ier, roi de France, Paris, 1908, p. 220, 1. 27, diplôme no LXXXIV. Cette reconnaissance n’arrive pas avant que la Normandie devienne capétienne : W. Kienast, op. cit., p. 137 sq. La seule exception, citée p. 139, n’est pas un diplôme issu de la chancellerie, mais une lettre. La phrase incriminée (Philippus rex Franciae Ricardo duci Normanniae) est plutôt le titre donné à la lettre par le copiste que l’adresse originale qui aurait été libellée Ph. Dei gratia Francorum rex.

4 L’acte de 1006 est édité en dernier lieu par Marie Fauroux, Recueil des actes des ducs de Normandie, 911-1066, Caen, 1961, no 9, pp. 79-81. Première édition critique, avec facsimilé, par Ch. H. Haskins, Norman Institutions, Cambridge, 1918, pp. 253-255 et pl. I. Voir également D. Douglas, The first ducal charter for Fécamp, dans : L’abbaye bénédictine de Fécamp, t. I, Fécamp, 1959, pp. 45-56, et pl. I-V. Ego autem Richardus (sic, en majuscules) Norhtmannorum dux est encore lisible dans l’original, tandis que domni Richardi illustrissimi ducis (partie de la souscription du notaire Wido) a disparu (la marge inférieure de l’original étant lacérée) et a été reconstitué d’après une copie du XVIIIe siècle. Que les documents publiés par Mme Fauroux et portant le titre ducal à une date prétendue antérieure à 1006 sont ou plus tardifs ou d’une authenticité douteuse, est démontré par W. Kienast, op. cit., pp. 110 et 117, et par le même, dans : Historische Zeitschrift, t. 199, Munich, 1964, p. 470 sq. Pour l’acte Fauroux no 2 (965), pour lequel l’édition donne la souscription S. Richardi ducis, j’ai pu signaler à M. Kienast une copie Bibl. nat., ms. lat. 5417, fol. 566 qui donne, avec d’autres lectures meilleures, S. Richardi comitis. Cette tradition semble se baser sur une copie de l’original, tandis que les autres manuscrits dépendent du Cartulaire de Saint-Père de Chartres, écrit par le moine Paul (XIe siècle), pour lequel j’ai pu démontrer une autre altération de texte grave de conséquences pour l’histoire de la maison de Vermandois, voir Die Welt als Geschichte, t. XX, Stuttgart, 1960, p. 108. On comprend mal comment Mme Fauroux a pu comprendre parmi les actes authentiques le no 5 de son édition. La tradition du texte remonte à la fin du XIIe siècle, et c’est bien à cette période que correspond l’expression de barrones utilisée dans cet acte (p. 76), aussi bien que le passage sur decimam thelonei Ebroice civitatis et vicecomitatus et hospiles in eadem villa ! La teneur de ce texte est au moins tardive : la formule, au début, Ricardus filius Willelmi, dux Normanniae ( !), concernant RichardIer, est inadmissible et prouve la rédaction tardive du texte. Mme Fauroux n’en fait d’ailleurs pas usage quand elle parle des premiers actes portant le titre ducal, Recueil, p. 49 sq.

5 F. Lot, Fidèles ou vassaux ? Paris, 1904, p. 190, n. 2 (Dudon de SaintQuentin, De moribus et actis primorum Normanniae ducum, éd. J. Lair, Caen, 1865).

6 Comme le signale avec raison Mme Fauroux, op. cit., p. 49. Voir, sur Dudon, en dehors de M. Manitius, Geschichte der lateinischen Literatur des Mittelalters, t. II, Munich, 1923, pp. 257-265, et de la critique importante de son oeuvre par H. Prentout, Essai sur les origines et la fondation du duché de Normandie, Paris, 1911, l’article de Marie Fauroux, Deux autographes de Dudon de Saint-Quentin (1011, 1015), dans : BEC, t. 111, Paris, 1953, p. 229 sqq., et, L. Musset, Le satiriste Garnier de Rouen et son milieu, dans : Revue du moyen-âge latin, t. X, 1954, p. 237 sqq.

7 Sur le mariage prétendu de Rollon et Gisèle, fille de Charles III : K. F. Werner, Die Nachkommen Karls des Grossen, dans : Karl der Grosse, p. p. W. Braunfels, t. IV, Düsseldorf, 1967, pp. 457 (n. 38) et 461 (n. 44). Le procédé de Dudon a été bien analysé par Prentout (voir note précédente).

