Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Droit privé et Institutions régionales

 | 
Société d'histoire du droit et des institutions des pays de l'Ouest de la France

La très courte carrière d’un procureur général syndic Bougon-Longrais (1765-1794), procureur général syndic du Calvados

Jeanne Grall

Texte intégral

1Né à Caen le 23 août 1765, Jean-Charles Hippolythe Bougon-Longrais, appartient à une famille de petite bourgeoisie de la ville. Son grand-père Charles Eustache Bougon sieur du Clos, qui exerçait la profession d’aubergiste, s’intitulait « Conseiller du Roi et substitut du procureur au siège de l’Amirauté de Caen ». L’un de ses oncles, Jacques Benoît Bougon-Duclos, était commissaire de police de la ville ; son père, Charles Gaspard exerçait, paroisse Saint-Pierre, la profession de marchand épicier.

2On ne sait les raisons qui déterminent la mère de Bougon, née Jeanne Thomasse Noël Dupont à adopter le nom de Longrais ainsi qu’en témoignent les pièces du long procès qui l’oppose, lors d’une succession difficile, à la famille de son mari décédé à l’âge de 23 ans. C’est aussi le nom que portera désormais, associé à celui de Bougon, notre futur procureur général syndic.

3Protégé par une sollicitude maternelle dont il gardera toujours le souvenir, l’enfant poursuit les meilleures études. A l’âge de seize ans et demi, il entre à l’Université et, trois ans plus tard, obtient le grade de bachelier en droit. Celui de licencié, l’année suivante, couronne ses efforts.

4Et l’aube de la Révolution le trouve installé dans ses fonctions d’avocat, brûlant du désir de participer aux grandes transformations annoncées.

5C’est ainsi qu’il appartient au premier comité révolutionnaire ; élu procureur de la commune, il ne peut en accepter la charge, ne remplissant pas les conditions d’âge exigées.

6C’est, cependant, en qualité de membre du Conseil Général de la commune qu’au mois d’août 1789, il se voit confier un rôle de médiateur et de conciliateur après le massacre du vicomte de Belzunce, major en second du Régiment de Bourbon.

7A ce moment, le régiment, dans un état de grand dénuement, livré à lui-même et accusé comme son malheureux chef de provocations et de projets criminels à l’égard de la ville de Caen, se trouve exposé à toutes les vengeances. Et le Conseil Général de la commune, conscient de ses responsabilités, ressent la nécessité de déléguer deux de ses membres pour se transporter dans les lieux qui vont voir le passage des troupes ; il s’agit de demander aide et protection pour les soldats en danger.

8Dès la fin de cette même année, Bougon-Longrais, accompagnant à Versailles Signard d’Ouffières, procureur de la commune, a de nouvelles occasions de témoigner de qualités de diplomate averti : soit en assumant avec succès la défense de Caen qui doit se disculper auprès du Roi d’informations calomnieuses la représentant livrée à l’anarchie, soit en sollicitant auprès de Necker et du ministre de Lessart, des avantages substantiels pour une ville en proie à des problèmes d’ordre économique et financier.

9Il participe, enfin, à un mémoire appuyant le projet de division de la province en cinq départements, et justifiant les prétentions de Caen à devenir chef-lieu de département.

10Le 29 mars 1790, un décret relatif à la formation du département, fait connaître les commissaires désignés par le Roi ; Revel de la Brouaise, Signard d’Ouffières, le comte de Vandœuvre et Bayeux choisissent pour secrétaire Bougon-Longrais dont la compétence et l’autorité sont déjà reconnues.

11Le 13 juillet, Bayeux, avocat au bailliage de Caen, premier commis des Finances sous Necker, accède aux fonctions de procureur général syndic du Calvados ; Bougon est élu secrétaire général du département.

12Délégué du corps municipal le 25 juin 1791, le nouveau secrétaire général prononce, à l’occasion de l’ouverture de l’Assemblée primaire chargée d’élire les Représentants du peuple à l’Assemblée Nationale, un discours dans lequel il affirme sa foi révolutionnaire. Evoquant la fuite récente du roi à Varennes, il redit sa confiance dans le peuple français conscient désormais de sa toute puissance.

13C’est encore un remarquable traité intitulé Réflexions sur la guerre que lui inspire la déclaration de guerre à l’Autriche votée sur proposition du Roi le 20 avril 1792.

