Version classiqueVersion mobile

Droit privé et Institutions régionales

 | 
Société d'histoire du droit et des institutions des pays de l'Ouest de la France

La participation au duel judiciaire de témoins de condition serve dans l’Île-de-France du XIe siècle : autour d’un faux diplôme de Henri Ier

Olivier Guillot

Texte intégral

1De l’institution du duel judiciaire, si révélatrice de la mentalité religieuse et des comportements sociaux, l’on ne voudrait retenir ici qu’un aspect, parmi beaucoup d’autres : la participation à cette procédure de témoins de condition serve, en se limitant à l’Ile-de-France du XIe siècle.

  • 1 Voir Y. Bongert, Recherches sur les cours laïques du Xe au XIIIe siècles (1948), pp. 229-230 ; M. B (...)
  • 2 Voir Y. Bongert, op. cit., notamment pp. 231-232 ; P. Ourliac, Le duel judiciaire dans le Sud-Ouest (...)

2On laissera ainsi de côté, en particulier, le problème de discipline religieuse soulevé par la pratique même du duel judiciaire compris comme un jugement de Dieu. Depuis, notamment, le souhait exprimé par Agobard, évêque de Lyon, en 817, de voir supprimer le duel judiciaire prévu par la loi Gombette, en passant par les interdictions du concile de Valence et celles de Nicolas Ier, dans la suite du IXe siècle, jusqu’à celles, entre autres, d’Alexandre II et Alexandre III, aux XIe et XIIe siècles respectivement, il y a bien une tradition doctrinale et canonique pour interdire le duel judiciaire1. Et pourtant, en dépit de cette interdiction, cela a été une pratique très largement suivie que celle du duel judiciaire, particulièrement dans l’ouest et le sud-ouest du royaume de France, et aussi en Ile-de-France2.

  • 3 Nous espérons publier prochainement une étude à ce propos. Voir J. Gaudemet, art. cit., p. 104 et n (...)

3On laissera aussi de côté un aspect attachant de cette institution, remarquable surtout au XIe siècle en Ile-de-France et dans l’Ouest, révélateur de la foi religieuse : la conviction, chez celui qui combat en duel judiciaire, que Dieu ne lui donnera la victoire qu’en raison du bon droit de la partie qu’il soutient ; d’où la multiplicité des désistements, des litiges où la partie de mauvaise foi, faute de trouver un témoin qui la soutienne jusqu’au duel, est amenée à capituler devant Dieu ; d’où, par conséquent, ce fait d’apparence paradoxale que par la menace du duel judiciaire compris comme un jugement de Dieu — c’est-à-dire par la menace d’une violence —, l’on aboutit souvent à la résolution pacifique du litige au profit de la partie qui a su convaincre de sa bonne foi3.

4On n’indique ces deux aspects que revêt le duel judiciaire, pris sous l’angle général, que pour montrer qu’il s’agit là d’une institution qu’il faut étudier d’après la pratique.

5Il reste que lorsque l’on s’attache au rôle que les témoins de condition serve jouent dans cette procédure au XIe siècle, la référence à la pratique permet de résoudre, semble-t-il, deux difficultés spécifiques que présente ici l’analyse juridique. Il y a d’abord problème parce que l’analyse classique de la participation de ces serfs au duel judiciaire n’est pas en accord avec la pratique observable au XIe siècle, en Ile-de-France tout spécialement. Et il y a encore problème parce que, pour l’Ile-de-France du XIe siècle, un document, considéré à tort, semble-t-il, comme un diplôme authentique de Henri Ier, vient obscurcir l’observation de cette pratique.

I) L’analyse classique et la pratique

  • 4 Voir, notamment, P. Petot, Cours d’Histoire du Droit Privé (D.E.S., 1946-1947), pp. 84-95, et, du m (...)
  • 5 Nous schématisons l’analyse de P. Petot, citée à la note précédente en premier lieu ; voir principa (...)
  • 6 Voir P. Petot, Cours cit., pp. 89-90 ; Concilium africanum, canons 96 et 98, Mansi, Concilia, IV, c (...)
  • 7 P. Petot (ibid.) cite notamment l’Admonitio generalis (Boretius, Capitularia regnum Francorum, no 2 (...)
  • 8 LX, 3 (éd. F. Beyerle, p. 92) : « Libertos etiam, si competens ingenuorum numerus defuerit patimur (...)
  • 9 Boretius, op. cit., no 32, c.57 : « Si aliquis ex servis nostris super magistrum suum de causa nost (...)
  • 10 Voir Y. Bongert, op. cit., p. 258, et Cartulaire de... Redon, éd. A. de Courson, no 345, p. 295 (av (...)
  • 11 On énumérera les 10 diplômes en cause (A), pour étudier ensuite leurs carac téristiques (B).
    A) 1) d (...)
  • 12 Voir P. Petot, cours cit., p. 92 ; art. cit., p. 193, n. 13. Les cas à citer seraient beaucoup plus (...)

6Les nombreux historiens qui ont abordé la question de la participation au duel judiciaire de témoins de condition serve se sont accordés généralement à conclure qu’aux XIe et XIIe siècles les serfs étaient incapables de témoigner en justice contre des hommes libres, et, par là, qu’ils ne pouvaient participer à des duels judiciaires où la partie adverse fût représentée par un homme libre4. L’analyse, ici, se fonde sur la tradition juridique du témoignage classique, pris comme moyen de preuve rationnel. L’on part du droit de la Rome classique, où le serf est en principe déclaré incapable de témoigner — avec bien d’autres catégories — parce qu’il peut être soumis à la pression de son maître5. On insiste sur le durcissement et l’élargissement de la règle au Ve siècle6, en des termes que la collection de Denys le Petit a transmis jusqu’à l’époque carolingienne, par la Dionysio-Hadriana, et dont on retrouve la substance dans quelques capitulaires de cette époque7. L’on note des règles propres aux serfs royaux, capables de témoigner en certains cas : dans la loi Gombette, où les esclaves du roi et les affranchis peuvent servir de témoins instrumentaires dans les donations8 ; dans le capitulaire De villis — de l’an 800 — où les serfs royaux sont autorisés à accuser leurs magistri (c’est-à-dire ceux qui les commandent) lorsque ceux-ci mettent en péril l’intérêt du roi9. Et enfin, pour la période suivante, outre de rares traces du maintien de l’incapacité testimoniale des serfs10, on relève les diplômes accordés à de nombreuses églises d’Ile-de-France par les Capétiens de 1058 à 1153, où le roi donne aux serfs de ces églises soit la qualité de serfs royaux, soit, ce qui revient au même, la capacité de témoigner contre des hommes libres et de combattre éventuellement contre eux11. Dès lors, en observant que c’est par privilège que les serfs de ces églises ont reçu cette capacité testimoniale issue de celle qu’avaient les serfs royaux dès l’époque carolingienne, on en conclut que les autres serfs, par conséquent, n’avaient pas en principe cette capacité, sauf à tomber devant l’évidence que la pratique, dans l’Ouest et l’Ile-de-France, est parfois radicalement contraire12.

  • 13 Lex Burgundionum, VIII, 2 (éd. F. Beyerle, Germanenrechte, Band 10, p. 22) : « Quod si ei sacrament (...)