8 Guillaume de Jumièges, Gesta Normannorum ducum, éd. J. Marx, Rouen, 1914 ; Orderici Vitalis, Historiae ecclesiasticae libri XIII, éd. A. Le Prévost, 5 vol., Paris, 1838-1855 ; nouvelle édition en cours, par M. Chibnall, Oxford, 1974 sqq.

9 J. Flach, op. cit., t. IV, p. 127 sqq. ; Kienast, op. cit., p. 111 sqq., 119 sqq., 127 sqq. Voir également Fauroux, Recueil..., p. 49 sq. C’est surtout M. Kienast qui a peu d’estime pour la valeur des indications de titulatures. Notons qu’il croit, contre J. Dhondt, Etudes sur la naissance des principautés territoriales en France (IXe-Xe siècles), Bruges, 1948, et sans preuves, que le titre ducal était utilisé en Normandie dès leX e siècle, et cela malgré ses démonstrations du fait que le document de 1006 est la première preuve authentique de l’existence de ce titre.

10 J. Lair, Le siège de Chartres par les Normands (911), Caen, 1902. Meilleure appréciation de cet événement par M. Chaume, Les origines du duché de Bourgogne, t. I, Dijon, 1925, p. 354 sqq. (citation des textes contemporains).

11 Appuyé politiquement par les vainqueurs de Chartres, le roi qui allait, la même année, mettre la main sur la Lotharingie, est loin d’être, en ce moment, la figure ridicule inventée par Dudon. Il traitait dans une position relativement forte, voir K. F. Werner, Westfranken-Frankreich unter den Spatkarolingern und friihen Kapetingern, 888-1060, dans : Handbuch der Europaischen Geschichte, dirigé par Th. Schieder, t. I, Stuttgart, 1975, § 113, b.

12 Voir la carte dans : Histoire de la Normandie, publication sous la direction de M. de Bouard, Toulouse, 1970, p. 104. (Contribution de L. Musset.) Le foedus se trouve mentionné par Flodoard, Annales a. 925, éd. Ph. Lauer, Paris, 1905, p. 29, au moment où une infraction à son égard se produit.

13 L’analogie frappante de cette construction juridique avec celle établie par Charles le Chauve au sujet de Salomon, prince des Bretons, a été soulignée, en dernier lieu, par L. Musset, dans : Documents de l'histoire de la Normandie, publication sous la direction de M. de Bouard, Toulouse, 1972, p. 76.

14 Cela ressort de deux passages très importants de Flodoard, Annales a. 923, éd. Lauer, op. cit„ p. 16, 1. 13 sqq., et a. 925, p. 29, 1. 10 sqq. — c’est ici qu’on trouve l’expression foedus (voir n. 12, ci-dessus). — Concernant la christianisation des Normands et le rôle de l’archevêque de Rouen, on peut attendre des résultats très intéressants des recherches de notre ami, M. Olivier Guillot. Voir, pour la défense du royaume, le passage célèbre que nous citons à la fin de la note suivante.

15 Ragenoldus princeps Nordmannorum qui in fluvio Ligeri versabantur ; Ragenoldus cum suis Nordmannis, quia nondum possessionem intra Gallias acceperat, Flodard, Annales, a. 923, éd. Lauer, p. 15 ; a. 924, p. 24 sq., voir a. 921, p. 6. — Normanni Sequanenses était la désignation consacrée pour les hommes de Rollon, voir le diplôme de Charles III, du 14 mars 918, éd. Ph. Lauer, Recueil des actes de Charles III, le Simple, t. I, Paris, 1940, no XCII, p. 211 :...Normannis Sequanensibus, videlicet Rolloni suisque comitibus, pro tutela regni.

16 Flodoard, Annales, a. 923, p. 15, 1. 15 ; a. 925, p. 29, 1. 10, déjà cité. Notons que Dudon de Saint-Quentin néglige sciemment la distinction entre les deux camps normands, ce qui lui permet d’élargir sensiblement le rayon d’action de ses « ducs » du Xe siècle.

