Version classiqueVersion mobile

Droit privé et Institutions régionales

 | 
Société d'histoire du droit et des institutions des pays de l'Ouest de la France

Une famille bretonne au service du Conquérant : les Baderon

Hubert Guillotel

Texte intégral

  • 1 Histoire de Guillaume le Conquérant, éd. Raymonde Foreville, Paris, 1951 (Les classiques de l’hist (...)
  • 2 D.C. Douglas, The companions of the Conqueror, dans History, t. XXVIII, 1943, pp. 129-147.
  • 3 Le Roman de Rou, éd. AJ. Holden, 1970-71 (Société des anciens textes français), t. II, p. 121, ver (...)
  • 4 On peut le déduire d’une charte de 1122 par laquelle Geoffroy de Dinan a donné à l’abbaye de Marmo (...)
  • 5 D.C. Douglas, William the Conqueror. The Norman Impact upon England, Londres, 1964, p. 231.
  • 6 Gesta Philippi Augusti, Guillelmi Armorici Liber, dans Oeuvres de Rigord et de Guillaume le Breton (...)

1Guillaume de Poitiers précise dans sa description de la bataille d’Hastings que l’aile gauche de l’armée du Conquérant comprenait les fantassins et cavaliers bretons ainsi que d’autres auxiliaires1. Pourtant, non plus que les autres chroniqueurs contemporains, il ne nomme de Bretons ayant participé à l’expédition de 10662. Au siècle suivant, Wace prétendait remédier à cette lacune en énumérant dans Le Roman de Rou des personnes illustres par leur origine ou par les services que leur famille avait rendus à la monarchie anglo-normande3. Dans sa liste supposée figurent : Alain Fergand, futur duc de Bretagne, qui était alors vraisemblablement trop jeune pour être venu ; le seigneur de Dinan, dont la famille n’a été dotée en Angleterre que sous le règne d’Henri Ier Beauclerc4 ; Raoul de Gaël, alors que son père était déjà investi de fonctions auprès d’Edouard le Confesseur5 ; enfin le fils Bertrand de Peleit, du pays d’Alet, dont le château, sis dans l’anse du Guesclin, devait être transformé en un réduit pour les forces anglaises après la perte de la Normandie jusqu’à ce qu’en 1209 Philippe Auguste eût réuni pour le réduire une armée dirigée par le comte de Saint-Pol et Juhel de Mayenne, alors seigneur de Dinan6.

  • 7 The Ecclesiastical History of Orderic Vitalis, éd. Marjorie Chibnall, t. II, Oxford, 1969 (Oxford (...)

2Ce silence des sources narratives proches de l’événement semble bien montrer qu’à l’exception du comte Brian, fils du comte Eudes - le frère d’Alain III duc de Bretagne-, chargé en 1069 par Guillaume le Conquérant de repousser les forces débarquées à Exeter sous la direction de deux fils d’Harold7, le duc recruta en Bretagne principalement de petits seigneurs. Dans ce milieu il est possible d’identifier la famille des Baderon grâce aux importantes donations qu’elle fit au prieuré installé dans son château de Monmouth.

3Cette implantation bretonne dans le sud-est du Pays de Galles soulève un double problème : celui de ses origines exactes et celui de l’organisation première donnée à la seigneurie.

I

4Les témoignages concordent pour faire de Guihenoc le principal artisan de la fortune de sa famille Outre-Manche, mais ils divergent sur la date de son installation.

  • 8 Dom Morice, Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, t.  (...)
  • 9 Une notice du début du XIIe siècle, relatant la concession à Saint-Florent de Saumur d’aumônes fai (...)

5Il paraît pour la première fois parmi les témoins de la chartenotice relatant la donation de l’église de Montreuil-sur-Pérouse à l’abbaye de Saint-Serge d’Angers dans les premiers temps de l’abbatiat de Daimbert, après le 31 juillet 10558. Son père, Caradoc de La Boussac, était vraisemblablement le seigneur de la paroisse dont il portait le nom, et ce sont les libéralités de la famille qui permirent, pour une part au moins, l’érection d’un prieuré de l’abbaye de Saint-Florent de Saumur au Brégain en La Boussac9. Guihenoc devait être le cadet puisque le prénom de son frère, Baderon, est devenu patronymique en Bretagne.