7L’analyse peut être infléchie. Elle doit s’attacher aux caractéristiques spécifiques que revêt le témoignage à partir du moment où il devient le premier élément de la procédure menant au duel judiciaire. On sait que le duel judiciaire a été principalement introduit dans notre pays par la loi Gombette : dans son article XLV, la loi prévoit le duel judiciaire pour empêcher la prestation d’un faux témoignage assorti d’un serment ; la partie qui entend accuser le témoin adverse de faux témoignage doit le faire « avant l’entrée dans l’église », donc avant que le témoignage en cause n’ait été solennellement prêté sous serment, et cette accusation préalable l’amène aussitôt à combattre ce témoin en puissance en un duel judiciaire qui est un jugement de Dieu13. Sous Louis le Pieux, malgré d’Agobard, l’idée se transforme et s’amplifie.

  • 14 Capitula legi addita (816), c.l (éd. Boretius, op. cit., no 134, p. 268) : « Si quis cum altero de (...)
  • 15 Voir les observations remarquables de M. Boulet-Sautel en ce sens (art. cit., pp. 307-308). L’auteu (...)

8Dans les Capitula Legi addita de 816, l’Empereur introduit le duel judiciaire dans la loi Salique, pour le cas où deux témoignages contradictoires ont été prêtés sous serment, non sans un scandale que le duel judiciaire a pour fin de réprimer, en permettant à Dieu de désigner le parjure en la personne du vaincu14. Cette dernière procédure a été très souvent utilisée par la suite, surtout à partir du XIe siècle. Ici, le témoignage est effectivement prêté sous serment par les témoins des deux parties, et ce témoignage est le préalable nécessaire du duel judiciaire, c’est-à-dire d’un jugement de Dieu. Mais il faut prendre garde, car ce témoignage, par sa nature, par sa sanction, constitue un procédé de preuve irrationnel, soumis en définitive à la seule appréciation de Dieu. Ici, il n’y a aucune raison nécessaire de faire jouer les règles d’incapacité valant pour le témoignage classique15. De fait, la matière paraît s’être assortie d’une réglementation spécifique, établie probablement par la pratique.

  • 16 Voir M. Boulet-Sautel, art. cit., p. 307.
  • 17 Voir ibid., p. 287, pour le lien entre serment et duel judiciaire.
  • 18 Carlulaire dunois de Marmoutier, éd. Mabille, no 15 (1069).
  • 19 On laisse ici de côté l’ordalie utilisée comme moyen de se purger d’une accusation criminelle, laqu (...)
  • 20 Charte de Renaud, évêque d’Angers (délivrée en 1005 au plus tard), Cartulaire noir de la cathédrale (...)

9L’une de ces règles, qui semble avoir été constamment en vigueur, est qu’un témoin est toujours libre de refuser de prêter un témoignage sous serment qui pourrait le mener au duel judiciaire16. On veut laisser au témoin en puissance la possibilité de résoudre librement le problème de conscience qu’est l’acceptation ou le refus de prêter un tel témoignage, et le fait est qu’on y parvient d’une manière rigoureuse. Il est important pour notre propos de tenter d’expliciter le fondement et la nature de cette liberté. Celle-ci n’est pas due seulement à la gravité des coups que le témoin, lors du duel, peut recevoir, ni à celle de la sanction du parjure qui, de plus, frappe en principe le vaincu17, ce qui pourrait justifier déjà qu’on fût libre de se porter témoin ou non. Cette liberté tient principalement au fait qu’ici, le témoignage devant être vérifié par l’ordalie, l’homme prend position devant Dieu, et devant lui-seul, pour attester la vérité, sans que compte sa condition temporelle. Cela fait admettre comme normal ce que la réglementation du témoignage classique eût fait considérer comme scandaleux : par exemple, dans un procès rapporté en un acte de 1069 concernant des droits de Marmoutier à Beaugency (sur les franges méridionales de l’Ile-de-France), le prévôt d’un seigneur, donc un ministérial de condition serve, prête témoignage contre son maître sans que cela suscite aucune difficulté18. Dans le cas le plus fréquent où le serf est appelé à témoigner dans l’intérêt de son maître, cela implique une pleine liberté du serf à cet égard, comme il en est pour tout témoignage servant de préliminaire à une ordalie19 : le serf, en l’occurrence, est en quelque sorte considéré comme un homme libre — ce qu’exprime avec bonheur un acte angevin du XIe siècle dans un cas d’ordalie unilatérale20 —, et c’est en conscience qu’il juge s’il doit accepter ou refuser le témoignage qui lui est demandé.

  • 21 Voir ci-dessus, n. 11, tous les diplômes cités, à l’exception du 1er.

10A côté de cette règle permanente de liberté du témoignage en cas de duel judiciaire, où tout homme est égal devant Dieu, on aperçoit une autre règle que reflètent les diplômes royaux déjà cités, liée à un certain stade de l’évolution sociale, à un comportement social : une partie libre à qui l’on oppose le témoignage d’un serf va refuser de combattre contre ce dernier, ou inciter son propre témoin, aussi de condition libre, à refuser de combattre contre ce serf. En cette occurrence, où l’on retrouve une incapacité du serf à témoigner, les abbayes et autres établissements ecclésiastiques se trouvent paralysés pour défendre leurs droits dès qu’une partie libre réclame le duel judiciaire, puisque les ecclésiastiques ne peuvent pas combattre en principe. Mais il y a là, par rapport aux serfs, un réflexe de défense de la catégorie des libres, un durcissement social, qu’il importe de dater. Les diplômes royaux qui nous révèlent le phénomène peuvent servir à cette datation. Il y en a neuf qui ont été délivrés à diverses églises d’Ile-de-France dans la période qui va de 1106 à 1153 — dont sept entre 1106 et 111821 —, et ces neuf auraient depuis longtemps permis de dater l’évolution en cause du début du XIIe siècle s’il n’avait fallu tenir compte d’un autre diplôme, daté, lui, de 1058. L’on voudrait ici montrer que ce document est très probablement un faux.

II) Le diplôme de 1058

  • 22 Arch. Nat., K19 no51.
  • 23 Rec. cit., I, no 63 — avec, p. 103, une erreur d’impression pour la date, où il faut lire MLVIII —  (...)

11De prime abord, le document paraît comporter toute garantie. C’est un bel original scellé qu’on peut voir aux Archives Nationales22, et qui aurait été délivré par Henri Ier en faveur de Saint-Germain-des-Prés l’an 1058. Il a été publié notamment par R. Poupardin23.

12La critique de ce document peut être menée en trois points : l’invraisemblance, les signes d’inauthenticité, les sources probables de la falsification.

L’invraisemblance

  • 24 Ibid. :... « inspecto privilegio Karoli magni quod subjuncta continere videbatur,...homines jamdict (...)
  • 25 Pseudo-original avec traces de scellement, Arch. Nat., K6 no 1 bis ; R. Poupardin, Rec. cit., no 17 (...)
  • 26 Pseudo-original avec traces de scellement, Arch. Nat., K8 no 6 ; R. Poupardin, Rec. cit., no 27 ; E (...)
  • 27 Pseudo-original avec traces de scellement, Arch. Nat., K10 no 8 ; R. Poupardin, Rec. cit., no 33 ; (...)
  • 28 Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 1922, pp. 125-130 : No (...)
  • 29 Voir Note précitée. L’hypothèse avait été déjà implicitement suggérée par R. Poupardin, Rec. cit., (...)