17 Rögnvald princeps, voir ci-dessus, note 15. — Rollo princeps eorum (sc. Nordmannorum) Flodoard, Annales, a. 925, p. 31 ; Willelmus princeps Nordmannorum, ibid., a. 933, 939, 940, 942, 943, 960, pp. 55, 71, 73, 76, 84, 86 et 89, 148. Il s’agit là d’un titre que Flodoard réserve, dans le contexte du royaume franc, aux seuls chefs d’un peuple ou d’un regnum, c’est-à-dire normalement aux ducs des regna qui forment le grand regnum Francorum, comme, par exemple, l’Aquitaine et la Bourgogne. Voilà une preuve que le titre de princeps, reconnu par Flodoard, exprime et une certaine autonomie du chef normand, et la reconnaissance de sa position à part dans la hiérarchie du royaume, étant donné qu’il est en même temps comte de Rouen.

18 Complainte sur la mort de Guillaume Longue Epée, éd. par Ph. Lauer, Le règne de Louis IV d’Outre-Mer, Paris, 1900, p. 319 sqq., le passage cité : p. 323. Voir la nouvelle édition par Ph. A. Becker, dans : Zeitschrift für französ. Sprache und Literatur, vol. 63, 1939, p. 190 sqq.

19 Au titre de « comte de Rouen », on assimile, à juste titre, comme nous croyons, l’expression que nous trouvons dans la littérature Scandinave, concernant le prince de la Normandie : Rudu iarl.

20 Fauroux, Recueil, no 14 bis, p. 92, 1. 9 sq.

21 Lauer, Louis IV (voir n. 18), p. 131 sqq.

22 Sur la position des Robertiens en Neustrie, nous nous permettons de renvoyer nos lecteurs à notre ouvrage cité à la note 11.

23 Recueil des Historiens, t. IX, p. 731 sq. Edition plus critique par Fauroux, Recueil, no 3, p. 71 : Richard Ier parle de l’assentiment de son seigneur concernant une restitution à l’église de Saint-Denis : cum assensu senioris mei Hugonis Francorum principis...

24 Hugues le Grand est nommé dux Francorum en 936 par Louis IV qui, grâce à lui, a retrouvé la dignité royale de son père Charles III, voir Werner (comme à la note 11). Hugues Capet doit attendre quatre ans après la mort de son père, avant d’être reconnu dux Francorum par le roi Lothaire, en 960. C’est après cet événement (Flodoard, Annales, a. 960, p. 149) que le chef normand a pu profiter du fait qu’il n’y a plus un marchio en Neustrie.

25 L. Halphen, F. Lot, Recueil des actes de Lothaire et de Louis V, Paris, 1908, no XXIV, p. 56.

26 Pour l’édition de cet acte de 968, voir ci-dessus, note 23.

27 Sur l’évolution de la charge du marchio dans le monde franc des IXe et x siècles voir K. F. Werner, dans : Settimane di studio del centro italiano di studi sull’alto medioevo, t. XV, 2, Spolète, 1968, p. 797, et l’exposé du même dans l’ouvrage cité à la note 11. Voir également, sur le fait que le marchio/dux ne gouverne pas simplement un rassemblement de différents comtés, mais agit, à la place du roi, dans un regnum, K. F. Werner, Königtum und Fürstentum im Frankreich des 12. Jahrhunderts, dans : Vortrcige und Forschungen, vol. XII, Lindau, 1972, p. 177 sqq., surtout 182-186.

28 Lors d’un colloque, organisé à Rouen par la Société d’histoire du Droit et la Société d’histoire du Droit et des Institutions des Pays de l’Ouest de la France, au mois de mai 1974, nous avons eu l’occasion de signaler l’influence qu’a pu avoir sur le comte de Rouen la pratique étendue de la nomination de vicomtes dans différents comtés, de la part des Robertiens, avant leur essor à la dignité de marchio et de dux.

29 Voir, à ce sujet, David Douglas, The earliest Norman counts, dans : English Historical Review, t. 61, 1946, pp. 129-156.

30 Flodoard, Annales, a. 924, éd. Lauer, p. 24 ; a. 933, p. 55 ; s’il y a eu, certes, une conquête normande dans la partie occidentale de la Normandie actuelle, à la suite de l’expansion bretonne dans ces régions au IXe siècle, nous ne voyons pourtant pas de sources authentiques et contemporaines qui nous confirment d’une manière sûre une autorité quelconque exercée par les comtes de Rouen avant Richard Ier. Tous les textes qui en parlent sont des affirmations tardives, écrites au plus tôt aux XIe-XIIe siècles. — Sur l’aide de Hugues le Grand, voir la notice importante des Annales Nivernenses, a. 954 : Hoc anno fuit Ugo dux Frantiae cum magno exercitu in Constantino pago super Araldum Normannum. (Monum. German. Histor., t. XIII, p. 88 sq.) Dans ce chef normand rebelle, nous reconnaissons ce Hagroldus Nordmannus qui Baiocis praeerat (Flodoard, Annales, a. 945, p. 98) et qui était à l’origine de la captivité du roi Louis IV. Plus tard, Hugues Capet donnera sa soeur Emma en mariage à son allié et vassal, Richard Ier, voir Flodoard, Annales, a. 960, p. 148.

