Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jean Lorrain, « produit d’extrême civilisation »

 | 
Éric Walbecq
, 
Jean De Palacio

IVe partie. Relations avec les contemporains

Le procès de Jeanne Jacquemin contre Jean Lorrain en mai 1903

Éric Walbecq

Résumé

En janvier 1903, Lorrain publie dans Le Journal une chronique sous le titre « Victime », en fait il s’agit d’un portrait assassin à peine voilé de Jeanne Jacquemin, peintre qu’il avait encensée et découverte quelques années plus tôt. Cette dernière intentera un procès à l’écrivain, qui eut lieu en mai 1903 et Lorrain fut condamné à une lourde amende. A travers de nombreux documents, nous verrons comment ce procès occupera la vie de Lorrain toute une année et le poussera à écrire La Maison Philibert, pour financer la procédure.

In January 1903, Lorrain published an article entitled “Victime” in Le Journal, a barely disguised vitriolic portrait of Jeanne Jacquemin, a painter he had discovered and praised a few years previously. As a result, she started proceedings against the writer. The trial took place in May 1903 and Lorrain was sentenced to pay a heavy fine. Through a number of documents, we shall see how the trial took over Lorrain’s life for a whole year and compelled him to write La Maison Philibert to help him pay the legal fees.

Texte intégral

[…] Sans cette Jacquemin, je serais heureux […]. Jean Lorrain à Jérôme Doucet, 6 juin 1903

  • 1 Nous pensons à Georgette Leblanc que Lorrain ridiculisa sous le nom d’Étiennette Staub dans bon no (...)
  • 2 Sur Jeanne Jacquemin (1863-1938), nous nous permettons de renvoyer à l’article de Jean-David Jumea (...)

1Les nombreux portraits que Jean Lorrain donna à la presse, portraits de femmes en particulier, ne furent pas tous des fruits de son imagination. Si quelques victimes se reconnurent et demandèrent des « variantes » pour la publication en volume1, il est une femme, Jeanne Jacquemin2, que Lorrain connut très bien, qui exigea bien plus que les variantes ou la non-publication. Cette dernière intenta un procès à Jean Lorrain pour un article dont elle était l’héroïne, article publié le 11 janvier 1903 dans Le journal et ayant pour titre Victime. Jeanne Jacquemin et son ancien compagnon le peintre graveur talentueux Auguste Lauzet étaient les héros de ce conte, et quiconque était au courant de la vie artistique et littéraire de cette fin de siècle pouvait les reconnaître facilement. Quelques passages reflètent bien l’exaspération que ressentait Lorrain vis-à-vis de Jeanne Jacquemin, mais connaissant la plume acerbe de celui-ci, rien que de bien ordinaire à vrai dire dans ce conte qui se démarquait de ses Pall Mall semaine où les personnages étaient cités sous leur vrai nom. Ce sont pourtant bien ces soi-disant révélations qui poussèrent Jeanne Jacquemin à intenter un procès à Lorrain, procès qui mit en émoi le monde des lettres et des arts de l’époque, les différents protagonistes n’étant pas, loin de là, des inconnus.

  • 3 J.-W. Watts, dans un article de la revue Corymbe (no 29, mars-avril 1936) résume la situation au J (...)

2Début 1903 Lorrain a quitté Paris depuis à peu près deux ans de façon définitive. Il habite Nice, voyage, et n’a de cesse de vouloir quitter le joug du journalisme et du Journal qui l’empêchent de vivre librement. Paris est, selon son expression, la « ville empoisonnée » qu’il déteste, mais qu’il est cependant bien obligé d’habiter de temps en temps, ne serait-ce que pour suivre les répétitions de ses pièces représentées au Grand Guignol ou dans des petits théâtres. Petit à petit il quitte le journalisme et n’aspire qu’à une chose : se soigner du mal que lui a fait la capitale et voyager. Au début 1903 Lorrain est en assez mauvais termes avec Le Journal, son principal employeur. Il continue cependant d’y donner ses Pall Mall semaine et des contes mais sa collaboration est souvent remise en question. Ses articles sont coupés, des séries de contes s’arrêtent au milieu, bref, n’étant plus sur place, il ne peut plus surveiller ses articles et n’a de cesse de se plaindre de cette situation3. Au milieu de tous ces soucis et de sa maladie, Jeanne Jacquemin lui rendra la vie impossible durant cette année 1903.

  • 4 Atelier justement décrit dans l’article de Lorrain.
  • 5 Encore un élément qui jouera en la défaveur de Lorrain lors du procès.

3Elle fut pourtant très proche de Lorrain, avec son compagnon Auguste Lauzet, à partir de 1892. Dès la première exposition de cette dernière, Lorrain loua son talent et fut un des premiers à écrire des articles qui contribuèrent à lui forger une gloire naissante. Elle fut célébrée dès cette date par bon nombre d’écrivains, pour la plupart proches du Mercure de France. Jeanne Jacquemin s’était fait rapidement connaître par ses pastels et dessins, empreints d’un symbolisme très « fin-de-siècle ». Sur une courte période, elle obtient des critiques élogieuses venant d’écrivains aussi différents que Remy de Gourmont, Alfred Jarry, Léon-Paul Fargue ou Saint Pol Roux, pour n’en citer que quelques-uns. Lorrain est fasciné par cet étrange couple d’artistes et n’hésitera pas à faire partager cette fascination à d’autres. Il emmène dans leur atelier de Sèvres4 bon nombre de ses proches, Henri Bauër ou Gabriel Mourey par exemple. De nombreux contes ou articles de Lorrain font mention de ce lieu et le décrivent. Jeanne Jacquemin est également citée dans plusieurs contes sous le nom de Narcissa5, et Lorrain lui dédie des poèmes. Lors du début de la maladie de Lauzet, le couple quitte Paris et s’installe dans le Sud. Là encore, Lorrain ira leur rendre visite et relatera ses rencontres dans ses Pall Mall semaine. À la mort de Lauzet, Jeanne Jacquemin sombrera dans une crise de démence. Sa correspondance de cette époque est toute imprégnée de ses différents problèmes. On lui reprend ses deux enfants, elle déprime mais reste, aux dires de ses amis, d’une beauté étonnante. C’est sans doute à Aubagne, où elle vit, qu’elle rencontre un jeune médecin, Lucien Pautrier, qui aura son heure de gloire au niveau médical à Strasbourg, et l’épouse. Il semblerait, mais nous n’avons que peu de témoignages sur ce mariage, que sa rencontre avec Pautrier la remette d’aplomb. S’il faut en croire Lorrain, Pautrier n’est pas innocent dans le procès.

4Janvier 1903, l’article Victime est publié dans Le Journal. Lorrain trace un portrait assez féroce de Jeanne Jacquemin mais semble-t-il assez proche de la vérité puisque bon nombre de lecteurs, et non des moindres, reconnaîtront le couple. C’est sur la base de cette reconnaissance que Jacquemin portera plainte pour diffamation. Ce procès n’était ni le premier ni le dernier auquel Lorrain dut faire face, mais il fut pour lui le paroxysme de son dégoût de la capitale et des mœurs parisiennes. Ce procès empoisonnera toute son année 1903 et bon nombre de lettres portent trace de ses démarches pour tenter en vain de le gagner. Malade, il essaye, secouru par quelques amis proches, d’obtenir des lettres contre Jacquemin. Ce procès lui permit également de mettre au clair certaines de ses relations, de faire le ménage en quelque sorte. Voyons à présent le déroulement des événements de cette année autour du procès, en fonction des différentes traces que nous possédons.

  • 6 Catalogue Cornuau, no 215 (1937) et vente Drouot, 9 décembre 1986, Mme Vidal Mégret expert. La let (...)

5En premier lieu, la correspondance de Lorrain nous révèle toutes les démarches que celui-ci fit pour obtenir des témoignages contre Jeanne Jacquemin. Nous n’avons par contre presque pas de lettres de Jeanne Jacquemin pour cette période. Toute l’affaire débute donc le 11 janvier lorsque Lorrain publie son conte. Jeanne Jacquemin se reconnaît rapidement et le temps de mettre en route la procédure judiciaire, plus d’un mois s’écoule avant que Lorrain n’en fasse mention dans une lettre à Pierre Valdagne du 18 février. Le texte entier de cette lettre ne nous est pas connu mais un catalogue de libraire nous en donne le principal. Voici cet extrait6 :

Lorrain est assigné en dommages et intérêts (100 000 francs) solidairement avec Le Journal, par une dame peintre qui a voulu se reconnaître dans un conte, « un de ma série de Femmes intitulé Victime... Le procès fera quelque bruit, car la dame a pour avocat Decori ». Lorrain tient à faire paraître avant Hélie garçon d’hôtel qui n’est pas prêt, « cette série scandaleuse de Femmes qui me vaut les honneurs du banc d’infamie, et sous le titre de Fards et poisons ». Il a demandé la remise du procès.

