Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jean Lorrain, « produit d’extrême civilisation »

 | 
Éric Walbecq
, 
Jean De Palacio

IIIe partie. Lorrain et l’image

Lorrain et l’illustration par la photographie

Paul Edwards

Résumé

Des illustrations photographiques accompagnent plus d’une douzaine de textes et ouvrages de Lorrain (contes, articles, nouvelles ou recueils). L’image est tantôt un document, tantôt une fiction, c’est-à-dire une mise en scène ou un collage, imitant et se substituant à l’art du dessinateur. Alors que les mises en scène d’acteurs photographiés n’ajoutent que peu aux textes de Lorrain qu’elles illustrent, l’idée même de la photographie suscite une réflexion chez l’auteur sur la nature de cet art. Dans Maison pour dames, Lorrain analyse d’une manière parodique et pédagogique le portrait d’auteur dans les revues illustrées telle que Femina, montrant comment le photojournalisme fabrique l’image d’un auteur, fausse la perception de son œuvre et peut nuire à sa carrière littéraire.

More than a dozen texts by Lorrain are illustrated with photographs, even whole books. Though sometimes mere documents, they are frequently little fictions in themselves, theatrical reconstructions or collages in the style of the engravings they have replaced with the coming of age of mechanical reproduction. Whilst the scenes with costumed actors add little to our knowledge of Lorrain, the presence of photographic illustrations in his books and in modern magazines clearly prompted him to reflect on the nature of the medium. In Maison pour dames, Lorrain dwells at length on the role of the literary portrait photograph. Using the context of a supposedly feminist revue, he parodies the way magazines instrumentalize the portrait and supplies insider knowledge about how the sensational journalism that surrounds such images can pervert literary criticism and harm a literary career.

Texte intégral

  • 1 Raitif de la Bretonne [Jean Lorrain], « Pall-Mall Semaine » dans Le Journal, 15 février 1896. Je r (...)
  • 2 Chronique africaine, 2e année, no 8, 25 février 1893, s. p. (pages bleues) : « C’est un coin bien (...)
  • 3 Jean Lorrain, La Dame turque, illustré par la photographie d’après nature, Paris, Librairie Nilsso (...)
  • 4 Jean Lorrain, Vingt Femmes, orné de nombreuses illustrations photographiques d’après nature, Paris (...)
  • 5 Jean Lorrain, Sensualité amoureuse, illustrations photographiques, Paris, Librairie Nilsson – Per (...)
  • 6 Jean Lorrain, Quelques hommes, orné de 30 illustrations photographiques, Paris, Librairie Nilsson (...)
  • 7 Jean Lorrain, « Le Palais de la danse » dans La Grande Vie, 2e année, no 9, s. d. (c. 1900) s. p.  (...)
  • 8 Voir Jean Lorrain, « Le spectre. Poème » dans Je sais tout, 1re année, no 11, 15 décembre 1905, p. (...)
  • 9 Clichés Reutlinger et Henri Manuel, Femina, no 141, 1er décembre 1906, p. 537.
  • 10 Jean Lorrain, « Les bras », poème, clichés Reutlinger et Henri Manuel, dans Femina, no 117, 1er(...)

1Jean Lorrain connaissait les photographes. Il se rendait chez Benque à Paris1, chez Courtellemont à Alger2 ; il se faisait souvent tirer le portrait, parfois en se costumant, nous laissant ainsi des portraits de lui en troubadour, en gladiateur mourant, en dandy. Il collabora très tôt avec la maison Nilsson pour leur projet d’édition photographique, et publia chez eux quatre ouvrages photo-illustrés : La Dame turque (1898)3 ; puis Vingt Femmes (1900)4 avec les clichés de E. Lagrange ; Sensualité amoureuse (1901)5 ; et Quelques hommes (1903, réédité sous le titre Le Prince Piétaposa et quelques hommes)6. Précisons qu’il existe deux éditions de Vingt femmes (fig. 1), sorties toutes deux la même année. Dans ce qui doit être la deuxième édition, l’histoire « La Tocassonne » remplace « Celle qui a connu Alexis », mais garde paradoxalement la même illustration (fig. 2), ce qui en dit long sur la pertinence de l’illustration. L’histoire qui a disparu avait une charge plus calomnieuse, et puisque Lorrain se sert souvent de personnages réels pour des portraits vitrioleurs, on peut émettre l’hypothèse que la nouvelle édition lui fut imposée pour éviter un procès. Puis il collabore à des revues photo-illustrées, en commençant par La Grande Vie, qui deviendra La Vie de Paris, et qui est éditée à la même adresse que les éditions Nilsson, et où le même E. Lagrange est le photographe officiel. De 1900 à 1901, pendant la courte vie de ce périodique d’un goût douteux, il y publie sept textes7 : surtout des textes à caractère journalistique, avec des documents photographiques (fig. 3) ; mais aussi une version remaniée de « La Fatale Espagnole » parue précédemment dans Vingt Femmes. Collaborateur d’un périodique plus « grand public » : Je sais tout, il y publie, entre autres8, un article intitulé « Sauvez Venise », accompagné d’une documentation photographique (mars 1905), puis son reportage sur les bas-fonds de Paris (fig. 4), « La tournée des Grands-Ducs » (juillet 1905), où les dessins donnent nettement l’impression d’avoir été copiés d’après des photos. Plus intéressante est l’incrustation d’un poème inédit sur un « pendant de cou » (fig. 5) dans un article d’Henri Duvernois sur les « Bijoux d’aujourd’hui » (mai 1905), car les onze photos de bijoux et des mains les portant répondent plus sensuellement au texte de Lorrain que les documents qui jalonnent ses autres articles. Enfin, Femina réunit parfois un poème et toute une page de beautés féminines selon un thème (fig. 6), tel celui des « Cous et colliers » (poème d’Henri Delorme9), et Lorrain contribue, avec un sonnet (fig. 7) : « Les bras », aux sept photos de Reutlinger et de Manuel10.

2Malgré l’absence de documents concernant l’illustration photographique de ses propres textes, on peut néanmoins émettre l’hypothèse que Lorrain subissait cette illustration sans pouvoir la contrôler. L’hypothèse est fragile, car nous connaissons, grâce à la correspondance qui nous est parvenue, la minutie des instructions qu’il envoyait aux dessinateurs. Toutefois, on remarque que les photos en regard des écrits de Lorrain ne constituent pas un corpus distinct des autres illustrations parues chez les mêmes éditeurs – alors que celles pour Willy (En Bombe, Nilsson, 1904), par exemple, ont une cohérence qui relève des choix de l’écrivain (qui a, de surcroît, posé pour le personnage principal). Pour savoir ce que pensait Lorrain de l’illustration photographique et de la photographie en général, il faut se tourner vers ses contes et romans. Le photographe y est mis en scène ; plus encore, Lorrain montre des personnages qui vivent par le truchement de l’image photographique.