31 C’est si vrai que nous voyons Dudon de Saint-Quentin, ayant inventé un dux normand au Xe siècle, obligé d’appeler le seigneur robertien du prince normand magnus dux ! (Patrol, lat. t. 141, col. 714 D.)

32 Richer, Historiarum libri IIII, éd. R. Latouche, 2 vol., Paris, 1930-1937, t. II, p. 328 (lib. IV, c. 108), pour la citation. Pour les autres mentions de dux ou dux Pyratarum, voir t. I, p. 64 (duce Rollone traduit correctement, par Latouche, par « avec leur chef ») ; p. 156 (Wilelrnus, piratarum dux), p. 172 (Arnulfo Morinorum, Wilelmo piratarum ducibus, et encore Wilelrnus dux), p. 178 (Vuilelmi ducis interfectio), etc. Il n’y a guère de doute que l’utilisation de dux par ce moine de la fin du Xe siècle ait encouragé la négligence des auteurs modernes concernant le titre ducal normand. Or, le passage où nous voyons, p. 172, le comte de Flandre, Amould-le-Vieux, être appelé dux en même temps que Guillaume Longue Epée, montre bien l’usage libre des titulatures par Richer.

33 Helgaud de Fleury, Vie de Robert II, éd. R.-H. Bautier, Paris, 1965, p. 90 (chap. 16), texte écrit vers 1033.

34 Texte complet du diplôme, d’après l’original conservé à Fécamp, publié par J. F. Lemarignier, Etude sur les privilèges d’exemption et de juridiction ecclésiastiques des abbayes normandes depuis les origines jusqu’en 1140, Paris, 1937, no 30, p. 34. Ce diplôme est cité par Neithard Bulst, Untersuchungen zu den Klosterreformen Wilhelms von Dijon (962-1031), Bonn 1973, p. 152, n. 28.

35 Fauroux, Recueil, no 18, p. 101.

36 Normalement, les actes de Richard II, de Richard III et de Robert, c’est-à-dire des premiers ducs authentiques, ne donnent ni le titre de marchio à Guillaume Longue Epée, ni celui de dux à Richard Ier. Ils sont donc d’une sobriété et d’une exactitude remarquables. Richard II ou sa mère Gonnor (no 17, 1015) appellent Richard Ier ou bien comes (nos 9, 18), ou bien marchio (no 41). Dans d’autres actes, il s’appelle filius Richardi senioris (no 24), ou parle de Richard Ier comme de son père (genitor meus, pater meus, a patre meo, no s 36, 49, 52). Même précision pour les mentions de son grand-père, Guillaume, qui est donné comme nobilissimus comes (no 14 bis), ou comme avus meus, avus noster (nos 36, 49, 53). Même le fait que Richard II est l’homonyme de son père, ce qui amène l’utilisation d’un « numéro d’ordre », ne mène pas nécessairement à une contamination du titre ducal du second Richard avec le titre du premier. Ou bien on parle simplement de l’aequivoci Richardi (no 42), ou bien on donne un titre exact, commun aux deux princes : confirmante domino Ricardo secundo principe Normannorum (no 46). Même sous le duc Robert (mort en 1035), on appelle Guillaume Longue Epée correctement comes (no 67), on parle des prédécesseurs comme avus meus et pater (no 67), Ricardus secundus... Ricardus primus (no 66), toujours sans utiliser un titre inexact !
Il y a seulement trois pièces qui prêtent, dans ce contexte, à l’équivoque. Le no 36 (août 1025) porte : Ego Richardus secundus Normannorum dux ; le no 53 (vers 1025-1026) : Ego Richardus secundus Normannorum dux : le no 34 (août 1025) : Ego secundus nominis mei Normannorum dux Richardus. Ces textes pouvaient être interprétés comme présupposant l’existence d’un « duc Richard Ier ». Dans les deux premiers cas, Mme Fauroux met l’interpunction immédiatement après secundus, ce qui laisse la possibilité de séparer l’indication de « deuxième de ce nom » de celle concernant le titre ducal. Dans le troisième cas, l’ordonnance des mots rend plus difficile cette solution. N’est-il pas curieux, en revanche, de voir, dans les notes de l’éditeur qui précèdent ces textes, que le no 34, le plus embarrassant, est un pseudo-original de la fin du XIe siècle, donc remanié, que le no 53 est une copie figurée également de la seconde moitié du XIe siècle, et que les copies les plus anciennes du no 36 datent du XVe siècle. Quand on voit, par exemple, dans le no 34 l’abbé Guillaume de Volpiano, bien vivant à l’époque de l’acte, assorti d’un beate memorie (p. 128), on n’est pas prêt à trop se fier aux affirmations de ces actes concernant les titres, d’autant plus qu’il était tout à fait normal pour un copiste de la fin du XIe siècle d’essayer de distinguer les différents Richards. Or, que tous les princes normands avaient été, dès le début, des ducs, était devenu l’opinion générale vers la fin de ce siècle, en Normandie. Comme preuve d’un essai de faire apparaître les prédécesseurs de Richard II comme ducs, il ne reste donc plus que le no 44, datant de 1017-1024 (p. 151), et dans lequel la datation présente cette formule :... Benedicto apostolicae sedis presule, Rotberto rege Franciae... Normannorum duce Ricardo, primi Ricardi optimi ducis filio... Selon l’éditeur, il s’agit d’une pièce originale. Il faut dire que « rex Franciae » étonne, au début du XIe siècle, et que l’affirmation que Richard Ier a été un optimus dux rappelle plutôt une période qui ne voit plus le problème du titre ducal. A supposer l’acte no 44 authentique et bien daté, ce serait le premier témoignage d’une tendance à faire duc les prédécesseurs de Richard II, à titre posthume. Le destinataire en était le monastère de Saint-Ouen, près de Rouen.