14Le mémoire dans lequel Bougon fait preuve d’un ardent mais tolérant patriotisme, accroît la notoriété du jeune secrétaire général, cependant que Bayeux dévoué à la monarchie, se compromet chaque jour un peu plus ; dans une adresse à l’Assemblée le 2 juillet 1792, le procureur général syndic proclame encore son attachement au représentant héréditaire de la Nation.

15Au sein de l’administration départementale en conflit avec Bayeux qui a remarqué de graves erreurs de comptabilité, le climat semble, à ce moment, assez troublé. Des animosités plus graves encore menacent le procureur général syndic. Se présentant aux élections de l’Assemblée législative, le montagnard Claude Fauchet s’était heurté à l’hostilité agissante de Bayeux, ami de de Lessart, ministre de l’Intérieur, qui avait décidé de tout mettre en oeuvre pour compromettre ses chances d’élection ; Fauchet, en dépit des difficultés et oppositions rencontrées, avait été élu le 5 septembre. Il avait quitté Caen le 28 pour n’y plus revenir. Mais à l’Assemblée, il s’était empressé de régler son compte, qualifiant de Lessart de traître et de contre-révolutionnaire ; il ne pouvait oublier dans ses ressentiments Bayeux auquel, à la tribune, il reprocha sa bienveillance pour les gentilshommes et autres amis de la Constitution. Le 9 mars à son tour, Brissot avait demandé la mise en accusation de de Lessart, devenu ministre des Affaires étrangères, l’accusant d’avoir « par sa lâcheté et sa faiblesse, trahi les intérêts de la nation ».

16Le 10 mars, de Lessart avait été décrété d’accusation.

17Depuis ce moment, la situation critique dans laquelle se trouve Bayeux, n’a fait que s’aggraver.

18Et la journée du 10 août décide du sort du procureur général syndic arrêté comme correspondant des émigrés et accusé de complicité avec les ministres Montmorin et de Lessart.

19Ces soupçons s’étant avérés sans fondement, sa mise en liberté est ordonnée : mais le 6 septembre, au lendemain de la prise de Longwy et dans l’agitation générale, il est assassiné par la foule sous les yeux des administrateurs du département impuissants à le sauver.

20Victime comme son ami de l’agitation populaire, de Lessart subira le même sort à Versailles, le 9 septembre.

21La rumeur accusera Bougon-Longrais d’être pour quelque chose dans l’assassinat de Bayeux ; et l’on peut penser que l’ardeur révolutionnaire et l’amitié du jeune homme pour Fauchet sont à l’origine de soupçons qui ne semblent pas avoir d’autres fondements.

22Bougon-Longrais gardera toujours le souvenir horrifié de cette tragédie.

23Le 20 septembre, il est élu procureur général syndic du Calvados ; dès le lendemain, dans un discours auquel il donnera la plus grande publicité, il annonce sa ferme résolution d’observer dans sa conduite et dans l’accomplissement de ses tâches, la plus grande rigueur : « ... Le règne des égards n’est plus, annonce-t-il solennellement ; il a été trop funeste à la chose publique. Ce n’est que par la sévérité des principes, par l’exact accomplissement des devoirs particuliers que l’on peut espérer de voir renaître l’ordre et s’affermir la liberté ».

24Il paraît utile de rappeler ici le rôle du procureur général syndic.

25Elu pour quatre ans par l’Assemblée électorale du département, il représente le Roi en face du Conseil général formé de trente-six membres élus pour deux ans, et du Directoire composé de huit membres, agents d’exécution du Conseil général qu’ils représentent pendant l’intervalle des sessions.

26Requérir l’application des lois, suivre avec voix consultative toutes les délibérations du Conseil général et du Directoire, telle est la mission essentielle du procureur général qui communique directement avec les ministres. « ... Etrange situation que celle de cet homme sans pouvoir et relativement tout puissant », constate Le Brethon dans son ouvrage La formation du Calvados. « ... Rouage inutile à première vue et cependant indispensable ! Réduit au rôle d’avocat consultant et cependant investi de la haute surveillance des affaires, il a l’initiative de toutes les propositions mais il est impuissant à commander rien par lui-même. Tant qu’on ne lui a pas délié les bras, ce n’est... qu’une machine à penser. Il n’a qu’un droit absolument à lui : celui de parler ; le réquisitoire, voilà son arme. Libre aux administrateurs de suivre son avis ou de le rejeter, de déférer à sa demande ou de décider le contraire, mais il faut qu’on l’écoute. »

27Le procureur général syndic a, de plus, le droit de déférer à l’accusateur public, les administrateurs qu’il croit suspects de trahison ou même de négligence dans l’accomplissement de leur mandat.