3Par exemple, dans « Une conquête », une des histoires dans Fards et poisons (1903), une femme fait la cour à un vieux beau, car elle veut par la chirurgie esthétique lui redonner le visage de ses trente ans, tel qu’il apparaît sur une vieille photo.

4Un exemple plus élaboré. Dans « Illyne Yls », une autre histoire du même recueil, une carte postale représentant Yls à moitié nue sert à la définir (« Tout le caractère d’Illyne était là »). La courtisane et la photographie se rapprochent effectivement par le « mensonge », la « réclame », la « pose », que le narrateur Maxence voit dans l’image et reconnaît dans la personne. Que fait Illyne Yls de sa photo ? Dans un premier temps, il s’agissait d’une photo secrète, uniquement destinée au « prince héritier d’une grand puissance européenne » ; dans un deuxième temps, c’est un tirage dérobé donné secrètement à son amant Maxence, puis, pour les besoins du scandale carriériste, l’image est tirée en carte postale, galvaudée. Yls prostitue son image. Elle mène le battage et elle gagne toujours. On trouve dans ce recueil maints commentaires cyniques à propos des portraits photographiques, « toujours retouchés », et qui servent de réclame (p. 68-69, 71, 74, par exemple), car Lorrain intègre la photographie à la catégorie des « fards et poisons ».

5Dans ces deux exemples, l’image photographique représente un objet de désir, une amélioration de la réalité, un leurre qu’il faut contrôler soi-même et non subir. Plus encore, son statut n’est plus documentaire mais devient comparable à celui d’un texte fictif, grâce à la retouche. On peut envier le pouvoir de l’image, puis imaginer de la manipuler soi-même. C’est ce que fera Lorrain dans Maison pour dames (1908, posth.), où la « maison » est une revue féminine photo-illustrée.

  • 11 Philippe Jullian, Jean Lorrain ou le Satiricon 1900, Paris, Fayard, 1974, p. 293.

6 Femina se vante de publier Ellen : « Femina est une des très rares publications périodiques ne donnant que des romans et articles inédits spécialement écrits pour ses lectrices. » Le viol lesbien et d’autres évènements de Maison pour dames, en revanche, ne conviennent pas à cette revue, mais, fort de l’expérience d’avoir écrit Ellen, Lorrain n’a-t-il pas conçu Mme Emma Farnier, la jeune, sensitive, innocente et droite héroïne de Maison pour dames en pensant toujours à ce lectorat ? Cela expliquerait en partie le caractère si peu décadent de son protagoniste, de sa victime, caractère qui poussait Philippe Jullian à se demander à quel point ce roman posthume a pu être remanié par Georges Normandy11.

7 Ellen ayant été publié en feuilleton dans Femina (1er octobre 1905 - 1er mars 1906), on peut dire que Lorrain connaissait la maison de l’intérieur lorsqu’il écrivit Maison pour dames, où les pratiques de leurs photographes semblent être parodiées.

  • 12 Femina, no 82, 15 juin 1904, p. 178-180.
  • 13 Femina, no 86, 15 août 1904, p. 277-279.
  • 14 Femina, no 88, 15 septembre 1904, p. 306-308.
  • 15 La Vie heureuse, 4e année, no 9, septembre 1905, p. 172-173.

8Le chapitre « Devant l’objectif » contient de longues et fidèles descriptions de quatre articles photo-illustrés parus entre 1904 et 1905 dans Femina ou La Vie heureuse : « Ménage de poètes »12 (et non « Ménage d’artistes »), sans nom d’auteur, mais avec les clichés de Chusseau-Flaviens, Reutlinger, L. d’Hampol et Paul Doyé ; « Artistes parisiennes en vacances. Où vont-elles ? »13 par Jacques de Nouvion, avec cinq portraits non signés ; « Que font-elles ? »14 par Jacques de Nouvion encore, avec sept photos non signées ; puis l’article sans nom d’auteur, « Mme Delarue-Mardrus aux pays arabes »15, avec sept illustrations que Lorrain attribue au Kodak du docteur Mardrus. À quelques virgules près, toutes les légendes citées par Lorrain sont textuelles. Fidèles aussi les descriptions iconographiques fournies par son personnage Robert Évimore, le « photographe d’art », qui se dit l’auteur de la vraie photo du ménage Dorchain, qui, justement, n’a pas de nom d’auteur dans Femina. Le seul rajout de Lorrain ici est le jugement d’Évimore qui se pose en professionnel aguerri.

  • 16 Voir Annexe A.
  • 17 Cliché sans nom d’auteur paru dans l’article anonyme, « Mme Delarue-Mardrus aux pays arabes » dans(...)
  • 18 Ce qui permettrait de dater l’action du roman de 1906 puisque le numéro est « déjà vieux d’un an »
  • 19 « Poésies de Mme Lucie Delarue-Mardrus » dans Femina, no 113, 1er octobre 1905, p. 446. Le texte c (...)

923 des 24 photos sont commentées dans le roman16. Celles qui proposent la femme écrivain d’une manière sensuelle suscitent le plus d’intérêt chez le photographe Évimore. (fig. 8) « Mme Edmond Rostand, exquisement poète, s’est faite maintenant la Muse exquise de son mari » (cliché Chusseau-Flaviens). Cette image exceptionnellement retouchée est commentée d’une manière subjective par le narrateur de Lorrain : « Mme Farnier contemplait de tous ses yeux une longue jeune femme à la physionomie de langueur, debout sur les degrés d’un escalier de jardin. La lourde retombée de sa robe noire, répandue sur les marches, sa minceur et la tristesse de son attitude la désignaient comme une créature d’élite ; des mimosas, jaillis on ne sait d’où, l’emprisonnaient d’une mouvante guirlande. » (chap. iii.) Plus surprenant est le commentaire que fait Évimore d’un portrait de Mme Delarue-Mardrus17 (fig. 9) : « Ce jeune homme la cigarette aux lèvres, le poing sur la hanche, guêtré de cuir fauve et pantalonné de velours, est encore Mme Lucie Mardrus. Comment voulez-vous que le lecteur résiste à un travesti aussi suggestif ? » (chap. iii.) Mais la pire image, aux yeux de notre chaste héroïne, est la photo censée avoir été publiée dans la revue fictive Le Laurier d’Or et que son directeur lui envoie « pour mieux renseigner la jeune femme sur ce qu’il désirait d’elle » avant d’envoyer son photographe (chap. ii). Cette image doit beaucoup à une photo publiée en regard du premier épisode d’Ellen. On trouve un portrait de Lucie Delarue-Mardrus (encore), accompagnant ses vers dans Femina en octobre 190518, or les vers que Lorrain cite sont le couplet publié dans l’article de La Vie heureuse (art. cité, sept. 1905). « Mme Delarue-Mardrus rentre à Paris après un voyage en orient et en rapporte un volume de poésies », nous dit la légende19 (fig. 10). Maintenant, en regardant la photo, on peut faire le partage entre ce que Lorrain voit et ce qu’il rajoute : « Une jeune femme s’y étalait, couchée sur une stèle de marbre ombragée de lourds feuillages d’eucalyptus. Enroulée dans une étroite draperie orientale, un bout d’épaule nue émergeant des broderies de l’étoffe ; la poétesse, une face prognate aux yeux largement ouverts sous un front couronné de chèvrefeuille, se cambrait dans la gaine de soie qui la moulait. Deux vers en exergue donnaient la psychologie du portrait : / Mon âme vous regarde à travers mes yeux doux. / Sauvagement et sans pitié, comme une louve. » (chap. ii, c’est moi qui souligne.)