37 Fauroux, Recueil, no 12, p. 85.

38 Parmi les actes authentiques de Richard II dont le texte a été conservé et qui représentent, dans l’édition Fauroux, un total de 45 pièces (l’attribution du n" 22 à Richard II étant douteuse), la moitié ne présentent que des souscriptions à des actes émanés d’autres. De ces 23 pièces, 6 portent une mention du titre ducal : nos 13, 25, 33, 40, 42, 46 bis. Les 22 autres pièces émanent de Richard II. Le titre le plus élevé qui y apparaît est, dans 5 pièces, celui de comes ou Normannorum comes, dans 3 autres, marchio, dans une, monarchus, dans les 14 autres, dur, Normannorum dux ou dux et patritius. Le no 11, enfin, est un dotalicium dans lequel Richard II, selon l’usage, ne prend pas de titre. Quand on rappelle que le no 12, tout en portant le titre de marchio, est particulièrement solennel (cf. la note précédente), que le no 15 (marchio), 29, 32 (cornes) s’adresse à une église de Chartres et que le no 43 (illustrissimus cornes) semble concerner des personnages très proches de la maison du prince, la majorité des actes montrant le titre ducal dans les actes officiels de Richard II s’avère impressionnante :nos 9, 18, 20, 23, 24, 30, 34, 35, 36, 44, 47, 49, 50, 53.

39 David Douglas, dans l’étude citée ci-dessus, note 29, ne voit pas des comtes en Normandie, en dehors du prince même, avant environ 1010. La coïncidence avec la première apparition du titre ducal est assez frappante.

40 Fauroux, Recueil, no 14, p. 90.

41 J. Yver (voir ci-dessus, l’article cité note 2), p. 316, n. 40.

42 Fauroux, Recueil, no 14 bis, p. 92, ligne 26.

43 Voir Louis Halphen, La lettre d’Eudes 11 de Blois au roi Robert, dans : Revue historique, t. 97, 1908, p. 287 sqq., réimprimé dans : L. Halphen, A travers l'histoire du Moyen-Age, Paris, 1950, p. 241 sqq., qui donne p. 242 le texte de la lettre.

44 Fulbert de Chartres, Lettres, Recueil des Historiens de France, t. X, p. 443 sqq. Fulbert, dans ses lettres à Guillaume d’Aquitaine, met toujours le nom du prince avant son propre nom, et l’intitule gloriosissimo duci (no XXXVIII p. 463), piissimo duci (no XLVIII, p. 467), clarissimo duci (no L, p. 468). Dans le texte même, il appelle Guillaume : serenissimus princeps (no XLVIII, p. 467). Le duc l’avait nommé recteur de Saint-Hilaire de Poitiers.

