Version classiqueVersion mobile

Droit privé et Institutions régionales

 | 
Société d'histoire du droit et des institutions des pays de l'Ouest de la France

Paix et réforme monastique en Flandre et en Normandie autour de l’année 1023

Quelques observations

Jean-François Lemarignier

Texte intégral

1Si l’on considère la paix en relation avec les pouvoirs qui sont censés en assurer la sauvegarde et si Ton cherche à cet égard à en situer les contours dans le royaume de France des années 1023, il sera loisible dès l’abord - et cela est bien connu - de la répartir entre trois catégories. Il y a, en premier lieu, la paix royale qui prend racine dans l’éthique carolingienne et dont Abbon de Fleury, une trentaine d’années plus tôt, a, sinon rénové, du moins renouvelé le principe par emprunt aux théologiens du temps de Louis le Pieux : un principe qui, par-delà les frontières du royaume, a sa correspondance, directe et sans partage, dans la monarchie impériale d’Henri IL En second lieu, la paix de Dieu peut apparaître comme une paix de suppléance ; instituée, aux années 990, par des conciles d’évêques des régions de carence royale - Aquitaine, Narbonnaise, - elle n’a depuis lors cessé de progresser par l’action conjointe de l’épiscopat et du monachisme, de se propager dans le nord par les provinces d’Arles et de Lyon jusqu’à atteindre, environ 1023, celle de Reims où les deux évêques Guérin de Beauvais et Béroud de Soissons ont pris l’initiative de faire prêter un serment de paix. Enfin la paix normande est une paix ducale que Dudon de Saint-Quentin, écrivant son livre « sur les mœurs et les actes des premiers ducs de Normandie » environ les années 1015 - 1026, fait remonter aux origines du duché et dériver d’une législation de Rollon.

  • 1 Vues d’ensemble et bibl. : A. Dumas, dans Fliche et Martin, Hist, de l’Eglise, VIII, L’Eglise au po (...)
  • 2 J.M. De Smet, De Paces Dei der Bisdommen van het graafschap Vlaanderen (1024-1119), Kritische Studi (...)
  • 3 Cette réunion est révélée par une charte de l’évêque Guérin de Beauvais dont la critique sera prése (...)

2Cette tripartition, étayée sur une bibliographie riche, souvent récente1 parfois inédite2, soutiendra quelques observations qui seront présentées à partir d’une réunion royale dont il semble bien qu’on puisse être assuré qu’elle s’est tenue à Compiègne, le 1er mai 10233. Cette réunion est aussi importante par l’un de ses objets, relatif à la paix, qu’illustre par les présences de ceux qui y sont venus auprès du roi Robert le Pieux : où la Normandie et la Flandre ont brillé d’un égal éclat, par leurs princes : Baudouin IV de Flandre, Richard II de Normandie ; par leurs abbés réformateurs. L’essentiel de notre réflexion portera sur cette réunion, ce qu’elle est et ce qui l’environne ; puis, un peu comme en manière de conclusion, sur des prolongements différents qu’a eus, en Flandre et en Normandie, l’effort de paix auxquel elle se rattache.

***

3Cette réunion pose, en préalable, un problème critique qu’il faut examiner avant de la situer dans l’ensemble de faits qui la cernent et la font comprendre et d’y considérer l’entourage royal qui la compose et en rehausse le relief.

4A. Le problème critique tient à ce que la source qui nous la fait connaître - une charte de l’évêque Guérin de Beauvais - est aussi insolite pour la forme que sûre pour les faits qu’elle relate et les présences dont elle témoigne, notamment par les souscriptions. D’où la conclusion à laquelle Prou était arrivé, en 1904, que cette charte, qui nous est connue par un original - ou un pseudo-original - aurait été, ou bien écrite après coup, ou, bien plutôt, récrite au plus tard avant la fin du XIe siècle, à partir d’une charte authentique.

  • 4 On trouvera reproduit ci-dessous, n. 68, tout le texte du récit initia ! de la charte, d’après l’éd (...)

5L’une des raisons de la méfiance de Prou, peut-être la raison majeure, était ce récit assez inhabituel par lequel la charte commence : « Robert, roi de France, avait assemblé ses grands dans son palais de Compiègne dans un dessein déterminé, parce que l’empereur des Romains, Henri - Henri II - lui avait envoyé comme ambassadeurs Gérard, évêque de Cambrai et Richard, abbé de Saint-Vanne - Richard de Saint-Vanne-. Il y avait là le comte de Flandre, Baudouin Belle-Barbe, et avec lui Léduin... abbé du monastère de Saint-Vaast... J’y étais, moi aussi, Guérin...4 ». Dans la suite du texte, Guérin fait état d’une société de prière qu’il a conclue avec Léduin entre Saint-Vaast d’Arras et l’église de Beauvais. Et, ajoute-t-il, comme l’église de Saint-Vaast possède dans son diocèse le domaine d’Angicourt, il lui donne le tiers de l’autel de ce lieu, avec certaines modalités de minime intérêt pour notre propos. Suivent une vingtaine de souscriptions qui concordent absolument toutes avec la date de 1023 et une formule de date dont les difficultés ne sont pas insolubles.

  • 5 L’acte du 13 janvier 1024 est publié en dernier lieu par Marie Fauroux, Recueil des actes des ducs (...)
  • 6 L. Musset, Les destins de la propriété monastique durant les invasions normandes (IXe-XIe s.), dans(...)

6Quant aux faits que relate la charte, leur véracité s’impose sur les deux points auxquels il se rapportent. D’abord en ce qui concerne Angicourt, car nous savons, par une notice qui, quant au fond, paraît inattaquable, que le 13 janvier 1024, donc huit mois après la réunion de Compiègne, Léduin de Saint-Vaast est venu à Rouen et a fait échange avec l’abbé Thierry de Jumièges du domaine d’Angicourt contre le prieuré d’Haspres : un prieuré lointain, situé dans le diocèse de Cambrai, que les moines de Jumièges abandonnaient à ceux de Saint-Vaast en échange d’Angicourt, plus proche - quia vicinior nobis erat, dit l’acte de 10245. Cet échange s’inscrivait dans une politique de repliement des monastères normands autour de dépendances moins éloignées, qui est l’un des aspects du tournant des années 1020-10306.

  • 7 Gesta episcoporum Cameracensium, II, 29, SS., VII, 461-2.
  • 8 Ibid.: Haec autem commutatio coram Rotberto, rege Francorum, coramque comitibus, Balduino videlicet (...)

7Or, Thierry de Jumièges, de même que Richard II de Normandie et l’archevêque de Rouen, Robert, étaient à Compiègne le 1er mai 1023 et ont souscrit la charte de Guérin. Il est donc évident que la donation de l’autel d’Angicourt à Saint-Vaast n’avait d’autre objet que de préparer l’échange postérieur de huit mois. Et c’est d’ailleurs ce qui ressort d’un long passage des Gesta episcoporum Cameracensium, rédigé peu après 1040 et fort digne de foi7. L’auteur des Gesta va même jusqu’à faire une apparente confusion ; il dit que l’échange a été fait en présence de Robert le Pieux, de Baudouin IV de Flandre : référence à la réunion de Compiègne et non pas à celle de Rouen de janvier 1024 à laquelle ils n’assistaient pas8. Confusion ? Et non pas plutôt référence à un accord verbal d’échange qui fut très probablement fait à Compiègne et seulement entériné huit mois plus tard, à Rouen.

  • 9 Gesta episc. Camer., III, 37, loc. cit., 480, qui citent Gérard parmi ceux qui accompagnaient Henri (...)
  • 10 Th. Schieffer, cité note précédente.
  • 11 Dom H. Dauphin. Le bienheureux Richard, abbé de Saint-Vanne de Verdun (+ 1046), 1946, Bibl. de la R (...)
  • 12 Cela a d’ailleurs été très bien compris par plusieurs des auteurs cités supra, n. 9, et notamment P (...)

8Le second point de la charte de Guérin, l’ambassade de Gérard de Cambrai et de Richard de Saint-Vanne auprès de Robert le Pieux, est tout aussi digne de créance. Et pour des raisons analogues : ce qu’en dit la charte est de nouveau corroboré par un fait postérieur ; et un fait que font également connaître, entre autres sources, les Gesta episcoporum Cameracensium. Car il y a eu, trois mois après la réunion de Compiègne, au début d’août, à Ivois, sur la Meuse, une entrevue extrêmement importante d’Henri II et de Robert le Pieux ; elle a eu pour objet la recherche de la paix, d’une pads et justitiae summa diffinitio, disent les Gesta qui ajoutent : tractatum est de pace sanctae Dei Ecclesiae ; et Gérard de Cambrai y était présent9. Quand on sait qui était ce Gérard de Cambrai : issu de l’aristocratie lorraine, neveu d’Adalbéron de Reims et ancien disciple de Gerbert, prélat impérial s’il en fût et aussi évêque de la province de Reims et du royaume de France pour le siège d’Arras alors uni à Cambrai10 ; et quand on sait ce qu’a fait Richard de Saint-Vanne pour le développement de la paix - et notamment de la paix de Dieu, son biographe, Hugues de Flavigny, en témoigne11-, ne paraît-il pas évident que leur ambassade auprès de Robert le Pieux n’avait d’autre objet que de préparer l’entrevue d’Ivois12 ?

9B. Ainsi, la réunion de Compiègne semble bien avoir eu pour objet premier la réception de l’ambassade pour une recherche de la paix. Et l’on peut dire objet premier, car c’est par là que le récit de la charte de Guérin commence ; or, l’ordre des faits relatés en des récits de ce genre a toujours une grande importance. Mais cette recherche de la paix ne prend vraiment tout son sens que si l’on replace la réunion de Compiègne dans un environnement de faits qui la font mieux comprendre. Ces faits sont relatifs à des troubles qui précisément mettaient la paix en péril.

  • 13 J.-F. Lemarignier, Le gouvernement royal aux premiers temps capétiens (987-1108), 1965, 59 sq., 72 (...)

10On pourrait déjà faire état de mutations de la société qui, notamment dans les régions de l’Ile-de-France et alentour, la perturbaient profondément : essor de châtellenies que le roi voyait d’un mauvais œil ; concurrence pour le ban des châtelains et des églises ; empiètement des avoués : tel le seigneur d’Encre vis-à-vis de Corbie en 1016 ; pluralités d’hommages, rendant incertaines des fidélités trop souvent multiples, au point que, vers 1020, Fulbert de Chartres est prié par le duc d’Aquitaine de définir ce qu’est la fidélité du vassal13. Tout cela crée déjà une ambiance de désordres, mais il y a des faits plus précis.

  • 14 Les présences à ce concile nous ont notamment révélées par les souscriptions d’un diplôme qu’y a ex (...)
  • 15 Pfister, op.cit., p. 333.
  • 16 Ibid., pp. 335-336. Sur la position doctrinale de Gérard à ce synode, voir C. Violante, La pauvreté (...)

111) On en discerne d’abord deux, qui l’un et l’autre semblent directement liés à la réunion de Compiègne, et d’ailleurs reliés entre eux. Le premier est le développement brusque d’un mouvement d’hérésie qui a été condamné à Orléans par un concile de décembre 1022. Or, Guérin, il faut le souligner, assistait à ce concile14 ; et nous savons par ailleurs, qu’il y a pris une part active à la réfutation des thèses hérésiarques15. D’Orléans, et malgré la répression, le mouvement a gagné le nord du royaume puisqu’au début de l’année 1025, il avait atteint Arras, c’est-à-dire le diocèse de Cambrai - Arras dont Gérard était l’évêque. Et Gérard, venu à Arras en personne, fait arrêter les hérésiarques, les fait comparaître en un synode, les réfute, arrache leur aveu16. Est-il téméraire de penser qu’entre Orléans et Arras, il ait pu y avoir trouble de ce chef en 1023 et 1024 ? Et Beauvais est entre les deux.