  • 20 Voir Victor Forbin, « Pour le vote des femmes ! » dans Femina, no 125, 1er avril 1906, p. 144-145. (...)

10« Comme une louve » ? Autant dire une Messaline ! Lorrain cite les portraits et les textes les plus osés publiés dans Femina et La Vie heureuse ; ils ne doivent pas être considérés comme typiques. Car, lorsqu’on lit plusieurs tomaisons annuelles de Femina, on découvre un bimensuel plutôt sage, assez sympathique au suffrage des femmes20, et loin des dérives que Lorrain imagine se passant dans une revue future qu’il appelle Le Laurier d’or.

  • 21 La Vie heureuse publie deux photos composites (août 1904, où l’on voit une photo de la journaliste (...)

11Tout au long du roman il est question des portraits photographiques d’une femme poète. La nudité (relative) des poses, exacerbée par d’alléchantes légendes, crée le scandale que l’éditeur recherchait. Il s’agit de photos truquées, de « superpositions » (chap. iii). On retrouve la vraie tête de la dame sur « les épaules et la gorge exhibées » d’une autre femme (chap. v). Ou c’est une silhouette prise à Paris, mais imprimée sur des vues de province (« cette documentation topographique puisée dans des albums de la rue Bonaparte, avec adaptation de clichés tirés à Bellevue », chap. v). Lorrain s’inspire ici d’un autre périodique où il avait publié, la Vie de Paris, car c’est que le montage photographique21 est la norme en matière de technique (fig. 11), c’est que la femme est réduite à sa plastique.

  • 22 Femina, no 120, 15 janvier 1906, p. 31.
  • 23 Femina, no 122, 15 février 1906, p. 75.

12Florise d’Ellébreuse est le nom de plume de Mme Emma Farnier. Elle gagne le prix de poésie du Laurier d’or et à ce titre se fait photographier par l’opérateur de la « Revue d’Art féministe ». Or, c’est Jeanne-Charles Normand qui fut « Poëte-Lauréate » de Femina pour 1906 (fig. 12), le portrait de trois-quarts de sa tête sur fond gris est imprimé au-dessus des poèmes primés22. De même, les portraits de Mme Marlie Markovitch (fig. 13) et de Mme Edgy (fig. 14), Prix Femina 1905 de poésie et de prose respectivement, sont reproduits en bonne place, l’un montrant le poète à son bureau, l’autre en buste de trois-quarts sur fond noir, tenant un simple bouquet23. L’image de la femme écrivain est respectueuse, ce qui n’est pas le cas dans La Vie de Paris, où la femme est présentée systématiquement comme un jouet sexuel. Pourquoi alors Lorrain semble-t-il attaquer Femina ou La Vie heureuse ?

13La seule tare de ces revues me semble être leur style de critique littéraire qui consiste à décrire un texte en termes corporels et en termes sexuels sublimés. Deux exemples. Le premier, anonyme, tiré de la Vie heureuse, concerne un poète :

  • 24 Anon., « Mme Delarue-Mardrus aux pays arabes » dans La Vie heureuse, 4e année, no 9, septembre 190 (...)

Mais pour définir et reconnaître un poète c’est à la structure même du vers qu’il faut regarder. Le vers est un organisme très délicat […]. Il a une âme, une respiration, une anatomie. Toute la poésie de M. Henri de Régnier est dans son vers flexible, nonchalant, d’une matière fluide, pure et merveilleusement élastique, où les mots presque nus ont une grâce souveraine, s’enchaînent et vivent24.

14Le deuxième, signé H. et publié dans Femina, est un compte rendu des Charmes de Mme Catulle Mendès. De l’anthropocentrisme du vers masculin, on atteint, chez la poétesse, une charge plus érotique :

  • 25 H., « Les livres » dans Femina, 5e année, no 97, 1er février 1905, p. xiii.

Il est difficile de définir avec le froid désordre de la prose, tout ce qui s’exhale du volume […]. / Impressions, rêves, descriptions fines qui s’évoquent par ce qu’elles ont de plus délicieux et par cela seulement – lilas élagués de toutes leurs feuilles – espérances imprécises, qui dorment encore, leurs petits poings fermés comme des boutons de rose […] l’unité de l’émotion et de l’harmonie, et cela est divinement féminin. […] prédilection instinctive pour les choses de la nature […] une personnalité qui est un mélange singulièrement séduisant de sensibilité angélique et d’épanouissement violent […] une poétesse qui est la grâce et la beauté en personne […].25

15Dans des métaphores qui présentent la poésie comme un corps offert, on glisse ici du public au privé, ou, en trois temps : des « impressions » du narrateur de Mme Mendès, à la « personnalité » de l’auteur, puis à la « grâce et la beauté » de Mme Mendès en personne.

  • 26 Médaillon que Lorrain n’a pas pu voir, puisqu’il paraît le 15 novembre 1906 (Femina, no 140).

16L’idée d’un divorce entre le narrateur et l’auteur n’est pas la norme en 1900. Un portrait photographique sera donc interprété par les abonnés à un périodique en fonction des textes de fiction, des textes de critique littéraire et des textes biographiques… et peut donc être exécuté en prévision de ces textes. C’est bien là la dérive que Lorrain extrapole à partir des quelques photos de femmes poètes comme séductrices qui sont l’exception dans Femina et La Vie heureuse. À l’encontre de Lorrain, on peut défendre et Femina et ses poètes en voyant dans le portrait de Mme Mardrus allongée ou la comtesse de Noailles (fig. 15) les cheveux dénoués en adoratrice du soleil26, de fort louables tentatives d’illustrer la poésie par des photos montrant, purement et simplement, la narratrice. C’est risqué, puisque aucun discours théorique séparant l’auteur de sa créature n’existe hors des lettres exaspérées que les poètes et romanciers envoient à leurs amis, se plaignant des amalgames faits par le public.

  • 27 Robert Ziegler, « Editing the Text of Popular Opinion: Literature as Publicity dans Jean Lorrain’s(...)