28La correspondance abondante, échangée entre Bougon-Longrais et les différentes administrations, montre que le procureur général syndic consacre à ses tâches, tous les moyens dont il dispose. Il en témoigne dès le début de son administration en exigeant que lui soit remis un état de la situation de chacun des bureaux de l’administration départementale tant pour les affaires terminées que pour celles qui sont en cours.

29Le 11 octobre, considérant la gravité des événements extérieurs et les récents changements survenus dans le département, il demande que la session annuelle du Conseil général soit retardée jusqu’aux premiers jours de janvier. Le 15, il se penche sur le problème des subsistances et prononce un important discours.

30Mais de graves difficultés vont compliquer sa tâche. La Convention, à ce moment, est engagée par les Girondins qui ont pour eux la majorité, contre la Montagne et la Commune insurrectionnelle du

3110 août. Et l’administration départementale du Calvados, comme nombre d’administrations départementales composées de modérés élus au second degré, ne peut rester insensible aux conflits qui menacent ses principaux objectifs de décentralisation et de modération. Et le 20, exprimant son émotion et sa réprobation dans une déclaration à la Convention, elle prend ouvertement partie pour les Girondins.

32Le 2 janvier, elle exprime à nouveau son mécontentement dans une nouvelle adresse ; par un arrêté pris le lendemain, elle annonce l’ouverture, dans tous les directoires de district, d’un registre destiné à recevoir le nom de tous ceux qui veulent concourir avec la garde parisienne au maintien de l’ordre et assurer l’entière liberté de la Représentation Nationale.

33Dans cette agitation à laquelle il ne semble pas participer, Bougon-Longrais, le 7, attire l’attention des administrateurs sur les grands problèmes qui leur sont soumis. L’organisation de l’Education publique, l’état des routes du département, lui semblent autant de problèmes importants pour lesquels il sollicite l’attention de l’assemblée. Un autre problème, celui de la défense des côtes, paraît d’une impérieuse nécessité lorsque le 1er février, la Convention déclare la guerre à l’Angleterre et à la Hollande.

34En mission à Paris, Bougon-Longrais réclame de façon pressante, à la barre de la Convention, que soit enfin menée à bien l’organisation de la défense des Côtes. Répondant aux voeux des administrateurs du Calvados, il demande la nomination du général Wimpffen au commandement de l’Armée des Côtes de Cherbourg ; il réclame, enfin, avec force, les armes et les munitions dont le département est dépourvu.

35Il est permis de croire que l’implantation d’une armée dans un département proche de l’insurrection et la présence de l’ami que semble être Wimpffen pour Bougon, sont très souhaitées par le jeune procureur général syndic.

36Ses éloquents plaidoyers amèneront bientôt l’Assemblée à prendre les décrets autorisant les réparations de corps de garde et redoutes et établissant une garde nationale soldée. Un arrêté fixe enfin l’organisation définitive de la défense des côtes.

37Bougon-Longrais s’apprête à quitter la capitale lorsqu’une nouvelle adresse rédigée le 19 avril par les administrateurs du Calvados met la Convention dans la plus grande effervescence. Et Bougon a la désagréable surprise d’apprendre que Duroy, député de 1 Eure, le désigne comme l’auteur d’une déclaration qui en termes menaçants, annonce le fédéralisme et invite les députés menacés à chercher refuge dans les départements.

38Sous le coup de l’indignation, le procureur général syndic s’empresse de se justifier de l’accusation auprès du président de la Convention, demandant à son ami Bonnet de Meautry, seul député montagnard du Calvados, d’appuyer ses protestations. Enfin, le 26 avril, dans une lettre pour laquelle il exige la plus grande publicité, il affirme avec force qu’il n’aurait cédé à personne l’honneur de proclamer cette adresse si sous tous les rapports elle ne lui eût été étrangère - Et Bonnet de Beautry, à cette occasion, redira sa confiance dans Bougon-Longrais dont l’attitude lui a toujours paru sans reproche.