45 Lettres de Fulbert, ibid., no LXXIX, p. 481 ; voir no LXIX, p. 476 sq. : F. Dei gratia Carnotensium episcopus, comiti Fulconi commonitorium salutis. Voir le no XVIII, p. 452, comme exemple d’une lettre adressée à un autre comte.

46 Lettres de Fulbert, ibid., no XVII, p. 451 sq.

47 Les monnaies normandes du Xe siècle, très nombreuses, portent comme légende, à l’époque de Richard Ier : Ricardo/Rotomi ou bien + Richardvs/Rotom Civi, ou bien Richardvs/ + Rotomagvs. Voir, en dernier lieu, l’exploitation d’une riche trouvaille récente par Françoise Dumas, Le trésor de Fécamp et le monnayage en Francie occidentale pendant la seconde moitié du Xe siècle, Paris, 1971, in-4°, p. 71 sqq. C’est seulement auXIe siècle que la légende Normannia remplace Rotomagvs. Voir ibid., p. 105. Il existe des monnaies sous le nom de Richard et avec le titre Marchsvs ou Marchis, pour marchisus, cf. Kienast, Der Herzogstitel..., ouvrage cité ci-dessus, note 3, p. 115. Elles sont difficilement datables, mais notons qu’elles donnent exactement la forme du titre donné à Richard Ier dans l’acte du roi Lothaire. Les monnaies, plus récentes, qui portent la légende dvx Norman sont sans nom de prince, voir Kienast, ibid., note 46.

48 Pour J. Yver, voir la citation ci-dessus, note 40, où il parle de « l’autorité princière ». Michel de Bouard emploie l’expression « le pouvoir princier » dans sa contribution sur les institutions normandes, dans : Histoire des institutions françaises au moyen-âge, dirigée par F. Lot et R. Fawtier, t. I, Paris, p. 5.

49 Nous nous permettons ici de renvoyer le lecteur sur un livre que nous préparons, depuis longtemps, sur l’histoire de la notion de princeps et les origines du principat non-royal. Voir aussi notre article sur « les principautés périphériques dans le monde franc du VIIIe siècle », dans : Settimane di studio del centro italiano di studi sull’alto medioevo, t. XX, Spolète, 1973.

50 Fauroux, Recueil, no 67, p. 202 sqq. Voir également le no 61, p. 186 sq. :... Rotbertus divina ordinante providentiel Normannorum dux et rector... in principatu nostro... dona’a principalibus edictis confirmando... temporalis regni statum et patrie salutem proficere credimus... Proinde notum esse cunctis regni nostri fidelibus... volumus... nostre majestatis edicto roboramus... et, dans la datation, Rolberto rege Francorum, Rotberto vero Ricardi filio Normannorum regnum moderante. — Un texte négligé par Kienast, mais important pour l’histoire du titre ducal en Normandie, est cité par Bulst (voir la note 33), p. 153-154 et n. 39. Il s’agit d’une lettre prétendue du pape Benoît VIII adressée, le « 25 décembre 1016 », au duc Richard II et portant l’adresse suivante : Richardo gratia Dei illustrissimo comiti, quern apostolica auctoritas ducem Normannorum ex hoc iam appellari constituit. Ce texte, étant utilisé dans un faux fabriqué à Fécamp vers 1090 (voir Bulst, p. 153), date du XIe siècle. Avec Jaffé-Loewenfeld, no + 4015, et Ramackers nous le considérons comme un faux manifeste, contre Bulst qui signale le passage cité parmi les « anomalies » de la lettre, mais cherche à en défendre le « fond » en soutenant que le contexte ne contient aucun motif valable pour une falsification. Or, c’est le titre ducal, reconnu solennellement par la papauté et précédant un texte anodin qui est le motif du faux. Quoi qu’il en soit, dans la Normandie du XIe siècle, on connaissait bien le fait de la naissance récente du titre ducal, et on pouvait s’imaginer qu'il était décerné, à défaut de la royauté qui ne le reconnaissait pas, par le pape ! Voir sur cette lettre également Böhmer-Zimmermann, Papstregesten 911-1024, Vienne-Cologne-Graz 1969, no 1178.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1976

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search