17Tous les lecteurs dans le roman, que ce soit son mari (« vous désirez publiquement cet Alexis […] c’est un adultère mental ! […] vous m’y faites publiquement cocu ! », chap. i) ou les abonnés (« la publication du poème d’Emma, suivie de celle de ses photographies avait fait scandale à Toulon », chap. ix), prennent le protagoniste du poème de Florise d’Ellébreuse, Eunice, avide de sensations fortes, pour l’auteur, et, oubliant la fin chaste de son poème, s’imagine que le poète cherche des aventures sexuelles. Pour le critique américain Robert Ziegler27, Maison pour dames montre comment la publicité organisée par un périodique qui est aussi éditeur – avec l’aide de la photographie, de conseillers en haute couture, de potins mondains –, fabrique l’image d’un écrivain pour le public, une image bien visuelle, et érotisée. Disons que par cette forme de photojournalisme publicitaire, l’écrivain devient un bien désirable, une commodité, un fétiche, une image de marque qui garantit la vente des ouvrages à venir. Dans cet engrenage, le poète n’a rien à dire. Mme Farnier est la victime de proxénètes en tout genre. Lorrain n’élabore pas de commentaire ouvertement féministe, il laisse comprendre tout simplement qu’à l’ère du périodique photo-illustré la littérature est dorénavant « cadrée » par l’image photographique de l’auteur, et que celle-ci est « cadrée » par les lois du journalisme, dont les valeurs citées par le photographe Évimore sont « l’imprévu » et « l’intimité », auxquels nous pouvons ajouter : l’envie, puis son inverse, la boue, ou comme le dit Évimore en parlant du couple Mendès, « le public n’aime pas les ménages si unis ». Il faut croire que ce qui est évident pour nous aujourd’hui concernant la part de réclame dans la médiatisation d’un auteur, avec ce que cela comporte de faux, l’était moins à l’époque de l’émergence de la presse photo-illustrée.

  • 28 Signé Henri Duvernois (Femina, no 120, 15 Janvier 1906, p. 26-28).
  • 29 Signé Smilis (Femina, no 124, 15 Mars 1906, p. 116).
  • 30 Femina, no 123, 1er mars 1906, p. 94-95.
  • 31 Femina, no 125, 1er avril 1906, p. 143-144.

18Dans le « vrai » Femina de 1906, on trouve des articles sur les « Mères d’hommes illustres »28 et sur « Quatre Femmes auteurs dramatiques »29, tous deux comportant texte et images d’une sobriété égale à celle accordée aux portraits d’hommes. Quant aux textes sur le ménage Mendès30 et le voyage de M. et Mme Paul Adam en Russie31, le premier est rédigé par Mme Mendès même, le deuxième par Mme Marthe Adam. Clairement, Lorrain ne décrit pas un état de fait dans l’usage de la photographie de l’auteur, mais une dérive possible, extrapolée à partir de La Vie de Paris, le premier hebdomadaire illustré exclusivement par la photographie. Lorrain écrivait justement au moment où la presse photo-illustrée commençait à s’imposer, car le premier journal au monde que l’on peut qualifier ainsi fut le bien nommé Daily Mirror de 1904. Le masque de l’auteur passera dorénavant, obligatoirement, par la photographie.

Annexes

Annexe A

Sept autres images sont reproduites dans l’article de Jacques de Nouvion, « Que font-elles » dans Femina, no 88, 15 septembre 1904, p. 306-308 :

  1. « S. M. La Reine de Roumanie. / Carmen Sylva. / Écrit en ce moment le livret d’un opéra dont la musique sera composée par le jeune Florizel, un petit musicien de 13 ans, dont le talent s’affirme déjà considérable. » Cliché Mandy. Commentaire de Robert Évimore : « Article consacré à des femmes de lettres célèbres et déjà mûres. Cette belle dame poudrée aux allures de marquise ; Sa Majesté la reine de Roumanie, Carmen Sylva […]. Ce petit Florizel est-il assez cour d’Allemagne, principauté des Balkans et XVIIIe siècle ? On dirait une page de la vie de la grande Catherine. » (Lorrain, Maison pour dames, chap. iii.)
  2. « Mme Séverine. / Prépare à Pierrefonds un roman populaire. » Cliché Branger. Commentaire de Robert Évimore : « Cette femme à figure expressive, coiffée d’un tricorne de cour est Mme Séverine. Il nous importe peu de savoir qu’elle prépare, à Pierrefonds, un roman populaire. » (Lorrain, Maison pour dames, chap. iii.)
  3. « Mme Daniel Lesueur sur la place Saint-Marc à Venise. / Mme Daniel Lesueur prépare un roman : La Force du Passé. » Cliché sans nom d’auteur. Commentaire de Robert Évimore : « Mme Daniel Lesueur, sur la place Saint-Marc, à Venise, entourée de pigeons, a la banalité d’une carte postale ; la Force du passé, le roman qu’elle prépare, perd tout intérêt par le déjà vu du décor. » (Lorrain, Maison pour dames, chap. iii.)
  4. « Mme Gabrielle Réval. / Prépare deux volumes à Aix-les-Bains. » Cliché Numa Blanc. Commentaire de Robert Évimore : « Cette jeune femme, assise sur un banc de jardin avec un joli enfant, debout, appuyé contre elle, nous charme et nous intrigue au contraire par sa touchante attitude ; et puis la discrétion de la réclame : Madame Gabrielle Réval prépare deux volumes à Aix-les-Bains. C’est discret comme un bouquet de violettes. » (Lorrain, Maison pour dames, chap. iii.)
  5. « Mme J. Marni à Ville-dAvray. /Mme J. Marni prépare une grande féerie et une comédie : les Pacifiques. » Cliché sans nom d’auteur. Commentaire de Robert Évimore : « Cette longue femme au visage étroit de Luini, debout contre un massif d’azalées, se recommande surtout par la maëstria de la pose car le texte est insignifiant […]. » (Lorrain, Maison pour dames, chap. iii.)
  6. « Mme La comtesse de Martel (Gyp), à Neuilly. / Gyp ne quitte que rarement son hôtel du Parc de Neuilly pour sa propriété de Mirabeau, au bord de la Durance. Elle travaille à une pièce et à un roman : Souvenirs d’une petite fille. » Cliché Branger. Cette image, exceptionnellement, n’est pas mentionnée par Lorrain.
  7. « Mme de Peyrebrune, à Biarritz. / Mme G. de Peyrebrune travaille fort peu pendant les vacances qu’elle passe à Biarritz : elle peint au milieu des roches et prend des notes pour une histoire : Dona Quichotta. » Cliché sans nom d’auteur. Commentaire de Robert Évimore : « Ce texte égare l’opinion, c’est une femme auteur et non une femme peintre. Il n’y a donc à retenir dans ces trois pages que la reine de Roumanie et Mme Gabrielle Réval […]. » (Lorrain, Maison pour dames, chap. iii.)