39A son retour à Caen, le procureur général syndic persistera dans ses déclarations répétant qu’il n’adopte ni le sens ni la rédaction d’une telle adresse ; cependant que les administrateurs du département ne cachent pas leur vif mécontentement, les plus indulgents d’entre eux mettant sur le compte de la jeunesse et de l’inexpérience l’attitude du procureur général syndic.

40Le 27 avril, cependant, les administrateurs se déclarent satisfaits du zèle dont a fait preuve Bougon-Longrais qui rend compte du succès de ses différentes démarches dans la capitale. Mais dans la même séance, et sans tenir compte des récentes protestations du procureur général syndic, ils rédigent une nouvelle adresse. La Convention est invitée à exiger de la Commune qu’elle rende, enfin, les comptes qu’elle a reçus du Trésor National.

41Sous l’influence d’une députation et d’une administration départementale girondines, les opinions de Bougon-Longrais vont cependant évoluer comme ont évolué celles de son ami Fauchet rallié à la cause girondine et que Pache, le 15 avril, a inscrit sur la liste des députés à éliminer de l’Assemblée. L’influence très forte d’une amitié dont le souvenir hantera encore ses derniers moments, n’est certes par étrangère au nouveau comportement du procureur général syndic. De nombreux entretiens puis, plus tard, aux moments les plus difficiles, une correspondance assidue avec une parente éloignée de Bonnet de Meautry, Marie Anne Charlotte de Corday d’Armont, l’amèneront à considérer de tout autre façon la cause girondine. Et le 10 mai, il s’unit aux administrateurs pour une nouvelle adresse dont l’esprit de conciliation l’emporte sur l’agressivité.

42A la Convention cependant la situation s’aggrave... Et mettant enfin ses menaces à exécution, le Conseil du département entouré des autorités et corps constitués de la ville, vote dans la nuit du 30 au 31 mai la formation d’une armée départementale, chargée d’assurer à la Convention la liberté de ses délibérations.

43Contraint de rejoindre les administrateurs du département, Bougon-Longrais, le pas franchi, suivra loyalement la voie choisie mais déjà il mesure les graves conséquences de la rébellion.

44Au cours de la nuit mouvementée du 30 au 31 mai, des commissaires ont été nommés pour annoncer à Paris la décision du département, mais ils n’ont pu que constater le coup de force de la Commune insurrectionnelle du 10 août, obtenant sous la menace des canons, la dissolution de la Commission des 12 et la mise en accusation des girondins.

45De retour à Caen, ils déterminent par leurs rapports enflammés, le vote unanime d’insurrection ; et le procureur général syndic prend part aux arrêtés insurrectionnels pris par l’assemblée formée le 9 juin de la réunion des autorités du département, du district et de la commune ; le 10, l’Assemblée décide dans l’enthousiasme général d’organiser la force départementale qui marchera sur Paris et délivrera les députés arrêtés.

46Bougon-Longrais, qui ne semble rien redouter de plus qu’une participation aux arrêtés insurrectionnels pris dans une ambiance de fièvre, s’enrôle le premier : plusieurs administrateurs suivent son exemple.

47A ce moment, plus de 60 départements sont en révolte ouverte contre la Montagne et jamais la Révolution ne semble courir plus grave danger. Mais dans l’ouest girondin, la conduite de Wimpffen, commandant de l’armée des côtes de Cherbourg, promu général de l’insurrection, est ambigüe. Il tergiverse, mettant tous ses espoirs dans une insurrection royaliste qu’il préparait en nommant aux places importantes des royalistes comme de Puisaye. Mais il ménage encore l’incertain avenir en parlementant secrètement avec la Convention. Bougon, bientôt, s’en alarme et ne cache pas ses soupçons ; le 26 juin, Wimpffen est enfin décrété d’accusation et destitué de l’Armée des Côtes de Cherbourg et Bougon l’en félicite ironiquement.

48Le 30, l’Assemblée centrale composée des députés du Morbihan, du Finistère, des Côtes-du-Nord, de la Mayenne, de l’Ille-et-Vilaine, de la Loire-Inférieure et du Calvados réunis à Caen, s’intitule Assemblée centrale de Résistance à l’oppression et décide d’entrer à Paris avec la force départementale.