  • 10 « Tempore Vuillelmi regis et comitis Vuillelmi et Vualteri de Laci et Raul de Bernhai, vicecomitis (...)
  • 11 Marchegay, p. 175, no 12.
  • 12 William Rees, A Historical Atlas of Wales from Early to Modern Times, Cardiff, 1951, pl. 32.
  • 13 Cf. E.D. Jones, The Book of Llandaff, dans The National Library of Wales Journal, t. IV, 1945-46, (...)
  • 14 C.L.N. Brooke, The Archbishops of St. David’s Llandaff and Caerleon-on-Usk, dans N.K. Chadwick et (...)
  • 15 Sur Urbain, voir J.W. James, The Book of Llan Dave and the Diocesan Boundaries Disputes C. 960-113 (...)
  • 16 Marchegay, pp. 178-179, no 16, pp. 181-185, nos 20-23.

6Si l’on en croit une notice du cartulaire de l’évêché gallois de Llandaff, dit Livre de Llandaff, Guihenoc n’aurait reçu le château de Monmouth qu’après 1076 : ce château bâti au temps du roi Guillaume, du comte Guillaume - Guillaume fitz Osbern-, de Gautier de Lassy (ou Lacy) et de Raoul de Bernay, donc avant le 22 février 1071, avait été donné pour moitié à trois de ses barons par Guillaume fitz Osbern ; à sa mort lui avait succédé son fils, le comte Roger, qui, après sa trahison, fut fait prisonnier par le roi tandis que les trois barons étaient dépossédés ; le château fut alors donné à Guihenoc et à cette époque l’évêque Herewald en consacra l’église ; Guihenoc devenu moine, Randulf de Coliuil lui succéda et à la mort de ce dernier Guillaume fils de Baderon10. Mais ces indications sur la dévolution de l’honneur de Monmouth entre les Baderon s’avèrent inexactes. En effet lorsque Guihenoc entra dans les ordres, ce fut son neveu Guillaume qui lui succéda immédiatement11 ; quant à ce Randulf de Coliuil on ne lui connaît pas de droits particuliers sur le château de Monmouth. Ces confusions font douter de l’authenticité de cette notice informe qui répertorie entre autres les vingt églises du territoire d’Erging12 que Herewald évêque de Llandaff, aurait consacrées et dont il aurait ordonné les desservants. Cette longue énumération de consécrations, surprenante en elle-même, paraît d’autant plus suspecte qu’elle est transcrite dans un manuscrit célèbre pour son abondance en faux13. Sans aborder la question de l’hypothétique ancienneté du diocèse de Llandaff14, il suffit de noter que Monmouth se trouve en Erging, circonscription sur laquelle l’évêque de Hereford a pu revendiquer avec succès juridiction en 1133 à l’issue du conflit qui l’opposait à Urbain, évêque de Llandaff, relativement au tracé de la frontière entre leurs deux diocèses15. Ces précisions permettent de déterminer la valeur de la notice informe : il s’agit d’un faux élaboré à partir de données chronologiques connues afin de prouver que l’évêque de Llandaff exerçait notamment sur le territoire d’Erging les pouvoirs d’ordre et de juridiction, ce que rien ne confirme ; au contraire les donations faites au prieuré de Notre Dame de Monmouth, principales sources d’information pour l’histoire du pays aux XIe et XIIe siècles, ne signalent que l’intervention de l’évêque de Hereford16. Enfin le Domesday Book, qui mentionne souvent le rôle de Guillaume fitz Osbern dans la construction des châteaux du comté de Hereford, n’en parle pas à propos de Monmouth.