6Lorrain est loin de réaliser à ce moment là l’importance que le procès va prendre dans sa vie. Il est plutôt préoccupé par la sortie de son volume Fards et Poisons. Ce livre rassemble un choix de contes et il n’est pas impossible de voir dans Madame Holland un vague portrait de Jeanne Jacquemin. Inspiré de très loin par cette dernière, plusieurs phrases et descriptions nous y font cependant penser. N’a-t-on pas dit non plus que Jeanne Jacquemin fut une des sources d’inspiration de Huysmans pour sa célèbre Madame Chantelouve ? Lorrain n’a, à ce propos, que cette phrase pourtant lourde de sous entendus :

  • 7 On sait que Jeanne Jacquemin avait été opérée par le docteur Pozzi, tout comme Lorrain.

Le roman de Là-bas, qui venait de paraître en librairie, auréolait d’un prestige équivoque les faits et gestes de l’opérée7 ; des internes frottés de littérature (et j’étais du nombre) croyaient voir en elle une sorte de madame Chantelouve ; madame Chantelouve, la terrible héroïne de Huysmans.

7Plusieurs détails dans ce conte peuvent aussi nous faire penser à Jeanne Jacquemin, les yeux d’hystérique, ses relations avec les occultistes de l’époque ou une allusion très précise : « c’était la fille d’un botaniste du jardin des plantes. » Or nous savons que son premier mari, Édouard Jacquemin, était dessinateur de batraciens au Muséum d’histoire naturelle. Beaucoup de coïncidences, comme dans beaucoup d’autres contes d’ailleurs, mais rien qui ne soit aussi flagrant que l’article Victime. Il n’empêche, le fait de vouloir sortir son volume avant ou pendant le procès n’est pas innocent de sa part. Dans le même volume, un portrait de Georgette Leblanc, pourtant largement rectifié à la demande de cette dernière, figure juste avant Madame Holland. Lorrain met également le doigt sur un sujet qui lui tient à cœur : les femmes hystériques. Jeanne Jacquemin, qu’il essaiera de faire passer pour telle pendant le procès, n’en était pas loin à cette date !

8Lorrain ne quitte Nice, pour Toulon puis Paris, que le 4 avril. Le procès approche mais il n’a pas l’air de trop s’en préoccuper. Il regagne Paris pour faire le compte-rendu du Salon qui doit ouvrir ses portes le 19 avril. Il invite pourtant chez lui Henri Bauër le 27 mars avec Jean-François Louis-Merlet. Bauër était un ami assez proche de Jeanne Jacquemin. Était-ce pour parler du procès ? Lorrain est cependant bien naïf. Nous verrons par la suite que Bauër se tiendra du côté de Jeanne Jacquemin lors du procès. Arrivé à Paris, Lorrain se rend chez le peintre Antonio de La Gandara pour les séances de pose de son célèbre portrait. Il descend comme à son habitude à l’hôtel du quai Voltaire. Le 18 avril, il s’inquiète cependant de trouver des lettres pour son procès, témoignages dont il aura de plus en plus besoin. Il écrit en ce sens à Gustave Coquiot le 18 avril :

J’ai en effet reçu la lettre de Fix [Masseau]. Puisque si aimable, tâchez donc de voir mon avocat un jour, au Palais, sans aller chez lui. Demandez-lui un rendez-vous ; 39 rue du général Foy : Aubépin, – et demandez lui la date approximative de l’appel.

9Il refuse le 25 avril un rendez-vous avec une amie car il doit « être à 10 heures du matin rue du général Foy, chez [son] avocat ». Petit à petit, il prépare son procès sans toutefois bien en mesurer les conséquences. Le 1er mai, il écrit à Gustave Coquiot :

Je fais rechercher dans les volumes des Goncourt le passage intéressant dont le souvenir m’obsédait en effet et que j’attribuais à Daudet.
Voulez-vous déjeuner dimanche avec moi, ou dîner samedi, au choix ?
Nous causerons… et du Salon et de la dame qui nous intéresse.

10Goncourt avait en effet parlé de nombreuses fois de Jeanne Jacquemin dans son Journal, donnant sur cette dernière des détails intimes, la plupart du temps inspirés de propos de Lorrain. Ces détails sont peu flatteurs. Ils révèlent ses relations avec Ajalbert, son séjour chez Léonide Leblanc par exemple, mais également l’exaspération de Lorrain vis à vis de Jeanne Jacquemin à certains moments. Il pense bien se servir de ces passages lors du procès. On peut sans doute dater de cette même époque une lettre de Lorrain à Jean Ajalbert. Ce dernier n’était pas un témoin innocent. Il avait connu Jeanne Jacquemin dans sa jeunesse chez Léonide Leblanc, et de façon assez intime, comme en témoigne le Journal des Goncourt. Reprenons le passage les concernant à la date du 28 juin 1894 :

Et de la femme, la maison [de Léonide Leblanc] en était toujours pleine. C’est là qu’il [Ajalbert] a rencontré la peintresse Jeanne Jacquemin, qu’il n’a pas baisée, dit-il, mais qu’il a branlée...

11Lorrain cherche toujours à obtenir un témoignage contre Jeanne Jacquemin. Le temps presse et le procès approche, Lorrain écrit à Ajalbert la lettre suivante :

Hotel quai Voltaire
19 quai voltaire
Ce mercredi matin

Mon cher Ajalbert,

  • 8 Collection Jean-David Jumeau-Lafond que nous remercions. Lettre écrite en hâte sur trois feuillets (...)

Je me rends parfaitement à vos raisons ; j’ai cueilli hier votre lettre au Journal ou [sic] je suis passé par hasard.
Il vous est difficile, en effet, d’aller contre votre conscience et vous ne pouvez écrire que vous n’avez pas reconnu une héroïne [qui] si vous l’avez reconnue - cela d’accord, mais vous pouvez me donner un renseignement.
Madame Jacquemin a affirmé que son mari, Mr Jacquemin, était professeur au Collège de France ; comme le Marcenay de mon conte, et qu’elle était la fille d’un joaillier d’art.
Moi je n’ai connu Mme Jacquemin qu’en 92-93 et vous beaucoup plus tôt ; quand je l’ai connue, elle n’était plus avec M. Jacquemin.
Pouvez-vous, voulez-vous m’écrire, si vous le savez, ce qu’était M. Jacquemin, si vous connaissez la profession du père de Mme. Ceci ne vous engage à rien. Je vous demande un renseignement et vous me le devez.
Si votre conscience vous permet d’ajouter que vous avez connu Mme Jacquemin au [sic] Hydropathes et chez Léonide Leblanc, ou [sic] elle fréquentait avec son mari, vous aurez rendu un très grand service à votre Jean Lorrain
et ce n’est pas là une lettre de complaisance.
Quant à fouiller toutes les petites revues mortes depuis : cela est un travail de Danaïde. D’abord j’ignore la date des années ou Madame Jacquemin fleurissait chez Léonide - et votre nom a tout de même un peu plus de poids que de vagues racontars de revuettes.
J.-L.8

12Cette lettre soulève un des plus gros problème du procès de Lorrain. Tout le monde avait reconnu Jeanne Jacquemin dans le portrait que Lorrain avait fait d’elle. Or, ce dernier ne pouvait obtenir de ses proches des lettres disant le contraire ! Tout ce travail fut également effectué par Jeanne Jacquemin. Lorrain était dans une position assez peu stable. D’un côté tout le monde reconnaissait la peintre et ne pouvait le nier, d’un autre Lorrain ne pouvait jouer sur ce tableau pour obtenir un quelconque témoignage contre elle. Il lui fallait trouver des témoins de son passé de façon à souligner devant le tribunal son hystérie et sa légèreté. La plupart des témoins de Jeanne Jacquemin étaient des amis ou des connaissances de Lorrain. Ces derniers n’avaient sans doute pas compris le travail de sape entrepris par la peintre et son entourage pour gagner le procès. Bon nombre d’amis de Lorrain furent pris au piège, Huysmans le premier qui ne pouvait pas ne pas reconnaître l’héroïne, lui qui fut de plus très proche et admirateur de Lauzet et de son œuvre. Lorrain a donc du mal à établir une vérité et obtenir des témoignages. Ce manque de pièces fut un des points faibles de sa défense. Il agira tout autrement lors de l’appel à la fin de l’année.