49Le 13 juillet, jour choisi par Charlotte Corday pour assassiner Marat, voit à Brécourt dans l’Eure, un simulacre d’affrontement entre la petite armée de la Convention et les troupes insurgées. Mais cet affrontement amène la déroute inexplicable des soldats rebelles.

50La partie est définitivement perdue en dépit des renforts qui arrivent, et cette défaite incompréhensible ne trouve d’explications et d’excuses que dans le peu de confiance des administrateurs du Calvados en Wimpffen, par le défaut de chefs et de moyens, conséquence de cette méfiance, par l’absence de convictions profondes et Bougon-Longrais en est un exemple. Ce dernier qui recevait encore à Evreux les ordres de Fouquier-Tinville, ne se résigne pas à abandonner ses compagnons d’infortune, et ses hésitations lui seront fatales. L’Assemblée centrale de Résistance à l’oppression songe encore à transporter le foyer de l’insurrection en Bretagne ; mais les insurgés trouveront cette province soumise... L’insurrection semble définitivement vaincue.

51Assiégés dans la salle des séances par une foule menaçante qui réclame des subsistances, les administrateurs du Calvados qui ne semblent plus avoir le choix, font le 26 juillet, acte de soumission. Les députés proscrits réfugiés à Caen, ont quitté le département... Wimpffen et de Puisaye ont pris la fuite.

52Bougon-Longrais, dont on imagine l’amertume, se résigne à son tour à demander le 2 août aux Représentants du peuple envoyés par la Convention nationale, quels sont leurs sentiments à son égard. Pour toute réponse, un décret d’accusation lancé le 6 août par la Convention met hors-la-loi les administrateurs et fonctionnaires qui ont participé au fédéralisme... l’ex-procureur général syndic n’est plus qu’un proscrit qui tente d’échapper aux recherches les plus actives. Espérant encore en des jours meilleurs, il se cache non loin de Caen à Ranville, redoutant les dénonciations dont il peut être l’objet.

53Et voici que le 2 septembre à 8 heures du soir, un détachement de hussards qu’accompagne Alleaume, maire de Ranville, parvient au hameau de Longueval ; le détachement s’arrête devant la propriété d’un parent de Bougon, le libraire caennais Baron, chez lequel l’exprocureur général syndic a trouvé refuge, et, après sommation, parvient à pénétrer dans la demeure où tout indique une fuite précipitée. Le fuyard n’a pu s’enfuir très loin puisque dès le lendemain, à Caen, il écrit au député calvadosien Taveau qui n’a pas participé au mouvement girondin et dont l’esprit de modération est indiscutable. Cette très longue lettre remarquable de sincérité fournit des précisions qui, en tout point, correspond bien à la documentation qu’il nous a été possible de recueillir. Bougon-Longrais n’oublie ni ses véhémentes protestations lors de l’adresse du 19 avril, ni l’atmosphère de fièvre de l’insurrection et des jours précédant l’insurrection, ni son angoisse et ses inquiétudes. « Le peuple, remarque-t-il, paraissait avoir perdu pour moi les sentiments d’amitié, d’attachement et de confiance dont il m’avait donné tant de preuve ». Et le nom de Bayeux revient sous sa plume avec le souvenir du massacre auquel il avait assisté ; accusant à tort, semble-t-il, Bonnet de Meautry d’être infidèle à ses amis et compatriotes ; il demande à Taveau d’intervenir auprès de Danton « homme de grand caractère et de génie ». Il marque enfin sa déception de devoir abandonner tout espoir d’obtenir la chaire de droit public et de législation qu’il souhaitait ardemment, dit son inquiétude devant les menaces qui pèsent sur sa fortune toute en rentes foncières.

54Aucune réponse rassurante ne semble lui parvenir car le 8 octobre, il écrit encore, d’on ne sait où et par l’intermédiaire de sa mère au Représentant du peuple Lindet. Il proteste encore de ses sentiments républicains et de son désir de rejoindre les armées révolutionnaires.

55A Fougères où il se trouve au début de novembre, date du passage de l’armée vendéenne, il tombe entre les mains d’un parti de rebelles et sur le point d’être fusillé, doit la vie au prince de Talmond.