  • 17 « Que autem in dominatu Baderonis stabilita sunt, eandem libertatem quant Badero habet habere debe (...)
  • 18 The Ecclesiastical History of Orderic Vitalis, t. II, lib. IV, p. 260.
  • 19 Il s’agit là d’une date limite, que justifie la référence aux comtes Edwin et Morcar, D.C. Douglas (...)
  • 20 W.E. Wightman, The Palatine Earldom of William fitz Osbern in Gloucestershire and Worcestershire ( (...)

7Une notice des années 1150-1160, énonçant les églises avec leurs dépendances soumises à Notre-Dame de Monmouth, semble plus proche de la vérité, il y est spécifié que les biens situés dans la seigneurie de Baderon doivent avoir la même franchise que celle dont bénéficie Baderon, ainsi qu’ils furent donnés, après la prise de possession de l’Angleterre, par ses prédécesseurs, Guihenoc et Guillaume père de ce même Baderon17. Guihenoc aurait alors fait partie de ces guerriers éprouvés que Guillaume le Conquérant, une fois les comtes Edwin et Morcar battus, avait établis avec Guillaume fitz Osbern et Gautier de Lassy face aux Gallois18, soit après le 2 juin 107019 et avant le 22 février 1071. Toutefois on ignore quelle pouvait être la situation de Guihenoc vis-à-vis de Guillaume fitz Osbern, dont l’autorité de comte palatin s’étendait en Gloucestershire, Herefordshire et peut-être Worcestershire20.

II

  • 21 Voir sur le château D.F. Renn, Norman Castles in Britain, Londres et New-York, 1968, p. 247.

8Le dépouillement du Domesday Book révèle que Guillaume, fils de Baderon, était tenant en chef en Gloucestershire et Herefordshire, mais c’est dans ce dernier comté que se trouvait le centre de l’honneur21 ; c’est à Monmouth que fut établi le sanctuaire de la famille, un prieuré dépendant de l’abbaye de Saint-Florent de Saumur. Comme tous les seigneurs dotés par le Conquérant de terres jadis tenues par des Anglo-Saxons, Guihenoc a dû tenir compte d’une organisation ancienne ; cependant il a donné à sa seigneurie une plysionomie particulière.

  • 22 H.C. Darby, I.B. Terret, The Domesday Geography of Midland England, Cambridge, 1954, pp. 110-111.
    R (...)
  • 23 Marchegay, pp. 173-174, no 11; 175-176, no 12.
  • 24 J.H. Round, Introduction to the Herefordshire Domesday, dans The Victoria History of the Counties (...)
  • 25 Domesday Book, seu liber censualis Willelmi primi, t. I, Londres, 1783, fol. 180 V°.
  • 26 L’authenticité de la charte de Guihenoc en faveur des moines de Saint-Florent publiée dans le Mona (...)

9Le Domesday Book estime de façon générale ces différentes possessions en hides, les répartit entre différents manoirs et les soumet au geld ; ce qui atteste leur insertion dans le cadre de l’administration normale du shire. Mais à Monmouth même l’unité de mesure est la charruée, ce qui prouve que la région est soumise depuis peu à la domination anglaise22. Cette distinction, également observée dans les chartes du prieuré de Monmouth23, explique sans doute pourquoi la seigneurie de Monmouth est décrite à part dans le Domesday Book24. Guillaume le Conquérant y assura sa prééminence seigneuriale en se réservant quatre charrues dont la garde fut confiée à Guillaume, fils de Baderon, qui lui-même en possédait huit, alors qu’il pouvait en avoir davantage, et que ses chevaliers en avaient sept ; vingt quatre autres étaient aux mains de Gallois25. Cette répartition hiérarchisée dut paraître une garantie suffisante au roi puisqu’il laissa se développer les droits du lignage des Baderon. Au moment de devenir moine de Saint-Florent de Saumur, Guihenoc dota cette abbaye avec le consentement du roi et en présence de son frère. Cette donation qui est à l’origine du patrimoine du prieuré de Monmouth est révélatrice26.