  • 9 Copie du jugement conservée à la Bibliothèque de l’Arsenal dans le fonds Lambert. Il semblerait qu (...)

13Le procès a lieu le mercredi 6 mai. Lorrain perd conjointement avec Le Journal et le jugement est très sévère. Jeanne Jacquemin avait porté plainte pour diffamation, injures et complicité contre Lorrain mais aussi contre Le Journal en la personne de son gérant Louis Fautrel. La plainte fut reçue au Tribunal de 1re instance du département de la Seine, 9e chambre. Nous donnons les principaux passages du jugement, intéressants notre propos mais aussi passionnants pour l’histoire littéraire9 :

Le tribunal, après avoir délibéré conformément à la loi ; donne défaut contre la société propriétaire du journal Le Journal en la personne de ses directeurs et administrateurs qui ne comparaissent pas quoique régulièrement cités - Attendu qu’à la date du onze janvier mil neuf cent trois a paru dans le journal Le Journal, publié et mis en vente à Paris, un article intitulé Femmes - Victime dont Duval dit Jean Lorrain est l’auteur - Attendu que la plaignante soutient qu’elle est désignée dans cet article de façon la plus claire, et, qu’à l’appui de sa prétention, elle a fait entendre de nombreux témoins qui ont affirmé qu’à la lecture de l’article incriminé, ils avaient aussitôt reconnu la dame Jacquemin à la description tant de son physique que du genre particulier de son talent de peintre, et à certains autres détails caractéristiques - Attendu en effet que de nombreuses particularités attribuées par Jean Lorrain à la femme dont il raconte la vie privée sont applicables à la plaignante ; que notamment celle-ci, fille d’un joaillier d’art, est devenue orpheline à quatorze ans ; qu’elle a épousé un chef de laboratoire du Collège de France ; qu’elle a, pendant longtemps, habité à Sèvres, dans un intérieur semblable à celui décrit par Jean Lorrain, que dans plusieurs articles antérieurs, dans lesquels Jean Lorrain rendait compte, en la nommant, des œuvres produites par elle, le surnom de Narcissa, le même que celui de l’héroïne de l’article du onze janvier, lui était déjà appliqué - Attendu qu’il est en conséquence certain que la plaignante soit suffisamment désignée pour que les personnes qui la connaissaient aient pu immédiatement la reconnaître à la lecture de l’article - Attendu que cet article cause contre la plaignante les imputations les plus infâmes et les plus abominables ; qu’elle y est traitée d’hystérique, de névrosée, de notre-Dame du bromure et du valériane, de créature excitant le rut et les sales désirs des hommes toujours après ses jupes déchaînés comme une meute de chiens sur ses pas ; qu’elle y est présentée comme ayant été déflorée et prise à quinze ans par son tuteur dans la voiture de deuil qui la ramenait de l’enterrement de son père, comme se livrant à tous les amis de son mari et à de nombreux étudiants dont elle satisfait toutes les convoitises, enfin comme se rendant chez l’auteur de l’article pour lui tendre les lèvres et tomber dans ses bras - Attendu que Jean Lorrain soutient que l’article, dont il est l’auteur est, non pas un portrait, mais un conte, œuvre de pure imagination ; qu’il est possible qu’il y ait, relativement à quelques particularités physiques de son héroïne ou au milieu qu’elle habite, certaines analogies entre elle et la plaignante, mais qu’il n’a jamais pensé à désigner cette dernière, et que, par conséquent, il n’a pas eu l’intention de nuire indispensable pour caractériser le délit de diffamation - Attendu que le tribunal ne saurait admettre ce système de défense qui attribue à une personne aussi clairement désignée que l’a été la plaignante les mœurs dépravés et les aventure honteuses qu’il attribue à la femme dont il raconte la vie privée, constitue sans aucun doute une diffamation, que cette diffamation s’adressant à une femme dont il a été l’ami et dont l’honorabilité a été attestée devant le tribunal par de nombreux témoins, est sans excuse, qu’elle a causé à la plaignante un dommage considérable, que le tribunal a donc le devoir de se montrer de la plus grande sévérité dans l’application de la peine et d’allouer à la plaignante des dommages - intérêts importants. Attendu que l’article incriminé contient à la fin des imputations diffamatoires et des expressions outrageantes constituant des injures ; que Fautrel, gérant du journal Le Journal, a dès lors, commis le délit de diffamation et d’injures publiques, et que Duval dit Jean Lorrain auteur de l’article, s’est rendu complice de ces délits. [Suit le texte de la condamnation et des amendes.]

  • 10 Fonds Lambert, Arsenal Lambert 91. Cette lettre provient d’un catalogue de la librairie Gaillandre (...)

14Lorrain et Le Journal sont sévèrement condamnés. Citons : Fautrel pour le quotidien à 100 francs d’amende, Lorrain à 2 mois d’emprisonnement et 2 000 francs d’amende et ensemble à payer 50 000 francs de dommages et intérêts à Jeanne Jacquemin. Lorrain bien sûr est abasourdi par ce jugement d’une sévérité extraordinaire. Avec Le Journal il va faire appel, mais le coup porté est rude. Lorrain ne peut que se sentir une fois de plus dégoûté par Paris et les mœurs parisiennes. Jeanne Jacquemin a gagné mais elle est, semble-t-il, peu fière de la sévérité de ce jugement. Dès le 7 mai elle écrit à Huysmans la lettre suivante10, Huysmans qui, sans le vouloir, témoigna contre Lorrain.

Monsieur,
Je viens vous demander des paroles de paix et de pardon, d’ailleurs j’en suis sûre, vous m’avez déjà pardonné, puisque maintenant vous avez lu l’article nominé et vous aussi vous vous êtes indigné pour la mémoire de mon cher Lauzet et aussi un peu pour moi. Je vous fais part du jugement il est cruel, mais j’ai souffert pour plus que cela.
Lorrain condamné à 2 000 francs d’amende 2 mois de prison 50 000 francs de dommages.
Veuillez accepter monsieur mes sentiments les plus distingués.
Jeanne Jacquemin
12 quai d’Orléans

  • 11 Voir Jean Lorrain, Correspondances, Jean de Palacio éd., Paris, Champion, 2006, p. 187 et suivante (...)
  • 12 Soulignons cependant que Lorrain avait introduit Tailhade dans la capitale à ses débuts, lui avait (...)

15Sans doute Jeanne Jacquemin ne s’attendait-elle pas à un jugement aussi « cruel ». Lorrain, quant à lui, ne pense qu’à une chose : quitter Paris et retrouver le sud de la France tout en préparant sa défense pour l’appel. Le 7 mai le Gil Blas rend compte du jugement sans porter, précisément, de jugement. Lorrain collaborait pourtant au quotidien et l’on aurait pu s’attendre à un article un peu moins anonyme de sa part. Seul Laurent Tailhade, bien que brouillé avec Lorrain depuis quelques temps, prendra sa défense11. Il faut souligner cette attitude car elle fut rare dans l’entourage de Lorrain après le procès12. En termes très amicaux et justes, Tailhade expose en quelques lignes l’opinion de la plupart des proches de Lorrain de l’époque. Lorrain quitte Paris le 9 mai et passe une semaine à Toulon. Il organise, dépité, sa défense pour l’appel. Les 10 et 11 mai il écrit à sa vieille amie Rachilde pour obtenir des renseignements.

Brasserie Guillaume Tell
Toulon, le 10 mai 1903

Ma chère amie,
Je me suis laissé dire que Mme Jeanne Jacquemin, qui vient de me faire condamner à deux mois de prison et à cinquante mille francs de dommages et intérêt, a fait auprès de vous une démarche pour se faire reconnaître par vous dans l’héroïne du conte incriminé.
Elle aurait ainsi battu tout le Paris des rédactions et des ateliers, cherchant et racolant des témoins.
Une lettre de vous me renseignant là dessus me serait d’un très grand secours en appel. Je ne vous demande que la vérité. Mme Jacquemin est elle allée au Mercure de France vous solliciter de la reconnaître dans l’héroïne de mon conte, et vous, l’avez vous reconnue ?
Ma chère Rachilde, je fais appel à votre ancienne amitié et à votre loyauté pour me répondre oui ou non.