56Semblable mésaventure serait arrivée à Richer, ancien administrateur du département et receveur de la contribution patriotique que Bougon a la surprise de retrouver dans les rangs de l’armée vendéenne. Richer, assez curieusement, avait abandonné la scène départementale peu après l’assassinat de Bayeux ; et le Conseil du département, dans sa séance du 12 octobre 1792, avait prié le procureur général syndic de le dénoncer à l’accusateur public « comme ayant abandonné son poste et infâme et traître à la patrie ». L’ancien administrateur liera son sort à celui de Bougon qui lui-même ne quittera plus le prince de Talmond.

57L’armée vendéenne projette à ce moment l’attaque de Granville ; Bougon-Longrais, dont la conduite ne trouve d’excuses que dans les terribles épreuves subies (Charlotte Corday, Fauchet viennent d’être guillotinés) tente en vain de dissuader de ce projet les Vendéens ; il assure qu’ils trouveraient des partisans en se dirigeant vers la région de Caen dont il connaît le médiocre état de défenses.

58On connaît l’échec de l’expédition de Granville vaillamment défendue par ses habitants.

59La débâcle de l’armée vendéenne est alors chose certaine.

60Peu de temps après, le prince de Talmond songeant à gagner l’Angleterre, erre encore dans la région de Fougères, accompagné de son fidèle domestique Magdelin, de Bougon-Longrais et de Richer.

61Mais le 30 décembre à 9 heures du soir, à la suite d’une imprudence du jeune chef vendéen, les quatre hommes sont arrêtés comme suspects au Moulin à papier de Malagra à Bazouges-du-Désert, où ils ont trouvé refuge.

62Reconnus, ils sont conduits à Rennes et emprisonnés à la Tour-le-Bat. Condamné à mort, ainsi que ses compagnons, Bougon-Longrais écrit le 5 janvier 1794, quelques moments avant d’être guillotiné, une lettre d’une grande élévation d’esprit, consacrant ses dernières pensées à sa mère, à ses amis, au souvenir de Charlotte Corday. Il redit avec force l’horreur que lui inspire la terreur.

63Essayer de retracer la vie d’un individu, est somme toute chose banale, et nous en avons pleinement conscience. Mais, dans l’histoire des institutions qui se cherchent et s’installent difficilement, en des moments particulièrement troublés, s’inscrit celle des hommes avec leurs aspirations, leurs erreurs et leurs faiblesses.

64Et Bougon-Longrais qui avait contre lui sa jeunesse et son inexpérience, nous a paru un exemple particulièrement frappant.

LETTRE DE BOUGON-LONGRAIS À TAVEAU

Au Cen Taveau
Caen, 3 Septembre 1793
l’An 2ème de la République
C’est moi, mon ami, qui t’écris : C’est B... qui te demande un service dont tu n’aurais jamais pu penser qu’il eût besoin un jour ; celui de faire connaître mon patriotisme, la pureté de mes intentions, la nature de ma conduite et enfin de faire retirer le décret d’accusation qui pèse sur moi, comme sur un coupable. C’est moi qui, tu le sais, défenseur constant et ferme de la liberté, suis maintenant proscrit et poursuivi comme si j’avais été son ennemi, tandis que tous mes sentiments ont toujours été pour elle et que moi-même j’ai toujours poursuivi et fait punir ses ennemis avec rigueur ! Moi, dont l’existence comme la tienne, dépend du succès de la révolution !

Jusqu’à ce moment, j’ai gardé pour ainsi dire le silence sur ma situation ; j’attendais que la Convention portât un décret d’amnistie générale pour les administrateurs qui sont revenus à temps de leur égarement, qui ont accepté la Constitution ; j’attendais chaque jour que cette mesure générale, grande et salutaire serait adoptée. Tous les citoyens l’espéraient et je partage encore leurs espérances. Mais, comme des raisons que je ne puis pénétrer ont retardé ce bienfait, je crois devoir solliciter pour moi celui de la justice, et c’est toi, toi que je choisis pour mon défenseur : je dis justice, et, quoique les apparences ayant pu déposer contre moi, je n’ai jamais été coupable-. Bien loin, d’être le moteur de l’insurrection départementale, j’ai failli d’en être la première victime. Sans doute on craignait ma résistance ; je fus donc celui vers lequel les premiers coups furent dirigés. Je fus dénoncé publiquement comme partisan de la Montagne. Ma mort semblait jurée, nos amis me le dirent, on me l’écrivit, tout me le faisait croire... il fallait donc se taire, marcher ou périr et ma mort n’eut rien empêché.