  • 17 L.Lex., Eudes, comte de Blois... (995-1037)..., 1892, p. 36 sq., F. Lot, Etudes sur le règne de Hug (...)
  • 18 J-F. Lemarignier, Recherches sur l’hommage en marche et les frontières féodales, 1945, p. 129 sq.
  • 19 Ibid., p. 133, n. 24, Hoffmann, op. cit., p. 52 sq. Diplôme de Robert le Pieux W. Mendel Newman, Ca (...)

12Le second fait, en relation avec le premier, est l’attitude d’Eudes II de Blois. Eudes II, qui tenait déjà les comtés de Blois, Tours, Chartres et flanquait ainsi, à l’ouest, la région d’appui principale de Robert le Pieux, située sur Taxe Orléans-Paris-Senlis, acquiert, en 1019 ou peu après, la succession des comtés de Troyes et de Meaux qui la bordent à l’est et il l’enserre ainsi jusqu’à menacer de l’étouffer. Par surcroît, cherchant à pénétrer, de Troyes, vers le sud-est, vers l’Auxerrois, peut-être pour établir une jonction par le sud entre ses possessions du groupe oriental et celles du groupe occidental17, il menace gravement la politique d’élargissement vers la Bourgogne que Robert le Pieux, prolongeant une politique des Robertiens remontant à plus d’un siècle, mène depuis 1002 et, depuis 1016, avec des promesses de succès. Eudes et Robert s’opposent à Sens - qui, pour le roi, est sur le chemin de la Bourgogne - ; et Robert, qui a pour lui l’archevêque Liétry, a, dès 1015, marqué un point en en chassant le comte Renard, un cousin d’Eudes18. Peut-être, en 1024, Robert le Pieux devait-il marquer un second point en s’avançant jusqu’à Héry qui, aux confins des diocèses de Troyes, Sens et Auxerre, est situé sur la route reliant Troyes et Auxerre : il y a pris part à un concile de paix qui pourrait bien avoir été le premier concile de paix où furent apportées des reliques ; et, à la demande de Guillaume de Volpiano, il y a délivré un diplôme pour Fruttuaria19.

  • 20 L. Lex., op. cit., p. 37 sq. et R. Parisot, Les origines de la Haute-Lorraine et sa première maison (...)

13Or, Eudes de Blois, qui ne craint pas de multiplier ses ennemis, s’oppose au même temps, en Lorraine, au duc Thierry et au comte de Toul : conflit violent, qui inquiète Henri II ; et l’un des deux objets de la paix recherchée à Ivois, en août 1023, devait être la paix avec Eudes de Blois20.

  • 21 R.-H. Bautier, L’hérésie d’Orléans et le mouvement intellectuel au début du XIe siècle, documents e (...)
  • 22 Ces présences nous sont connues par les souscriptions au diplôme royal cité supra, n. 14.
  • 23 Sur cette famille et sur Oudri, R.-H. Bautier loc. cit., pp. 77-78, J. Boussard, Les évêques de Neu (...)
  • 24 J. Boussard, op. cit., p. 180, et R.-H. Bautier, loc. cit., pp. 78-80, ont bien montré la difficult (...)

14Cependant, le conflit qui oppose Robert et Eudes II a une incidence directe sur la condamnation des hérétiques d’Orléans, Robert Henri Bautier vient de le montrer21. Il a montré qu’en décembre 1022, parmi ceux qui sont mêlés, de près ou de loin, à l’hérésie, il y a plusieurs groupes. Il y a d’abord les hérésiarques, dont certains tiennent de près à la reine Constance, à commencer par leur chef de file, le clerc Etienne, qui avait été son confesseur. Parmi les évêques, il y a un groupe royal avec les archevêques Liétry de Sens, Gauzlin de Bourges et l’évêque Francon de Paris, ancien chancelier de Robert22. On discerne aussi un autre groupe qui est lié à Eudes de Blois. En fait notamment partie l’évêque Oudri d’Orléans qui est un Broyes-Pithiviers, puissante famille châtelaine de la dépendance du comte de Blois23. Or, Oudri a supplanté, en 1021, l’évêque Thierry qui était du parti du roi et qui, à en croire le chroniqueur Clarius, n’aurait définitivement renoncé au siège d’Orléans que lors du procès des hérétiques24. Ainsi, grâce à Oudri, Eudes II cherche à prendre pied à Orléans, un centre essentiel de la puissance royale.

  • 25 Olivier Guillot, Le comte d’Anjou et son entourage au XIe siècle, 1972, t. I, p. 32
  • 26 Sur l’absence de Fulbert à Orléans et son voyage à Rome voir Pfister, op. cit., p. 332 Sources : 1 (...)

15Du groupe d’Eudes de Blois fait aussi partie Fulbert de Chartres qui, au moins depuis qu’Eudes a accru sa puissance par l’acquisition des comtés champenois, est bien obligé, comme l’a noté Olivier Guillot, de subir davantage son influence25. Cependant, Fulbert paraît gêné par ces intrigues ; en décembre 1022, il est absent d’Orléans, pour cause de voyage à Rome ; et, en 1023, sollicité par Robert le Pieux d’assister à l’entrevue d’Ivois, il s’est dérobé, arguant de son état de santé26.

  • 27 H. Fr., X, 597, no 25 et surtout Léon Labande, op. cit., p. 259, (Newman, Catal. précité, no 4i), v (...)
  • 28 Il n’y a pas de source qui le dise expressément, mais la chose est infiniment probable ; ce qui veu (...)

16On peut se demander où classer Guérin. Peut-être dans une catégorie intermédiaire. Il ne saurait, en effet, être hostile à Eudes de Blois auquel l’évêché de Beauvais devait d’importants droits de la puissance publique qu’il avait concédés, en 1015, à son prédécesseur, l’évêque Roger : un oncle d’Oudri d’Orléans27 ; mais s’il n’avait pas été favorable à Robert qui lui avait à peu près sûrement conféré son siège épiscopal28, sa présence à Compiègne, et au tout premier rang de ceux qui entourent le roi, se comprendrait-elle ?

172) Toujours au titre de l’environnement de la réunion de Compiègne, il convient maintenant de se situer dans la perspective de celle d’Ivois qui l’a suivie de trois mois. La paix, à en juger par les Gesta episcoporum Cameracensium qui en sont la source essentielle, en a été l’objet premier, sinon unique, à deux égards.

  • 29 Parisot, op. cit., p. 407.
  • 30 Lex, op. cit., pp. 38 et 77, Lot, op. cit., p. 412, sur cette lettre, Halphen, La lettre d’Eudes II (...)
  • 31 Pfister, op. cit., p. 376 et n. 5.

18a) D’abord d’un point de vue particulier relatif à Eudes de Blois. Il fut décidé qu’Eudes serait convoqué par l’empereur à une réunion qui eut effectivement lieu un mois plus tard, le 8 septembre, à Verdun, et où devait être réglé l’ensemble du contentieux dont ce comte était l’objet29. Mais si Eudes s’y montre conciliant en ce qui concerne ses différends lorrains, il ne se prête pas à un accord avec Robert. Et c’est très probablement au lendemain de cet échec que le roi fit appel à l’arbitrage de Richard II, qui échoua de la même façon et qui nous est connu par la célèbre lettre d’Eudes II à Robert le Pieux, rédigée par Fulbert de Chartres30. De moins mauvaises relations ne devaient s’établir qu’un peu plus tard - en 1025 - entre le comte de Blois et le roi, et encore seulement pour un temps : une trêve plutôt qu’une paix31.

  • 32 Gesta episcoporum Cameracensium, III, 37, M.G.H, SS, VII, 480 : Ibi certe pads et iustitiae summa d (...)
  • 33 Carlrichard Brühl, Die Anfange der deutschen Geschichte, dans Sitzungsberichte des Wissenschaftlich (...)
  • 34 Et d’amitié à égalité réciproque, ce qui rejoindrait peut-être certaines idées de K.-F. Werner, op. (...)

19b) C’est surtout d’un point de vue plus général qu’à Ivois Henri II et Robert le Pieux ont envisagé le problème de la paix ; et d’ailleurs Henri II, en désignant pour ambassadeurs à Compiègne deux des hommes d’Eglise les plus remarquables qu’il pût choisir, ne trahissait-il pas comme le dessein d’une négociation de paix s’élevant à très haut niveau ? Les deux princes ont cherché, disent les Gesta episcoporum Cameracensium - il faut revenir sur les mots dont use le chroniqueur et en pénétrer tout le sens-, à formuler les principes d’une pads et justitiae samma diffinitio : où le terme de diffinitio paraît impliquer, non pas la solution de problèmes particuliers, ce qu’il signifie quelquefois, mais la recherche de l’énoncé d’une doctrine ; et l’expression pax et justifia dérive en droite ligne du vocabulaire carolingien. Henri et Robert, poursuivent les Gesta « se sont concertés avec le plus de soin possible sur la paix de la sainte Eglise de Dieu, de façon à subvenir au mieux aux besoins de la Chrétienté qui souffre tant des troubles32 ». Ce langage laisse clairement percevoir que, pénétrés des responsabilités de leur mission impériale et royale, souverains de deux royaumes dont le souvenir n’était peut-être pas encore effacé qu’ils formaient comme les deux parties majeures de l’ancien empire carolingien33, et dans un climat « d’amitié mutuelle34 », ils voulaient s’unir pour la recherche de la paix.

  • 35 Gesta episc. Cam., III, 37 (et la bibl. citée supra, n. 9).
  • 36 Sur ce concile, E. Amann, dans Hist. de l’Eglise, VII (cité supra, n. 1), pp. 85-86.

20Or, ce qu’ils décident, c’est de prévoir une réunion commune, à laquelle prendrait part le pape Benoit VIII et qui se tiendrait à Pavie35. Peu importe qu’elle n’ait pas eu lieu, par suite de la mort presque simultanée de Benoit VIII, le 11 juin 1024, et d’Henri II, le 13 juillet suivant. Ce qui à soi seul a un sens, c’est qu’ils l’aient projetée. Car, un an avant Ivois, Henri II et Benoit VIII avaient conjointement présidé, à Pavie, un concile où les intérêts supérieurs de la Chrétienté avaient été évoqués36.

  • 37 J.-F. Lemarignier, L’exemption monastique et les origines de la réforme grégorienne, dans A Cluny.. (...)
  • 38 Mansi,... Conciliorum ampl. collectio, XIX, 343 sq. (discours du pape, 343-352, de l’empereur, 354, (...)
  • 39 J. Wollasch, Kaiser Heinrich II in Cluny, dans Frühmittelalterliche Studien, 3, 1969, p. 337.

21Et ce concile se situait lui-même dans l’ensemble d’une politique que menaient en plein accord le pape et l’empereur. Cette politique remontait à l’année 1016, à une contre-offensive chrétienne dont Benoit VIII avait pris l’initiative et qu’il avait menée avec succès dans les régions côtières de la Méditerranée occidentale contre les musulmans de l’émir de Majorque ; à quoi le pape avait joint l’octroi de privilèges apostoliques pour des monastères de l’Espagne chrétienne : Montserrat, Banols, Campredon, ou de l’Italie du sud : Le Mont-Cassin, Sainte-Sophie de Bénévent. S’associant de près à cette politique, Henri II était venu en Italie en 1021, il avait fait campagne avec le pape, dans l’Italie du sud et jusqu’à Bénévent, en mars 1022. Et les résultats de cette expédition allaient conduire, le 1er juillet 1023, à une bulle de Benoit VIII pour le Mont-Cassin dont on a pu dire qu’elle n’était autre « qu’un pacte de paix et d’alliance37 ». C’est au retour de cette campagne qu’Henri II et Benoit VIII avaient tenu, en août 1022, ce concile de Pavie où avaient été pris des décrets d’ensemble sur le redressement du clergé et où Henri II, s’élevant jusqu’aux principes même de la paix, avaient souligné que l’incontinence des clercs était l’une des sources d’où dérivaient les maux qui frappaient la Chrétienté38. Après Pavie, rentrant en Germanie, Henri II - Wollasch l’a récemment montré - était probablement passé par Cluny où il avait rencontré l’abbé Odilon39. Or, c’est peu de mois après cette entrevue qu’il avait envoyé ses ambassadeurs à la réunion de Compiègne pour préparer celle d’Ivois.