Villa Bounin
39 boulevard de l’Impératrice de Russie
Nice

Et trouvez ici, ma chère Rachilde, l’assurance d’une déjà vieille et toujours neuve amitié.
Jean Lorrain

16Le lendemain Rachilde lui répond :

  • 1 un mardi, au « Mercure de France » devant plusieurs témoins.

Mercure de France
11 mai 1903
En effet, mon cher Lorrain, Mme Jeanne Jacquemin m’a fait demander, par une jeune femme1, de vouloir bien la reconnaître dans l’héroïne de l’un de vos contes du Journal et elle n’a pas eu à venir, personnellement, renouveler se demande parce que j’ai déclaré à la jeune femme en question que non seulement je ne voulais par voir Mme Jeanne Jacquemin sous les couleurs de Narcissa mais encore que je lui conseillais fort de ne pas pousser l’amour de la réclame jusqu’à se substituer aux trop jolis monstres que votre plume fantaisiste se plaît à créer de toutes pièces… espérons le pour l’honneur de l’éternel féminin !

Il faut être inconscient, ou prodigieusement amateur de publicité, pour se dire blessé par les grosses pierres très précieuses que vous jetez dans le jardin des arts, et, si polis que puissent paraître cabochons phénomènes ils ne peuvent jamais, à mon humble sens, aveugler une honnête femme au point de se faire prendre pour des miroirs !…
Maintenant, comme je sais Mme Jeanne Jacquemin une très douce créature incapable de rêver la ruine d’un poète qui fut, jadis, son mécène intellectuel j’imagine qu’elle aura du subir l’ascendant de quelque conseiller beau parleur qui lui aura suggéré la déplorable idée de réclamer de l’argent où il n’avait même pas lieu de retrouver l’honneur, chose qui ne se perde généralement pas dans un conte du Journal.

Quant aux cinquante mille francs de dommages et intérêts, je souhaite de tout mon cœur que vous ne les versiez pas dans les mains de la partie adverse, mais, ce serait pourtant un beau jour pour les pauvres de Paris, car, le second époux de Mme Jeanne Jacquemin, n’en saurait faire un meilleur usage, n’est ce pas ?
Servez vous de ma lettre comme bon vous semblera, mon cher Lorrain et toujours bien à vous, surtout dans la mauvaise fortune !
Rachilde

17Lorrain réalise alors que Jeanne Jacquemin est allée voir tous ses amis pour obtenir des lettres et des reconnaissances comme en témoigne cette carte de visite de Rachilde à Henry de Groux extraite, comme les deux précédentes, de notre collection :

En hâte, mon cher de Groux.
[…] Vous voudriez parler de Jean Lorrain par ces mots : « Celui qui osa se croire votre grand père. »
Non, de Groux, ce n’est certes pas mon ami Lorrain qui ne m’a fait que du bien dans la vie […] il s’agit d’un autre et qui est absolument reconnaissable car on l’a déjà reconnu […] mais en exceptant mon pauvre Lorrain qu’on connaît si mal.
Laissons donc planer le doute sur tous les autres.
Rachilde

  • 13 Arsenal, fonds Lambert.

18Naïf, il n’aurait pu soupçonner des amis aussi proches que Huysmans ou Bauër de le trahir en quelque sorte. Son écœurement est immense. Le 11 mai, il fait écrire à Huysmans par Coquiot pour mettre les choses au clair13 :

11 mai 1903
3 rue des Arènes

Cher Monsieur Huysmans,

Notre ami Jean Lorrain, pressé de quitter Paris, m’a chargé d’aller vous voir en son nom ; il s’agit, vous le devinez, de son inqualifiable procès. Je vous serais mille fois obligé de vouloir bien m’attendre chez vous demain matin mardi de 9 h 30 à 10 heures.
Veuillez recevoir, cher Monsieur, mes hommages empressés. G. Coquiot

19Nous ignorons tout de cette entrevue. Coquiot ne devait pas se sentir à l’aise en présence de Huysmans qui était un de ses proches, prenant la défense de Lorrain et essayant de connaître son rôle et son témoignage dans le procès. Pas de doute que Huysmans reconnut Jeanne Jacquemin dans le conte et lui fit sans doute une lettre en ce sens. Ce qu’il ne pouvait savoir par contre, fut l’utilisation de ces documents qui entraînèrent Lorrain et Le Journal à une lourde condamnation. En tout cas, le procès marque la fin des relations entre les deux écrivains. Seuls subsistent après le procès quelques rares envois de Lorrain, brefs et sans chaleurs, comparés aux premières lettres ou envois du début de leurs relations. Le 14 mai c’est à nouveau Coquiot qui écrit au sculpteur Bartholomé la lettre suivante :

14 mai 1903

Cher Monsieur Bartholomé,

Êtes-vous au courant de l’affaire Jean Lorrain-Jeanne Jacquemin ? Vous vivez si sagement à l’écart du fumier de Paris que vous l’ignorez peut-être ! La voici :
Jeanne Jacquemin est une vague peintressse, ordre Rose-Croix, qui a été découverte, prônée par notre ami Lorrain dès l’année 1892.
D’année en année, il ne cessa pas de la louer, de nous l’imposer soit en personne soit par ses tableaux, plagiats incontestés de l’œuvre d’Odilon Redon.
Cet hiver passé, Lorrain publia dans Le Journal un conte intitulé Victime qui contenait quelques analogies avec la petite personnalité de Madame Jacquemin. Le 1er paragraphe très louable, le second également, le troisième et dernier tout de fantaisie, un peu rude, ne s’appliquait plus à ladite peintresse.
Celle-ci, affolée de publicité, oubliant tous les bienfaits de Lorrain, intenta après un mois de réflexion, un procès en diffamation à Jean Lorrain.
Les débats s’ouvraient devant le 9e chambre, présidés par un homme qui avait les raisons d’en vouloir à Lorrain et au Journal. Je vous le dirai un jour.
Le jugement fut rude : 2 mois de prison, 2 000 f d’amende – 50 000 f de dommages intérêts – sans sursis la prison et pour Lorrain seul.
Tous nos efforts avaient été vains !
Aujourd’hui Lorrain va en appel et il s’adresse à ses amis, « grands et petits » pour avoir un appui.
Il m’a chargé de vous demander le vôtre – sous cette forme générale :
– s’étonner de la rude condamnation (Mme Jacquemin n’était pas nommée, bien entendu – et quelle raison Lorrain avait de diffamer cette personne falote, qu’il avait inventée parce qu’elle dessinait des têtes coupées, des femmes fleurs, etc., etc.) – Jean Lorrain a toujours été un enthousiaste, n’encensant jamais les officiels etc
– Comment [la] Mme Jacquemin a-t-elle pu oublier tout ce que Lorrain avait fait pour elle ?
Etc., etc.
En un mot, simplement, donner un appui à Lorrain (la lettre serait lue en appel).
Si tout ce fatras vous ennuie, un mot seulement sur ce que vous pensez de Jean Lorrain suffira.
Si vous pouvez lui adresser cette lettre à Nice, 39, Bd de l’Impératrice de Russie, vous lui causeriez une grande joie.

  • 14 Collection Éric Walbecq.

Veuillez présenter mes hommages à Madame Bartholomé et me croire votre tout dévoué.
Gustave Coquiot14

20De Nice, le 17 mai, Lorrain écrit à Coquiot. « Merci, mon cher ami. J’ai reçu et L’Action et la lettre Fix Masseau. Parfaite. » Le temps presse et Lorrain se doit de rassembler le plus de lettres possibles contre Jeanne Jacquemin. Épuisé, il trouve cependant la force d’écrire à un grand nombre d’amis proches. À Jérôme Doucet tout d’abord, de grandes lettres expliquant son dégoût et ses démarches. Une première fois le 18 mai il lui explique rapidement sa situation.