  • 27 Cf. la pancarte du prieuré de Saint-Florent-sous-Dol, Dom Morice, Preuves, t. I, col. 433-434.
  • 28 Marchegay, pp. 173-174, no 11 ; il n’est pas possible de donner une date précise à cette notice, l (...)

10Pour établir leur sanctuaire, les Baderon suivaient l’exemple alors donné par leurs seigneurs bretons, les Dol-Combour ; l’aîné de ceux-ci, Guillaume, était devenu abbé de Saint-Florent de Saumur tandis que son frère Jean Ier élevait dans un faubourg de Dol une dépendance de cette abbaye. Les modalités de cette fondation étaient d’ailleurs bien connues de Baderon, le frère de Guihenoc, puisqu’il est témoin d’un certain nombre de concessions faites à Saint-Florent-sous-Dol27. Ceci permet également de comprendre pourquoi, alors qu’on ne le voit agir qu’en Bretagne il se trouvait à Salisbury quand le roi a confirmé la donation de Guihenoc28. Ne fallait-il pas également régler la substitution de son fils Guillaume au lieu et place de Guihenoc à la tête de l’honneur ?

  • 29 Cf. deux actes où Guihenoc, devenu moine, agit conjointement avec son neveu Guillaume, Marchegay, (...)
  • 30 Guihenoc et son neveu Guillaume ont concédé à Saint-Florent que sept bourgeois seraient dans leur (...)
  • 31 Main de La Boussac et Ernauld de La Ville-Oubert, en Epiniac, paraissent dans l’entourage de Guill (...)
  • 32 Jacques Boussard, Le gouvernement d’Henri II Plantegenet, Paris, 1956, p. 53.
  • 33 Cette branche est connue par ses donations en faveur de l’abbaye de La Vieuville, sise en Epiniac. (...)

11Le prieuré devait consolider l’établissement de la famille à Monmouth ; Guihenoc, devenu moine fit profiter les siens du prestige spirituel29 tout en leur réservant entièrement le jugement des délits passibles de peines corporelles30, et en assurant par ailleurs l’emprise sur la terre par la venue de dépendants originaires des paroisses doloises d’Epiniac et de La Boussac31. Le rameau anglais de la famille devait affirmer sa réussite au cours des années32 alors que la branche bretonne ne parvint pas à s’élever au-dessus du niveau de la seigneurie de village33. Si des relations persistent au XIIe siècle, néanmoins passée la seconde génération, le patrimoine breton et le patrimoine d’Outre-Manche semblent bien se transmettre de façon autonome dans chacune de ces lignes.

12Ce choix de Guillaume le Conquérant s’est avéré une réussite politique ; le roi donnait à cette partie du Pays de Galles, soumise depuis peu à la domination anglo-saxonne, des seigneurs dont l’autorité devait être mieux acceptée puisqu’ils partageaient avec les Gallois une commune origine celtique.

Notes

1 Histoire de Guillaume le Conquérant, éd. Raymonde Foreville, Paris, 1951 (Les classiques de l’histoire de France au moyen âge, no 23), p. 190.

2 D.C. Douglas, The companions of the Conqueror, dans History, t. XXVIII, 1943, pp. 129-147.

3 Le Roman de Rou, éd. AJ. Holden, 1970-71 (Société des anciens textes français), t. II, p. 121, vers 6367-6372. Enfin, contrairement à l’opinion de Dom Wilmart, le témoignage de Lestorie des Engles de Geffrei Gaimar qui fait d’Alain le Roux un combattant d’Hastings paraît incertain, Alain le Roux et Alain le Noir comtes de Bretagne, dans Annales de Bretagne, t. XXXVIII, 1928-29, pp. 578-579.

4 On peut le déduire d’une charte de 1122 par laquelle Geoffroy de Dinan a donné à l’abbaye de Marmoutier deux manoirs situés en Angleterre que le roi Henri Ier lui avait concédés, J. Geslin de Bourgogne et A. de Barthélemy, Anciens évêchés de Bretagne, t. IV, Paris et Saint-Brieuc, 1864, p. 394, no VII des actes du prieuré de Saint-Malo de Dinan.