22Tous ces faits, un peu entremêlés, ne sont-ils pas le signe d’une intense activité diplomatique qui a la paix pour principal objet et qui donne tout son sens à la réunion de Compiègne du 1er mai 1023 ?

  • 40 Tels, outre l’évêque Foulque Ier d’Amiens, les comtes Raoul II de Valois, Dreu de Vexin (ils étaien (...)
  • 41 Ce lien résulte de l’éthique des moines réformateurs, telle que l’exprime, par exemple, Odon de Clu (...)

23C) A l’ampleur des desseins de paix a comme correspondu le haut niveau de l’entourage de Robert le Pieux à Compiègne, dont témoignent les souscriptions de la charte de Guérin. Sans qu’il soit question de revenir sur certaines présences, de Gérard de Cambrai, par exemple, non plus que d’insister sur celles de comtes et de châtelains de la Francia qui semblent d’assez peu de prix pour notre propos40, limitons notre recherche à ces hommes de tout premier plan qui proviennent de Flandre et de Normandie. Ils ont ceci de commun, si l’on s’en tient à l’essentiel, qu’ils soutiennent - les deux princes-, ou dirigent et propagent - les trois abbés - et au degré le plus élevé de succès, la réforme monastique. Certes, si le comte de Flandre et le duc de Normandie sont à Compiègne, et aussi les abbés Léduin de Saint-Vaast et Thierry de Jumièges, de même que l’archevêque Robert de Rouen, c’est d’abord à cause de l’échange d’Angicourt et d’Haspres. Mais il n’empêche qu’ils ne peuvent pas avoir été étrangers à la négociation de paix et qu’il existe un lien entre la réforme et la paix41.

  • 42 Flandre : la réforme de Gérard de Brogne, suscitée par le comte Arnoul, puis orientée et amplifiée (...)
  • 43 Sur Richard de Saint-Vanne, H. Dauphin, op. cit., et E. Sabbe, Note sur la réforme de Richard de Sa (...)

24Or, Baudouin IV de Flandre et Richard II de Normandie sont parmi les princes territoriaux de ce temps les plus attachés à la réforme. Et, l’un et l’autre, par une tradition de leur maison qui remonte aux années 940, c’est-à-dire à un moment où la réforme monastique a été, sinon le premier, du moins l’un des premiers signes d’un renouveau de l’Occident42. Tous les deux avaient joué d’une fortune symétrique pour reprendre ou poursuivre avec plus d’éclat que jamais la politique entreprise quatre-vingts ans plus tôt par leurs prédécesseurs : la réforme de Richard de Saint-Vanne, introduite en Flandre à partir de 1008, celle de Guillaume de Volpiano qui avait littéralement régénéré la Normandie depuis 1001, étaient d’un autre niveau, valaient à ces deux principautés, aux années 1023, un encadrement monastique au réseau autrement serré que ce qu’avaient réalisé les pionniers du Xe siècle : source, peut-être, au moins pour une part, d’un essor politique qui devait élever ces deux Etats très haut. Et finalement, toujours aux années 1023, les deux réformes de Richard de Saint-Vanne et de Guillaume de Volpiano offraient plus de points communs : éthique, observance, union personnelle de monastères avec le concours d’abbés-lieutenants, que de points de divergence : soumission ou liberté vis-à-vis de l’évêque diocésain43.

  • 44 Bulst, op cit., p. 154.
  • 45 Sur Thierry, Bulst, loc.cit. (passim) et H. Chanteux, L’abbé Thierry et les églises de Jumièges, du (...)

25Aussi bien, à Compiègne, Baudouin IV et Richard II étaient-ils entourés des abbés les plus prestigieux des deux mouvements de réforme : Baudouin IV l’était de Richard de Saint-Vanne qui en était le chef, et de Léduin qui était le principal disciple de Richard : abbé de Saint-Vaast en 1023, il devait ensuite réformer Saint-Bavon de Gand. De même, si Guillaume de Volpiano n’était pas à Compiègne - il avait quitté la Normandie depuis un certain temps et n’allait y être revenu que le 15 juin suivant44, - c’était son premier lieutenant, Thierry, qui était aux côtés de Richard II : il était à la fois prieur de Fécamp, abbé de Jumièges depuis 1017, il allait être abbé du Mont-Saint-Michel en 1023 et custos de Bernay en 1025, étendant ainsi son action d’une extrémité à l’autre de la Normandie45.

26Ces circonstances d’une symétrie de la Flandre et de la Normandie ont-elles conduit à des prolongements parallèles, en ces deux régions, de l’effort de paix auquel se rattache la réunion de Compiègne ?

***

27L’évolution- cela est très connu - y a été différente, il faut rappeler comment, pourquoi et en tirer une conclusion sur le sens de la paix normande.

  • 46 Sur la date de 1023, depuis longtemps admise, voir en dernier lieu Bonnaud-Delamare, op. cit., p. 1 (...)
  • 47 Gesta episc. Carrier., III, 27, loc. cit., p. 474.
  • 48 Je reprends ici les conclusions d’une thèse, fort remarquable, de Claude Carozzi, Le « Carmen ad Ro (...)

28En Flandre, et plus généralement dans la province de Reims, sinon dès 1023, du moins en 102446, le mouvement de la paix de Dieu s’est très vite répandu ; il y fut, pourrait-on dire, déclanché par l’institution du serment de paix proposé par Guérin de Beauvais et Béroud de Soissons. Cependant, leur initiative fut tout aussitôt combattue par Gérard de Cambrai, « parce que, disait-il, la paix est affaire royale », non épiscopale, quia regalis juris est : où Gérard opposait la paix royale à celle des évêques47. Position qui ne saurait surprendre d’un prélat ottonien d’esprit, impérial d’affinités et de statut ; et qui, d’ailleurs, très peu d’années plus tard - entre 1023 et 1027, peut-être après 102748 - est reprise en son esprit par Adalbéron de Laon : un prélat issu du même milieu social que Gérard, lorrain d’origine, ottonien de tendances, opposant, dans le Carmen ad Rotbertum regem, « un monde à l’envers », où il n’y a plus de paix parce que le roi est trop faible, à « un monde à l’endroit », où un roi fort saurait faire régner la paix. Ce qui était combat chez Gérard - un prélat jeune - est regret, amertume chez Adalbéron, un vieillard ; mais c’est au fond la même idée.

  • 49 Gesta episc. Camer., III, 41, 42, loc. cit., p. 481, voir Bonnaud-Delamare, ibid., p. 176, égalemen (...)

29Cependant, Gérard était réaliste. Au cours des années qui suivent 1023, de graves difficultés l’opposent au châtelain Gautier de Cambrai - qui, notons-le, avait participé à la réunion de Compiègne - ; elles l’amènent, sous l’influence de Léduin de Saint-Vaast et de Roderic de Saint-Bertin, à faire lui aussi prêter serment de paix49. La paix de Dieu l’emportait dans l’espace flamand.

  • 50 Elle y fut introduite, sous la forme de la trève de Dieu, « à l’occasion d’un concile provincial qu (...)
  • 51 Sur cette « paix richardienne », voir, depuis H. Prentout, Le règne de Richard II... (Mém. Acad. Ca (...)
  • 52 Notamment en ce qui concerne la constitution de réseaux d’églises rurales dépendant de monastères, (...)

30En Normandie, tout au contraire - cela aussi est bien connu - elle n’est apparue que vingt ou vingt-cinq ans après 1023 : pas avant 1042, peut-être seulement en 1047, en relation avec la crise du pouvoir ducal, du temps de la jeunesse de Guillaume le Bâtard50. Aux années 1023, elle était inutile parce que la paix ducale suffisait à maintenir l’ordre : c’était le temps de la « paix richardienne », de l’essor institutionnel fort remarquable des dernières années du règne de Richard II51, un essor auquel la réforme monastique n’a pas été étrangère52.

  • 53 Bonnaud-Delamare, op. cit. n. 1, pp. 157-165, l’a bien vu. Dédicace à Adalbéron, voir Dudon de Sain (...)
  • 54 Dudon, éd. Lair, p. 171 :

31Cependant, si les Normands n’ont pas accueilli la paix de Dieu aux années 1023, ce n’est pas par ignorance du puissant mouvement qui y portait. Dudon de Saint-Quentin, bien placé pour le connaître par sa région de provenance, par ses relations avec Adalbéron de Laon auquel il a dédié son œuvre, aurait-il, au même temps, insisté comme il l’a fait, s’il l’avait ignoré, sur la paix ducale et ses origines53 ? Et ne saurait-on être frappé de ce qu’à propos de la paix du paysan, il étend la protection aux mêmes animaux que citaient les serments de paix : le bœuf, la vache, l’âne, le cheval54 ?

32La réunion de Compiègne, et ce sera la conclusion de ces pages, paraît apporter une preuve supplémentaire en faveur de l’idée qu’aux années 1023, les dirigeants d’une Normandie qui était maintenant bien intégrée dans l’Occident chrétien, étaient parfaitement informés des problèmes de la paix et de l’orientation qui lui était donné dans la province voisine de Reims. S’ils n’ont pas accueilli la paix de Dieu en Normandie à ce moment-là, c’est parce qu’ils n’en éprouvaient pas le besoin. Ils pouvaient en rester au régime de la paix normande et les chefs de la réforme monastique, toujours réalistes, n’avaient, à cet égard, aucune raison d’orienter les choses autrement.

Annexes

APPENDICE. NOTE DIPLOMATIQUE SUR LA CHARTE DE GUÉRIN

Le problème diplomatique que pose la charte de Guérin se présente maintenant assez curieusement à rebours. Il ne s’agit pas de savoir si elle offre une garantie de véracité suffisante pour que les faits qu’elle relate, en ce qui concerne tout au moins la donation à Saint-Vaast du tiers de l’autel d’Angicourt et l’ambassade pour la paix, puissent être exploités par l’historien, puisque ces faits sont corroborés par d’autres sources et viennent s’insérer dans un ensemble d’événements propre à déjouer le soupçon. Il faut seulement se demander pourquoi un texte, dont l’apport historique est, sur ces deux points, aussi sûr, se trouve être, comme l’a fort bien montré Prou, ou un acte fait après coup, ou, bien plutôt, un acte refait à partir d’une charte authentique.

Sans qu’il soit peut-être possible d’apporter une réponse absolument certaine à la question ainsi posée, interrogeons-nous sur les arguments que l’on peut faire valoir en faveur de l’une ou l’autre de ces deux hypothèses. Prou a finalement penché pour la seconde ; il croit que le faussaire auquel nous devons la charte actuelle a exploité un modèle qui remontait au 1er mai 1023 et qu’il a donc travaillé assez tard, c’est-à-dire en un temps où ceux qui avaient vécu à cette époque n’étaient plus là pour le contredire55. Assez tard, mais cependant, notons-le, pas après 1109 ou environ, car à ce moment-là a été forgée une fausse bulle de Benoît VIII soumettant avec la plus grande rigueur la cella d’Haspres à Saint-Vaast56 ; or, cette bulle se fonde sur l’échange d’Haspres et d’Angicourt et celui qui l’a fabriquée n’avait pas seulement sous les yeux la notice du 13 janvier 1024 puisqu’il cite, parmi ceux qui ont consenti à l’échange, outre Richard II de Normandie et l’archevêque Robert de Rouen qui y assistaient bel et bien, Baudouin IV de Flandre qui n’y était pas ; il exploitait donc, à coup sûr le passage des Gesta episcoporum Cameracensium qui y introduit Baudouin IV57 et probablement aussi notre charte. D’autant plus que la fausse bulle, dans ses clauses comminatoires, fait référence à la Pax Dei quae exsuperat omnem sensum58. Ces mots ne trahissent-ils pas que sa pensée fût orientée vers la réunion de Compiègne, si étroitement liée à une recherche de la paix ?