Mon cher ami,

Vous avez lu dans les feuilles ma catastrophe… cette Jeanne Jacquemin ! ! !
Je suis allé deux fois pour vous voir quai de l’Horloge sans jamais vous trouver.
Peut-être votre témoignage m’aurait-il pu être utile, car vous avez connu, vous aussi, ce monstre …
J’en appelle naturellement, car je ne puis accepter ces deux mois de prison et ces cinquante mille francs de dommages et intérêts pour une œuvre littéraire purement.
Je suis tombé sur un tribunal terriblement hostile et travaillé !
Avez-vous connu cette Jacquemin, êtes-vous allé chez elle à Sèvres. Tout cela, je voulais vous le demander mais j’étais tellement bousculé que je ne pouvais entrer chez vous qu’entre deux courses au Palais.
Répondez-moi. Si oui, mon ami Delphi Fabrice vous expliquera de vive voix quelle lettre vous pouvez utilement m’écrire pour mon procès en appel.
Je vous sais directeur du Gil Blas illustré et particulièrement aimable pour votre
Jean Lorrain

21Le 28 mai, nouvelle lettre de Lorrain. Nous n’avons pas la lettre de Doucet qui met Lorrain en colère. Il semblerait que Doucet lui fasse des reproches, reproches que Lorrain ne pouvait accepter au sortir de son procès. Citons cet extrait :

[…] Mon désastre de mai vient d’avoir écrit un article imprudent sur une aventurière âpre et besogneuse qui conseillée par des ennemis (cela je le sais) a gagné une première fois par une suite de circonstances qu’il serait trop long de vous écrire ici.

[…] Vous me reprochez de n’être pas là pour mon procès. J’ignore la date de l’appel et la composition du tribunal, qu’y ferai-je. Je m’énerverai dans le vide – on n’atteint pas un but invisible – laissez-moi me refaire ici du sang et de l’énergie et reparaître quand il le faudra. Des amis (et j’en ai) s’occupent activement de me recueillir les lettres nécessaires, Le Journal aussi s’occupe – soyez sûr qu’en appel le jugement sera tout différent, mais de grâce ne me conseillez pas de venir ici, j’y mourrais.

Je suis tellement infecté au point de vue du sang que deux médecins sortent de chez moi, dont un bactériologiste, on vient de me piquer en 3 endroits et de cueillir de mon sang pour en analyser le microbe. Adieu

Votre Jean

22Doucet écrira une lettre, non retrouvée, à Lorrain, lequel le remerciera le 6 juin en ces termes :

Laisse-moi vous remercier vivement, mon cher Doucet, de la lettre très adroite et très utile que vous avez bien voulu m’adresser.
Elle peut m’être d’un grand secours, je vais la communiquer de suite à mon avocat.
[…] J’attends ici tranquillement mon appel, je le ferai reculer le plus possible pour que l’émoi de la condamnation soit tombé.

[…] Sans cette Jacquemin, je serais heureux […]

23Lorrain était véritablement accablé par ce procès. À un destinataire inconnu, il adresse cette lettre le 27 mai :

  • 15 Corymbe, no 29, mars-avril 1936. Lettre présentée par J.-W. Watts.

Mais, mon cher ami, je n’habite plus Paris et je suis rentré le 9 courant à Nice ; j’y suis très souffrant et m’y remets lentement, très surveillé par mon médecin, des contrecoups de ma condamnation du 615.

24Lorrain reste à Nice à peu près tout l’été, mais le 25 juillet il reçoit son assignation pour l’appel, sans avoir pu préparer sa défense comme il le souhaitait. À une amie proche, il évoque en ces termes la réception de son assignation :

Je suis encore outré de la brusquerie de l’assignation. Elle a été remise mercredi matin au Journal pour aujourd’hui samedi. Je n’ai été prévenu que dans la soirée par télégramme, télégramme que je n’ai trouvé que jeudi matin à Toulon, m’étant attardé à Marseille toujours pour ces renseignements.

25Lorrain ne peut accepter un appel aussi rapide et le dit à Coquiot le lendemain 26 juillet :

Nous l’avons, en dormant, mon cher, échappé belle.
Mon affaire en appel (Jacquemin) est revenue hier samedi 25. L’assignation a été remise mercredi matin, trois jours avant, au Journal. J’ai été prévenu que dans la soirée par un télégramme à Toulon où je ne l’ai trouvée que jeudi matin, m’étant attardé à Marseille.
Je n’ai eu que le temps, juste le temps, de faire légaliser certificat de médecine et de l’adresser à mon avocat – et j’ai obtenu remise au 24 octobre. […] Je rentrerai à Paris le 10 septembre pour m’occuper et des pièces et de mes juges. J’aurais passé le 25 que ma présence à Paris depuis un mois n’eut servi à rien : mercredi seulement a été connue la composition du tribunal. Cette assignation précipitée a été une manœuvre de la dernière heure de l’avoué Jacquemin, juif dreyfusard enragé qui me hait, car il y a du dreyfusisme en ceci et quelques haines littéraires aussi.
Tâchez d’avoir des renseignements précis sur le rôle de Bauër.

26Lorrain ne se trompe pas pour le rôle joué par Bauër car ce sont bien, semble-t-il, ce dernier et Pautrier qui poussèrent Jeanne Jacquemin à faire ce procès. Après le 26 juillet, et sans doute début août, Lorrain écrit de nouveau à Coquiot en ces termes :

Oh ! ce procès et cette rosse de Jacquemin ! J’ai des tuyaux. Ce sont Bauër, son mari et son avoué qui l’ont poussée.

... Enfin un service : vous procurer le numéro du Bulletin médical du 8 juillet. Il y a, du docteur Garnier, une communication sur les hystériques qui peut tout à fait me servir en appel.

  • 16 Chronique des maladies mentales : les hystériques accusatrices par le docteur Garnier, Dans Le Bul (...)

27Le Bulletin médical publie en effet un article du docteur Garnier sur les hystériques16. Nous doutons de son utilité pour l’appel mais cela prouve encore une fois que Lorrain, mal conseillé, s’égare dans sa défense en voulant faire passer Jeanne Jacquemin pour une hystérique. Son nouveau mari, le docteur Pautrier, présentait quant à lui tous les gages de confiance et de sérieux. Lorrain aura du mal à faire passer Jeanne Jacquemin pour ce qu’elle fut lorsqu’il l’a connue. Elle est à présent mariée officiellement à un médecin et face à la réputation de Lorrain, elle est plus forte. Le 22 septembre il écrit à une amie qu’il s’est rendu chez les parents de Lauzet, l’ancien compagnon de Jeanne Jacquemin, pour tenter d’obtenir des témoignages :

Dans ce Marseille où il m’a fallu, coûte que coûte, coucher cette nuit. Les gens très importants qu’il me fallait voir à Luynes près d’Aix, parents de l’amant mort de cette Jacquemin ne sont rentrés à leur château que le 12 ct et j’ai dû aller les voir 2 fois déjà de Toulon où je suis arrivé mercredi soir.

  • 17 Lorrain à Coquiot : « Une lettre de mon avocat, reçue hier de Florence, me dit de rassembler le pl (...)

28Lorrain, malade, prépare très mal sa défense. Fin septembre il tente de voir Huysmans. Il demande à Coquiot son adresse quelques jours avant l’appel, alors qu’il avait eu tout l’été pour préparer le terrain. Le 1er octobre il essaye d’obtenir une lettre d’Odilon Redon17. Le 3 octobre il doit voir Huysmans le matin.

29Le 6 octobre, il écrit à une amie : « absorbé et excédé par mon procès je n’ai plus une minute à moi. » Il essaye de voir Huysmans et lui écrit en ces termes le 11 octobre :

Hôtel du quai Voltaire
19, quai Voltaire
Mon cher Huysmans,

J’ai un grand service à vous demander, et où votre conscience chrétienne n’est pas engagée - Je vous demanderai seulement de me dire la vérité.
Je me présenterai demain lundi vers 11 h, 60, rue de Babylone.
Recevez moi
Votre ami
Jean Lorrain

30L’entrevue se passe mal et Lorrain, déçu, écrit cette dernière lettre à Huysmans qui n’a pas voulu témoigner en sa faveur :

Hôtel du Quai Voltaire
19 quai Voltaire
ce mercredi 14 8bre

Mon cher Huysmans,

J’ai attendu deux jours pour vous écrire. Votre accueil m’a tellement déconcerté. Si longue qu’ai été l’absence, qui nous a séparé, je me croyais demeuré votre ami, et dans les circonstances difficiles que je traverse, sur la menace de deux mois de prison et d’une amende qui brise ma carrière à l’âge de 48 ans, je croyais qu’entre une aventurière et l’homme de lettre et l’ami toujours fidèle que j’ai été pour vous, vous n’hésiteriez pas à me donner une attestation qui n’est même pas un pieux mensonge, puisque la dame a fait tout pour que vous avouiez l’avoir reconnue.
C’est ce racolage de témoins qui établi peut me servir, rassurez-vous, je serai toujours condamné, mais je l’eusse été moins durement ; croyez que moi je n’eusse pas hésité à vous rendre ce service, moi, je suis un être d’élan et non de prudence. On ne refait pas une nature. Pardonnez-moi, mon cher Huysmans, d’avoir été vous relancer et vous troubler dans la retraite et dans le calme où vous voulez vivre désormais, et sans rancune.
votre
Jean Lorrain

31Triste fin de relations et d’amitié, que l’on a souvent supposée en sens unique, Lorrain vouait à Huysmans une vénération sans borne depuis À Rebours.