Outre le portrait de Mme Rostand, quatre photos sont reproduites dans l’article anonyme [Jacques de Nouvion ?], « Ménage de poètes » dans Femina, no 82 (15 juin 1904) p. 178-180 :

  1. « M. Edmond Rostand. / M. Edmond Rostand, toujours insatisfait, recherche les encouragements de Mme Rostand, qui entoure son travail de mille sollicitudes. » Cliché Reutlinger. Commentaire de Robert Évimore : « Le public est très friand de l’intimité de ses gloires. […] lisez le texte, il est admirable […]. C’est la réclame cubique. » (Lorrain, Maison pour dames, chap. iii.)
  2. « M. et Mme Catulle Mendès. / Sont de grands travailleurs. S’ils ne collaborent jamais effectivement au même ouvrage, ils se consultent réciproquement sur tout ce qu’ils font et l’un n’est véritablement satisfait de sa besogne que si l’autre l’approuve. » Cliché L. d’Hampol. Commentaire de Robert Évimore : « Ce couple, penché sur un manuscrit, est le ménage Catulle Mendès. Je me suis opposé de toutes mes forces à cette attitude ; elle donne au mari, comme à la femme, un caractère trop bourgeois. Le texte vaut la photographie […]. Le public n’aime pas les ménages si unis. Cette intimité rappelle, il est vrai, Philémon et Baucis, mais fait songer aussi à M. et Mme Denis. » (Lorrain, Maison pour dames, chap. iii.)
  3. « M. et Mme Auguste Dorchain. / Vivent très simplement parmi de belles œuvres d’art : leur grand plaisir est de réciter des vers et de recevoir des poètes. » Cliché sans nom d’auteur. Commentaire de Robert Évimore : « La photographie et le texte du ménage Dorchain sont un chef-d’œuvre […]. Le texte et la photographie sont de moi [les deux sont anonymes]. » (Lorrain, Maison pour dames, chap. iii.)
  4. « M. et Mme Henri de Régnier. /M. et Mme Henri de Régnier poètes et romanciers sont dignes tous deux du grand poète J.-M. de Hérédia à qui ils sont unis par une étroite parenté. » Commentaire de Robert Évimore : « Je ne vous parle pas de M. et Mme Henri de Régnier. Tout ce que font ceux-là est si discret que ça ne dépasse pas la rampe. C’est une élégance. » (Lorrain, Maison pour dames, chap. iii.)

Cinq photos sont reproduites dans l’article de Jacques de Nouvion, « Artistes parisiennes en vacances ! Où vont-elles ? » dans Femina, no 86 (15 août 1904) p. 277-279 :

  1. « Mme Segond-Weber. / Mme Segond-Weber, dans sa propriété sur les bords de la Marne, se repose des fatigues du théâtre en élevant des bêtes – des chiens, des oiseaux, des lapins et des poules. » Cliché sans nom d’auteur. Commentaire de Robert Évimore : « On croit, généralement, les actrices dépensières, affolées de plaisirs et brûlées dans la vie des ardeurs outrancières qu’elles incarnent au théâtre. Admirez l’antithèse. Cette jeune femme, s’attardant, en large capeline de jardin, au bercement d’un rocking-chair et là, dans l’ombre feuillue d’un parc, s’amusant à câliner un chien, c’est Mme Segond-Weber, l’étoile de l’Odéon, aujourd’hui sociétaire […]. Eh bien, le public est ravi d’apprendre qu’une tragédienne de la valeur de Mme Segond-Weber, au lieu de poignarder et d’empoisonner les gens et de se consumer d’amour, comme Camille, Lucrèce Borgia et Marie Tudor, se consacre, dans la vie réelle, à l’élevage des poules et des lapins. » (Lorrain, Maison pour dames, chap. iii.)
  2. « Mlle Marthe Régnier à Bois-le-Roy. / Mlle Marthe Régnier, [de] retour de Londres et fixée pour quelques semaines à Bois-le-Roy, partage son temps entre l’automobile, l’équitation et le travail des champs. » Cliché sans nom d’auteur. « Cette belle personne, campée au pied d’une meule de foin, avec, à la main, un râteau de faneuse, est Mlle Marthe Régnier […]. Rien de bien saillant, comme vous voyez. Le souci du sport gâte un peu ces vacances-là. » (Lorrain, Maison pour dames, chap. iii.)
  3. « Mlle Berthe Bady à Forges-les-Eaux. / Mlle Berthe Bady se prépare aux fatigues de la saison prochaine, dont elle sera une des étoiles les plus recherchées, en pratiquant des sports un peu rudimentaires : le canot à rames et la promenade à ânes » Cliché sans nom d’auteur. Commentaire de Robert Évimore : « La photographie […], trop noire et mal réussie, représente Mlle Berthe Bady […]. » (Lorrain, Maison pour dames, chap. iii.)
  4. « Mme Georgette Leblanc à Gruchet-Saint-Siméon. / Mme Georgette Leblanc unit dans ses distractions de vacances la simplicité de la vie rustique aux difficultés du travail littéraire. » Cliché sans nom d’auteur. Commentaire de Robert Évimore : « Quant à celle-ci… (M. Robert désignait, allongée dans l’herbe haute d’une prairie, une longue forme blanche enroulée, tirebouchonnée, plutôt dans les plis compliqués d’une tunique d’ange ou d’une chemise de nuit de l’espèce d’abat-jour en mousseline, dont s’ombrageait le profil de la femme étendue là, dans un abandon prétentieux et voulu, feignant de lire ou lisant) […]. Il eût mieux valu, peut-être, ne pas parler de simplicité […]. » (Lorrain, Maison pour dames, chap. iii.)
  5. « Mlle Piérat à Bougival. / Mlle Piérat, à Bougival, emploie ses loisirs à coudre et à broder de délicats ouvrages de lingerie. » Cliché sans nom d’auteur. Commentaire de Robert Évimore : « […] la palme de ces pages demeure à Mlle Piérat […]. La pose est charmante, d’un naturel exquis, et Mlle Piérat est une des plus jeunes et des plus talentueuses pensionnaires de M. Claretie. Elle a mis dans le mille. Ceci pour vous prouver […] que le public est un grand enfant, épris surtout d’imprévu. Il est ravi d’apprendre que ses artistes préférées ont des goûts de petites bourgeoises […]. » (Lorrain, Maison pour dames, chap. iii.)

Annexe B

Les six illustrations parues dans l’article anonyme, « Mme Delarue-Mardrus aux pays arabes » dans La Vie heureuse, 4e année, no 9, septembre 1905, p. 172-173, sont :