13Henri Ier est réputé dire, ici : « ... vu le privilège de Charlemagne qui paraît contenir ce qui suit,... nous attribuons aux hommes de la dite église l’honneur de prêter désormais témoignage contre des hommes libres, à titre de témoins légitimes, sans que... leur témoignage puisse être repoussé, et de telle sorte que les parties libres n’aient que le choix d’admettre cette preuve ou de la fausser par une contradiction »24. Il s’agit bien d’accorder aux serfs de l’abbaye Saint-Germain une capacité juridique qu’ils n’auraient pas sans l’octroi du diplôme, un privilège au plein sens du terme ; et l’on nous dit qu’a été présenté au roi un diplôme de Charlemagne pour Saint-Germain-des-Prés attribuant aux serfs de l’abbaye les mêmes droits : le prétendu original de ce dernier diplôme subsiste25, de même que deux autres diplômes carolingiens qui ont en commun avec lui l’octroi du même privilège à l’abbaye — l’un, prétendu original à l’intitulé de Louis le Pieux26, l’autre, également en la forme d’un original, à l’intitulé de Charles (le Chauve)27 —, et M. Prou a démontré que ces trois faux diplômes carolingiens, en leur version « originale », avaient été écrits de la même main que le diplôme de 105828. A tenir ce dernier acte comme authentique, ainsi que faisait M. Prou, on était amené à voir en ces trois faux carolingiens les documents fabriqués à Saint-Germain-des-Prés en 1058, et présentés à Henri Ier pour l’obtention du diplôme portant cette date29.

  • 30 Les trois pseudo-originaux ont été scellés : voir, ci-dessus, les notes 25 à 27.
  • 31 R. Poupardin, Rec. cit., no 49 (1025-1030) : « Ille (c’est-à-dire Garinus, dont la qualité de miles(...)
  • 32 P. Petot (cours cit., p. 92) note, à propos des moines de Saint-Germain-des-Prés : « le privilège q (...)

14Cette interprétation serait tout à fait plausible si le privilège contenu dans le diplôme d’Henri Ier nous apparaissait susceptible d’avoir été assez important aux yeux des moines de Saint-Germain, vers 1058, pour les inciter à fabriquer les trois faux diplômes carolingiens avec le soin que les prétendus originaux révèlent30, de manière à soutenir leur requête par ces précédents. Or, un procès, quelques dizaines d’années avant 1058, nous montre que ce n’était probablement pas le cas. L’abbaye, en litige avec un chevalier, présente pour soutenir sa cause plusieurs témoins choisis parmi ses serfs, qui se disent prêts à aller s’il le faut jusqu’au duel judiciaire. L’adversaire, le chevalier, au lieu de récuser le témoignage de ces serfs de l’abbaye, s’efforce en vain de leur opposer le témoignage, la contradiction de ses propres serfs, et, faute d’avoir réussi, perd le procès31. Il n’y a pas, semble-t-il, de raison qui permette d’écarter ici la difficulté32 : s’il apparaît invraisemblable qu’on se soit donné tant de mal à Saint-Germain-des-Prés en 1058 — en fabriquant les trois faux — pour obtenir un diplôme qui eût été alors dénué d’utilité, cela signifie que le diplôme de 1058 lui même, ainsi que les trois faux carolingiens qui le soutiennent, ont été probablement fabriqués bien après cette date, à un moment où le privilège en cause était important pour l’abbaye.

Les signes d’inauthenticité.

15Le diplôme de 1058 comporte trois sortes d’anachronismes graves : dans les personnes citées, dans le formulaire, et, enfin, dans l’écriture du prétendu original.

  • 33 Loc. cit.’ :... « ad petitionem venerabilis viri Huberti abbatis monasterii Sancti Vincentii et San (...)
  • 34 R. Poupardin, Rec, cit., no 56.
  • 35 Ibid., no 59.
  • 36 Ibid., no 61.
  • 37 Voir le procès-verbal du sacre, daté de la Pentecôte de 1059, Rec, des Historiens de France, XI, pp (...)
  • 38 Voir l’obituaire composé à Saint-Germain-des-Prés au XIIe siècle, Bib. nat. ms lat. 13882, fol. 82 (...)
  • 39 Voir Gallia Christiana, VII, c.436-437, où l’on cite le continuateur d’Aimoin : « Obiit Adraldus ab (...)
  • 40 Introduction au Rec. des actes de Philippe Ier, pp. XXIII-XXV.
  • 41 Le manuscrit cité ci-dessus, n. 38, comporte une liste abbatiale (fol. 55 r°) qui a été composée d’ (...)
  • 42 Voir R. Poupardin, Rec. cit., no 55 in fine (pour l’évêque Guy) ; J. Tardif, op. cit., no 268 — 20 (...)
  • 43 Voir en ce sens Gallia Chr., X, c. 1391-1392.
  • 44 C’est ainsi qu’il faut dater notre diplôme si on le suppose authentique (voir R. Poupardin, Rec. ci (...)
  • 45 Les auteurs de la Gallia Chr., t. X, ont remarqué au nécrologue de l’église de Senlis et dans une l (...)

16Les personnes ? Le diplôme, daté de 1058, la XXVIIIe année du règne de Henri Ier (qui commence le 20 juillet), fait intervenir l’abbé de Saint-Germain Hubert et l’évêque de Senlis Guy33. Or, si l’on fait abstraction de notre diplôme, le prédécesseur d’Hubert en l’abbatiat de Saint-Germain, Adraldus, est attesté dès 104334, en 105335, en 1058 à partir du 20 juillet36, et enfin à la Pentecôte de 1059, lors du sacre de Philippe Ier37. La mort d’Adraldus est intervenue un 15 août38, en 1059 au plus tôt, et l’accession de l’abbé Hubert est nécessairement postérieure à cette date39. A moins de mettre en cause le récit du sacre de Philippe Ier, ce qui serait bien téméraire après l’étude de M. Prou40, et compte tenu du fait qu’il n’y a eu qu’un seul abbé du nom d’Adraldus en la période41, il apparaît qu’Hubert n’était certainement pas abbé de Saint-Germain-des-Prés en 1058, comme on le prétend dans notre diplôme. De même, si l’on fait abstraction de notre acte, c’est Frollandus qui a été évêque de Senlis à partir de 1043 et jusqu’en 1064, Guy étant son prédécesseur attesté encore entre 1040 et 104 342 ; le diplôme de 1058 obligerait à intercaler entre l’épiscopat de Frollandus I, attesté entre 1043 et 1053 et celui d’un Frollandus II, attesté de la Pentecôte 1059 à 106443, l’épiscopat de Guy, durant l’année 1058 en tout cas, à partir du 15 août44 : cela est possible, mais reste improbable45. La certitude que nous avons quant à l’erreur commise par le faussaire sur le nom de l’abbé doit nous convaincre que ce dernier s’est aussi très probablement trompé sur le nom de l’évêque. Elle est une première preuve de l’inauthenticité de notre diplôme.

  • 46 Voir les nos 154 (1106, avant le 4 août), 156 (1106, après le 4 août), 161 (1107, avant le 4 août).

17Le formulaire ? L’indice le plus probant est fourni par l’annonce des souscriptions :... « attestantibus hiis quorum subjuncta sunt nomina et signa ». Ces termes ont été visiblement forgés à partir de la formule classique « astantibus de palatio nostro quorum nomina subtitulata sunt et signa », avec la mention caractéristique du doublet des nomina et des signa pour désigner les souscriptions. Le Recueil des actes de Philippe Ier, édité par M. Prou, permet de remarquer précisément que la formule, avec ce doublet, n’apparaît qu’en 1106, et devient courante aussitôt46. On peut donc être pratiquement certain que la tournure utilisée dans notre diplôme n’a pu être forgée qu’au XIIe siècle.