  • 18 Le Matin, 25 octobre 1903. Jean de Palacio, Correspondances, op. cit., p. 188 et 189 donne l’artic (...)

32Le procès en appel a lieu le 24 octobre 1903 et là, coup de théâtre, Jeanne Jacquemin se désiste de sa plainte ! Événement inconnu de toutes les biographies de Lorrain, Le Matin18 en rend compte en ces termes :

L’affaire Jean Lorrain
On se souvient sans doute que M. Jean Lorrain fut condamné par la neuvième chambre correctionnelle pour diffamation envers Mme Jacquemin, l’artiste peintre, à deux mois de prison, à 3 000 francs d’amende et 50 000 francs de dommages-intérêts. Le journal dans lequel avait paru l’article diffamatoire de M. Jean Lorrain fut déclaré civilement responsable.
M. Jean Lorrain fit appel de cette décision des juges de la neuvième chambre.
L’affaire revenait hier devant la chambre des appels correctionnels où se retrouvaient à la barre les avocats des partis en cause : Mes Félix Décori, Aubépin et Anthony Aubin.
Me Félix Décori, avocat de Mme Jacquemin, a déclaré à la cour que sa cliente se désistait de sa plainte.
Acte du désistement a été donné par le président.
Les condamnations prononcées contre M. Jean Lorrain sont donc « tombées ».

33Ce désistement fut un véritable coup de théâtre ! Personne ne s’y attendait, et surtout pas Lorrain... Après le procès en appel, la vie reprend vite le dessus pour Lorrain puisque le 5 novembre, après un aller retour à Marseille, il est de nouveau à Paris pour des répétitions au Grand Guignol. Ce procès représente une date dans la vie de Lorrain. Il a empoisonné son année 1903 et conforté son dégoût de la capitale. À partir de 1904, il ne collaborera plus que très épisodiquement à des quotidiens parisiens. Au niveau littéraire et artistique, nous ne pouvons cependant que louer ce procès ! Il est en effet à l’origine de la publication de La Maison Philibert, roman publié le 25 novembre 1904. Affolé par l’amende à payer pour ce procès, Lorrain se mit à l’ouvrage et composa en un an un des ses romans les plus connus. Jamais publié en feuilleton dans la presse, La Maison Philibert bénéficia d’une maison d’édition émanant directement du Journal. La publicité autour de cette publication fut très importante. Les magnifiques dessins de Georges Bottini illustrant le volume ne furent pas non plus pour rien dans ce succès.

34Les procès littéraires ne manquent pas dans l’histoire littéraire du XXe siècle, mais celui-ci représente bien le milieu parisien qui évoluait autour de l’écrivain avant sa retraite niçoise et son décès en juin 1906. Jean Lorrain avait déjà eu plusieurs procès et condamnations pour des articles offensant la morale publique mais c’était la première fois qu’il était attaqué de cette façon par une femme dont il fut pourtant un des premiers à faire l’éloge !

Annexes

Annexe

Extrait de Journal, 11 janvier 1903

Femmes. Victime

– Ah ! si nous parlons hystériques, nous n’avons pas fini de rire.
– Ou de pleurer ; car elles sont plutôt fatales à leur entourage, ces Notre-Dame du Bromure et du Valériane.

Et Octave Vergy, qui, décidément, tenait le record des anecdotes, repoussait les cartes et, s’accoudant familièrement sur la table :

– En fait de névrosée, j’en ai connu une, bien intéressante et bien particulière ; son nom, peu nous importe. Elle s’est, aujourd’hui, échouée dans le mariage, et sa personnalité ne nous appartient pas.

C’était aussi une peintresse ; à croire que la femme n’est pas née pour autre chose que pour être amante, épouse ou mère, et que l’art la déséquilibre toujours. C’est Raymond Dutheuil, cet autre peintre mort phtisique, il y a dix ans, qui m’avait conduit chez elle ; j’ai toujours soupçonné Dutheuil d’une passion de poitrinaire pour sa jolie confrère. Comme je me méfiais de ses emballements, je résistai longtemps ; j’ai la défiance innée et justifiée des femmes artistes et des bas bleus ; mais, devant son insistance, je me laissai un jour emmener à Sèvres, chez la délicieuse préraphaélite, coupable seulement d’être venue après Ghirlandajo et Filippe Lippi ; la phrase était de Dutheuil.