Cependant, si les moines ont refait un acte, il faut à peu près sûrement que ce soit pour y introduire une clause à laquelle ils avaient intérêt. Cela ne saurait être la donation du tiers de l’autel d’Angicourt puisqu’elle est corroborée par des faits et des témoignages contemporains. Mais cela peut être une modalité de cette donation qui ne trouve aucun appui dans ces faits et ces témoignages, et c’est elle précisément que Maurice Prou a eue en vue. Guérin précise que Saint-Vaast, pour le tiers d’autel qu’il reçoit, n’aura jamais à payer aucune coutume à l’évêque, « au droit de l’évêque », si ce n’est, chaque année, huit deniers au synode pro obsonio, ce mot devant être compris comme une redevance liée à la visite de l’évêque et acquittée lors du synode59. Notons cependant que si cette franchise ne reçoit aucun écho des événements de 1023 que nous avons vus, elle concorde tout à fait bien avec un usage qui commençait alors à se répandre : pour ne citer qu’un seul exemple, nous savons par une lettre de Fulbert de Chartres qu’en 1022, les chanoines de ce chapitre n’avaient pas à payer à l’évêque les droits de synode et de visite pour les églises qu’ils possédaient dans son diocèse60. Prou a très justement remarqué qu’en 1084, l’évêque Guy de Beauvais avait confirmé aux moines de Saint-Vaast la possession de l’autel d’Angicourt (qu’ils avaient récupéré de Jumièges en 1038, nous allons le voir bientôt) ; il avait précisé qu’ils le tiendraient de lui comme ils l’avaient tenu de ses prédécesseurs, Guérin, Dreux, Guibert, sans avoir à craindre les troubles qui s’étaient produits et qu’ils ne lui devraient chaque année que les droits de synode et huit deniers pour la visite61. Et Prou fait alors observer que cette dette annuelle est supérieure à celle de notre charte qui n’y inclut que huit deniers en tout, avec franchise des droits de synode. Notant par surcroît qu’en 1222, c’était le tarif plus léger de la charte de Guérin et non pas celui de 1084 qui était appliqué, il se demande si l’objet du faux n’aurait pas été l’allègement de la redevance et si le faussaire n’aurait pas œuvré peu après 1084. Cela est loin d’être impossible. Cependant, Prou est étonné d’une chose, c’est que l’acte de 1084 parle de l’autel en son entier et l’apocryphe d’un tiers d’autel : aurait-on fait un faux accordant moins, sur ce point, que l’écrit de 1084 dont on cherchait, par hypothèse, à infléchir les dispositions ?

L’une des raisons qui ont permis à Prou de se laisser incliner vers une réfection de la charte aux dernières années du XIe siècle, est que l’écriture lui paraît - à la limite, il est vrai - concorder avec son option. Or, Jan Dhondt, l’ami si cher, si regretté, a contesté ce point de vue. Ayant été consulté par Léon Voet, il avait répondu qu’elle ne pouvait être postérieure au milieu du XIe siècle62. D’où Voet avait cru pouvoir conclure dans l’autre sens de l’alternative proposée par Maurice Prou : il estime qu’« il est fort probable que le faussaire ait pris comme cadre de son œuvre un événement réel qui se passa bien peu de temps avant la rédaction de sa pièce63 ».

Cependant, cette opinion se heurte à un obstacle qui paraît insurmontable et qui conduit à abandonner l’hypothèse d’un acte écrit après coup pour en revenir à celle d’un acte refait ; c’est l’obstacle d’un sceau qui a été, fort maladroitement d’ailleurs, plaqué sur notre charte, mais que Prou, sur restitution de la légende, croit être bel et bien un sceau de Guérin : détaché, par conséquent, d’un acte authentique de 1023 et ensuite tant bien que mal apposé sur notre pièce64. Toutefois, cela n’implique pas pour autant que la réfection de l’acte soit nécessairement postérieure à 1084. Qu’elle puisse être antérieure, et donc en meilleure relation avec l’écriture, est suggéré par des remarques de deux sortes qui conduisent à la situer aux quelques années, voire aux deux ou trois décennies ayant suivi la mort de Léduin, de 1047.

Les trois premières de ces remarques sont d’ordre chronologique. 1°) Il paraît peu admissible, ainsi que Prou Ta bien compris, qu’on puisse la faire remonter avant la mort de Léduin (janvier 1047), vu le véritable panégyrique dont celui-ci est gratifié dans le récit par lequel la charte commence : « ... il y avait là (à Compiègne) Léduin, de vénérable vie, abbé du monastère de Saint-Vaast, homme complètement digne de l’affection de tous les hommes de bien ; j’y étais, moi aussi, Guérin... et sous d’heureux auspices puisque j’y ai fait la connaissance d’un homme si considérable et ai gagné à mon indignité le secours de sa sainte société...65 ». De tels propos, qui se comprennent très bien après la mort de l’abbé, surprendraient antérieurement ; et cet argument, dont Prou a usé contre l’authenticité de la pièce, joue également pour proposer un terminus a quo à son élaboration. 2°) La charte épiscopale de 1084 suggère d’antérieurs désaccords dont l’autel d’Angicourt aurait été l’objet entre Saint-Vaast et l’évêque de Beauvais puisqu’elle précise que les moines le posséderont « désormais sans querelle », sine querela deinceps66. 3°) Or, la mort de Léduin fut suivie d’abbatiats pour le moins précipités puisque trois abbés se sont d’abord succédés en moins de deux ans : Jean, puis Poppon de Stavelot, celui-ci cumulant d’ailleurs nombre d’abbayes ; et lorsqu’il eut lui-même disparu, le 25 janvier 1048, le comte Baudouin V semble avoir pris une part plus grande dans le gouvernement du monastère en en confiant la direction, plus spirituelle que temporelle, à un abbé Alleaume (f 1059) ; et la succession rapide d’abbatiats se poursuit, car finalement, au cours des vingt ou vingt et un ans ayant suivi la disparition de Léduin, il n’y en a pas eu moins de cinq jusqu’à ce qu’en 1068 commence celui d’Allou, particulièrement attentif au temporel67. Ces faits conjoints ne laissent-ils pas pressentir des difficultés bien propres à expliquer l’élaboration de notre charte ?

Une autre remarque portera sur le genre même de cette charte ou plutôt du récit, encore une fois assez surprenant, par lequel elle commence et qui tient plus de la chronique que de l’habituel exposé. « Robert, roi de France, avait assemblé ses grands dans son palais de Compiègne dans un dessein déterminé... il y avait là le comte de Flandre, Baudouin Belle-Barbe, et avec lui Léduin... etc...68 ». A cet égard, il convient de rapprocher la charte de Guérin de deux autres textes concernant Angicourt, qui nous reportent aux années 1024-1038. L’un est cette notice que nous avons vue, relatant l’échange d’Haspres contre Angicourt, conclue le 13 janvier 1024 entre Jumièges et Saint-Vaast69. L’autre est relatif à un événement postérieur de quatorze ans. Car les moines de Jumièges ne devaient pas conserver très longtemps Angicourt ; ils l’ont, en 1038, rendu à Saint-Vaast contre le paiement d’une somme de cent livres d’argent et surtout contre la restitution de deux reliques : les bras de saint Aicadre et de saint Hugues, deux abbés des premiers temps de Jumièges, qui, transférés à Haspres lors de l’exode des moines au IXe siècle, n’avaient pas réintégré le monastère après l’échange de 1024. Or, la notice qui rapporte les faits intervenus en 1038 - elle se présente sous la forme d’une sorte de lettre - notice adressée par Léduin de Saint-Vaast à Henri Ier pour confirmation royale - est directement reliée à l’acte de 1024. Avec lui elle constitue comme un seul et même ensemble comprenant, bout à bout : 1°) la notice de 1024 (sous la forme où elle a été publiée en dernier lieu par Marie Fauroux, op. cit., no 26, p. 109 sq.) ; 2°) une sollicitation adressée par Léduin à Henri Ier pour confirmation des deux conventions de 1024 et 1038 : Petimus, domine rex Henrice, praecedentia et subsequentia vestra roborari magnificentia ; 3°) le récit de la convention de 1038. C’est sous cette forme conjointe que nous ont été conservés les deux textes, en deux cartulaires de Saint-Vaast70, et qu’ils ont été insérés, à la fin du XIVe siècle, par Jacques de Guise dans sa chronique du Hainaut71. Mais la version des deux cartulaires porte, en outre, tout à la fin, la mention d’une confirmation royale par souscription de chancellerie : Actum Corbeie publice anno Incarnati verbi millesimo tricesimo octavo, regni autem Henrici, Francorum regis, septimo. Ego Balduinus cancellarius relegendo subscripsi72. Et, comme pour mieux marquer le lien qui unit les deux textes, ils sont présentés l’un et l’autre dans une relation chronologique réciproque : les événements de 1038 sont datés par référence à ceux de 1024 : « Passé treize ans, la quatorzième année suivante...73 » ; et la notice relative à l’échange de 1024 a été, ou bien récrite avec interpolation après le rachat de 1038, ou seulement rédigée après lui puisqu’elle y fait allusion et fait état de quibusdam rebus praedicti patris Vedasti nostris temporibus commutatis rursumque reemplis74. Ainsi Léduin, en 1038, constituait comme un dossier - une sorte de pancarte - lettre - de deux pièces relatives aux deux dernières mutations dont Angicourt avait été l’objet.

Or, notre charte, qui est la troisième pièce de tout le dossier d’Angicourt, ou plutôt chronologiquement la première, fort proche, il faut le redire, en son début tout au moins, du genre de la notice-récit, voire de l’hagiographie, résonne ici, à cet égard, du même son que les deux autres. Un moine de Saint-Vaast, amené à l’élaborer sur les bases d’un premier écrit, ne se serait-il pas, pour la tournure et pour le style, inspiré de ces deux autres : par quoi il eût rendu hommage à Léduin, de même que par le panégyrique ? Mais cette hypothèse implique qu’il ait œuvré relativement peu de temps après la mort du prestigieux abbé qu’il voulait tout ensemble imiter et magnifier75. Car l’argument produit par Prou de l’invraisemblance de la narration initiale dans un acte authentique de 1023 se retourne à l’encontre d’une élaboration tardive : il faut que le faussaire ait bien connu la relation de l’assemblée de Compiègne pour la consigner aussi correctement qu’il l’a fait. Il faut aussi probablement, pour dire de Léduin ce qu’il a dit, qu’il ait été l’un de ses moines, impressionné par son souvenir, qu’il l’ait personnellement fréquenté76. Ces propos, bien sûr, ne sont que conjecture : non pas solution du problème, mais, sinon approche, du moins fruit de réflexions propres à aider l’historien futur de Saint-Vaast au XIe siècle, voire à susciter sa recherche. Sub judice lis est77.

Notes

1 Vues d’ensemble et bibl. : A. Dumas, dans Fliche et Martin, Hist, de l’Eglise, VIII, L’Eglise au pouvoir des laïques, 1940, p. 492 et suiv ; J.-F. Lemarignier dans Lot et Fawtier, Hist, des instit. françaises au moyen âge, III, Inst, ecclés., 1962, p. 50 et suiv. ; F. Kempf, dans Handbuch der Kirchengeschichte, III, 1, 1966, p. 388 et 394 et suiv. - Sur la paix de Dieu, l’ouvrage essentiel est actuellement H. Hoffmann, Gottesfriede und Treuga Dei, 1964 (C.R. de Strubbe, Tijd. voor Bechtsgeschiedenis, 38, 1970, 218 sq., qui situe ce livre dans les perspectives de l’historiographie de la question). Voir aussi R. Bonnaud-Delamare, Les institutions de paix dans la province ecclésiastique de Reims au XIe siècle, dans Bull. phil. et hist, du comité des travaux historiques, années 1955 et 1956, 1957, pp. 143-200 (sur la paix du roi, p. 166 sq.). Vues renouvelées : G. Duby, Les laϊcs et la paix de Dieu, dans I Laid nella societas Christiana dei sec. XIe XII, (Mendola, 1965), 1968, pp. 448-46). - Sur la paix normande, J. Yver, L’introduction de la guerre privée dans le très ancien droit normand, dans les Travaux de la semaine d’histoire du droit normand tenue à Guernesey... 1927, 1928, p. 45 ; Id., Les premières institutions du duché de Normandie, Settimane di Studio del Centro italiano di studi sull’alto medioevo, XVI, Spoleto, 1968, 1969, pp. 299-366 (notamment 316 sq., 357 sq. ; M. de Boüard, Sur les origines de la trêve de Dieu en Normandie, Annales de Normandie, 1959, pp. 169-189 et une note complémentaire (à propos d’un article de B. Topfer, cité infra, n. 50), ibid., 1963, pp. 329-331. Sur la paix de Dieu en Flandre (et dans la province de Reims), E. Strubbe, La paix de Dieu dans le nord de la France, dans Rec. de la soc. Jean Bodin, XIV, La paix, t. Ier, pp. 489-501 et H. Platelle, La violence et ses remèdes en Flandre au XIe siècle, Sacris erudiri, XX, 1971, pp. 101-173 (p. 116 et suiv.).