  • 47 Note citée (voir ci-dessus, n. 28).
  • 48 Op. cit., I, p. 102 (voir, ci-dessus, n. 25) : « Interpolirte Abschrift in Diplomform aus dem Begin (...)
  • 49 L’étude de M. Prou date de 1922 (voir, ci-dessus, n. 28).
  • 50 Que l’auteur de L’écriture des actes de Louis VI, Louis VII et Philippe Auguste (1973) soit ici viv (...)
  • 51 Voir, par exemple, à la 5e ligne, le a de « capite suo », et, à la 1re ligne des souscriptions, cel (...)
  • 52 Voir Fr. Gasparri, op. cit., p. 99.
  • 53 Voir, par exemple à la 13e ligne, les et de « et sigilli nostri impressione et nominis nostri Karac (...)
  • 54 Voir notamment la 1re ligne des souscriptions, et Fr. Gasparri, op. cit., p. XXV (diplôme de 1153).

18L’écriture ? Le diplôme, dans la version « originale », comporte une écriture sur laquelle un paléographe aussi éminent que M. Prou a pu émettre l’appréciation suivante47 : « ...l’écriture du diplôme convient à l’année 1058... il ne nous paraît pas qu’on puisse la faire descendre jusqu’au premier quart du siècle suivant ». Pourtant, avant l’étude de M. Prou, Muhlbacher, s’attachant à dater ce prétendu diplôme de Charlemagne qui aurait été présenté en 1058 à Henri Ier, en avait daté la fabrication du début du XIIe siècle48, ce qui, compte tenu de l’unicité d’écriture que M. Prou devait remarquer49 entre le diplôme de 1058 et, notamment, ce prétendu diplôme de Charlemagne, impliquait que notre diplôme de 1058 n’ait été fabriqué lui aussi qu’au début du XIIe siècle. Devant cette alternative difficile à trancher, l’auteur de ces lignes a préféré recourir aux appréciations de Fr. Gasparri, à coup sûr bon expert pour l’écriture des actes royaux vers cette période50. Au premier coup d’œil, ressortent des caractéristiques qui feraient pencher vers l’hypothèse d’un diplôme effectivement dressé en 1058 : en particulier la couleur du parchemin et celle de l’encre, conformes à l’usage communément suivi au XIe siècle. Cependant, une étude plus minutieuse permet de découvrir, disséminés au milieu de caractères très plausibles pour les années 1058, certains traits qui, semble-t-il, trahissent une confection nettement plus tardive, vers le milieu du XIIe siècle : ainsi, par exemple, pour la lettre a qui, le plus souvent, est très ouverte, suivant le modèle mérovingien fréquemment repris encore au XIe siècle, mais qui, dans quelques mots51, a une boucle presque complètement refermée, conformément à un usage qui n’apparaît qu’au milieu du XIIe siècle52 ; de même, pour les stylisations variées du et tironien, en forme de serpentin53 ; de même, enfin, pour la figuration des signa, à l’endroit des souscriptions, sous la forme de deux S fuyants parallèles traversés par un trait de plume oblique54. Rien qu’à s’en tenir à ces caractéristiques, il apparaît que ce diplôme daté de 1058 a très probablement été écrit par un faussaire habile, mais tout de même faillible, au plus tôt vers le milieu du XIIe siècle : car il y a bien là un faux et non pas une copie figurée, vu les autres anachronismes que l’on a précédemment signalés.

Les sources probables de la falsification

19Pour confectionner ce diplôme, le faussaire a fort peu inventé. A remarquer ce dont il s’est servi et ce dont il s’est inspiré pour fabriquer cet amalgame habile, l’on sera amené finalement à pouvoir approximativement dater le moment auquel il a travaillé.

  • 55 Nous remercions vivement le Directeur du Service des Sceaux aux Archives Nationales des soins et de (...)
  • 56 Je remercie mon père, le Professeur M. Guillot, d’avoir bien voulu, à la faculté de Pharmacie de Pa (...)
  • 57 Le scellement du pseudo-diplôme de Charles le Chauve (voir, ci-dessus, n. 27) a été étudié par R. d (...)

20Le réemploi le plus spectaculaire concerne le sceau. De l’avis d’Y. Metman55, le sceau que porte le diplôme est bien celui de Henri Ier. L’examen scientifique comparé d’une parcelle infime de la face du sceau et, au revers, du gâteau de cire qui a servi pour fixer le sceau au parchemin a pu démontrer56 qu’il s’agissait dans les deux cas de la même cire brute, de couleur brune. Cependant, on peut observer sur le sceau le symptôme d’un réemploi : la cire du gâteau qui fixe le sceau au parchemin n’a pas vieilli comme celle de la face du sceau qui, elle, a pris une apparence plus blanche, et le contraste entre les deux cires s’aperçoit bien sur le bord du sceau, à un endroit où, semble-t-il, la cire utilisée pour refixer le sceau a remonté en se plaquant sur la cire plus ancienne. Il n’y a rien d’extraordinaire, en l’occurrence, dans l’emploi de ce procédé, puisqu’on a nécessairement eu aussi recours à lui pour sceller les trois faux diplômes carolingiens fabriqués en même temps que notre diplôme, en particulier le faux diplôme de Charles le Chauve, dont le sceau, conservé, offre un cas patent de réemploi57.

  • 58 Voir, ci-dessus, n. 24, ces formules : on y a distingué par des caractères romains les termes que l (...)
  • 59 Loc. cit. : « Si quis... huic nostre astipulationi occurrendo obviare presumpserit, primo causam de (...)
  • 60 Loc. cit. : « Ut hoc autem scriptum nostre voluntatis et precepti habeat evidens inditium, manu pro (...)
  • 61 R. Poupardin, Rec. cit., no 62 — daté de 1058, au siège de Thimert.
  • 62 Loc. cit. : « S. IMBERTI parisiensis episcopi S. Guidonis silvanectensis episcopi S. RADULFI COMITI (...)

21D’un autre côté, les formules techniques du dispositif sont presque intégralement extraites du libellé stéréotypé plus ample qu’on trouve dans les diplômes de 1109 et 1110 délivrés respectivement en faveur des serfs de Sainte-Geneviève et de Saint-Martin-des-Champs58 ; la clause comminatoire a été presque entièrement prise à un diplôme de Henri Ier pour Saint-Germain-des-Prés, sauf un bout de phrase pris aux deux diplômes de Louis VI précités59 ; l’annonce de la corroboration et des souscriptions a été forgée à partir des mêmes sources60, alors que les souscriptions elles-mêmes ont été reprises à un autre diplôme de Henri Ier pour Saint-Germain-des-Prés61, sauf celle de l’évêque Guy, qui est une invention malencontreuse, et sauf celle du chancelier, qui, comme la date, est un emprunt au premier diplôme de Henri Ier que l’on vient de citer62.

  • 63 Nous remercions vivement M. Th. d’Alverny pour ses précieux conseils.

22Si notre faussaire a ainsi pris à d’autres diplômes le sceau, le dispositif, les formules et mentions finales, il n’a très probablement pas inventé non plus le préambule assez extraordinaire de notre diplôme : mais ici la recherche de ce qui a pu l’inspirer, bien qu’aidée par d’éminents conseils63, n’aboutit qu’à des conclusions particulièrement hypothétiques.