  1. « Mme Delarue-Mardrus est l’auteur de vers admirables, dont les derniers sont réunis en un volume, intitulé Horizons. » Cliché sans nom d’auteur. Commentaire de Robert Évimore : « Au point de vue public, c’est la plus admirable réclame. […] Je vous fais grâce du médaillon. Mme Lucie Mardrus a un très joli profil, mais moins joli que le vôtre, madame. » (Lorrain, Maison pour dames, chap. iii.)
  2. « Montée comme un garçon sur un cheval arabe, svelte et fine, cette jeune femme qui rêve d’explorer l’Arabie, chevauche devant les horizons infinis du désert. » Cliché sans nom d’auteur. Commentaire de Robert Évimore : « Examinez à gauche, ce jeune boy à cheval, la tête auréolée d’un grand feutre boer. Bien en selle et droite sur les étriers, cravatée de haut sur un col carcan, c’est Mme Lucie Mardrus elle-même. Le texte est explicite […]. » (Lorrain, Maison pour dames, chap. iii.)
  3. « Sur la colline de Byrsa, qui fut la citadelle de Carthage, devant le paysage désolé où frémissent quelques oliviers, la jeune femme, ayant repris la longue robe des Muses, met sur ces ruines la grâce du génie vivant. » Cliché sans nom d’auteur. Commentaire de Robert Évimore : « Plus bas, nous retrouvons la jeune femme vêtue d’une longue tunique, debout contre une balustrade qui domine le désert. Ici, le texte est un chef-d’œuvre […]. Il n’y a rien à ajouter à cela… » (Lorrain, Maison pour dames, chap. iii.)
  4. « Dans les jardins de la Marsa, qui est le palais d’été d’un Bey de Tunis, Mme Delarue-Mardrus cause avec la Princesse Nazeli. » Cliché sans nom d’auteur. Commentaire de Robert Évimore : « Je vous fais grâce de la photographie où Mme Mardrus est reproduite dans les jardins de la Marsa, causant avec la princesse Nazeli. En Tunisie, toutes les étrangères de marque sont admises auprès des princesses beylicales […]. » (Lorrain, Maison pour dames, chap. iii.)
  5. « Le docteur Mardrus, traducteur des Mille et Une Nuits, a fait ses treize jours aux zouaves ; il cause dans le patio de sa maison, avec Mme Delarue-Mardrus. » Cliché sans nom d’auteur (mais assurément pas du docteur Mardrus). Commentaire de Robert Évimore : « […] je vous fais grâce du cul-de-lampe où la poétesse nous est montrée causant avec son mari en zouave. En Afrique qui est-ce qui n’a pas un zouave ou un spahi dans sa vie ? » (Lorrain, Maison pour dames, chap. iii.)
  6. « Les montagnes de la Kroumirie, prolongeant leurs plans étagés, sont couvertes d’une double végétation où la haute futaie des pays du nord se mêle aux arbustes qui aiment le soleil, à l’arbousier et à l’azerolier. Mme Delarue-Mardrus, au cours d’une chevauchée, se repose ici sous un chêne zéen. » Cliché sans nom d’auteur. Commentaire de Robert Évimore : « Mais le cliché où s’affirme le génie de ce mari bon organisateur de la gloire de sa femme, c’est celui du milieu de la page. Admirez ce jeune garçon assis, les jambes croisées dans les racines d’un arbre. Le complet kaki de nos coloniaux l’étoffe et l’affine à la fois ; un passe-montagne, savamment ramené sur les yeux, le coiffe d’une tiare de sphinx. C’est presque un portrait de Maître ; la légende est digne du portrait […]. Remarquez, le chêne zéen est tout ! ah ! ce chêne zéen, quelle trouvaille ! quel coup de maître, oh ! ce chêne zéen ! » (Lorrain, Maison pour dames, chap. iii.)

Fig. 1 – Couvertures des deux éditions de Vingt Femmes (1900). Coll. part.

Fig. 1 – Couvertures des deux éditions de Vingt Femmes (1900). Coll. part.

Fig. 2 – Illustration pour « Celle qui a connu Alexis » et pour « La Tocassonne » (Vingt Femmes, 1900). Coll. part.

Fig. 2 – Illustration pour « Celle qui a connu Alexis » et pour « La Tocassonne » (Vingt Femmes, 1900). Coll. part.

Fig. 3 – Jean Lorrain, « Matins d’Armenonville » dans La Vie de Paris, s. d. (c. 1900) s. p. Coll. part.

Fig. 3 – Jean Lorrain, « Matins d’Armenonville » dans La Vie de Paris, s. d. (c. 1900) s. p. Coll. part.

Fig. 4 – « La tournée des Grands-Ducs » dans Je sais tout, juillet 1905. Coll. part.

Fig. 4 – « La tournée des Grands-Ducs » dans Je sais tout, juillet 1905. Coll. part.

Fig. 5 – « Dans l’or vert émaillé de fauve des glycines », poème inédit reproduit par Henri Duvernois dans « Bijoux d’aujourd’hui » dans Je sais tout, mai 1905, p. 470-471. Coll. part.

Fig. 5 – « Dans l’or vert émaillé de fauve des glycines », poème inédit reproduit par Henri Duvernois dans « Bijoux d’aujourd’hui » dans Je sais tout, mai 1905, p. 470-471. Coll. part.

Fig. 6 – « Cous et colliers », poème d’Henri Delorme, clichés Reutlinger et Henri Manuel dans Femina, no 141, 1er décembre 1906, p. 537. Coll. part.

Fig. 6 – « Cous et colliers », poème d’Henri Delorme, clichés Reutlinger et Henri Manuel dans Femina, no 141, 1er décembre 1906, p. 537. Coll. part.

Fig. 7 – « Les bras », poème de Jean Lorrain, clichés Reutlinger et Henri Manuel dans Femina, no 117, 1er décembre 1905, p. 553. Coll. Éric Walbecq.

Fig. 7 – « Les bras », poème de Jean Lorrain, clichés Reutlinger et Henri Manuel dans Femina, no 117, 1er décembre 1905, p. 553. Coll. Éric Walbecq.

Fig. 8 – « Mme Edmond Rostand », cliché Chusseau-Flaviens, reproduit dans l’article anonyme « Ménage de poètes » dans Femina, no 82, 15 juin 1904, p. 178. Coll. part.

Fig. 8 – « Mme Edmond Rostand », cliché Chusseau-Flaviens, reproduit dans l’article anonyme « Ménage de poètes » dans Femina, no 82, 15 juin 1904, p. 178. Coll. part.

Fig. 9 – « Mme Delarue-Mardrus », cliché sans nom d’auteur (son mari ?) reproduit dans l’article anonyme « Mme Delarue-Mardrus aux pays arabes » dans La Vie heureuse, 4e année, no 9, septembre 1905, p. 172. Coll. part.

Fig. 9 – « Mme Delarue-Mardrus », cliché sans nom d’auteur (son mari ?) reproduit dans l’article anonyme « Mme Delarue-Mardrus aux pays arabes » dans La Vie heureuse, 4e année, no 9, septembre 1905, p. 172. Coll. part.

Fig. 10 – Portrait de MmeDelarue-Mardrus, cliché sans nom d’auteur (son mari ?) reproduit sous le titre « Poésies de Mme Lucie Delarue-Mardrus » dans Femina, no 113, 1er octobre 1905, p. 446. Coll. part.

Fig. 10 – Portrait de MmeDelarue-Mardrus, cliché sans nom d’auteur (son mari ?) reproduit sous le titre « Poésies de Mme Lucie Delarue-Mardrus » dans Femina, no 113, 1er octobre 1905, p. 446. Coll. part.

Fig. 11 – « Le Tsar en France », illustration parue dans La Vie de Paris, no 20, s. d., s. p. Coll. part.