En chemin, sous les hautes futaies de Saint-Cloud, Dutheuil me ressassa son antienne. Je raffolerais sûrement des dolentes têtes exsangues que peignait la jeune femme : faces émaciées et transparentes de reines égorgées ou de courtisanes martyres : cet art visionnaire était tout à fait pour moi, l’évocatrice de Sèvres étaient surtout la peintresse des yeux. Regards de suppliciées en extase, prunelle de souffrance implorante, résignées de saintes ou follement hagardes de princesses en exil, yeux fanés et las de mendiantes ; nul comme elle n’avait magnifié et rendu la morbide et terrifiante énigme des prunelles, le charme décevant et pénétrant des regards. Je verrais d’elle des faces couronnées d’épines, de maigres Ecce Homo au pardonnant sourire, et des profils supra-terrestres d’élues ou de possédées, évoquées dans de maléfiques paysages… Et puis je verrais ses yeux à elle, ses yeux bleus comme l’eau, verts comme les vagues, laiteux comme l’absinthe, ces yeux changeants de douleur et de pitié, dont elle s’inspirait pour ses œuvres, car c’est elle-même qu’elle peignait, toujours et toujours : c’était une femme si étrange. Et je laissai parler Dutheuil, tout en prenant des notes pour le prochain feuilleton que je consacrerais à cette émule inconnu des Filippo Lippi et des Ghirlandajo.
Je revenais de Sèvres, étonné et charmé de ma journée, passée chez le ménage Lostein, - vous permettez que je les nomme ainsi, - c’était presque la pauvreté, pas même la médiocrité dorée, que j’avais trouvée chez ce ménage d’artistes, mais ils paraissaient tant s’aimer, et dans une telle atmosphère de grand art !
L’homme, sculpteur, et la femme, peintre, vivaient si loin du siècle et des préoccupations du boulevard, sur ce bord de Seine ; et était-ce leur passion partagée pour les Primitifs, ou le reflet de leurs lectures (ils ne lisaient que sainte Thérèse, saint Augustin et Ruysbroeck l’admirable), l’atmosphère créée autour d’eux avait fini par les nimber d’une auréole et par leur faire des yeux lumineusement bleus d’archange de Gozzoli. La femme surtout, était extraordinaire, je ne demeurai pas insensible à son charme ; Dutheuil n’avait pas menti, elle avait le regard d’au-delà de ses peintures, les yeux de ciel et d’eau de ses œuvres déconcertantes et tristes, à la fois pieuses et perverses ; et, pourtant, la volonté du menton et la bestialité de la bouche, sensuelle et sauvage, démentaient-elles assez ce haut de visage mystique ?
Mme Lostein était rousse, du roux chaud et cuivré que j’aime, et, comme Dutheuil, j’aimais ses pastels, à la couleur dolente et au faire précieux ; comme Dutheuil, j’aimais les navrantes têtes de décollés et de martyrs qu’elle peignait, inévitablement posées sur un plat ou baignant, humaines fleurs coupées, dans l’eau sanglante d’un énorme calice.
Le ménage Lostein ! Il se dégageait de cet intérieur un tel parfum de simplicité et de foi, « l’homme et la femme sont certainement deux cerveaux compliqués, comme le disait Dutheuil, mais leurs âmes sont si fraîches ! » Et puis la situation modeste était, chez ces deux êtres, si vaillamment acceptée ; il régnait chez eux une telle netteté et un tel ordre, et, avec cela, un tel amour du beau et du bien, révélé à tous les coins par quelque imprévu bibelot religieux, que j’appris et que je repris le chemin de la petite maison de Sèvres.
Cet intérieur de Bolandiste me devint comme un havre, un port, une rade sûre et salutaire dans mes moments de fièvre et d’ennui ; je devins un familier des Lostein.
Étaient-ce les reproductions des Boticelli pendues au murs, les Donatello en faïence peinte de l’antichambre, les vieilles chasubles traînant sur les divans, ou la lampe d’église et la grande croix d’autel, dont l’argent clair apothéosait leur glace, mais je revenais toujours de chez eux meilleur et comme rasséréné, sinon guéri… Oh ! Le calme frais de leur petit atelier, décoré de vieux grès fleuris et de poteries vernissées et vertes.
Les Lostein étaient pauvres ; la peinture de la femme se vendait mal et, tout acharné que fût l’homme à son labeur de sculpteur, le ménage avait bien de la peine à joindre les deux bouts ; et cependant, pour vivre, Lostein consentit à faire de l’art industriel. D’ailleurs, chétif et maigre, l’air d’un des Christs malades que peignait sa femme, le pauvre être était secoué d’une mauvaise toux et semblait sérieusement atteint.
Je m’intéressais à eux. Des feuilletons enthousiastes, consacrés aux pastels, de Mme Lostein, lui ouvrirent quelques expositions ; je parvins à attirer sur elle l’attention des marchands de tableaux et des amateurs ; le monde qui achète de la peinture apprit le chemin de Sèvres, et Mme Lostein eut quelques commandes.
Si elle avait pu faire des portraits, le bien-être du ménage eût été assuré, mais cette étrange jeune femme ne savait peindre qu’elle-même. Les quelques pastels qu’elle arriva péniblement à faire, d’après quelques riches clientes amenées là par moi, elle leur prêta toujours l’hallucinante eau bleue de ses terribles yeux. Je la baptisais Narcissa ; elle sourit au surnom et, reprenant ses allégories mystiques, renonçait d’elle-même aux portraits.
Ne forçons point notre talent,
Nous ne ferions rien avec grâce.
Telle fut la moralité de la campagne entreprise par moi pour classer Mme Lobstein entre Mme Lemaire et Mlle Abbéma.
La peintresse s’était tout à fait emparée de moi : j’étais sous son empire, mais un empire plus psychique que physique, assez complexe et bizarre état d’âme, où le désir, d’abord très violent, de cette chair blonde et de cette bouche vorace, avait peu à peu tourné en platonique adoration de ses yeux.
Ses yeux ! La vie extraordinaire dont ils paraissaient vivre, dans ce visage pâle et comme déjà marqué par l’attente de la mort, j’en buvais délicieusement l’angoisse ; leur présence m’était devenue nécessaire. Il y avait du sortilège dans le malaise physique que j’éprouvais loin d’eux, et leur emprise sur moi était si forte que je les retrouvais partout, dans le bleu d’une robe de femme, dans l’azur léger d’un ciel, le bleu profond de l’eau ou vivace d’une fleur ; c’était une sorte d’admiration passionnée et douloureuse pour cette femme si frêle, si blanche, et comme vouée au malheur.
Quoique très épris de Mme Lostein, je m’étais toujours tenu, vis-à-vis d’elle, sur une grande réserve. La maladie du mari, la médiocrité du ménage, le grand amour que ces deux êtres semblaient avoir l’un pour l’autre m’avaient gardé contre moi-même, et j’avais toujours apporté une extrême délicatesse à faire accepter à la jeune femme les divers cadeaux, bibelots, bijoux d’art et étoffes, dont j’aimais à encadrer sa beauté.
Aussi fut-ce avec une stupeur indignée que j’accueillis Raymond Dutheuil quand il vint faire auprès de moi la plus imprévue démarche :
« Vraiment, c’était mal, et j’avais abusé. Que je fusse épris de Mme Lostein, rien de plus naturel. Tous ceux qui l’approchaient étaient dans mon cas ; il subissait, lui aussi, et depuis longtemps, le charme émané de la jeune femme ; mais que je n’eusse pas su commander à mon désir, et que j’eusse abusé de l’autorité que me donnait, dans le ménage, mon prestige de critique et les services rendus, pour oser formuler ce désir et troubler d’une requête le repos de Mme Lostein ! Non, cela était indigne d’un galant homme, et lui, Dutheuil, ne m’aurait jamais cru capable d’une telle lâcheté. »
Je sentais mes tempes se serrer et ma salive devenir sèche ; les yeux de Dutheuil étincelaient. Il parlait d’une voix base, saccadée, et la pâleur de son pauvre visage de tuberculeux s’était affreusement injectée aux pommettes ; j’étais près d’éclater, mais la dévastation de cette pauvre face malade me commandait la pitié : je me dominai. Lui, continuait ses reproches d’une voix sourde : « Comment avais-je osé solliciter la jeune femme ? Mme Lostein s’en était plainte à lui ; elle avait longtemps lutté et hésité de le faire avant de le faire, mais il y allait de son repos et de celui de son ménage, pis, la santé de son mari était en jeu. Dans l’état de Lostein, toute émotion devenait un danger, et elle vivait dans un tremblement perpétuel que le sculpteur ne découvrît quelque chose. Quelles complications le moindre soupçon n’eût-il pas amenées chez cet être débilité et menacé de congestion ; bref, Mme Lostein l’avait chargé, lui, Dutheuil, de me prier de cesser mes poursuites : elle ne pourrait plus me recevoir qu’à cette condition. »
Je ne me défendais même pas ; je répondais à Dutheuil que j’écrirais à Mme Lostein pour prendre congé d’elle, et, d’un geste, je le priais de se retirer.
Dans un billet bref, j’exprimai à la peintresse mes regrets et mon étonnement d’avoir pu l’alarmer, et lui annoncer que, désormais, elle n’aurait plus rien à redouter de moi, car cette lettre était un adieu. Elle ne me verrait plus à Sèvres ; et je l’assurai, en terminant qu’elle s’était méprise sur mes intentions.
Le lendemain, Mme Lostein était chez moi. Sa vue me dressait brusquement de mon siège ; Narcissa était demeurée sur le seuil, et, d’une voix suppliante et douce de petite fille en faute : – Pardonnez-moi, mon ami, je suis un peu folle, et puis Dutheuil, aussi, a beaucoup exagéré. Le pauvre garçon est tellement épris de moi ; je me suis trompée, je le sais, j’ai mal interprété vos prévenances. Vous, si bon, si généreux, je vous ai mal jugé, c’est-à-dire que je vous ai jugé comme les autres. Ah ! Si vous saviez, si vous saviez ! J’ai été si malheureuse, je suis si malheureuse encore !
Elle s’était vivement avancée vers moi, s’était emparée de mes mains, et, maintenant, elle sanglotait, la tête abandonnée sur mon épaule, ses magnifiques yeux bleus, remplis de larmes, me dévisageaient de bas en haut. Je l’avais fait asseoir à mes côtés et essayais en vain de la calmer.
– Oh ! Si vous saviez, si vous saviez ! Répétait-elle, entre deux hoquets convulsifs, si vous connaissiez comme moi l’ignominie et la salauderie des hommes, à quelles tentatives j’ai été en butte, quels marchés on m’a mis dans la main, et ce qui se passe encore autour de moi ! Alors, vous m’excuseriez peut-être…
Et, tout d’un trait, elle entamait l’atroce confession :
« Elle n’avait pas toujours été pauvre ; elle avait quinze ans quand son père était mort, X…, le fameux joaillier d’art. Déjà orpheline de mère, elle était restée seule au monde. XX…, le grand critique, avait été nommé son tuteur ; il l’avait connue tout enfant, c’était le meilleur ami de son père, et elle avait toute confiance en lui. Or, le jour même de l’enterrement, en revenant du cimetière, dans la voiture de deuil qui les ramenait au logis, cet homme, tout en la câlinant et la consolant, avait égaré ses caresses, et, sans même qu’elle eût conscience de l’acte, l’avait déflorée et prise, elle, pauvre petite orpheline désâmée, et désarmée, presque anesthésiée de stupeur.
« Elle était restée trois ans chez cet homme ; les rapports avaient continué entre la pupille et le tuteur, jusqu’au jour où X… l’avait mariée, en la dotant assez richement, d’ailleurs, à Marcenay, le chimiste du collège de France, un alcoolique et un illuminé de la science qui, la première nuit de ses noces, ne l’avait pas même pas touchée, et, depuis, l’avait toujours respectée comme une sœur. Ce mari paternel ne l’avait pas plus étonnée que le tuteur incestueux…, elle ne savait pas ! Marcenay la laissait, toute la journée, seule au logis, mais le soir, il l’emmenait dans un estaminet de la rue des Écoles, où il faisait la partie avec d’autres professeurs. Elle s’asseyait près de la table et feuilletait des illustrés jusqu’à onze heures et demie, minuit, au milieu de la tabagie et de bruits de jacquet et de dominos des consommateurs. Des amis de son mari lui avaient fait la cour, avaient trouvé des prétextes pour la venir voir dans la journée et l’avaient prise, pauvre créature sans défiance ; le café était fréquenté par des étudiants. Ses dix-huit ans et ses cheveux roux y allumaient des convoitises et Narcissa en satisfaisait quelques-unes avec cette belle candeur de fiancée du roi de Garbe tombée entre les mains des pirates, et cela jusqu’au soir où elle avait rencontré Lostein.
« Alors, ç’avait été l’amour ! Jusqu’ici, elle n’avait été qu’une petite créature passive, complaisante et résignée, avec Lostein, elle avait compris ! La détresse de sa vie lui était apparue, et, pénétrée d’horreur pour son passé, pour son tuteur indigne, ce mari impuissant et tous ceux qui avaient abusé d’elle, elle avait fui le domicile conjugal et était allée vivre avec Lostein.
« Maintenant, c’était le refuge, le havre après la tempête ! La pauvreté lui était douce avec l’être délicieux qu’était le sculpteur. Il lui avait embelli l’âme et réveillé en elle la flamme sacrée de l’art, Marcenay ne lui en voulait pas. Ce mari débonnaire lui servait intégralement la rente de sa dot et y ajoutait trois mille francs par an, pris sur ses appointements de professeur ; il venait, tous les mois, passer une journée avec eux à Sèvres ; il y déjeunait et y dînait, et l’on se séparait, le soir, les meilleurs amis du monde après une lecture en commun de Ruysbroeck l’Admirable ou de Saint Augustin ; le tuteur indigne, seul, lui avait gardé rancune. Il était mort en la déshéritant : il ne lui avait pas pardonné Lostein et, malgré leur médiocrité (car la dot avait été un peu entamée par l’incurie de Marcenay), Mme Lostein eût été heureuse sans le rut et les sales désirs des hommes toujours après ses jupes et déchaînés, comme une meute de chiens sur ses pas ; tous les amis de son mari lui faisaient la cour, elle était forcée de les mettre à la porte ; les marchands de tableaux aussi ; les amateurs prenaient feu à côté d’elle comme des allumettes ; l’eau de ses prunelles les incendiait, Dutheuil lui-même était insupportable ; dans la rue, des hommes la suivaient, sa vie était empoisonnée par le délire charnel soulevé sur ses pas. C’était affreux, les conditions que lui posaient les éditeurs d’art pour exposer ses pastels. Bref, elle m’avait cru comme les autres, affolé, la tête chavirée par cette fièvre endémique de convoitises, elle avait cru deviner dans mes regards des désirs dont s’était révoltée sa pudeur… »
Et avec un long sanglot de tourterelle blessée, la peintresse des Christs émaciés et des saintes douloureuses me tendait ses lèvres et tombait dans mes bras.