5 D.C. Douglas, William the Conqueror. The Norman Impact upon England, Londres, 1964, p. 231.

6 Gesta Philippi Augusti, Guillelmi Armorici Liber, dans Oeuvres de Rigord et de Guillaume le Breton, publiées par François Delaborde, t. I, Paris, 1882 (Société de l’Histoire de France), 150, pp. 227-228.

7 The Ecclesiastical History of Orderic Vitalis, éd. Marjorie Chibnall, t. II, Oxford, 1969 (Oxford Medieval Texts), lib. IV, p. 226.

8 Dom Morice, Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, t. I, Paris, 1742, col. 412-413. Cf. J.H. Round, Studies in Peerage and Family History, Londres, 1901, pp. 120-122.

9 Une notice du début du XIIe siècle, relatant la concession à Saint-Florent de Saumur d’aumônes faites par son oncle Guihenoc en Angleterre, finit sur la confirmation par Guillaume de donations à Epiniac et La Boussac en Bretagne venant de son père Baderon, Paul Marchegay, Les prieurés anglais de Saint-Florent près Saumur. Notice et documents inédits tirés des archives de Maine-et-Loire, dans la Bibliothèque de l’Ecole des Chartes, t. XL, 1879 (= Marchegay), p. 176, no 13.

10 « Tempore Vuillelmi regis et comitis Vuillelmi et Vualteri de Laci et Raul de Bernhai, vicecomitis Herfordie, factum est castellum de Mingui - forme galloise du nom de Monmouth-, et dédit cornes Vuillelmus medietatem castelli tribus baronibus suis : Hunfrai et Osberno et Vuillelmo scriptori, et, eo mortuo, successif ei Rogerius cornes, et per traditionem captus est a rege cum suis traditoribus ; illi tres cum multis aliis exhereditati sunt. Post hec datum est castellum Gueithenauc et in tempore illius Hergualdus episcopus consecravit ecclesiam de castello Mingui, cui interfuit Caratocus rex, et, postquam monachus effectus est, successif ei Randulf de Coliuil et, defuncto eo, successif ei Vuillelmus filius Batrun ». The Text of the Book of Llan Dâv, éd. J.G. Evans et J. Rhys, Oxford, 1893, pp. 277-278.

11 Marchegay, p. 175, no 12.

12 William Rees, A Historical Atlas of Wales from Early to Modern Times, Cardiff, 1951, pl. 32.

13 Cf. E.D. Jones, The Book of Llandaff, dans The National Library of Wales Journal, t. IV, 1945-46, pp. 123-157; la mise au point la plus récente est donnée dans deux articles de Wendy Davies: Liber Landavensis: its construction and credibility dans The English Historical Review, t. LXXXVIII, 1973, pp. 335-351 et St. Mary’s Worcester and the Liber Landavensis, dans Journal of Archivists, t. IV, 1972, pp. 459-485.

14 C.L.N. Brooke, The Archbishops of St. David’s Llandaff and Caerleon-on-Usk, dans N.K. Chadwick et autres. Studies in the Early British Church, Cambridge, 1958, pp. 218-242.

15 Sur Urbain, voir J.W. James, The Book of Llan Dave and the Diocesan Boundaries Disputes C. 960-1133, dans The National Library of Wales Journal, t. XVI, 1969, pp. 331-344, W. Davies, Liber Landavensis: its construction and credibility, pp. 337-338.

16 Marchegay, pp. 178-179, no 16, pp. 181-185, nos 20-23.

17 « Que autem in dominatu Baderonis stabilita sunt, eandem libertatem quant Badero habet habere debent sicut ab antecessoribus ejus, hoc est Guihenoco et ejusdem Baderonis patre Willelmo, post adquisitionem Angliae donata fuerunt », Marchegay, p. 179, no 17 ; il a cru bon d’éditer à part le passage dont est extrait ce membre de phrase ; la notice est connue par deux transcriptions, l’une sur un rouleau de parchemin, Archives départementales de Maine-et-Loire, H 3711 et l’autre dans le Livre blanc de Saint-Florent de Saumur, Archives départementales de Maine-et-Loire, H 3713, fol. 127-128.