  • 64 Loc. cit. : « Quoniam par conditio et eadem professio cultus indissimilis aequales facit homines ne (...)
  • 65 Patr. lat., t. 178, c.759-762 (on a ici collationné le texte à la copie de l’oeuvre que renferme un (...)
  • 66 Abelard’s Expositio in Hexaemeron, dans Antonianum (1968), pp. 163-194, notamment p. 194.
  • 67 Voir le manuscrit cité ci-dessus, n. 65. Les rares manuscrits qui nous ont transmis cette oeuvre on (...)

23La première partie de ce préambule comporte l’affirmation vigoureuse de l’égalité naturelle, primordiale, qui existe entre les hommes pour autant qu’on tienne compte, suivant l’Ancien Testament, des origines de l’homme, de la condition de l’homme avant sa chute : « dans la première disposition du monde, personne n’est placé au-dessus d’autrui »64. D’une enquête trop furtive, il ressort que cette interprétation un peu singulière de la Genèse n’aurait été présentée que par Abélard, qui écrit dans l’Expositio in Hexaemeron : « Dieu n’a pas placé l’homme au-dessus de l’homme, mais seulement au-dessus des créatures dénuées de sens et de raison »65. D’après des travaux récents du Père E. M. Buytaert66, Abélard aurait composé cet ouvrage lors d’un séjour qu’il fit à Paris de 1136 à 1139, c’est-à-dire peu avant sa mort en 1142. L’un des rares manuscrits qui nous aient transmis l’Expositio a appartenu au fonds de N.-D. de Paris67, et cela montre que cette œuvre d’Abélard a eu un certain renom à Paris. Il est donc vraisemblable que notre faussaire, depuis Saint-Germain-des-Prés, en ait subi l’influence. Ce n’est là qu’une lueur. L’origine des autres propos égalitaires compris dans le début du préambule mériterait toute une étude. Il y a là comme l’écho d’une certaine effervescence des conceptions sociales, probablement dans le sillage d’Abélard, vers le milieu du XIIe siècle parisien.

  • 68 Loc. cit. :... « perspicientes insuper quod hii qui sunt homines aecclesiarum de capite suo et mona (...)
  • 69 Voir le sermon 59, cap. I, 2 (Patr, lat., t. 38, c.400) : « Sub isto Patre fratres sunt dominus et (...)
  • 70 Epist., I, no XXVIII (Patr. lat., t. 189, c.146), où Pierre le Vénérable, s’adressant à saint Berna (...)

24Le reste du préambule s’attache à justifier l’intervention du roi : d’abord en rappelant son rôle de défenseur des opprimés, puis en lui faisant dire qu’il partage avec les serfs cette liberté que le Christ a apportée à tous68. L’idée, cette fois-ci, est assez banale, au moins depuis Saint-Augustin69, mais il est notable qu’on la trouve chez Pierre le Vénérable, ami d’Abélard70.

  • 71 Voir, ci-dessus, n. 11, les diplômes cités au paragraphe A, du 3e au 8e
  • 72 Voir Dom J. Bouillart, Histoire de l’abbaye royale de Saint-Germain-des-Prés, p. 80 et s.
  • 73 J.L. no 6128, R. Poupardin, Rec. cit., no 73 (1107).
  • 74 J.L. no 6947, R. Poupardin, Rec. cit., no 80 (1122).
  • 75 J.L. no 7427, R. Poupardin, Rec. cit., no 85 (1130).
  • 76 J.L. no 8549, R. Poupardin. Rec. cit., no 95 (1144).
  • 77 J.L. no 8548, R. Poupardin, Rec. cit., no 96 ; J.L. no 8677, R. Poupardin, Rec. cit., no 97.
  • 78 Voir, par exemple, le pseudo-diplôme attribué à Charlemagne, cité ci-dessus n. 25 :... « et de capi (...)

25Le premier point de notre conclusion s’attachera au cas de Saint-Germain-des-Prés. L’abbaye, au début du XIIe siècle, contrairement à bien d’autres abbayes parisiennes71, n’a pas obtenu du roi de privilège pour ses serfs. L’abstention du roi s’explique peut-être : à partir de 1107, l’abbaye s’était très ouvertement placée sous la protection pontificale72, comme en témoignent des bulles de Pascal II73, Callixte II74, Innocent II75 et Lucius II76. Le roi a pu en prendre ombrage, et refuser à l’abbaye l’octroi du privilège. On peut remarquer diverses interventions de Lucius II en 1 14477 visant à défendre l’abbaye dont le patrimoine et les droits étaient attaqués vivement par certains laïques : c’est le signe qu’il n’était pas possible pour l’abbaye de mater ces irrégularités par des voies judiciaires, et l’on pourrait peut-être émettre l’hypothèse que, devant ces incidents, les moines de Saint-Germain-des-Prés aient voulu prétendre au droit de faire témoigner les serfs de l’abbaye contre les hommes libres, et soutenir cette prétention par de faux diplômes : un faux d’Henri Ier, où l’on pouvait reprendre avec quelque vraisemblance les termes utilisés par Louis VI au début du XIIe siècle dans des diplômes ayant cet objet ; et, pour consolider ce diplôme, trois faux carolingiens fabriqués en interpolant des diplômes authentiques de Charlemagne, Louis le Pieux et Charles le Chauve, par une incise laconique qui pouvait passer pour attribuer le même droit78.

  • 79 Le conflit apparaît particulièrement entre des dynasties naissantes de ministériaux — de condition (...)
  • 80 Voir Y. Bongert, op. cit., p. 231.
  • 81 Dès la fin du XIe siècle et dès avant la mise en œuvre de la procédure romanocanonique, on observe (...)

26Le deuxième point concernera le problème plus large de la capacité des serfs à témoigner et combattre en duel judiciaire. Dans l’Ile-de-France du XIe siècle, la coutume semble reconnaître cette capacité sans difficulté. Ce n’est qu’au début du XIIe siècle qu’intervient l’usage contraire chaque fois que le serf prêt à témoigner et combattre trouve en face de lui une partie ou un témoin libre. Ce changement constitue l’un des indices d’une certaine animosité sociale qui se déclare à l’époque entre, d’une part, les hommes libres, voire les chevaliers, et, d’autre part, les serfs79. Il est aussi le signe que le duel judiciaire est moins profondément compris comme un jugement de Dieu, et qu’il commence à ressembler au duel profane. Dans ces conditions, il est naturel que les établissements ecclésiastiques aient assez vite renoncé, au cours du XIIe siècle, à utiliser le duel judiciaire pour soutenir leurs droits80. Les diplômes accordés à quelques églises de Paris et de l’Ile-de-France pour les prémunir contre cette évolution, tout comme ceux que l’on a fabriqués en l’abbaye Saint-Germain-des-Prés, n’ont probablement revêtu qu’un intérêt peu durable. Pour ces églises-là comme pour les autres, l’évolution de la procédure rendait préférable le recours aux preuves rationnelles81.

Notes

1 Voir Y. Bongert, Recherches sur les cours laïques du Xe au XIIIe siècles (1948), pp. 229-230 ; M. Boulet-Sautel, Aperçu sur le système des preuves dans la France coutumière du Moyen-Age, dans Recueil de la Société Jean Bodin, XVII, La preuve, 2e partie (1965), pp. 289-291 ; J. Gaudemet, Les ordalies au Moyen-Age, dans Rec. précité, pp. 108-128. Certains Papes, en de rares occasions, ont cependant admis la pratique du duel judiciaire : voir Y. Bongert, op. cit., p. 296, et M. Boulet-Sautel, art. cit., p. 291 et n. 3.