2 J.M. De Smet, De Paces Dei der Bisdommen van het graafschap Vlaanderen (1024-1119), Kritische Studie en tekstvitgave (thèse dactylographie, inédite), Louvain, 1956. J’ai connu quelques-unes des positions de cette thèse (dont la publication serait fort souhaitable) par l’exploitation qu’en a faite le chanoine H. Platelle dans l’article cité note précédente et par des notes de lecture que celui-ci a bien voulu me communiquer, et dont je le remercie.

3 Cette réunion est révélée par une charte de l’évêque Guérin de Beauvais dont la critique sera présentée ci-après et qui a été publiée par Maurice Prou, Une charte de Garin, évêque de Beauvais, l’assemblée de Compiègne de 1023 ou 1024, Paris, 1904, 16 p. (extr. du Recueil de mémoires publié par la Société des Antiquaires de France à l’occasion de son centenaire).

4 On trouvera reproduit ci-dessous, n. 68, tout le texte du récit initia ! de la charte, d’après l’édition Prou, loc. cit., p. 15, auquel j’ai emprunté la traduction, p. 9. Sur ce récit, voir l’Appendice, infra.

5 L’acte du 13 janvier 1024 est publié en dernier lieu par Marie Fauroux, Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066), 1961, no 26, pp. 111-113. Sur cet acte, infra, Appendice et n. 69. Sur l’échange d’Haspres et d’Angicourt, voir en dernier lieu J.-F. Lemarignier, Le prieuré d’Haspres, ses rapports avec l’abbaye de Saint-Vaast d’Arras et la centralisation monastique au début du XIIe siècle, Revue du Nord, XXIX, 1947, pp. 261-268 (bibl. p. 262, n. 10).

6 L. Musset, Les destins de la propriété monastique durant les invasions normandes (IXe-XIe s.), dans Jumièges, Congrès scientifique du XIIIe centenaire, 1955, t. Ier, pp. 49-55.

7 Gesta episcoporum Cameracensium, II, 29, SS., VII, 461-2.

8 Ibid.: Haec autem commutatio coram Rotberto, rege Francorum, coramque comitibus, Balduino videlicet Flandrensium et Ricardo Rotomagensium, facta est et eisdem corroborata.

9 Gesta episc. Camer., III, 37, loc. cit., 480, qui citent Gérard parmi ceux qui accompagnaient Henri II. Sur ce colloque d’Ivois, voir Raoul Glaber, Hist..., III, 8, éd. Prou, p. 58, et une abondante bibliographie, depuis S. Hirch et H. Bresslau, Jahrbücher des deutschen Reichs unter Heinrich II, t. III, 1875, p. 257, C. Pfister, Etudes sur le règne de Robert le Pieux..., 1885, p. 369, R. Parisot, Les origines de la Haute-Lorraine... (953-1033), 1909, pp. 406-407, et récemment K.-F. Werner, Das hochmittelalterliche Imperium im politischen Bewustsein Frankreichs (10-12 jht), Hist. Zeitschrift, 200, 1965, p. 23 et n. 2, C. Brühl, Fodrum, gistum, servitium regis, 1968, I, p. 264. Sur la présence de Gérard qui était déjà auprès d’Henri II à Aix-la-Chapelle à la fin juillet et que l’on retrouve encore à ses côtés, en septembre, à Verdun (voir ci-après), v. Th. Schiefïer, Ein Deutscher Bischof des 11 Jhts : Gerhard von Cambrai (1012-1051), Deutsches Archiv, pp. 323-344.

10 Th. Schieffer, cité note précédente.

11 Dom H. Dauphin. Le bienheureux Richard, abbé de Saint-Vanne de Verdun (+ 1046), 1946, Bibl. de la Rev. d’hist. ecclés., 24), notamment pp. 254-267. Au I. Il de sa chronique qu’il écrit à la fin du XIe siècle et où est insérée la Vita qu’il a écrite de Richard de Saint-Vanne, Hugues de Flavigny rapporte le rôle éminent joué par Richard dans le mouvement de la paix de Dieu ; et il dit tenir ce qu’il avance de l’évêque d’Autun Haganon qu’il avait connu très âgé et qui, dans sa jeunesse, avait participé à des réunions de paix et fréquenté Richard : d’où son témoignage est fort digne de foi (Chronicon, II, 30, SS., VIII, 403, 1. 44 sq., voir Dauphin, op. cit., p. 258).

12 Cela a d’ailleurs été très bien compris par plusieurs des auteurs cités supra, n. 9, et notamment Pfister, Hirsch et Bresslau.

13 J.-F. Lemarignier, Le gouvernement royal aux premiers temps capétiens (987-1108), 1965, 59 sq., 72 sq. ; Autour d’un diplôme de Robert le Pieux pour Saint-Denis (1008), C.R.A.I., 1971, p. 342 ; Structures monastiques et structures politiques dans la France de la fin du Xe siècle et des débuts du XIe siècle, dans Settimane... Spoleto..., 1956, 1957, pp. 360-382. Corbie : W. Mendel Newman, Catal. des actes de Robert II..., 1937, no 45, p. 58.

14 Les présences à ce concile nous ont notamment révélées par les souscriptions d’un diplôme qu’y a expédié Robert le Pieux, parmi lesquelles figure celle de Guérin, J.-F. Lemarignier, Le gouvernement royal..., Tableau des souscripteurs, Robert le Pieux, 58.

15 Pfister, op.cit., p. 333.

16 Ibid., pp. 335-336. Sur la position doctrinale de Gérard à ce synode, voir C. Violante, La pauvreté dans les hérésies du XIe s. en Occident dans Etudes sur l’histoire de la pauvreté... sous la direction de Michel Mollat, 1974, t. I., p. 348 sq.

17 L.Lex., Eudes, comte de Blois... (995-1037)..., 1892, p. 36 sq., F. Lot, Etudes sur le règne de Hugues Capet..., 1903, p. 397 sq., J.-F. Lemarignier, Le gouvernement royal..., p. 61 sq.

18 J-F. Lemarignier, Recherches sur l’hommage en marche et les frontières féodales, 1945, p. 129 sq.

19 Ibid., p. 133, n. 24, Hoffmann, op. cit., p. 52 sq. Diplôme de Robert le Pieux W. Mendel Newman, Catal. précité, no 57, p. 74, voir la note 1 et aussi Neithard Bulst, Untersuchungen zu dem Klosterreform Wilhelms von Dijon (962-1031), 1973, p. 124.

20 L. Lex., op. cit., p. 37 sq. et R. Parisot, Les origines de la Haute-Lorraine et sa première maison ducale (959-1033), 1909, p. 400 sq.

21 R.-H. Bautier, L’hérésie d’Orléans et le mouvement intellectuel au début du XIe siècle, documents et hypothèses, communication faite au congrès des sociétés savantes (Reims, 1970) et à la société des Antiquaires de France (déc. 1970, voir Bulletin de la soc. nat. des Antiq. de France, 1970, pp. 366-368), venant de paraître dans les Actes du 95e congrès national des sociétés savantes, Reims, 1970 (Comité des trav. hist., section de phil. et d’hist.), 1975, pp. 63-88. R.H. Bautier a bien voulu me communiquer le texte de sa relation avant qu’elle ne fût publiée, je le prie d’agréer mes très vifs remerciements.

22 Ces présences nous sont connues par les souscriptions au diplôme royal cité supra, n. 14.

23 Sur cette famille et sur Oudri, R.-H. Bautier loc. cit., pp. 77-78, J. Boussard, Les évêques de Neustrie avant la réforme grégorienne (950-1050 environ), Journal des savants, 1970, pp. 161-196, pp. 179-181, A. Chédeville, Chartres et ses campagnes (XIe XIIIe s.), 1973, p. 260, J.-F. Lemarignier, Le gouvernement royal..., pp. 54-55 et n. 60, et passim. J. Boussard et R.-H. Bautier pensent qu’une parenté très proche aurait uni Oudri à Eudes II : Oudri aurait été son neveu ; ils adoptent ainsi une opinion ancienne, exprimée par Gallia Christiana, VIII, 1434 et, en dernier lieu, par J. Devaux, Essai sur les premiers seigneurs de Pithiviers, 1887 (voir J. Boussard, p. 179, n. 82). Cette opinion se fonde sur deux propositions conjointes, dont la première est irrécusable et la seconde se heurte à un obstacle insurmontable. 1°) Oudri est, par sa mère, le neveu de l’évêque Roger de Beauvais, qui avait été chancelier de Hugues Capet avant de devenir évêque de ce diocèse ; et, en effet, dans le diplôme que Robert le Pieux a accordé, en 1028, à propos de la fondation de l’abbaye de Coulombs (H.F., X, pp. 617-619, Newman, Catal. précité, no 72), il est dit à six reprises que Roger est l’avunculus d’Oudri et celui-ci le nepos et l’héritier de Roger ; il faut donc admettre que Roger était le frère de la mère d’Oudri, c’est-à-dire d’Héloïse, épouse de Rainard, premier seigneur connu de Pithiviers (J. Boussard, p. 170, n. 82). 2°) Cependant, une relation bien établie d’oncle à neveu unissant Roger et Oudri n’implique pas une parenté de l’un et de l’autre avec les comtes de Blois. Cette parenté résulterait de ce que Roger aurait été fils d’une comtesse Berthe (Pfister, op. cit., p. 47, n. 2 : il ne précise pas sa source) qui était identifiée avec l’épouse d’Eudes Ier de Blois, devenue en secondes noces celle de Robert le Pieux : d’où la Gallia Christiana, loc. cit., le Père Anselme, Hist, généal., II, 836 et L’Art de vérifier les dates, II, 613, introduisaient Roger et Héloïse parmi les enfants d’Eudes 1er et de Berthe, cependant qu’au t. VI, 246, la même Hist, généalogique récusait cette filiation. Pfister, op. cit., p. xxxi et n. 9, 47 et n. 2, émettait l’idée que la mère de Roger et d’Héloïse aurait été une autre comtesse Berthe, en arguant du fait que le nécrologe de l’église de Chartres semble faire état de deux comtesses de ce nom (ce que contestent d’ailleurs les éditeurs de ce texte, Lépinois et Merlet, Cartul. de N.D. de Chartres, III, p. 23 et 86, voir 86, n. 2). Léon Labande, Hist, de Beauvais, 1892, p. 28 sq. a opposé à la filiation Berthe-Roger un argument irréfutable, tiré de l’âge de l’un et de l’autre : comment Berthe, qui avait une trentaine d’années lorsqu’est mort Eudes Ier en 995 (Pfister, op. cit., p. 47, n. 4) aurait-elle pu être mère de Roger qui, en 988, écrivait déjà et souscrivait comme notaire royal un diplôme d’Hugues Capet pour Sainte-Colombe de Sens (H. Fr., X, 553-554, Newman, Catal., précité,no 3 : nous en avons l’original, on y lit : Rotgerius notarius regis scripsit et subscripsit) ? Comment Roger, qui à ce moment-là ne pouvait plus être un enfant, aurait-il été le fils d’une femme qui n’avait alors qu’environ vingt-trois ans ? Et comment, au surplus, aurait-il pu être le frère (très vraisemblablement puiné, puisque c’est Eudes II qui a succédé à son père) de cet Eudes II qui était sans doute né vers 983 et était encore qualifié de parvulus en 995 (H. Fr., X, 211 A, voir Lex, op. cit., p. 20) ? Et, s’il l’avait été, le diplôme qu’a accordé Robert le Pieux à l’église de Beauvais en 1015 n’aurait-il pas fait état de cette étroite parenté, alors qu’il n’a d’autre objet que la confirmation royale d’une donation faite, à la demande de Roger, par Eudes II de biens et de droits que Roger tenait déjà d’Eudes en bénéfice et qu’il fait transférer à son église (H. Fr., X, 597-598, Newman, no 41) ? Et si Oudri avait été le neveu d’Eudes II, le diplôme relatif à la fondation de l’abbaye de Coulombs, que Robert le Pieux a accordé en 1028, aurait-il négligé d’en faire mention, alors qu’Eudes II, qui était fort intéressé par cette fondation, l’a souscrit et qu’il y est fait, comme nous l’avons vu, allusion, à six reprises, aux relations d’oncle à neveu qui unissent Oudri et Roger ? - Quant à voir en Roger, ainsi que l’avance R.-H. Bautier, op. cit., p. 77, n. 72, non pas un frère, mais un demi-frère d’Eudes II, fils, par conséquent, de Berthe, mais non pas d’Eudes Ier, c’est tout aussi impossible. Car, de deux choses l’une : ou bien il serait, de même qu’Héloïse, fils légitime d’un précédent mariage de Berthe, mais lequel ? Ou bien, il serait enfant naturel, mais Héloïse devrait alors avoir la même qualité ; et le diplôme de Coulombs n’aurait, semble-t-il bien, jamais fait état d’une parenté de ce genre ni employé les mots d’avunculus et de nepos pour situer Roger et Oudri dans leurs relations réciproques. - On a présenté une autre hypothèse de l’ascendance de Roger et d’Héloïse, voir Le gouvernement royal..., p. 55 et n. 60.