Notes

1 Nous pensons à Georgette Leblanc que Lorrain ridiculisa sous le nom d’Étiennette Staub dans bon nombre de chroniques.

2 Sur Jeanne Jacquemin (1863-1938), nous nous permettons de renvoyer à l’article de Jean-David Jumeau-Lafond « Jeanne Jacquemin, peintre et égérie symboliste », paru dans la Revue de l’Art, no 141, sept. 2003, ainsi que, du même auteur, son article paru dans le catalogue de l’exposition Les Peintres de l’âme, p. 79-80 (Paris, Bruxelles, Pandora, 1999). Nous avions également publié un « état des connaissances » sur Jeanne Jacquemin dans les actes du 1er Colloque des Invalides, Les à-côtés du siècle, Tusson, Le Lérot, 1997.

3 J.-W. Watts, dans un article de la revue Corymbe (no 29, mars-avril 1936) résume la situation au Journal en ces termes : « Le Journal, par de brillantes chroniques, connaissait les faveurs du public. Les noms les plus en vue de la littérature d’alors se retrouvaient au bas de ces papiers, parfois charmants, parfois sévères. Coppée, Lorrain, Mirbeau, Paul Adam étaient de la maison. Mais, hélas ! la publicité s’en mêla. Les principaux leaders, fatigués et découragés, quittèrent le Journal et la direction Henri Letellier devenue trop commerciale. Leurs articles étaient coupés, tripatouillés, sinon égarés… »

4 Atelier justement décrit dans l’article de Lorrain.

5 Encore un élément qui jouera en la défaveur de Lorrain lors du procès.

6 Catalogue Cornuau, no 215 (1937) et vente Drouot, 9 décembre 1986, Mme Vidal Mégret expert. La lettre est écrite sur un papier à en-tête du Grand Café de Turin à Nice.

7 On sait que Jeanne Jacquemin avait été opérée par le docteur Pozzi, tout comme Lorrain.

8 Collection Jean-David Jumeau-Lafond que nous remercions. Lettre écrite en hâte sur trois feuillets déchirés à un carnet. Le dernier feuillet manque aujourd’hui sur le manuscrit.

9 Copie du jugement conservée à la Bibliothèque de l’Arsenal dans le fonds Lambert. Il semblerait que ce soit Maurice Garçon qui fit cette copie pour Pierre Lambert. Nous ne reprenons que les passages concernant les faits reprochés à Lorrain, le jugement représentant en lui-même quatre feuilles in-folio.

10 Fonds Lambert, Arsenal Lambert 91. Cette lettre provient d’un catalogue de la librairie Gaillandre, hors série, no 5 (vers 1930).

11 Voir Jean Lorrain, Correspondances, Jean de Palacio éd., Paris, Champion, 2006, p. 187 et suivantes, qui reprend le texte de l’article ainsi qu’une lettre de Lorrain, sans doute adressée à Georges d’Esparbès, à propos du procès et de la recherche de témoignages.

12 Soulignons cependant que Lorrain avait introduit Tailhade dans la capitale à ses débuts, lui avait présenté ses confrères et lui ouvrit les portes de plusieurs salons ou journaux. Tailhade lui en sera toujours reconnaissant, malgré les attaques et la brouille.

13 Arsenal, fonds Lambert.

14 Collection Éric Walbecq.

15 Corymbe, no 29, mars-avril 1936. Lettre présentée par J.-W. Watts.

16 Chronique des maladies mentales : les hystériques accusatrices par le docteur Garnier, Dans Le Bulletin médical, 1903, no 54, p. 629-631.

17 Lorrain à Coquiot : « Une lettre de mon avocat, reçue hier de Florence, me dit de rassembler le plus de lettres possibles. Tâchez donc d’obtenir d’Odilon Redon quelques bribes. »

18 Le Matin, 25 octobre 1903. Jean de Palacio, Correspondances, op. cit., p. 188 et 189 donne l’article du Journal des Tribunaux du 24 octobre 1903. Il semblerait que Lorrain, malgré le désistement de Jacquemin, fut obligé de payer une somme « à l’amiable » avec elle.

Notes de fin

1 un mardi, au « Mercure de France » devant plusieurs témoins.

Auteur

Bibliothécaire à la Bibliothèque nationale de France, spécialiste de la littérature de la fin du XIXe siècle, a publié de nombreuses correspondances de Lorrain. Il a également réédité et annoté des textes d’Edmond About, Gaston de Pawlowski, Willy, Delphi Fabrice…, a notamment publié : Lorrain, Lettres à Marcel Schwob (éditions du Lérot), Lettres à Gustave Coquiot (Champion), Correspondance avec Henry Kistemaeckers (éditions du clown lyrique).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540