2 Voir Y. Bongert, op. cit., notamment pp. 231-232 ; P. Ourliac, Le duel judiciaire dans le Sud-Ouest, dans Mélanges R. Monier, Rev. du Nord, 1958, pp. 345-348.

3 Nous espérons publier prochainement une étude à ce propos. Voir J. Gaudemet, art. cit., p. 104 et n. 1 ; en outre, par exemple, Cartul. de la Trinité de Vendôme, éd. Ch. Métais, no 57.

4 Voir, notamment, P. Petot, Cours d’Histoire du Droit Privé (D.E.S., 1946-1947), pp. 84-95, et, du même, Serfs d’église habilités à témoigner en justice, dans Cahiers de civilisation médiévale, 1960, pp. 191-194 ; M. Boulet-Sautel, art. cit., p. 306 ; Y. Bongert, op. cit., pp. 257-258 ; H. Nottarp, Gottesurteilstudien, Bamberger Abhandlungen und Forschungen, Il Band (1956), pp. 125-126.

5 Nous schématisons l’analyse de P. Petot, citée à la note précédente en premier lieu ; voir principalement C. J., IV, 20, De testibus, 3 (constitution de 255), et D. XXII, 5, De testibus, 6 (fragment de Licinius Rufus).

6 Voir P. Petot, Cours cit., pp. 89-90 ; Concilium africanum, canons 96 et 98, Mansi, Concilia, IV, col. 509.

7 P. Petot (ibid.) cite notamment l’Admonitio generalis (Boretius, Capitularia regnum Francorum, no 22) de 789, en son c.45, et les Capitula Francica (Boretius, ibid., no 167), du temps de Louis le Pieux ou Lothaire, au c.8.

8 LX, 3 (éd. F. Beyerle, p. 92) : « Libertos etiam, si competens ingenuorum numerus defuerit patimur testimonium perhibere ; nam inter ingenuos etiam servorum nostrorum oportet admitti modo computatio ».

9 Boretius, op. cit., no 32, c.57 : « Si aliquis ex servis nostris super magistrum suum de causa nostra aliquid vellet dicere, vias ei ad nos veniendi non contradicat ».

10 Voir Y. Bongert, op. cit., p. 258, et Cartulaire de... Redon, éd. A. de Courson, no 345, p. 295 (av. 1084) : « ... neque servi ullius hominis... neque de familia sua essent, et fuissent omnino legales testes ».

11 On énumérera les 10 diplômes en cause (A), pour étudier ensuite leurs carac téristiques (B).
A) 1) de Henri Ier pour l’abbaye Saint-Germain-des-Prés (1058), R. Poupardin, Rec. des chartes de... Saint-Germain-des-Prés, no 63 ; 2) de Philippe Ier pour la Trinité d’Etampes — et Morigny — (1106), M. Prou, Rec. des actes de Philippe 1er, no 156 ; 3) de Louis VI pour le chapitre N.-D. de Paris (1108), R. de Lasteyrie, Cartulaire général de Paris, no 150 ; 4) du même pour l’église Sainte-Geneviève de Paris (1109), ibid., n” 154 ; 5) du même pour l’église Saint-Martin-des-Champs (1110), ibid., no 154 ; 6) du même pour l’abbaye Saint-Denis (1112 : voir A. Luchaire, Annales de la vie de Louis VI, no 140), J. Tardif, Cartons des rois, no 347 ; 7) du même pour l’évêque de Paris (1112-1116 : voir A. Luchaire, op. cit., no 218), R. de Lasteyrie, op. cit., no 156 ; 8) du même pour l’abbaye Saint-Maur-desFossés (1118), Brussel, Nouvel examen de l’usage général des fiefs en France..., t. II, pp. 968-970 ; 9) du même pour l’église N.-D. de Chartres (1128 : voir A. Luchaire, op. cit., no 408), E. de Lepinois - R. Merlet, Cartulaire de N.-D. de Chartres, I, pp. 135-136, no 44 ; 10) de Louis VII pour l’abbaye Saint-Benoit-sur-Loire (1153), M. Prou - A. Vidier, Recueil des chartes de... Saint-Benoit-sur-Loire, no 161.
B) On peut remarquer 5 catégories parmi ces diplômes. En I cas (2e diplôme cité), le serf d’église est assimilé au serf royal : « leges illas et consuetudines easdem quas nostri servientes habent et tenent... concedimus » ; en 4 cas (3e, 7e, 8e, 9e diplômes cités) les serfs de l’église reçoivent expressément le droit de témoigner et celui de combattre en duel : « ut in omnibus causis, placitis et negotiis contra liberos homines... testificandi et bellandi habeant licentiam » ; en 2 cas (4e et 5e diplômes cités) auquel on verra ci-dessous qu’il faut rattacher un 3e (1er diplôme cité — faux —), ce droit est explicité pour le témoignage, et n’est que suggéré par ellipse pour le duel :...» quatinus in omnibus causis, placitis et querelis contra universas ingenue potestatis personas veritatis testimonium... ut testes legitimi proférant... Horum itaque probationes aut liberi suscipiant aut contradicendo falsificent » ; en 1 cas (6e diplôme cité), le privilège est elliptique à ces deux égards :... « jus et potestatem habeant contra quoscumque liberos omnem legem exequendi in omnibus finibus regni nostri » ; enfin, en 1 cas (10e diplôme cité), seule la capacité testimoniale paraît être accordée :... « ut de cetero possint ferre testimonium et recipiantur », mais on peut, semble-t-il, admettre que la capacité de combattre en duel soit sous-entendue.

12 Voir P. Petot, cours cit., p. 92 ; art. cit., p. 193, n. 13. Les cas à citer seraient beaucoup plus nombreux si les sources, le plus souvent, ne faisaient état que de la qualité d’homo ecclesie du témoin.

13 Lex Burgundionum, VIII, 2 (éd. F. Beyerle, Germanenrechte, Band 10, p. 22) : « Quod si ei sacramentum de manu is cui juramendum est tollere voluerit antequam ecclesiam ingrediatur illi qui sacramentum auditum jussi sunt quos a judicibus ternos semper ad sacramentum audiendum praecepimus delegari contestentur se nolle sacramenta percipere et non permittaiur qui juraturus erat post hanc vocem sacramenta praestare ; sed ad nos illico diriguntur Dei judicio committendi ». Les dispositions du titre XLV (ibid., p. 66) sont similaires. On trouve une procédure du même type dans un capitulaire additif à la loi Ripuaire (803) : voir K.A. Eckardt, Germanenrechte, Neue Folge, II (1966), p. 83.

14 Capitula legi addita (816), c.l (éd. Boretius, op. cit., no 134, p. 268) : « Si quis cum altero de qualibet causa contentionem habuerit et testes contra eum producti fuerint quos ille falsos esse suspicatur, liceat ei contra eos alios testes quos meliores putaverit opponere ut meliorum testimonio pejorum testium perversitas devincatur. Quod si ambae partes testium ita inter se dissenserint, ut nullatenus una pars alteri cedere velit, eligantur duo ex ipsis, id est ex utraque parte unus qui cum scutis et fustibus in campo decertent utra pars falsitatem utra veritatem sequatur. Et camphioni qui convictus fuerit propter perjurium quod ante pugnam commisit dextera manus amputetur ; caeteri vero ejusdem partis testes, qui falsi apparuerunt, manus suas redimant. Et in saeculari quidem causa hujuscemodi testium diversitas campo comprobetur ; in ecclesiasticis autem negotiis crucis judicio rei veritas inquiratur ». Cette procédure du duel a été étendue à toutes les lois en 818-819 (Boretius, op. cit., no 139, c.10), l’ordalie de la croix étant abandonnée (ibid., no 138, c.27).