24 J. Boussard, op. cit., p. 180, et R.-H. Bautier, loc. cit., pp. 78-80, ont bien montré la difficulté de savoir quand Oudri a remplacé Thierry sur le siège d’Orléans. Ce que Ton sait de certain, c’est 1°) qu’en janvier 1021, Thierry intervient encore comme évêque dans un acte solennel concernant le chapitre cathédral (Cartulaire de Sainte-Croix d’Orléans, éd. J. Thillier et E. Jarry, no 65, pp. 130-131, cité Bautier, n. 73) et 2°) qu’entre le 5 mars et le 9 juin de la même année, Oudri a souscrit un diplôme de Robert le Pieux au même titre, S. Odelrici Aurelianorum episcopi (H.F., X, 603, voir Newman, Catal. précité, no 55). R.-H. Bautier et Gillette Labory, Helgaud de Fleury, Vie de Robert le Pieux..., 1965, p. 87, n. 7, sont donc bien fondés à écrire qu’il a été sacré entre le mois de janvier et le 9 juin 1021. Une lettre de Fulbert de Chartres à Liétry de Sens, que ses anciens éditeurs ont datée de 1022 (H. Fr., X, 471, no 56, Migne, t. 141, c. 237, p. 74, alias 30), d’ou il ressort qu’Oudri, élu a clero et populo au siège d’Orléans, n’a pas encore été sacré évêque, pourrait être source d’erreur sur la date de son sacre (G. Ch., XIV, 1434) si Pfister n’avait montré qu’elle se rapportait à la précédente mutation de ce siège, au temps où Oudri avait intrigué contre Thierry, mais sans réussir à l’évincer (vers 1010, dit Pfister, op. cit., p. 185 et sur la date rectifiée de cette lettre, De Fulberti... vita et operibus, 1885, pp. 66-67 et n. 1 et le tableau chronologique des lettres, p. 30). Sur le différend de Thierry et d’Oudri et son prolongement au temps du synode Orléanais de décembre 1022, voir Boussard et Bautier, loc. cit.

25 Olivier Guillot, Le comte d’Anjou et son entourage au XIe siècle, 1972, t. I, p. 32

26 Sur l’absence de Fulbert à Orléans et son voyage à Rome voir Pfister, op. cit., p. 332 Sources : 1 - les Gesta synodi Aurelianensis, II, H. Fr., X. 537 ; 2 - une lettre des chanoines du chapitre de Chartres à l’archevêque Hugues de Tours (H. Fr., X, 497, no 12). Sur sa dérobade relative à Ivois, Pfister, p. 370 et n. 1 : source, H. Fr., X, 472, ep. 58 (ad Robertum regem).

27 H. Fr., X, 597, no 25 et surtout Léon Labande, op. cit., p. 259, (Newman, Catal. précité, no 4i), voir F. Vercauteren, Etude sur les civitates de la Belgique seconde, 1934, p. 277 sq. et supra, n. 23.

28 Il n’y a pas de source qui le dise expressément, mais la chose est infiniment probable ; ce qui veut dire que Beauvais est à ce moment-là un évêché royal. F. Lot, Etudes sur le règne de Hugues Capet, 1903, p. 222 et Pfister op. cit., p. 183, l’admettent sans réserve. En l’absence d’un témoignage explicite, W. Mendel Newman, Le domaine royal sous les premiers Capétiens (987-1180), 1937, pp. 216 et 221, considère seulement qui c’est « très probable », mais, il semble que sa réserve soit quelque peu excessive (J.-F. Lemarignier, Le gouvernement royal..., pp. 192 et 202). Le diplôme de Robert le Pieux, de 1015, cité à la note précédente, se comprendrait mal si Beauvais n’était alors un évêché royal, soumis, par conséquent, à l’investiture du roi.

29 Parisot, op. cit., p. 407.

30 Lex, op. cit., pp. 38 et 77, Lot, op. cit., p. 412, sur cette lettre, Halphen, La lettre d’Eudes II de Blois au roi Robert, dans A travers l’histoire du moyen âge, 1950, pp. 241-250.

31 Pfister, op. cit., p. 376 et n. 5.

32 Gesta episcoporum Cameracensium, III, 37, M.G.H, SS, VII, 480 : Ibi certe pads et iustitiae summa diffinitio mutuaeque amicitiae facta reconciliatio ; ibi quoque diligentissime de pace sanctae Dei Aecclesiae maxime tractatum est, et quomodo Christianitati, quae tot lapsibus patet, melius subvenire deberent. Sur le sens de diffinitio, voir Niermeyer, Lexicon minus, Definitio ; on trouve ce mot pris dans le sens général d’énoncé d’une doctrine (ibid., no 3, voir v° definire dans le texte du Capitulaire de Francfort (794), Boretius, Capit. reg. Fr., I, 73 sq., c. 7, 9 (p. 75), voir aussi p. 314, 1.20 (826).

33 Carlrichard Brühl, Die Anfange der deutschen Geschichte, dans Sitzungsberichte des Wissenschaftlichen Gesellschaft an der Johann Wolfgang Goethe-Universitdt Frankfurt/Main, X, 1972, 5, pp. 147-181 (177 sq.).

34 Et d’amitié à égalité réciproque, ce qui rejoindrait peut-être certaines idées de K.-F. Werner, op. cit. supra, n. 9, sur une sorte de parité, au moins théorique, de pouvoir entre le roi de France et l’empereur (p. 16 sq.). Voir aussi Odorannus de Sens, éd. R.-H. Bautier et Monique Gilles, 1972, p. 22.

35 Gesta episc. Cam., III, 37 (et la bibl. citée supra, n. 9).

36 Sur ce concile, E. Amann, dans Hist. de l’Eglise, VII (cité supra, n. 1), pp. 85-86.

37 J.-F. Lemarignier, L’exemption monastique et les origines de la réforme grégorienne, dans A Cluny..., 1950, pp. 328-330.

38 Mansi,... Conciliorum ampl. collectio, XIX, 343 sq. (discours du pape, 343-352, de l’empereur, 354, voir C. Violante, La Società milanese nell’età precomunale, 2e éd., 1974 (Universale Laterza, 284), p. 200 sq.

39 J. Wollasch, Kaiser Heinrich II in Cluny, dans Frühmittelalterliche Studien, 3, 1969, p. 337.

40 Tels, outre l’évêque Foulque Ier d’Amiens, les comtes Raoul II de Valois, Dreu de Vexin (ils étaient tous les deux frères, et fils de Gautier II, de même que neveux de Foulque Ier d’Amiens), Bouchard de Vendôme, les seigneurs Bouchard (fils de Bouchard de Montmorency), Gautier de Cambrai, Albert de Creil et son frère Guillaume, Baudouin de Clermont. L’absence de Gautier II, qui contraste avec les présences de ses deux fils et de son frère Foulque Ier, incline à penser, avec Louis Carolus Barré, Le comté de Valois..., Xe S.-1328, dans Ecole... des chartes, Positions des thèses, 1934, p. 17, que cc Gautier II est mort avant le 1er mai 1023. Grierson, L’origine des comtes d’Amiens, Valois et Vexin, dans Le moyen âge, 1939, tableau généalogique au regard de la p. 96, n’a fixé d’autre date à cette mort que 1017-24.

41 Ce lien résulte de l’éthique des moines réformateurs, telle que l’exprime, par exemple, Odon de Cluny dans l’Occupation, voir Dom Jean Leclercq, L’idéal monastique de saint Odon d’après ses écrits, dans A Cluny précité, p. 227 sq. et notamment 229. Cette éthique n’a pas été sans inciter ces moines pénétrés de l’esprit de la réforme à prendre leur part du mouvement de la paix de Dieu, et une part souvent grande : Raoul Glaber le dit formellement attribuant, entre autres, aux évêques et aux abbés (ab episcopis et abbatibus..., op. cit., IV, 5, p. 103) l’origine de ce mouvement. Le rôle joué à cet égard par Richard de Saint-Vanne a été prépondérant, Hugues de Flavigny le dit et cela ne saurait être mis en doute (supra, n. 11). Hugues de Flavigny cite aussi Odilon de Cluny parmi ceux qui ont développé le mouvement (au même passage, Chronicon, II, 30, cité ibid.) et Odilon était de ceux qui, avec l’archevêque Rimbaut d’Arles et les évêques d’Avignon et de Nice, avaient envoyé, en 1041, une lettre à tout l’épiscopat des Gaules en faveur des institutions de paix (Mansi, XIX, 593). Cependant, des réserves ont été exprimées sur l’importance de cet apport monastique, notamment et en dernier par Hoffmann, op. cit., en ce qui concerne tant Odilon que Guillaume de Volpiano et il faut souhaiter avec Gerd Tellenbach (Il monachesimo riformato e i laici nei secoli XIe XII dans I laid nelle « societas Christiana » dei sec. XI e XII... Mendola, 1965, 1968, p. 137 et n. 78 où sont données les références) que la question soit reprise. Je me demande si l’on ne devrait pas accorder quelque prix à cette idée que les moines réformateurs, toujours essentiellement attachés à l’idée de paix, sont inclinés par leur réalisme à beaucoup de souplesse sur la forme que celle-ci doit prendre et qui dépend des circonstances, des structures du pouvoir. C’est ainsi qu’en Normandie - je le développerai dans les dernières pages de cet article, - les chefs de la réforme monastique, Guillaume de Volpiano et Thierry de Jumièges, parfaitement instruits de l’essor qu’aux années 1023 la paix de Dieu prend dans la province de Reims, se sont gardés de l’introduire dans celle de Rouen où l’état de choses politique ne l’imposait pas (voir infra).