Fig. 11 – « Le Tsar en France », illustration parue dans La Vie de Paris, no 20, s. d., s. p. Coll. part.

Fig. 12 – Portrait de Jeanne-Charles Normand, « Poëte-Lauréate » de Femina pour 1906, reproduit dans Femina, no 120, 15 janvier 1906, p. 31. Coll. part.

Fig. 12 – Portrait de Jeanne-Charles Normand, « Poëte-Lauréate » de Femina pour 1906, reproduit dans Femina, no 120, 15 janvier 1906, p. 31. Coll. part.

Fig. 13 – Portrait de Mme Marlie Markovitch, Prix Femina 1905 de poésie, reproduit dans Femina, no 122, 15 février 1906, p. 75. Coll. part.

Fig. 13 – Portrait de Mme Marlie Markovitch, Prix Femina 1905 de poésie, reproduit dans Femina, no 122, 15 février 1906, p. 75. Coll. part.

Fig. 14 – Portrait de Mme Edgy, Prix Femina 1905 de prose, reproduit dans Femina, no 122, 15 février 1906, p. 75. Coll. part.

Fig. 14 – Portrait de Mme Edgy, Prix Femina 1905 de prose, reproduit dans Femina, no 122, 15 février 1906, p. 75. Coll. part.

Fig. 15 – Portrait de la comtesse de Noailles, cliché Otto, reproduit dans Femina, no 140, 15 novembre 1906, p. 522. Coll. part.

Fig. 15 – Portrait de la comtesse de Noailles, cliché Otto, reproduit dans Femina, no 140, 15 novembre 1906, p. 522. Coll. part.

Notes

1 Raitif de la Bretonne [Jean Lorrain], « Pall-Mall Semaine » dans Le Journal, 15 février 1896. Je remercie Éric Walbecq pour son aide constante dans ma recherche de textes pertinents.

2 Chronique africaine, 2e année, no 8, 25 février 1893, s. p. (pages bleues) : « C’est un coin bien parisien que ce petit salon de la rue des Trois-Couleurs, chez Courtellemont, où se trouvent réunis le soir, de cinq à sept, tout ce qui a un nom dans les arts ou la littérature et qui se trouve de passage à Alger. […] Ceux qui, durant ces quinze derniers jours, sont venus […] ont été charmés […] par Jean Lorrain, ce délicat paradoxal. »

3 Jean Lorrain, La Dame turque, illustré par la photographie d’après nature, Paris, Librairie Nilsson - Per Lamm, Succ., « La Voie Merveilleuse », [1898]. Date fournie par le code de l’imprimeur, confirmée par les bibliographies d’Hugo Paul Thieme, d’Hector Talvart et de Joseph Place. Similigravures dont un portrait frontispice de l’auteur et 5 illustrations coloriées. Une photo de femme nue (p. 107), gratuite puisqu’aucune étreinte passionnelle n’est envisagée dans le texte. Le narrateur Jean offre sa photo à Shiamé en souvenir, à sa demande, et ce pourrait être le frontispice !

4 Jean Lorrain, Vingt Femmes, orné de nombreuses illustrations photographiques d’après nature, Paris, Librairie Nilsson - Per Lamm, Succ., « La Voie Merveilleuse », [1900]. Date fournie par le code de l’imprimeur, confirmée par Thieme, Talvart et Place. « Clichés de E. Lagrange ». Similigravures dont 4 coloriées, p. 9, 69, 121, 160. Portraits de femmes névrosées pour lesquelles la recherche du pouvoir s’accompagne d’une pulsion suicidaire. L’encadrement, souvent floral, est parfois un dessin, mais le plus souvent il est composé d’une nouvelle photo, et la maîtrise de l’ensemble devient pour Lagrange un exercice intéressant de photo-montage, car l’encadrement envahit l’image à plusieurs reprises de la manière la plus saisissante. Liane, l’héroïne de « L’Inassouvie », est entourée de lianes, ou du moins d’une jungle, comme d’autres sont entourées de fleurs symboliques, de plumes de paon ou de vitraux. La couverture représente le buste d’une femme nue sous un nuage de mousseline. Nouvelle édition la même année (même code de l’imprimeur) sous couverture différente (femme au vitrail). 4 illustrations coloriées p. 9, 41, 63, 109. L’histoire « La Tocassonne » remplace « Celle qui a connu Alexis » de l’édition précédente, p. 30-36.

5 Jean Lorrain, Sensualité amoureuse, illustrations photographiques, Paris, Librairie Nilsson – Per Lamm, Succ., « La Voie Merveilleuse », [1901]. Date fournie par le code de l’imprimeur, confirmée par Thieme, Talvart et Place. Seul le catalogue de la Bibl. nat. donne la date de 1902. Similigravures dont certaines sur une double page. Serge se remémore ses maîtresses, et les photos jalonnent le récit comme des images de mémoire empreintes de nostalgie.

6 Jean Lorrain, Quelques hommes, orné de 30 illustrations photographiques, Paris, Librairie Nilsson - Per Lamm, Succ., nouvelle coll. « Voie Merveilleuse », [1903]. Date fournie par Thieme, Talvart et Place. Dans cette nouvelle coll., seules les similigravures – tirées en noir, brun ou bleu – sont imprimées sur papier glacé. Histoires d’aventuriers et d’aventurières racontées entre hommes du monde. Portraits et mises en scène superposées sur des intérieurs luxueux. Voir aussi, Le Prince Piétaposa et quelques hommes, orné de 30 illustrations photographiques, Paris, Librairie Nilsson - Per Lamm, Succ., nouvelle coll. « Voie Merveilleuse », s. d. Même ouvrage que le précédent, seuls le titre et l’illustration en couverture changent, ici un portrait de Lorrain, le même que dans La Dame turque.

7 Jean Lorrain, « Le Palais de la danse » dans La Grande Vie, 2e année, no 9, s. d. (c. 1900) s. p. ; « La dame du jour de noël » dans La Grande Vie, 2e année, no 18-19, s. d. (noël 1900) s. p. ; « Le pot-au-feu » dans L’Almanach de la Grande Vie 1901, s. p. ; (bon mot) dans La Vie de Paris, (printemps 1901) s. p. ; « Matins d’Armenonville » dans La Vie de Paris, (printemps 1901) s. p. ; « La Journée des drags » dans La Vie de Paris, (printemps 1901) s. p. ; « Jardins de Paris. Soir du Grand Prix » dans La Vie de Paris, (printemps 1901]) s. p.

8 Voir Jean Lorrain, « Le spectre. Poème » dans Je sais tout, 1re année, no 11, 15 décembre 1905, p. 575. Photo (similigravure) représentant le poète, les yeux baissés comme s’il contemplait son poème.

9 Clichés Reutlinger et Henri Manuel, Femina, no 141, 1er décembre 1906, p. 537.

10 Jean Lorrain, « Les bras », poème, clichés Reutlinger et Henri Manuel, dans Femina, no 117, 1er décembre 1905, p. 553. La conception graphique est la même pour Henri Barbusse, « La lumière des épaules », p. 544 ; Georges Pioch, « La nuque », p. 545 ; et Robert de Montesquiou, « Les mains », p. 552.