15 Voir les observations remarquables de M. Boulet-Sautel en ce sens (art. cit., pp. 307-308). L’auteur, cependant, admet une incapacité servile en la matière (ibid., p. 306). L’incapacité testimoniale des serfs ne subsiste au XIe siècle, de pair avec les autres incapacités testimoniales classiques, que là où le duel judiciaire n’est jamais utilisé : ainsi, en l’abbaye de Redon (voir, ci-dessus, n. 10), dont le cartulaire (éd. A. de Courson précitée) n’atteste aucun cas de recours au duel judiciaire pour le XIe siècle.

16 Voir M. Boulet-Sautel, art. cit., p. 307.

17 Voir ibid., p. 287, pour le lien entre serment et duel judiciaire.

18 Carlulaire dunois de Marmoutier, éd. Mabille, no 15 (1069).

19 On laisse ici de côté l’ordalie utilisée comme moyen de se purger d’une accusation criminelle, laquelle « vérifie » le serment purgatoire que l’on a prêté sur son propre fait, et non pas un témoignage sur le fait d’autrui, prêté avec serment.

20 Charte de Renaud, évêque d’Angers (délivrée en 1005 au plus tard), Cartulaire noir de la cathédrale d’Angers, éd. Urseau, no 25: « quemdam ejusdem hereditatis servum ad judicium Dei liberavi ut in eo Deus suam ostendere dignaretur virtutem et declarare veritatem »...

21 Voir ci-dessus, n. 11, tous les diplômes cités, à l’exception du 1er.

22 Arch. Nat., K19 no 51.

23 Rec. cit., I, no 63 — avec, p. 103, une erreur d’impression pour la date, où il faut lire MLVIII — ; voir, en outre : J. Tardif, op. cit., no 274 ; R. de Lasteyrie, carlul. cit., no 95.

24 Ibid. :... « inspecto privilegio Karoli magni quod subjuncta continere videbatur,...homines jamdictae ecclesiae...in omnibus honestamus quatinus in quibuslibet causis, placitis et querelis contra liberos ut testes legitimi testimonium exaltati a modo et in sempitemum proférant, nullumque dampnum patiantur aut repulsum, sed probationes eorum aut liberi suscipiant aut contradicendo falsificent ».

25 Pseudo-original avec traces de scellement, Arch. Nat., K6 no 1 bis ; R. Poupardin, Rec. cit., no 17 (version A’) ; E. Mülhbacher, Die Urkunden der Karolinger, I, no 71 (version C).

26 Pseudo-original avec traces de scellement, Arch. Nat., K8 no 6 ; R. Poupardin, Rec. cit., no 27 ; E. Mülhbacher, op. cit., no 683.

27 Pseudo-original avec traces de scellement, Arch. Nat., K10 no 8 ; R. Poupardin, Rec. cit., no 33 ; G. Tessier, Rec. des actes de Charles le Chauve, II, no 472, pp. 562-566.

28 Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 1922, pp. 125-130 : Note sur un diplôme faux de Charles le Chauve pour Saint-Germain-des-Prés. Cette note a été en majeure part reproduite par G. Tessier dans son Rec. précité, II, pp. 563-565, d’après une dissertation manuscrite laissée par M. Prou.

29 Voir Note précitée. L’hypothèse avait été déjà implicitement suggérée par R. Poupardin, Rec. cit., p. 54, note.

30 Les trois pseudo-originaux ont été scellés : voir, ci-dessus, les notes 25 à 27.

31 R. Poupardin, Rec. cit., no 49 (1025-1030) : « Ille (c’est-à-dire Garinus, dont la qualité de miles du roi est attesté par un diplôme connexe, R. Poupardin, ibid., no 51 — 1031 —) veto ad judicium veniens nullo modo resistere valuit propter rationabilem contradictionem servorum Sancti Vincentii et Sancti Germani qui legali conflictu duelli erant resistere parati... vicariam accepimus quoniam servos ecclesie vidimus ad predictam consuetudinem confutandam preparatos et ad eis resistendum nullos ».

32 P. Petot (cours cit., p. 92) note, à propos des moines de Saint-Germain-des-Prés : « le privilège qu’ils sollicitaient d’Henri Ier en 1058, ils le possédaient déjà ». Mais il ajoute, après avoir relaté le procès de Garin contre l’abbaye : « on peut supposer que les moines, instruits par cette affaire, crurent prudent de se procurer un privilège royal qui dans l’avenir leur permettrait sans conteste de recourir au témoignage de leurs serfs ». La supposition paraît paradoxale puisque justement, en ce procès contre le miles Garin, l’abbaye avait pu faire comparaître ses serfs sans aucune contestation.

33 Loc. cit.’ :... « ad petitionem venerabilis viri Huberti abbatis monasterii Sancti Vincentii et Sancti presulis Gennani »... (souscriptions)... « S. Guidonis Silvanectensis episcopi »... (datation) « Actum Parisius, anno Incarnati Verbi M°L°VIII°, regni vero Henrici... regis XX°VIII° ».

34 R. Poupardin, Rec, cit., no 56.

35 Ibid., no 59.

36 Ibid., no 61.

37 Voir le procès-verbal du sacre, daté de la Pentecôte de 1059, Rec, des Historiens de France, XI, pp. 32-33 :... « astante... de abbatibus... Adroldo Sancti Germani »...

38 Voir l’obituaire composé à Saint-Germain-des-Prés au XIIe siècle, Bib. nat. ms lat. 13882, fol. 82 r° : « XVIII kal. septembris depositio domni Adraldi abbatis ».

39 Voir Gallia Christiana, VII, c.436-437, où l’on cite le continuateur d’Aimoin : « Obiit Adraldus abbas, suscepitque post eum Hubertus abbatiam. »

40 Introduction au Rec. des actes de Philippe Ier, pp. XXIII-XXV.

41 Le manuscrit cité ci-dessus, n. 38, comporte une liste abbatiale (fol. 55 r°) qui a été composée d’un seul jet jusqu’à et y compris l’abbatiat de Thibaud (1158-1162 : voir Gallia Chr, VII, c.442) ; cette liste, qui paraît exacte par ailleurs, indique pour le cours du XIe siècle l’ordre de succession suivant : « Guillelmus qui fuit abbas divionensis ecclesiae, Aaraldus abbas, Hubertus abbas, abbas Robertus qui fuit prius abbas Sancti Wandregis. »

42 Voir R. Poupardin, Rec. cit., no 55 in fine (pour l’évêque Guy) ; J. Tardif, op. cit., no 268 — 20 mai 1043 —, et Gallia Chr. X, Instr., c.23-25 (pour l’épiscopat de Frollandus).

43 Voir en ce sens Gallia Chr., X, c. 1391-1392.

44 C’est ainsi qu’il faut dater notre diplôme si on le suppose authentique (voir R. Poupardin, Rec. cit., p. 101, n. 1 et p. 98, n. 1).

45 Les auteurs de la Gallia Chr., t. X, ont remarqué au nécrologue de l’église de Senlis et dans une liste épiscopale insérée en un sacramentaire de l’église la mention d’un seul évêque identifiable avec un pontife du nom de Frollandus (voir c.1393 et c.1391 respectivement, et, sur le second de ces documents, p. 1379).