42 Flandre : la réforme de Gérard de Brogne, suscitée par le comte Arnoul, puis orientée et amplifiée par ses soins, atteint Saint-Bavon de Gand en 937, s’étend à Saint-Pierre de Gand (941), Saint-Bertin (944), Saint-Vaast d’Arras quelques années plus tard, Saint-Amand (952) : jusqu’à la mort de Gérard (959), elle a profondément renouvelé le monachisme flamand, voir E. de Moreau, Histoire de l’Eglise en Belgique, II, 2e éd., 1945, p. 148 et surtout Gérard de Brogne et son œuvre réformatrice. Etudes publiées à l’occasion du millénaire de sa mort (959-1959), 1960 (Rev. bénéd., LXX), voir aussi A. Hodum, La réforme monastique d’Arnoul le Grand, Bull. trim, de la soc. acad. des antiquaires de la Morinie, t. XVIII, 1957, pp. 576-603. - Normandie : en 942, Guillaume Longue-Epée tente d’y introduire la réforme en restaurant Jumièges et en y faisant venir un abbé poitevin, Martin, qui est pénétré de l’esprit de Cluny. La réforme ainsi amorcée tourne court, par suite de la mort de Guillaume, en décembre de cette même année, J.-F. Lemarignier, dans Jumièges, congrès scientifique du XIIIe centenaire... 1954, 1955, pp. 759-763 (t. II). Elle est renouée avec plus de réussite à peu près vingt ans plus tard par influence du mouvement de Gérard de Brogne dont un lieutenant, Mainard, restaure Saint-Wandrille (961) et est appelé au Mont-Saint-Michel par Richard Ier (966), voir en dernier lieu N. Bulst, op. cit., p. 167 et surtout Dom Jean Laporte, Gérard de Brogne à Saint-Wandrille et à Saint-Riquier, dans Etudes... ci-dessus citée, pp. 142-166 (161 sq.) et L’Abbaye du Mont-Saint-Michel aux Xe et XIe siècles, dans Millénaire monastique du Mont-Saint-Michel, I, 1966, pp. 53-80.

43 Sur Richard de Saint-Vanne, H. Dauphin, op. cit., et E. Sabbe, Note sur la réforme de Richard de Saint-Vanne, dans Rev. belge de phil. et d’hist., VII, 1928, pp. 551-570. Sur Guillaume de Volpiano et sa réforme en Normandie, voir N. Bulst, op. cit., pp. 147-185. Points communs et points de divergence entre les deux réformes, Jumièges..., cité note précédente, p. 763.

44 Bulst, op cit., p. 154.

45 Sur Thierry, Bulst, loc.cit. (passim) et H. Chanteux, L’abbé Thierry et les églises de Jumièges, du Mont-Saint-Michel et de Bernay, Bulletin monumental, t. 98, 1939, pp. 67-72.

46 Sur la date de 1023, depuis longtemps admise, voir en dernier lieu Bonnaud-Delamare, op. cit., p. 175 et Hoffmann, p. 56 ; sur celle de 1024, proposée par J.-M. de Smet de préférence à 1023, voir H. Platelle, op. cit., p. 117 : elle se justifierait par la périodicité d’un renouvellement de six ans en six ans (1030, probablement 1036 etc...), - Dès 1030, le comte Baudouin IV semble bien avoir « secondé » l’action de l’Eglise, pour reprendre l’expression de F.-L. Ganshof, La Flandre, dans Lot et Fawtier, Hist des inst. fr. au moyen âge, I, 1957, p. 367 et n. 1 : ce rôle du comte est formellement attesté, pour 1030, par les Annales Elmarenses, éd. Grierson, Les annales de Saint-Pierre de Gand et de Saint-Amand, 1937, p. 84 et par le Sigeberti Gemblacensis chronographiae Auctarium Affligemense (M.G.H., SS., VI, p. 399 et éd. Gorissen, 1952, p. 113), voir HofFman, op. cit., p. 143. Le rôle joué par le comte dans l’établissement de la paix de Dieu en Flandre a été bien montré par Strubbe, op. cit. supra, n. 1 et Bonnaud-Delamare, op. cit, p. 190 sq.

47 Gesta episc. Carrier., III, 27, loc. cit., p. 474.

48 Je reprends ici les conclusions d’une thèse, fort remarquable, de Claude Carozzi, Le « Carmen ad Rotbertum regem » d’Adalbéron de Laon. Edition, traduction et essai d’explication, soutenue en juin 1973 (elle sera bientôt publiée). Cl. Carozzi pense que le Carmen a été composé à une date encore plus tardive (probablement après 1027) que celle que j’avais proposée (1023-1027, voir Le gouvernement royal..., p. 79, n. 53). Sur Adalbéron, voir aussi Robert T. Coolidge, Adalbero, bishop of Laon, dans Studies in Medieval and Renaissance history, 1965, pp. 1-114.

49 Gesta episc. Camer., III, 41, 42, loc. cit., p. 481, voir Bonnaud-Delamare, ibid., p. 176, également F.-L. Ganshof, Les origines de la Flandre impériale, dans Annales de la société royale d’archéol. de Bruxelles, t. 46, 1942-1943, pp. 99-173 p. 21 du t. à p.). La présence de Gautier de Cambrai à Compiègne le 1er mai 1023 est attestée par sa souscription à la charte de Guérin.

50 Elle y fut introduite, sous la forme de la trève de Dieu, « à l’occasion d’un concile provincial qui siégea près de Caen » (M. de Boüard, op. cit., supra n. 1, Ann. de Norm., 1959, p. 171, voir les autres travaux cités supra, n. 1 et notamment ceux de Jean Yver). En ce qui concerne la date de ce concile, M. de Boüard, ibid., pp. 174-176, avait conclu, à la suite d’une longue controverse et sur des bases très solides, en faveur de 1047, mais B. Tôpfer, Die Anfange der Treuga Dei in Nordfankreich, dans Zeitschrift fiir Geschichtswissenschaft, IX, 1961, pp. 876-893, est revenu à 1042 et a infléchi M. de Boüard qui, dans une note consacrée à cet article (Annales de Normandie, 1963, pp. 329-331), a proposé une solution de conciliation et émis l’idée que « pourraient bien avoir raison, à la fois, ceux qui avancent la date de 1042 et ceux qui préconisent celle de 1047 » (p. 331). Tout récemment, un jeune et brillant chartiste, Jean-Claude Richard, Les « miracles » composés en Normandie aux XIe et XIIe siècles, dans Ecole... des Chartes, Positions des thèses, 1975, pp. 183-189, est revenu à la date de 1047 (pp. 184-185). Je remercie Jean-Claude Richard des exposés remarquables qu’il a bien voulu faire à mon séminaire, en avril 1974, sur les principales conclusions de sa thèse.

51 Sur cette « paix richardienne », voir, depuis H. Prentout, Le règne de Richard II... (Mém. Acad. Caen, nouv. série, V, 1929, pp. 55-100), en dernier lieu les vues d’ensemble de L. Musset, Naissance de la Normandie, dans Histoire de la Normandie, (coll. « Univers de la France), p. Ill sq. et aussi Jean Yver, Les premières institutions..., loc. cit., pp. 309, 323, 325 sq., 338 et passim.

52 Notamment en ce qui concerne la constitution de réseaux d’églises rurales dépendant de monastères, en Haute-Normandie tout au moins. La faveur que Richard II accorde à ces réseaux, témoignant d’une véritable politique d’encadrement religieux des campagnes par le monachisme, ressort de trois diplômes qu’il a expédiés le même jour ou autour de même jour, en août 1025, au même lieu, Fécamp, pour les trois monastères de Fécamp, Jumièges et Bernay (éd. Marie Fauroux, Recueil des actes des ducs de Normandie, 911-1066, no s 34, 35, 36, pp. 124-141), auxquels il convient d’adjoindre celui qu’il a accordé, peut-être le même jour, en tout cas au même temps, à Saint-Ouen de Rouen (ibid., no 53, pp. 168-173 et, pour la date, p. 170). Ces quatre diplômes se présentent comme des confirmations d’ensemble des biens donnés à ces quatre monastères par les ducs, prédécesseurs de Richard II, par lui-même et aussi par d’autres et notamment de leurs fidèles. Parmi ces biens, qui sont décrits dans les moindres détails, sont citées les églises, au moins en ce qui concerne Fécamp, Jumièges et Saint-Ouen de Rouen, car pour Bernay la mention cum ecclesiis est globale et ne permet pas de dire quelles églises, en fait, appartiennent à ce monastère en 1025. Mais pour les trois autres, on peut le dire et l’on arrive aux chiffres suivants : Fécamp se voit confirmer 37 églises, Jumièges 18, Saint-Ouen 26, d’où un total de 81 (plus quelques chapelles), ce qui, à soi seul, suggère, à la source, un dessein, dont témoigne encore un fait relatif aux régions ou sont situées ces églises. La vallée de la Seine et ses abords en sont largement pourvus, depuis les confins de l’Epte (où prévaut Saint-Ouen) jusqu’aux approches de l’estuaire (Jumièges y prédomine) avec chevauchements entre les trois groupes et une véritable concentration autour de Pont de l’Arche où les trois groupes sont représentés : secteur de la vallée qui avait été celui des fiscs royaux de Pitres et du Vaudreuil, qui était aux limites d’une forte pénétration Scandinave et à laquelle le duc ne pouvait qu’attacher grand prix (L. Musset, Les domaines de l’époque franque et les destinées du régime domanial du IXe au XIe siècle, dans Bull, de la soc. des Antiq. de Normandie, t. 49, 1942-1945, pp. 7-97, notamment p. 23 sq. et, dans Naissance de la Normandie, cité note procédente, p. 104, la carte du peuplement Scandinave). Cette implantation d’églises le long de la vallée de la Seine qui commandait les relations, de paix ou d’hostilité, du duc avec le roi et qui était liée à un trafic fluvial dont témoignent, depuis 1006-1007, des franchises de taxes sur les bateaux et les tonlieux, suggère, si elle ne l’impose pas, une politique ducale utilisant le monachisme pour un encadrement religieux. Et cela était en relation avec un souci de paix (franchises de taxes fluviales : 1006-1007, Gautier II, comte de Valois-Vexin, affranchit les monastères de Jumièges et Saint-Wandrille des droits perçus sur leurs bateaux au château de Mantes, J.-J. Vernier, Chartes de l’abbaye de Jumièges no 6, t. Ier, p. 16 ; autres exemples, L. Musset, La vie économique de l’abbaye de Fécamp sous l’abbatiat de Jean de Ravenne (1028-1078) dans L’Abbaye bénédictine de Fécamp, ouvr. scientifique du XIIIe centenaire, 658-1958, p. 69, et La Seine normande et le commerce maritime du IIIe au XIe siècle, dans Rev. des soc. savantes de Haute-Normandie, no 53, 1969, pp. 3-14 ; J.-F. Lemarignier, Le gouvernement royal, p. 142, n. 1 et Etude sur les privilèges... des abbayes normandes..., 1937, p. 243, n. 24). Les idées exprimées dans cette note ont été développées et la carte des églises de 1025 a été présentée, le 7 septembre 1974, lors de la « Sesta Settimana internazionale di studio, su le Istituzioni della Societas Christiana dei secoli XI e XII », organisée par l’Université catholique de Milan ; elles seront l’objet d’une publication dans le volume des travaux de ce colloque.

53 Bonnaud-Delamare, op. cit. n. 1, pp. 157-165, l’a bien vu. Dédicace à Adalbéron, voir Dudon de Saint-Quentin, De moribus et actis..., éd. J. Lair, 1865, p. 115.

54 Dudon, éd. Lair, p. 171 :

... inter dixit (il s’agit de Rollon) ut nullus... post equum asinumque atque bovem ne perderet, custodem mitteret.

Serment de paix institué par Guérin de Beauvais (1023 ou 1024), éd. Pfister, op. cit., p. lx :

Praedam non faciam de bove, de vaca... de asino... de equa ac pullo ejus...