11 Philippe Jullian, Jean Lorrain ou le Satiricon 1900, Paris, Fayard, 1974, p. 293.

12 Femina, no 82, 15 juin 1904, p. 178-180.

13 Femina, no 86, 15 août 1904, p. 277-279.

14 Femina, no 88, 15 septembre 1904, p. 306-308.

15 La Vie heureuse, 4e année, no 9, septembre 1905, p. 172-173.

16 Voir Annexe A.

17 Cliché sans nom d’auteur paru dans l’article anonyme, « Mme Delarue-Mardrus aux pays arabes » dans La Vie heureuse, 4e année, no 9, septembre 1905, p. 172-173. Voir Annexe B.

18 Ce qui permettrait de dater l’action du roman de 1906 puisque le numéro est « déjà vieux d’un an ».

19 « Poésies de Mme Lucie Delarue-Mardrus » dans Femina, no 113, 1er octobre 1905, p. 446. Le texte continue : « Soucieuse de la beauté des lignes et de l’harmonie des formes, Mme Lucie Delarue-Mardrus est une des poétesses les plus éloquentes de notre époque. Les lectrices de Femina déjà connaissent son précieux talent et son inspiration émue. /Partie en Afrique avec M. le Docteur J. C. Mardrus, son mari, orientaliste fameux qui traduisit les Mille et une Nuits, elle connut pour la première fois cet orient qu’elle pressentait. Mais la grandeur des ruines et des cités mortes, l’apparition soudaine à ses yeux éblouis de tant de paysages nouveaux suscita dans l’âme ardente de Mme Mardrus des émotions nouvelles. »

20 Voir Victor Forbin, « Pour le vote des femmes ! » dans Femina, no 125, 1er avril 1906, p. 144-145. 4 illustrations photographiques similigravées montrant les arrestations lors d’une manifestation à Londres.

21 La Vie heureuse publie deux photos composites (août 1904, où l’on voit une photo de la journaliste Miss Banks, en pose de balayeuse, collée sur une rue de Londres). Le cas est assez rare pour mériter d’être signalé.

22 Femina, no 120, 15 janvier 1906, p. 31.

23 Femina, no 122, 15 février 1906, p. 75.

24 Anon., « Mme Delarue-Mardrus aux pays arabes » dans La Vie heureuse, 4e année, no 9, septembre 1905, p. 172.

25 H., « Les livres » dans Femina, 5e année, no 97, 1er février 1905, p. xiii.

26 Médaillon que Lorrain n’a pas pu voir, puisqu’il paraît le 15 novembre 1906 (Femina, no 140).

27 Robert Ziegler, « Editing the Text of Popular Opinion: Literature as Publicity dans Jean Lorrain’s Maison pour dames » dans Rocky Mountain Review of Language and Literature, vol. 46, no 4, 1992, p. 183-195.

28 Signé Henri Duvernois (Femina, no 120, 15 Janvier 1906, p. 26-28).

29 Signé Smilis (Femina, no 124, 15 Mars 1906, p. 116).

30 Femina, no 123, 1er mars 1906, p. 94-95.

31 Femina, no 125, 1er avril 1906, p. 143-144.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Couvertures des deux éditions de Vingt Femmes (1900). Coll. part.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1245/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Titre Fig. 2 – Illustration pour « Celle qui a connu Alexis » et pour « La Tocassonne » (Vingt Femmes, 1900). Coll. part.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1245/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre Fig. 3 – Jean Lorrain, « Matins d’Armenonville » dans La Vie de Paris, s. d. (c. 1900) s. p. Coll. part.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1245/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Titre Fig. 4 – « La tournée des Grands-Ducs » dans Je sais tout, juillet 1905. Coll. part.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1245/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre Fig. 5 – « Dans l’or vert émaillé de fauve des glycines », poème inédit reproduit par Henri Duvernois dans « Bijoux d’aujourd’hui » dans Je sais tout, mai 1905, p. 470-471. Coll. part.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1245/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Titre Fig. 6 – « Cous et colliers », poème d’Henri Delorme, clichés Reutlinger et Henri Manuel dans Femina, no 141, 1er décembre 1906, p. 537. Coll. part.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1245/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 326k
Titre Fig. 7 – « Les bras », poème de Jean Lorrain, clichés Reutlinger et Henri Manuel dans Femina, no 117, 1er décembre 1905, p. 553. Coll. Éric Walbecq.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1245/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 358k
Titre Fig. 8 – « Mme Edmond Rostand », cliché Chusseau-Flaviens, reproduit dans l’article anonyme « Ménage de poètes » dans Femina, no 82, 15 juin 1904, p. 178. Coll. part.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1245/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Titre Fig. 9 – « Mme Delarue-Mardrus », cliché sans nom d’auteur (son mari ?) reproduit dans l’article anonyme « Mme Delarue-Mardrus aux pays arabes » dans La Vie heureuse, 4e année, no 9, septembre 1905, p. 172. Coll. part.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1245/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Titre Fig. 10 – Portrait de MmeDelarue-Mardrus, cliché sans nom d’auteur (son mari ?) reproduit sous le titre « Poésies de Mme Lucie Delarue-Mardrus » dans Femina, no 113, 1er octobre 1905, p. 446. Coll. part.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1245/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Titre Fig. 11 – « Le Tsar en France », illustration parue dans La Vie de Paris, no 20, s. d., s. p. Coll. part.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1245/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 313k
Titre Fig. 12 – Portrait de Jeanne-Charles Normand, « Poëte-Lauréate » de Femina pour 1906, reproduit dans Femina, no 120, 15 janvier 1906, p. 31. Coll. part.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1245/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 245k
Titre Fig. 13 – Portrait de Mme Marlie Markovitch, Prix Femina 1905 de poésie, reproduit dans Femina, no 122, 15 février 1906, p. 75. Coll. part.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1245/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre Fig. 14 – Portrait de Mme Edgy, Prix Femina 1905 de prose, reproduit dans Femina, no 122, 15 février 1906, p. 75. Coll. part.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1245/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 15 – Portrait de la comtesse de Noailles, cliché Otto, reproduit dans Femina, no 140, 15 novembre 1906, p. 522. Coll. part.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1245/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 143k

Auteur

Maître de conférences à l’université de Paris-VII, Institut Charles V. Auteur d’une thèse intitulée « Littérature et photographie » (1996), ainsi que d’une anthologie critique, Je hais les photographes ! Textes clés d’une polémique de l’image 1850-1916 (Anabet, 2006), spécialiste de la traduction et de l’histoire de la photographie, il a traduit Alfred Jarry (Collected Works, Atlas Press), fondé l’Ouphopo (Ouvroir de Photographie Potentielle), produit une série d’illustrations pour Mlle de Phocas (Naomi, 2003) et publié depuis quinze ans de nombreux articles sur la photolittérature.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540