J’ignore si tous les détails de ce funeste événement te sont connus. Tu sais du moins, puisqu’il est question ici de moi, que dès mon dernier voyage à Paris, au moi d’avril, je te témoignai que je n’approuvais pas la disposition et l’exaltation des esprits de quelques uns des députés du Calvados. Depuis cette époque et par les mêmes motifs, j’ai cessé toute correspondance avec ceux avec lesquels j’avais entretenu une correspondance suivie jusqu’à ce jour.

J’avais déclaré n’avoir aucune part à l’adresse du dépt dans laquelle on désignait des membres de la Convention. Le fait était exact, cette adresse m’avait été inconnue et étrangère. Je le dis à la Convention dans une lettre que Bonnet fit imprimer. Cette lettre fut le signal de la persécution. Vardon me dénonça à ce sujet au club de Caen comme Montagnard ; il est vrai qu’on ne daigna pas même lire sa lettre. Une partie de la Députation essaya de me dénoncer à mon Dre en lui envoyant en exemplaire de cette lettre. Des administrateurs excités par des correspondances particulières voulurent m’attaquer à ce sujet, mais je leur montrai si bien les dents qu’ils n’osèrent aller plus loin. Cependant, la correspondance que quelques députés entretenaient à Caen continuait d’exalter et d’échauffer les esprits ; déjà, Ton prononçait le mot d’insurrection. Des hommes ardents que tu connais déclamaient dans les sociétés populaires. Le parti était pris ; le plan était si bien formé que je ne pouvais espérer de le rompre ; j’étais seul, de ceux du moins qui avaient quelque habitude de la parole. Je remplissais des fonctions délicates et dangereuses, j’étais désigné comme suspect, que devais-je faire ? témoigner mon improbation et me retirer : je le fis. Jusqu’à ce moment, cependant, je n’avais reçu que des témoignages de bienveillance et d’estime de cette société dont je venais tout récemment encore de quitter le fauteuil.

Il fut question alors de cette fameuse députation de dix commissaires pour Paris. Cette mesure fut convenue au club pendant la nuit. On vient m’en avertir et me prévenir de me rendre au dpt pour une séance extraordinaire pour cet objet. Il était plus de minuit. Les assemblées des sections sonnaient de toutes parts. Je prévis que rien n’empêcherait l’adoption de cette mesure. Je ne voulais pas y prendre part ; je restai chez moi. Au retour de ces commissaires de Paris (et ce sont eux qui ont mis tout en feu), je ne me trouvai pas à la séance : mon absence fut indiquée comme une nouvelle preuve de mon dissentiment au parti que Ton voulait faire adopter. Destanges et Cailles me dénoncèrent. On dit que j’étais un maratiste, que j’avais des correspondances avec des membres de la Montagne ; et le peuple excité paraissait avoir perdu pour moi les sentiments d’amitié, d’attachement et de confiance dont il m’avait donné tant de preuves ! J’avais tout à craindre... je vins, ma présence calma l’orage, mais ne put le dissiper. Le soir on se rendit dans les sections et les sociétés populaires ; les commissaires de Paris firent leur rapport et des hommes éloquents parlèrent beaucoup. Le peuple s’animait de plus en plus. On tonnait contre ceux que Ton désignait sous le nom de maratistes. On disait qu’il fallait les arrêter... qu’il fallait qu’ils périssent sur l’échaffaud. Je voyais très clairement que l’ambition jalouse voulait profiter du moment et du prétexte... des amis m’en avertirent, ont me dit, on m’écrivit quel danger je courrais, que déjà dans des groupes, on avait parlé de me conduire au château toujours comme maratiste. On allait jusqu’à me faire un crime d’avoir requis la publication et l’exécution de quelques lois. Enfin le sort, le sort qu’avait éprouvé mon prédécesseur me paraissait réservé. Que pouvais-je faire ? Il fallait se taire ou périr ; il fallait faire plus, il fallait marcher. On arrêta les députés Romme et Prieur. Ils vinrent à la séance ; il s’y trouva près de 6000 spectateurs. Je savais qu’on m’observait dans la foule. Qu’ils disent comment je me suis conduit. Mais ce qu’ils ne peuvent pas dire car ils l’ignoraient sans doute, c’est que Ton m’accusât depuis de les favoriser, d’empêcher qu’on ne les conduisit au château, sans cesse, on m’attaquait et toujours avec le même prétexte. Pardon de ces détails ils t’ennuyent mais il est bon que tu les connaisses.