Certes, le rapprochement ne s’étend pas au delà de la liste des animaux, et encore celle-ci est-elle plus ample dans le serment de Guérin. Celui qui prête ce serment s’engage à ne pas faire sa proie du bœuf, de la vache, de l’âne etc., tandis que dans le texte de Dudon, Rollon considère qu’il est si bien de son office ducal de protéger ces animaux que le paysan ne doit pas se préoccuper de le faire par lui-même et il le lui interdit. C’est autre chose évidemment, mais dans les deux cas il est témoigné d’un souci de paix finalement assez analogue. Sur cette paix ducale et ses origines, il faut toujours s’en référer à l’étude classique de Jean Yver, L’interdiction de la guerre privée..., loc. cit., p. 32 sq. du t. à p. et aussi à la leçon magistrale qu’il a faite à Spolète, Les premières institutions du duché de Normandie, loc. cit., p. 320.

55 Prou, op. cit. supra, n. 3, pp. 7-9 (du t. à p.).

56 Cette bulle est éditée par le Chanoine Van Drivai, Cartulaire de l’abbaye de Saint-Vaast d’Arras rédigé au XIIe siècle par Guimann, 1875, pp. 59-61 (Jaffé, 4056), sur ce faux, voir Léon Voet, Etude sur deux bulles de Benoît VIII pour Saint-Vaast d’Arras, dans le Bulletin de la Commission royale d’histoire, CIX, 1944, pp. 187-242 et sur la date d’environ 1109, J.F. Lemarignier, op. cit. supra, n. 5.

57 La remarque en a été faite par Voet, op. cit., p. 234, voir le texte des Gesta, supra, n. 8.

58 Van Drival, loc. cit., p. 61. L’expression est de Paul, Phil., IV, 7.

59 ... ab aecclesia (Saint Vaast)... episcopali juri nullam consuetudinem persolvendam statuimus... nisi ut in sinodo VIII denarii pro obsonio in anno persolvantur (éd. Prou, loc. cit., p. 15).

60 J.F. Lemarignier, Etude sur les privilèges... des abbayes normandes..., 1937, pp. 66-67 (et les textes cités), voir aussi L. Musset, Evrecy, Deux-Jumeaux, Saint-Fromond, Recherches sur l’art pré-roman et la très ancienne histoire monastique de la Basse-Normandie, dans Bull, de la soc. des antiq. de Normandie, t. LIII, 1955-56, p. 76 et p. 80 (§ 1, in fine), édition d’un texte inédit faisant état d’une franchise accordée, entre 1014 et 1017, par l’évêque Hugues de Coutances à l’église Saint-Fromond ab omni synodo et circuitu (= circada) et omni consuetudine.

61 L. Ricouart, Les biens de l’abbaye de Saint-Vaast dans les diocèses de Beauvais, de Noyon, de Soissons et d’Amiens, 1888, pp. 42-3 :... Guido... Belvacensis episcopus, per deprecationem Aloldi, Sancti Vedasti Atrebatensis abbatis, altare de Angicurte praenominatae ecclesiae, videlicet sancti Vedasti Atrebatensis, firmiter tenere sicut ab antecessoribus suis tenuerat episcopis Belvacensibus, scilicet Warino, Drogone, Sisberto (sic) cum assensu archidiaconi sui Fulconis concedit, et privilegio ut sine querela deinceps possideat, stabilivit... ita tamen ut ecclesiae Belvacensi debitum suum solvat sinodum scilicet et octo denarios circa die (= circade) quotannis. Sur ce texte, outre Prou, loc. cit., p. 7, A. Guesnon, Un cartulaire de l’abbaye de Saint-Vaast d’Arras, codex du XIIe siècle, dans Bull, historique et philologique, 1896, pp. 240-305, p. 264.

62 L. Voet, op. cit., p. 234, n. 2.

63 Ibid.

64 Prou, loc. cit., p. 5, voir la phototypie du pseudo-original, pl. XVIII-XIX.

65 Prou, loc. cit., p. 9. Voir le texte de tout le récit initial, infra, n. 68.

66 Texte supra, n. 61.

67 Gallia Christiana, III, 380-381. Allou y est qualifié de vir sedulus ac diligens in augendis rebus.

68 Voici le texte de tout le récit initial, d’après l’édition qu’en a donnée Prou, op. cit., p. 15 : tout aussitôt après l’invocation, Rotbertus, rex Franciae, proceres suos certa de causa in palatio Compendii conduxerat quod ad eum Romanorum imperator Heinricus Gerardum, Kamaraci episcopum, et Richardum, Virduniensem abbatem, legationis gratia miserat. Aderat ergo cornes Flandriae, Balduinus honestae barbae, cum quo venerabilis vitae Ledvinus, abba cenobii beati Vedasti, vir plane dignus omnium bonorum dilectione, ubi etiam ego Warinus, Belvacensis sedis episcopus, bono meo omine interfui, cum ibidem tanti viri notitiam et sancte societatis presidium paraverim mee indignitati. Communicato enim cum sancto viro sermone, nichil ab eo visum est optabilius exposcere quam suam societatem et sancte aecclesiae sibi commissae, quam ipse cum summo Karitatis affectu michi et omnibus aecclesiae beati Petri filiis, episcopalis scilicet sedis, concessit suppliciterque ut et ipse meant et aecclesiae nostrae societatem et beneficium mereretur expetiit. J’ai emprunté la traduction à Prou, loc. cit., p. 9, voir supra, n. 4.

69 Sur cette notice, voir supra, n. 5. Sur ces événements relatifs à Angicourt, voir aussi J. Lestocquoy, Un épisode de l’histoire d’Angicourt au XIe siècle, dans Comptes rendus et mémoires de la soc. archéol. et hist, de Clermont-en-Beauvaisis, 1940-1941, p. 22. Marie Fauroux, dans son édition de la notice, citée supra, n. 5, dit que l’original de cette notice aurait été « détruit en 1915 dans le sinistre des Archives du Pas-de-Calais » (p. 112) et J. Lestocquoy, loc. cit., p. 22, n. 2, exprime la même opinion. Cependant, mon confrère M. Pierre Bougard, Directeur des services d’Archives du Pas-de-Calais, a bien voulu m’écrire, le 5 mai 1974 : « L’inventaire imprimé du fonds de Saint-Vaast, t. III, Arras, 1911, pp. 374 à 382 = [I] H 3008 à 3023 ne cite pas les notices de 1024-1038. C’est donc par inadvertance » que l’on a émis l’idée que l’original en aurait été détruit en 1915. Il est vrai que Mgr Lestocquoy, loc. cit., n’exclut pas l’hypothèse qu’« il existe peut-être encore aujourd’hui dans d’autres dépôts. » Sur la notice de 1038, voir la note suivante.

70 Ces deux cartulaires se trouvent aux archives départ, du Pas-de-Calais, fonds de Saint-Vaast : 1) [I] H 1, ff. 49 r°-50 r° (Stein, 208), voir Guesnon, op. cit., p. 262 (dit : ms. Arch.) ; 2) dit « Guiman de l’évêché » (perdu depuis 1914, heureusement retrouvé en 1970) ff. 192 v°-193 v° (Stein, 208 bis), appelé « livre rouge » par Duvivier, Actes et documents anciens concernant la Belgique, 1898, p. 340, n. 4, voir aussi Voet, loc. cit., p. 231, n. 3. Je dois à mon confrère, M. Pierre Bougard d’avoir pu me retrouver dans ce labyrinthe des cartulaires de Saint-Vaast et je ne saurais trop le remercier des renseignements, aussi précis que complets, qu’il a bien voulu me donner par sa lettre du 5 mai 1974, citée note précédente. A ces renseignements, il avait bien voulu joindre les microfilms des deux copies des cartulaires, que j’ai pu lire à l’Institut de recherche et d’histoire des textes, de Paris, grâce à l’extrême obligeance de Mlle Anne-Marie Legras, Attachée à cet Institut, qui, elle aussi, voudra bien trouver ici l’expression de ma vive gratitude. Cette double lecture m’a permis une collation avec l’édition de cet ensemble des deux notices de 1024 et 1038, citée à la note suivante. Sur les deux cartulaires, voir aussi Dom J. Becquet, dans Revue Mabillon, 1973, pp. 283-284.

71 Jacques de Guise, Annales Hanoniae, XIV, c. 7-8, éd. Sackur, M.G.H., SS, XXXL pp, 170-171. La phrase de sollicitation pour confirmation royale adressée par Léduin à Henri Ier (Petimus-magnificentia) a été condensée sous une forme inintelligible par Jacques de Guise (p. 170, 1. 42-43) ; elle est identique, en sa forme correcte, dans les copies des deux cartulaires et a été ainsi reproduite par Guesnon, op. cit., p. 262.

72 Cette formule finale de date et de corroboration royale, qui se trouve dans deux cartulaires, est également reproduite par Duvivier, loc. cit. (supra, n. 70) et par Guesnon, op. cit., p. 263 ; elle vient aussitôt après le cenobii final de la recension de Jacques de Guise (ibid., p. 171, 1. 34). Soehnée, Catalogue des actes d’Henri Ier, n’a pas recensé l’acte de 1038. Par contre, il a retenu la charte de Guérin, souscrite par Henri Ier de même que par son père, Robert le Pieux (no 4, 1er mai 1023). W. Mendel Newman, Catal. des actes de Robert II, sur la foi des critiques de Prou, n’a recensé cette charte que dans les actes faux (no 132, p. 168).

73 M.G.H., loc. cit. supra, p. 170, dernière ligne : Peractis numéro tredecim annis quartus decimus subsequens...

74 Marie Fauroux, loc. cit. et M.G.H., p. 170, 1. 30.

75 Il paraît cependant vraisemblable qu’il ne l’ait pas fait avant la mort de Gérard de Cambrai, en 1051, de peur de se heurter à une éventuelle dénégation.

76 Au cours d’une séance de travail à Arras, mon confrère, M. Pierre Bougard, m’a très justement fait observer que certains traits du pseudo-original témoignaient d’un léger tremblement de la main du scribe, suggérant que la pièce aurait été écrite par un moine âgé. Il semble que l’on puisse faire état de 14 lettres accusant, en leurs hastes, cette gaucherie (qui n’apparaît pas sur la phototypie publiée par Prou) : 1. 3 : legationiS gratiA miSerat ; 1. 4 : aderAt, venerAbilis, Abba ; I. 6 : indignitAti ; 1. 8 : Sedis ; 1. 9 : Societate ; 1. 12 : missaS, Ab aeccLesia ; 1. 13 : ne quiS ; 1. 21 : Archiepiscopi. Cette observation, dont je suis redevable à M. Pierre Bougard qui voudra bien trouver ici l’expression de ma vive gratitude, concorde avec l’hypothèse d’un moine pénétré du souvenir de Léduin et écrivant quelques années après sa mort.

77 Une remarque peut encore être faite, relative à l’intérêt extrême que les moines de Saint-Vaast d’environ le milieu du XIe siècle portaient à Angicourt. C’est vers ce moment-là qu’a été composé à Saint-Vaast un Chronicon sancti Vedasti Atrebatensis, sorte de compilation qui nous est connue par le ms. 795 (alias 753) de la bibliothèque de Douai. Elle est faite de pièces et de morceaux et comprend notamment deux passages concernant l’histoire mérovingienne d’Angicourt qui sont encadrés par des emprunts faits à Grégoire de Tours et aux Gesta regum Francorum. Dehaisnes a publié les passages inédits de cette chronique (Les annales de Saint-Bertin et de Saint-Vaast, 1871, pp. 361 404) et notamment ceux qui ont trait à Angicourt (pp. 377-379) et c’est parce que le premier d’entre eux lui a semblé faire référence à l’échange de 1024 qu’il a daté le chronicon d’entre 1024 et environ 1050, en tenant compte, pour le terminus ad quem, de l’écriture du ms., (sur cette écriture, voir aussi ibid., p. IX, p. 377 et n.d., également J.F. Lemarignier, L’exemption monastique..., cité supra, n. 37, p. 336 et n. 2 et 4, où il est fait état de l’opinion particulièrement autorisée du très regretté Jean Porcher).

Auteur

Professeur à l’Université de Paris-IV

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1976

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search