46 Voir les nos 154 (1106, avant le 4 août), 156 (1106, après le 4 août), 161 (1107, avant le 4 août).

47 Note citée (voir ci-dessus, n. 28).

48 Op. cit., I, p. 102 (voir, ci-dessus, n. 25) : « Interpolirte Abschrift in Diplomform aus dem Beginn des 12 Jh. (C). »

49 L’étude de M. Prou date de 1922 (voir, ci-dessus, n. 28).

50 Que l’auteur de L’écriture des actes de Louis VI, Louis VII et Philippe Auguste (1973) soit ici vivement remercié d’avoir bien voulu étudier l’écriture de ce diplôme.

51 Voir, par exemple, à la 5e ligne, le a de « capite suo », et, à la 1re ligne des souscriptions, celui de « S. Imberti parisiensis episcopi ».

52 Voir Fr. Gasparri, op. cit., p. 99.

53 Voir, par exemple à la 13e ligne, les et de « et sigilli nostri impressione et nominis nostri Karactere firmare et signare precepimus », Voir Fr. Gasparri, op. cit., p. 55.

54 Voir notamment la 1re ligne des souscriptions, et Fr. Gasparri, op. cit., p. XXV (diplôme de 1153).

55 Nous remercions vivement le Directeur du Service des Sceaux aux Archives Nationales des soins et des conseils qu’il nous a prodigués pour l’étude du sceau.

56 Je remercie mon père, le Professeur M. Guillot, d’avoir bien voulu, à la faculté de Pharmacie de Paris, étudier les deux échantillons de cire, tant par l’examen au microscope que par la détermination du point de fusion.

57 Le scellement du pseudo-diplôme de Charles le Chauve (voir, ci-dessus, n. 27) a été étudié par R. de Lasteyrie (cartul. cit., p. 54, n. 2 et p. 55, note) : là aussi la cire de la face du sceau est (d’apparence) plus claire que celle qui, au revers, a été utilisée lors du réemploi pour fixer le sceau au parchemin.

58 Voir, ci-dessus, n. 24, ces formules : on y a distingué par des caractères romains les termes que l’on retrouve identiques — au milieu d’un libellé plus ample — dans les diplômes de Louis VI pour Sainte-Geneviève et Saint-Martin-desChamps (voir, ci-dessus, n. 11, A) 4) et 5), et B)3e catégorie de diplômes).

59 Loc. cit. : « Si quis... huic nostre astipulationi occurrendo obviare presumpserit, primo causam de qua agit imperpetuum amittat, deinde auri libras centum fisco nostro componat ». On a composé ici en caractères petites capitales l’emprunt au diplôme de Henri Ier (R. Poupardin, Rec. cit., no 61 — diplôme daté de 1058, la XXVIIIe année du règne de Henri —) et en caractères romains l’emprunt fait aux deux diplômes de Louis VI.

60 Loc. cit. : « Ut hoc autem scriptum nostre voluntatis et precepti habeat evidens inditium, manu propria firmavimus et sigilli nostri impressione et nominis nostri karactere firmare et signare precepimus ». Nous signalons les emprunts suivant les mêmes conventions qu’à la note précédente.

61 R. Poupardin, Rec. cit., no 62 — daté de 1058, au siège de Thimert.

62 Loc. cit. : « S. IMBERTI parisiensis episcopi S. Guidonis silvanectensis episcopi S. RADULFI COMITIS S. ROTROLDI COM1TIS S. GALERANNI COMITIS S. INGENULFI PINCERNE Balduinus cancellarius scripsit et subscripsit. Actum Parisius, anno Incarnati Verbi M°L°VIII°, regni vero Henrici gloriosissimi régis XX°VIII° ». On indique ici en caractères capitales italiques les emprunts au diplôme cité à la note précédente, et en caractères petites capitales, les emprunts faits à l’autre diplôme de Henri Ier, cité ci-dessus, n. 59.

63 Nous remercions vivement M. Th. d’Alverny pour ses précieux conseils.

64 Loc. cit. : « Quoniam par conditio et eadem professio cultus indissimilis aequales facit homines nec in mundi prima dispositione alter alteri preponitur, unde et auctore Deo et primordio inspecto et natura considerata nullus degener extat... »

65 Patr. lat., t. 178, c.759-762 (on a ici collationné le texte à la copie de l’oeuvre que renferme un manuscrit du XIIIe siècle ayant appartenu à N.-D. de Paris, Bib. nat., ms lat. 17251, fol. 40 r°) : « De sexta die... ». Et proesit piscibus. « Non quidem hominem homini praeponit Deus sed insensibilibus tantum vel irrationabilibus creaturis ut eas scilicet in potestatem accipiat et eis dominetur quae ratione carent et sensu... »

66 Abelard’s Expositio in Hexaemeron, dans Antonianum (1968), pp. 163-194, notamment p. 194.

67 Voir le manuscrit cité ci-dessus, n. 65. Les rares manuscrits qui nous ont transmis cette oeuvre ont été étudiés par D. E. Lescombe, The school of Peter Abelard (1969), pp. 67-78.

68 Loc. cit. :... « perspicientes insuper quod hii qui sunt homines aecclesiarum de capite suo et monasteriorum, si in fide nobiscum participantur, non sunt ancille filii sed libere qua libertate Xpistus nos liberavit, unde et ipsius aecclesie et fidei intuitu tenemur eis et honorent deferre et manum nostri levaminis in his in quibus adgravantur porrigere. »

69 Voir le sermon 59, cap. I, 2 (Patr, lat., t. 38, c.400) : « Sub isto Patre fratres sunt dominus et servus. » C’est presque la même idée que l’on trouve déjà chez saint Paul (ép. aux Colossiens, III, 2).

70 Epist., I, no XXVIII (Patr. lat., t. 189, c.146), où Pierre le Vénérable, s’adressant à saint Bernard, entend justifier le fait que l’abbaye de Cluny possède des serfs : « ... monachi non ut servos et ancillas sed ut fratres et sorores habent ». Nous remercions vivement J.-Fr. Lemarignier de nous avoir signalé cette lettre.

71 Voir, ci-dessus, n. 11, les diplômes cités au paragraphe A, du 3e au 8e

72 Voir Dom J. Bouillart, Histoire de l’abbaye royale de Saint-Germain-des-Prés, p. 80 et s.

73 J.L. no 6128, R. Poupardin, Rec. cit., no 73 (1107).

74 J.L. no 6947, R. Poupardin, Rec. cit., no 80 (1122).

75 J.L. no 7427, R. Poupardin, Rec. cit., no 85 (1130).

76 J.L. no 8549, R. Poupardin. Rec. cit., no 95 (1144).

77 J.L. no 8548, R. Poupardin, Rec. cit., no 96 ; J.L. no 8677, R. Poupardin, Rec. cit., no 97.

78 Voir, par exemple, le pseudo-diplôme attribué à Charlemagne, cité ci-dessus n. 25 :... « et de capite eorum quos contra homines liberos in omni platito (sic) testimonium ferre concedimus »...

79 Le conflit apparaît particulièrement entre des dynasties naissantes de ministériaux — de condition serve — et des nobles et chevaliers : voir M. Bloch, La société féodale, Les classes et le gouvernement des hommes, p. 91 et s.

80 Voir Y. Bongert, op. cit., p. 231.

81 Dès la fin du XIe siècle et dès avant la mise en œuvre de la procédure romanocanonique, on observe en certaines cours ecclésiastiques le recours à une appréciation rationnelle des témoignages dans les procès : voir M. BouletSautel, art. cit., pp. 310-311.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1976

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search