18 The Ecclesiastical History of Orderic Vitalis, t. II, lib. IV, p. 260.

19 Il s’agit là d’une date limite, que justifie la référence aux comtes Edwin et Morcar, D.C. Douglas, William the Conqueror, p. 222. Cf. sur un plan plus général R.H.C. Davis, The Norman Conquest, dans History, t. LI, 1966, pp. 283-284 et spécialement la note 10.

20 W.E. Wightman, The Palatine Earldom of William fitz Osbern in Gloucestershire and Worcestershire (1066-1071), dans The English Historical Review, t. LXXVII, 1962, pp. 6-17.

21 Voir sur le château D.F. Renn, Norman Castles in Britain, Londres et New-York, 1968, p. 247.

22 H.C. Darby, I.B. Terret, The Domesday Geography of Midland England, Cambridge, 1954, pp. 110-111.
R.W. Finn, An Introduction to Domesday Book, New-York, 1963, p. 262.

23 Marchegay, pp. 173-174, no 11; 175-176, no 12.

24 J.H. Round, Introduction to the Herefordshire Domesday, dans The Victoria History of the Counties of England. Herefordshire, t. I, Londres, 1908, p. 277.

25 Domesday Book, seu liber censualis Willelmi primi, t. I, Londres, 1783, fol. 180 V°.

26 L’authenticité de la charte de Guihenoc en faveur des moines de Saint-Florent publiée dans le Monasticon Anglicanum est des plus suspectes ; son style s’apparente à celui des actes instrumentés au XIIe siècle et surtout la formule de corroboration fait mention du sceau de Guihenoc, ce qui est difficilement croyable, car à l’époque seuls de très grands seigneurs en ont un ; W. Dugdale, Monasticon Anglicanum, éd. Caley, Ellis et Baudinel, réimpr. de 1846, t. IV, p. 596.

27 Cf. la pancarte du prieuré de Saint-Florent-sous-Dol, Dom Morice, Preuves, t. I, col. 433-434.

28 Marchegay, pp. 173-174, no 11 ; il n’est pas possible de donner une date précise à cette notice, la preuve en est que H.W.C. Davis l’a répertoriée deux fois, Regesta Regum Anglo-Normannorum, t. I, Oxford, 1913, p. 13, no 46, pp. 60-61, no 227.

29 Cf. deux actes où Guihenoc, devenu moine, agit conjointement avec son neveu Guillaume, Marchegay, pp. 175-176, nos 12-13.

30 Guihenoc et son neveu Guillaume ont concédé à Saint-Florent que sept bourgeois seraient dans leur marché affranchis du tonlieu et de toute coutume et ne sauraient être inquiétés qu’en raison de délits passibles de peines corporelles : « excepta forisfactura corporali justifia digna », Marchegay, p. 175, no 12.

31 Main de La Boussac et Ernauld de La Ville-Oubert, en Epiniac, paraissent dans l’entourage de Guillaume, Marchegay, p. 175, no 12. Voir Pierre Flatrès, Les Bretons en Galles du XIe au XIIIe siècle, dans Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, t. XXXVI, 1956, pp. 41-46.

32 Jacques Boussard, Le gouvernement d’Henri II Plantegenet, Paris, 1956, p. 53.

33 Cette branche est connue par ses donations en faveur de l’abbaye de La Vieuville, sise en Epiniac. Le tableau généalogique dressé par l’abbé Duine est légèrement inexact : le Rivallon dont il fait un frère de Guihenoc était vraisemblablement le frère d’un autre Guihenoc lui aussi moine de Saint-Florent, et le Ratier fils de Guihenoc descendait d’un homonyme, Histoire féodale des Marais, territoires et Eglise de Dol, éd. J. Allenou et F. Duine, Paris, 1917 (La Bretagne et les pays celtiques, série in-8°, XIII), p. 83.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1976

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search