Tu es sans doute mieux instruit des événements postérieurs. Us n’ont fait que trop de bruit. Au reste, je déclare sur mon honneur que même en marchant, mon intention était d’empêcher la guerre civile de naître et le mal d’atteindre son dernier terme. Si je n’ai pas réunni aussi bien que je le désirais, ce n’a pas été ma faute c’est contre mon avis que l’on a marché vers Vernon. La délibération relative à cet objet a été prise à mon insu, sans ma participation, à Pacy où je n’étais pas alors. J’ai dans mes mains la pièce originale, l’acte même, la délibération qui en fait foi.

Enfin, j’ai cédé à la violence dont j’ai failli d’être la victime, j’ai empêché, autant qu’il a été en moi, le mal de faire des progrès. J’ai surtout fait des efforts et ceux la ont été plus heureux pour amener l’insurrection à sa fin, lorsqu’elle parut se continuer et se ranimer. Il est bon aussi que tu saches que je n’ai signé que le premier arrêt insurrectionnel, que je n’ai point été membre de l’Assemblée centrale et que je n’ai pris aucune part à l’Assemblée générale que Destanges présidait.

Voilà, mon ami, les faits principaux que j’ai cru devoir confier à ta prudence et à ton amitié. Fais en l’usage que tu croiras le plus sage et le plus salutaire. Réponds de mes sentiments comme des tiens. Dis, que non seulement, j’aime la liberté mais qu’il me tarde de la servir encore et rien n’est plus vrai. Il m’ennuye de n’être plus utile à ma patrie. Non que je désire rentrer dans mes fonctions de procureur général syndic mais ne fusse que comme simple citoyen, je prouverai mon dévouement et mon zèle.

Je t’observe que je suis à la veille, par l’exil auquel je suis réduit, de perdre presque toute ma fortune qui consiste presque toute entière en rentes dont on me force de recevoir le remboursement, sans que je puisse paraître n’agir pour placer ces fonds. D’un autre côté, je ne te dissimule pas que j’avais des vues pour une chaire de droit public ou de législation. Elles se trouveront remplies par d’autres. Je te communique encore ces détails car je sais quel intérêt tu prends à ce qui me concerne. Fais donc promptement terminer cette malheureuse affaire. Agis pour moi comme je le ferai pour toi-même. Vois le député Duroy, je ne sais pourquoi il m’en veut. Je ne te parle pas de Meautry, tout le Calvados est étonné comme moi de sa conduite envers ses anciens amis... Vois surtout le député Danton, il a un grand caractère et du génie, il saura entendre et juger. Lorsque le décret d’accusation contre moi sera retiré, je me rendrai à Paris si tu le juges convenable. Au reste sur cela comme sur le reste, j’attends ton avis et tes conseils.

Je dois t’observer encore que presque tous les faits que je t’ai rapportés sont connus des citoyens de Caen dont un très grand nombre en a été témoin. En général dans le Calvados, on voit notre situation avec peine et j’ai reçu particulièrement de presque tous les points du département des témoignages d’intérêt qui m’ont pénétré de sensibilité et de reconnaissance. Tu trouveras au Comité de Sûreté générale des notes relatives à mon affaire ainsi qu’une copie de cet acte donc l’original est dans mes mains. Ces pièces y ont été adressées par un ami. Moi, j’ai écrit au président ces jours derniers.

Tu peux communiquer cette lettre au citoyen Jouenne. Je suis bien persuadé qu’il agira de concert avec tou dans cette circonstance. Je vais lui écrire aujourd’hui.

Adieu. Je t’embrasse en attendant avec impatience ta réponse et le résultat de tes soins.

Ton ami

Bougon.

Auteur

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1976

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540